Des sous-marins américains ont été construits avec des pièces en acier d’une qualité inférieure aux normes exigées

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Wagdoox dit :

    « ils ne savent pas construire de sous-marins », « ils nous disent pas tout, si il est en cale sèche c’est qu’il a un problème majeur ».
    Ahahhah

  2. Plusdepognon dit :

    Depuis 30 ans… Ce n’est pas une fraude, il y a certainement des conflits d’intérêts fantastiques sur uune telle durée !

    Cela devait se savoir et pas que chez les militaires américains, choisir toujours le moins cher, cela a des conséquences :
    https://lemarin.ouest-france.fr/secteurs-activites/chantiers-navals/26531-shocking-de-lacier-francais-pour-les-futurs-snle

  3. ScopeWizard dit :

    Et voilà : à toujours vouloir filouter et confier de tels postes à des rigolos……………

    HEIN ?
    Des rigolotes ?

    Ah oui , c’ est vrai , il y a la parité …………..

    Bon , en attendant , qu’ est-ce qu’ il a branlé le père Gibbs ??? Et Di Nozzo Junior ? Et Ziva ? McGee ?
    Il était où le NCIS pendant tout ce temps ?

    Ho , Vance ! Vous dormiez tous ou quoi ?

    https://www.youtube.com/watch?v=EVkt6KQdUyc

    Pourtant , d’ habitude il ne manque pas d’ autorité et d’ assurance le Leroy Jethro ……….
    https://www.youtube.com/watch?v=lmMx5fdx7CY

    Après , il faut bien reconnaître qu’ il n’ est pas toujours super-méga-bien secondé ………… ça flotte parfois………………
    https://www.youtube.com/watch?v=6Dc0q7L3Ku0

    Ça se disperse souvent ……………heureusement que Gibbs ne perd pas sa poigne !
    https://www.youtube.com/watch?v=qgmZRZLOKOs

    Perso , je suis souvent du même avis que Tony ……….. et quels réflexes ! 🙂
    https://www.youtube.com/watch?v=HV7-qotG294

    Bref ………..

    Ici , il fait beau et il fait chaud ………pourvou qué sa doure………………….. 😉
    https://www.youtube.com/watch?v=Hp-Qe-FD4X0

    • Royal Marine dit :

      Heureusement que vous êtes là, Scope, pour donner le bon éclairage… :-)) ;-)) :-))

    • Jean (le 1er) dit :

      Z’êtes pas à jour ScopeWizard. Di Nozzo ça fait longtemps qu’il est reconverti comme avocat et Ziva est repartie en Israël 😉

      • ScopeWizard dit :

        @Jean (le 1er)

        Et encore , si vous saviez ; perso j’ en suis toujours à l’ heure d’ hiver ………..

        C’ est là mon côté « conservateur » ! 😉

        Oui mais avant ? Entre 2008 et 2017 ?, ils étaient où les deux ? Il me semble qu’ils étaient toujours dans l’ effectif ………….

        Non ? 🙂

  4. zamicel dit :

    Veut on nous faire croire que la conscience serait un facteur stratégique ou technique ?
    Je me croyais dans une société matérialiste néolibérale de profit, la loi du plus fort ou du plus malin.
    C’est bien ce que l’on voulait, non ?

    • John dit :

      A long terme, les valeurs comme l’honnêteté, l’éthique sont gagnantes dans le business… Arnaquer ses clients ça fonctionne, mais pas indéfiniment.
      Etre libéral ne signifie pas ce que vous semblez dire.

  5. Même dit :

    Renseignez vous sur les défauts liés aux plaques isolantes qu’ils perdent à chaque plongée…
    Vous serez scotchés !

  6. Fred dit :

    « TPAC, two-part adhesive coating » … Une colle particulière qui revendique le principe général universel et multi-millénaire des colles :o)
    Marketing débile : « La publicité nous prend pour des cons, la publicité nous rend cons », comme le professait Hara-Kiri.

    • JC dit :

      Pour le sketch des Inconnus sur la politique : Il ne faut pas prendre les électeurs pour des cons…mais il ne faut pas oublier qu’ils le sont.

