En mission à Metz, un réserviste du 40e RA a été mortellement blessé par un tir accidentel

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Philippe dit :

    Deux vies détruites sans parler des familles. Quel drame. ..

  2. Muse dit :

    Oups ! Il faudrait savoir pourquoi et où il y a eu manipulation de l’arme.
    Mais un canon orienté vers la tête d’un camarade reste prohibé.
    Une manipulation se fait dans un système de contraintes propres à éviter tout départ de coup dans une direction dangeureuse.
    Mais dans certains postes de garde il y a des trous et pas ceux d’une petite souris.

    * concernant le décès, mes condoléances vont à la famille du défunt.

  3. Même dit :

    « Les faits dramatiques se sont produits vers 18h30 au niveau du poste de garde de la résidence du palais du gouverneur de Metz, située rue de la Citadelle. Plusieurs coups de feu ont été tirés dans la petite cabane de seulement 5 m² explique Le Républicain Lorrain.
    L’un des deux soldats du 40e régiment d’artillerie de Suippes (Marne) manipulait son Famas lorsque le drame s’est produit. Le fusil d’assaut était vraisemblablement réglé en mode rafale. Le second militaire âgé de 20 ans a reçu une balle en pleine tête. »

    Si ces faits sont confirmé, la responsabilité du tireur est absolue et définitive.
    – Manipuler une arme dans une guérite , faute.
    – Modifier le sélecteur avec un chargeur graillé refaute.
    – Avoir le doigt sur la queue de détente est une énorme faute de plus.
    – Ne pas respecter l’orientation du canon vers le sol ou zone non dangereuse, faute inacceptable.

    C’est tout pour l’instant.

    • jean_tta dit :

      – Manipuler une arme dans une guérite , faute : non pas forcément. Si le tube de déchargement est dans une guérite, on a pas le droit de l’utiliser ?

      – Modifier le sélecteur avec un chargeur graillé refaute : le sélecteur était sur rafale, rien dans l’article ne dit qu’il n’a été manipulé alors que l’arme était déjà approvisionnée à ce moment là…

      – Avoir le doigt sur la queue de détente est une énorme faute de plus : compliquer de faire ses opérations de sécurité sans mettre le doigt sur la queue de détente, puisqu’il y a une percussion à vide.

      « C’est tout pour l’instant ».

      Le plus probable est que les opérations de sécurité aient été réalisées sans enlever le chargeur, l’arme remonte lorsque la rafale part et si il n’y avait pas de camarade en face au début, il y a en avait un à la fin.

      C’est, par exemple, la raison pour laquelle la vigie Sentinelle de Saint Lazare a des impacts dans le mur et dans le plafond (et pour Nicolas, c’était un personnel d’active du RMED…).

      Le problème, comme le soulève Nicolas, est que sur certaines missions, il y a trois millions de passages entre les stades 0-1-2 par jour et que les personnels finissent par les faire en pilote automatique sans faire attention. C’est réglé sur Sentinelle : pas de manipulation du levier d’armement pendant la durée de la mission, on ne fait que du passage stade 0 – stade 1 avec un TOC. Pas clair pourquoi ce n’est pas le cas pour la garde du palais de Metz…

      • who? dit :

        « C’est réglé sur Sentinelle : pas de manipulation du levier d’armement pendant la durée de la mission, on ne fait que du passage stade 0 – stade 1 avec un TOC. Pas clair pourquoi ce n’est pas le cas pour la garde du palais de Metz… »
        Le stade 2 est interdit en france, l’arme est plombée. Seul les forces de l’ordre sont en stade 2.

        • Ragarnoy dit :

          C’est faux de chez faux ce que vous dites…

          • who? dit :

            Jamais de stade 2 en métropole sauf pour sur les champs tir. c’est ainsi et pas autrement

        • Rafy dit :

          Le plombage, à une époque, c’était effectivement de mettre un plomb dans le canon pour désactiver l’arme, il fallait l’intervention d’un mécanicien pour l’enlever.

          Maintenant, on a gardé le terme « plombage » mais on fou plus de plomb a l’intérieur, c’est un « scotch » sur le levier d’armement, donc si ton arme tire ou si tu fais un mouvement de charge, le scotch sera déchiré, et la c’est la merde si t’avais pas une bonne raison de le faire.

