Plus ergonomique et facile d’emploi, une nouvelle trousse de soin va équiper les soldats en opération

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

26 contributions

  1. PK dit :

    Un cabot pour l’innovation… Comme quoi, pas toujours besoin d’une armée d’ingénieurs pour avancer. Bravo à lui et à l’armée qui favorise désormais ce genre d’innovations.

    • PeterR dit :

      Je crains que les ingénieurs n’y soient pas pour grand chose. Le pb est plus profond. Avant qu’un ingé puisse discuter directement avec des opérationnels les poules auront des dents … surtout dans le domaine militaire.
      Le pb sont toutes les couches administratives et hiérarchiques voir commerciales que doivent traverser l’information avant d’arriver au concepteur. Dieu merci nous avons encore d’excellents ingénieurs en France. On est par contre réputé pour la lourdeur de notre administration.
      Ce caporal-chef n’en a que plus de mérites. Qu’il soit passé par une PME pour aboutir n’a rien de surprenant. Avec un grand groupe il n’avait aucune chance.

    • PeterR dit :

      et à la réflexion c’est même étonnant qu’un homme de troupe soit ainsi mis en avant. On aurait pu s’attendre qu’un général tente de s’accaparer tout le mérite

  2. Luc dit :

    un combattant blessé doit savoir « se mettre à l’abri, participer au combat dans la mesure du possible et mettre en œuvre lui-même les moyens de contrôler ses hémorragies. Plus facile à écrire qu a faire sur le terrain avec une seule main meutrie..
    L’essayer c’est le test pr l adopter

  3. arnaud dit :

    Bravo au concepteur. J’espère qu’il sera récompensé correctement pour son travail qui servira sûrement à sauver des vies.

  4. Jean le bon dit :

    J’en veux une voir plus ! Dans le civil les trousses sont « minables ».
    Elles ne sont ni résistantes, ni pratiques et leur contenu laisse vraiment à désirer.
    Si quelqu’un a un lien, je suis, comme nombreux ici, preneur de l’information.

    • dolgan dit :

      Suffit de s’en faire une soi même en fonction de ses besoins et compétences. Une trousse mili ne sera pas adaptée à un usage civil.

  5. Frédéric dit :

    A utilisé dans le civil, 5 blessés par armes blanches dont 3 légionnaires a Montpellier 🙁
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/violences-a-montpellier-cinq-blesses-au-couteau-dont-trois-legionnaires-en-civil_35157799.html

  6. vrai_chasseur dit :

    On sent le vécu terrain dans les détails. Il y a un côté réconfortant à voir que ça remonte.

  7. soutien dit :

    @ Jean le bon

    En attendant, il nous appartient de confectionner nous-mêmes nos propres kits …

    Cela demande de l’habileté.

    Définir les objectifs sans quoi ça vire au fourre-tout, donc au volume + poids, puis à l’abandon.
    Puis sélection des matériels en regard, et tests.

    Par bonheur, se trouvent des documents, et même livre, pertinents. Instructifs et pratiques.

    Et je confirme l’utilité, voire la nécessité, d’un trauma kit en milieu civil. @Frédéric, merci pour l’info, qui aurait autrement été ignorée

    • Jean le bon dit :

      « Et je confirme l’utilité, voire la nécessité, d’un trauma kit en milieu civil. »
      Y compris les syrettes de morphine…
      Salutations.
      * bien entendu j’ai conçu la mienne mais pour ceux qui ne le savent pas, il faut une trousse uniforlisée afin que tout un chacun puisse venir en aide efficacement ; bref, il y en a qui parlent pour ne rien dire…

      • dolgan dit :

        Donc clairement confusion entre milieu pro (avec matos uniformisé pour d’excellentes raisons: mili, samu, pompier, …) et civil (ou il est ridicule de s’attendre à voir un pro/passant « taper » facilement dans la trousse d’un civil uniformisée grâce au standard pompier?samu?mili?).

      • Fred dit :

        @ Jean le bon

        Et de quoi se faire un petit rail de coke pour les Trouble post traumatiques ? Des fois qu’on reste isolé longtemps et sans secours dans la jungle urbaine …

  8. vieux margi dit :

    On a perso ce genre de trousse confectionnée de façon pratique . Mais notre camarade a été plus loin et pour tout le monde. Bravo..
    Surtout que Dimatex n est pas très coopérant lorsqu il s agit d innover ou de modifier ses produits de façon pratique.

  9. Nobody dit :

    C’est tout à l’honneur de ce caporal chef !

  10. Marc Mora dit :

    Deja sur le marché depuis 5/6 ans, trouvable chez, HSGI, Tasmanian …………. donc , innovation mon c..

  11. soutien dit :

    @ Jean le Bon et Dolgan

    Pas sûr d’avoir bien compris vos dernières interventions (un « post », partisant de « l’uniforLisation » a été supprimé ?). En tous cas :

    – morphine : s’il faut prioriser, l’hémostase (le contrôle des hémorrhagies) est plus importante que l’antalgie / analgésie. La douleur peut faire disjoncter le système nerveux central mais je la vois mal, par elle-même, aboutir au décès en quelques minutes (qu’on me démente si je me trompe).
    De plus, dans un climat prohibitif, quasi-impossible de se procurer de la morphine.
    Enfin, mieux vaut connaître les contre-indications + avoir l’antidote.

    – standardisation : toujours préférable quand elle s’opère à haut niveau de qualité.
    En attendant, je parie que :
    1) rares seront ceux qui feront l’effort d’avoir un trauma kit, ne serait-ce que dans la voiture … Hélas …
    2) la diversité, l’hétérogénéité continuera. Car il faut bricoler. Les bons contenants n’ont pas forcément (et même rarement ?) les bons contenus et réciproquement. Et il y a différentes chapelles. Par exemple pour les garrots : le soft-t, le cat, le swat. Chacun présentant des avantages particuliers (facilité à être posé à une seule main par exemple …). Donc intérêt majeur à savoir improviser … et à avoir sa propre trousse avec soi.

    Curieux de découvrir cette nouvelle trousse … et son contenu !