Covid-19 : Dénonçant l’attitude des banques, le Sénat sonne le tocsin pour l’industrie française de défense

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

79 contributions

  1. Albatros24 dit :

    « sa capacité d’innovation font qu’elle est en mesure de proposer des produits à forte plus-value technologique, ce qui lui permet d’opposer des arguments sérieux face à la concurrence des pays à faibles coûts de production. »
    Très bien résumé par des deux sénateurs, voici ce qu’il convient de faire pour ré ndustrialiser la France,
    cela coûte cher oui …très cher
    mais c’est le prix à payer pour pallier à l’incompétence crasse de nos dirigeants issus de la même école, plus apte à former des directeurs d’administration ou des ambassadeurs que des chefs d’Etat et surtout de leurs décisions continues et délétères, à la tête de l’Etat ou de grandes entreprises .
    Sinon excellent article qui résume bien et met le doigt sur un de nos soucis majeurs depuis 30-35 ans et l’arrivée au pouvoir d’un banquier d’affaire Monsieur Pompidou (qui a d’ailleurs laissé tomber le train pour le fret – au profit des actions qu’il avait dans les entreprises de transports routier par camion…déjà à l’époque).

    • ZoSo dit :

      « qui a d’ailleurs laissé tomber le train pour le fret – au profit des actions qu’il avait dans les entreprises de transports routier par camion…déjà à l’époque »

      Intéressant ça, j’ai toujours trouvé ça aberrant qu’on ne développe pas plus ce secteur ainsi que celui du transport fluvial. On commence à entendre reparler actuellement avec l’écologie mais il aura fallu attendre bien des années…

    • nikesfeld dit :

      rien n’est dit sur le délai de paiement de l’état vis à vis des PME.
      30 jours théoriques dans les autres industrie.

  2. jp dit :

    les USA donnent 22 milliards $ a Boeing pour faire les F15X, on devrait faire la meme chose pour notre defense.

    • Clément dit :

      On finance aussi beaucoup nos grands groupes, via les crédits impôts innovations et recherche, via le CICE, etc …

      • LEONARD dit :

        Vous voulez parler des industries et services publics, qui sont financés par l’impôt des entreprises ?
        Parce que un Crédit d’Impot c’est un Impot dont on diffère la perception, ce n’est pas un cadeau de l’Etat, c’est une minoration conditionnelle de la captation de richesse.

        • Clément dit :

          La recherche publique n’a pas le droit aux CIR et CII.
          Et pour beaucoup d’entreprises qui ne payent pas d’impôt ce sont des liquidité en plus (si vous payez 0€ d’IS, vous récupérez de l’argent avec le CIR et le CII). En réalité c’est un crédit seulement pour les « gros », pour les autres c’est un financement.

  3. Chanone dit :

    Aaaahhhh, l’argent prêté par Mr le Président Sarkozy à la BNP en 2009. Argent qui lui a permis de se recapitaliser en urgence, avant qu’elle ne trouve  » par miracle » de quoi faire un remboursement anticipé à l’état pour ne pas payer d’agios!
    .
    Et pour rajouter la blessure à l’injure, la banque Jura de ne rien investir en France… Et de se faire agraffer ensuite pour avoir travaillé avec l’Iran.
    .
    Bravo, et encore merci.

    • Billou dit :

      le pret du tresor français avait un taux de 8%, et effectivement dès que la BNP a trouvé moins cher elle a remboursé le prêt qui etait très cher et politiquement encombrant. Les interets courrent dès le premier jours, ils ont donc été payés. Les agios sont liés aux comptes de particuliers, rien avoir ici.
      Ce pret fut une tres bonne affaire pour l’etat, cela a aidé le systeme bancaire français et a produit des interets.
      Valait-il mieux laisser tomber les banques françaises et plomber notre économie ?

    • NRJ dit :

      @Chanone
      Je vous rappelle que la France a gagné environ 1 milliard d’euros dans ses prêts aux banques. Donc si on lui a prêté et qu’elle nous a remboursé avec des intérêts, c’est la bonne affaire.

    • nikesfeld dit :

      et l’aide données à la Gréce qui va directement rembourser les Banques Françaises.

  4. Albatros24 dit :

    Et l’extrait le plus intéressant « Cela pose une question politique : les banques ne veulent pas pleinement assumer leur fonction économique en finançant le développement des entreprises de souveraineté. Pourtant, elles ont su faire appel à l’État lorsqu’elles étaient fragilisées par la crise de 2008. Cette situation nous interpelle d’autant plus que chez nos voisins allemands, le secteur bancaire finance pleinement l’activité économique, en particulier l’industrie »
    qui démontre pourquoi il ne faut pas hésiter à forcer la main de ces banques, au besoin en les fiscalisant baucou plus qu’elles ne le sont. Car elles ne font pas leu travail de financer l’économies et surtout les industries et PME PMI en en tirant un bénéfice et préfèrent le monopoly les placements hasardeux et risqués mais qui rapportent plus (et coûtent d’autant moins que c’est le contribuable qui passe à la caisse pour éponger les dettes en cas de coup dur, de crise ou de mauvaise gestion de leur part, comme c’est facile, chose qui est déjà arrivée plusieurs fois par le passé…

    • Billou dit :

      franchement c’est une attaque politique facile d’un senateur. Il sait tres bien qu’en France il est de bon ton de taper sur les banques. Vos dernieres phrases sont d’ailleurs un bel exemple de poncifs.

      A noter que le fameux systeme bancaire allemand pris en exemple est en très très mauvais état et que meme une aide de l’etat allemant ne suffirait pas à le nettoyer. Tot ou tard il y aura des faillites, Deutsche bank et Commerzbank sont des banques dangereuses comparées aux notres.

      Bref, c’est juste de la politique facile, aucune info là-dedans.

  5. Alain d dit :

    Si nos entreprises se taillent, il faut aussi regarder du coté de nos banques d’affaires et certains nos fonds privés qui n’ont pas d’autres objectifs que de faire un maximum du fric. Le bien commun n’est pas au programme de leurs démarches.

