L’heure de vérité approche pour le drone européen EuroMale, jugé trop cher par rapport à ses capacités

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. NRJ dit :

    Avant que tout le monde ne critique l’EuroMale parce que sa conception est allemande et/ou européenne, il faut se rappeller certaines choses :
    1. faire un monomoteur n’aurait pas fait diminuer son prix de moitié. Je ne sais pas si l’Euromale est trop cher pour ses capacités, mais si c’est le cas, il faut comparer avec un drone similaire.
    2. Les allemands ne sont pas seuls à décider. Ils ont 31% contre 23% pour l’Italie, Espagne, France. Donc ils ne peuvent pas imposer unilatéralement leur solution.
    3. Avoir un bimoteur n’est pas une idée exclusivement allemande. Le Telemos, fait par Dassault et BAE était déjà un bimoteur (BAE était chef de projet), Le P1 et P2 Hammerhead de l’italien Piaggo sont également des bimoteurs. Bref, avoir un bimoteur est une volonté de plusieurs pays.
    4. Le Falco Xplorer n’est pas une solution, car il s’agit d’un drone tactique et non d’un drone Male. Or, pour des drones tactiques, on a déjà le Patroller de Safran.
    5. Si on fait un drone avec 3 autres pays, c’est pour des raisons de prix et non d’européisme. Si on pouvait le faire seul, on le ferait seul, l’exemple étant le Patroller de Safran (alors qu’on pouvait avoir le Watchkeeper anglais) qu’on a développé en franco-français. Mais ce programme coutait 300 millions d’euro, et non pas 1,6 milliards.

    • sergeat dit :

      Surtout ne pas oublier aussi que ces prototypes servent aussi à avoir une expertise qui permet de developer d’autres technologiques et surement d’autres filières ;acheter sur étagère est comptablement moins chère mais nous retarde ou nous interdit des développements stratégiques futurs et surtout nous lient aux US.

    • Hermes dit :

      Il n’y a pas que l’ajout du moteur même qui coûte cher, il y a la masse supplémentaire généré par le moteur, et par le carburant nécessaire pour la même autonomie (selon la solution retenue.
      .
      Quand on voit la taille de l’EuroDrone, y’a un problème quelque part, il est IMMENSE, donc a moins d’une autonomie démesuré ou d’un emport colossal (pour un drone.
      Quelque chose ne va pas avec la solution retenue.
      .
      Et justement, je ne remettrait pas en cause uniquement les industriels là dessus qui ont tous prouvé qu’ils étaient capable de faire du très bon boulot (En particulier Leonardo et Dassault).
      Donc y’a un élément qui coince…

      • philbeau dit :

        C’est exactement ce que je me dis depuis le début de l’affaire . Bizarremment , aucun élément technique comme la charge utile ou le rayon d’action ne sont disponibles , permettant des comparaisons , ou des hypothèses . Volontairement ? Et puis , cette mission qui est officiellement celle qui lui est dévolue par l’Allemagne : surveillance du territoire ?!! C’est quoi , le contrôle du trafic routier ? Il y a besoin d’un monstre pareil pour cela ?

        • John dit :

          Déjà, l’utilisation allemande ne vous regarde pas…
          C’est leur choix de vouloir un drone pour des missions intérieures !

          Quant aux données techniques, comme elles sont encore à ajuster et définir, oui, forcément elles ne sont pas connues… Airbus a fait son offre après que les pays du programme se soient alignés sur les caractéristiques (novembre 2019).

          • Carin dit :

            @john
            Si ce que veulent en faire les allemands ne le regarde pas…( ni vous ni moi d’ailleurs) Philbeau est en droit de se poser la question, non sans malice d’ailleurs puisqu’il y joint la taille et le poids de l’engin!!! Qui pour le coup paraît un poil trop grand/gros pour de la surveillance de territoire….
            restez calme @john, et buvez frais.

      • NRJ dit :

        @Hermes
        Généralement un bimoteur peut emporter plus de carburant ce qui augmente son autonomie. En tout cas c’est ce qui faisait l’intérêt d’un chasseur comme le P38 Lightning bimoteur de la seconde guerre mondiale par rapport au p47 Thunderbolt. La technologie a bien sur évolué. Mais les principes restent les mêmes.

