!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

Il est possible pour un militaire du rang de se réengager plus de 8 ans après avoir quitté l’armée de Terre

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. Royaliste dit :

    Il parait qu’en république Française, l’on a une véritable « armée mexicaine ». Ce ne serait pas possible de rétrograder une partie de ces officiers pour aider ce pauvre CEMAT à résorber son fameux « déficit sur les hauts de pyramide » ?

    • felipe dit :

      deficit, ca veut dire qu’il en manque … des officiers.
      nombre de colonels et de généraux (y comprix les médecins, les ingénieurs, les commissaires) par rapport aus effectifs militaires (hors gendarmerie) : 1.5%
      nombres de cadres A dans la FP (aux mêmes indices) : 4%
      on a le résultat avec le covid

      • norbert dit :

        @felipe. Vous « balancez » des chiffres incontrôlables. Vous prenez les enseignants dans votre calcul, qui sont tous en catégorie A. Puisque vous semblez avoir des renseignements pour les statistiques, donnez nous par exemple le nombre de colonels et lieutenant colonels dans les Armées ?

      • dompal dit :

        @ felipe,
        Oooh, ooooh, ooooooh, je me doutais bien que vous ou @Polymère alliez monter au créneau pour nous servir votre soupe insipide de bons off acquis à la cause de l’amère Patrie (sans correcteur d’ôrtaugraffe) !!! 🙁 😉
        Dois-je vous inviter à relire le papier de M. Lagneau ou pouvez-vous le faire de votre propre chef afin de comprendre quel est le sujet traité ici-bas ?
        Merci de ne pas faire de HS, ya suffisamment de trolls qui sévissent sur ce site ! 😉

        Pour ne pas me répandre à la façon d’un @Polymère, ya combien de Gén ou Col responsables de la photocopieuse au Balargone et je ne parle même pas de l’agrafeuse……..!?? 😉

        • felipe dit :

          alors je précise :
          je ne parle pas des enseignants qui sont la plupart de catégorie A et qui composent l’essentiel des cadres A. ils sont assimilables aux grades de lieutenant, capitaine, commandant

          je parlais des officiers et des fonctionnaires civils bénéficiant de l’indice de solde échelle lettre (plus de 1000 points d’indice)
          j’étais même optimiste puisqu’il s’agit des effectifs de cadres A++ avant le deuxième coup de rabot des effectifs . c’est pire !!! suivre le lien
          https://fr.calameo.com/read/0046801930650640b390d
          je vous invite à aller visiter legifrance . suivre le lien https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=BC07DE487008E56AE0034CA51E0BC16E.tplgfr22s_2cidTexte=JORFTEXT000037852158&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000037851896

          environ 370 officiers généraux (tous échelle lettre)
          environ 1800 colonels dans les armées (dont environ 200 échelles lettre)
          environ 5000 lieutenants colonels

          il faut ajouter les médecins, commissaires et ingénieurs. un point de détail, ces trois dernières catégories passent assez vite colonel pour accéder à des rémunérations comparables au milieu privé et civil.

          maintenant, je vois venir le coup de l’armée mexicaine. si vous admettez que le grade est associé à la grille de la fonction publique, la progression salariale ne peut se faire que par l’avancement dans le grade, ce qui est très très très visible dans le monde militaire et beaucoup plus discret dans la FP civile (sauf à décrypter le salaire en fonction de la marque du costume ou de la robe..; :- ))) )

          la logique de fidélisation s’applique aussi au corps des officiers et vous ne pouvez rester dans le même grade si vous accédez à des responsabilité supérieures (un capitaine ne commandera pas un régiment, une frégate ou un escadron de chasse)

          pour l’armée de terre, chaque année, vous avez environ 80 commandements qui changent de chef , ce sont donc des jeunes colonels qui arrivent vers 43-44 ans. le tableau est d’environ 100 postes.

          tous les deux ans , il passent le manche… on en fait quoi ensuite ??? on ne les tue pas et on ne les licencie pas non plus.

          ils ont vocation, avec les lieutenants colonels à servir dans les états-majors (dont les effectifs ont été réduits de 70% environ entre 2008 et 2015)

          enfin pour terminer l’échelle des soldes dans les armées s’étale de 1200€ pour les plus jeunes soldats à 6000€ pour un colonel qui commande un régiment et 10-12000€ environ pour un officier général. on est dans un rapport de un à dix.