    SoftBank pourrait se séparer du concepteur de micro-architectures ARM
    https://www.usine-digitale.fr/editorial/softbank-pourrait-se-separer-du-concepteur-de-puces-electroniques-arm.N985824
    De fortes chances pour que l’UE se fasse encore baiser!

    Et puis notre fond-banque public ne donne pas l’exemple, alors même qu’il devrait soutenir préférentiellement les industries et services français, et non pas les industries et services qui s’exerce en France.
    Chacun pour sa gueule ?
    « Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n’est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)
    https://www.industrie-techno.com/article/que-bpifrance-choisisse-aws-quand-le-president-de-la-republique-reclame-la-souverainete-numerique-ce-n-est-pas-acceptable-assene-frans-imbert-vier-ubcom.61126
    Là, je suis du même avis, ça vraiment désordre !

    • Billou dit :

      « Si nos entreprises se taillent, il faut aussi regarder du coté de nos banques d’affaires et certains nos fonds privés qui n’ont pas d’autres objectifs que de faire un maximum du fric.  »

      C’est bien connu, quand vous investissez dans votre assurance vie ou votre PEE vous choisissez toujours des supports qui ont des objectifs autres que  » faire un maximum du fric » et qui cherchent « le bien commun » ?

      • Plusdepognon dit :

        @ Billou
        Le but d’une entreprise privée est de maximiser son profit et celui de son management est de rester en place en satisfaisant ses actionnaires :
        https://infoguerre.fr/2020/05/raisons-structurelles-de-labandon-de-politique-industrielle-de-france/

      • Alain d dit :

        @Billou
        Dans la réalité, quelques soient les assurances, je m’orientais de préférence vers des groupes français. J’aivais notamment lâché un groupe britannique, que j’avais contracté par erreur, parce que son nom m’avait fait pensé qu’il était français.
        Allianz, Aviva et les géants US, ce n’est pas pour moi.
        « Donc faire du fric » mais pas à n’importe quel prix (choix) !
        Nous avons suffisamment d’assurances et de banque en France pour nous proposer un panel de solutions suffisant et varié, et choisir de ne pas faciliter la croissance au Royaume-Uni, en Suisse, en Allemagne ou aux Etats-Unis, au détriment de celle de la France.
        Et toutes les grandes assurances vie se ressemblent, et se plient aux même règles et plafonds !
        Et oui monsieur Picsou, on peut investir dans des produits plus à risque, startups, PME, R&D, des deeptech, pour aussi créer de la croissance et des technologies, la création de richesse perso étant accessoire et incertaine.
        D’autre part, certains fonds sont très majoritairement à capitaux français et cibles principalement des entreprises françaises.

  6. Pierro dit :

    Serge Tchurukdichian, Carlos Ghosn…ces gens n’en ont rien à foutre de fermer des usines en France, ce sont des apatrides mentaux.
    Il faut arrêter de nommer ce genre de personnage à la tête de nos grandes entreprises.

    • Billou dit :

      le probleme est que ce ne sont pas « nos » entreprises.
      Les boss sont les actionnaires de ces entreprises, et comme il y a peut d’actionnaires en france…
      Donc achetez des actions de ces entreprises, vous-meme ou à travers un fonds, et faites appliquer vos vues par le management !

    • LEONARD dit :

      Rendons à Tchuruk ce qui appartient à Steve Jobs.
      Apple-Nike – Adidas- Zara et plein d’autres sont devenues des entreprises mondiales sans usines. Donc, le concept fonctionne.
      Lui, il n’a simplement pas su (ou pu), le mettre en oeuvre avec Alcatel.
      Quant à savoir si c’est moral, la morale est un concept humain variable et unipersonnel, qui n’a aucun rapport avec l’économie de marché.

      • nikesfeld dit :

        que les marques se détachent de la fabrication soit, mais dans les faits on met toujours des chaussures de ces marques à ses pieds (plus vraiment en fait car trop cher).
        Il faudrait donc commencer par revenir sur des raisonnements sur du concret !

    • Stoltenberg dit :

      La France n’attire plus les industriels, le problème est là. On ne peut pas avoir un état providence socialiste et une industrie viable et florissante à la fois.

  7. Félix GARCIA dit :

    Article clair et bien écrit.
    Merci à vous monsieur LAGNEAU.

    Votre article renforce ma conviction que le pouvoir monétaire est fondamental !

    Extrait de « Kleptocratie française », par Eloïse BENHAMOU, chapitre « Création de la Banque de France » :

    « Certains affairistes à l’origine du coup d’Etat du 18 brumaire, et de l’arrivée au pouvoir de Bonaparte, lui soumettent leur projet de création de la Banque de France. Le 6 janvier 1800, les banquiers Delessert, Le Couteulx, Perregaux, Mallet et Perier, se trovuent dans son bureau. Perregaux entame la lecture d’une lettre écrite par eux pour emporter la volonté du Consul :
    » Libre par sa création, qui n’appartiendra qu’à des particuliers, la banque que je propose de créer ne négociera avec le gouvernement que lorsqu’il remplira ses convenances et le complément de ses sûretés ; enfin, elle sera complètement hors de lui. Néanmoins, elle s’appellera Banque de France mais ne sera à aucun degré une banque gouvernementale. Elle sollicite du Premier consul une loi qui, sans peut-être s’occuper nominalement de notre établissement, consolidera son existence. »

    Quand je lisais l’autre jour dans l’un de vos articles, que le taux de disponibilité des hélicoptères était inférieur à 50%, ça m’a fait une boule au ventre …
    Veut-on nous faire devenir une « puissance complémentaire » au lieu d’une puissance « souveraine » ?