        • Chanone dit :

          @ NRJ
          Il y a aussi la vitesse moyenne, qui est plus élevée que la vitesse de pointe du monomoteur dont le moteur à vite tendance à surchauffer

        • John dit :

          Pas forcément…
          Vous parlez d’une époque où la puissance des moteurs était un problème. Aujourd’hui on est capable d’avoir un seul moteur développant la même puissance que 2 moteurs, installés sur une plateforme aux mêmes capacités d’emport, et avec une consommation plus faible.

      • NRJ dit :

        @Hermes
        Les performances attendues de l’Eurodrone ne sont pas beaucoup plus élevées que celles du Reaper, par exemple. Peut-être pouvons nous en attendre une grande autonomie ? Espérons. Après je remettrais plutôt en cause les industriels. Ils ont compris que les drones Male ne sont qu’un secteur de niche pas promis à un grand avenir. Ils ont les capacités techniques et technologiques de le faire, du coup, ils n’ont pas d’intérêt à investir eux-mêmes là-dessus (alors que ça avait été le cas pour le Talarion). Du coup ils prennent leur précaution (surtout qu’ils ont déjà l’expérience d’avoir été lâché avec le Talarion) et ne garde ce programme que comme réservée financière. C’est comme cela sur je lirais leur attitude.

        • EchoDelta dit :

          Et bien s’il n’a pas plus de performance que ke Reaper, il est voué l’échec. Quand on voit la durée de vie des drones sur les théâtres d’opération, perdre un drone de ce prix devient inacceptable. Déjà qu’un reaper coute cher… Et effectivement on peut comprendre que les industriels se protègent. C’est de bonne guerre si j’ose dire.

      • Ion 5 dit :

        @Hermes
        Ce drone n’est certainement pas démesuré comme vous dites, ni riquiqui. Il est conçu ET dimensionné au mieux pour satisfaire son CAHIER DES CHARGES, qu’au demeurant vous ne connaissez pas. Point barre.

        Un cahier des charges est construit à partir des besoins établis des utilisateurs et des technologies disponibles.
        Les besoins de l’Allemagne en la matière, ne sont pas forcément les nôtres.

        Quoiqu’il en soit, vaudrait peut-être mieux un drone inadapté que pas de drone du tout, vu qu’il s’agit d’un domaine ou nous (les européens de l’ouest) ne sommes pas trop en avance…

    • Oryzon dit :

      Les décisions sur ce genre de programme ce n’est pas de la démocratie, c’est des rapports de force.
      Voilà l’argument allemand :
      « On est là pour donner du travail à : Dassault, Leonardo et Airbus. Donc français, italiens, et chez Airbus un peu tout le monde. C’est moi qui met le plus de fric.
      Donc soit on fait comme je veux, soit je me barre et j’achète américain. Alors on fait comment ? ».
      En face si au lieu d’avoir Parly et Macron qui n’hésitent pas à se fritter avec les Allemands t’as Hollande qui en début de mandat s’en fout des armées et veut à tout prix être copain avec Merkel, bah tu dis « ok, c’est juste un drone après tout. »
      Et après tu te coltine les spécifications allemandes.

      Je ne sais pas ce qu’il va advenir de ce programme du fait que l’Allemagne va sûrement tout faire pour le faire passer, mais en l’état actuel on ferait mieux de commander plus de Patroller et d’investir dans un programme de développement de ses capacités.
      Si besoin de drones type Reaper, en fonction du volume, location ou acquisition avec électronique fournie par Thalès.

      • John dit :

        Quel rapport entre démocratie et programme militaire?
        Oui, l’Allemagne défend SES intérêts ! Si d’autres pays ne sont pas aussi bons à ce sujet, c’est pas le problème de l’Allemagne !
        Les élus allemands sont élus par le peuple allemand pour défendre l’intérêt des Allemands.

      • NRJ dit :

        @Oryzon
        « Donc soit on fait comme je veux, soit je me barre et j’achète américain ». Intéressant. Les allemands ont acheté des drones Heron israéliens tandis que nous avons acheté des Reaper.

        Les allemands sont comme nous. Ils veulent sauvegarder leurs intérêts mais n’ont pas les moyens financiers de le faire. Pour cette raison ils veulent faire de la coopération. Donc le rapport de force tourne plutôt sur ce que chacun est prêt à investir.

