Les porte-avions Charles de Gaulle et USS Dwight D. Eisenhower échangent des avions en Méditerranée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

109 contributions

  1. Lejys dit :

    Quoi, on aurait au moins 4 avions sur notre porte-avion? On nous ment, c’est pas possible, ils sont pratiquement tous à Landivisiau!
    D’ailleurs regardez-bien, il n’y a que 2 Rafales qui apparaissent sur la photo…. Encore une propagande des forces américano-judéo-socialo-maçoniques…. Pis comme la terre est plate mais pas ronde, faut aussi arrêter de nous faire croire qu’il va faire le tour du monde notre porte-avion-sans-avions- sauf-en-photos-truquées! Sinon il va tomber dans un trou noir.

  2. Tankaboum dit :

    dans le fond c’est bien, mais ça montre aussi que le f18 peut atterrir en toute sécurité sur un PA plus petit. le message peut être utilisé pour la com à destination des indiens lorsque ces derniers construiront un catobar.

    • Harambe dit :

      Atterrir, c’est facile avec des brins d’arrêt mais de là à décoller sans catapultes…

      • tankaboum dit :

        Catobar: catapulte brin d’arrêt.
        les indiens en ont le projet, ce qui mettra probablement 10 ans de controverses et 15 ans de construction. ce qui explique toute la bataille entre dassault et boeing qui prétendent qu’ en attendant leur poulin peut décoller sur un plan incliné.

        • Harambe dit :

          Les indiens veulent des avions maintenant pour leur STOBAR… et celui qui remporte le contrat pour le STOBAR le remportera probablement pour le CATOBAR.
          Pour ça que le fait d’atterrir ou décoller depuis le CDG pour le fa18 n’est pas vraiment un argument de vente.

          • tankaboum dit :

            je pense que vous le faites exprès. c’est justement ce que je vous dis. le f18 capable d’atterrir sur un Pa petit. capable de décoller d’un tremplin et donc ….l’avion qu’il faut lorsqu’il y aura des catapultes.

    • Desty dit :

      C’est aussi à ça que j’ai pensé. Mais en même temps ça montre que les Américains prennent le relai en Méditerranée !

    • R2D2 dit :

      « ça montre aussi que le f18 peut atterrir en toute sécurité sur un PA plus petit »
      De bonnes conditions météo, un pilote qui a très probablement pas mal d’appontages au compteur et une préparation supplémentaire pour cet appontage particulier. Pas sur que les pilotes indiens de l’aéronavale aient cette expérience ou ces conditions là tous les jours.

      • John dit :

        Oui, comme toute mission qui requiert des compétences élevées, elles sont régulièrement laissées à des personnes expérimentées, mais aussi qui ont eu un entraînement de qualité récemment.
        Evidemment que pour un premier appontage, la logique veut des conditions optimales. Mais rien n’empêche théoriquement de former tous les pilotes de Super Hornets d’atterrir sur le CDG…
        Je pense que l’un des poins importants à travers cette démonstration, c’est de tester un possible problème en opération, avec un cdg qui pourrait récupérer un avion américain et inversément si le PAN sont mieux plus proches peu importe la raison.

  3. Barfly dit :

    Si j’ai bien compris, le Charles de Gaulle est le douzième PA de l’US navy et le USS Dwight D. Eisenhower est le deuxième PA de la Marine nationale.
    Merci.

  4. Fralipolipi dit :

    De mémoire, il y a déjà eu au moins un F18 ayant apponté puis ayant été catapulté depuis le PAN CDG, et ce bien avant 2014 (plutôt autour de 2010). Mais le cas était clairement exceptionnel (malheureusement, je ne retrouve pas lien sur le net …).
    .
    Pour Le F18SH sur PAN CDG en 2014, qques photos
    https://www.meretmarine.com/fr/content/super-hornet-et-hawkeye-americains-sur-le-charles-de-gaulle
    .
    Pour Les F18H sur PAN CDG en 2015, qques photos
    https://www.avionslegendaires.net/2015/03/actu/des-hornet-americains-sur-le-porte-avions-charles-de-gaulle/
    .
    Clairement, pour les pilotes US, apponter sur une piste plus étroite et plus courte, qu’ils découvrent, et se faire catapulter pour la 1ère fois 15 mètres plus court, sont forcément des facteurs « refroidissant ». On comprend leur frilosité à réaliser cet exercice trop souvent et à trop grande ampleur.
    .
    Alors qu’à contrario, pour un pilote de la MN sur Rafale, apponter sur un classe Nimitz sur une piste plus large et plus longue, et avoir un catapultage plus long de 15m (donc plus confortable), font que l’exercice « Crossdeck » est beaucoup plus facile,
    d’autant plus que tous nos pilotes MN font leur formation initiale (appontages-catapultages) à bord d’un PA classe Nimitz identique. Ils connaissent donc tous ce bateau.
    .
    Après, il y a peut-être un facteur récent qui est venu faciliter un peu les appontage de F18SH sur le PA CDG.
    Lors de la dernière IPER (ayant pris fin en Avril 2018), les Miroirs d’appontage ont été changés. Jusqu’à 2017, ceux du PAN CDG étaient ceux récupérés du vieux PA Clémenceau (!).
    Depuis 2018, le PAN CDG dispose de Miroirs de dernière génération, sans doute beaucoup plus en phase avec le matériel actuel de l’US Navy. C’est sans doute là un facteur facilitant.
    .
    En tous les cas, de tels exercices sont assez suivis et médiatisés aux US … c’est typiquement à ces moments là que la Marine Nationale est reconnue au rang de grande marine et d’excellent partenaire … lorsque les 42.500t du PAN CDG jouent à plein leur rôle diplomatique (et médiatique), en plus d’opérationnel.
    https://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=112272
    .
    https://www.navalnews.com/naval-news/2020/03/u-s-french-navies-conduct-dual-carrier-ops-in-mediterranean/
    .
    Bon, maintenant, pour affirmer encore plus les excellentes relations entre les 2 Navy, on attend de voir apponter sur le PAN CDG … le F35C !!! 😉