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  8. norbert dit :

    Baissez la garde , ce n’est pas maintenir nos opex sans solutions politiques autres que d’être présent en attendant de nous retirer un jour sans que la situation ait changé. Il vaut mieux sauver nos industries et rapatrier toutes nos forces dans l’hexagone, où il y a beaucoup à faire, tant que sur le plan sanitaire que d’ordre public. On va encore nous rebattre le risque terroriste venant du Sahel, alors qu’aujourd’hui on apprend que le cluster de Mulhouse a tué plus de français que 10 ans de terrorisme. Chaque mort par le terrorisme dans l’hexagone est un drame, qu’on aurait pu d’ailleurs éviter par une politique plus active contre les réseaux islamistes , mais aujourd’hui, on cumule des interventions extérieurs trop coûteuses et le laxisme face aux menaces par manque de moyens.

    • ULYSSE dit :

      C est le choix politique des allemands. Se concentrer sur leur économie et utiliser sa puissance pour peser sur les relations internationales. La France a des réflexes de une grande puissance qu elle n’est plus.

  9. Anatide dit :

    Pauvre France aurait dit mon grand-père…

    • LEONARD dit :

      Et son grand-père avant lui, et le grand-père de son grand-père…
      C’était mieux avant….
      Eternelle nostalgie des visionnaires de rétroviseur…..

      • Czar dit :

        dit-il d’un ample mouvement de la tête, géant incompris au milieu des minuscules mortels.

        ou beauf de proximité ânonnant son relativisme du jour.

  10. Aymard de Ledonner dit :

    La faible implication des banques dans le financement de notre économie n’est ni nouveau ni limité au secteur de la défense. Simplement il est vrai que c’est pire qu’ailleurs en ce qui concerne la défense. Ceux qui connaissent bien le secteur des PME ont tous des exemples de faillite, non par manque d’activité/manque de clients, mais par manque de trésorerie à cause du manque de soutien de leur banque.
    Dans un monde normal, quand une PME signe un contrat avec une structure solvable, elle peut aller voir sa banque pour avoir une avance de trésorerie qui va l’aider à engager les dépenses du contrat en attendant de se faire payer deux ou trois mois après la livraison. Mais en France ça n’est pas aussi simple et la banque rechigne souvent.
    En ce qui concerne le financement de notre BITD dans la situation actuelle, ce problème appelle une réaction. Il faut amicalement faire comprendre à nos banque que les choses doivent évoluer ou bien le gouvernement décidera une contribution exceptionnelle des banques qui viendra abonder un fond destiner à financer la trésorerie de nos PME.

    • Billou dit :

      evidemment que nos banques financent notre economie. Comment ca tournerait sinon ?
      Le vrai probleme est plutot le paiement à 3 mois qui est une calamité, alors que chez nos concurrents c’est un mois.

      Vous rejetez le probleme (les clients qui paient tard) sur les banques (qui veulent limiter leur risque de perte).

    • Buburoi dit :

      Les banques font ce qu’elles peuvent pour éviter la faillite en raison des taxes francaises les plus élevées du monde. Elles sont dans un marché concurrentiel, et leur raison d’etre n’est pas de faire de cadeaux. Les difficultés des entreprises sont dues aux impots de production qui sont cinq fois plus élevés que nos voisins. Petit à petit, en multipliant les impots, on a asphyxié nos entreprises. Si en plus, on veut surtaxer les dividendes, il sera impossible de trouver des capitaux.

  11. lxm dit :

    Des articles et des postures de parlementaires, j’en ai vu tant passer en 30 ans.. pourtant rien n’inversait la tendance, au mieux un petit frein, le débat sur l’arme individuelle était patent, au même niveau qu’un macron voulant vendre absolument ADP, ou auparavant un sarko voulant absolument vendre les autoroutes, il fallait absolument que la france se désarme et dépende de l’étranger. Cette préférence étrangère se voit aussi dans les banlieues qui récoltent des monceaux d’argent au détriment de zones réellement pauvres, et la justice qui privilégie aussi la protection des « étrangers » même après 50 délits. Des lois qui favorisent les investissements étrangers et achats par des étrangers en france au détriment des propres français qui sont bien plus taxés. Cette préférence étrangère est un tout, et s’est disséminée dans toutes les strates de la société, même aujourd’hui on a élu un président qui dit qu’il n’y a pas de culture française et qui confond culture et talents de vivendi et qui criminalise le passé du pays pour plaire.. aux étrangers, toujours. J’ai cette impression qu’on se moque continuellement de nous, le monde rit de nous.
    Pour que le pays se remette à exister et ne soit plus une succursale du monde américain( on a des accords obligeants à avoir un certain taux de programmes américains dans les médias), il faut repartir dans l’autre sens, se dire qu’on a le mérite d’exister, on fait comme un repreneur d’entreprise, on fait un bilan complet, on trouve ce qui nous fait perdre et on favorise ce qui nous avantage et on se réorganise. Ils ont voulu faire l’europe en affaiblissant la france, l’europe actuelle, technocratique, corrompue, est une sombre daube qui a tout donné aux ricains, même les fichiers sur ses propres citoyens, sans contrepartie. Je pense que pour reprendre le droit d’exister et de se respecter; il faut déjà penser que dans l’avenir il faudra être capable de soutenir contre tous nos voisins, à l’est, à l’ouest, au nord, au sud, comme dans l’immédiat-post1789 cela suppose de muter profondément, de se dépasser à un niveau inouï, chacun, individuellement et au niveau collectif. Dans la crise du covid19, la réalité a été claire, on était « SEUL », et on a payé en sacrifice 30000 morts pour la désindustrialisation du pays. Le sacrifice est ce que l’on paye pour n’avoir pas anticipé, le niveau d’alerte avant de « comprendre » qu’il faille agir. Je ne veux pas que dans l’avenir on sacrifie des millions ou même la presque totalité des français, comme du temps de jules césar qui aurait génocidé entre le tiers et les 2 tiers des gaulois pour s’en assurer le contrôle du pays.