        • oryzons dit :

          @John @ NRJ
          Et donc l’argument les autres ont aussi des parts dans le programme donc c’est qu’ils voulaient aussi ces spécifications est un argument spécieux.
          Les Allemands ont imposés leur point de vue à une époque où il n’y avait pas de répondant en face et où on ne pensait peut être pas avoir réellement des besoins opérationnels.
          Aujourd’hui Parly chante une autre musique. Une musique qui a aussi son utilité dans les négociations autour des programmes franco allemand « vous voulez piloter et êtes leader mais quand c’est le cas on abouti à des trucs qui sont mauvais ».
          l’Allemagne défend ses intérêt, la France les siens. Et l’intérêt de la France est de couler ce truc. C’est bien simple le Patroller sera plus utile, pour nettement moins cher, pour plus vite…et 100% français.

    • raca dit :

      Petite correction : le Falco Explorer est un MALE Medium Altitude Long Endurance comme le P2 Hammerhead est les deux sont déjà en capacités il serait suffisant de les adapter selon les nécessités des utilisateurs

      • NRJ dit :

        @raca
        C’est une question de poids et de performance. L’Xplorer va moins haute, moins longtemps, moins loin que le Reaper. Et l’Euromale reprendra les capacités du Reaper. L’Xplorer a des capacités plus proches du patroller que du Reaper.

  2. Fralipolipi dit :

    A la lumière des usages de drones MALE courants et peu onéreux, donc sacrifiables, en Syrie ou en Libye, et du récent revirement des US en la matière (qui souhaite abandonner le format Reaper .. désormais trop onéreux aux yeux de l’USAF), il semble qu’effectivement cet Eurodrone RPAS, que serait le plus onéreux de tous les drones MALE, soit déjà en retard d’une guerre.
    .
    Il faut tout recommencer d’une page blanche.
    Et en profiter pour adjoindre un projet de défense AA prenant en compte cette menace de drones MALE peu onéreux et sacrifiables.
    … car avant d’être sacrifiés, ils font des dégâts … notamment sur les Pantsir russes : https://www.meta-defense.fr/2020/06/10/en-syrie-et-en-libye-les-drones-turcs-auraient-detruit-une-vingtaine-de-systemes-de-defense-antiaerienne-pantsir-s1/

  3. Arnaud dit :

    En effet c’est quand même cocasse : un projet de drone plus cher et avec moins de capacité que ce qui existe sur étagère… Il y a quand même des fois où certains industriels se moquent du monde

    • Hermes dit :

      Faut relativiser la part de responsabilité des industriels.
      .
      Si on leur dit qu’ils doivent faire avec 30M de R&D ce que d’autres ont fait avec 100M, et qu’on trouve anormal qu’il y est une différence notable, c’est compliqué.
      .
      Sans parler du fait que les projets Européens trouvent toujours le moyen d’augmenter la facture finale parce que tout le monde tire sur la couette.

  4. Jean Ker dit :

    J’imagine les coûts des diverses commissions, rétrocommissions, et autres aberrations propres aux entreprises tentaculaires chargées de développer un tel outil.
    Je n’oublie pas qu’une structure comme Airbus a pu être infiltrée au plus haut niveau par des personnes défendant des intérêts étrangers (outre-atlanticiens…).
    Un drone, ce n’est quand même pas un chasseur de 5ème génération.
    Nul doute que l’open source et une bonne startup seraient capables d’un développer un à des coûts infiniment plus contenus; mais il faut bien faire bouffer Safran, Thalès, Dassault et autres « fleurons »si prompts à nous coûter peu en corruption… sans oublier les copains des concurrents-libres européens.
    Parler de souveraineté est-il possible dans les cadres (carcans) de l’UE et de l’OTAN asservis aux EU ?
    Rien n’est moins sûr. Dans le doute, achetons donc des Reaper, c’est bon pour la diplomatie, j’imagine.
    Bon sang!

  5. R2D2 dit :

    « nous ne pouvons pas accepter qu’un drone soit plus cher que ce que nous pourrions trouver sur le marché et soit moins opérationnel»

    Cette petite phrase est intéressante: l’indépendance de l’Europe sur les drones MALE ne se fera pas comme les autres programmes d’armement cad à n’importe quel prix (dans tous les sens du terme). L’ A400M est passé par là ^^’

  6. Marsac dit :

    Ce n’est pas qu’une question de prix, mais aussi de maintien dans la course à la technologie, le prix payé correspond aussi et surtout à des emplois d’ingénieurs, de techniciens qui seront utiles plus tard sur d’autres projets.
    Si l’Europe torpille le projet, adieu notre indépendance … mais peut-être souhaitons-nous être soumis ? En achetant américain, nous achetons aussi la « protection » d’Uncle Sam !

