Malgré la pression mise sur les industriels, le projet de drone MALE européen est toujours dans l’impasse

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

95 contributions

  1. Tristan dit :

    Quid des satellites qui vont avec? Est-ce que la France utilise toujours des satellites des l’USAF pour ces drones Reaper?

    • Aymard de Ledonner dit :

      Les reaper fonctionnent avec les sat US. Il n’y a pas d’alternative.

    • NRJ dit :

      Niveau satellites, on avait négocié le leadership allemand sur le drone Male en 2015 contre l’achat d’un satellite CSO (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/drone-male-franco-allemand-un-marche-de-dupes-pour-paris-465127.html). Du coup s’il n’y a pas de drone Male, on peut dire que l’on a bien roulé les allemands dans la farine.
      On a déjà les satellites syracuse pour la communication.

      • Wagdoox dit :

        Et en sachant ça vous voulez toujours d’un partenariat avec les allemands …
        Qui ont fait largement la preuve de leur duplicité

        • NRJ dit :

          @wagdox
          Ou avez vous vu que je voulais systématiquement faire des partenariats avec les allemands sur les programmes d’armements ? Je suis pour la coopération seulement sur les programmes coûteux comme vont l’être le SCAF et le MGCS. Pour les autres programmes, c’est au cas par cas.

          « Qui ont fait largement la preuve de leur duplicité ». Base de la relation internationale : les pays n’ont pas d’ami mais des intérêts communs. Il serait bon de s’en apercevoir… Et quel est notre intérêt pour réaliser un programme comme le SCAF, annoncé comme hors de prix pour un seul État comme la France ou l’Allemagne (avec en considération, l’OPA américaine sur nos avions et industries aéronautiques avec le F-35) ?

  2. tchac dit :

    Mais pourquoi 2 moteurs ?!! Les allemands ont donc peur qu’il s’écrase sur une de leur ville ?
    C’est incompréhensible, deux moteurs signifiant plus d’argent, 2 fois plus d’entretiens. Toute l’argent mis la dedans étant bien entendu perdu lorsqu’un drone s’écrase ou se fait abattre… Certes, si un moteur tombe en rade il reste l’autre mais il n’y a pas de pilote à bord à sauver et les pannes de se genre sont plutôt rare aujourd’hui. Il faudrait voire (cela à peut être été déjà fait) s’il est plus rentable de mettre deux moteurs de façon à sauver plusieurs millions d’euros en cas de panne ou s’il faut préférer 1 appareil moins cher avec un risque de panne moteur en comptant un taux d’attrition acceptable.
    tout ça pour quoi ? J’ai lu ailleurs que pour le moment, l’autonomie prévu de l’EuroMALE est équivalente aux précédentes versions du Reaper et bien inférieur à sa dernière version… Bref, j’essaye d’y croire mais c’est très mal partie, on va peut être se retrouver avec un « cas rafale », où la France fait cavalier seul tout en finissant par sortir un meilleur produit…

    • NRJ dit :

      @Tchac
      Selon le site Méta Défense (fait par des analystes du monde de la Défense), les USA perdent 25% de leurs drones Reaper par accident avant leur mise à la casse. On pourra également dire que face à un missile anti aérien, l’Eurodrone aurait plus de chance de s’en tirer que le Reaper (Ca dépend du missile bien entendu, mais la guerre en Lybie montre que ce genre de menace devient réalité).

      Une chose est certaine : la double motorisation n’est pas à elle-seule la responsable du coût de plus de 9 milliards de l’Eurodrone. Et il semble que les allemands ne soient pas forcement seuls en cause car le programme Telemos de BAE et Dassault prévoyait déjà un drone bimoteur à turboreacteur.

      La France n’a pas les moyens de se payer ce drone. Du moins avec tous les programmes déjà en cours et beaucoup plus prioritaires.

      • tchac dit :

        Oui, un site très intéressant.

        Euh par contre, je ne suis pas sûr que deux moteurs rendent ces drones moins vulnérables aux missile SA, si les gouvernes de l’appareil sont endommagées, même avec un moteur, il sera difficile de ramener l’appareil à bon port, mais soit, attendons pour cette histoire de moteurs, des gens plus compétent que nous y réfléchissent, j’ai confiance en Dassault (un peu moins en Airbus 😉 ).

        Ça se discute, cela dépend de quels type de drone nous voulons. Peut être qu’en parallèle de l’euromale et en complément du Patroller, il faudrait réfléchir à des drones « consommables »destiné à être en nombre, armée de deux MMP mais qui pourrait être sacrifier pour des cibles de valeur (à l’israélienne).

        En revanche, ce qui est certains c’est qu’on perd déjà du temps ! https://www.youtube.com/watch?v=059oST2BkCY
        🙂

        • NRJ dit :

          @tchac
          Être un bimoteur pour permettre qu’un seul moteur puisse faire voler l’avion, c’est le choix qui fut fait pour l’A-10 Thunderbolt. Après pour les moteurs, c’est plutôt Safran 🙂

          On devrait avoir des drones « consommables » dans les essaims de drones prévus pour le programme SCAF. Les choix restent encore à faire, mais l’idée est en réflexion. Je suis d’accord avec vous.
          Idéalement, je verrai une utilisation massive de drones tactiques Patroller (si nécessaire dans avec une version « jetable » composée de matériaux plus fragiles et de moins bonne qualité) et l’EuroMale comme drone HALE/patrouille maritime capable de voler haut. Dans ce cas, j’imaginerais plutôt des réacteurs pour la motorisation.

      • Alpha dit :

        « Et il semble que les allemands ne soient pas forcement seuls en cause car le programme Telemos de BAE et Dassault prévoyait déjà un drone bimoteur à turboreacteur. »
        Vous visez qui ? Dassault ? Si c’est le cas, votre allusion tombe à l’eau quand on connait les projets de Dassault SEUL pour les drones MALE :
        – Le Heron rebaptisé « Voltigeur » = Monomoteur
        – Le MALE 2020 = Monomoteur
        http://www.portail-aviation.com/blog/2015/05/20/male-2020-les-etudes-techniques-du/
        Et je passe sur le fait avéré que Dassault et la France voulaient aussi un monomoteur pour l’Eurodrone RPAS…
        Maintenant, si c’est les anglais (qui étaient maitre d’oeuvre sur le Telemos…) que vous mettez en cause, alors OK, les allemands ne sont effectivement pas seuls… 😉

    • BoitaR dit :

      Vous avez raison, mais du point de vie Allemand, qui aura une utilisation exclusivement au dessus de leur territoire, un drone qui se pète la gueule, ça tombe sur la gueule des concitoyens.
      Alors que nous qui avons une perspective OPEX à ce matériel, si ça pète la gueule, ce sera dans le sable Malien…
      D’où leur préférence pour deux moteurs, d’ou notre préférence pour un seul.

