En mettant l’accent sur la protection civile et la cyberdéfense, la réforme de l’armée autrichienne divise

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

51 contributions

  1. fabrice dit :

    Il est évident que le cyberterrorisme devient une menace sérieuse.
    L’information a eu du mal à être médiatisée mais l’Iran a tenté de saboter l’approvisionnement en eau israélien par une attaque cyber. https://www.dw.com/en/israel-thwarted-attack-on-water-systems-cyber-chief/a-53596796
    En représailles, les unités cyber israéliennes ont paralysé momentanément un des plus grands ports iraniens (Bandar Abbas) https://www.washingtonpost.com/national-security/officials-israel-linked-to-a-disruptive-cyberattack-on-iranian-port-facility/2020/05/18/9d1da866-9942-11ea-89fd-28fb313d1886_story.html
    Rebelote cette semaine une installation liée au nucléaire iranien a sauté à Parchin près de Téhéran
    https://www.jpost.com/middle-east/24-hours-of-war-in-the-middle-east-leaves-region-shaking-632909 Certains sites laissent entendre une attaque cyber.
    Lors de la visite cette semaine du PM grec à Jérusalem il a été question de collaboration cyber entre les deux pays dans le prolongement d’une annonce de recrutement de 80 « combattants cyber » pour l’armée grecque.
    A noter que les exports israéliens dans le cyber sont de l’ordre de 5,5 à 6 mds de $ alors que les exports de système miliaires sont à 7,2 mds de $ (par comparaison les exports français militaires sont à 10 mds de $ en 2018). Bref d’ici quelques années Israël exportera plus de cyber-armes que d’armes physiques.
    https://www.gov.il/en/departments/news/cyber_industry
    La technologie change vite, très vite, la France a raison d’accélérer le mouvement même si ça ne reste pas assez rapide à mon goût.

    • Félix GARCIA dit :

      Il nous faut un Zohar ZISAPEL, une unité 8200 et un Talpiot ! Et je dis cela sérieusement.
      Après, mon ignorance me joue peut-être des tours, car, il est possible qu’il y ait déjà des unités de cet acabit en France, sans que je le sache.
      Mais la dernière annonce d’embauche pour formation cyber (relayée ici, sur OPEX360) semble aller dans ce sens.

      Cordialement,
      Félix GARCIA

      • Alexandre Viau dit :

        COMCYBER représente environ 3500 personnes, notamment le très efficace CALID.
        Il y a également des combattant Cyber/Lid indépendant dans les directions de renseignement.

  2. Anaxagore dit :

    Il n’échappera à personne que s’il ne doit pas y avoir de guerre conventionnelle en Europe à court terme, c’est bien parce que les pays européens ont encore des armées à opposer à un éventuel agresseur.

    • dolgan dit :

      C’est bien sur ça que compte l’Autriche.

    • précision dit :

      Je nuancerais: la ministre ne disait pas qu’il n’y aurait pas de guerre conventionnelle en d’Europe mais qu’il n’y en aurait pas « sur le territoire autrichien ». Pour ce qui est de l’Europe c’est plus douteux. On peut considérer d’ailleurs qu’il y en a une en Ukraine, quoique limitée, et les tensions ne manque pas du Sud-Est au Nord-Est.
      En l’occurrence ce n’est pas parce qu’il y a des armées en Europe que l’Autriche n’a pas à craindre d’invasion, mais parce que l’Autriche s’entend relativement bien avec ses voisins, et qu’aucun pays plus lointain ne voit dans l’Autriche une menace (ou une cible).

      • Alexandre Viau dit :

        Il est même fort probable qu’ils ne sachent pas la passer sur une carte.

  3. dolgan dit :

    Va pas leur rester grand chose. Apparemment, ils ont déjà réduit significativement leurs capacités en 2014.
    .
    J’ai l’impression qu’ils confondent neutre et démilitarisé.
    .
    En même temps, quand on regarde le CV de la ministre de la défense on ne voit rien qui pouvait la préparer à ce domaine. ça montre le peu d’intérêt de ce gouvernement pour ce domaine.