      • Fran dit :

        S’il n’y a pas de tube de réarmement, il n’y a plus de percussion a vide. Ça n’existe plus. Le repos de détente n’est plus d’actualité sauf si présence obligatoire de tube de désarmement.

      • 9439040397 dit :

        Usage de l’arme à feu : « Toujours dans une direction non dangereuse !!!!!! » Pourtant pas compliqué… J’ai quitté l’uniforme en 2011, je remarque que l’instruction et les entrainements sont au top… Bravo…

    • RZ dit :

      Je plussoie, avec une telle somme de fautes de sécurité, la responsabilité personnelle du tireur paraît engagée

    • who? dit :

      « Modifier le sélecteur avec un chargeur graillé refaute »

      Graillé c’est à la cantine, on dit un chargeur garni.

  4. Nicolas dit :

    Toutes mes condoléances à sa famille.
    Ça sent les mesures de sécurité sans vérification de la présence du chargeur dans la culasse, le tout en pointant son pote parce qu’on veut faire ça vite fait. J’ai rien contre les réservistes(à supposer que le tireur l’était aussi, ce qui est courant dans ce genre de mission de garde dans ce type d’enceinte), mais malheureusement ils ne sont pas aussi « drillés » que les pro (même si eux aussi font des erreurs), du coup statistiquement ça arrive :'(.

    • Aldo dit :

      Tout d’abord condoléances à la famille.
      Secundo, au niveau du « drill » tout dépend des « pros » et tout dépend des réservistes.
      Par rapport à ce que j’ai pu voir, beaucoup de réservistes, dans ce domaine, valent largement certains engagés.
      Confère les résultats de chalenges ou de rallyes sportifs.
      Tertio, si on les emploie pour des taches merdiques ce n’est pas de leur faute. (Mais ça, c’est un autre problème.)

    • Vevert250 dit :

      Pas de procès des réservistes s’il vous-plait. Ils sont aussi bien préparé que l’active pour ce genre de mission et certainement plus vigilant puisque moins routiniers. A Carcassonne en juin 2008, au 3e RPIMA, le sergent qui avait gardé des balles réelles dans son chargeur de cartouches à blanc n’était pas réserviste.
      Pour le décès, rien n’indique que l’impacte mortelle vient d’un coup direct, une rafale dans 5 m² génère pas mal de ricochets.
      Condoléances à la famille et courage au tireur qui vient de voir sa vie foutue en l’air.

    • Auxsan dit :

      Statistiquement c’est le premier réserviste mort en point…. Je vois pas la relation.

  5. Buburoi dit :

    On se demande à quoi sert le gouverneur de Metz et a t’il besoin d’un palais qui pourrait ètre vendu. S’il faut utiliser des réservistes pour faire celà, ce n’est pas beau à voir. Un bon coup de balai serait le bienvenu.

    • kakane57 dit :

      Au lieu d’étaler ton ignorance, je t’invite à lire quelques articles du code de la défense comme les articles L2121-1 à L2121-8 mais il y en à d’autres.
      Pour faire simple, certains pouvoirs du préfet de région sont transférés à l’autorité militaire, dans le cas présent au gouverneur de Metz.

    • Paddybus dit :

      ben oui… évidemment, et les armes…. pourquoi fait-on des armes…. et des chars…. pourquoi y a-t-il des chars, des avions, des navires de guerre….. par l’absurde, on arrive à tout….. et au fait… des cons… c’est parfaitement inutile…. et pourtant….!!!!

  6. Renard dit :

    Sécurité, sécurité et encore sécurité!
    Repose en paix camarade et toutes mes condoléances à la famille et courage au tireur car j’imagine que ce n’est pas facile pour lui…
    Ah oui, une dernière chose… pour les tireurs, nous sommes légalement responsables du projectile qui sort du canon.

  7. Le Breton dit :

    Condoléances à la famille, voir l’un de ses proches y rester accidentellement et non en mission doit rendre la perte encore plus difficile.

    « la piste d’un accident dû vraisemblablement à une erreur de manipulation d’une arme est privilégiée »

    Déficit d’entraînement à la manipulation des armes à feu ?

  8. Laylaud dit :

    Plusieurs questions :
    – Présence du témoin de chambre vide ?
    – Respect des 4 règles de sécurité ?
    – Non intervention du camarade ?