      • Thomas dit :

        Sauf qu’ici c’est le mot coating qui compte :
        « Revêtement adhésif en 2 parties », ça veut pas dire scotch, mais qu’il s’agit d’un revêtement spécial : l’adhésif est en lui même un revêtement, et participe donc du revêtement général du soum au même titre que les tuiles…
        J’avoue, c’est assez tech à saisir

  7. philbeau dit :

    Témoignage édifiant …Une révélation de plus de la dérive actuelle de l’industrie américaine , révélée au grand jour par l’affaire du B 737 Max ; et des anecdotes qui s’accumulent ( le roman-feuilleton du F 35 , le KC 46 où l’on trouve des pièces détachées oubliées au fond des réservoirs , etc ). L’obsession du profit à tout prix , qui a fait que les financiers ont prit les commandes sur les ingénieurs , dans l’aéronautique et le militaire après tout le reste est en train de plomber les capacités de ce grand pays , qui passait autrefois pour une référence de sérieux , même si la légende prenait un peu le pas sur la réalité . Redresser la barre va être long , et difficile tant les intérêts en cause sont nombreux maintenant .

    • R2D2 dit :

      « Redresser la barre va être long »
      j’ai plutot envie de dire le contraire. Les pays anglo saxons fonctionnent en transmission directe: dès qu’une décision est prise alors elle est immédiate et implacable.

      • John dit :

        Ce que vous décrivez, c’est les Allemands.
        Les Allemands sont très directs, ils ne passent pas par 4 chemin pour dire ce qui ne va pas, ils sont efficaces jusque dans les mots.

        De toute manière, ce genre de problématique ne s’améliore pas en 2 minutes. Prendre une décision c’est bien, mais elle ne se met pas en place tout seul. Ils ont viré des milliers de contrôleurs qualité sur les 2 dernières décennies. C’est pas en 2 minutes qu’ils vont trouver des employés qualifiés dans une niche qu’est l’aviation. Il faut changer les processus de conception, de production de contrôle qualité, d’essais, de contrôle des produits venant des fournisseurs, etc, etc…
        Et ils doivent faire tout ça avec tous les problèmes financiers accumulés dus à:
        – B737 MAX (pertes de commandes, compensations aux clients, arrêt, redémarrage, arrêt, redémarrage de la production, non respect de contrats avec leurs fournisseurs qui perdent bcp d’argent, etc…)
        – B787 (coûts de production différés, encore 17 milliards à rembourser, des employés de Boeing ont mis en avant des problèmes de production dans la ligne d’assemblage de North Charleston, au point de ne plus vouloir voler sur un Boeing, après 30 ans de boîte, 25% des systèmes d’oxygène des B787 ne fonctionnent pas).
        – B777-X (retards, problèmes de conception avec une résistance limite, un marché moins intéressé par les gros avions, même les bi-réacteurs)…

        Bref, ça va être très très très long… D’autant plus que les intérêts des actionnaires, à court terme, sont ceux que suivent les dirigeants de ce genre de groupe. Et tout ça demandant bcp d’investissements, je doute de leur capacité à résoudre le problème en moins de 10 ans.
        Et ça serait pareil pour un groupe de cette taille n’importe où dans le monde

        • guillaume dit :

          Le Max et maintenant le covid…
          On a des fournisseurs americains qui n ont rien livr/s depuis 1 an. Et maintenant ils font failliite les un apres les autres. On se retrouve a rapatrier en urgence en interne des packages entier pour continuer la production.

          Beaucoup ne se releveront jamais de cette crise.
          Boeing a le dos solide mais jusqu a quand? A mon avis ils ont hors jeux pour une bonne decenie.
          En attendant, airbus fait le dos rond. La prochaine battaille sera entre airbus et comac (qui va s offrir embraer)

    • John dit :

      Le problème des USA vient selon moi de leur système éducatif.
      Déjà, il est inégal. Il est sous-financé. Et il coûte cher pour quelqu’un voulant une école de bon niveau.
      Mais l’autre problème, c’est que seules les études universitaires sont valorisées, et c’est les seules vraies formations.
      Le système d’apprentissage, de formation encadrée publiquement qui soit une alternative à l’université n’existe pas (chaque nouveau président américain vient nous demander conseil en Suisse pour mettre en place le système dual entre « lycée académique » destinant aux études, et des apprentissages en entreprise avec des cours théoriques et pratiques donnés par l’état (maçon, électricien, menuisier, assistante en pharmacie, etc…).
      Le système suisse et allemand sont très proches. Et ils permettent une carrière. Ce n’est pas une trappe pour finir avec le salaire minimum toute sa vie. Le CEO d’UBS est passé par un apprentissage par exemple, il n’a pas fait d’études universitaires.