    • Hermes dit :

      Dans les drones de ce segment j’arrive pas à me convaincre que l’indépendance soit vitale…
      .
      Je préfère largement l’être sur le transport stratégique, la chasse et les UCAV’s/effecteur qui vont avec (Type Neuron)

  7. Carin dit :

    Ce truc pèse plus de 2 fois le poids d’un héron TO ou d’un MQ9, tout en offrant moins !! Y’a pas comme un problème dans l’énoncé?
    Je trouve les 4 pays engagés bien gentils de poursuivre les discutions.
    Les turcs arrivent à se construire un drone, et Airbus,Dassault, et Leonardo ne parviennent pas, à nous pondre un truc plus léger avec des moyens supérieurs aux vieux Héron/MQ9??
    Ils ont pas besoin d’argent ou bien ils sont surpris de la réaction des pays, habitués qu’ils sont à faire leur beurre sur le compte des contribuables?
    Peut-être qu’il faudrait sérieusement recadrer celui des 3 constructeurs qui est en charge de ce projet.

  8. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    Je le répète, un max. de partenariats avec l’Allemagne de Merkel reste le moyen le plus sûr de couler l’industrie française de la défense.

    Arithmétique pour les personnes qui ne sont pas encore soumises au lavage de cerveau néolibéral: SI les entreprises étaient encore obligées de payer des impôts en Europe …et SI on prendrait en compte le fait qu’on emploie des Européens donc des salaires qui génèrent de la consommation en Europe au lieu d’ allocations de chômage et de l’aide sociale qui sont payés par l’état… et SI on prendrait en compte (dans une stratégie de politique de sécurité) que Daesh a fait des jeunes Européens sans emploi et perspective un problème de sécurité qui a coûté beaucoup d’argent … et SI l’État savait qu’il faut s’appropier le savoir-faire aujourd’hui pour être leader du marché un jour….
    Le matériel européen serait-il toujours trop cher si ces points étaient inclus dans le calcul?

    Une défense nationale crédible commence par la défense des emplois de la population!

    • Polymères dit :

      La filière drone mâle en France qu’il faut protéger pour éviter que les Allemands la détruise ?
      Cessez de dire des bêtises, on cherche à créer cela, c’est soit comme ça soit américain si vous préférez.

    • NRJ dit :

      @Abuse
      D’accord pour virer les allemands, mais on les remplace par qui ? Par les anglais qui achètent le F-35 et veulent un avion complètement différent du SCAF ? Par les indiens qui ne sont pas capables de faire un appel d’offre correcte ?

      On ne peut pas le faire seul. Je vous rappelle qu’on est surendetté et qu’on suit le même chemin que la Grèce en 2009. Quand on sera en faillite et que le FMI appliquera des mesures d’austérité (comme à la Grèce), vous comprendrez ce que signifie qu’être un coût pour les finances publiques… Même les allemands, qui ont des moyens financiers biens supérieurs aux nôtres ne s’y essaient pas car eux ont compris que faire un avion de combat est ruineux.

      Si on doit occuper les chômeurs devenus djihadistes, ce n’est pas en piquant dans les caisses de l’État mais en laissant les gens travailler. On a 6 millions de chômeurs là ou plusieurs pays sont au plein emploi. Si on doit se poser des questions, c’est sur la pertinence de notre modèle qui privilégie des millions de chômeurs pour assurer les privilèges de ceux qui travaillent, ainsi que les impôts qui détruisent la compétitivité de nos entreprises (impôts qui sont la pour payer notamment les programmes de Défense).

      • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

        @NRJ: Ce qui est vraiment impressionnant dans le lavage de cerveau des apôtres néolibéraux, c’est leur capacité de vendre leurs fausses théories (qui ont TOUS été réfutées par des événements réels) comme la Parole infaillible de Dieu.
        La Grèce, par exemple,s’en sort si mal EN RAISON des mesures d’austérité – il n’y a aucun indicateur qui prouverait que les mesures prescrites de la Trojka ont jamais eu le moindre effet positif. Non NRJ, c’est pas moi, c’est les économistes qui le disent….
        Comme il est apparu récemment, ce superbe marché libre infaillible, libéré de l’ingérence nocif de l’État, dans lequel les entreprises privées sont « libres à travailler sans entrave » n’est même pas en mesure de nous fournir des masques en papier primitifs dans dans un délai utile en cas de pandémie….. Nous ferions bien de comparer de temps en temps le discours des barons voleurs néolibéraux avec les faits du monde réel – alors nos hôpitaux auraient le matériel dont ils ont besoin pour la prochaine urgence ……

        • NRJ dit :

          @Abuse
          « La Grèce, par exemple,s’en sort si mal EN RAISON des mesures d’austérité ». Non je pense que la Grèce s’en sort plutôt bien grâce à ces mesures d’austérité. Pourquoi ? Simple : En 2010 elle tombait en faillite. Vous connaissez ce qui s’est passé en Russie en 1991 ? Et bien elle aurait du avoir la même chose en pire (au moins les russes ont des matières premières). Or, grâce au FMI, elle a reçu de l’argent qui a évité la faillite et l’Etat a continué à fonctionner.