        • felipe dit :

          @ felipe
          ooooh, dompal , je répondais simplement à la remarque éculée de l’armée mexicaine de Royaliste.

          pour ce qui est des généraux et des colonels à Balargone, un peu de hauteur de vue ne fait pas de mal.

          pour ce qui est des photocipieuses, vous avez raison,le colonel fait son travail ET les photocopies.

          maintenant, si vous considérez qu’un « bon off » est une vue de l’esprit ou bien n’apparait qu’au grade d’officier subalterne, ça sent l’aigreur à plein nez.
          enfin, le couplet sur les inutiles de ballard devient lassant parce que c’est une vérité qui se retrouve à tous les étages , y compris dans les unités de contact. donc on passe.
          je rappelle seulement que si vous estimez qu’un colonel est utile comme chef de corps à 44 ans, vous ne le tuez pas ensuite au motif que le gradé de semaine n’en voit pas l’utilité. il a le droit, comme vous d’être intelligent et de servir son pays.
          enfin, vous avez certainement une connaissance approfondie des missions de balargone pour suggérer au ministre la liste des officiers supérieurs à licencier sans tarder… je vous laisse les choisir
          mais , pour n’y avoir jamais servi j’ai au moins l’humilité de considérer que le travail doit se faire et qu’il n’est pas à la portée du CCH, du sous-officier chef de pièce mortier ou du capitaine., avec tout le respect que je leur dois

          • dompal dit :

            @ felipe,
            Merci pour votre réponse…toujours à côté de la plaque…(de base). 😉

            Le papier de M. Lagneau concerne les mdr pouvant rengager ; pourquoi faites-vous un HS concernant les off sup et gén ?????? 🙁

            Je ne m’étalerai pas à la manière d’un @Polymère pour vous répondre parce que que le sujet est très complexe et ça va faire vite chier le lecteur lambda comme sait si bien le faire ce dernier ! 😉

            Si l’AF arrêtait de mettre des limites d’âge débiles (tous grades confondus) peut-être ne s’en porterait-elle pas plus mal….pour ne pas dire certainement mieux ! Mais c’est plus fun d’avoir une armée jeune pour le défilé du 14.07, plutôt qu’avoir une armée de vieux ‘choufs’ avec de l’expérience !

            Cette dernière ne s’apprend pas sur les bancs de la fac ou en écoles militaires, elle s’acquière uniquement sur le terrain, mais apparemment c’est trop difficile à comprendre pour les Mindéf successifs …..ou plus simplement pour nos ‘grands’ chefs !!! 🙁 🙁 🙁

            Qu’en pensez-vous ? 😉

    • Le Breton dit :

      Dans l’ancien royaume de France -celui d’avant 1789-, le copinage et le népotisme étaient fréquents voire la norme dans la marine royale pour tous les postes à responsabilités ce qui explique sans doute les déboires qu’elle a connue sauf en de très rares cas.
      Au moins, vous ne pourrez pas dire que la république a fait table rase du passé !
      Ici c’est l’armée de terre mais c’est pas très différent.

      • Robert dit :

        L’armée de conscription n’existait pas sous l’ancien régime, le peuple n’y pouvait servir que de façon limité et d’ailleurs les conflits étaient aussi limités comme le nombre de militaires.
        Certes, les nominations étaient souvent liées à la noblesse qui donnait un enfant à l’armée, un autre à l’Eglise et un autre assumait le titre et les charges.
        Mais un mauvais chef pouvait et peut être secondé d’excellents cadres qui eux seront compétents et pas favorisés.
        Toutefois, restons modestes, les boucheries de l’empire, de la république, 14-18, ou d’Indochine n’étaient pas la faute du favoritisme ni du copinage.