  3. Titeuf dit :

    9 milliards pour développer ce « truc » *!!!!
    Tu fous ma gueule toi !!!

  4. novichok dit :

    La citation de Sénèque est incomplète et de facto incompréhensible. la bonne version est « Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va. »
    Merci de corriger

  5. Modification jamais dit :

    Toujours des collabos des allemands.

    • NRJ dit :

      70 ans ont passé, le monde a beaucoup changé et devrait continuer à changer de plus en plus vite, mais certaines personnes semblent rester bloquée. C’est triste…

      • Stoltenberg dit :

        Après 70 ans le 3ème Reich continue d’exister (d’un point de vue légal).

      • Wagdoox dit :

        Oublié son passé c’est se condamner à refaire les mêmes erreurs

        • NRJ dit :

          @Wagdox
          Oublier son passé est une erreur. Ne pas se rendre compte de l’évolution du monde en est une autre…

  6. philbeau dit :

    Il faudra qu’un jour les allemands nous expliquent ce qu’ils entendent par surveillance de leur territoire , que chacun sait de dimensions moyenne à l’échelle européenne, et en quoi ce genre de mission justifie une machine de cette taille (plus de deux fois la masse d’un Reaper) . On connaît le prétexte de la formule bimoteur , et sa justification oiseuse de la sécurité par rapport à une panne au-dessus des nombreuses zones habitées en Allemagne , mais après ? Qu’embarque donc cette énorme machine , presque aussi grosse que le Global Hawk , qui lui a 23 000 Km de rayon d’action . Une chose est sure , une nouvelle fois Airbus defence , qui a déjà des ratés dans ses capacités de conception (retards , dépassements systématiques de coûts ) ne sort pas grandi une nouvelle fois avec ce programme . Et il a des prétentions de leadership dans la maîtrise d’ouvrage du SCAF , et plus particulièrement la partie drones de celui-ci ?!

    • NRJ dit :

      @philbeau
      Airbus n’est pas seule à mettre en cause dans ses retards et surcoûts. Je vous rappelle qu’ils travaillent pour des coopérations et que celles-ci sont sources de surcoûts. Par ailleurs ne croyez pas que les industriels français soient hors de cause. Le Rafale ? Le Leclerc ? Il n’y avait pas de surcoûts et/ou retards dans ces programmes ? Pourtant ces programmes étaient franco-français.

      Dans ce programme, Airbus n’a aucun intérêt à faire les yeux doux pour avoir l’argent des pays européens. C’est la différence. Les drones Male sont un secteur en niche, pas promis à un grand avenir. Airbus n’a pas de raison d’investir de sa poche pour la réussite du programme. Mais ils ont les capacités techniques et technologiques de réussir ce programme, cela ne fait pas de doute. Ils ont déjà fait des drones, et ils sont les mieux placés en Europe pour réussir les essaims de drones autonomes (il n’y a au mieux que Thales et BAE qui pourraient espérer rivaliser).

      • philbeau dit :

        NRJ , je connais votre indulgence pour Airbus , dans le contexte plus large qui est la coopération franco-allemande
        Mais cela ne doit pas empiéter sur le domaine de la mauvaise foi . Vous savez très bien , j’en suis sûr , que les retards du programme Rafale , et les surcoûts induits , ont été générés par les glissements de crédits de la Défense pour l’équipement de l’AA . Et dans ce programme Euromale , Airbus comme à l’habitude ne fait pas les yeux doux mais présente la note , en gros à prendre ou à laisser , sachant que côté allemand on veut préserver le noyau de l’aérospatial germanique . Je voudrais bien , encore une fois , que l’on connaisse la structure du programme tel que le voient les allemands , à ce stade on ne peut comprendre comment cela coûte 9 milliards pour fabriquer un bi-turbopropulseur . Et direqu’ils sont les mieux placés pour réaliser les essaims de drones relève de l’affirmation gratuite . A la différence de vous , je suis plus que circonspect et méfiant sur , je vous l’accorde , le principal partenaire que nous ayons sous la main pour avancer dans une capacité aérospatiale de pointe en Europe , les anglais étant en panne hélas maintenant .

        • NRJ dit :

          @philbeau
          Dans les années 80, Dassault avait vendu le Rafale pour 18 milliards d’euros (en franc à l’époque). Il y a eu effectivement des retards pour des raisons politiques qui ont augmenté le coût du programme jusqu’au début du programme, soit 2004. A ce moment, Dassault chiffrait le coût du programme à 26 milliards d’euros. Finalement on estimait le coût en 2011 à 43 milliards alors même qu’on a réduit le nombre d’avion de 320 à 225. Il n’y a peut-être pas eu beaucoup de retard pour des motifs industriels. En revanche, les surcoûts proviennent bien des entreprises de la « Team Rafale ».

          Airbus a tendance à sous-estimer le coût des programmes pour mieux les faire accepter -ce qui mène quelque fois à devoir sortir de l’argent de sa poche comme avec l’A-400M-. Avec l’Euromale, Airbus ne semble pas parti sur ce chemin et préfère prendre ses précautions. Difficile de dire si 21 systèmes et 63 drones coutent bien 9 milliards d’euros, car on ne peut pas comparer avec le Reaper ou avec d’autres programmes (même les italiens: s’ils ne continuent pas sur le P2HH, c’est probablement pour une raison de coût, mais d’estimer est difficile).

          Concernant les essaims de drones, si Airbus est incompétent pour faire ce programme, alors difficile de trouver une entreprise qui pourrait l’être. Airbus est la première entreprise aéronautique mondiale et a développé à peu près tous les types de systèmes aériens. C’est peut-être gratuit de dire qu’ils sont les mieux placés en Europe, mais est-ce faux ?

          • Oryzon dit :

            C’est amusant cette obsession de votre part avec la soit disant dérive des coûts du rafale.

            La cour des comptes a elle aussi étudiée le sujet en 2009, avec toutes les données chiffrées et des gens qui à priori savent compter.

            Résultat : 4,7 % de surcoût.