    • Fralipolipi dit :

      Ah, j’ai retrouvé au moins une photo de ce fameux F18 ayant apponté sur PAN CDG bien avant 2014.
      Ce fameux F18 des « Wildcats » ! Le voici.
      https://www.wikiwand.com/en/McDonnell_Douglas_F/A-18_Hornet

      • Castel dit :

        Fralipolipi

        Oui, mais il s’agissait à l’époque de « Hornet », alors que maintenant, il s’agit de « Super Hornet », nettement plus gros :
        Hornet : 13,5 m d’envergure
        16,86 m de long
        poids max : 23537 kg

        Super Hornet : 13, 62 m d’envergure
        18,39 m de long
        poids max: 29937

        Bref, la taille au dessus quand même…..

        • John dit :

          Vous mentionnez le poids de décollage maximal…
          Mais à l’atterrissage, même sur une piste d’aéroport, impossible d’atterrir avec une telle masse.
          (petite précision).

      • vrai_chasseur dit :

        @Fralipolipi
        sur le CDG : des F18 US, et aussi des Hawkeye et des C2 Greyhound
        cf photos de 2014 :
        http://www.meretmarine.com/fr/content/super-hornet-et-hawkeye-americains-sur-le-charles-de-gaulle

        Depuis 10 ans les pilotes US Navy ont la possibilité de passer une qualif. appontage/catapultage sur PA CDG français et inversement pour les pilotes MN sur PA US Navy.
        cf par ex. ici, video des qualif des pilotes US Navy sur PA CDG en 2015 :
        http://www.youtube.com/watch?v=qOIhKtvWQYU

        • Fralipolipi dit :

          @vrai-chasseur
          Il est très intéressant ce film. Merci.
          .
          Si cette possibilité de Qualif existe depuis 10 ans, nous soulignons ici qu’elle est tout de même assez rarement pratiquée « crosse sortie » par les F18 et F18SH sur le pont du PA CDG.
          Le plus souvent, ils se contentent de touch & go.
          .
          Sur ce film de 2015 (qui correspond à mon lien ci-dessus : Avions Légendaires), à l’appontage, crosse sortie, ils ont tellement peur de finir à la baille (tellement la piste est courte) qu’ils sont 2 sur 3 à choper le 1er brin … 😉 (je blague un peu bien sûr).
          .
          A noter, au catapultage, malgré une longueur de catapulte de 75m (au lieu de 90m sur PA US), ils sont sereins et prennent l’air sans même enclencher la PC.
          Ils ont donc de la marge pour repartir d’un PA CDG chargés d’armements et de carbu.

          • vrai_chasseur dit :

            @Fralipolipi
            Le 1er brin, les pilotes MN s’efforcent aussi de le choper, pas question de finir à la baille… :-))

            Il faut tirer un coup de chapeau aux pilotes, français et américains, qui appontent CDG. Ils sont tous des bons.
            Et affirmatif, un F18 bourré de kéro et avec les emports remplis de munitions peut être catapulté du CDG.

    • Vroom dit :

      « Clairement, pour les pilotes US, apponter sur une piste plus étroite et plus courte,  »
      Mais ce qui est important, c’est la zone des brins, je me demande justement s’il y a une si grande différence entre les deux PA.
      Sur la largeur ok, mais sur la longueur ?

      • Fralipolipi dit :

        Très juste, la taille de la zone de brins d’arrêts est sans doute l’élément le plus différenciant (plus que la longueur de piste elle-même)
        Concernant les Classe Nimitz, sur Wiki, on trouve ça :
        « La piste d’appontage est équipée de quatre brins d’arrêt (trois sur le Reagan et le Bush qui sont respectivement à 55 m, 67 m et 80 m de la poupe), que le pilote doit accrocher à l’aide de la crosse d’appontage de son appareil. La piste en elle-même fait 237,70 mètres de long, et le pilote dispose de 150 mètres pour s’arrêter après avoir accroché le dernier brin d’arrêt ».
        Sur les Reagan et Bush, il y a donc 25 mètres entre 1er et dernier brin d’arrêt.
        .
        Sur le PA CDG, je ne sais pas à quelle distance de la poupe se trouve le 1er brin … moins de 55 mètres selon moi, mais plutôt dans les 45 mètres (1ère difficulté).
        Puis, selon Aeronews, il y aurait 5 mètres entre chaque brin,
        https://www.aeronewstv.com/fr/industrie/aviation-militaire/4393-catapultage-dun-rafale-depuis-le-porte-avions-cdg.html
        … cela me parait bien trop peu pour être vrai. Je pense qu’il y a au moins 10 mètre entre chaque brin.
        Mais il semble bien qu’il y ait un peu moins de 25 mètres entre le 1er et le dernier brin sur PA CDG.
        .
        Ensuite, chacun de ces brins ne se déroule que sur 75 mètres max à suivre.
        .
        On pressent donc là que sur le PA CDG apponter est à la fois plus délicat, et aussi plus violent en décélération (ça vaut autant pour les pilotes que pour l’usure des avions).
        .
        Pourtant le Hawkeye semble à l’aise sur notre PA CDG … Il y a aussi que les pilotes sont des très bons !