      Bref, nous en Europe, globalement on a ces formations de qualité, et Airbus est clairement à la pointe sur ce sujet.
      Aux USA par contre, c’est faute de mieux que des formations pour des métiers manuels sont faites. Et ces formations sont bien trop souvent trop rapides, pas de bonne qualité, peu réglementées, et un gros problème, sous estimées socialement.
      Les ouvriers de Boeing sont probablement moins qualifiés que leur équivalent européen (en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, en France, et dans tous les pays où des éléments sont produits pour Airbus, soit la plupart des pays ouest européens).
      A côté de ça, Boeing est dirigé par de vrais financiers, totalement déconnectés de l’aviation. Ils dirigent en fonction des résultats trimestriels. Et malgré tous les problèmes de sécurité, de qualité, de sûreté, Boeing annonçait vouloir virer 900 contrôleurs de qualité justement présents sur tous sites industriels pour le contrôle qualité, essentiel pour une machine qui peut aller jusqu’à tuer plus de 200 personnes en cas de problème / erreur lors de la production.
      Tant que Boeing dirigera en étant déconnecté de la technique, ça continuera à se produire.

  8. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Durant l’enquête, elle a expliqué qu’elle avait trouvé « stupides » certains tests exigés par l’US Navy pour vérifier la qualité des pièces destinées à ses sous-marins.]

    Malheureusement on n’ a pas connaissance de ces tests et de ces spécifications non respectées car il se peut qu’elle soit dans le vrai !

    C’est aussi le cas quelquefois pour des spécifications d’usinage qui encombrent les plans et qui ne font que compliquer
    et renchérir la fabrication d’une pièce sans qu’elles soient nécessaires sur le plan fonctionnel .
    D’après ce que j’ai lu au début de la sortie de ce scandale il s’agirait de pièces moulées ( à confirmer , hein Voir le lien de l’aciériste ) .
    Un petit ( ????????? ) écart par rapport aux spécifications après la coulée obligerait l’entreprise à refaire éventuellement un moule et la pièce à moins d’un accord avec le donneur d’ordre .
    Si dans le privé cela peut se concevoir après accord technique et financier , on imagine ce que cela peut donner avec une administration ou les décideurs très souvent ne savent pas grand chose de la technologie qu’ils gèrent …

    https://bradken.com/about-us/businesses/defense/

    • Chanone dit :

      Dans ce cas précis, la qualicienne con-cernée devait faire preuve d’intégrité et ne prendre AUCUNE initiative sans en référer à sa hiérarchie. Maintenant, elle est seule et si jamais sa responsabilité est engagée sur une mort d’homme, elle va le sentir passer sous forme d’un intense courant électrique !
      Surtout que ce n’est pas le moule (facteur dimensionnant) mais la matière première qui est en cause.
      Et ce n’est pas en mission qu’un sous marinier peut mettre sa vie en jeu: le fond marin ne vous lâche pas facilement.
      .
      Si « réfléchir, c’est trahir » que cette employée déloyale serve d’exemple.

    • Fanculizator dit :

      Les tests que cette dame qualifie de stupides sont des tests de résistance à -100°.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Les tests que cette dame qualifie de stupides sont des tests de résistance à -100°.]

        Merci .
        Donc c’est peut-être la détermination de la température de transition ductile-fragile ?

  9. Auguste dit :

    Moi ce qui me frappe, c’est la clémence des sanctions.Pour une affaire aussi grave,qui touche la sécurité des militaires et la sécurité nationale, je m’attendais,au moins,que les dirigeants soient embastillés et la clé sous la porte de l’entreprise.Pensez que pour un bidule truqueur,qui n’avait aucune incidence sur la sécurité,ni sur le bon fonctionnement de vulgaires bagnoles,on a taxé le constructeur de dizaines de Milliards et mis les dirigeants au trou.Il est vrai que le constructeur n’appartient pas à un pays des « five eyes ».Ah ce que c’est bien les US !,ah ce qu’on y est bien!,hein Tintin?