    • John dit :

      Le système politique autrichien n’est pas le système politique français.
      En France, le gouvernement et le parlement obtiennent presque systématiquement une double majorité lors des dernières élections, de sorte qu’ils font ce qu’ils veulent.
      En Autriche, c’est un système politique qui fonctionne en collaboration, tous les partis participent, et ce n’est certainement pas la ministre qui décide de ça dans son coin.

  4. Le sicaire dit :

    Bonjour à Tous,

    Je trouve que la ministre de la Défense Autrichienne, Klaudia Tanner, ouvre un débat très intéressant.

    Ce n’est pas une armée, aussi professionnelle soit-elle qui seule pourra défendre son pays. Je pense que seule une population qui contribue, dans son ensemble, à la défense de son pays, peut s’opposer et vaincre un éventuel envahisseur.

    Pourquoi ne se pose-t-on pas ces mêmes questions en France ? Car à quoi sert notre Armée, si ce n’est à guerroyer dans des missions internationales dont on voit bien les piètres résultats aussi bien militaires, que politiques d’ailleurs…

    • Doodiiz dit :

      Je rebondi sur ce que vous dites en soulignant l’intérêt, de nos jours, d’une armée à 2 niveaux, tant du coté humain que matériel.

      – une armée, à temps plein, véritablement pro (donc bien entrainée), et au top de l’équipement (donc chère) mais à l’effectif réduit. Aussi fait pour guerroyer à l’étranger.

      – une armée de « conscrits » et de volontaires (ce qui pourrait ressembler à une réserve ou une garde nationale) en grand nombre et mobilisable en cas de besoin impérieux (et uniquement pour la défense nationale). Entrainée quelques jours par an sous forme de stage où on acquière les bases et surtout un état d’esprit. Dotée d’un équipement pragmatique, rustique et peu chère. Évidement les personnes qui l’a compose ont un travail à coté.

      Il y a évidemment des limites et cela fonctionne surtout pour la composante terre mais cela reste intéressant notamment sur les coûts des équipements toujours plus chère et des salaires.

    • sepecat dit :

      Faire reposer la défense sur la seule population d’un pays est assez illusoire, ne serait-ce que parce qu’il faut de toute façon un encadrement parfaitement formé pour planifier / exécuter, ce que vous n’obtiendrez pas de façon globale avec des personnels ayant une autre activité.
      Mettre en oeuvre un Rafale ou tout autre équipement militaire un tant soit peu évolué ne s’effectue pas le week end et les pays qui ont une garde nationale n’en ont pas pour autant abandonné l’armée de métier.
      Même si la Suisse a recours à sa population pour une partie de son armée elle conserve tout de même des structures pérennes encadrant l’ensemble. Ceci dit on voit bien les limites de l’exercie justement avec la Suisse et une armée dont la présence limitée aux heures de bureau a bien fait rire récemment (riches les Suisses mais pas suffisamment pour assurer une défense H24 tout en donnant des leçons aux « pauvres » qui les entourrent).
      Quant aux OPEX dont vous suggérez qu’elles ne servent à rien, c’est un tantinet réducteur et probablement déconnecté de la réalité. Si on suit votre raisonnement il ne faudrait intervenir nulle part. Soit… mais vous serez le premier à vous plaindre lorsque les soubresauts de certains pays seront exportés et arriveront sur le pas de votre porte. Penser qu’à ce moment là recourir à la population pour vous défendre sera suffisant est une vision par trop optimiste de votre environnement.

      • jp_perfect dit :

        Les heures de bureau, qui étaient effectivement malheureuses, sont terminées depuis 2016, et on voit mal en quoi la Suisse fait la leçon à ses voisins…. Si vous avez un exemple.
        Habitant en Suisse et lisant quotidiennement plusieurs journaux nationaux, on se fait assez petits sur la scène internationale, et on propose nos services diplomatiques à qui les veut.
        C’est peut-être cette discrétion et cette retenue, que l’on retrouve passablement au niveau individuel d’ailleurs, qui donne à la Suisse une des clés de sa réussite.