            Je vous laisse aller lire le rapport,
            https://www.ccomptes.fr/fr/publications/le-rapport-public-annuel-2010

          • philbeau dit :

            NRJ , votre plaidoyer , une nouvelle fois pour Airbus , va finir par m’interroger sur le fond de ce parti-pris ? En tout cas , dans la forme ,il n’est pas recevable . Airbus , première entreprise aéronautique mondiale ? Pour les avions civils , cher collègue intervenant , et encore depuis que Boeing s’est suicidé avec le Max …Inutile de développer la différence entre le civil et le militaire , tout le monde ici même non spécialiste en a au moins la perception . Quand il s’est agi de passer au militaire , dans une forme qui pouvait s’apparenter un peu à son métier , les avions de transport ça a donné l’A400 . Inutile là aussi d’épiloguer , tout le monde connaît la saga , et notamment sur leplan financier , qui nous revient apparemment avec l’Eurodrone . Et je vous le demande une nouvelle fois : donnez moi un programme de drones (réel , s’entend, pas des élucubrations magnifiques sur pdf publicitaires) qui vous permet de les placer sur le podium comme vous le faîtes sans hésitation .
            Vous voulez parler avions de chasse ? Si l’Eurofighter évolue favorablement , courant derrière le Rafale pour parvenir à l’égaler (enfin ) dans la fonction multirôle , c’est le fait de la partie britannique , qui répond à des demandes opérationnelles beaucoup plus exigeantes que celles de la partie allemande . Et justement , concernant Airbus et l’Eurofighter , si on reparlait des procès pour corruption , qui font tâche notamment en Autriche ?

          • Alpha dit :

            NRJ…NRJ… (en mode dépité…)
            Vous n’y êtes toujours pas, et vous semblez vous complaire dans votre raisonnement erroné que vous récitez telle une litanie…
            Les surcoûts du programme Rafale que vous évoquez, proviennent bien de l’Etat. C’est factuel. C’est comme çà, et réciter des choses fausses n’en feront pas une vérité…
            Les industriels de la « Team Rafale », eux, ont tenu leurs engagements, ou presque (7 % de dépassement…).
            Les 18 Mds € que vous évoquez, c’est le coût R&D. POINT.
            Il ne tient bien évidemment pas compte de la phase industrialisation, de la construction, de l’exploitation, de la maintenance, des modernisations (Rafale F1 non prévue initialement, à moderniser en F3, par exemple…), et surtout, de la réduction et de l’étalement des commandes qui entraine de facto des pénalités énormes !!!
            Avec tout çà pris en compte, on arrive à 43 Mds € aujourd’hui …
            Et le problème est le même pour plusieurs programmes, notamment pour les FREMM : De 17, on passe à 8, et au final en totalisant le coût total du programme et les pénalités on pourrait en avoir 15 en ligne aujourd’hui !!!
            Les causes des surcoûts de ces programmes sont clairement identifiées : L’incurie de l’État, les tergiversations des politiques et une vision à courte vue !

          • Wagdoox dit :

            NRJ ça devient très limite de parler des 18 millions d’euro en oubliant l’inflation et surtout le fait que le rafale commandé a l’époque a été redéfini par l’état lui même et donc on parle pas du même rafale. Ensuite vous confondez le coût déjà dépensé avec une projection. Ensuite les 43 milliards c’était les chiffres de 2011 utilisés en 2014 par la cours des comptes plus 289 rafales. En 2013 hollande réduit de 289 à 225 réduisant de fait le coût d’utilisation global (fuel salaire) mais ça laisse intacte le coût de développement et ça augment le coût des pièces de rechanges (la différence n’être pas dans les chiffres puisqu’il date de 2011). Le surcoût vient de l’état qui change le programme, le ralenti … Il est intéressant de voir que vous reprenez les chiffres dont vous ne vouliez pas entre parler pendant longtemps mais maintenant vous les lisez de travers pour les faire correspondre à votre idéologies. On peut aussi les comparer avec nos voisins 60 milliards pour 140 euro fighter allemands et 42 milliards pour 160 euro fighter anglais.
            Enfin Airbus défense n’est pas Airbus mais une filiale qui n’a jamais qu’une partie de l’euro fighter, une partie du tornado. Même Airbus en tant que tel n’a jamais fait autre chose que l’a400 m en terme militaire. Bref on aura compris que vous défendez votre entreprise mais avoir de vrais arguments pourrait aider.

          • NRJ dit :

            @Oryzon
            4,7% c’est le surcoût calculé en 2010 après que le programme Rafale ait été réévalué à 2 reprises (avec un coût en forte hausse) et une baisse des commandes de 320 exemplaires à 280 (à l’époque puisque le Livre Blanc de 2013 a réduit les commandes à 225 exemplaires). Et ce chiffre est faux puisque les sénateurs ont réévalué le cout du Rafale en 2013 à 43 milliards d’euros contre 40 milliards précédemment.
            Pour plus de précisions : https://www.google.com/amp/s/lexpansion.lexpress.fr/entreprises/l-exportation-du-rafale-fin-de-20-ans-d-infortune_1414908.amp.html. Naturellement, si vous avez des informations sur l’évolution du coût du Rafale, n’hésitez pas.

            @philbeau
            Voyez du parti-pris si vous voulez. Vous doutez de la compétence d’Airbus et je ne fais que vous rappelez que c’est un leader mondial de l’aéronautique. Pour les drones, citons pêle-mêle : le KZO, le VSR 700, Skyway et autres drones civils. Surtout, Airbus développe beaucoup les avions autonomes ce qui lui sera utile pour les essaims de drones (à la fois pour des avions-taxi et les avions commerciaux. Bref, je ne pense pas qu’ils soient les moins compétents. Reste la motivation de leurs dirigeants… Sinon en Autriche, Airbus n’a pas été condamné jusqu’à aujourd’hui. Curieux d’avoir le mot de la fin, mais on se rappelle les « affaires » du Rafale en Inde… Concernant toujours l’Eurofighter, je vous rappelle que cet appareil a été conçu par les état-majors pour faire de la supériorité aérienne (raison pour laquelle la France est partie du programme). Cette erreur et les problèmes qui ont suscité ne sont pas à mettre sur Airbus mais sur les décideurs militaires de l’époque.

            @Alpha
            Les couts de R&D du Rafale, c’est 10 milliards selon Wikipedia. De toute façon, il est peut-être assez simple de chiffrer les surcoûts des industriels : en 2004, la production commence. Dassault estime alors le coût du programme à 26 milliards. En 2013, on estime le coût a 43 milliards ( l’inflation ne suffit pas). C’est combien les pénalités de réduction des commandes de Rafales. J’avoue que je n’en trouve pas trace ? Sinon, et jusqu’à nouvel ordre, le fait de réduire les commandes fait baisser le coût du programme, aux dépends du coût unitaire.