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Moi ce qui me frappe, c’est la clémence des sanctions ]

      Cela doit provenir peut-être du fait que les pièces incriminées ne sont pas critiques . Apparemment il ne semble pas y avoir de submersibles immobilisés …
      Mais maintenant si vous voulez que la politique cela soit celle en vigueur à Magnitogorsk dans les années 30 avec l’officier du NKVD qui abat le  » fautif  » au pied du haut-fourneau pour une variation de 0,1 % dans la teneur en Carbone de la fonte …
      Cela risque d’arriver peut-être plus tôt que prévu ! ;0)
      Ceci écrit sur le programme de VW je vous rejoins , comme Macron à l’époque d’ailleurs : Dés 1992 je me voyais proposer de fausses vignettes à la sortie d’un vendeur de voitures d’occase et 72 h avant l’annonce de ce scandale la téloche US se faisait l’écho d’une saisie de plus de 5000 faux certificats en provenance du Mexique .

  10. Vinz dit :

    « avaient été falsifiés par Elaine Thomas, la directrice du laboratoire de cette entreprise »
    .
    On aura la véritable parité quand tout le monde admettra qu’une femme peut-être au moins aussi incompétente qu’un homme.

    • JC dit :

      Au train où vont les choses, ce n’est pas pour demain la veille…

    • Robert dit :

      Bravo!
      Faut reconnaître la bonne volonté de certaines!

    • R2D2 dit :

      Ici ce n’est pas de l’incompétence mais de la malhonnêteté. Nuance 🙂

      • SdN dit :

        Malhonnêteté et incompétence, c’est pareil. L’incompétence est une malhonnêteté.
        « La grande immoralité, c’est de faire un métier que l’on ne sait pas » (Napoléon)

  11. Jean Ker dit :

    Oui bon, les savoirs-faire des métiers de l’industrie lourde ont été tellement méprisés qu’ils n’ont pas été transmis : tout ça c’est bon pour les chinois, hein.
    En France, on installe des cuves de réacteurs nucléaires défectueuses car rendues « poreuses » par la présence d’un taux de carbone anormalement élevé dans l’alliage d’acier.
    Sur cette même centrale (qui est une vitrine commerciale!), les enrobages des superstructures d’acier dans le béton (réalisées par des polonais embauchés au black par un sous-traitant -si, si!) sont par endroits défectueux aussi, sur une centrale de bord de mer plein Ouest c’est intéressant;
    J’ai lu quelque part il y a un certain temps que les porte-avions US de classe Ford emportaient un système de catapultes défectueux intégré au pont d’envol et nécessitant une longue immobilisation pour être modifié;
    Je passe sur les coûts de développement du F35 et ses nombreuses failles;
    Je passe sur la politique interne de Boeing avec le 737Max, au lieu de dessiner un nouvel avion;
    Les blocs moteurs Dongfeng chez Peugeot qui a fermé les dernières usines motoristes essence Fr et assemble en Slovaquie; Renault avec ses choix douteux; etc. etc.
    Disons que la technocratie néo-libérale mondialiste inculte, corrompue et vendue au Marché a fait ses preuves et offre aujourd’hui les fruits du court-termisme qu’il est éloquent de récolter. Pour sûr: on n’a pas fini de déguster!

    • Pravda dit :

      Concernant PSA, il y a eu en 2018 peut-être, environ 200k moteurs 1,2 achetés à Wuhan, mais il m’intéresse de savoir si cette pratique perdure ou si il s’agissait d’un achat suite au sous dimensionnement de l’offre essence par rapport au diesel, offerte par PSA?
      Merci

    • basstemp dit :

      A cela il faut aussi rajouter la notion très étrange de l’appel d’offre systématisé qui n’est que trop souvent un encouragement a mentir pour proposer moins cher puis advienne que pourra … Un véritable fléau qui ne fait que fagociter l’industrie en permettant aux menteurs opportunistes de rafler des contrats qu’ils n’auraient jamais du pouvoir

      Et ça aussi, ça fait parti du marasme industriel européen comme américain puisque ces pratiques viennent des USA

  12. Jean (le 1er) dit :

    Ce qui est le plus dingue, c’est que les tests de qualité pour un matériel aussi sensible ne sont pas confiés à une entreprise indépendante ou, au minimum, que des tests complémentaires soient confiés à un laboratoire indépendant.