        • vrai_chasseur dit :

          @Fralipolipi
          pour l’anecdote
          Les 3 brins d’arrêt du CDG portent des noms de la mythologie grecque.
          Le brin 1 est surnommé Athéna : c’est le brin le plus proche du bord de la piste. Les marins lui ont attribué le nom de la déesse de la guerre car il faut avoir l’esprit guerrier pour l’accrocher…
          Le brin 2 est surnommé Aphrodite. C’est l’appontage parfait. Le pilote ne peut qu’être attiré par ce brin comme par la déesse de l’amour.
          Le brin 3 c’est Andromède. Le brin de la dernière chance, à l’image d’Andromède qui fût enchaînée à un rocher pour y être dévorée par un monstre marin. Elle est sauvée in extremis par Persée, qui lui permit d’échapper à la mort.

        • John dit :

          Il y a bien plus que 5m sur le cdg…
          Regardez une image du cdg depuis le dessus. Le brins d’arrêt sont positionnés à côté d’un « ascenseur ».
          La distance entre le 1er et le 3e brin d’arrêt est supérieure à la longueur de l’ascenseur. L’ascenseur lui mesure 21 m. Donc il y a au moins 10.5 m entre chaque brin.

    • Lejys dit :

      S’il est sans nul doute plus « facile » de se poser sur un pont plus grand que sur un pont plus petit, le simple fait d’avoir un pont sur lequel on apponte qui est d’une taille différente représente une difficulté. Les repères sont différents, le brin a viser aussi (de mémoire, 3 brins sur CdG, 4 sur les PA de USN), les turbulences aéro provoqués par l’ilot aussi, etc., bref, je ne pense pas que ce soit plus facile pour un pilote Français de se poser sur un PA US que sur le CdG. Peut-être ai-je mal compris et vouliez-vous dire qu’il est plus facile aux pilote français de « s’adapter » au nouveau pont que pour le pilote US…?
      Enfin, un F-35 sur notre pont d’envol….surtout pas !!! Il va faire fondre le bitume avec son chalumeau !!! Plus sérieusement, si des « échanges » ou « entrainement » pourraient se faire avec le F-35, ça ne pourrait pas aller plus loin. A vide le F-35 C approche les 15 tonnes, une fois le plein fait, il devrait atteindre 24 tonnes. Or, je crois que les catapultes du CdG sont limités à 22 tonnes. D’ailleurs, un truc qui m’étonne, selon wiki la masse maxi du F-35C serait de 25 tonnes….ce qui veut dire qu’il ne pourrait pas être utilisé avec le plein complet et les soutes pleines….ça me surprend, quelqu’un aurait-il des données fiables? (je reste prudent avec wiki).
      Enfin, tant qu’on parle du F-35, une petite info supplémentaire….https://www.lecho.be/entreprises/defense-aeronautique/la-belgique-a-t-elle-fait-preuve-de-naivete-lors-de-l-achat-du-f-35/10212260.html Info ou pression du gouvernement Belge?

      • patex dit :

        Le rafale M à pleine charge est catapultable
        À plus de 24 tonnes

        • Lejys dit :

          Ben j’ai un doute justement qu’il soit catapultable à pleine charge, non pas de son fait, mais des catapultes. Du coup, l’avion n’aurait pas une vitesse de sortie de pont suffisante…..

      • Fralipolipi dit :

        C’est le F35B qui nous ferait faire fondre le pont plat (l’occasion de faire une belle journée gigot-bitume) …mais pas le F35C 😉
        .
        Bah, c’est juste histoire de chatouiller cette idée.
        On sait tous que les camarades des US ne nous permettraient jamais de nous approcher de trop prêt de leur merveille invisible à la couche peinture magique …
        Les Belges, Hollandais, Italiens, Anglais, Danois, Norvégiens, peuvent bien aller y gratter la peinture, ils n’en feraient rien que les US ne craindraient.
        Alors que des concurrents sérieux comme les Français (et Dassault), c’est une toute autre histoire.

        • Lejys dit :

          Non, le B lui il mettrait carrément le feu à notre seul PA !!! Plus sérieusement, j’ai souvenir d’un problème avec le F-35 A qui décollant avec la PC endommageait la piste à cause de la puissance de son réacteur et de la flamme qui sortait. Mais il me semble que le Rafale a posé des difficulté similaire, l’aile delta imposant une forte incidence au décollage…. mais j’avoue ne plus être trop capable de savoir d’on je tiens ça, j’avais donc rester prudent, à moins que quelqu’un ne pallie ma mémoire défaillante!

    • Edouard dit :

      Buck Danny l’a fait plusieurs fois de mémoire ;0)

  5. bpapon60 dit :

    J’espère que le pilote Américain a profité du duty free pour rapporter une bonne bouteille sans la taxe Trump !

    • Fralipolipi dit :

      Excellent !

    • Themistocles dit :

      Pas avec la « dry ship policy ». Alcool interdit à bord des navires US. Une tolérance est accordée après 45 jours de mer: 2 boites de bière par personne….

    • R2D2 dit :

      ce n’est pas le pain frais qu’ils récupèrent d’habitude les américains quand ils passent sur un batiment francais?

  6. HerNameIsKoko dit :

    C’est beau puta*n !
    Bravo.

  7. jaicruvoir dit :

    la présence en méditerranée de ce porte avion n’est pas de protéger la recherche pétrolière en méditerrané orientale
    mais de mettre la pression sur la triptyque RST= Russie Syrie Turquie
    Mais pour les russe c’est une mauvaise nouvelle
    .
    https://fr.sputniknews.com/international/202003011043159304-un-porte-avions-us-en-mediterranee-nous-ne-connaissons-que-trop-cette-diplomatie/

  8. Specht dit :

    Ah ! Donc il est donc bel et bien possible d’utiliser un F-18 sur le porte-avion Charles-de-Gaulle ! Voilà qui fera plaisir à un ancien pilote américain, C.W. Lemoine, qui œuvrait sur Hornet (voir sa chaîne Youtube pour ceux qui aiment l’aviation de chasse). Il y a 4 ans le général Martin E. Dempsey avait rencontré le général Pierre de Villiers sur le Charles-de-Gaulle, en appontant avec un C-2A Greyhound, lequel est presque un habitué du porte-avion français lors des opérations communes.

