Environ 40% des effectifs du Commandement de la cyberdéfense sont tournés vers les actions offensives

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

51 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Dans une société interconnectée, le risque est la désintégration et le retour à l’âge de pierre, si par exemple cela touche nos réacteurs nucléaires. Le progrès est qu’avec les cyberattaques, il est même difficile de savoir d’où viennent les coups.
    https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/5g-cyberattaques-education-les-enjeux-de-la-cybersecurite-en-2020-a146643.html

    Par pudeur, le COMCYBER n’a pas mentionné nos amis américains qui sont pour une bonne moitié des attaques visant nos entreprises stratégiques.
    La politesse se perd.

    • fabrice dit :

      Les USA « sont pour une bonne moitié des attaques visant nos entreprises stratégiques »…Euh la source ?

    • PK dit :

      Et en quoi est-ce spécifique aux centrales NUCLÉAIRES ? Si ça touche une centrale thermique, ça fait pareil. Si vous voulez dire qu’en attaquant informatiquement une centrale nucléaire, vous risque une explosion ou un truc du même genre, vous vous fourrez le doigt jusqu’à l’œil.

    • Oui PLUSDEPOGNON, tu n’as pas pu t’empêcher de nous coller le mot « américain » quelque part de ton intervention … Certains diront de ce tic (idéologique) coutumier que cela relève d’une pathologie !!!

    • Anaxagore dit :

       » le COMCYBER n’a pas mentionné nos amis américains qui sont pour une bonne moitié des attaques » : vous semblez bien renseigné. Vous avez des sources ?

    • Daniel BESSON dit :

      Cit ; [ Dans une société interconnectée, le risque est la désintégration et le retour à l’âge de pierre, si par exemple cela touche nos réacteurs nucléaires. Le progrès est qu’avec les cyberattaques, il est même difficile de savoir d’où viennent les coups.]

      Si vous suivez l’actualité de ces derniers jours vous verrez combien  » Unabomber  » avait raison avec l’attaque contre les infrastructures d’ Orange™
      En 2011 le colonel Vladimir Kvachkov appelait les  » djeunes  » de nos quartiers à s’attaquer au réseau des pipelines de l’OTAN pour aider la Libye du colonel Kadhafi . Outre qu’il s’était complétement gourré sur la mentalité de ces djeunes qui soutenaient avec Mélenchon , nos chefs politiques et notre hiérarchie militaire les islamistes Libyens , il s’était complétement gourré sur la nature de la cible . Ce ne sont plus aux pipelines de carburant qu’il faut s’attaquer mais aux pipelines de données …

    • aleksandar dit :

      Nos amis ( qui viennent de condamner la France pour le soi-disant massacre de Setif et saluer la lutte pour indépendance du peuple algérien ) n’ont pas besoin de faire de cyberattaques.
      Vu que Windows est plein de  » trous « .
      Mieux, la France leur offre gratuitement toutes les données individuelles concernant la santé des français collectées par les hôpitaux pour les héberger sur un cloud Microsoft.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Par pudeur, le COMCYBER n’a pas mentionné nos amis américains qui sont pour une bonne moitié des attaques visant nos entreprises stratégiques.
      La politesse se perd. » et une autre moitié des attaques viennent de Russie et la dernière moitié de Chine! Merde ça fait 3 moitié!!

  2. Robert dit :

    Donc, ils vont faire ou font déjà ce que font les autres depuis un moment?
    C’est plutôt rassurant et pour tout dire j’espère qu’ils pratiquent activement et efficacement ce qu’ils reprochent à d’autres de nous faire.

    • Stoltenberg dit :

      Je l’espère également. Ils ont quand-même laissé la France edentée en cette matière pendant un moment. Et j’espère qu’ils travaillent d’une manière beaucoup plus intense pour rattraper le retard et faire comprendre aux autres que la France est de retour.

    • fabrice dit :

      Robert.
      Rassurant ? 40% des effectifs font des cyber attaques… Sympa sur combien ? Quel effectif ? Quel budget ? Non, parce que ça permettrait de comparer avec les autres…
      Là Mr Lagneau nous fait un article qui est plus une compilation de déclarations de notre Ministère de la Défense sans faits précis pour prouver…Le message du service de com de l’armée est le suivant « attention nous sommes très fort et nous pouvons attaquer ». OK le message du Ministère est bien compris en espérant que ce n’est pas du même genre que « le Covid n’est qu’une petite grippe et nous sommes le pays le mieux préparé au Monde ».

