Les français Naval Group et Nexter participent à la mise au point d’un canon électromagnétique européen

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

46 contributions

  1. Durandal dit :

    il était temps!!
    Il y a 20 ans je possédais le nom de domain gaussrifle.com
    A quand la version naval et la version anti SMB.

  2. Bloodasp dit :

    d’accord c’est très bien, mais devinez quel est le budget alloué au projet? 1,5M€ sur 2 ans c’est pas un peu faiblard?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Pour ce prix là, on peut déjà se payer une belle étude de concept.
      Il ne sert a rien de développer des canons et des armes a tort et a travers si on a aucune idée de comment il va être utiliser opérationnellement.
      Ce que permettra de donner cette étude justement, ce sont des contraintes opérationnelles et des spécifications techniques préliminaire au développement d’un canon

  3. Durandal dit :

    Je me demande si il n’est pas possible d’utiliser moins d’énergie à l’instant T si tu utilise un rail circulaire le temps d’accélérer le projectile, une fois que la vitesse atteinte, tu aiguilles la charge vers le canon.

    • ji_louis dit :

      Lors de l’accélération « circulaire », la majeure partie de l’énergie est dépensée en frottements sur le rail (pour un projectile sans roue ou dispositif équivalent) et en effet joule (échauffement par circulation d’électron dans le matériau), donc le canon est détruit en quelques coups (voire avant même la fin du premier coup).

      • Durandal dit :

        Et je doute que tu puisse maintenir un projectile dans un champ magnétique suffisamment puissant pour éviter le frottement.

    • Alidra dit :

      Je pense que le principal problème provient de l’effet centrifuge

  4. bpapon60 dit :

    Bonjour,
    Une partie de ces études pourrait servir pour mettre au point les catapultes électromagnétiques pour le futur porte-avions, si nos amis Américains refusent de nous fournir ? Cela va coûter un bras mais on n’a pas trop le choix.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Les catapultes c’est general atomics à qui on achète les reapers. Donc je les voit mal nous refuser la vente des catapultes, et ce d’autant plus que le reaper va être remplacé alors que c’est leur principal produit. Par ailleurs, alors que l’on achète peu aux US, nous obliger à developper nous même nos catapultes serait castrophique pour les relations france/us et ça validerait les critiques françaises contre le manque de fiabilité des US. Le congrès ne prendra pas ce risque. Pourquoi le ferait-il?

    • Hostens dit :

      la Chine va bientôt le déployer.

    • John dit :

      Science fiction? Pas vraiment, la propulsion électromagnétique est utilisée dans plusieurs technologies aujourd’hui.
      – Maglev, train à sustentation magnétique, réduit la friction et permet des vitesses très importantes
      – moteurs à induction linéaires, utilisés pour la propulsion de trains, métros, monorail…
      – ascenseurs sans câbles
      Et dans le domaine du militaire, on a:
      – les catapultes de porte avion (encore en mise au point)
      – le domaine spatial (moteur ionique)
      – et maintenant l’armement
      Ce système n’a rien de fou, au final, c’est juste le remplacement de la très vieille poudre par une nouvelle manière de transformer de l’énergie potentielle en énergie cinétique.

  5. sergeat dit :

    Pour une fois un projet intéressant où la France ne donne pas sa technologie aux allemands,de plus pour une fois on a mis les expertises complémentaires des entreprises membre de l’ue.

    • JC dit :

      La France n’aura pas besoin de donner sa technologie, les allemands s’empareront après un énième chantage, spécialité dans laquelle ils excellent. Au fait, Nexter n’a pas de lien avec Krauss-Maffei, société allemande ?

      • Alouettesi dit :

        Une voiture allemande compare avec une voiture française, pas de photo, Renault va fermer la porte au mois prochain.

        • MARINER dit :

          Vous devez être tres mal informé sur les 2 aspects de votre commentaire.

        • JC dit :

          Ce blog a atteint une dimension internationale où tous les fielleux du Monde se donnent rendez-vous.

        • castel dit :

          Alouettesi
          Mai j’espère que d’ici là, vous aurez quitté votre perchoir pour aller roucouler vos sornettes ailleurs !!

      • NRJ dit :

        @JC
        KMW fait des châssis de char. Ils ne font pas des munitions. Nextel est intégrateur et fabriquant de munitions, d’où son intérêt. En revanche, on ne voit pas Rheinmetall et MBDA, alors que les 2 entreprises devraient être intéressées par ce projet.

