Pour le CEMA, la crise met « cruellement en évidence » les faiblesses causées par les précédentes réformes des armées

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Niko dit :

    Logiquement c’est le moment où tu démissionnes, Monsieur CEMA.

    • arnaud dit :

      Logiquement tu devrais te taire, tu n’as ni son niveau ni ses compétences et encore moins les responsabilités te permettant d’avoir l’expertise pour parler.

    • MAS 36 dit :

      Ah bon c’est la solution ?

    • Vroom dit :

      Et ça changera quoi ?

      • tschok dit :

        Rien, mais c’est pas grave. Niko fait partie de ceux qui veulent mettre des têtes sur des billots.

        Est-ce qu’il a lu l’article de La Tribune mis en lien?

        Je crois que c’est pas son problème et qu’il s’en fout complètement: lui, il veut des têtes sur des billots. Il n’est pas le seul: Buffalo, Thierry Henry, ou Albatros laissent transparaître une animosité personnelle dirigée contre des « coupables » identifiés qu’ils stigmatisent.

        Il y a donc une partie de « l’opinion publique » sur ce blog comme dans la société française, d’ailleurs, qui n’est pas intéressée par les problèmes en tant que tels, encore moins par les solutions, mais seulement par la quête de têtes à couper (des coupables au sens littéral, bien que le mot vienne de la culpa) ou de gens à stigmatiser.

        On pourrait appeler cette partie de la société les « coupeurs de têtes ». Si on veut être un peu plus méchant, on les appellera les « gueux ». Ils constituent un problème qu’il faut traiter d’une façon ou d’une autre, par la pédagogie, la mise en minorité ou en leur fournissant des têtes de lampistes pour qu’ils s’amusent avec, ce qui est un peu cynique mais efficace.

        Sinon, le CEMA identifie des problèmes ce qui laisse penser qu’il a l’intention de les résoudre, donc à suivre. Comment va-t-il s’y prendre?

        Et l’article mis en lien, passionnant, avance quelques idées à creuser puisqu’on a un alignement des planètes qui est tout à fait favorable. L’idée centrale est toujours la même: trouver dans l’investissement de défense, et même la dépense de défense dans son ensemble, un levier économique de croissance au service de la souveraineté nationale.

        En temps normal, cette idée s’enlise rapidement dans les sables mouvants de la complexité économique. Et elle se heurte à un manque d’intérêt certain.

        Mais, aujourd’hui, elle est plus séduisante et mieux construite qu’auparavant, il me semble. Et surtout, elle correspond à une nécessité plus aisément perceptible.

        Celles et ceux qui n’ont pas une mentalité de coupeurs de têtes trouveront sans doute un grand intérêt à la réflexion que le groupe de réflexion Mars veut renouveler.

        Il n’y a donc qu’à lire, en laissant le CEMA tranquille.

  2. Buffalo dit :

    Bien sur le CEMA est devenu CEMA sans appliquer les réformes qu’aujourd’hui il vilipende ! Trop facile, il ne faudra pas qu’il oublie d’écrire un livre sur ce qui ne va pas dans l’armée ! Mais quand il l’aura quittée bien sur !

    • Yves Cadiou dit :

      @ Niko, je ne vois pas bien où est votre logique : François Lecointre identifie parfaitement les problèmes et il est donc parfaitement à même de les résoudre. A moins que l’on ne lui en donne pas les moyens et dans ce cas-là oui, sa démission serait logique.
      Mais pour l’instant, les déclarations politiques (qui ne valent pas grand’ chose, c’est vrai) permettent d’imaginer que les moyens ne lui seront pas refusés.
      .
      @ Buffalo, excellent pseudonyme au regard de la finesse de votre commentaire : évidemment un officier supérieur ou général a exercé des responsabilités avant d’être en fin de carrière. Ainsi selon vous, l’on devrait nommer CEMA quelqu’un qui n’a jamais exercé la moindre responsabilité : un jeune engagé, par exemple. Au passage j’observe que votre critique s’adresse également au Général Pierre de Villiers. Votre critique s’adresse en fait à tout le personnel d’encadrement qui accepte d’assumer des responsabilités dans une armée où tout n’est pas parfait. Ce n’est pas très constructif.

  3. Thierry HENRY dit :

    Les trois coupables étaient rassemblés, ce 8 mai : Sarkozy, Hollande, Macron…

    • albatros24o dit :

      issus du même sérail de l’élite parisienne qui nous gouverrne avec force mauvaise fortune pour nous (mais pas pour eux)

    • Lassithi dit :

      Bah, les coupables sont les français.
      Ils se font manipuler depuis trop longtemps et l’acceptent. On leur a fait entrer dans la tête des pseudo vérités dogmatiques et détruit tout sens critique. Il préfèrent regarder la télé, consommer, les seules questions qu’ils se posent sont comment, mais jamais pourquoi.
      Alors, Sarkozy, Hollande, Macron et tous les guignols des pseudos oppositions parlementaires (qui ne sont là pour que rien ne change) ont encore de beaux jours devant eux. Ils font partis de la caste dominante, mise en place par ceux qui tirent les ficelles, et qui n’ont qu’un seul objectif. Se gaver.