          Bien sur le FMI n’est pas là pour apporter de l’argent gratuitement. Ils imposent des réformes (et les grecs le savaient quand ils ont fait appel au FMI). Et la situation grecque était tellement catastrophique que la reprise en main était forcément très dure. On ne rattrape pas 40 d’incurie budgétaire en un an. Mais sans le FMI, la grèce serait tombée en lambeaux.

          Ce n’est pas les entreprises qui s’occupent des masques, mais l’Etat qui fait des commandes. Vous vous trompez d’accusé. Et effectivement, aussi efficace que peuvent être les entreprises privées, elles ne peuvent pas produire en quelque jour des milliards de masques quand l’Etat n’anticipe pas un raz-de-marée… Les entreprises s’adaptent à la demande, et il y a nécessairement un délai d’adaptation surtout quand on parle de proportions aussi importantes. Mais aujourd’hui, on n’a plus de masque que l’on en a besoin, si ça peut vous rassurer.

          • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

            Je répète. Les «certitudes» néolibérales qui servent de base à votre analyse sont basées uniquement sur des répétitions genre moulin à prière en grand public. L’austérité n’a jamais apporté de relance économique – dans aucun pays – dans un système économique basé sur une consommation croissante, ce n’est pas possible. L’austérité n’est efficace que dans un seul domaine: la redistribution de la richesse aux super riches. Cela explique pourquoi les magnats des médias font la publicité avec autant d’énergie pour un régime budgétaire insensé pour 90% de la population .

      • EchoDelta dit :

        Je ne suis pas vraiment d’accord. Un drone ne coute pas cher en développement. Ce que la Turquie arrive à faire, nous ne pourrions pas le faire ? C’est quand même étrange de penser cela, non ? Je ne sais pas pourquoi vous défendez toujours des coopérations à outrance, OK ca peut avoir un intérêt mais uniquement si c’est géré par l’industriel en charge du projet qui choisira ses sous-traitants en fonction de leur vraie compétences, et non en fonction d’un programme d’acquisition de compétence, financé par le projet.

        • NRJ dit :

          @EchoDelta
          La Turquie a fait le Bayraktar TB2. Il s’agit d’un drone tactique comparable au Patroller ou au Falco Xplorer. Il ne s’agit pas d’un drone Male comme le Reaper ou l’Euromale.

          Je ne défends les coopérations « à outrance » que pour les programmes coûteux. Je suis ainsi parfaitement satisfait à l’idée qu’on ait fait le Patroller (qui coûte 300 millions d’euros) en franco-français et qu’on fasse l’EuroMale (dont le coût est de plusieurs milliards) en coopération. Mais la France a ses contraintes financières, et il ne sert à rien de développer à grand frais des compétences aujourd’hui si demain on tombe en faillite et qu’on ne peut plus les maintenir (c’est ce qui s’est passé en Russie en 1991).

  9. LEONARD dit :

    General Atomics est détenu à 100% par la famille Blue.
    L’annonce, par le Pentagone de la fin des commandes de Reaper le fragilisent.
    Pour quelle fraction d’un budget de 7.1 Milliards, peut on s’acheter General Atomics ?
    En plus, ce serait un joli pied de nez à @RealStableGenius.

    Au passage, une source militaro-éco instructive:
    https://www.defense.gouv.fr/content/download/573554/9831489/Calepin_DGA_EDITIO_2020_VF_17122019.pdf

    • ULYSSE dit :

      @leonard. Sauf que les US ne sont pas aussi idiots que nous et opposeraient leur véto a l acquisition de GA.

    • Le sicaire dit :

      Je pense que même avec 7,1 milliards d’euros vous ne pourrez pas acheter General Atomics… 😉

    • Aymard de Ledonner dit :

      General Atomics fait aussi les EMALS des porte-avions US. Donc il faudrait que Trump soit dans un jour vraiment très spécial….

  10. MP3 dit :

    Il faut enterrer ce drone trop cher et pas assez performant.