      • Il faudrait vous mettre un peu a jour, cette histoire des heures de bureau est de histoire ancienne et cela ne concernait pas l’Armée contrairement a votre affirmation mais les Forces aériennes. C »était une décision du parlement de ne pas allouer les fonds pour assurer une surveillance H24 de l’espace aérien. Depuis cette année ce n’est plus le cas. En Suisse contrairement à la France la culture des armes fait partie de l’ADN du pays, il y beaucoup de société de tirs dans les villes et villages, a partir de l’age de 16 ans, tous jeunes Suisses peut demander a faire des cours de tir au fusil d’assaut Fass-90. Lorsque la formation initiale de 4 mois est accomplie le milicien rentre chez lui avec son paquetage complet qui inclus son arme de service le Fass-90 ce qui permet en cas de mobilisation à l’armée d’être rapidement opérationnel . Pendant la crise du COVID19 le gouvernement fédéral a été en mesure de mobilisé plus de 5’000 miliciens en en temps record pour assister les autorités locales

      • Le sicaire dit :

        Bonjour sepecat,

        Je vous l’accorde, une défense uniquement basé sur une population non entrainée n’a aucun sens mais quid d’une population entrainée et encadrée par des professionnels ?
        Concernant les OPEX, même si je ne doute pas du résultat militaire sur le terrain qu’il convient tout de même de relativiser… à quoi cela sert-il s’il n’y a pas de prolongement et de volonté politique derrière tout ça ?
        En dépits de nos actions militaires, à t’on résolu les problèmes en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Sahel…? On déplace les problèmes, on les temporise mais apportons-nous des solutions pacifiques et pérennes… permettez moi d’en douter.

    • Alex dit :

      Vous ne voyez pas le résultat, nuance. Avec l’état islamique confortablement installé au Mali, puis dans toute la région, vous auriez une autre appréciztion, mais trop tard

    • Aymard de Ledonner dit :

      Une population non entrainée et sous équipée n’a pas la moindre chance face à une armée de métier. Une fois le pays ravagé par des années de guerre, des actions de guerrilla peuvent pousser une armée occupante à quitter le pays. Est-ce que les autrichiens souhaitent connaitre le sort de l’Afghanistan ou du vietnam….

      • Le sicaire dit :

        Bonjour Aymard,

        Lorsque vous êtes envahi, quel autre sort que ceux de « l’Afghanistan ou du Vietnam » envisagez-vous ?

        La collaboration peut-être…? 😉

        • Aymard de Ledonner dit :

          Je ne sais pas vous mais personnellement je préfère ne pas être envahi. Il faut avoir une armée efficace. Tel est le sens de mon post. C’est le seul moyen de se protéger efficacement. La défaite de l’armée de métier et les actions de guérilla impliquent des destructions catastrophiques pour le pays. La guérilla est le dernier moyen de défense quand on n’a plus rien d’autre.
          Votre ironie est déplacée. Le patriotisme se constate au vu des actions des uns et des autres. Sur un forum, par définition, il n’y a que des discussions et aucune action.

    • Royaliste dit :

      @ Le sicaire

      Parce que nos politiciens ne sont plus patriotes depuis 230 ans. Ils veulent la destruction des nations pour leur république universelle. Sur les 60 dernières années (instauration de la 5ème Gueuse), ça a inclut le désarmement des Français « de souche » (interdiction des milices à l’Américaine), perte de l’identité nationale au profit de l’identité européenne (programme Erasmus, monnaie Européenne …), promotion de l’IVG (8 millions de non-nouveau-nés) couplé à l’immigration (métissage forcé), délocalisations …

    • Tchac dit :