      • MAS 36 dit :

        Manifestations des gilets jaunes , manifestations et grèves contre la réforme des retraites… Je n’ai pas l’impression que les français se font manipuler. Ou alors vous ne lisez pas les journaux, et ne regardez pas les chaines d’infos de tous bords.

        • LEONARD dit :

          Les Gilets Jaunes ont été instrumentalisés par tous ceux que le bordel intéresse: Les deux extrêmes.
          Les manifestations et grèves contre la réforme des retraites ont été organisées par les syndicats marxistes, pour les mêmes raisons.
          Donc grand défouloir orchestré, au gré des intérêts.

          • felipe dit :

            En plus, on est très très loin des manifestations en termes de participation : quand ça atteint les 50000 personnes sur l’ensemble de l’hexagone… on est pas dans les manif monstres comme à Alger, Santiago ou hong kong.
            on y ajoute l’effet loupe des vidéo prises par la minorité agissante dans la partie la plus violente de chaque manif….

          • Paddybus dit :

            Oui, mais les gilets jaunes du début étaient des gens sincères, des citoyens comme vous et moi qui voient leurs revenus baisser, jusqu’à, pour certains atteindre des seuils inacceptables pour des citoyens qui travaillent ou qui ont travaillé toute leur vie….
            Puis la répression à laissé la place aux groupes violents (black blocs, et extrêmes gauches) qui ont pris la façade médiatique au détriment des gens sincères….
            Je ne crois pas avoir vu beaucoup d’extrêmes droites…. même si on a parfois tenté de faire passer les plus violents pour ceux là alors que leur attitude était celles des groupes constitués contestataires internationaux….
            Je pense que de toute façon les gilets jaunes n’ont pas encore reculé et je crois que de nombreux discutions, échanges, dialogues, formations, réflexions se font, afin d’arriver a créer le « bon » changement qu’il faut arriver à faire pour reprendre le contrôle des décisions majeures de notre pays, et de tout ce qui y circule… biens, capitaux, humains, trublions, instigateurs etc, etc…
            Les propositions de ce groupe sont certes intéressantes, mais arriveront-ils a convaincre et plus encore à casser le carcan qui pressure les libertés du pays…???

          • MAS 36 dit :

            Tiens je ne savais pas que les avocats étaient marxistes , des crypto-communistes qui s’ignorent alors.

    • Castel dit :

      Thierry HENRY
      Non, là, il fait plutôt allusion aux deux précédents !!

  4. Edouard dit :

    Tant que Paris n’est pas menacé, le pouvoir continuera à faire sien le proverbe ‘il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir’

  5. gros86 dit :

    Et les munitions de « petit calibre » à produire en France, le Lecointre n’en parle pas… Soyez cohérent mon Général !!!

    • Kural dit :

      Oui superbe soyons 100% indépendant notamment en ressource allons envahir d’autre pays pour être indépendant ! d’autre idée génial svp ?…

      • albatros24 dit :

        je ne comprends pas votre commentaire…en quoi avoir une production nationale nous impose d’envahir les autres pour être indépendant ? On est toujours dépendant de ressources en matières premières,surtout en Europe – l’important est de pouvoir les transformer chez nous avec la plus value restant nationale.
        Dans les années 60 et 70 nous produisions quasiment tout en France, je ne me souviens pas que nous ayons envahi les autres pays, on décolonisait même.

      • Alpha dit :

        Vous savez que tout n’est pas noir ou blanc ? Il y a du gris aussi…

  6. tartempion dit :

    Externaliser au sein des armées françaises une partie des ancillaires ainsi que certaines taches de sécurité auprès de sociétés militaires de sécurité privé a toujours été mal perçu ,fonctionnaires et autres énarques de l’institution se sont toujours opposés insidieusement à l’externalisation des fonctions de soutien ne voyant dans cette ouverture qu’une perte de leur souveraineté .En accompagnant le législateur dans une espèce de confusion entre activité légale d’une entreprise de sécurité privée et le mercenariat , les décideurs ont tout fait pour torpiller le processus d’externalisation .Contrairement aux militaires anglo-saxons qui , sur les opérations extérieurs se félicitent d’être déchargés de certaines taches réalisées par des sociétés privées qui emploient généralement en seconde partie de carrière d’anciens militaires sur des postes divers : escorte de VIP, garde d’emprises militaires , escorte de convois , soutien de l’homme , Télécom, etc…. .l’armée française marquée par des décennies de conscription conservait encore dans ses casernes après la professionnalisation coiffeur , boucher , plombier , jardinier ,cuisinier , serveur , personnel de l’habillement etc…. sous l’uniforme du combattant . L’externalisation des fonctions de soutien a été de fait volontairement rendue complexe par celles et ceux qui étaient en charge de faire aboutir le processus . C’est ainsi que l’économat des armées implanté à Pantin s’est vu confier l’organisation de l’externalisation du soutien par l’autorité politique du moment au sein de l’armée de terre avec toutes les lacunes capacitaires qui, lui sont propres en Afghanistan , au Mali , en Centre-Afrique , au Liban etc.. La mission de cet établissement public industriel et commercial se limitant à refacturer au prix fort au ministère de la défense certaines prestations contractualisées à des tarifs prohibitifs comme le transport aérien par avion cargo pour lequel une enquête judiciaire a été ouverte .
    https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-10-mars-2018