  12. MareNostrum dit :

    Pourquoi ne pas créer un ou des fond(S) d’investissement (ou bien des grands emprunts) qui redirigeraient une partie du capital des assurances vie vers l’industrie de la défense française ? Au lieu de dormir dans des PEA de boursicotage ou sur des livrets A qui ne payent presque rien autant financer de l’économie réelle, notamment l’industrie en France qui a son tour irriguera l’économie locale au lieu de s’évaporer dans de la consommation de produits importés ou/et sur les marchés financiers.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Pourquoi ne pas créer un ou des fond(S) d’investissement (ou bien des grands emprunts) qui redirigeraient une partie du capital des assurances vie vers l’industrie de la défense française ? ]

      Rassurez vous ! Vous les financez déjà certainement via votre banque de dêpots . ;0) Tous les grands groupes bancaires  » traditionnels  » mis à part deux sont des investisseurs institutionnels de fonds d’investissements liés à l’aéronautique et à la défense .

      Pour le reste vous pouvez acheter des actions via des sociétés de courtage et c’est même accessible au PEA .

      • MareNostrum dit :

        Le PEA achète des actions sur le marché secondaire, il ne participe pas à lever de l’argent frais pour les sociétés, il donne juste droit de propriété et au dividende à l’actionnaire.

        C’est le marché primaire, c’est-à-dire, les « IPO » (émission d’actions nouvelles en bourse) qui rapporte du capital frais aux entreprises.

        Il suffirait d’allouer une partie des cotisations d’assurance vie à la défense pour financer un fond national dédié à la défense. On pourrait penser par exemple à la mise en place de quota (x% des dépôts doivent être investis dans la défense) sur les produits financiers proposés en assurance vie aux particuliers. Ensuite ce serait bien évidemment le travail de la banque d’étudier les potentiels de placement dans l’industrie de la défense et d’équilibrer les risques par rapport au retour sur investissement espérait pour l’ensemble du portefeuille par le client.

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Le PEA achète des actions sur le marché secondaire, il ne participe pas à lever de l’argent frais pour les sociétés, il donne juste droit de propriété et au dividende à l’actionnaire.
          C’est le marché primaire, c’est-à-dire, les « IPO » (émission d’actions nouvelles en bourse) qui rapporte du capital frais aux entreprises. ]

          En l’occurrence je parlais de la participation de nombreuses banques de dépôts , dont deux à caractère mutualiste , à un fonds de capital-investissement dans le secteur de l’aéronautique et de la défense .
          Je ne sais pas dans quelle mesure les  » socios  » sont au courant ?

          Pour la question du % c’est une idée originale et cela me fait penser au Chili entre 1880 et 2014 avec le guano , le salpêtre puis le cuivre ! ;0)

          Je m’étonne que monsénateur n’envisage pas un financement extra-budgétaire basé sur ce modèle ! ;0)

    • Buburoi dit :

      Il y a des millions de français qui plébiscitent le PEA, et ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent de leur argent. S’il n’y a plus d’industrie, c’est parce qu’à force d’ètre taxées, les entreprises ont du déposer le bilan ou sont parties à l’étranger, tout le monde le comprend, sauf les syndicats.

  13. Thaurac dit :

    L’europe prête aux baques , pour financer ‘l’industrie, de l’argent en dessous de 0%, mais les banques préfèrent le balancer dans des crédits conso car il y a plus d’intérêts à prendre!
    C’est dégueulasse!

    • Buburoi dit :

      Les banques sont obligées de verser leurs dépots à la banque centrale qui leur retient un intérèt négatif, donc il est plus intéressant de le préter aux particuliers ou aux entreprises. Le métier de banquier est parfaitement noble.
      Votre commentaire est indécent.

    • LEONARD dit :

      1- Par les temps qui courent, le crédit conso me parait concurrencé par l’épargne de précaution.
      2- Une banque, comme un épargnant français, a une aversion au risque. Le Crédit-Conso est ( était), moins risqué que le crédit à l’Industrie.
      3- Ne confondons pas banque et capital-risque. Le problème, en France, est la sous-capitalisation des entreprises, du fait de la défiance du grand-public investisseur, et de la fiscalité sur les bénéfices et les actionnaires. Ajoutons une complexité administrative bien de chez nous, et l’investisseur fait de l’Assurance-Vie.
      4- Pour renforcer leurs fonds-propres, nos entreprises se tournent trop souvent vers l’étranger, qui en profite parfois pour capter certaines de nos pépites.
      Donc, non, c’est pas dégueulasse, L’Economie est un monde ou les plus ingénieux, les plus forts, les plus malins, les plus rapides, ont plus de chances de gagner que les timorés.

  14. ZoSo dit :

    « On croit parfois que les grands groupes ont une assise qui les met à l’abri d’une crise conjoncturelle »
    Peut être à une époque mais aujourd’hui tout passe dans les poches des actionnaires, résultat les multinationales sont obligés de virer les gens par milliers à la moindre secousse et l’investissement régulier dans la recherche et le développement est devenu ridicule…
    De toute manière des entreprises à but militaire ne devraient pas être soumis de base aux règles de l’actionnariat qui fait passer l’intérêt économique en premier.

    « et qu’en tout état de cause l’État viendrait à leur secours si elles étaient dans une impasse, selon l’adage du ‘too big to fail’ »
    Ça par contre c’est bien trop vrai malheureusement… Actuellement quand on y pense les employés paient indirectement leur entreprises via l’Etat pour garder leur boulot… dans le genre cercle vicieux on atteint un bon niveau.
    On nous a dit que le monde d’après 2008 serait différent, puis que celui d’après Covid serait différent… rien n’a changé, les banques spéculent toujours, l’Etat se fait arnaquer (et le peuple pas la même occasion bien sûr) et ça continuera ainsi jusqu’à la prochaine crise.

  15. Raymond75 dit :

    Des banques françaises qui viendraient en aide aux entreprises en difficultés ? Qui aideraient les jeunes créateurs d’entreprises ? Qui aideraient les populations modestes à se loger ? La chaleur du désert a provisoirement endormi vos facultés mentales … J’ai bien dit ‘provisoirement’ : lorsque vous reviendrez à la vie civile, vous comprendrez mieux.