            @wagdox
            Si on reprend l’article de l’Express en convertissant, on obtient 25 milliards d’euros. Les 18 milliards viennent d’économistes interrogés par les journalistes du documentaire « armée ou va l’argent » (sorti en 2009).
            Je ne dis pas que l’Eurofighter est mieux que le Rafale. Je réponds simplement à Philbeau qui critiquait les surcoûts des programmes d’Airbus et doutait de sa compétence. Airbus a fait également les hélicoptères européens en plus de l’A400M et d’une partie de l’Eurofighter. Airbus Défense est sinon parfaitement intégré à Airbus Group. Le travail déjà effectué dans une division peut être réutilisé. C’est l’avantage d’être un grand groupe… Et Airbus n’est pas « mon » entreprise. Je dis simplement que ce n’est pas parce qu’ils sont partiellement allemands qu’ils sont forcément mauvais…

          • philbeau dit :

            NRJ , vous avancez des noms , j’ai pris la peine de regarder , et vous auriez pu nous informer de la sorte , les programmes qui selon vous , font d’Airbus defence un spécialiste des drones :
            KZO :https://en.wikipedia.org/wiki/Rheinmetall_KZO
            VSR 700 : https://fr.wikipedia.org/wiki/VSR700
            Skyway : https://www.usinenouvelle.com/editorial/video-skyways-le-drone-autonome-d-airbus-ravitaille-avec-succes-un-bateau-en-mer.N819065
            avion autonome: https://toulouse.latribune.fr/innovation/recherche-et-developpement/2020-01-17/a-toulouse-airbus-reussit-le-premier-decollage-entierement-autonome-837412.html
            Voilà qui permet de juger plus concrètement des capacités d’Airbus que vous annoncez , et qui sont malheureusement mises à mal par le programme Eurodrone , dont on peine à démêler les fils depuis 2016 . Je ne vous cache pas , et nous sommes nombreux dans ce cas , que j’attend avec des sentiments croisés , la suite des évènements avec le SCAF

          • Alpha dit :

            @NRJ
            « Les couts de R&D du Rafale, c’est 10 milliards selon Wikipedia »
            Oui, selon WIKI, mais 12,5 selon Dassault, 18 selon d’autres, etc…
            « il est peut-être assez simple de chiffrer les surcoûts des industriels : en 2004, la production commence.  »
            FAUX !… La production commence bien des années avant, puisque le premier appareil, Rafale F1, est livré à la Marine le 18 mai 2001… 😉
            Pour les chiffres des pénalités consécutives à l’étalement du programme et à la baisse des commandes, vous ne trouverez rien… Logique ! Les politiques ne vont le crier sur tous les toits !
            Comme vous ne trouverez aucun chiffre sur la fameuse clause des 11 appareils minimum construits par an. Sachez juste que c’est ENORME ! C’est pourquoi ce programme n’a jamais été arrêté…
            « Sinon, et jusqu’à nouvel ordre, le fait de réduire les commandes fait baisser le coût du programme, aux dépends du coût unitaire. »
            Oui et non ! Quand vous ne respectez pas un contrat vous payez des pénalités. Et le coût unitaire est pris en compte dans le calcul du coût du programme.
            Votre erreur vient de là : Vous ne prenez pas en compte toutes les données pour calculer le coût total du programme….
            Et quand vous soutenez à Philbeau que « les surcoûts proviennent bien des entreprises de la « Team « Rafale », je vous renvoie vers votre lien (toujours le même d’ailleurs…) et sa conclusion :
            2001: un rapport officiel épingle la gestion du Rafale. Le Comité des prix de revient des fabrications d’armement (CPRA), qui rassemble des représentants de l’Inspection des finances, de la Cour des comptes, et des parlementaires, chiffre à 200 milliards de francs (30,5 milliards d’euros) le coût de développement et d’acquisition de 294 appareils. Selon cette instance, le dépassement de l’enveloppe, estimé à 30%, est dû à « une sous-estimation des aléas technologiques » et « à partir de 1995 à des mesures de régulation budgétaire. »
            Vous avez saisi ?… 😉
            PS : Lisez donc le rapport officiel publié en lien par Oryzon…
            Et arrêtez de faire confiance à l’Express, qui a l’époque, s’était fait fort de torpiller le programme Rafale et Dassault de façon plus générale. D’ailleurs, le fait que vous n’ayez à nous opposer que des articles de ce journal le prouve…

          • NRJ dit :

            @Alpha
            Vous êtes sérieux sur les F1 ? Il n’y a que 10 Rafale M qui ont été construit dans cette version. On parle d’un total de 225 commandes. On peut compter maximum 1 milliard pour ces 10 zincs, mais la production en série a commencé en 2006. Et Dassault évalue le programme à 26 milliards d’euros…

            En soit, bien sur que certains politiques pourraient crier les pénalités sur tous les toits. L’opposition avec le FN, par exemple, pourrait critiquer les réductions de budget de l’armée. Ce serait aberrant? Sinon il est aisé de connaître la production minimale de Rafal, même si on n’est pas de la dga. Dans le livret blanc de 2013, il était prévu 11 Rafales par an pendant 2 ans puis 4 (après il fallait faire des commandes supplémentaires pour continuer la production). Alors soit on décidait de faire trop de Rafales (étant français, c’est courant de prendre les autres pour des imbéciles) pour sacrifier le programme sachant qu’on n’avait à l’époque aucune garantie d’exportations, soit 11 est la production minimale.

            Après il y a bien sur les pénalités qui limitent jusqu’à un certain point la réduction des commandes. Mais quand il s’agit de gagner de l’argent, les hommes politiques savent trouver. Et on peut légitimement douter que les pénalités se chiffrent a la dizaine de milliards d’euros. Si c’était vraiment élevé, on en entendrait parler.

            Vous avez saisi ce que signifie une « une sous-estimation des aléas technologiques » ? Ça veut dire que les entreprises pensaient que faire un chasseur aussi performant (donc complexe) que le Rafale aurait le prix d’un Mirage 2000 et « oh pas de chance, en fait ça coutera plus cher ». Bref ils vendent du rêve en sachant que c’est des bêtises (ou alors ils sont incompétents, au choix) et réévaluent le prix, a la manière de Lockeed-Martin avec le F-35.

            Content de vous voir critiquer l’Express. En fait ce journal relate certains faits qui vous déplaisent au plus haut point car vous ne pouvez les nier et ils vont contre votre mantra du sacro saint Rafale. Du coup vous préférez dire qu’ils cherchent à « torpiller le programme Rafale et Dassault de façon plus générale. », car c’est plus facile que de se remettre en question. Jusqu’ici, je ne faisais qu’envisager votre rôle de propagandiste pour Dassault Aviation. Voici la confirmation.
            En tout cas, si vous avez des informations sur l’évolution des coûts du Rafale depuis le début du programme, je suis ouvert. Mais jusqu’ici je n’en trouve que dans cet article et dans le documentaire « Armée française ou va l’argent » (en moins complet certes) -documentaire qui n’est pas plus élogieux de ce point de vue-.