    • Qui ça ? dit :

      A la fin des années 80, la marine nationale avait sérieusement songer à se doter de F-18 Hornet pour son futur porte-avions Charles-de-Gaulle qui était à ce moment-là en chantier. Il a fallu le long travail de lobbying de Serge Dassault pour convaincre le gouvernement que cela aurait été un coup contre le Rafale alors en plein développement.

      http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2015/02/la-non-commande-de-fa-18-hornet-pour.html

      • Plusdepognon dit :

        @ Qui ça ?
        Une belle trouvaille que ce lien !
        Merci beaucoup.

      • Alpha dit :

        @Qui ça ?
        Marcel Dassault, pas Serge…
        Sinon, votre lien est pertinent et certains devraient le lire avant de publier n’importe quoi sur un sujet qu’ils ne maîtrisent pas, ça les inspirerait… Le Glaive ? Quoi Le Glaive ? 😉

  9. Max dit :

    Les pilotes US vont passer d’un terrain de football à celui de tennis au moment d’aponter !

  10. Jul dit :

    Etant donné que la marine US est en train de remplacer ses PA par ceux d’une nouvelle classe, et que les leurs sont compatibles avec les nôtres, ne serait-il pas possible de leur en acheter un d’occaz pour passer à deux PA pour la Marine Nationale ?

    • Chanone dit :

      Nan… Leurs navires sont utilisés jusqu’à la corde et si les installations pour apponter sont communes, pour le reste… C’est à la taille US: 5000 marins…
      Contre 1900 sur notre pa.
      Des milliers de spécialistes à former et aucune de nos infrastructures n’est adaptée…

    • wagdoox dit :

      … non
      la maintenance serait intenable

  11. Mike dit :

    le sh peut il opérer à partir du cdg avec une charge utile?

  12. Le Breton dit :

    De Gaulle rencontre Eisenhower, quelle ironie.

  13. Le Glaive dit :

    Le F- 18 avait la faveur des marins français, pour remplacer le Super Etendard.. de même qu’avant, c’était le Skyhawk A4M, qui aurait eu la faveur des marins pour remplacer les Etendard IV M et P. Mais pour des raisons politiques et industrielles intérieures, on leur a imposé le matériel de chez Dassault, le Super Etendard d’abord et puis le Rafale.. le Super Etendard dont on disait qu’il décollait seulement grâce à la rotation terrestre..
    la Marine a montré clairement sa mauvaise humeur le jour où une réception fut organisée pour la première venue du prototype du Rafale M à Landivisiau.
    Une belle maquette du F-18 trônait en bonne place , et on frisa l’incident diplomatique avec la maison Dassault…
    pourtant les Américains avaient fait le forcing pour leur avion, et un groupe de F-18 Canadiens était venu un été des années 2000 pour une campagne qui était en fait une campagne d’évaluation… tout le pétrole de cette campagne fut payé par le constructeur américain..
    on peut rappeler au passage que les 10 premiers Rafale livrés à la Marine, n’ont fait qu’une brève apparition et qu’ils ont vite été mis sous cocon, avant qu’on les ressorte il y a quelques années pour une mise à niveau très longue et qui a coûté une fortune… mais pour le bijou national qui a plombé tout le budget de la défense pendant des années pour son développement., que n’a-t-on pas fait, et malgré des défauts importants et connus depuis le départ, mais qui persistent à ce jour. Mais , chut , il est interdit de constater le réel et donc d’avoir une opinion divergente sur cette merveille nationale !

    • Estelassar dit :

      De grâce, partagez avec nous vos informations.

    • Fralipolipi dit :

      @LaGlaive
      Non justement … pas de « chut » qui tienne.
      Vous balancez « malgré des défauts importants et connus depuis le départ mais qui persistent à ce jour.  » sans rien dire de plus, … donc c’est creux. C’est juste du bashing qui sonne très creux !
      .
      Dites nous donc plutôt ‘en détails’, quels sont ces défauts du Rafale M selon vous, … versus un F18 ou un F18SH ???
      … Je suis bien curieux de savoir 😉

      • Le Glaive dit :

        @ Fralipoli : lorsqu’il existe, par exemple, des problèmes de transfert carburant récurrents, sérieux, qui nécessitent l’annulation d’une mission ou l’interruption d’une mission capitale, qui nécessitent un retour à la base urgent et le déploiement d’une caravane de sécurité, on peut peut-être considérer que ce n’est pas anodin, surtout lorsque c’est le même problème récurrent qui se produit, à l’identique, depuis plus de 10 ans ? …oui ? non ?
        Accessoirement le nord Finistère n’a pas pour vocation à être arrosé par des tonnes de kérosène qui sont vidangés pour mettre les avions en difficulté  » au poids » pour un atterrissage en sécurité.. et pourtant…

        • Fralipolipi dit :

          Après que l’Amoco Cadiz ait ruiné ses côtes, il pleuvrait désormais du kérosène en Finistère Nord ?.. Sale temps pour les fumeurs !
          Ca sent qd même un peu le syndrome post-traumatique tout ça … ttt …
          .
          Vous êtes bien le premier à noircir autant le tableau …
          En dehors de tout épisode éventuel de problème de transfert de carburant, n’oublions pas que le Rafale relie la France à l’île de la Réunion d’une seule traite (ce qui est impossible à tous ses concurrents de taille et format similaire) … et que malgré les « problèmes de transfert de carburant » que vous évoquez, cela fait bien des années qu’il est déployé non-stop en opérations sur bien des latitudes et bien des longitudes, et qu’il biberonne les tankers dès qu’il le peut … ce qui n’accrédite pas beaucoup votre thèse.
          .
          Pour vous rassurer, allez donc voir ce que l’USAF souffre en ce moment avec le F35 … vous pourrez dormir plus tranquille (sous votre parapluie, of course).