    • dolgan dit :

      Faire les deux premières chose, c’est leur métier. Certaines plus que d’autres (chacune se spécialise dans un type d’investissement).
      .
      Et contrairement à ce que la populace croit savoir, elles le font. Simplement, les banques ne sont pas des distributeurs de billets. Il ne suffit pas de s’y pointer sans dossier demander un crédit de 50 000 euros sans garanties pour un projet merdique au fin fond de la lozere pour obtenir un virement.
      .
      Par contre, 5 000 euros à un Chômeur, sans garanties, avec un bon plan de financement sur un marché porteur, ça passe régulièrement.

  16. Albatros24 dit :

    Voici les étapes d’un investissement public avec des fonds privés voire des particuliers qui désirent placer leur épargne (on a vu que celle ci avait augmentée de 50 milliards juste pendant les deux mois du COVID), afin de favoriser la relance par la hausse de l’investissement (à ne pas confondre avec la relance par la hausse des salaires telle que pratiquée aveuglément en 1981 et qui a entraîné une relance…chez nos voisins l’Allemagne, l’Italie aussi et concurrents le Japon, la Corée et déjà ,la Chine).
    Je cite : « Pour permettre à l’industrie française (de défense( de passer le cap difficile qui l’attend, le rapport estime que sa relance et sa consolidation doivent s’appuyer sur « le dynamisme des commandes publiques, aussi bien pour la R&D que pour la production, et la mise en place d’outils adéquats pour financer le développement des entreprises [fonds stratégique d’une part, dispositifs permettant d’autoriser les prises de participation étrangères en préservant notre souveraineté, etc]. »
    Enoncé très clairement par ces deux sénateurs.
    .
    Leur rapport devrait être commenté au JT ou dans l’émission : « C dans l’air » ou « C l’hebdo »sur France 5
    https://www.youtube.com/watch?v=r2-lvthrXU0
    ou
    https://www.youtube.com/watch?v=cgxvRiZgR_g
    Et deux petits docs sur la relance keynésienne qui serait à suivre pour notre cas (mais pas seulement du fait du COVID en fait) et la comprendre (relance de l’investissement qui s’appuie sur une politique monétaire adéquate, en surveillant l’inflation)
    https://www.youtube.com/watch?v=jgGJM5BZCLc
    et le plus synthétique et amusant
    https://www.youtube.com/watch?v=CMrfCAbHOgQ

    • ULYSSE dit :

      Les bases d une poltique keynésienne de relance par une commande publique ciblée. La relance par la consommation est vouée a l échec en France compte tenu de la structuration de son économie, fortement importatrice des biens de consommation courante. Elle n aurait d autre effet que de soutenir les exportations chinoises..

      • Albatros24 dit :

        Exactement
        Et dans ces secteurs à relancer le BTP (grands travaux d’infrastructures : réseau ferré à moderniser, ferroutage pour les camions dans un axe Nord Sud Ouest et Nord Sud Est, autoroutes à élargir à 3 voies, l’énergie avec le passage à du nucléaire moins polluant et plus délocalisé (réacteur nucléaire à sels fondus qui n’est pas radioactif et génère beaucoup moins de déchets https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_%C3%A0_sels_fondus
        qu’on pourrait installer dans chaque préfecture et sous préfecture de France après avoir démantelé les centrales actuelles, en en gardant une ou deux – pour nos armes nucléaires bien sûr) le luxe et la mécanique de précision (re construire des marques de voitures de luxe en France faites à l’unité en s’appuyant sur le savoir faire de nos fabricants, re faire des machines outils de qualité grâce à un financement public orienté via la Caisse des dépôts et BPI France) et surtout : financer de grands projets militaires (finir le programme Scorpion plus vite au besoin en ajoutant des véhicules, dont le VBAE – augmenter le nombre de bateaux gris à construire pour qu’ils remplacent nos bateaux plus anciens et 2 PAN NG – recréer une industrie de la munition (de la cartouche de PA jusqu’aux obus et mines anti chars) – prendre des participations de l’Etat dans toutes les entreprises jugées stratégiques et ne RIEN privatiser, onle regrette ensuite : dans ce cadre recréer un service public Orange mais aussi EDF et GDF où les particuliers et entreprises pourraient adhérer, les norems européennes contrairement à ce qu’on nous a fait croire le permette) Cette oeuvre est de longue haleine sur au moins 10 ans, c’est ce qui très intéressant justement pour lisser cet investissement sur plusieurs années et vraiment générer de la croissance.
        ce n’est pas en abandonnant le Droit du travail et en supprimant toutes les taxes qu’on y arrivera, les divers gouvernements ont fait d’énormes cadeaux fiscaux, qui ont ensuite servi à mieux rémunérer les actionnaires y compris à l’Etranger. D’ailleurs il faut aussi poursuivre cette pente de voir les créanciers de l’Etat devenir de plus en plus nationaux (actuellement 47% de ceux ci sont des nationaux, ils n’étaient que 27% en 2000, nous sommes sur la bonne voie, montrée par le Japon).
        Bien sûr on peut envisager aussi des facilités octroyées par l’Etat dans les licenciements des employés en CDI en cas de souci ponctuel et pour rassurer les entreprises, mais seulement en contre partie du droit pour tout salarié à une véritable formation rémunérée ensuite dans un autre domaine – voire au recrutement dans des collectivités locales des salariés de plus de 55 ans ne trouvant plus de solution d’embauche dans le privé à mi temps par exemple.
        Il y a plein de choses à mettre en place, mais toujours par la concertation,
        on peut aussi un peu plus décentraliser en faisant plus confiance aux présidents de Région, plus responsabilisés, car ils connaissent bien le tissus local des entreprises (mieux que les préfets en tout cas).