        • NRJ dit :

          @philbeau
          Je suis comme vous. J’attends de voir ce qui va se passer avec l’Eurodrone. Mais comme vous vous en rendez compte, le problème n’est pas tant technique et technologique que budgétaire. Airbus a toutes les compétences pour faire ce drone. Reste à se mettre d’accord sur le prix…

      • Vinz dit :

        « Le Rafale ? Le Leclerc ?  »
        .
        Déjà quand on prévoit de commander 1000 puis 800 et qu’on en achète que 400, faut pas s’étonner que le coût unitaire augmente. Idem pour le Rafale.

        • Alpha dit :

          Et oui, mais visiblement, certains obtus ne veulent pas comprendre, convaincus de détenir la vérité sur un sujet qu’ils ne maitrisent absolument pas… 🙁

        • NRJ dit :

          @Vinz
          Les problèmesdu char Leclerc ne sont que très partiellement d’ordre politique. Nexter a eu des problèmes énormes dans sa mise au point, problèmes qui ont créé des surcoûts et presque 10 ans de retard, notamment à cause du moteur Hyperbar, de l’électronique de bord et des suspensions oléopneumatiques. Il a fallu produire 3 versions de la Tranche 1, soit plus de 30 chars Leclerc (au moins, ce chiffre est de mémoire) avant d’avoir une version opérationnelle et définitive. Nexter s’est montré incapable de trouver des sous-traitants compétents ou de les faire monter en compétence.

          Selon Wikipedia, le programme devait couter quelques 40 milliards de francs ennemis 1993 pour 650 chars soit 8 milliards d’euros de 2010. Dans les années 2010 le coût du programme est estimé à 13 milliards d’euros malgré la réduction à 400 chars. Même en prenant en compte la vente à 1 milliard d’euros de pertes aux EAU, on s’aperçoit que le Leclerc est ni plus ni moins le F-35 français.

          Mais bon, je comprends que certains obtus propagandistes de Dassault Aviation ne veuillent pas comprendre. Ils se reconnaitront….

          • Alpha dit :

            @NRJ
            « Mais bon, je comprends que certains obtus propagandistes de Dassault Aviation ne veuillent pas comprendre. Ils se reconnaitront…. »
            LOL !… MDR et tout le reste…
            Visiblement, et au vu des commentaires ci-dessus, je crois que celui qui devrait se remettre sérieusement en question, c’est notre camarade NRJ !… 🙂
            Je vous cite clairement, connaissant désormais pertinemment votre caractère mon ami, il n’y aura aucune équivoque possible !… 😉

  7. Namroud dit :

    Je ne comprends pas pourquoi compliquer les choses et perdre du temps précieux pour concevoir un drone qui reste quand même moins complexe et cher qu’un hélicoptère tigre, caïman, A 400 M , Avion ravitailleur Phénix, futur scaf et char franco-allemand etc… les conflits et opérations modernes montrent l’importance des drones de reconnaissance ( et je ne parle pas des drones de combat ). Des pays comme le Pakistan construisent leur propres drones même les rebelles houtihs au yemen ont leur drones et on dirait que les Européens veulent demeurer dépendants de l’extérieur notamment de l’oncle Sam. On a vu ce que ça a donné avec le covid du temps précieux ( et des vies perdues ) car on a du importer des masques de l’étranger et la fabrication de masques en France ( je n’oublie pas le dévouement des gens qui se sont mobilisés notamment les couturières ) a pris du temps

  8. delmon patrico dit :

    Il faut absolument un drone , un figther MALE , important je dit bien un TAM ! Terre,Air ,Mer pour les armées françaises ! La protection de notre pays passera Obligatoirement par cet « outils » pour nos Militaires ! Ils le savent et doivent en « réver » ! Alors si l’Europe traîne les pieds on le comprend en ce moment, on a des Industriels àérospaces chez nous de trés haut niveaux, qui peuvent étudier ce Drone unique ! Mais bon je ne suis qu un peu observateur.

  9. delmondo patrico dit :

    Name erreur

  10. Plusdepognon dit :

    Aucune évolution depuis le mois de janvier dernier :
    https://www.challenges.fr/entreprise/defense/la-france-va-t-elle-louer-des-drones-de-surveillance-reaper_710983

    https://lemamouth.blogspot.com/2020/05/leuromale-toujours-mal.html

    À croire que certains ont des actions General Atomics :
    https://forcesoperations.com/eurodrone-un-plan-b-propose-par-general-atomics-en-cas-dechec/

    L’entreprise a pourtant mangé son pain blanc et l’armée US s’est même permise d’y mettre un camouflet lors de l’attribution du marché des drones ravitailleurs :
    http://www.opex360.com/2020/03/02/lamericain-general-atomics-devoile-le-concept-defender-avec-un-drone-dedie-au-combat-aerien/

    Ce serait donc les pays européens qui sauveraient l’entreprise US…

  11. Hermes dit :

    Ce drone est mort né, on demande l’impossible aux industriels, réussir a avoir le tarif d’un drone moyen avec le gabarit d’un lourd (dû a la double moto en grande partie…)
    .
    Jamais il ne répondra aux besoins opérationnel… Sur ce coup je suis plutôt sur l’idée des Chinois, de faire des drones plus « simple », moins coûteux, presque jetable.
    Ces drones n’ont qu’une espérance de vie limité dès l’instant où l’opposant a un minima de moyen.
    .
    Je veux bien qu’on tente les choses pour l’Europe de la défense, mais très clairement ce drone peut être intéressant pour qui en Europe en dehors des allemands ?

    • intruder dit :

      chinois ou turc, ils ont l air de pas mal se débrouiller en libye en ce moment! si les turcs en sont capable , j ai du mal a imaginer que la france ne puisse pas. d ailleur au debut de l eurodrone, dassaut avait un projet tout fait vite rejeté par les allemands probablement parceque monomoteur mais aussi parceque pas issu d airbus! je suis persuadé que l exigence des 2 moteurs n est qu une maneuvre pour qu airbus s approprie le maitre d oeuvre, l histoire de survoller les villes c est du flan!