      Ce que vous dites est juste, il faut impliquer davantage les autres couches de la société dans la Déf Nat. D’ailleurs, le changement du ministère de la Défense en ministère des Armées est pour moi une bonne chose. Pourquoi ? Car la Défense ne doit pas se réduire aux armées, ce ne sont qu’un composante ; le MININT, MAE, l’économie etc doivent aussi participer à notre défense dans leur rôles respectifs. Malheureusement, ce n’est pas assez le cas…
      Mais le problème est que l’Autriche ne semble pas vraiment voir les choses comme vous le souhaitez, si je comprend bien, on aura un armée autrichienne qui ressemblera plus à une sécurité civile musclée qu’à une armée, avec un unique bataillon réellement offensif, bref, une armée d’échantillon (imaginez à quoi nous avons échappez chez nous !).
      Bref, on est bien loin du concept de « défense totale » suédoise (qui d’ailleurs est remis au goût du jour là bas) ou du système de milice suisse.
      Il faut donc renforcer le nombre de réservistes (cela sonne yakafaucon mais la réserve peut être un vivier indispensable en cas de crise) et penser éventuellement à (re)créer une véritable Défense opérationnel du territoire (DOT), qui serait chargé de contrôler l’ensemble du territoire et d’éventuellement mener des actions de guérilla si vraiment ça tourne mal. Une sorte de dissuasion conventionnelle (« si tu m’attaques, nos soldats d’actives, nos réservistes et même toute la population vont te rendre la vie tellement dure, tu auras tellement de pertes que cela n’en vaudra pas la peine) en complément de la nucléaire.
      Nous ne sommes plus au temps de la guerre froide mais je pense réellement que toute proportion gardée, il faut veiller à conserver une DOT efficace qui impliquerai de nouveau la gendarmerie qui a un peu oubliée ce rôle depuis la fin de l’URSS.

      Mais encore une fois, cela ne semble pas être le modèle vers lequel l’Autriche se dirige mais plus le cas des systèmes Suisse ou nordiques.
      D’ailleurs en parlant de pays du nord, voici une vidéo de l’armée finlandaise qui imagine une confrontation armée future, pas une guerre totale mais plus quelques chose de ce
      qui c’est passé en Crimée.
      https://www.youtube.com/watch?v=bTmWCbcYwb8

      Et notez l’accent mis sur le rôles de la Réserve !

    • Raymond75 dit :

      Je partage votre avis, et j’ai souvent dénoncé la fin du service militaire. Celui que j’ai connu était complètement dégénéré et inefficace, il avait besoin d’être rénové et généralisé aux hommes et aux femmes. Une population qui est incapable de se défendre, qui s’en remet à un petit groupe de professionnels, et qui ne sait même plus qu’elle peut être menacée ne peut résister et supporter des épreuves. De plus, une démocratie doit pouvoir être défendue avec une participation de son peuple.

      Un service universel de quatre ou cinq mois, dont environ deux mois de classes, un stage de secourisme, une affectation dans la protection civile et une autre dans une association, et une solide révision sur notre droit constitutionnel me semble indispensable pour constituer un peuple.

      Bien entendu, les militaires d’active restent les seuls capable de véritables missions armées, mais la population peut être entrainée à la résistance et à la guérilla (ce que font les petits pays baltes).

      • Raymond75 dit :

        En complément de mon message, j’ajoute que si un agresseur potentiel, qui resterait juste en dessous du seuil de la riposte nucléaire, sait qu’il aura affaire non pas seulement à une armée, mais à un peuple en arme, hésitera plus surement !

        Utopique ? il suffit de regarder l’histoire récente et l’actualité.

    • ji_louis dit :

      Souvenez vous de l’opération « Tempête » qui a permis en 1995 aux croates de (re)conquérir l’Est du pays (la Krajina pour les serbes https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_serbe_de_Krajina#La_reconqu%C3%AAte_croate). L’armée croate a fait le boulot, la population croate n’a plus eu qu’à se (ré)installer.

      Souvenez- vous des opérations turques « rameau d’olivier » (conquête et occupation du canton syro-kurde d’Afrin) et « source de paix » (conquête et occupation de territoire syro-kurde dans le Nord de la Syrie), où l’armée turque (et ses affidés islamistes) a fait le boulot et permis de chasser les populations kurdes pour installer des populations arabes des factions islamistes chassées par l’armée russe, les factions kurdes, les milices iraniennes et l’armée syrienne.