    • PK dit :

      Je pense qu’il est important de maîtriser toutes les armes, quitte à ne pas les utiliser. Ce n’est pas parce qu’on a une bombe atomique qu’on la balance sur le premier venu.

    • Clément dit :

      Disons qu’on était très pudique sur la question du « cyber » offensif. Officiellement on prônait une approche « défensive », mais en cybersécurité les deux sont encore plus liés que dans le monde physique.

  3. Stoltenberg dit :

    En ce qui concerne l’activité cyber hostile sur ce site, il suffirait de renvoyer en Chine communiste quelques étudiants/agents d’indluence, supprimer la CAF à quelques franco-turcs et couper l’accès à internet à un certain résident d’un asyle psychiatrique.

    • fabrice dit :

      Stoltenberg
      ça dépend de ce qu’on appelle « hostile », il me semble que les post à caractère antisémites en France sont punis légalement, c’est aussi considéré comme de la cyber hostilité ?

      • Clément dit :

        La « cyber délinquance » et la « cyber criminalité » ne sont que les transpositions des délits et crimes dans le monde numérique. Du harcèlement sur Internet, des agressions verbales, c’est déjà de la « cyber délinquance ». En théorie si faire ou dire une chose à quelqu’un (ou publiquement) en vrai est répréhensible, ça l’est aussi sur Internet. Après il y a un écart entre la théorie et la pratique.

        • Stoltenberg dit :

          Puisque l’on parle de censure. Si on veut rester cohérent, il faudrait traiter la diffusion des propos à caractère communiste sur un pied d’égalité (voire même pire) avec les propos nazis. Les communistes ont assassiné beaucoup plus de personnes qu’Hitler et ils le faisaient partout où ils prenaient le pouvoir. Ceci permettrait sans doute d’assainir le débat politique en France.

          • Clément dit :

            Ça c’est la thèse du « Livre noir du communisme », mais elle est largement battu en brèche par historiographie. On parle des crimes du Nazisme, il faudrait donc parler également des crimes du Stalinisme, de ceux du Maoïsme, de ceux des Khmers, etc …
            Si j’ouvre Mein Kampf j’y trouve des appels à la haine et la supériorité raciale. Si j’ouvre Das Kapital j’y trouve seulement des analyses économiques.

            Les doctrine philosophiques, que ce soit le communisme, le nationalisme ou le libéralisme ne peuvent être tenus responsables des crimes des idéologies politiques (le nazisme, le stalinisme, …).

            Surtout que votre raisonnement ne tiens pas compte de la temporalité.

          • Stoltenberg dit :

            Oui, on peut parler des crimes du léninisme, stalinisme, maoïsme, juche, guévarisme, des khmers rouges…. Bref, de TOUS les systèmes qui s’inspiraient du marxisme. J’avoue ne pas avoir lu Mein Kampf mais, à ce que je sache, Hitler n’y parlait pas explicitement de lancer des actions d’extermination en masse ou commencer une nouvelle guerre mondiale. Simplement, c’est le corollaire logique de tout ce qu’il dit et cela a été exécuté oar les Allemands suite à son arrivée au pouvoir. C’est pareil pour Marx et son Das Kapital et c’est ce qu’ont très vite remarqué les révolutionnaires bolcheviques, maoïstes, khmers rouges ou autres.
            .
            Après tout, si vous sortez aujourd’hui dans la rue en disant que vous adorez le criminel Lénine ou Staline en brandissant leurs symboles, vous ne serez pas traité de la même manière que si vous disiez que vous adorez le criminel national-socialiste Hitler. Il y a décidément quelque chose qui cloche dans notre système de censure étatique. Il y a certaines victimes qui valent visiblement moins que d’autres et certains criminels qui sont moins coupables que d’autres.

          • Vinz dit :

            @Clément
            .
            Sauf que toutes les expériences du marxisme se sont déroulées dans le sang et les larmes. Y a pas de marxisme heureux, y a que du marxisme très douloureux. D’où le titre du bouquin : livre noir du communisme, et non du stalinisme. Quand vous faites n expériences et que vous obtenez n résultats identiques, vous en déduisez une loi.