      • Hermes dit :

        Ce n’est pas une question d’être capable ou pas, c’est uniquement politique.
        .
        On a voulu européaniser le drone pour faire une flotte plus importante, ce qui dans l’absolu est intéressant, mais bon, quand les besoins divergent autant qu’ici, nécessairement c’est compliqué…
        Sur la chasse on peut parvenir à s’entendre, en particulier à cause du coût énorme pour chacun.
        .
        Mais sur les drones, les visions sont déjà bien différente…

      • Polymères dit :

        Les turcs utilisent des drones qui se comparent à notre futur patroller et non pas à un drone MALE. Ce sont des drones tactiques qui vont à 200 ou 300km et qui sont armés.
        Le Patroller le sera aussietsi certains fantasment sur ce que font les turcs ou autres en Libye, ben qu’ils comprennent que ce n’est pas des clones de reaper, qu’ils utilisent des missiles légers, qu’on n’est pas en attente de l’eurodrone pour faire cela, mais plutôt du Patroller. C’est et ce sera autour de lui qu’on va gérer le low cost de première ligne quand des drones plus gros, plus lourds avec de meilleures capacités viendront offrir l’allonge et autres.
        Quand le Patroller arrivera, on pourra voir la différence et moins dépendre du reaper, on pourra créer des spots comme à Gao, Tessalit, ne plus seulement dépendre de Niamey pour tout le Sahel

      • Wagdoox dit :

        Airbus n’a pas besoin de s’approprier la maîtresse puisqu’elle l’a déjà, l’Allemagne mettant le plus d’argent sur la table. Mais c’est vrai que lorsqu’il s’agissait d’acheter le f35 l’armée allemande se foutait qu’il soit mono.

  12. Carin dit :

    Bizarrement je n’arrive pas à imaginer comment les forces françaises pourraient opérer un drone d’une telle masse en opex??
    Je ne suis pas du tout sûr que cet appareil correspondent à nos besoins et surtout attentes… il serait bon de demander l’avis des états majors terre et air, car à l’arrivée c’est eux qui vont l’utiliser.
    Et s’il correspond à leurs projets, alors on peut demander à ce qu’il soit allégé (plus petit) pour cadrer avec les 7,2 milliards prévus! Si les industriels ou les allemands refusent, quittons le projet, et tournons nous vers nos propres industriels…. je suis persuadé que d’autres pays nous rejoindrons très vite.

    • Eurafale dit :

      C’est là où on s’aperçoit que, même s’il reste un démonstrateur, le nEUROn reste pour le moment la meilleure coopération industrielle au niveau des drones : un maître d’œuvre unique avec énormément d’expérience et des pays qui lui font confiance. Si nous quittons le projet MALE RPAS pour un projet commun avec les mêmes pays que le nEUROn (Suisse, Espagne, Grèce, Italie et Suède) et le même maître d’oeuvre unique (Dassault), cela restera un drone européen, avec peut être moins de poids au niveau politique (exit le couple franco-allemand) mais sûrement une meilleure réalisation avec un budget maîtrisé.

  13. Expression libre dit :

    J’ai l’impression que l’on fait un peu « patienter » les Allemands. Ce Male n’est pas Européen dans ses spécifications mais Allemand. Autant acheter vu le prix un Male sur étagère à condition de pouvoir y mettre la charge électronique que l’on veut et se concentrer sur un véritable drone de combat. Mais je crains un retour du bâton pour le SCAF. Mauvais esprit, je suis.

    • GHOST dit :

      Pourquoi ne pas commencer par un drone qui assure la surveilance des pays membres du projet avant de se lancer dans une projection loin de l´Europe ?
      NEURON?
      Vous vous souvenez du programme « Neuron » ? Etrange que ce projet qui semble être une reussite technologique n´a pas progressé vers une fabrication en serie.. drôle..

      • Hermes dit :

        C’était un démonstrateur
        .
        Il n’avait pas vocation à être sérialisé, et il sert toujours aux membres du projet notamment pour tester les systèmes détection face à un adversaire low observable.

      • NRJ dit :

        @ghost
        Ce n’était pas le but. Le Neuron était un démonstrateur technologique pour permettre à Dassault de gagner un peu d’expérience dans le domaine. Développer un Ucav ne serait venu que bien après.
        Si la France devait développer le SCAF en solo, il est probable qu’on développe des Ucav, à la manière des russes avec l’Okothnik-B pour compléter les avions classiques dans les attaques risquées en profondeur contre les sites A2/AD.

        • Wagdoox dit :

          Ce qui aurait plus de sens que le ngf.
          On aurait deux plateforme beaucoup spécialisé que le ngf.

          • NRJ dit :

            Les choix concernant l’ essaim de drones ne sont pas faits. On risque donc de parler dans le vide. Mais il serait effectivement intelligent avoir un drone type ucav furtif dans l’essaim de drones.

  14. Plusdepognon dit :

    Petit hors sujet, il y a peut être un drone dans le tas des moyens employés, mais celui-ci en moins c’est bien :
    https://www.20minutes.fr/monde/2793707-20200605-mali-armee-francaise-neutralise-leader-al-qaida-maghreb-islamique-abdelmalek-droukdal-annonce-parly

  15. henry Do dit :

    Le problème de ce drone MALE est la sur-spécification par l’armée allemande.
    les français le savent parfaitement. leur seul espoir de faire changer ces sur spécifications est de « taper » sur la tête des industriels par exemple pour réduire le prix, ce qui est impossible, afin que ceux ci fassent pression sur leur client qui est l’armée allemande.

    Au mieux, l’armée allemande réduit ses spécifications.
    Au pire ce projet ne se fait pas, laissant la france toutes ses cartes pour une solution autre.

  16. Etudiant dit :

    avions nous besoin de R&D d’un nouveau drone Male alors que les drones P1HH et P2 HH HammerHead existent déjà; il suffit de les adapter aux besoins de chaque pays… voir:

    https://www.airforce-technology.com/projects/p1hh-hammerhead-unmanned-aircraft-system-italy/

    • NRJ dit :

      @Étudiant
      Le drone P1HH est un bimoteur qui n’a que 16 heures d’autonomie et utilise des réacteurs. Pas idéal pour le désert malien.

      Le P2HH serait toujours un bimoteur, mais à turbopropulseurs de Pratt&Whitney pouvant rester 30 heures en l’air. Il serait intéressant d’avoir des P2HH si les promesses de cet appareil sont tenues. Mais il y a des bémols : d’abord les moteurs sont américains, et ensuite on subventionne directement l’industrie italienne pour un produit qui sera probablement moins performant que le Reaper et le Skyguardian. Dans un contexte où General Atomics propose un Skyguardian vidé de ses capteurs pour que l’on ait une plus grande souveraineté (https://forcesoperations.com/eurodrone-un-plan-b-propose-par-general-atomics-en-cas-dechec/), la question se pose. On va voir si la France est aussi pro Europe qu’elle le clame….