      Et ce ne sont pas les seuls exemple, mais juste les plus récents, où l’action des armées seules permet de conquérir un territoire sans action (mais au bénéfice) des populations civiles d’un pays (envahissant, on va dire).

  5. Eurafale dit :

    En soi, l’idée est plutôt bonne. Si tous les pays se mettaient à réduire leurs capacités offensives pour s’orienter vers la protection civile et le génie, ça ferait baisser bien des tensions. Mais bon, ça, c’est dans un monde pour l’instant utopique.
    Si l’Autriche compte sur un seul bataillon de chars et réduit son artillerie, dans le cas d’un conflit peu probable aujourd’hui en Europe de l’Ouest, sa défense pourrait être assurée par l’Allemagne et l’Italie… où dans le cadre d’une défense européenne globale. Dans ce cas, il faudra aligner les eurosousous pour participer à l’effort commun de défense. Et le problème récurrent dans une défense commune, c’est la doctrine et les OPEX.
    D’ailleurs ils en sont où avec leurs Eurofighters ?

    • dolgan dit :

      Plus exactement, dans le cas d’un affrontement global, si l’autriche (idem pour l’irlande ou la suisse. Ou la Belgique dans l’entre deux guerres. ) n’est pas capable d’interdire aux belligérants de passer sur son sol ou dans ses airs, les belligérants n’auront d’autre choix stratégique que de tenter d’annexer le pays avant l’autre camp.
      .
      La neutralité est une position qui exige des moyens militaires pour l’imposer et la rendre crédible.

      • Wolff dit :

        La doctrine d’un pays neutre sur un axe stratégique a toujours été de faire comprendre à ses voisins que passer par chez soi est plus coûteux que de faire le tour. Si vous avez quelqu’un qui sait calculer un rapport coût/bénéfice comme un général Allemand il y a 80 ans par exemple, il passera volontiers par un autre petit pays et renoncera à la Suisse pour aller taper du Français. Dans la jungle, il est inutile de courir plus vite que le lion pour lui échapper, il suffit de courir plus vite que son voisin. Le conflit de haute intensité n’a détruit ni Rome et ne détruira pas l’Europe. On fait fausse route sur la menace. Le manque d’énergie, d’accès aux ressources et d’autonomie économique causera bien plus d’instabilité que n’importe quel belligérant. L’effondrement est bien plus probable qu’une hypothétique invasion russe dont le déficit démographique ne lui permettrait même pas d’occuper la Pologne dans 10 ans.

    • Aymard de Ledonner dit :

      L’idée n’est pas « bonne ». Je regrette.
      Ou bien les autrichiens comptent sur les autres pour leur défense tout en jouant les pères la vertu en matière d’équilibre budgétaire, et ils sont hypocrites.
      Ou bien ils ne se rendent pas compte que le droit international n’existe que parcequ’il y a un minimum de consensus parmi les états les plus puissants. Sinon c’est la loi de la jungle et seul le risque de pertes élevées par rapport au gain potentiel pourra disuader un agresseur.
      Les ukrainiens aussi il y a quelques années ils pensaient que les armes amènent la guerre : ils ont supprimé leurs armes atomiques en échange d’une promesse, la main sur le coeur, des russes de respecter leur intégrité territoriale…..
      Je pense qu’aujourd’hui, 10 000 morts plus tard, ils ont changé d’avis.

      • Eurafale dit :

        Ouais, en gros vous avez lu la première phrase de mon commentaire pour au final dire à peu près la même chose… Car j’ai bien précisé que cette idée serait bonne dans un monde utopique. J’ai également précisé que s’ils comptent sur une défense commune et européenne, il faudrait que le pays mette la main à la poche, et qu’un conflit en Europe de L’OUEST était bien improbable. D’un point de vue géographique franco-centré, l’Ukraine est en Europe de l’EST. L’Autriche n’est pas l’Ukraine. D’ailleurs, qu’auraient fait les Ukrainiens de 4000 ogives ? Est-ce qu’ils auraient eu les moyens de les stocker dans de bonnes conditions, de les entretenir correctement, de gérer le stock mais également leurs déploiements ? On ne refera pas le monde avec des si, mais avec une arme nucléaire, vous seriez passé de 10 000 morts à plus de 10 fois plus.