        • Le Breton dit :

          « Toutefois, restons modestes, les boucheries de l’empire, de la république, 14-18, ou d’Indochine n’étaient pas la faute du favoritisme ni du copinage. »

          Un franc-comtois ou un provençal pourrait vous dire qu’il manque un boûcher ici, bon celui-ci était couronné et je pense donc qu’il a votre pardon par avance.

          • Robert dit :

            Vous pouvez développer?
            Je ne connais pas d’équivalent dans l’histoire de France des massacres de la guerre de 14.
            Et je n’accuse ni n’absous personne, ces massacres suite à une volonté idéologique et un commandement défaillant étaient liés au fichage des officiers catholiques remplacés non pas pour compétence mais pour servilité envers le régime.
            Et s’il existe des crimes et des massacres sous l’ancien régime, je les reconnais sans aucun problème, comme Turenne au Palatinat et en Espagne.
            Un régime politique n’est pas vertueux ou vicieux en soi mais il favorise ou rend difficile l’exercice de la vertu politique. La monarchie française ne prétendait pas apporter la liberté au monde entier et abattre la tyrannie, les guerres sous le masque de la vertu sont les plus tueuses.
            Mais vous parliez d’un vice de fondation de l’armée d’ancien régime, alors je faisais la comparaison avec le nouveau régime qui n’a pas de leçon à recevoir de ce côté-là.

      • Royaliste dit :

        @ Le Breton

        Je n’ai jamais dit que la royauté était un régime parfait mais comparativement aux autres, c’est de loin le moins mauvais. Si vous faites une étude comparative royauté/république/démocratie, vous vous en rendrez compte. Et en France, on a 1300 ans d’expérience en la matière.

        A montrer à tous les hommes du rangs :
        https://www.youtube.com/watch?v=MXZqwWlZPKc

        • Robert dit :

          Pas de massacres de masse des civils comme des conscrits sous l’ancien régime.
          L’armée était composée de professionnels issus de la noblesse pour partie et les batailles étaient restreintes aux champs de bataille. A coup sûr, la république a démocratisée le massacre en y impliquant toute la population parfois sur des années. Le massacre des européens en 14/18 est un net progrès dans la démocratisation du crime de masse de ses propres compatriotes. Et le salaud de service est le général qui a voulu économiser le sang de ses hommes.
          Oui, à coup sûr, la république a développée le concept, liberté, égalité, fraternité dans le massacre de masse.
          La victoire en chantant nous ouvre la barrière, la liberté guide nos pas…

        • Robert dit :

          « La démocratie c’est le mal, la démocratie c’est la mort » je suppose que vous savez de qui c’est.
          https://www.youtube.com/watch?v=KnEVr9-MUqw

        • Le Breton dit :

          Si Louis XVI avait accepter la démocratie dans le style Louis-Philippe, la république ne serait probablement jamais apparue, à qui la « faute » au final ?

          • PK dit :

            Vu que Louis XVI a tout accepté, s’il a refusé la « démocratie dans le style Louis-Philippe », c’est qu’on ne lui a pas proposé (imposé ?)

            Le seul vrai truc est qu’il avait eu les couilles de ses ancêtres, la Révolution se serait arrêtée bien vite après la pendaison des premiers excités (Voltaire compris). Et on aurait toujours un roi, sans avoir assassiné une grosse partie de la population française (cassant la démographie française), ni fait de même avec celles européennes.