    Pour tirer il faut racker, pour racker une balle il faut être en stade 1 au préalable. Et donc si on rack le témoin de chambre vide est éjecté et les personnels autour sont au courant qu’une balle est en chambre. Un mec qui en arrive à ce stade devrait déjà se retrouver avec au minimum des gens très anxieux autour de lui. Surtout si rien ne justifie la manipulation.

    Ensuite si rafale il y a eu c’est donc que le sélecteur de tir a été mis dans la mauvaise position (avec la main forte ?)

    Comment a-t-il pu pointer son camarade avec une arme approvisionnée/chargée sans que ce dernier ne réagisse ? Alors même qu’il faut effectuer les manipulations dans une direction non dangereuse.

    En tant que réserviste ça me paraît énorme une telle accumulation d’erreur.

    Mes condoléances a la famille de A.Battu. Quand au tireur pas d’excuses : comme sa voiture on doit rester maître de ce que l’on manipule direction le zonzon

    • Nicolas dit :

      Il ne devait pas y avoir de TOC pour cette mission, c’est un élément d’intervention au profit de la sécurité de l’enceinte du palais du gouverneur.
      Pas besoin de rack pour que la rafale parte, en partant du stade 1, si vous ne contrôlez pas la présence du chargeur, et que vous faites les mesures de sécurité « à l’ancienne » (ça a changé il y a un ou 2 ans la méthode pour FAMAS), vous passez en mode rafale, vous tirez votre levier d’armement, vous pressez la détente, vous relâchez le levier d’armement, vous remettez la sureté.
      Ça faisait au moins une trentaine d’année que c’était la procédure pour cette arme, et il en aura fallu des rafales dans le sol ou pire pour qu’on évolue la dessus… j’en ai vécu une de 6 à quelques mètres par un camarade en fin de mission je peux vous dire que je m’en souviendrais toute ma vie …

  9. Tiger dit :

    Courage à la famille, les accidents font malheureusement partie de la vie que ce soit avec une arme, en voiture, à la maison etc…

    Il y a forcemment eu négligence, le fautif a sa vie qui vient de basculer et bien qu’il soit à priori coupable sa vie est détruite à jamais, alors pensée à lui aussi, on est tous passé à un poil de la connerie irréversible un jour dans sa vie.

  10. Ancien MDL appelé dit :

    Les putains de règles de sécurité, bordel !

    On en a vu se prendre des baffes dans la gueule à se la faire décoller pour moins que ça !

  11. tartempion dit :

    Hommage à la famille de ce réserviste tombé trop tôt au service de la France.
    Il faut admettre que c’est devenu du grand n’importe quoi que cette réserve , il suffit pas de mettre un treillis à des gens 30 jours par an pour en faire des soldats .L’entrainement est largement insuffisant , d’ailleurs j’invite la famille du défunt à vérifier si le réserviste auteur des faits avait reçu une formation suffisante au maniement des armes .Notre outil de défense devrait reposer sur une réserve bien plus forte qu’elle ne l’est actuellement .

    • fred dit :

      qu’en savez -vous. beaucoup de réservistes tirent plus de certains gars d’actives.et il sont tous ultra motivés.
      le TTA est le même pour l’active et la reserve.

  12. L'amateur dit :

    Bonjour,
    « mais malheureusement ils ne sont pas aussi « drillés » que les pro »
    Mais absolument, c’est pas comme les pros! Parce, quand les pros se plantent, ça donne plutôt ça:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade_de_Carcassonne

    Et puis, à l’occasion, je vous raconterai l’histoire de la bastos qui passe à 30 centimètres de la jambe d’un « amateur » lors de la manipulation de son PA par un ancien d’une unité dite « d’élite ».
    Et puis, si vous voulez, en bonus, vous aurez aussi droit à l’histoire du HK MP5 oublié à la boulangerie par un « pro drillé »!

    • Nicolas dit :

      Je serais curieux de pouvoir comparer le nombre d’heure moyen que passe un d’active avec son arme dans la main comparé à un réserviste à l’année. Cela serait plus pertinent que de nous balancer de vieilles histoires au visage, vous ne pensez pas?