        • Alpha dit :

          Voilààààà ! On y est !… Il nous le sort ! Le fameux problème que notre bon vieux échappé de l’EPHAD évoque (radote ?) depuis des années sur ce site, qui a effectivement existé, mais qui est résolu depuis belle lurette !…
          Il est vrai que Le Glaviot vit dans le passé. Comment voulez vous qu’il saisisse le présent et qu’il appréhende le futur ???

          • philbeau dit :

            Eh oui , ça y est , on sait pourquoi il déteste tant les Rafales . Un petit contentieux personnel…monsieur habite vers Landi sans doute ?

        • Albatros24 dit :

          Si ce n est que ça…
          Les avions de ligne le font de temps en temps à très haute altitude justement…
          Et cela ne met pas en cause leur utilisation journalière.
          Mais vous connaissez bien tous les soucis de Fail 35 ?

        • Vroom dit :

          Tous les jours, des liners sont déroutés à cause de malade à bord ou autre , et certains vidangent. Ce n’est pas l’apanage des avions militaires.
          Le Rafale est devenu fiable avec le temps. Il y a encore 6-7 ans, on rigolait d’un plan de vol qui prévoyait une patrouille de 4, car on savait que jamais les 4 allaient partir en même temps ! changement d’avion, re-panne… Maintenant, même une patrouille de 6 part sans encombre.
          Pour en contrôler trèèès souvent et depuis sa mise en service, la panne transfert n’est pas une panne que j’ai eu à suivre, plutôt du conditionnement d’air. Au début, les problèmes de « système d’exploitation » de l’avion revenait souvent ( MTI ), mais ils sont devenus très rares.
          La qualité discutable de la radio revient très souvent par contre, encore pire sur les Rafale M.
          Non, le Rafale vole bien et souvent. Il s’est bien bonifié avec le temps.
          .
          Maintenant, si vous ne voulez pas sentir du kérosène ou être préservé un minimum des « épandages », il ne faut pas vivre à moins de 100km d’un aéroport ou base aérienne. Et encore, c’est pour s’écarter de la concentration des trajectoires d’arrivées et départs à basse altitude ! D’ailleurs, ils me font bien rire les gens avec leurs potagers avec les avions qui passent au-dessus !

          • Alpha dit :

            @Vroom
            « La qualité discutable de la radio revient très souvent par contre, encore pire sur les Rafale M. »
            Exact, j’avais oublié ce soucis toujours très actuel, lui.
            Et étrangement, l’échange de la radio n’a pas été prévu pour la version F3R du Rafale… 🙁

          • Vroom dit :

            Ce qui est étonnant, c’est que certains ont une super radio !

        • John dit :

          Le Super Hornets lui aussi a des défauts récurrents.
          En réalité, aucun avion n’est parfait, aucun avion peut tout faire mieux que les autres, etc…
          Défauts du Super Hornets:
          – les Australiens ont régulièrement des problèmes concernant l’oxygène.

    • ClémentF dit :

      le PA qui râle sur le coût du programme Rafale ; c’est l’hôpital qui se fout de la charité. En tant que citoyen et contributeur au budget, je me fout bien de l’égo de chacun. On a préservé notre filiale aéronautique, les marins ont un avion qui marche, et on a un GAN qui marche (à mi-temps).
      Tout ça coûte affreusement cher, pas de doute, mais au vu de nos moyens, et si on compare à nos voisins, le résultat est honorable, cher le glaive.

    • Plusdepognon dit :

      @ Le Glaive
      Vous avez raison pour le F-18, ce lien est un bijou sur ce sujet :
      https://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2020/01/gae-f-8e-fn-crusader-renoves-ou-rafale.html

    • vrai_chasseur dit :

      @Le Glaive
      Attention à ne pas réécrire l’histoire…
      Le choix de la Marine n’a jamais été F18 au lieu de Super Étendard ou autre.
      Simplement, pour la Marine il devenait urgentissime de remplacer des intercepteurs embarqués hors d’âge, les Crusaders, sujets à des pannes de plus en plus problématiques.
      Il fallait éviter de se retrouver sans rien dans la période intérimaire entre le retrait des Crusaders du service et l’arrivée du nouvel intercepteur polyvalent, le Rafale M.
      La Marine voulait combler cette période intérimaire par l’achat ou la location temporaire d’intercepteurs modernes.
      Il n’y avait rien en France (le Mirage F1 navalisé n’a jamais vu le jour) et donc la Marine souhaitait louer une quinzaine de F18 en attendant.
      En définitive c’est Bercy qui a tranché : on ne remplace pas les Crusaders, on n’achète rien, on ne loue rien, on attend le Rafale M.
      Ce qui a occasionné une rupture capacitaire pendant 10 ans, comme l’avait dit la Marine. Elle a dû faire face tant bien que mal avec ses seuls Super Étendard. D’où son amertume.