            On aurait sans doute éviter les trois guerres avec l’Allemagne, qui serait restée une fédération d’états antagonistes, pour la plus grande paix du monde entier. La Russie ne serait sans doute pas tombée sous le joug communiste et la seule question qu’on pourrait se poser serait : quelle aurait été nos relation aujourd’hui avec les Anglo-Américains ?

            Sans doute pas très tendres… comme il est d’usage depuis environ 1000 ans.

          • Royaliste dit :

            @ Le Breton

            Si le Diable vous tendait la main, vous la saisiriez ?

          • Robert dit :

            Faux, la démocratie n’était que l’appellation du pouvoir des notables qui voulaient prendre la place. louis Philippe a préparé le terrain au pouvoir des affairistes et des industriels qui ont fait du 19eme siècle un enfer pour le peuple français.
            Abattre la monarchie, c’était abattre des traditions de libertés, la transmission des domaines par les ainés, avec des droits et des devoirs qui ont tous disparu, déguisés en droits de l’individu, « l’enfant trouvé qui mourra célibataire  » dénoncé par Renan. En abattant la monarchie, pillant les biens qui servaient entre autre à aider les pauvres, assurer l’instruction, protéger les provinces des abus royaux, les affairistes se sont assurés le pouvoir qu’ils ont partagé avec les industriels qui ont commencé à abattre la paysannerie et réduit le peuple à la mendicité dans ses usines.
            Le nationalitarisme ou le nationalisme est né de cette disparition de la légitimité monarchique, et les guerres meurtrières ou le peuple était convoqué à se faire massacrer sont les conséquences directes de l’abolition de la monarchie.
            Cela peut se défendre, mais en accuser un roi libéral qui a refusé de faire tirer ses gardes suisses sur des émeutiers stipendiés par son parent, c’est une plaisanterie.
            Il faudrait lire autre chose que les promoteurs de la sainte république qui a commencé par massacrer les français et finira par les massacrer encore pour survivre parce qu’elle n’est qu’une idéologie déracinée qui ne tient que par la division des français.

          • Robert dit :

            PK,
            Louis XVI était acquis par son éducation aux pseudo philosophes des Lumières, il voulait être aimé sans être craint, ce qui est impossible pour un monarque entouré d’envieux et d’ambitions diverses. Rappelez vous qu’il suffisait de louer une épée pour venir rencontrer le roi à Versailles et lui transmettre ses doléances, il n’avait pas de service d’ordre et était aimé de son peuple.
            Vous imaginez cela avec nos présidents qui se prennent pour des monarques?
            Il a été infesté de mauvaises idées, s’est montré faible face à l’émeute, alors qu’en faisant tirer sur quelques dizaines d’émeutiers il évitait les massacres de Vendée, mais il est mort comme un vrai roi chrétien. Même Marie Antoinette s’est transcendée par son épreuve et sa mort.
            Il est surtout détesté pour la légende noire que lui ont inventée ses ennemis dont tous les gens de robe qui ont fait la révolution avec ceux de la noblesse dont la débauche et l’ambition ont fait trahir leur pays et perdre leur honneur, à commencer par Philippe Egalité.
            Son testament reste un grand texte que devraient lire tous les français. Nous pouvons être fier de notre pays depuis sa fondation et la république ne réussira jamais à nous faire croire qu’elle a créée autre chose que la jalousie et la haine sociale entre les français.
            https://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/01/le-testament-de-louis-xvi-roi-tr%C3%A8s-chr%C3%A9tien.html

          • mich dit :

            Bonsoir Robert , je viens de lire les échanges précèdent ,je veux bien que le système actuel ne soit pas parfait et la révolution un peu plus complexe que ce que l ‘on rapporte (du moins pour ceux qui ne fouille pas beaucoup) ,mais dites moi ,qu ‘en ai t il pour les pays qui ont, ou avaient conserver une monarchie ,beaucoup plus vertueux que notre pays actuellement ? une démocratie comme la Suisse aurait été beaucoup mieux actuellement avec une monarchie ? l ‘ histoire donne des leçons et il n ‘y a pas de raison d ‘être complaisant avec elle ,mais faire la leçon aujourd’hui avec les faits d’ hier n ‘est pas forcement judicieux non plus ,notre monde post guerre froide en ai un bel exemple.Instructif le testament du roi Louis XVI ,je ne l ‘avais jamais lu ,mais je trouve que ce texte est un peu à l ‘image de son règne , il manque un peu de caractère , mais cela ne justifie pas cette fin sinistre , mais on ne peut pas toujours grand chose contre l ‘ orgueil et l ‘ambition .