      • Plusdepognon dit :

        @ Nicolas
        La réponse est : « trop peu »… et cela se voit par rapport aux commandes de munitions.

  13. Macb dit :

    Pourquoi vous partez du principe que la tête était visée ? Les ricochets ça arrive…

    ça n enleve rien aux remarques faites sur les gestes de sécurité et qu il y a visiblement eu des manques.

    Quoi que, un matériel un peu rincé, il peut y avoir des surprises au niveaux de la sûreté. (Déjà vu en stand de tir). (Genre l arme qui tombe ou se cogne, et le coup part.) mais ça reste dans le domaine des hypothèses, l enquête fera le point sur cette affaire

    Toute mes condoléances aux familles

    • who? dit :

      « Genre l arme qui tombe ou se cogne, et le coup part. »
      ben voyons ! l’arme passe du stade 1 au stade 2 et efface la sureté puis percute, tout cela en tombant.
      Ne dites pas n’importe quoi

  14. cedivan dit :

    Nicolas, rappelez vous l’affaire du 3° RPima. Des pros… qui se plantent aussi parfois. Pas sûr que le fait d’être réserviste change grand chose malheureusement

    • Nicolas dit :

      Je connais le volume horaire de leurs formations, les profils et l’ expérience de certains que je vois passer devant moi avec une arme. Je vous promet que, comme avec certains d’active en toute objectivité, j’aurais beaucoup d’appréhension à les faire passer en stade 1 ou 2. Il y a des très bons et des très mauvais partout, personne n’est parfait.
      Je dis juste qu’une personne qui ne touche un fusil que parfois quelques semaines par an, il est forcément plus enclin à faire des erreurs avec, c’est tout :).

      • Contractor dit :

        Ou pas. On peut aussi penser qu’il sera plus attentif aux mesures de sécurité vu qu’il n’a pas l’habitude de manipuler une arme. Ça marche dans les 2 sens.

  15. MAS 36 dit :

    Du malheur et de la tristesse. Plus rien à dire.

  16. zirba dit :

    Règle Numéro 1:Une arme est toujours considérée comme chargée. Malheureusement l’ erreur se paie cash.

  17. who? dit :

    J aime bien les commentaires…
    Deja pour commencé l’arme est avant tout plombé et en stade 0 ou stade 1.
    Donc faire sauter le plombage et passer en stade 2 est un acte volontaire.
    Cet acte doit être justifié par une menace.
    Or il ne semble pas y en avoir eu une.

    Desassurer l’arme et presser la détente est également un acte volontaire qui doit être justifié dans le cadre juridique de la légitime défense.

    La dessus on ajoute le non-respect des 4 règles de sécurité.

    • fred dit :

      les armes ne sont plus plombées, afin justement d’effectuer les opérations de sécurité et OPV.

      • who? dit :

        totalement faux ! ça c’est valable qu’en opex
        Le plombage est toujours d’actualité, c’est une étiquette rouge

      • who? dit :

        pour le plombage ça dépend des armées..

        • dompal dit :

          @ who?,
          « ça dépend des armées »
          Vous voulez sans doute dire ‘Armes’ et non ‘armées’ puisqu’il n’y a que l’armée française sur le sol français qui fait Sentinelle ! 😉

          • who? dit :

            non, les armées.
            entre l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine, l’utilisation du plombage (étiquette rouge) n’est pas forcement systématique.
            Je ne vois pas ce que sentinelle viens faire la dedans…on peut être armé dans un poste de garde sans faire l’opération sentinelle.

  18. ScopeWizard dit :

    Je ne comprends rien de ce qui est arrivé …………

    Certains parlent de Rafale , j’ aurais tendance à croire qu’ un seul coup est parti ; j’ ai personnellement déjà assisté à ça tout près d’une cabine téléphonique lors des essais de sécurité en bac à sable après une semaine UADO tandis que la CCS la terminait , le tir d’ une arme soit-disant vide de toute cartouche a eu lieu à moins de cinq mètres du point où je me tenais ………….. et ça fait drôle ………………

    J’ ai moi même failli rafaler sur un lieut qui se tenait une dizaine de mètres devant moi durant une séance de tir au jugé ( en rafale de 3 ) au stand plein air sur cible lointaine ; mon arme s’ étant montrée récalcitrante , le dernier tir s’ étant révélé trop bas , ce qui fait que le lieut s’ est pointé tandis qu’ involontairement , l’ esprit phagocyté par l’ incident , je relevai le canon dans sa direction……………à la suite de quoi il ne m’ a rien manqué ou pas grand-chose………….