      • précision dit :

        C’est une manière de voir les choses, qui se défend tout à fait.

        Mais voici une autre perspective: les ukrainiens ayant supprimé les armes à l’époque ne sont pas les mêmes que ceux qui sont désormais au pouvoir.

        Les politiciens qui ont supprimés leurs armes en échange d’une promesse de respect de l’intégrité territoriale maintenaient des relations au minimum cordiales avec la Russie, les USA et l’Europe. Ils avaient été formés à l’Est (voir avaient étudié, vécu en Russie) et comptaient sur l’aide de l’Ouest pour leur développement économique. Cela leur permettait de s’entendre avec tous. Il n’était à l’époque pas question de rejoindre un bloc tel que l’UE/OTAN…

        De nouvelles forces politiques sont arrivées au pouvoir depuis, formées à l’Ouest (voir ayant étudié, vécu aux USA, en Géorgie ou Lithuanie) qui ne se soucient pas beaucoup d’avoir des relations cordiales avec l’Est…

        Je suis d’accord avec vous qu’il est important d’avoir un consensus entre états. Mais cela va dans les 2 sens: le droit aide aussi (dans une petite mesure) à parvenir au consensus. Lorsque les élites ne cherchent pas le consensus, le risque de pertes ne les empêche pas de faire la guerre; le conflict est juste dans le meilleur des cas déporté sur des terrains d’affrontement secondaires.

        • Eurafale dit :

          Bonne analyse, j’avoue n’avoir pas réfléchi à ce point lors de la rédaction de mon com…

    • ji_louis dit :

      On appelle ça la stratégie du passager clandestin, qui bénéficie des efforts faits par les autres.
      Les pays « frugaux » de l’UE reprochent aux pays « dépensiers » (comprendre, du Sud de l’UE) de l’appliquer en matière financière.
      Les américains reprochent à certains pays de l’UE, particulièrement l’Allemagne, de l’appliquer en matière militaire.

  6. BoitaR dit :

    Oui, enfin si y a pas de tank, d’antiaérien, d’avions et d’artillerie, les civils en tenue de NBC et formés à la cyberdéfense, ils vont passer un mauvais moment.

    • précision dit :

      Pas certain qu’un tank soit très utiles dans un métro… ou face à une épidémie. Je n’ai pas de boule de cristal, mais il parait douteux que les civils autrichiens passent un mauvais moment dans le 20 ans à venir par manque de tank.

      • BoitaR dit :

        Comme vous dites, on a pas de boule de Cristal. Par contre, ce qu’on sait, c’est que les mecs d’en face se réarment en conventionnel: Russie, Chine, Turquie, USA, etc…
        Soyons clair, le cyber est un impératif. Comme le terrestre, l’aerien, ou la marine.
        Mais si il est ridicule pour un pays de mettre tous ses moyens dans l’une de ses armes en oubliant les autres, il est tout aussi ridicule de les oublier pour s’investir exclusivement dans le cyber.

  7. Auguste dit :

    Ils se préparent au siège de Vienne par Erdogan.Et on ne bougera pas le petit doigt pour les aider.Cela leur apprendra à nous mettre des bâtons dans les roues sur les aides européennes.J’t’en foutrais moi du « vertueux »

  8. Frédéric dit :

    Rappelons que le très faible armée autrichienne n’avez même pas de missiles antichars, sol-air ou air air durant la guerre froide. Et c’est trouvé fort dépourvue lors du déclenchement des guerres de Yougoslavie ou l’on a vue des violations de frontières de la part des belligérants, d’ou sont renforcement a la fin des années 90 avec les Léopards II et les EF-2000 plus tard. Vienne veut recommencer la même être et n’avoir aucune dissuasion militaire ?