    • Gardien des EPHAD dit :

      Meuh non: on peut se contenter de brandir une autre « vérité »: le Rafale M F1 à été accéléré pour jointer le Crusader. Il essuya tous les plâtres des essais, et il y en a eu, avec le seul budget de la Marine.
      Elle aurait effectivement aimé le Hornet, plus petit et spécialisé chasse que le Super Hornet.
      Mais les tests du Rafale ont prouvés que l’on pouvait être delta ET marin: ce qui n’était pas gagné avec le Mirage III.
      C’est le Jaguar qui manqua sa version navale pour cause de sous-motorisation.
      Le super Etendard était auréolé de ses succès avec les tirs de missiles Exocet Français. D’ailleurs, les Super Etendard ont gagné le respect des coalisés en Bosnie par la précision de ses tirs.
      Les Rafales d’origine n’ayant qu’une capacité air- air, la transformation en F3 fut longue, d’autant que la dérive est différentes et les contres-mesures soignées, ce qui a pas empêché le standard F1 de triompher des immondes Saoudiens lors d’éxercices en « abattant » 2 F15 et autant de Tornados.
      La qualité des pilotes a joué, je n’en doute pas. Mais le Rafale est bien une merveille, il n’a pour seul défaut que d’être Français.

    • philbeau dit :

      Bel exercice de mauvaise foi , doublé d’un parti pris anti-national assumé . Après ce tour de piste , particulièrement incongru après cet article qui célèbre une coopération sur un pied d’égalité des aéronavales françaises et américaine , vous vous sentez mieux , délesté de tout ce fiel qui engorgeait vos neurones ?

      • Le Glaive dit :

        @ philbeau : vous faites un commentaire uniquement subjectif et donc à charge : le début du début d’un argument factuel aurait été préférable : ça sera sans doute pour une autre fois, : je vous remercie pour la tonalité soviétique de votre commentaire, car je vois que le stalinisme a laissé beaucoup de traces !

        • philbeau dit :

          Parce que votre présentation historique , et notamment du Super Etendard , est strictement factuelle et objective ?
          à d’autres pour les leçons , quant au supposé « stalinisme »…c’est chez vous que ça a laissé des traces .

    • wagdoox dit :

      c’est claire il y a des trésors national qu’il faudrait vraiment faire taire hein la glaise ?

    • Alpha dit :

      Ah, Le Glaive…
      Tentative bien maladroite de récrire l’histoire …
      En fait, ce n’est pas que la Marine ne voulait pas du Rafale, c’est qu’elle estimait qu’il arriverait trop tard pour remplacer les vénérables Crusader…
      (Voir le lien fourni par Plusdepognon)
      Quant aux 10 Rafale F1 uniquement air-air, dont il faut rappeler que cette version n’avait jamais été prévue pour entrer en service, ils n’ont existé que pour, justement, palier en urgence le retrait des « Cruzes »…
      Quant à leur rénovation « très longue » au standard F3 qui « a coûté une fortune  » … Ben, LOL !…
      https://www.meretmarine.com/fr/content/fin-du-chantier-de-retrofit-des-ex-rafale-f1-de-laeronautique-navale
      Quant aux fameux « défauts importants et connus depuis le départ, mais qui persistent à ce jour », et que « Le Pauvre Glaviot » à court d’arguments nous ressort inlassablement depuis des années, il s’agit, ni plus ni moins que d’un problème de gestion du carburant (perte d’un appareil au large du Pakistan en 2010), réglé depuis quelques temps maintenant par un bête changement de place d’un interrupteur !!! …
      Çà c’est du réel, confronté à une opinion anti-nationale divergente bornée, stupide et malade !…
      Celle du Glaviot, quoi…. 😉

      • Le Glaive dit :

        @ Alpha : pris la main dans le sac de l’ignorance… votre « problème réglé depuis  » soi-disant, ..ne l’est pas : la dernière série « vécue  » en temps réel et entièrement documentée, seconde après seconde, a eu lieu « en ma présence  » quand j’étais  » sur place » au printemps dernier ( et je suis ailleurs, très loin, depuis, ce qui fait que j’ignore des faits éventuels plus récents ..) et j’en ai plusieurs autres, de la même origine, au fil des années, au chaud .Alors, au lieu d’insulter les gens tout en étant soit-même un ignorant, vous seriez avisé d’avoir les bonnes infos, et je reviens toujours au même point : c’est avec les pieds dans la glaise, et le nez au vent, face au sujet, qu’on peut avoir les vraies infos. Pas autrement .

        • PK dit :

          « Retenez-moi ou je vais vous casser la figure… Mais retenez-moi… retenez-moi vous dis-je ! »

          Comme au poker, je dis je suis « pour voir ». Sinon, tout ce que vous pourrez dire relève de l’esbroufe…

        • Alpha dit :

          @Le Glaive : pris la main dans le sac avec ses mensonges éhontés ou même carrément « mythonés » , éructant sur ce site, la bave aux lèvres, et frappant nerveusement sur son clavier, avec la certitude d’être un grand incompris…
          Oh ! Le pauvre !… 🙁

          • Le Glaive dit :

            @ Alpha : l’insulte cache mal votre ineptie et votre incapacité à pouvoir répondre, dès que vous avez du factuel pour vous rabattre le caquet . Pour des raisons qui vous échappent sans doute, je ne vais pas dire ici les numéros d’avion, indicatifs, fréquences, et dates précises, mais tout cela est archivé

          • Vroom dit :

             » je ne vais pas dire ici les numéros d’avion, indicatifs, fréquences, et dates précises, mais tout cela est archivé »
            La vache, quelle culture du secret….
            Vous savez, la fréquence de telle ou telle panne par mois suffira !
            Il est vrai que je n’ai aucune « bille » sur les pannes au sol, mais pour ce qui est des pannes en vol, des annulations de mission en vol et des retours de sécurité, je peux vous dire que c’est très peu et à peine hebdomadaire.

          • Alpha dit :

            @Le Glaviot
            Mais regarde toi, pauvre tarte ! Tu n’apportes rien, « ton factuel  » est désormais daté d’il y a une dizaine d’années !
            Et pas la peine de jouer les vierges effarouchées, à faire croire que ce sont les autres, et forcément les autres, qui ont tort tant tu démontres tous les jours sur ce site la médiocrité qui te caractérise.
            PS : Vu les horaires auxquels tu publies tes coms, tu dois avoir une vie bien misérable, non ?