      • Alpha dit :

        @NRJ
        Non….
        Le P1HH n’a pas de réacteurs, mais bien des turbopropulseurs… Des Pratt & Whitney Canada PT6A-66B…
        http://www.p1hh.piaggioaerospace.it/

        Idem pour le dérivée P2HH : Turbopropulseurs…
        https://news.laran.it/2018/10/dossier-piaggio-p2hh-p1hh/

        Quant à votre réflexion sur la France : On peut être pro-Europe sans pour autant se faire cocufier !… 😉

      • Hermes dit :

        l’Eurodrone a une épée de damoclès sur le dos, ce n’est pas vraiment considéré comme étant un système critique, même si on veut être indépendant dessus.
        Donc faire plaisir aux Allemands oui, mais les français ne seraient pas les seuls pour qui cet Eurodrone ne conviendrait tout simplement pas, en fait c’est uniquement aux allemands qu’il plairait actuellement…
        .
        Donc au final, on pourrait imaginer une situation où être proEurope serait de claquer l’Eurodrone pour relancer un programme avec les autres membres et faire un drone MALE plus intéressant.
        .
        L’avenir nous le dira mais je serais pas étonné qu’on achète que quelques systèmes « histoire de », tout en regardant d’autres drone pour le terrain opérationnel.

  17. ULYSSE dit :

    Les compromis sont souvent voués aux échecs. Qui trop embrasse mal étreint disait ma grand-mère. L’Eurodrone est une hésitation entre un drone Male et une drone HALE de type GLOBALHAWK. Il est à craindre, s’il voit le jour , ce dont je doute, qu’il soit médiocre dans tous ses emplois prvisonnels.

    Il serait intéressant de savoir à quel cout Dassault , en tant qu’avionneur et intégrateur, Safran et Thalès pour la partie optronique/comunication, seraient capables de concevoir un drone MALE , répondant aux seules exigences françaises. Les italiens , qui ont des compétences en la matière, pourraient se greffer sur le projet.

  18. ULYSSE dit :

    Mais la vraie solution, de mon point de vue serait d’acheter la dernière version du Reaper et ‘allouer les crédit de l’Euromale à un projet inédit dans son concept. Je pense par exemple à un drone de combat, voué à chasser les drones MALE et à accomplir des opérations CAS, capable d’opérer à partir de bases terrestres somaires ou des BPC.

    Un drone turbopropulsé mais beaucoup plus agile que les MALE (vitesse, maniabilité) avec un armement interne de type 12,7 ou 20 mm et des charges largables (roquettes, missiles…).

  19. ULYSSE dit :

    lire « allouer les crédits de RD de l’Euromale au développement d’un projet inédit dans son concept ».

  20. ULYSSE dit :

    ou bien, un projet d’hélidrone de combat, basé, à échelle réduite sur le concept du RACER, destiné à accompagner les TIGRE (ouverture d’itinéraire, nettoyage de zone ….)

    cad des projets novateurs dans des domaines qui n’ont pas encore été explorés par nos concurrents.

  21. Twouan dit :

    Surveillance du territoire national, c est un mot foutoir qui sert a rendre politiquement compatible un equipement prevu pour autre chose.

    Toujours, la securite aerienne dans nos pays ce n est pas un jeu. Elle coute tres tres cher. Maintenant, si on limite le drone au sahara, on ne peut pas le faire voler en France a part sur des zones reduites et avec un poids administratif certain. Si on ne veut pas de ce poids, il faut etre hyper sur et ca coute tres cher.
    Quand je parle de surete, il ne s agit pas de surete « observee » mais de surete « theorique ».
    Enfin, n oubliez pas la dimension scandale. De la meme facon que l on ne vends pas de pesticide interdit chez nous, on ne vends pas d equipement interdit chez nous… Regarder boing le 737 max, a certes eu des accidents mais le taux est de combien? Et si on le compare a la voiture on est comment? Bref l environment reglementaire est hyper dur.

    Je pense que les allemands ont raison. Pas operationnellement, mais administrativement, ils savent combien la certification sera dure et la blinde.
    Nous ont voit le besoin mais pas le fait que la volonte politique est evanescente.
    Si (on l espere) le sahara devient calme. Ou utiliseras t on ces equipements?

  22. Hermes dit :

    Petit hors sujet:
    J’aime bien les coréens, mais ils doivent avoir un problème avec nous puisque les adversaires sont des Rafales sur l’image démo du KFX:o
    https://i1.wp.com/defpost.com/wp-content/uploads/2018/02/KAI-KF-X-fighter-jet.jpg?resize=1024%2C576&ssl=1

  23. Giuseppe dit :

    Faire confiance à la coopération et au développement collaboratif avec ce remarquable droniste qu’est devenu aujourd’hui Leonardo.

  24. J.Charles dit :

    N’est il pas inutile, voire contre productif de “mettre la pression” sur les industriels? Leur faire faire des promesses intenables, pour au final se retrouver dans une situation de dépassement de budget, ou de non-atteinte des performances, est une politique de l’autruche budgétaire..
    La recherche d’un compromis viable et fiable seule peut assurer d’une bonne solution.
    Serait-ce un camouflet que de faire un drone plus leger, moins cher, à 3 pays, sans l’Allemagne?

  25. Green dit :

    Je verais bien une coopération entre industriels français et italiens sur un drone répondant aux besoins des deux pays ( en gros une copie de reaper). L’Italie est en souvent dehors des projets européens puisqu’elle ne participe pas a Airbus et se voit marginalisée alors qu’elle est un pays ayant une grande industrie aeronautique. Cela aurait aussi l’effet d’amoindrir les tentations d’aventures américaines ou chinoises qui tentent l’Italie en ce moment.

  26. jean dit :

    Franchement, dans ce domaine, il s’agit de stratégie globale de la France.
    Si un drone MALE nous est nécessaire et que le marché n’existe pas, une entreprise publique doit le faire au nom de notre position stratégique. L’indépendance nationale n’est pas négociable à ce stade.
    Ceux qui prétendent que c’est une question de coûts, oublient comment certains de nos programmes ont été menés.
    Si c’est stratégique, cela doit être mené quel qu’en soit le coût, tout en cherchant à le minimiser, bien entendu.
    Dans ces domaines, ce type de développement sera de toutes façons bénéfique pour notre écosystème industriel qu’il est vital de préserver et développer.

  27. Frédéric dit :

    Aux États-Unis, on prépare pour l’année prochaine un duel entre un QF-16 dronisê ayant une IA et un chasseur F-22 ou F-35 piloté par un humain :

    https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/etats-unis-duels-en-vue-entre-drones-de-combat-et-chasseurs-pilotes-6859028

  28. mich dit :

    Il manque beaucoup d’ information sur ce drone pour se faire un avis , l ‘histoire des deux moteurs je ne vois pas trop l ‘importance (le telemos de Dassault en prévoyait bien deux aussi), il y a le problemme du cout ,mais bon quel programme n ‘en a pas ,ce qui serait intéressant ce serait de savoir ce qu ‘on attends vraiment avec sa capacité d’ emport (que ce soit en poids et en volume) ,car je ne comprends pas vraiment la comparaison avec un reaper quand on valide un besoin d ‘une classe intermédiaire entre reaper et global hawk ,il doit bien y avoir une raison .Le choix du reaper était inévitable est a été pris bien tard ,mais cela ne veut pas dire que nous ne devions pas avoir un système plus « local » ,surtout avec le monde qui se construit.