          • Robert dit :

            Parlons d’abord des crimes de Lénine et Trotsky qui trouvent dans Marx les thèses qui leur permettent de réduire en esclavage la Russie.
            Pourquoi oublier Lénine et Trotsky dans votre liste, Clément?
            Sans eux, il n’y aurait jamais eu de Staline ni Mao.
            Toujours cette tentative d’excuser le communisme de ses centaines de millions de morts.
            On n’a pas réellement fait le procès des thèses criminelles du national socialisme, parce qu’elles n’appartenaient pas en propre à Hitler qui n’a pas inventé le racisme eugénique, qui continue de prospérer sous nos yeux, et que sa part de socialisme étatique reste pertinente aux yeux des économistes marxistes simplement parce qu’il n’a fait que la reprendre aux théories déjà existantes avant lui en l’intégrant à son pangermanisme raciste.
            Lénine était un admirateur de la Terreur de 1793, mais Hitler aussi.
            Par contre, il a toujours été interdit de commencer le procès du communisme parce que l’université française est en 2020, toujours tenue par des sympathisants de ce régime mortifère, dont certains paraissent être revenus mais rejetaient avec horreur le livre noir du communisme qui n’est pas une thèse, il a plusieurs rédacteurs très différents voire divergents, mais un état des lieux détaillé de l’expérience communiste.
            Le seul régime politique qui tue et réduit en esclavage des peuples depuis 1917, c’est le communisme. Sans le coup de bluff de Lénine pas de prise du pouvoir des bolcheviks démocrates sociaux minoritaires.
            Et à ce jour, on a jugé quelques dictateurs comme Pol Pot mais jamais la maison mère et ce régime criminel continue d’être enseigné à l’université française comme positif, des partis peuvent se réclamer de lui et vanter ses mérites, et le remettre en cause radicalement est impossible en France.
            Les théories de Marx permettent d’installer un régime idéologique messianiste par la contrainte, puis la terreur. Les premières thèses communistes sont en France, Baboeuf le révolutionnaire.
            Hannah Arendt a bien fait le rapprochement, évident, entre le totalitarisme communiste et national socialiste.
            Pour elle, ce sont l’abolition des privilèges d’ancien régime, autrement dit des droits des communes, provinces, paroisses, corporations, puis la négation de la personne et du réel par la philosophie idéaliste et Rousseau, qui ont déconstruit une philosophie réaliste et raisonnable et préparés l’avènement d’un individu sans racines ni attachement en face d’un Etat comme seul interlocuteur donc à vocation omnipotente.
            Elle dit « , c’est l’atomisation sociale et l’individualisation extrême qui ont précédé et ont permis les mouvements de masse. Ceux-ci attirèrent en effet avant tout les gens complètement désorganisés, les individus qui avaient toujours refusé de reconnaître les attaches et les obligations sociales. »
            En fait, elle parle du résultat de générations sans héritage ni racines qu’ont produit les philosophies idéalistes et les idéologies auxquels des déracinés par vocation sont venus s’ajouter qui ont pris la tête des mouvements révolutionnaires parce que n’ayant même pas d’anciens souvenirs d’attachements et de fidélités.
            Le fameux « enfant trouvé qui mourra célibataire » du code Napoléon critiqué par Renan.
            Arendt ajoute  » Tandis que les despotismes et les tyrannies se sont toujours souciés de l’égalité de condition parmi leurs sujets, la domination totalitaire ne se satisfait pas d’une telle égalisation, car celle-ci laisse subsister entre les sujets certains liens communautaires, non politiques, comme les liens familiaux et les intérêts culturels communs. Il va s’agir pour le totalitarisme de faire disparaître même ces derniers liens. »