          • Lejys dit :

            @Le Glaive
            ça c’est de l’argumentation imparable ! ne pas pouvoir donner d’informations ultra secrètes que vous seul détenez, au péril de votre vie, et qui ne confirment que votre point de vue. C’est ballot, vraiment ballot…. C’est vrai qu’en plus nos Rafales M sont bâchés, numéro de série masqués, etc., lorsqu’ils sont à Landivisiau ! Pis par contre, les fréquences radio sont elles aussi très facilement accessibles….
            Bon, quelqu’un sur le site aurait également la chance de bénéficier d’informations secrets défense concernant l’activité de nos Rafales M, mais sans en dévoiler le contenu, et qui permettrait d’expliquer clairement l’égarement de Le Glaive, mais encore une fois, sans rien dévoilé de trop secret qui mettrait en péril la personne délivrant ces infos? Car je vous rappelle que nous vivons dans un monde très dangereux où ce genre d’informations (localisation des avions) est un secret bien gardé, que nos potentiels ennemis s’arracheraient…
            Merci d’avance !

      • Vroom dit :

        @Alpha,
        Elle a quand même pris du temps, car les 10 sont partis à Mérignac, ont été désassemblés, les morceaux sont repartis sur les différents sites de fabrication, pour y être modifiés, puis renvoyés à Mérignac pour que l’avion soit de nouveau assemblé. Il était question de 2200 modifications à apporter sur tous les éléments.
        J’ai eu la chance de visiter la chaine alors que le M2 avait été remonté et était en phase d’essai, dernier F1 à avoir été passé au F3 (ils avaient commencé par le M10). Sympa de voir sur la même ligne du C, du B, du M et aussi un égyptien à l’époque.
        Et il fallait entre deux et trois ans pour démonter un appareil, le modifierl et le livrer.

        • Alpha dit :

          @Vroom
          La reconstruction de ces avions n’était pas du tout prioritaire pour la Marine, puisque les avions en version plus évoluée (F3) arrivaient à un bon rythme.
          Donc, elle a pris un peu de temps, mais personne n’était particulièrement pressé, d’ailleurs, ils sont restés près de 4 ans sous cocon à Landivisiau. Et puis l’opération de rétrofit et les crédit datent de 2009, 1 an après le retrait des F1.
          Ensuite, début des travaux au printemps 2012, et retour en ligne pour le premier en 2014.
          Pour ce qui est de la chaîne, que je connais bien depuis l’époque Mirage 2000, c’est vrai qu’il est intéressant de voir que les différences entre les versions sont si infimes qu’elle peuvent toutes être construites en même temps, sur la même ligne… 🙂

  14. Lejys dit :

    La Marine n’a jamais eu l’intention de remplacer le SEM par le F-18, il s’agissait de remplacer les Crusaders qui, aussi beaux soient-ils (perso j’adore, quelle gueule !) étaient dépassés depuis les années 80, surtout question électronique et armement longue portée (même s’ils avaient encore des prétentionsquestion puissance et maniabilité) mais surtout qui devenaient compliqués et couteux à entretenir. Il me semble que la Marine avait aussi envisagé une location de 18 avions. Et je pense que la Marine avait raison, les Cruses ont été maintenus coute que coute, sans aucun intérêt opérationnel. Seules les compétences des pilotes ont été maintenus. Mais pas sur que l’achat de F-18 aurait couté plus cher, et surtout on aurait eu une aéronaval crédible, que ce soit pour la première guerre du Golf comme pour la Yougo, même si là bas les SEM ont très bien tenus leur rôle (meilleur taux de missions réussites de la coalition, comme quoi cet avion aussi léger était-il n’était pas si mauvais).
    Bon, par contre, si le Rafale n’est peut-être pas parfait, il fait très bien son boulot et satisfait largement pilotes et état major de la Marine. Donc vos commentaires habituels sur les défauts important et la théorie du complot imposant le silence….

    • wagdoox dit :

      le seul avantage du F18, il était dispo à l’époque.
      et pour sur la marine aurait démandé des rafales sur le CdG.
      Les approches du rafale A ont douché les espoirs de la marine qui voulait surtout se débarrasser des crusaders dont elle a été le dernier opérateur sur terre. et retirer au US depuis plus 20 ans …

    • Le Glaive dit :

      @ Lejys : Je n’ai jamais évoqué le moindre complot, il faut arrêter d’extrapoler car cela amène à des erreurs fâcheuses… quand je fais allusion à « chut » je parle de ce consensus médiatique et politique généralisé à propos du programme Rafale, à ma connaissance une seule fois un magazine a essayé de présenter l’ensemble du dossier de manière critique, ce fut  » Marianne « ancienne formule, dans un dossier de ses premiers numéros : il a reçu instantanément la promesse qu’il se ferait flinguer, ce brave magazine qui voulait faire de l’investigation.
      Quiconque connaît un peu la société Dassault, sait qu’il s’agit d’un état dans l’état, autonome et avec un mode de fonctionnement totalement opaque, société devant laquelle chaque nouveau chef de l’État doit venir faire sa génuflexion, en général lors du salon du Bourget… il y a un mélange d’intérêt et de dépendance entre le pouvoir politique et cette société, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.. je te tiens, tu me tiens, par la barbichette.. et souvent on se demande qui est l’agent commercial de chez Dassault, si c’est quelqu’un de leur maison ou si c’est seulement le président de la république ou son ministre de la défense.
      C’est un des sujets majeurs concernant le Défense nationale: les liens et la dépendance mutuelle entre les gouvernements de la France et cette société : bien rares sont les journalistes qui sont allés fouiller et qui ont pu fouiller en détail cette relation..