    • VTR dit :

      Désolé de l’écrire, mais cela relève d’un gloubi boulga d’approximations et de mélanges de sujets qui n’ont pas forcément de liens entre eux. Au final quel est le propos ?

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      @ tartempion
      Les collectivités territoriales pratiquent l’externalisation autant qu’elles le peuvent et ça coûte moins cher qu’en régie. Mais il faut savoir pourquoi ça coûte moins cher : à cause du dumping social européen.
      .
      Les entreprises sous-traitantes font appel à des sous-sous-traitants qui sont des entreprises ayant leur siège dans des pays d’Europe où la législation du travail permet d’exploiter outrageusement les employés, même quand ces employés sont des Français sur le territoire français (hé oui : c’est ça aussi l’Europe ; ce n’est pas seulement les contraintes budgétaires qui mettent nos hôpitaux à poil).
      .
      Par conséquent avant de parler d’externalisation il faut savoir ce que c’est et ce que l’on veut.
      Pour ma part, je ne suis pas d’accord pour que des entreprises de Syldavie ou de Bordurie emploient chez nous des personnels français en leur appliquant le droit du travail syldave ou bordure.

  7. albatros24 dit :

    « …la crise met « cruellement en évidence » les faiblesses causées par les précédentes réformes… » néo libérales
    sur au choix : l’industrie, les infrastructures les productions stratégiques comme les masques, les principes médicamenteux, les munitions de tous calibres et armes de poing ou d’assaut, etc…
    Nous avons abandonné des pans entiers de la production parti vers des pays à bas coût de plus en plus loin (Chine, Inde, Pakistan, Vietnam…) pour faire du profit
    Et quand la crise survient chacun chez soi gardant sa production stratégique pour son propre peuple. Il manque ainsi le curare et d’autres produits pour les personnes en réanimation dans les hôpitaux faute de stocks suffisants
    Par exemple en temps de guerre ; tout le monde aurait besoin de munitions, de fabriquer des armes (pas de chance fabriquées en Allemagne, en Arabie, en Israël)…mais aussi de médicaments, de compresses instruments de santé (fabriqué en Chine, encore plus loin)
    Mais tout va bien le business continue, nous perdons des emplois chaque jour dans l’industrie qui ne seront plus remplacés, quand les machines outils elles même ne sont pas vendues ou mises au pilon pour ne pas servir à la concurrence comme les machines de fabrication de masques de l’usine de Plévin en Bretagne, qu’on mettra deux ans à remplacer.
    La crise en cours nous révèle des vérités crues qui nous ont coûté beaucoup d’argent et quelques vies, et ce n’est pas fini…
    Nos élites sauront elles rebondir là dessus ?
    Quels sont les naïfs qui le croient : on ne peut leur faire confiance car i s sont trop inféodés à ces intérêts financiers. Une minorité qui s’enrichie sur le dos de la Nation, sans aucun ruissellement que celui vers des paradis fiscaux et placements financiers tout à fait personnels et souvent improductifs car déjà échangés plusieurs fois.

    • tschok dit :

      @Albatros,

      Le business, ce n’est pas le diable. C’est pas ça le problème.

      Non, de quoi s’est-on rendu compte? On s’est rendu compte qu’en cas de crise mondiale, il y aura des tensions sur des produits stratégiques au niveau mondial. Or, on avait pour idée que le marché mondial serait toujours fluide, de sorte que même en cas de crise grave, on pourrait toujours se procurer les produits dont on a besoin, sans difficulté, la main invisible d’Adam Smith faisant le boulot. Trois clics sur internet et les masques arrivent au trot, quoi.

      Et là, on a découvert que non, pas du tout. Il vaut mieux avoir des filières d’approvisionnement sécurisées et des stocks. Et une auto-production souveraine quand c’est possible.

      C’est ça la grosse blessure narcissique du moment. Pas le fait de faire du business (faut bien vivre).

      Maintenant, si vous voulez vous lancer dans une critique globale du système, libre à vous. Mais je prédis que vous n’irez pas bien loin ni dans vos réflexions ni dans l’action, parce que la critique de la totalité du monde, c’est trop complexe.