            Lénine comme Trotsky se disaient prêts à faire disparaître 90% de la population russe pour le succès de la révolution et d’une certaine manière ils y sont parvenus par le citoyen soviétique sans mémoire ni héritage, sans aucun attachement autre que le parti qui remplace Dieu, tsar, père et mère, famille et patrie.
            Aucun roi tyrannique n’aurait même imaginé cela, le déracinement, l’idéologie hors sol, l’individualisation de la lutte des classes et du capitalisme sans racines ni âme l’ont rendu possible.
            L’escroquerie sur laquelle est fondé le socialisme, qu’il soit réformiste, étatique, libertaire, c’est que l’être humain n’est pas lié par un héritage, des obligations.
            Maurras a un magnifique passage dans « la politique naturelle » ou il développe contre Rousseau et son beau sauvage en parlant de débiteur insolvable.
            « Le petit poussin brise sa coquille et se met à courir.
            Peu de choses lui manque pour crier : « Je suis libre … » Mais le petit homme ?
            Au petit homme, il manque tout. Bien avant de courir, il a besoin d’être tiré de sa mère, lavé, couvert, nourri. Avant que d’être instruit des premiers pas, des premiers mots, il doit être gardé de risques mortels. Le peu qu’il a d’instinct est impuissant à lui procurer les soins nécessaires, il faut qu’il les reçoive, tout ordonnés, d’autrui.
            Il est né. Sa volonté n’est pas née, ni son action proprement dite. Il na pas dit « Je » ni « Moi », et il en est fort loin, qu’un cercle de rapides actions prévenantes s’est dessiné autours de lui. Le petit homme presque inerte, qui périrait sil affrontait la nature brute, est reçu dans l’enceinte dune autre nature empressée, clémente et humaine : il ne vit que parce qu’il en est le petit citoyen.
            Son existence a commencé par cet afflux de services extérieurs gratuits. Son compte s’ouvre par des libéralités dont il a le profit sans avoir pu les mériter, ni même y aider par une prière, il n’en a rien pu demander ni désirer, ses besoins ne lui sont pas révélés encore. Des années passeront avant que la mémoire et la raison acquises viennent lui proposer aucun débit compensateur. Cependant, à la première minute du premier jour, quand toute vie personnelle est fort étrangère à son corps, qui ressemble à celui dune petite bête, il attire et concentre les fatigues d’un groupe dont il dépend autant que de sa mère lorsqu’il était enfermé dans son sein.
            Cette activité sociale a donc pour premier caractère de ne comporter aucun degré de réciprocité. Elle est de sens unique, elle provient d’un même terme. Quand au terme que l’enfant figure, il est muet, (infans) et dénué de liberté comme de pouvoir ; le groupe auquel il participe est parfaitement pur de toute égalité : aucun pacte possible, rien qui ressemble à un contrat. Ces accords moraux veulent que l’on soit deux. Le moral de l’un n’existe pas encore. »
            Toute l’erreur des idéalistes et des utopistes qui fondent la pensée contemporaine est de réduire l’être humain à un individu sans racine ni lien qui doit décider lui-même de ses choix, en réalité il n’en fera rien et subira la domination de ceux qui le formateront et de l’Etat qui sera tout pour lui.
            Autrement dit, de quel être humain parlons-nous, de celui des Philosophes et des penseurs idéalistes ou de celui de la pensée raisonnable, de la philosophie réaliste? Le premier peut être l’objet de toutes les manipulations car il n’existe pas, le second ne sera jamais formatable et nécessitera endoctrinement, prison et camp, culpabilisation ou mort pour le faire entrer dans le moule.
            https://www.philo52.com/articles.php?lng=fr&pg=950

