La France et l’Italie confient un contrat de recherche sur les technologies navales à Naviris

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

8 contributions

  1. Hermes dit :

    Première étape intéressante.
    .
    Avoir une équipe d’ingénieurs/chercheurs plus importante, même si cela a un coût, c’est aussi de potentielle idée supplémentaire qui ne peuvent que nous être bénéfique.
    Car c’est bien cet élément qui fait la différence entre les US et le reste du monde, voir même la Chine qui a désormais des équipes compétentes en quantité…

  2. Clavier dit :

    Ce serait bien qu’ici on fasse la même chose avec vous……

  3. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ a sans doute connu des débuts difficiles à cause de la pandémie de Covid-19…]

    Curieusement justement rien sur la résilience ™© des navires aux pandémies ?
    Soit c’est un faux-problème , soit les chambrées de quatre , une ventilation ad-hoc et l’automatisation croissante suffisent à résoudre ce problème …

    • Carin dit :

      @Daniel BESSON
      Pour l’automatisation c’est pas encore ça… il faut 200 personnels pour faire tourner un bateau comme le dixmude!! D’après les marins, il manque 100 paxs, car les matériels automatiques sont très sollicités et de fait réclament beaucoup d’entretien/réparation, et cela supprime un vrai temps de repos, remplacé par une astreinte à laquelle il est souvent fait appel.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Pour l’automatisation c’est pas encore ça…]
        Merci de votre réponse .

  4. Math dit :

    L’Italie est un partenaire fiable. On a des vues assez proche sur la politique étrangère, malgré le différent sur la Libye. Et ils savent faire de bon bateaux. C’est une bonne idée de travailler avec eux. Il serait bon que l’Espagne rejoigne le programme.

    • Euclide dit :

      Les italiens comme les espagnols de meme que les grecs font des bâtiments depuis plusieurs centaines d’années .
      Sauf que l’Espagne semble predre leur savoir -faire depuis quelques années.

      De toute façon la crise économique qui arrive comme une déferlante va clarifier la recomposition navale en Europe. En clair ,il y aura des fermetures de chantier naval.

  5. BPCs dit :

    Cette EPC aurait-elle une version basique permettant d’allonger la série en y rajoutant les Patrouilleurs Océaniques ?
    Si l’Argentine fait effectivement défaut sur sa dette, il pourrait être opportun de récupérer alors les 3 Adroit en construction, envoyer à la casse les A69 couteux en MCO et embrayer dès 2027 avec des EPC en guise de PO.