  11. Parabellum dit :

    Les coopérations avec les allemands s avèrent les unes après autres foireuses.on en tire les conséquences et on construit seuls ou avec les sudistes.

  12. Royaliste dit :

    Il faut réduire le confort des ingénieurs aéronautiques, leur cerveaux s’est ramollis.

    A la fin de la seconde guerre mondiale, les Allemands construisaient leur Junkers 188 dans le métro de Berlin sous les bombes anglo-américaines. Ce qu’il faut donc, c’est construire des souterrains sous nos polygones de tir et y coller tout ces bac+50. Ça va les stimuler. On leur amène le strict nécessaire (calculatrice + planche à dessin) et les matériaux qu’ils ont besoins et ils ne ressortiront que quand ils auront pondu un drone, un vrai. Z’allez voir, on va en faire des économies. Par contre, pour la construction des souterrains, faut éviter le cimentier Lafarge, les tunnels de daech construit en Syrie avec ce ciment n’ont pas résisté à l’aviation Russe.

    • Belzébuth dit :

      @ royaliste
      Il y a de très bons spécialistes, vous voulez les faire venir?
      http://rpdefense.over-blog.com/article-cet-excellent-beton-iranien-100719363.html

    • ji_louis dit :

      Et vous ne pensez pas qu’il préfèreront un boulot moins « prestigieux » avec de meilleures conditions de travail ?
      C’était quant la dernière fois que vous avez fait la lessive à la main ou bien un calcul trigonométrique avec des abaques ?

    • Hermes dit :

      Que de haine et jalousie.
      .
      Les ingénieurs trouvent les solutions pour répondre au cahier des charges, c’est en dégraissant la première solution qu’on parvient au compromis qui permet d’avoir le proto final.
      .
      Comme si les ingénieurs n’avaient que pour vocation de créer des monstres à 500 fois le budget, en particulier en France où les budgets sont toujours restreint…
      Vous confondez avec les bureaux LM je pense.

    • mich dit :

      Bonjour , c ‘est quoi vos compétences pour écrire votre première phrase ? je précise que je ne suis pas ingénieur en aéronautique non plus ,mais j ‘en connais ,en tout cas je vois que vous êtes admirateurs des exemples allemands de la seconde guerre mondiale , étonnant quand même de prendre l ‘exemple d ‘un peuple qui s ‘est autodétruit en cinq ans .

  13. Son problème est qu’il a un bruit très reconnaissable et pas très discret. -Enregistrement audio du drone européen de 12ème génération: « Pshiiit! »

  14. Fredforce10 dit :

    C’est un problème plus large sur le modèle économique et industriel européen et Français en particulier. Après covid 19 avec le recul on vas se rendre comte que notre société est tout sauf dynamique. Toute l’énergie est tournée vers le cocooning, la division etc de gros boulets que l’on traine qui sont financés par les industries auxquelles ont augmenté les coûts de production et qui finissent par être de moins en moins performantes et nombreuses. Décadence de la france Petainiste d’aujourd’hui

  15. mich dit :

    Toujours aussi surpris de voir des comentaires dénonçant par avance les performances de ce drone en le comparant au reaper ou encore mieux à des drones Turc ,ou alors faisant de pseudo comparaison de cout (souvent avec l’ argument pas très représentatif du « bimoteur ») .Personnellement je n ‘arrive pas à trouver des caractéristiques précises sur cet engin et encore moins la fiche de nos besoins (comme par exemple en rapport emport autonomie ), peut être que certains pourraient nous rendre ce service .Merci d’ avance .On assiste surtout à une bataille industriel sur notre continent ,et il est normal qu’ elle se passe pour atteindre une taille critique pour les programmes de demain ,le problemme c ‘est de vouloir encore trop isoler chaque programme ,les nations européennes vont bien devoir choisir entre de vrai regroupement ou accepter comme beaucoup de pays de dépendre encore plus des grands blocs.

  16. T129 dit :

    Il n’ya pas que le Bayraktar TB2 que la Turquie fabrique, il y’a:

    le ANKA
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/TAI_Anka

    Le AKSUNGUR
    https://en.m.wikipedia.org/wiki/TAI_Aksungur

    Le AKINCI
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bayraktar_Ak%C4%B1nc%C4%B1

  17. Plusdepognon dit :

    Possible externalisation partielle des moyens de la formation des JTAC :
    https://forcesoperations.com/vers-une-externalisation-partielle-des-moyens-de-formation-des-jtac/