!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

Le ministère des Armées va augmenter de 25% son offre en matière de contrats d’apprentissage

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

2 contributions

  1. Raymond75 dit :

    « qui concerne des jeunes ayant un niveau allant du CAP au master 2, concernent des « secteurs stratégiques », comme les « filières systèmes d’information et numérique, maintenance aéronautique, maintenance terrestre et infrastructure » ; excellente initiative, surtout en cette période où le chômage des jeunes va s’amplifier.

    Si je l’ai bien compris, il s’agit d’un apprentissage ‘traditionnel’, sans lien direct avec un engagement ; si oui, il faudrait doubler cette formule, du CAP au Master II, pour les engagés en fin de contrat. C’est ce que font les Américains, avec un certain succès.

  2. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Les armées également, avec un dispositif qui complète, entre autres, le Service militaire volontaire [SMV] et le Service militaire adapté [SMA], qui visent à faciliter l’insertion professionnelle de jeunes gens souvent en rupture de ban avec le milieu scolaire.]

    Il était une époque épique ou des Jeunes , avec un  » J  » , préféraient s’engager dans la Marine Nationale comme sous-officiers de systèmes d’armes ou sous-officier naviguant à bord des Breguet Atlantic pour obtenir l’équivalent du DUT Electronique assorti d’une expérience professionnelle de 5 ou 10 ans dans une  » arme d’excellence technique » . Cela leur permettait rapidement d’accéder à des postes d’encadrement dans l’industrie . J’avoue que j’ai été tenté par cette filière avant de me rabattre sur un parcours plus classique via une CPGE .

    Aujourd’hui l’université propose des Master 2 en photo-interpétation satellitaire et l’armée des formations de tourneurs-fraiseurs , y compris au Mali …
    On nage donc en plein délire : L’armée va former des tourneurs-fraiseurs ou des chaudronniers alors que  » la Sorbonne  » – au sens universitaire du terme – va former des spécialistes de la photointerprétation comme sous-produit d’une formation en géographie . Une spécialité militaire s’il en est mais qui bien sûr a des applications civiles . Il faut toutefois ne pas se voiler la face : C’est une formation pour le militaire …
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/06/04/master-geopolitique-geoint-a-la-rentree-a-sorbonne-universit-21217.html