  9. Roberto dit :

    Ben boyons…tout le contraire de la Finlande qui a la fin va être le seul pays neutre (et même pas neutre) d’Europe à a avoir une défense digne de ce nom. On ce demande pourquoi avec ses voisins…les suedois veulent peut-être reformer l’empire baltique de leurs ancêtres…
    D’un autre côté l’Autriche ne remplit plus les bases de sa neutralité si l’on cherce la petite bête…ses voisins vont pas être contents de voir que toute la défense du coin va reposer sur eux…c’est facile comme cela ensuite d’avoirs des très bon comptes publiques et de faire des economies. Une armée cela se casse vite, mais la refomer c’est très cher et cela prend beaucoups d’efforts et de temps.

    • tchac dit :

      La Suisse a quand même aussi une défense digne de ce nom; espérons juste qu’ils remplacent leurs F/A 18

  10. lxm dit :

    Il est bien loin le temps où pendant 5 siècles, la devise de l’autriche était A.E.I.O.U. (Austriae est imperare orbi universo.), il appartient à l’Autriche de régner sur tout l’univers. D’abord la perte du saint empire romain germanique à cause de Napoléon, puis le rêve annihilé en une seule guerre, celle de 14-18, empire des hasbourg éclaté en multiples peuples malgré des siècles de proximité, même si un autrichien moustachu a voulu retenter le coup en 39-45. Maintenant l’autriche est surtout un pays de financiers et de racistes, aigris à ne point douter.

  11. blavan dit :

    On ne peut pas faire de parallèle avec la France, et en tirer des conclusions sauf pour convenir qu’il n’y aura pas de conflit dit classique dans l’UE pendant longtemps puisque l’arme nucléaire s’est substituée aux scénarios anciens depuis 1945. C’est pourquoi beaucoup de composantes de nos armées sont obsolètes comme les chars lourds. Par contre je pense que notre dissuasion nucléaire mérite encore une augmentation de budget . Les forces navales françaises méritent aussi de se développer compte tenu de nos territoires d’outre mer, enfin notre protection civile est dans le plus grand besoin, la crise Covid 19 l’a démontré. Reste le nerf de la guerre, l’exportation de matériel d’armement et là si nous voulons rester le troisième exportateur mondial , il faut des Opex , ce qui n’est pas le cas de beaucoup de nos voisins européens , d’où notre unilatéralisme au Sahel.

  12. breer dit :

    Ben, nous on s’en fout, on va avoir 2 portes avions nucléaires tout neufs pour affronter une éventuelle ‘invasion » venant de l’Est…. via l’Autriche

  13. PK dit :

    « « Il n’y aura pas de guerre conventionnelle, dans un avenir prévisible, sur le territoire autrichien. »

    Wahou… Si le gars qui a pondu était capable de mettre ses couilles sous le billaud s’il se trompait, je pense qu’on aurait moins d’avis aussi tranché sur l’avenir qui est, par essence, franchement imprévisible.

    Sauf bien sûr si on parle de la semaine prochaine. Et encore. La veille de la chute du Mur, il existait encore deux blocs qui s’opposaient depuis un demi-siècle. Et aucun politicien en place n’avait anticipé sa chute (ni réagit à sa chute le moment venu).

  14. Plusdepognon dit :

    Même les spécialistes se mélangent les pinceaux sur les définitions :
    http://informatiques-orphelines.fr/index.php/2020/06/30/menaces-cyber-imbroglio-et-erreur-de-lanssi/

  15. Etudiant dit :

    Des pays comme l’Irlande (pays neutre), la Belgique, la Suisse (pays neutre)ou l’Autriche géographiquement des petits pays avec des petits budgets doivent ‘ils avoir une armée ? pour se défendre de qui ? (quels sont les ennemies de ces pays ?); de plus leurs voisins proches les défendes voir UK pour Irlande, UK France Allemagne pour la Belgique, France Italie Allemagne pour Suisse et Autriche alors a quoi peut bien servire une armée quand il suffit d’avoir une bonne police interne et police des frontières. De toute façon que va apporter une armée de ces pays?