      Il nous faut quelques bonnes idées et des idées opérationnelles, c’est tout. L’objectif n’est pas de refaire le monde parce que celui qui existe n’est pas idéal. L’objectif, c’est de trouver des solutions concrètes à des problèmes concrets.

      Normalement, c’est à notre portée.

      • albatros24 dit :

        C’est parce que nous avons tout misé sur les affaires de groupes privés que nous avons mis de côté l’intérêt général.
        Quelle est la légitimité d’un homme politiqué élu directement au suffrage universel direct de défendre en fait des intérêts de groupes capitalistiques étrangers donc privés, particuliers au détriment de l’intérêt général car nos grands groupes sont devenus des groupes majoritairement étrangers.
        Ils n’ont pas été élus pour cela
        Et même si le capitalisme est un mauvais système mais qu’aucun autre ne fonctionne, nous ne pouvons le tolérer.
        On ne pourra pas se plaindre ensuite que les français ne votent plus et critiquent nos élites. Même si nous sommes un phare en Europe pour le monde entier j’en conviens.

  8. Raymond75 dit :

    Les dépenses de l’armée profitent au secteur industriel dit-il ; oui le secteur de l’armement bien sur, et les entreprises associées, profitent de ces commandes, mais tout ce budget provient des impôts et des taxes, et donc dépend du niveau de l’activité économique globale, et de la répartition des différents budgets de l’état.

    Le budget militaire est donc dépendant de l’économie globale et non un budget créateur. Avec la crise économique terrible qui s’annonce, la priorité sera de préserver les emplois et les entreprises ; après on verra. Avant de jouer à la grande puissance, (re)commençons à devenir un pays qui fonctionne.

    • Europhobe ex-europhile dit :

      @ Rd75
      Votre raisonnement serait valable si des barrières douanières protégeaient notre économie.
      Vous dites que les investissements militaires sont financés par des impôts (jusque là, c’est vrai) et que ces impôts sont des sommes retirées de la consommation (vrai aussi, à condition de ne pas réfléchir plus loin).
      .
      Mais dans la mesure où l’on consomme des produits importés, ces sommes sont perdues pour l’économie nationale.
      Au contraire les investissements militaires ne sont pas perdus pour l’économie nationale parce que, pour touts sortes de motifs, ces équipements ont le moins possible recours à l’importation.
      .
      Rappelez-vous : dans les années quatre-vingts, notre gouvernement socialo-communiste a essayé la « relance par la consommation » en augmentant les salaires, espérant faire ainsi baisser le chômage en France.
      Mais ce fut un flop parce que, si la consommation fut effectivement relancée, ce fut surtout la consommation de produits chinois (on se souvient de l’affaire des magnétoscopes chinois bloqués en douane à Poitiers). Nos braves socialo-communistes n’avaient pas compris que les règles euro-américaines du libre-échange obligatoire les empêchaient de pratiquer la relance de l’économie française par la consommation de produits français.
      .
      C’était il y a quarante ans. Votre intervention nous permet de constater que quarante ans plus tard, il y en a qui n’ont pas encore compris.

      • Raymond75 dit :

        je ne parle pas de ‘relance de la consommation’ mais de relance de l’activité économique dans son ensemble.

        La défense, comme tout service public, assure le fonctionnement global du pays et donc son activité économique, mais ne produit pas de ‘richesses’ en tant que tel, seulement indirectement.

        C’est un tout, mais à la base c’est l’économie réelle qui rapporte impôts et taxes, qui sont redistribués.

        • Simplet dit :

          Quant à moi, je ne vois pas bien la différence entre « relance de la consommation » et « relance de l’activité économique ».

          • albatros24 dit :

            l’activité économique peut être relancée par l’augmentation du pouvoir d’achat ou de l’investissement – mais on peut aussi la relancer en baissant les taxes et impôts qui pèsent sur les entreprises par exemple
            la relance de la consommation est un moyen d’obtenir la relance économique, elle s’obtient par l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages (particuliers mais aussi entreprises) du fait d’une hausse des salaires ou des achats auprès des entreprises.

      • albatros24 dit :

        Oui
        sauf que c’étaient des produits japonais et des véhicules et machines outils allemands pour les particuliers
        La relance par l’investissement ciblé dans les industries stratégiques et pas seulement à forte valeur ajoutée est nécessaire depuis avant la crise majeure du Covid. L’Armement et les infrastructures mais aussi la recherche fondamentale ou même le spatial sont des secteurs ayant des implications sur les autres en France
        on laissera de côté le luxe et l’agroalimentaire ou la distribution qui se suffisent à eux même et sont les géants mondiaux, tout en dopant le BTP parmi les leaders mondiaux grâce aux investissement sur les infrastructures.
        Bien sûr il ne faut pas oublier de fiscaliser les petits malins expatriés qui veulent rester français ou dont les actions sont en partie publiques.
        Cette crise en effet est majeure aussi grave que celle de 1929, on a l’appui de la BCE pour la planche à billets.