    • JC dit :

      Pour Boeing, la FAA a bien délégué par manque de moyens, dit-on, ses fonctions de contrôle. Tout ce qui est d’origine étatique gêne le capitalisme dur.

  13. norbert dit :

    Nous, c’est l’acier des centrales nucléaires EPR que nous avons du mal à maîtriser. Chacun ses faiblesses , mais il y a une hiérarchie des risques !!!!!

  14. Grosminet dit :

    Szut, votre avis sur l’extrême qualité des produits us face à ceux des européens ?

    Parce que bon, entre les sna, le Fail 35 et les kc46….

  15. mora marc dit :

    travaillant au quotidien avec l’administration US ( DoS ) laissez moi vous dire , qu’ils sont tous aussi incompétents et laxistes que les Français ( voir plus ) mais comme ce sont les champions de l’univers de la terre du monde …

  16. vrai_chasseur dit :

    C’est sur un cas comme ça qu’il faut faire preuve de recul.

    – Elaine Thomas est une métallurgiste renommée. Seule femme à avoir eu la prestigieuse récompense du SFSA en 2014, cf http://www.vma.org/news/209814/Elaine-Thomas-of-Bradken-Energy-Honored-by-SFSA.htm
    Si elle dit que les tests sont ‘stupides’ elle a peut-être ses raisons.
    Pour les tests en question, il s’agit notamment de la résistance de l’acier à -100 degrés Fahrenheit, soit à -73 °C.
    Effectivement si l’eau de mer est à -73°c … alors c’est que tout l’océan est congelé … et l’équipage avec, et depuis longtemps …
    – L’US Navy a vite fait ses calculs. Non, pas de mers du globe à -73°C. Donc les sous-marins peuvent continuer à naviguer, et les équipages ne risquent rien. cf : http://news.usni.org/2020/06/19/navy-has-mitigated-risk-of-suspect-steel-from-company-in-federal-fraud-case
    – D’ailleurs, 2 SNA US ont été admis en douce au service actif il y a 2 mois à peine. Et l’US Navy ne les a pas rappelé, ils naviguent en mission.
    cf http://news.usni.org/2020/04/20/navy-silently-commissions-nuclear-attack-boats-uss-vermont-uss-delaware

    Maintenant, il reste une ‘fraude’, au sens ou des normes n’ont pas été respectées. Les sous-marins naviguent mais la règle même stupide c’est la règle.

    • vno dit :

      Si les pièces sont soumises à rayonnement ionisant, l’essai a sont importance…C’est la référence pour le calcul de la durée de vie d’une pièce plutôt utile !

    • LEONARD dit :

      Si quelqu’un peut effectivement nous éclairer sur la pertinence de cette norme à -73°C pour un sous-marin, il fera oeuvre pédagogique.
      Je ne serais pas surpris que la clémence de la condamnation et de l’amende ne soient en rapport avec la rétrospective utilité de cette norme.

      • John dit :

        Comme toutes les normes, elles sont là pour une raison, et seuls les ingénieurs dans le domaine seraient capable de vous y répondre.
        Mais je peux essayer. L’acier a un comportement qui dépend de la température. L’acier a un comportement ductile dans ses conditions d’utilisation voulues. Et il devient fragile au-dessous d’un certain seuil. (ductile = capacité de se déformer avant de rompre, fragile = se rompre si sa limite d’élasticité est dépassée sans passer par une phase plastique où il va se déformer)
        En d’autres termes, si le matériau est ductile, vous allez voir les déformations et le problème apparaître avant la rupture, et ça vous laisse une chance de vous en sortir. Si un matériau est fragile, tout aura l’air parfait, et lorsque la limite est atteinte, il va rompre sans la moindre information préalable.