        • robin darbin dit :

          Les Bourbons ont perdu toutes les guerres qu’ils ont menées: c’est un fait. On ne dit pas « royauté » c’est un langage de sans-culottes.

          Vive à jamais la République, Anathème à la royauté ! Rouget de lisle

  2. Lucide dit :

    C’est vraiment la dèche on dirait.

  3. PK dit :

    « La procédure a été très rapide puisqu’il a signé son nouveau contrat deux mois plus tard. »

    On est tellement habitué à l’aberration administrative française qu’on s’exclame devant un temps ridiculement long en pensant qu’il est court.

    Un gars qui réendosse un uniforme, surtout après avoir rejoint la réserve du régiment, devrait pouvoir signer son contrat dans la semaine. Et encore…

    Deux mois…

  4. Yoyolegigolo dit :

    On peut critiquer l’armée sur pleins de facteurs mais il y à une chose sur laquelle l’armée est irréprochable, elle n’abandonne pas les siens , même une fois qu’ils sont civils

  5. Strogoff dit :

    Dans le privé, si on arrivait à 2 mois on serait content….
    Donc non, deux mois c’est plutôt mieux qu’ailleurs.
    Même si je vous l’accorde ça paraît excessivement long.
    Quan on veut, en 2 mois, on peut successivement confiner et déconfiner tout un pays…

  6. Comlalune dit :

    Ben ça c’est gonflé, après avoir dézingué le bon sens pour contrainte budgétaire, faudrait revenir avec le sourire et ouvrir ses fesses ??? Séditieux, c’est la question ??? L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs. Qui me dira que Pierre Chateau Jobert était un mauvais officier, ou différend, Elie Denoix De St- Marc ou encore plus différent Paris De bollardiere … Dichotomie et ras le bol .

    • luc dit :

      Et oui, les contraintes budgétaires, les gestions calamiteuses des ressources humaines , ont « éloignées » des unités nombres de camarades de bien formés et compétents . Sont restés les « moins » bien formés, peu compétent mais ayant une connaissance à la chancellerie , évitant ainsi les « charrettes de départ » mais utilisant les  » escalators promotionnels ».

    • Robert dit :

      Comlalune,
      Château-Jobert était très petit de taille et frêle, mais avec un placard incomparable de décorations et de barouds. Il est un peu à l’origine de la formation des paras français. Un grand catholique. Condamné à mort par De Gaulle pour cause d’OAS.
      Denoix de Saint Marc, dont j’ignore s’il était croyant, a plus fait un choix de rébellion d’opportunité qu’idéologique comme Château-Jobert, il commandait le 1er REP au moment du putsch.
      Tous deux ont eu des relations difficiles avec la république, qui le leur a bien rendu, et Château-Jobert est devenu un théoricien de la contrerévolution.
      Des grands monsieurs pour moi, des salauds parfaits pour la république.