        • albatros24 dit :

          et pour que l’industrie suive : favoriser fiscalement et par les salaires l’apprentissage

    • tschok dit :

      Oui, oui Raymond, mais là il est question d’effet de levier, donc il est question de considérer un budget militaire, a priori stérile, comme un « budget créateur ».

      Et par ailleurs, l’investissement n’est pas financé que par autofinancement (la dépendance à l’économie globale ou le rapport entre la valeur ajoutée et la formation de capital brute). On peut s’endetter pour ça. D’ailleurs, normalement, il est de bonne gestion de financer un investissement par l’endettement.

      Bon, nous, il se trouve qu’on finance notre consommation par l’endettement, donc on a cramé nos marges de manœuvre en matière d’endettement, mais l’idée c’est de les restaurer… euh… on sait pas trop comment, mais essentiellement en tirant davantage sur la ficelle et en faisant accepter ce comportement un peu hasardeux à nos partenaires, qui serrent les fesses dès qu’ils examinent nos comptes.

      Cela dit, comme notre calme olympien les impressionnent, en pratique on se démerde toujours pour sortir de leur bureau avec un rab de découvert autorisé.

      J’crois que c’est cakom qu’on va jouer l’coup. Comme d’hab, quoi.

  9. Buburoi dit :

    Il a appliqué la politique de réduction drastique des effectifs. S’il n’est pas d’accord, il doit faire comme le général de Villiers et démissionner, ou alors fermer sa gueule et profiter de ses avantages en silence.

    • Habitué d'opex360 dit :

      Vous êtes un peu à la bourre, Buburoi.
      Si vous aviez lu les commentaires qui précèdent vous auriez déjà la réponse : tous les cadres de l’armée qui ont une certaine ancienneté ont mis en application (ce qui ne veut pas dire qu’ils étaient d’accord) au cours de leur carrière les politiques débiles qui nous ont amenés à la situation actuelle. Ils connaissent donc parfaitement les problèmes.
      .
      Ils sont donc les mieux placés pour y remédier (et François Lecointre comme tous les autres militaires expérimentés).
      C’est seulement si le gouvernement leur refuse les moyens de redresser la situation qu’ils seront fondés à démissionner.

      • Buburoi dit :

        Je suis d’accord avec vous. Seulement redresser la situation, alors que la production et l’économie sont à l’arrèt
        ne seront pas la priorité du gouvernement. Pendant les deux ans qui viennent, il faudra remettre l’économie en route et limiter la casse des entreprises, synonyme de faillite et de chomage. Il ne faut pas s’attendre à des miracles, le slogan  » faire plus avec moins » restera la devise des militaires.

        • Plouc putatif dit :

          Et encore une fois Buburoi nous sort un argument qui a déjà reçu une réponse dans les commentaires précédents.

  10. Jm dit :

    « Outre une saignée sans précédent en temps de paix dans les effectifs [54.000 suppressions], il en a résulté une série de fiascos [logiciel LOUVOIS] et de désorganisations [bases de défense, administration de proximité, subordination des soutiens] qui ont durablement affaibli les armées !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »
    Quand je l’ai écrit ici-même, je me suis pris une volée de bois vert, je me suis fais traiter de voir tout en noir, que j’étais défaitiste etc, etc.
    Ben si le Gal partage cet avis (et dieu sait s’il n’est pas ma tasse de thé), peut-être que j’étais dans le vrai.
    Et quand je lis……au manque de réserves opérationnelles…., mais je rêve.
    D’abord considérez-les réservistes comme tout le monde et non comme des militaires de seconde zone has been, utilisez-les à bon escient et non juste pour pallier à des manques mineurs ou faire des photocopies, et pendant cette période, pensez que ces réservistes constituent un maillage territorial qu’ont perdu les armées, et ils sont toujours en mesure d’assurer certaines missions au plus près, mais on l’oublie. N’est-ce pas le rôle du DMD d’assurer ce lien en période de guerre, puisque c’est le terme employé par notre big boss ?
    Parce que quand je vois que le recrutement avoisine le zéro pointé, mais qu’en parallèle, il y avait le télé recrutement par les cadres du CIRFA (qui ont fait zéro candidat en deux mois pour certains) sauf pour les réservistes qui auraient pu recevoir des convocations pour du recrutement dans leur secteur de domicile, les administrations locales restées ouvertes, les entreprises ou autres, élargissant ainsi le maillage de couverture pour ledit recrutement, je me dis qu’il y a quand même un manque de coordination, de réflexion et d’imagination quelque part.
    Mais bon, moi je ne suis qu’un petit off sup de province, forcément trop con pour nos élites dont on apprécie chaque jour les conséquences de leurs profondes réflexions.

  11. VTR dit :

    Critiquer les précédentes réformes est un peu facile. Tout n’est certes pas parfait, mais quels sont les métriques les retours d’expériences concrets qui permettent de conclure ceci ? Ne généralise-t-on pas des micro problèmes rencontrés, que vise-t-on précisément ?