    Mais bon , c’ est un métier que celui des armes ; il ne s’ improvise pas , c’ est vraiment tout un apprentissage…………..

  19. ScopeWizard dit :

    Quelle tristesse …………

    Honneur à toi , soldat !

    Sincères sympathies à la famille , aux proches , aux frères d’ armes ……………..

    Courage à tous ! à tous …….

  20. Nec plus ultra dit :

    Aux donneurs de leçons, aux « c’est pourtant simple » qui dégoulinent de « c’est pas avec moi que ce serait arrivé », aux « j’ai tout compris et j’en suis tellement excité qu’il faut que je répande mon avis dans les commentaires » : vous êtes indécents.
    Condoléances à la famille.
    M. Lagneau, peut-être pourriez-vous désactiver les com dans de pareilles circonstances ?

  21. vieux margi dit :

    Repose en paix canonnier . C’est bizarre quand même avec toutes les manip avant tir, rack …. Ca ne peux pas être la faute à « pas de chance »

  22. Cyril dit :

    Supprimer le mode rafale des famas et autres fusils d’assaut dans les armées serai déjà une première solution. En plus d’être dangereux, de compliquer les manipulations, c’est strictement inutile au combat. On ne tire pas en rafale en fusil d’assaut car la tenue de l’arme et le chargeur 30cps sont insuffisants pour être efficace, des balles risqueraient de passer à côté de la cible et toucher autre chose, et un doublé coup par coup bien effectué est quasi aussi rapide, et plus précis.
    Laissons le mode rafale aux FM.

    Et comme dit plus tôt, cessons de faire 50 manipulations toute la journée à chaque fois qu’on prend son arme, cela multiple les risques d accidents (sans compter les dégâts sur l’arme de répéter ses manipulations à vide).
    Restons systématiquement en stade 1 (chargeur sur l’arme, non armé). Il n’y a strictement aucun danger, en intervention le temps d’armer est très rapide et représente aussi une graduation de la force. Durant une mission, cela voudrai dire que il n’y a jamais de balle en chambre, et que 99 % des soldats n’auraient que à mettre le chargeur et enlever en fin de mission.

    Tout le monde ne tire pas tous les deux jours, adaptons nous au niveau des armées.

    • who? dit :

      « c’est strictement inutile au combat. »
      tout juste

      « Restons systématiquement en stade 1 »
      c’est déjà le cas, le stade 2 est interdit en métropole

    • Nicolas dit :

      L’avis le plus pertinent et le plus intéressant que j’ai pu lire Cyril.

  23. GLA dit :

    Qui etes vous popotiers de bss et vieux moniteurs ist pour juger de ce qui s’est passé? Les réservistes soulages nos missions au quotidien et n’ont plus rien a voir avec les ivrognes d’il y a 25ans. Une enquête est en cours alors un peu de décence pour la victime et un peu de respect pour un citoyen qui donnait de son temps à la nation! Et laissez faire les autorités compétentes avant de blasphèmer

  24. dompal dit :

    Hommages à ce jeune garçon qui s’investissait dans la défense de sa patrie et condoléances à sa famille.

    Pour répondre aux différents intervenants ci-dessus.

    1/ En tant qu’ancien parti à la retraite en 2004, combien de fois ai-je vu des mesures de sécurité effectuées avec le chargeur sur l’arme…..je les compte même plus…..fatigue, routine, alcool, plein les c**illes, etc…Ça peut arriver même aux meilleurs ainsi qu’aux gradés ! 🙁

    2/ Un intervenant dit que les réservistes tirent plus souvent que ceux d’active…..certainement ceux de Balargone mais de ‘mon temps’ on tirait toutes les semaines sauf en été à cause des risques de feu ! 😉

    3/ L’accident du 3°Rpima est pour moi une action délibérée du militaire concerné car il n’y a aucune ‘raison’ de mélanger des mun d’exercice et de guerre.

    4/ Laissez les enquêtes civiles et militaires faire leur travail au lieu de ramener votre fraise, ne serait-ce que par respect du défunt.