  7. Jm dit :

    J’aimerai connaitre le nombre de réintégration.
    Si c’est comme la dispo des hélicos…
    Et au bout de 8 ans, il revient, parce qu’il « ne retrouve pas dans le milieu civil l’esprit de corps qu’il appréciait tant dans son régiment ».
    Mouais.
    Ça ressemble plus à « je reviens, parce que dans le civil, j‘ai voulu jouer au chef avec mes 3 Opex (dont tout le monde se fout) et avec mon certificat de qualification technique – administration [CQT ADM], c’est-à-dire quasi aucune compétence, ailleurs que dans une unité de l’armée de terre, ils se sont vite aperçu de mes limites.
    Parce que dans le civil, tout le monde s’en fout que l’on sache courir 15 bornes tous les matins, faire 30 tractions, et tirer 20 cartouches dans cibles à 200 m.
    On demande de bosser et des résultats, pas de la figuration.
    C’est sûr que si il arrive le matin, met un short, va courir et revient et boit le café jusqu’à 10h, ça va bien s’passer !!
    Et ce ne sont pas des élucubrations, puisque ça a été rapporté dans un post précédent, par un candidat à l’engagement dans l’armée de terre.
    Et maintenant, il revient, et se fait nommer en plus d’être président des engagés volontaires de l’armée de Terre.
    Mais on se moque de qui ?
    Le gars, il se barre, et quand il revient on le nomme leader pour expliquer aux autres pourquoi il faut y croire alors que lui, il est parti ?
    Il va l’expliquer comment, sa valse aller – retour? Je le sens bien le discours qui va commencer par « Avant, de mon temps, allez, je vais vous expliquer, avec mon ancienneté, et toi, t’as pas fait D’Jam et D’Jibout, tu peux pas comprendre, etc, etc… ».
    Surtout qu’au sein de l’armée de terre, la notion de président de catégorie est largement dévoyée, ce sont surtout des fouille-merde qui, quand ils passent quelque part pour résoudre un problème, l’amplifient de part leur seule présence, et n’offrent aucune garantie de confidentialité (j’en parle au CDU qui en parle au CDS qui rend compte au CDC qui lui-même traite avec le Doc et voit ça avec l’assistante sociale – en matière de discrétion et de secret professionnel, on fait mieux.
    Mais ça fait beau sur une carte de visite militaire et ça satisfait l’égo de nombreux incompétents à la botte de leur grand chef.
    La suite….
    J’ai fait une lettre de motivation au CDC.
    La question est ; est-ce qu’il a rédigé une lettre de démotivation quand il est parti ? Parce que si on suit bien la chronologie, il n’était pas en bout de bande quand il a quitté.
    C’est donc qu’il a quitté volontairement. Ou alors il a été sanctionné, et on rappelle des…puni, comme l’armée de terre le fait pour rappeler des ex taulards (et oui, moins de 2 ans ferme, on peut s’engager dans l’armée de terre)
    Et maintenant, j’exerce le métier de secrétaire au bureau Simulation. J’aime bien, dans ce contexte, le mot Simulation.
    Soyez honnête ; je connais de très nombreux militaires du rang et sous-officiers, moins d’officiers qui ont quitté, sont entrés soit dans des administrations (Education Nationale, Douanes, Police administrative) ou dans des boîtes privées (Airbus, Eurocopter, Dassault, etc), qui ont été recontactés pour « reprendre » du service après 2 ou 3 ans et qui pour rien au monde ne reviendront. D’ailleurs, souvent, ils ne prennent même pas la peine de répondre à cela même qui n’ont rien fait pour les retenir à l’époque.
    Et qui maintenant avec quelques barrettes ou quelques étoiles de plus, souhaitent qu’ont fassent revenir ceux-là même que eux-mêmes ont viré sans état d’âme, détruisant des carrières, voire des vies.
    En prenant les gens pour des cons, il n’y a pas d’autres mots.
    Reprenez l’exemple de mon adjudant (dont j’ai parlé dans un post pas si vieux que ça – la semaine dernière je crois) qui a plus de point qu’un major, noté exceptionnel +6 et +8 depuis 6 ans et qu’on envoie hors spécialité en GSBdD à Lille.
    On ne m’a toujours pas expliqué pourquoi on sortait de sa spécialité un gars noté exceptionnel et qui fait référence dans son métier ?
    Je croyais qu’on avait besoin de conserver les métiers rares et les spécialités en tension.
    Mécano avion, ce n’est pas la spécialité la plus courue en recrutement.
    Résultat ; il quitte, sans même faire un dossier de reconversion ni passer par Défense Mobilité, encore moins demander un nouvel agrément, sachant que le premier lui a « naturellement » été refusé.
    Il vient d’annoncer à sa future chef qui l’attendait « avec impatience », qu’il quittait pour entrer dans une petite entreprise qui travaille en partenariat avec l’Etat. Ça commence par Da…et ça fait des avions.
    Elle lui a dit qu’il n’avait pas l’agrément.
    Oui mais, embauche directe, sur diplôme et compétence, deux échelons supérieurs durant 6 mois et statut supérieur après.
    DMR directe sur présentation d’une promesse et décision d’embauche en CDI.
    Allez le rechercher, c’gars-là !!!!!