        Je vous rappelle que les États n’ont pas d’amis mais des intérêts communs. Si les allemands ont plus de leviers de négociation que nous (et ils sont aidés pour ça par leur économie qu’ils ont eu développer, là où on est à la ramasse), on ne doit en vouloir qu’à nous-mêmes. Ce n’est pas du chantage mais de la négociation.

        • JC dit :

          Comme Hitler en son temps a su négocier ? Appelez cela comme vous voulez mais dans toute négociation il y a rarement jeu égal.

      • John dit :

        Quel chantage? (Des faits svp)
        Nexter est un groupe français. KMW est un groupe allemand.
        Ensemble ils ont créé une co-entreprise, KDNS. Cette co-entreprise est détenue par les 2 groupes.
        Par contre, ce qui est développé par Nexter restera propriété de Nexter.

        Ce que je trouve incroyable c’est de lire aussi souvent que l’Allemagne ne sait rien faire et que la France sait tout…

    • JC dit :

      J’oubliais l’I.S.L.enfant chéri de la collaboration franco-allemande mais peu connu du grand public. Il y aura bien quelques fuites si le projet prend forme.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Ça fait plus de 20 ans qu’il y a des recherches à l’ISL et on n’a que quelques vagues données concernant les anciens protos. Donc au contraire le secret est plutôt très bien gardé. Regardez les photos qui illustrent l’article : la même photo sur tous les articles depuis 15 ans….

  6. Wolff dit :

    Si le projectile ne peut pas emporter d’explosif, on compte uniquement sur la force d impact cynétique pour détruire la cible?
    Peut-on mettre de l’électronique dans ce type de projectile?
    Que se passe-t-il s’il tombe au sol avec des troupes ennemies au sol? Pouvoir de destruction?

    • Hermes dit :

      L’énergie cinétique est une chose pouvant être monstrueuse, ce n’est pas pour rien si les « Rod of gods » sont un concept si terrifiant.
      Tout dépendra de la masse et de la vitesse du projectile.
      .
      Pour une mission comme ici, ce n’est pas tellement la force d’impact qui est recherché, mais plutôt le temps de réponse de l’arme/munition pour la défense antimissile.
      .
      Pour ce qui est d’une artillerie c’est déjà bien différent, la vitesse devenant dépendante de la portée/cloche que l’on souhaite, sans charge militaire je ne pense pas que le projectile ait une vitesse suffisante pour avoir un réel pouvoir destructeur (en comparaison à du 155).
      .
      Mais je dois bien admettre que je ne suis qu’un humble bricoleur et non expert du sujet.

    • caiusbonus dit :

      E=mc², calculez l’énergie quand vous prenez un projectile, ne serait-ce que 100 g, qui vous arrive à Mach 5, ça calme! C’est la vitesse qui fait l’énergie bien plus que la masse.

      • Jupiter dit :

        Attention, vous confondez la relativité restreinte avec l’énergie cinétique
        Et ca fait 150kJ, soit a peu près autant qu’une voiture de 1200kg lancé a 60 km/h

      • Estelassar dit :

        L’énergie cinétique c’est 1/2mv² rien à voir avec e=mc²… où m est la masse d’une particule au repos et c la vitesse de la lumière dans le vide…

        • Stoltenberg dit :

          Il n’empêche que la conclusion reste juste 😀
          .
          J’aime bien les exemples comme ça où quelqu’un arrive à la bonne conclusion en se basant sûr des hypothèses fausses. C’est impressionnant, surtout du point de vue épistémologique.

          • Stoltenberg dit :

            Il y a aussi le problème de la direction vers laquelle cette énergie est évacuée. Mais ça c’est un autre sujet.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Un Obus de quelques kg qui tomberait a Mach 5 à globalement autant d’énergie que son équivalent TNT. Donc oui l’impact est suffisant, comme le prouve les obus de char d’assaut.
      C’est possible de mettre de l’électronique qui résistent a des accélérations de quelques milliers de g oui. Ca existe, mais c’est globalement moins précis que d’autres technologies.

      • Wolff dit :

        Oui à condition que la cible absorbe une grande partie voire toute l’énergie pour arrêter le projectile (plaque de gilet par balle par exemple).
        Si je tire sur ma portière de voiture perpendiculairement à mon véhicule, la balle rentre d’un côté et sort de l’autre et le véhicule n’aura pas absorbé beaucoup d’énergie et je suis en tir tendu. Je comprends même pas comment un Canon d’artillerie rail gun peut toucher en cloche.
        PS: je compte pas faire le test.