    • PK dit :

      C’est beaucoup d’effort pour pas grand chose. Les trolls turcs et chinois sont tellement caricaturaux qu’ils desservent largement leur cause. Quant à votre aliéné, il suffit de ne pas le lire (ce n’est pas le seul que je zape quand je lis son nom : il y a en qui ont tellement d’obsessions qu’ils pourraient lui tenir compagnie dans son asile).

      Ici, c’est un forum que Laurent Lagneau laisse ouvert (enfin, je pense qu’il filtre pas mal tout de même, d’après ce qu’il dit… et quand on voit ce qu’il laisse passer, on se dit que ça doit être coton ce qui est retenu) et c’est très intéressant d’avoir des avis croisés.

      Ça change de la soupe Macronienne politiquement correcte de tous les médias. Bravo donc à Laurent pour son courage (et ses efforts).

      • Stoltenberg dit :

        Oui, je le salue également pour ce forum avec des débats intéressants.

  4. Euclide dit :

    Une chose est certaine si l’on veut vraiment développer une indrustrie de cyberdéfense ou de cybersécurité alors il faut accroitre la production énergétique française.

    Car pour faire fonctionner les supercaculateur ( très énergievore) je ne pense pas que les énergies dites écologiques soient appropriées.

  5. lxm dit :

    J’espère au moins qu’ils ont un bouton on/off pour qu’en cas de crise cela scinde les réseaux.
    Diagnostiquer le problème, isoler la zone du réseau atteinte, traiter quitte à un énorme reformatage. Méthode universelle validée depuis 5000ans.

  6. Titi74 dit :

    Rappelons que le chef des armées Jacques Chirac, découvrit le « mulot  » ou plutôt la sourie en 1996 pendant la visite d’un salon, l’on revient de loin…
    Pourquoi les salaires de ces experts indispensables ne pourraient-ils pas être alignés sur ceux du privé? à moins que cela arrange bien quelque uns d’avoir une France pas trop efficace dans certain domaines, et du coup pas trop dérangeante?

    • Wagdoox dit :

      Pareil que pour le reste des spécialistes militaires, les pilotes … memes aux us
      Le budget permet pas d’avoir qualité et quantité alors on joue sur le patriotisme pour garder les bons et les payer comme des petits (ca fonctionne pas tout les jours)

    • Hermes dit :

      Ce genre de spécialité, les salaires peuvent s’envoler…
      .
      Ce n’est pas vraiment « à la portée » des financements publiques, pas pour une quantité non négligeable d’agents.

    • Pluton dit :

      a mon avis, c’est moins un probleme de niveau de salaire que « d’environnement favorable », pour prendre l’exemple sur l’aeronautique, l’etat a aide les industries, a travers des financements, en leur donnant des marches, creant in fine des debouches pour les jeunes diplomés.
      Vous avez une bonne part des diplomes en science dont les choix sont plus guides par en quoi consiste le job, que par le niveau de remuneration. Si vous avez trop peu de « projet excitant », les gens iront voir ailleurs, la ou ca « bouge ».
      on a fait des economies de bout de chandelle en confiant tout a microsoft, on aurait fait le pari d’un OS souverain, ca nous aurait permis de creer cette environnement, de developper/conserver un vivier de competence qui aurait irrigue autant le civil que le militaire.
      Aujourd’hui qu’est ce qu’on a d’excitant a proposer, pas grand chose pour trop peu de monde, la ou ca bouge, ou c’est en pointe, c’est ailleurs…

    • Expression libre dit :

      Pour Chirac et la » souris » , c’est volontaire de sa part, afin d’attendrir l’atmosphère…comme les oeufs brouillés pour Giscard ou la queue de boeuf pour De Gaulle, histoire de bien passer auprès des masses populaires.

  7. Royaliste dit :

    40% de la cyberdéfense tournée vers l’offensive ? Plus que 11% et on pourra l’appeler cyberattaque.

    Blague à part, la France fabrique t-elle des équipements électroniques (smartphones, ordinateurs, serveurs …) avec ses propres micro-processeurs ? Est-on souverain dans ce domaine ? A t-on résolu cette histoire de micro-puces Américaines sur le missile SCALP et leur foutu loi ITAR ? La 5G en France sera t-elle d’origine Chinoise (Huawei)?

    Parler de cyberdéfense tout en dépendant de matériel fabriqué à l’étranger (et bourré de portes dérobées), c’est de la démagogie pure. Et si l’on en croit nos décideurs politiques actuels, le populisme et/ou le patriotisme serait du « fascisme rampant » donc la souveraineté nationale, je crois que l’on peut définitivement faire une croix dessus, cocoricouic.

    • PK dit :

      Pour répondre à la question : oui, on a le technologie et les capacités pour être indépendant sur le plan des microprocesseurs et ce qui tournent autour. Mais non, il n’y a aucun plan politique pour le mettre en œuvre.

      « En même temps », ça ne vous étonne pas ?

      • Hermes dit :

        « on a le technologie et les capacités pour être indépendant sur le plan des microprocesseurs »
        Non.
        .
        On sait en faire, mais c’est plutôt de l’embarqué, à petite échelle/moyenne puissance, mais on est loin d’avoir les capacités des leaders du marché, tout simplement parce que la R&D dans ce domaine coûte extrêmement cher et qu’on a juste pas de marché suffisamment important pour amortir.
        .
        Ce n’est pas pour rien si ca fait partie des secteurs où la Chine a des problèmes à rattraper son retard, alors qu’elle en produit pour le monde entier depuis des décennies…
        .
        Après, ce domaine est assez vaste…

        • PK dit :

          Non, vous vous trompez. Vous parlez d’argent, je parle de capacités. Vous pouvez avoir l’argent, sans les capacités, ça n’avance pas (cf. l’Inde ou la Chine).