    • Commandant Monastorio dit :

      @Jm.

      Mais quel mauvais esprit et quel piètre frère d’armes vous faîtes…

      Plus sérieusement, vos commentaires me semble assez près de la réalité et la grande question est effectivement de savoir si beaucoup de jeunes « anciens » rampileront après avoir tatés du civil.

      À suivre…

  8. Jm dit :

    Et désolé pour les fautes, mais j’ai écrit à partir d’une téléphone cellulaire. Donc petit, très petit éccran, petit, très peti clavier.
    Et moi, gros doigts !!!!!!!!!!

  9. breer dit :

    Recruter à nouveau un ancien, (qui connait bien le milieu et s’il a évidemment toujours les compétences requises), n’est pas forcément pire que de recruter un jeune candidat qui va se barrer au bout de 2 ans parce qu’il ne supporte ni les contraintes ni les rigueurs.
    Toutefois l’article ne donne pas beaucoup de précisions sur les conditions en terme d’âge, car 8 ans après un départ de l’armée, cela parait beaucoup, pour un gars qui serait parti à 25 ans par exemple ..

  10. dubourg dit :

    Bonjour, peut-on rempiler si l’on perçoit une pension de retraite militaire et dans ce cas faut-il y renoncer ? Je sais que dans la douane c’est possible.

  11. Tertia Optio dit :

    La gestion des MDR dans notre armée a toujours été une gestion à la petite semaine, considérée comme des « kleenex » que l’on utilise puis qu’on jette…Il y a vingt de ça, ils devaient passer le CAT2 (concours) sinon ils prenaient la porte à neuf ans de service (tout ça pour grappiller sur les pensions…). Malgré la professionnalisation des armées, ils n’ont jamais eu la considération qu’ils étaient en droit d’attendre en tant que soldats professionnels comme dans l’armée Britannique par exemple. A présent, ils devraient rempiler…Au lieu de sortir de nouvelles mesurettes prises à la vas vite tous les quatre matins, nos stratèges devraient se pencher sur comment fidéliser nos jeunes (d’autant plus que les jeunes d’aujourd’hui ont d’autres exigences que les générations d’antan…) Pathétique et pitoyable, ca me fait penser à la gestion de la crise du COVID…

    • Jm dit :

      Je ne suis pas de la même armée que vous, mais totalement raccord avec votre écrit sur les MDR Terre.
      Pour nous, AA, c’est un peu moins vrai pour les MDR, mais ce que vous avez vécu et que vous vivez encore pour vos MDR, chez nous, ce sont les sous-officiers qui l’ont vécu et le vivent encore.

      • Charognard dit :

        @ Jm
        Les sous-officiers représentent la catégorie la plus importante dans l’AdA, mais les MTA c’était n’importe quoi!
        Les RH de toute l’armée de l’air qui les faisait signer jusqu’à 12 ans pour éviter de payer l’IDPNO, il a fallu la calamiteuse création des GSDdD pour faire cesser ce détestable foutage de gueule.