  17. tartocitron dit :

    Ce ne sont pas les banques qui doivent absorber les pertes mais les clients. Le manque d’activité doit se traduire par une hausse des prix pour éviter de vendre à perte. Un emprunt ne ferait que reculer le dépôts de bilan si l’entreprise ne fait rien pour équilibrer ses comptes.

    • ULYSSE dit :

      Pas totalement vrai. Le principal problème est de surmonter le temps de la crise en attendant des jours meilleurs. Donc financer la Trésorerie. C’est un des métiers des banques qu’elles ont en France rarement assuré même avant la crise. Question: la BPI n’est pas évoquée. Joue-t-elle son rôle?

      • tartocitron dit :

        L’amélioration de la trésorerie passe soit par l’augmentation du fond de roulement (augmentation du capital par les actionnaires, par l’entrée de nouveaux investisseurs ou par une entrée en bourse ou éventuellement par nationalisation comme pour Air France prochainement). L’emprunt long terme n’est pas envisageable car se serait une charge supplémentaire impossible à satisfaire dans la situation présente.
        L’autre solution peut être de diminuer le besoin de fond de roulement. La renégociation des délais des paiements fournisseurs n’étant pas tenable dans le temps, seule la baisse des besoins financiers à court terme est envisageable. On peut alors renégocier les délais de paiements clients et/ou le montant (les grands groupes doivent faire l’effort sous peine de perdre un sous-traitant stratégique).
        Bien sûr, ces grands groupes qui ont beaucoup de cash répercuteront cet effort en augmentant ses prix à leur tour pour distribuer les dividendes attendus. En fin de compte, c’est le client, c-a-d l’armée qui devra revoir ses ambitions à la baisse.

        Le principal problème n’est de surmonter le temps de la crise en attendant des jours meilleurs mais de surmonter la crise tout simplement. Le manque d’activité des entreprises de la BITD sera durable. La crise étant mondiale et la France exportant beaucoup, les entreprises de la BITD, pour rester dans l’excellence technologique au meilleur niveau mondial se doivent d’investir. La seule solution est d’augmenter ses prix immédiatement et pas d’emprunter dans un train de sénateur sifflotant qui déraille.

        • LEONARD dit :

          La BITD mili n’a pas trop à se faire de souci. Les commandes vont augmenter, comme toujours en temps de crise.
          La BITD Avia-Civil, qui tourne autour d’Airbus ne peut se raccrocher qu’au Too-Big To Fail.
          – Les compagnies aériennes vont devoir réduire les flottes et un bon nombre va disparaître. Leurs commandes d’avions en cours avec.
          – Il n’y aura de reprise du transport aérien qu’après vaccination mondiale efficace et durable, donc pas avant 3 ans, mais la crise sera passée par là avec un pouvoir d’achat en berne et une peur des voyages à l’étranger en avion. D’ici là, les flottes seront à nouveau réduites chez les compagnies survivantes à 2020.
          – Qui dit compagnies en faillite, ou ayant réduit leurs flottes, dit marché de l’occasion géant, ce qui repoussera d’autant les commandes de nouveaux zincs.
          – Bref, de plus en plus vraisemblable que de 2020 à 2025, Airbus voie son chiffre d’affaires être divisé par 2 ou 3, c’est financièrement intenable, donc il faudra licencier.
          – En conséquence, le mec qui va expliquer que c’est le moment d’investir, va aller investir son temps à Pole Emploi, et l’augmentation des prix, c’est bien en théorie, ou quand le marché est favorable. Là, le problème est autre: Le marché a quasiment disparu.
          – Après, ça devient stratègie, too big to fail, et donc des plans financiers de sauvetage des états impliqués. Pas glop, mais c’est çà ou il ne reste plus que Boeing en 2025, parce que les U.S n’auront pas nos pudeurs libérales.

          • tartocitron dit :

            @LEONARD
            « En conséquence, le mec qui va expliquer que c’est le moment d’investir, va aller investir son temps à Pole Emploi, et l’augmentation des prix, c’est bien en théorie, ou quand le marché est favorable. Là, le problème est autre: Le marché a quasiment disparu. »
            L’entreprise qui n’investit pas offrira des produits obsolètes ou trop chers par rapport à la concurrence et sera hors marché. La guerre technologique est un fait. Quant à l’augmentation des prix, c’est pas de la théorie mais de la comptabilité. Les coûts de développement d’un avion d’Airbus par exemple, doivent être amortis par les ventes. Plus les ventes d’appareils sont importants et plus les prix baisses. Par ailleurs, l’entreprise à des coûts fixes (salaire du pdg, standardiste, comptable…). Si elle vend un appareil, elle doit répercuter ces coûts intégralement sur une unité. Si elle en vends deux, les coûts fixes sont divisés par deux.
            Pour finir, vous croyez l’économie Française libérale alors que c’est un des pays le plus taxé au monde et où la corruption est un sport national !

    • Plusdepognon dit :

      @ Tartocitron
      Le dépôt de bilan, c’est la vraie menace notamment dans l’aéronautique et ses sous-traitants.
      https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/07/01/en-occitanie-les-sous-traitants-de-la-filiere-aeronautique-retiennent-leur-souffle_6044808_3234.html

      Le dispositif RAPID, l’AID et le fonds Definvest ne sont pas suffisants.

      • tartocitron dit :

        Le chômage partiel et les crédits d’impôts ont permis de soulager les trésoreries en vain. La filière aéronautique d’Occitanie envisage de supprimer 40 000 emplois. Elle attend quoi, qu’il neige ? Quoi qu’il en soit, elle sera obligée d’augmenter ses prix. Les ventes vont diminuer mais les coûts fixes sont incompressibles. L’État doit-il encore payer en subventionnant pour contrôler les prix ? A ce moment là, plutôt que faire des usines à gaz d’aides diverses et variées, l’État devrait arrêter de taxer toujours plus. Diminuer le nombre de « réformes » ferait des vacances aux députés de la majorité et du bien à l’économie.