    La réalité est qu’il s’agit d’un discours politique pour justifier l’opposition à des baisses de crédits anticipées, avec le risque de réformes qui pourraient les accompagner. Et non, ce n’est pas parce qu’on parle d’activité militaire qu’il ne faut pas parler efficience.

    La réalité est que les réformes auxquelles fait allusion cet article ont beaucoup touché le soutien, c’est vrai. Qu’elles l’ont été pour préserver l’outil opérationnel qu’incarne le CEMA. Que ceci était compréhensible, mais le sous-jacent était que pendant très longtemps le soutien ce n’était pas vraiment opérationnel. Est-ce que cela fonctionne moins bien aujourd’hui ? Je n’en suis pas sûr dutout. La réalité est que dans le fonctionnement quotidien, moyennant quelques adaptations, le soutien a tenu est s’est adapté….malgré ce qu’il a vécu pendant toutes ces réformes (baisses de moyens humains en particulier). Tout le monde a été soldé, tout le monde a mangé, tout le monde a été habillé, tout le monde a été soigné.

    Pourrait-on tenir dans le temps et monter en puissance ? J’avoue en douter mais cela a été un choix validé par les élites militaires.

    Est-on en train de dire aujourd’hui qu’il faudrait créer des usines nationales chargées de produire des pièces pour engins de l’armée de terre et aéronefs, chargées d’entretenir le matériel des armées, de confectionner des vêtements…toutes armées de militaires ? Soyons sérieux.

    De telles propos relèvent d’une posture politique et dogmatique (avant les chefs militaires avaient tous les moyens à leur main qu’ils commandaient).

    La réalité est qu’avant ces réformes ces mêmes chefs passaient leur temps à critiquer le soutien qu’ils avaient à leur main en particulier dans l’armée de terre. Et qu’ils ont tout fait pour compliquer l’exercice quotidien du métier de soutien.

    • Constat dit :

      Parfaitement en phase avec VTR. L’actuelle organisation des « soutiens communs » souffre non de tares intrinsèques (pas plus, pas moins que l’organisation d’avant 2010-11) mais bien d’une insuffisance croissante de moyens humains et financiers pour atteindre le niveau de performance souhaité, d’un espace suffisamment permissif pour s’épanouir dans une logique collaborative entre organismes prestataires et bénéficiaires de soutien et d’une Gouvernance suffisamment ferme pour cadrer les armées et directions de services dans une dynamique commune.
      Je note que l’article juxtapose deux discours : celui du CEMA et celui du Groupe MARS (dont au passage je souhaiterais savoir de « qui » il se compose….et pour quels intérêts il œuvre)…sans qu’ils se recoupent réellement ni puissent être amalgamés de manière évidente = présentation biaisée du sujet donc…
      Enfin, adhérons à l’idée qu’il est effectivement nécessaire pour les Armées de récupérer en tous domaines de la ressource mobilisable en cas de nécessité…mais ce n’est pas l’organisation des soutiens qui est en cause, mais son insuffisante homothétie avec les Forces qu’elle soutien et l’importance encore insuffisante des ressources allouées conduisant à choisir entre capacités opérationnelles / équipement / entrainement et leur environnement administratif et logistique….quoiqu’en disent les grincheux férus de principes dogmatiques qui regrettent d’avoir perdu des leviers qu’ils utilisaient fort mal.

  12. Phil dit :

    De toute façon c’est Bercy qui décide , c’est eux qui ont le pognon ! A ce propos notre président n’était pas à Bercy il y a quelques temps ?????

  13. Nobody dit :

    De la comm toujours …. Même la photo illustrant ce dossier est cadrée pour valoriser le CEMA./

  14. werf dit :

    Tout cela sent la fin du CEMA qui n’a pas le niveau pour pouvoir proposer aux politiques une armée digne de ce nom en se recentrant sur son corps de métier plutôt que se disperser dans les opérations OPEX et Sentinelle qui sont de la poudre aux yeux et coûtent très cher. Cela veut dire qu’il a enfin compris qu’une armée pouvant être engagée dans un conflit de haute intensité en Europe ou en Asie est hors d’atteinte pour la France dans les 20 ans qui viennent surtout avec ses moyens financiers limités vu l’état de son économie.

    • tschok dit :

       » en se recentrant sur son corps de métier plutôt que se disperser dans les opérations OPEX et Sentinelle »

      (vous vouliez dire cœur de métier je suppose)

      Mais cékoi, sinon, le cœur de métier de l’armée si on lui enlève les Opex et la mission de protection de la population?

      Éplucher des patates? Astiquer des fusils? Cirer des rangers? Envahir la Pologne?

      J’ai trouvé! Défiler sur les Champs Élysées le 14 juillet!