        Maintenant, il se trouve que la science des matériaux est une science empirique en partie. Et cette partie empirique fait qu’ils ont fait des milliers de tests sur des aciers ayant certaines caractéristiques, et sont arrivés à la conclusion qu’en faisant une série de tests sur différents points, il est de qualité voulue.
        Les normes en ingénierie civile, aéronautique et navale permettent de prendre des marges de sécurité sur la résistance des matériaux, et sur les efforts subis.
        Ainsi, en allant à -100°, ils prennent une marge sur la dispersion des résultats, et s’assurent que si dans une production, un échantillon a le bon comportement dans les conditions voulues, même si l’acier présente quelque défauts dans l’élément, il sera suffisamment bon pour jouer son rôle, et cette valeur a été obtenue empiriquement, en évaluant la dispersion des valeurs sur une même production.

  17. Muse dit :

    Les sous marins US perdent depuis bien longtemps leurs plaques anti-sonar lors des plongées.

  18. Cristobal dit :

    Au « gniouf » avec Anne (areva), faute de pouvoir parler tricot un point dessus un point dessous, elle parlerons recette de ferraille . un peut plus de nickel, un peu moins de carbone.
    Au faite, le taux de carbone dans l’acier (dans ce cas on peut presque dire fonte) cela nous rappelle un triste naufrage dans l’eau froide ou la non maîtrise de ce paramètre (excusable de par la technologie de l’époque) fut fatale. (chercher Titanic , acier puddlé)

  19. cyd dit :

    C’est comme en France sur les réacteurs nucléaires alors !?

    https://www.nouvelobs.com/planete/20170331.OBS7366/flamanville-des-pieces-non-conformes-dont-edf-et-areva-avaient-connaissance.html

    L’usine Creusot Forge, en Bourgogne, où a été fabriquée la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche), connaissait d’importants problèmes de qualité. Selon une enquête de France Info et France Inter dévoilée vendredi 31 mars, EDF et Areva ont été alertés de ces dysfonctionnements par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), en 2005. Des avertissements qu’ils ont préféré ignorer en installant tout de même la cuve dans le bâtiment réacteur en 2014.
    (…)
    Neuf mois après l’installation de la cuve dans le bâtiment réacteur, des tests sont enfin pratiqués par Areva et le résultat est sans appel : les deux pièces présentent des anomalies. La teneur en carbone de la cuve est trop forte ce qui peut la fragiliser. A noter qu’aucun plan B n’existe en cas de rupture d’une cuve dans le nucléaire
    (…)
    Comment est-il possible qu’une cuve ait été fabriquée et qu’on ne l’ait pas vérifiée avant de la mettre en place ? C’est le b.a.-ba ! On n’imaginait vraiment pas que cela puisse arriver dans une filière nucléaire française pour laquelle on nous martèle depuis 50 ans que c’est la meilleure au monde. Ils nous ont bourré le mou ! »

    (…)
    En mai 2016, Areva dévoile alors que des pièces non conformes ont été livrées à l’industrie nucléaire et que dans certains cas, les dossiers de fabrication ont été falsifiés afin de le dissimuler au client.
    Cela a notamment été le cas pour un générateur de vapeur installé sur le réacteur 2 de la centrale de Fessenheim en 2012. La pièce étant sortie trop courte, il était impossible de couper les extrémités pour éliminer les impuretés s’accumulant au bout. Elle a pourtant été livrée à EDF, sans prévenir de ce « défaut ».

    • 341CGH dit :

      @cyd
      C’est intéressant, merci.
      Avez-vous quelque chose qui nous permette d’être sûrs que ce n’est pas un bobard ?

      • John dit :

        Si vous travaillez dans la gestion des risques, dans la sûreté nucléaire, ou d’autres domaines, c’est l’inverse de votre question qui devrait se poser.
        Peut-on prouver que ces informations sont fausses? Partir du principe que c’est « des bobards », c’est un risque… Perso, je ne souhaiterais pas voir un 2e Tchernobil en Europe.

  20. Mantore Gérard dit :

    cyd, il faut quand-même être un peu circonspect : vous vous faites l’écho d’un article de presse qui répercutait un reportage de la télévision. C’est un article de mars 2017 : depuis plus de trois ans, l’affaire a sûrement évolué.
    On aimerait connaître cette évolution.
    N’ayant pas trouvé d’information complémentaire, l’on est amené à supposer que ces journalistes ont un peu affabulé.