    • R2D2 dit :

      je suppose que l’explosif dont il est question est celui de la charge propulsive (remplacée par l’électricité), pas celle de la charge destructrice.
      Quant à l’électronique dans le projectile c’est déjà le cas avec les obus d’artillerie du style BONUS.

    • miaou dit :

      Si le projectile impact à Mac 5 alors effectivement mettre de l’explosif devient superflus.
      Si vous contrôler la vitesse en sortie de canon du projectile, alors vous contrôler la puissance explosive.

    • Chanone dit :

      On parle pour le moment de projectiles de quelques kilos. Je pense que l’électronique embarquée doit être différente, et devra être développé spécifiquement pour résister aux très puissants champs magnétiques, et au choc de départ : on parle directement de vitesses hypersoniques, doit le double d’un obus flèche anti-char…
      .
      Ma question se porte plutôt sur la diversité des projectiles, dont à fragmentation pour créer un obstacle de zone contre les futures munitions hypersoniques.

  7. werf dit :

    Bon état des lieux dans cet article. Deux problèmes . Le premier, évoqué, est le besoin considérable en énergie qui ne permet pas d’envisager un tel canon sur un mobile routier… Le deuxième est le repérage du tir pour des raisons que l’on ne peut pas évoquées ici. Autant dire qu’il faudra du temps et beaucoup d’argent pour avoir un résultat opérationnel en 2050 au plus tôt.

  8. Ifig dit :

    Est-ce que cette technique peut être utilisée en arme anti satellite ?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Pour faire simple, non
      Même si le projectile arrivait a l’altitude des satellites (Au dela de 3OOkm minimum, 600 à 800km pour la majorité des satellites militaires de renseignement) ce qui est déjà très loin d’être évident, il faudrait que l’obus soit équipé d’un système de propulseur pour compenser les erreurs au lancement et d’un autodirecteur qui aurait subit une accélération faramineuse.

  9. Edgar dit :

    Pour répondre à Wolff: l’expériences des combats dans les îles Salomon, en 1942-3, riches en affrontements navals au canon, a montré que les tirs de gros calibre, avec obus de rupture, de la part de cuirassés japonais contre des destroyers us dépourvus de blindage, étaient presque sans effets sur la cible. L’obus, fait pour percer des cuirassements épais, n’explosait pas au contact, et traversait le destroyer de part en part, en perçant quelques cloisons ou coupant des canalisations, sans plus. Le projectile plein n’est pas très efficace, c’est la raison pour laquelle on a mis au point l’obus explosif, beaucoup plus dangereux pour des navires de combat (voir la bataille de Sinope, XIXe siècle). https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Sinope

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      En effet, cela dépend de l’effet recherché.
      Contre les navires actuel sans blindage, l’obus hypersonique risque de le traverser de part en part.
      En revanche, contre des positions fortifiées ou un Bunker, un obus plein a parfaitement sa place. La preuve en est les obus-sabot en tungsten actuellement utilisé par tous les chars modernes

    • Raspoutine dit :

      En attendant, un Oto Melara 127mm avec charges classiques et Vulcano seraient mieux pour l’appui au sol sur nos Fremm ou Fti…

  10. Max dit :

    Toujours pas de phaser pour éparpiller façon puzzle ?

  11. castel dit :

    Ce type d’arme me semble intéressante contre tout type de véhicule, maritime ou terrestre, voire aérien, également contre des bâtiments genre Blockhaus , mais je ne crois pas que ce soit le cas contre des formations de fantassins dispersés sur le terrain, comme c’est par exemple le cas aujourd’hui des obus flèches anti-chars.
    Nul doute que le projectile aura un impact exceptionnel sur sa cible, mais je ne pense pas que cela dégage un effet de souffle équivalent à un obus explosif, et qu’il soit donc dans ce cas également comparable à un obus à fragmentation ….
    Il s’agit donc plutôt de mon point de vue d’une arme spécialisée, venant plutôt en complément de l’arsenal existant, mais pas vraiment destiné à le remplacer…..

  12. pepel_WASSKA dit :

    Je ne sais si c’est de l’argent bien investi, parce que c’est pour le très long terme. Il faut encore faire des années de recherche pure avant d’avoir un matériel utilisable sur le terrain.