      • werf dit :

        La plus grosse erreur est d’avoir fait une armée de professionnels, sans les payer en fonction de leurs compétences par rapport au privé, pour éviter leur fuite, une fois formés, ou faire appel, à prix d’or, à des partenaires privés pour la maintenance. Il fallait maintenir la conscription obligatoire pour 2 autres raisons : former et encadrer la jeunesse des cités qui, aujourd’hui, est incontrôlable et rejette totalement les valeurs de la République, disposer d’effectifs suffisants et formés au combat en cas de conflit de haute intensité. Les OPEX et les commandos c’est bien beau, mais ils tiennent combien de jours dans un conflit plus musclé. On se retrouverait dans la situation de juin 1940. Alors, il faut faire des choix et ne pas compter sur l’Europe qui a déjà abdiqué en matière de défense au profit du parapluie américain… Il y a du boulot et toutes les casernes n’ont pas été encore vendues. L’armée aime les défis, en voilà un!

  15. Tankaboum dit :

    Cema faute? non… celle des autres

  16. Barfly dit :

    ça met « cruellement en évidence » les faiblesses dans tous les domaines : santé, armée, enseignement, recherche, justice, police ect…
    et ça fait 20 ans que ça dure et nous ne cessons d’en parler régulièrement ici même. Voilà le résultat d’une politique qui affaiblit le rôle de l’Etat petit à petit. « Jusqu’ici tout va bien » qu’il disait.

  17. breer dit :

    La France subi une crise interne bien plus profonde qui a commencé il y a 30 ans sur le plan sociétal. L’effondrement majeur de notre pays prendra encore un certain temps, mais sera inévitable. Les évènements qui se succèdent (crise du covid19 par exemple) ne font que rajouter à la destructuration du pays. Chaque jour on peut observer une augmentation des pertes de valeurs humaines : indiscipline, rejet des règles et lois, irrespect, vols et agressions, trafics et arnaques dans tous les domaines, abêtissement intellectuel, culte de l’agressivité et du mensonge, cupidité et paresse, incidences grandissantes de dogmes et notions idéologiques anti occidentales… tous ces phénomènes ne font que s’amplifier insidieusement en sapant les bases de la société française. Les forces armées (aussi techniques et modernes soient elles) n’ont aucune incidence ni efficacité face à ces mécanismes internes à la société civile.

  18. jyb dit :

    Contrairement aux militaires anglo-saxons ? non pas vraiment quand sur kandahar airfield un mécano du 451st AEG travail sur le m^me hélico avec un « civil » de chez vinnel qui touche 3 fois sa solde, il ne « se félicite » pas de ce très cher soutien…en revanche il est impatient de quitter l’uniforme.
    Ceci étant après avoir mécaniquer ils peuvent aller siroter un café glacé au tim hortons de la base…qui serait le plus rentable de la chaine.
    On pourrait aussi parler des ciras, des fusils d’assaut ou des glacières…
    Pour les usa, l’externalisation n’est pas un choix économique, bien au contraire. Sans l’externalisation les usa n’avaient pas les ressources humaines suffisantes pour maintenir 2 théâtres (afghanistan et irak)

    • Polymères dit :

      C’est peut-être justement parcequ’un grand nombre de spécialistes quittent l’uniforme qu’on en vient à payer des civils au besoin et non, sans avoir à gérer la gestion de cette ressource quand elle ne sert plus ou encore sa formation.
      Ce ne sont pas les civils qui font fuir les militaires mais bien la fuite des militaires et l’instabilité de leur présence sur le long terme qui amène les civils.
      Donc oui, sur un comparatif de salaires, on peut trouver une inégalité, mais dans la gestion globale, permanente, sur la durée, c’est moins coûteux. On prend quand on en a besoin, on arrête quand on veut.
      Tout n’est pas qu’une question de salaires, la gestion financière va bien au-delà, jusqu’à la retraite.
      Le civil payera ses impôts de sa mission, le militaire non

  19. Plusdepognon dit :

    Les économies de bouts de chandelles finissent toujours par coûter très chères :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2020/03/dinde-et-kaiju-petites-economies-et.html

    Avec toujours les mêmes problématiques posées aus expéditions :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/se-desengager-dun-enlisement.html

    Et les vieilles recettes appliquées au ministère de la variable d’ajustement :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2020/01/de-la-reforme-dans-les-armees.html