    • Wagdoox dit :

      Les deux moteurs sur un drone plus petit aurait pas été un problème. Mais là il est énorme et malgré sa taille, il ne fera pas mieux que ces rivaux pourtant plus léger et moins chers. 9 milliards pour 60 drones, faites la division vous allez être surpris.
      2.5 tonnes pour la capacité d’emport.

      • mich dit :

        Bonjour , on ne sait pas vraiment si il fera mieux ou pareil car le besoin reste flou ,si vous avez la fiche besoin de la DGA ce serait intéressant.Pour ce qui est des 9 milliards pour 60 drone et avec le développement (donc des sous qui reste en Europe) ,il ne me semble pas que la facture qui était prévu pour les « tritons » allemands ou celle prévu pour les « protector » du RU soit négligeable non plus .Une autre question que je me pose c ‘est de savoir la complémentarité que l ‘on va avoir entre les drone air et terre ,et peut être aussi la marine si on se dirige vers ce drone plus imposant qu’ un reaper .Beaucoup de questions quand même pour un programme sensé aller plutôt vite !

  29. Paul Bismuth dit :

    En attendant un hypothétique Eurodrone, les Tigres vont pouvoir tirer ceci à la place du Hellfire:
    https://forcesoperations.com/le-programme-mast-f-devrait-passer-la-seconde-en-2020/

  30. Parabellum dit :

    Les drones et les missiles sont des vecteurs vitaux du devenir indépendant de notre défense et le gâchis pseudo européen a assez dure.dassault doit être capable de sortir des engins ad hoc avec un financement français à hauteur de l enjeu et du même type que le mirage IV jadis.on bouge les lignes vite et on mobilise les idées et les entreprises techno françaises au lieu de patauger dans les errements du monopole Airbus.on a besoin vite un drone stratégique de frappe et de missiles neutroniques. La Défense doit se repenser autrement qu avec les vieux lobby et les pensées rigides .la sécurité intérieure et civile doit aussi être revue mais qui peut ou veut changer les habitudes perdantes et les lourdeurs conformistes …le déclassement de notre pays est effroyable si on continue dans les mémés ornières technocrate europeiste.

  31. Cote 314 dit :

    Ce n’est plus un site militaire au sens pure, mais un site de marchants d’armes, de lobbys sans scrupule, un complexe militaro-industriel de supériorité, mais incapable d’avoir la conscience optimum pour comprendre que fabriquer son propre fusil d’assaut, être maitre de ses décisions stratégiques de guerre, de son ravitaillement et de sa logistique, de ses drones, de son transport tactique par hélicoptère lourd, de ses stocks NRBC stratégiques, de sa ministre de tutelle non rémunéré par une société étrangère, d’une sécurité physique et d’une liberté de parole de ses députés et de ses sénateurs, de ses turbines (Alstom), de son BTP (Lafarge), du budget de ses opex au niveau non pas de ses ambitions mais de défense, c’est être incapable de comprendre et d’anticiper l’avenir du pays. Si vous êtes irritable et précieux avec vos gants blancs quand on crache la vérité au visage de la couardise ambiante, alors changez de métier et faite plutôt du prêt-à-porté d’apparat,..ou le trottoir à St Denis!

    « Les veaux! » De Gaulle.

    • norbert dit :

      Vous êtes un idéaliste . La défense française c’est l’arme nucléaire qui nous protège. Les ambitions stratégiques non nucléaires ne dépendent que des retombées économiques de nos exportations d’armement, n’oubliez pas que si nous n’étions pas le 3ème où quatrième exportateur d’armes au monde , nous n’aurions pas dOpex, pas De Liban, mais des forcesde sécurité intérieure et des forces navales pour nos territoires d’Outre Mer.

      • Parabellum dit :

        On fait des opex jusqu’à quand et on fait les casques bleus posés au,liban jusqu à quand et surtout pour quel profit strategique national réel ? En quoi une défense intérieure forte et la protection de nos Zee et outre mer serait trop limité alors qu au contraire ça a besoin de renfort….celui d’une strategie renforcé par des drones nationaux et des missiles longue portée…le neutronique doit venir en ligne.mais on va continuer à faire des plans sans fin avec les allemands qui eux n ont que les russes pour menace.

  32. MAKUBEX dit :

    J ai une question peut etre stupide mais je la pose.
    Je comprends pas pourquoi la france ne choisit pas d acheter des drones NEURON je suis pas expert j imagine c est une plus grosse masse qu un repear.
    Neamoins c est produit en france ca fait du boulot pour le made in france et je pense a mon humble avis que ca fera le boulot sans problème.

    Je vois pas l intérêt de lacher du pognon dans un nouveau programme qui une fois que tous les pays seront d accord et se lancera la production le drone sera deja dépassé.

    Vous en pensez quoi?

  33. Max dit :

    Quand les choses sont claires dès le début comme pour le nEUROn… L’Allemagne n’était pas dans le programme.

  34. Vinz dit :

    Honni soit qui MALE y pense, surtout européen et à 150 M€ l’unité. Wat ze foc ?

  35. fond de gorge dit :

    l’Europe telle qu’elle est construite est une impasse ,la preuve tous ces Problèmes jamais résolus ,cela dure depuis son origine

    une fois Trump barré vous verrait retour à la vue d’avant question indépendance militaire de l’Europe

    aucune défense européenne digne de ce nom n’a vu le jour ..parce que aux niveaux décision politique c’est la foire
    et avec le traité de Maastricht et tous autres traité existant ,cela le restera
    voter FREXIT pour obliger et menacer la tranquillité de l’Europe des petites nations à se réformer c’est la seule option .pour faire bouger ce mammouth aux mains des lobbyistes des toutes petites nations comme les Pays Bas ,Danemark et les autres qui ne se servent de l’Europe comme tremplin économique et qui ont depuis longtemps abandonné toute idée de fierté …
    ils ont aussi oublier les leçons de 1940 où leur indépendance avait été balayé par Hitler , ,ces pays sont des truffes stratégiques .

  36. fond de gorge dit :

    au final on achétera américain ,c’est clair
    https://air-cosmos.com/article/drone-male-general-atomics-pousse-ses-pions-23137