          On a les équipes et le savoir-faire. Mais pas l’argent, car les seules boites qui peuvent faire ça (comme ST) n’ont pas envie de mettre des milliards de dollars sur un marché saturé.

          Pour info, ST avait mis au point à la fin des années 90 le chameleon, un processeur RISC 64 bits concurrents des DEC (les plus puissants d’alors, qui écrasaient les Intel… et qui doivent toujours le faire sur certains secteurs d’ailleurs).

          • Hermes dit :

            On ne peut pas être à la pointe sans argent.
            .
            Donc non, on a pas les capacités, on pourrait les avoir si les investissements suivent, mais ce n’est pas le cas.
            Tout est toujours question de pognon… Si la Chine est capable de se relever aujourd’hui c’est par l’argent (et par sa masse de gélatine à bas coût).
            A contrario si la Russie (Ou l’Europe dans une moindre mesure) n’arrive pas à suivre, c’est par manque d’argent, certainement pas de compétences..

      • Royaliste dit :

        @ PK

        Non, ça, ça ne m’étonne pas 🙂

        Ce qui m’étonne en revanche, ce sont les militaires qui râlent sur les baisses constantes du budget de l’armée mais qui « en même temps », continuent à défendre les politiciens.

        « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » (Bossuet)

    • précision dit :

      Les puces, il y a des entreprises. Très, très petites face à Intel, Nvidia, ou dans des domaines bien moins médiatisés. Mais elle existent.
      Et ça dépend du type de puces.
      Sur les cartes bancaires on a un champion avec Gemalto
      Pour d’autres types de puces: Primo 1d, Kalray, Biolog ID. ST et Thalès en conçoivent aussi.

      Serveurs et ordinateurs : Bull
      Pas à connaissance d’ordi ou de téléphones portables grand public produit en France.
      Bref, il ne faut pas négliger les talents français. Mais je n’ai pas une vision assez claire des différents domaines pour savoir à quel point on dépend de matériel américain (ou autres). Je dirai qu’on en dépend probablement très fortement.

      • précision dit :

        j’allais oublier soitec. Probablement beaucoup d’autres… je ne suis pas du domaine.

        • PK dit :

          SOITEC ne fait pas de puce… Mais le substrat (le waffer).

          Ils fournissent d’ailleurs la planète entière (Intel compris…)

      • Clément dit :

        Pas de téléphone grand public made in France, par contre on produit des téléphones sécurisés pour le gouvernement et les armées. C’est par contre un marché de niche et des appareils hors de prix hyper spécifiques.

    • Clément dit :

      Stratégiquement ce n’est pas une bonne idée, mais ne vous inquiétez pas : quand on prend du matos informatique étranger, on le passe au crible.

  8. berger dit :

    Le plus drôle serait de taxer de troll chinois un bon petit français désigné pour s’amuser à agacer les bons français sur opex 360.

  9. NulH dit :

    Au mieux le commentaire de Royaliste pose de réelles questions… à revoir, bien entendu….

    Cependant, aller, une bonne connaissance de l’histoire de l’évolution de l’architecture système, informatique, accompagnée d’une approche de la connaissance de la puissance de l’architecture des puces aujourd’hui ainsi que de leurs perspectives … et le cyber associé …. risqueraient de rendre bientôt possible, l’inutilité de tous les commentaires, voire l’article lui-même…

    Mais bon, allons ainsi

  10. Ristourne dit :

    Il me semble que la cyberdéfense doit commencer par la protection de nos réseaux, et là on peut s’inquiéter après les récents sabotages. Fait on ce qu’il faut pour contrôler les entreprises et personnels travaillant sur ces réseaux ?

  11. Vidoc-19 dit :

    40 % d’opérations offensives dans le cyberespace ? contre Daesh par exemple ? on n’attaque pas des réseaux autres ? on ne peut pas se douter quels sont les pays qu’on attaque ? les français sont-ils au courant qu’on attaque des réseaux informatiques de certains pays, on peut se douter lesquels ?