  20. Alain d dit :

    Un parallèle guerres :
    La France a annoncé entrer en guerre contre le COVID juste parce qu’elle n’était pas préparée donc dépassée.
    Un peu trop de tergiversations aussi d’agir clairement et distinctement !
    En 2011, la France avait décider de rogner ses stocks.
    Et pour les lit d’hôpitaux ca dézingue depuis quelques décennies.
    Mais le problème était t’il le manque de lits ou le manque de plans cogités bien à l’avance pour mobiliser vite et efficacement, la montée en puissance des services hospitaliers et d’industriels.
    Ne pas avoir suffisamment de matériels (masques, respirateurs, médocs, etc.) à l’instant T est une chose, mais ne pas avoir signer de contrats renouvelables et remis à jour fréquemment avec l’industrie en est une autre !
    Le 1er mal français dans l’armement, la recherche, le spatial, le médical : le Picsou courtermiste = stratégie à 2 kopecks !
    Des décennies de non-choix, de renoncements, de délocalisations de nos brevets, de budget de R&D bien trop faibles, le verdict est tombé !
    Là, je ne vois aucunes responsabilités de l’Europe, juste celles de nos élus et de nos patrons.
    Et avec ça il faut faire avec la CGT :
    [Covid-19] Mais que veut donc la CGT ?
    https://www.usinenouvelle.com/editorial/covid-19-mais-que-veut-donc-la-cgt.N964636
    https://ftm-cgt.fr/wp-content/uploads/2020/05/Communiqu%C3%A9-Commun-coordination-CGT-Renault-et-FTMCGT.pdf
    La justice ordonne la fermeture provisoire d’une usine de Renault
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/la-justice-ordonne-la-fermeture-provisoire-d-une-usine-de-renault-847270.html
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/fermeture-de-renault-sandouville-berger-juge-fustige-la-position-de-la-cgt-847337.html
    La totale !

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Mais que veut donc la CGT ? » Foutre la maxi merde (elle ne sait au demeurant ne faire que cela) afin de récupérer les « marrons du feu » (du moins le croit elle). Ce qu’elle ignore (ou feint d’ignorer en espérant que ….. ) »c’est que si une violente crise sociale éclate elle sera balayé comme fétu de paille comme tous le reste!

    • Alain d dit :

      Les importations depuis la Chine……
      Ce n’est pas comme si la Chine nous avait vendu des chaussures, canapés ou jouets empoisonnés, ou nous submergeait de produits contrefaits, ayons confiance
      Les difficiles débuts des 20 robots chinois censés aider la France à atteindre les 700 000 tests virologiques hebdomadaires
      https://www.industrie-techno.com/article/les-difficiles-debuts-du-robot-chinois-cense-aider-la-france-a-atteindre-les-700-000-tests-virologiques-hebdomadaires.60466
      Financer la plus belle dictature, tirer vers la non qualité, tout ça pour faire du fric, tout en orientant le pouvoir d’achat et le PIB en France vers le bas, en délocalisant, pour au final importer des merdes qui ne respectent pas nos normes. Déroger à nos normes pour faire rentrer des produits chinois, tout en tuant l’industrie française, toujours pas de problèmes?

  21. Placide Hercule dit :

    Ils s’expriment tous masqués, probablement des militaires qui n’ont plus gagné une guerre depuis Napoléon. A part pleurer pour avoir du fric que faites vous ?
    Et quand vous avez le pognon vous jouez avec. Les équipes acrobatiques de l’armée de l’air n’ont jamais eu une activité aussi frénétique depuis le un an et pendant le confinement pour un coût dingue, c’est ça l’investissement? La prochaine guerre du Commandement de l’espace elle est déjà perdue

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Ils s’expriment tous masqués, probablement des militaires qui n’ont plus gagné une guerre depuis Napoléon »
      Probablement des militaires……………………………………. ou pas! Comme tous les Saint Just Robespierre et autres Torquemada des réseaux sociaux, ils ne sont pas masqués derrière leur pseudos à déverser leur mesquine petite haine?
       » A part pleurer pour avoir du fric  » Tradition bien française! la mieux partagée! Assis sur mon cul, la main tendue !
      « que faites vous ? » Allez poser la question aux familles de ceux qui sont tombés! Et vous? A part gueuler, c’est quoi votre rôle dans le dispositif!
      « Les équipes acrobatiques de l’armée de l’air n’ont jamais eu une activité aussi frénétique depuis le un an et pendant le confinement pour un coût dingue,  » Constatation personnelle, fruit de vos élucubrations ou je répète bêtement ce qu’un autre a dit ou ce que j’ai lu dans un média forcément pétri d’impartialité!
      Et un coût de dingue. Donnez des chiffres! Et ceux qui ont fait « la chouille » le premier jour du déconfinement s’ils choppent le virus et le refilent à d’autres par leur égoïsme, leur inconscience, leur je m’en foutisme, leur « rien que pour ma gueule » combien vont ils coûter ces braves citoyens? C’est combien une journée d’hospitalisation, de réanimation? Allez monsieur « l’indigné » on attend de vous lire!

  22. CURIEUSE LOGIQUE dit :

    Le poste de CEMA est un aboutissement de carrière durant laquelle ce dernier a proposé, amendé et mis en œuvre toutes ces réformes. Il n’est pas correct de les critiquer.
    Il demeure des sureffectifs considérables d’officiers et de cadres civils aux rémunérations excessives dans les fonctions de conception alors que les fonctions d’exécution ne sont pas remplies faute de personnel.
    Il convient de ramener les armées comme l’ensemble des services publics à l’exercice de leurs fonctions premières.