  18. snafu dit :

    ah ,les banques..toujours facile. En France, quand vous êtes une banque qui financez une entreprise de défense, vous êtes un sa..d collaborant avec les marchands de mort. En Allemagne, vous êtes ..une banque.
    l’armement, c’est risqué : embargo, alliances stratégiques mouvantes, négociations qui durent des années. Et dans quel budget tape t’on systématiquement en France? les crédits militaires. regardez le Rafale : 10 ans de retard sur la mise en service – les PME qui avait investies pour participer au développement ont du remettre ça pour la version « finale ». Et pendant ce temps là, les machines numériques ? les stations CAO Catia ? pas de retour…amorties comptablement sans rien avoir produit.
    quand on étale à outrance les livraisons, on réduit les revenus des sous traitants. qu’on paye à 120 jours fin de mois après réception. C’est pas les banques qui plombent les PME . C’est le carnet de commande . Comme l’a dit JP : les USA lâchent 22 milliards pour des F15. Va pas avoir de mail a trouver des sous, Boeing.
    Ps: 2008, c’est il y a 12 ans…on aurait pu ne pas aider les banques. on ne se poserait plus la question de savoir si quelqu’un peut ou pas financer comme ça. Comme en gréce.

  19. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ [fonds stratégique d’une part, dispositifs permettant d’autoriser les prises de participation étrangères en préservant notre souveraineté, etc].

    En clair monsénateur veut que M. Taxpayeur finance une seconde fois avec ses économies et ses dépots bancaires ce qu’il finance déjà avec ses impôts ? ;0)
    Malin le bougre avec ses gros sabots …
    Les  » lobbies  » ce sont très probablement ceux qui exigent la transparence des financements pour les investisseurs . C’est ce qu’il y a de meilleur et cela va bien plus loin qu’un vague  » actions Françaises et Européennes  » : L’investisseur doit avoir le droit de savoir où va son argent et quelle société il finance .
    J’ai le droit de choisir un fond « éthique » qui ne comprend pas de valeurs pétrolières , charbonnières ; gazières , minières , agro-alimentaires , d’industries faisant travailler les nenfants Ouighours ou les industries liées à la défense ou au contraire privilégier ce type de fonds . La possibilité de choisir la destination de l’argent investi à titre privé est une règle essentielle et il est normal qu’un banquier rende des comptes à ses clients au delà des garanties sur la rémunération des investissements . C’est SON problème de banquier d’affronter le lobbies des décroissants , des végans ou des antimilitaristes et celui de son service de communication de justifier tel ou tel choix d’investissement .
    Maintenant je propose une solution qui a toujours existé : Un emprunt avec un rendement de 4,5 -5%
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f8/Faivre%2C_1915_-_L%27or_combat_pour_la_Victoire.jpg

    L’autre solution c’est de créer des FCP accessibles au  » grand public  » du type AEROFUND™ avec des parts de 50 Euros ( pour les  » petits porteurs  » animés d’un sentiment patriotique ) ; 100 Euros ; 500 Euros et 1000 Euros et éligibles au PEA . Il se trouvera toujours de bonnes âmes pour  » socialiser  » ce type d’investissement national-patriotique en réclamant un crédit d’impôt ! ;0)
    Je propose par exemple un fond de type PATRIOTIS+ ™ou ARMEX+™ composé d’industries liées au secteur de la défense . Des banques de dépôts investissent déjà , d’ailleurs sans le signifier à leurs clients cad en totale illégalité , dans des sociétés d’investissement du secteur de la défense . https://www.meta-defense.fr/2020/03/03/peut-on-creer-un-fonds-dinvestissement-prive-pour-garantir-la-souverainete-technologique-nationale/
    Vu le nombre de personnes qui réclament 5 PAN , 7GAN , 60 FREMM , 120 hélicoptères lourds pour le COS , je pense que l’emprunt et les fonds vont être couverts avant la fin de leur période d’émission et même couvert une dizaine de fois ! ;0)
    Je ne doute pas un seul instant que ceux qui manifestent leur grandeur d’esprit et leur patriotisme – réel – par des mots vont se précipiter sur ce type de fonds y compris en sacrifiant leurs loisirs et leur bien-être . Au besoin pour titiller la mauvaise conscience de ceux qui ont mis de l’argent de côté durant cette pandémie , un bon slogan d’entête s’impose  » Ils donnent leur sang , donnez l’argent qui dort sur votre compte !  » ;0)

    Ps ; Je viens de voir que  » Mare Nostrum  » a eu la même idée !

  20. Wagdoox dit :

    Le bitd ou quelque soit le nom, on va en entendre beaucoup, c.est par là que passera l’avenir de l’industrie militaire et civile de notre pays.

  21. Ajm. dit :

    Le non financement de notre économie par les banques est un mythe, une idée reçue totalement fausse. Les encours bancaires à l’économie, visibles dans les statistiques de la Banque de France, sont en augmentation régulière chaque année. Maintenant, les banques doivent gérer leurs risques, préserver leur équilibre bilantiel, respecter les ratios prudentiels, sous la surveillance permanente de la BCE. Elles ne sont pas censées financer les pertes de leurs clients, même provoquées par les décisions étatiques de confinement de l’économie. Si l’industrie de la défense doit être soutenue, c’est l’état par ses commandes qui doit les fortifier en les accélérant et en les augmentant.

    • Intox dit :

      Et en payant les entreprises en temps et en heure ! L’état est le plus mauvais payeur. de nombreuses entreprises ont coulé faute d’avoir été payé à temps par lui. Déjà que le délai de 3 mois voire plus est inepte, alors en plus quand il n’est pas respecté … Toujours éviter d’avoir comme client principal l’état, sinon votre perte est quasi assurée.

  22. Ghostrider dit :

    excellent article mais les banques sont une cible facile du sénat, l’arlésienne. c ‘est toujours la fautes des autres et jamais de soi, en l’occurrence l’état le plus grand voleur. les charges fiscales et sociales qui pèsent sur les entreprises sont confiscatoires, de la TPE à l’ ETI le niveau de charges sont énormes. j’ai étais au RSI pendant 15 ans, j’en ai laissé ma chemise. un pote commercial indépendant a fait 117000 de revenu à 70 heures par semaines et bien le RSI lui a pris 85.000 euros avant impôt. ca fait trente à quarantes ans que ca dure, mais comment voulez vous que les boites soient sereine et solide. au profit de qui bon sang ? 5,5 M de fonctionnaires et les mastodontes genre EDF, SNCF, RATP, … de 1996 à 2020 .. allez vas y vas 20 % d’augmentation de la masse salariale . l’état ne veux pas se reformer et On vas crever la bouche ouverte, + un coup de pandémie, + un coup de communautarisme pour rester pudique,+++++ … 348 sénateurs sincèrement un symbole a divisé par deux

    • PK dit :

      Et que dire de la caisse enregistreuse des directives européennes ? 577 godillots à 15 000 boules par mois pour être absents, voter comme le patron ou enregistrer les ordres de l’Europe…

  23. Ajm. dit :

    Les dernières statistiques de la Banque de France sur les concours bancaires aux SNF ( sociétés non financières) montrent une forte accélération à +11.5% en mai, après un peu plus de 9% de progression en avril. Ces concours recouvrent des crédits de trésorerie ( notamment ceux garantis par l’état) mais aussi des crédits d’équipement, immobilier etc…ce taux d’accroissement par rapport à 2019 vient après plusieurs années de croissance annuelle de ces concours. Il ne s’agit donc pas d’un rattrapage après des périodes de recul mais d’une forte accélération, boostée par le contexte actuel avec les mesures de soutien à la trésorerie des entreprises ( garantie de l’état).

  24. Piliph dit :

    Quels seraient donc ces lobbies qui empêcheraient les banques françaises de financer notre BITD???
    Trop dit ou pas assez….

  25. Max dit :

    Les banques frileuses à cause de lobbies ! Lesquels… Des ONG ?
    Au bout du bout ou au pire moment la France a quand même un stock d’or stratégique.
    il semble que le stock d’or présent (2016) dans les coffres de la Banque de France n’ait pas beaucoup varié. Il se situe toujours aux alentours de 2 435 tonnes, constituant ainsi la 4e réserve de métal jaune au monde après celles des États‑Unis, de l’Allemagne et de l’Italie. Et le cours ne cesse de grimper.
    Je vous conseille dans la mesure du possible d’avoir un peu d’or jaune en coffre car si je que je pressent va arriver, la prochaine crise va être financière et comme en Grèce les guichets fermeront.

    • Albatros24 dit :

      La prochaine crise sera financière comme souvent et peut être liée à l’immobilier.
      Mais comme chaque fois elle sera surmontée…car le capitalisme n’est qu’une succession de crises

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Les banques frileuses à cause de lobbies ! Lesquels… Des ONG ?]

      Effectivement !

      Figurez vous que les banques O-S-E-N-T se doter de  » régles de compliance  » qui dans le secteur de la défense se traduisent par l’engagement de ne pas financer des armes de type NBC , des états voyous ou peu scrupuleux quand au respect de  » droits de l’homme  » . Certaines poussent même l’outrecuidance jusqu’à exiger que les entreprises qu’elles financent ne commercent pas avec des états qui n’ont pas signé les principales conventions sur la fabrication , l’usage et le commerce des armes .
      Ceci interdirait par exemple de financer des entreprises qui ont des contrats avec les USA puisque ceux ci n’ont pas ratifié de la convention d’OTTAWA sur les mines terrestres .
      Comme c’est très souvent exprimé de manière assez vague , et en Britiche , elles ont quand plus de liberté de financer des marchands de canon que de financer des cigarettiers , des producteurs ou des transformateurs d’huile de palme ou des entreprises travaillant dans le secteur de la lignite en Allemagne ….
      Vous l’avez lu vous la  » compliance publication  » ou les  » compliance rules  » de votre banque ?
      Mézigue je ne m’y suis intéressé que quand mon banquier m’a indiqué qu’il n’avait pas investi dans les subprimes et qu’il n’investirait plus dans le tabac ….
      Mais pour monsénateur ces règles sont trop contraignantes et certains  » fouille-m[censuré]  » les utiliseraient de manière  » dévoyée  » cad qu’ils cherchent à mettre les banques en face de leurs engagements .
      En clair : Mon sénateur veut que les banques puissent continuer à financer en toute tranquilité les entreprises qui fabriquent des canons automoteurs pour les chameliers Séoudes par exemple … ;0)
      Sauf qu’il n’ a pas le courage intellectuel de l’exprimer de manière compréhensible .

  26. nikesfeld dit :

    au final Trés intéressant article& participations , permettez moi quelques conclusions en précisant que l’industrie c’est mon gagne pain.
    Dans le complexe militaro-industriel
    Il ne doit avoir qu’un objectif, la réindustrialisation, en rendant possible le maintien des entreprises « Fournisseurs » existantes et de leurs liquidités, présentes dans le matériel& services ce que les armées utilisent aujourd’hui.

    point d »écolo mon genou, de maoistes troskistes agitateurs professionnels du rien foutre.
    point de projet keynesien où on donne des milliards a des transnationnales, qui licencient et délocalisent.

    Comme ces PMEs doivent se compter sur une dizaine de pages, on géle les dettes/déficit en cours dues aux impayés depuis novembre 2019, les Banques de ces PME sont sommés d’acheter des Bons du Trésor et de garantir les montants en jeu pour deux ans.
    On arrete la technophilie, on recrée des filiéres a faible taxe (f u ..k europe) orienté sur un sujet, la baisse des couts de maintenabilité opérationnelle.

    nous savons tous que toutes les declarations gouvernementales sont fumeuses, au mieux uniquement théoriques.
    A propos de l’or, cest une des ressources qui sera requisionnée instantanément lors de l’effondrement de confiance & peut étre méme que c’est la CHINE qui réinstaurera un étalon physique.