      • Parigot dit :

        @ Le Glaive
        C’est au vu et au su de tout le monde, mais les gens l’ignorent ou s’en foutent.
        https://www.huffingtonpost.fr/entry/sarkozy-debarque-chez-lagardere-les-journalistes-du-groupe-sinquietent_fr_5e5f7a56c5b67ed38b3aefe0

      • Lejys dit :

        Au moins une revue autre a déjà mentionné très ouvertement la problématique du remplacement des Crusaders, et la volonté clairement affiché de la Royale d’acquérir ou louer des F-18. C’était il y a assez longtemps, en 1990 de mémoire, je ne sais plus si c’était un « Air Cosmos » ou un « ça m’intéresse ». Par contre, je me souviens très précisément du commentaire disant que « les arguments opérationnels de la Marine (pour acquérir des F-18) ne pesaient pas bien lourd face aux gesticulations de Dassault »…..pis un autre paragraphe qui expliquant que le président d’alors avait décidé et annoncé qu’aucun avion US n’équiperait nos portes-avions….
        Et j’ai même peut-être encore de vieux AIF FAN qui abordent ce sujet sur le même ton….

        Bref, je remets une pièce, ne croyez pas qu’il y a un omerta aussi puissante que vous le pensez sur le sujet. Les « amateurs et passionnés » le savent tous pour la plupart.

        • Alpha dit :

          @Lejys
          Il était évident et logique que Dassault fasse du lobbying pour empêcher l’acquisition de F-18 à l’époque. Et cette pression mise par l’avionneur se faisait au grand jour, malgré ce que certains tentent d’insinuer…
          De plus, Dassault avait un allié de poids : L’Armée de l’Air était également « vent debout » contre cette idée de la Marine, car cette dernière aurait laissé à l’AdA supporter seule toute une partie du financement du lancement de production du Rafale…
          Ce dernier point est d’ailleurs fort bien expliqué dans le lien fourni par Plusdepognon, mais visiblement, ça n’imprime plus dans un certain cerveau atteint de maladies neurodégénératives …

        • Plusdepognon dit :

          @ Lejys
          Que Dassault fasse pression c’est évident, mais le F-18 avait beaucoup de partisans chez les hauts gradés de la Royale :
          https://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2020/01/gae-f-8e-fn-crusader-renoves-ou-rafale.html

          • philbeau dit :

            La Royale est un monde à part , du moins ses hauts gradés , qui ont un sens suranné de supériorité par rapport aux autres armes . Et ne supportent pas les aviateurs , qui ont une connexion plutôt avec Dassault . En matière d’avions embarqués , ils ont toujours voulu avoir les mêmes que leurs mentors de l’US Navy

        • Le Glaive dit :

          @ Lejys : les amateurs et passionnés le savent, oui, mais le grand public ? tous ceux qui ont contribué à financer ce programme- gouffre qui a plombé la Défense Nationale pendant des années ?
          et puis , ce public conditionné à un point tel que même ici, la moindre remarque sur cette idôle nationale obligatoire, le Rafale, entraîne des volées d’insultes de la part des conchons de payants !

          • Alpha dit :

            @le Glaive
            Tiens question, histoire de voir si vous maîtrisez le sujet.
            Quand vous dites parlant du Rafale : » à financer ce programme- gouffre qui a plombé la Défense Nationale pendant des années ? »
            Développez un peu. Quelles sont les raisons du surcoût du programme Rafale ?
            Vous avez deux heures.

          • Plusdepognon dit :

            @ Alpha
            Dix ans de temporisation d’un État impecunieux ?
            http://www.portail-aviation.com/blog/2013/12/17/le-veritable-prix-du-rafale-par-version/

          • Alpha dit :

            @Le Glaive
            « …des conchons de payants » ?,
            « Cochon » Glaviot, on dit « cochon »…
            Conchon c’est pas pareil, c’était un romancier… 😉

          • Alpha dit :

            @Plusdepognon
            Oui, précisément, un État impécunieux…
            On pourrait aussi parler de l’incurie des politiques…
            Car du coté de la « Team Rafale », le programme a été bien mené en ce qui concerne la R&D, avec rappelons le, un petit dépassement de près de 7 %. Ce n’est qu’après les baisses de commandes voulues par l’État que le coût total du programme c’est envolé à partir de la phase industrialisation/production…
            Un arrêt du programme n’était même pas envisageable : Dassault avait tellement blindé le contrat que les pénalités à lui verser auraient été tout simplement énormes. Un « too big too fail » en somme…

  15. mulshoe dit :

    Je pense que le besoin d’un 2e PA se fait durement sentir .

  16. Le Sicaire dit :

    Qui d’autre que la société Dassault Aviation pour concevoir un avion de « chasse » en France aujourd’hui ?

    Alors évidement, si on est un peu soucieux d’indépendance stratégique et technologique, on prend soin des Dassault, Safran, Thalès et autres…

    Donc on peut reprocher beaucoup de chose à nos politiques et à nos technocrates de Bercy mais force est de constater que concernant le Rafale versus Le F18, ils avaient une vision stratégique sur l’indépendance de la France plus clairvoyante que les amiraux de l’État Major de la Marine de l’époque…

    Mais les époques changes et la clairvoyance aussi… 😉

    • Alpha dit :

      @Le Sicaire
      Vous avez tout compris !
      Mais allez expliquer çà à  » l’ot Vieux C*** « … 🙁

    • John dit :

      Alors oui, la politique s’avère avoir eu raison…
      MAIS comprenez la Marine Nationale qui n’a pas été très gâtée par les avions français avant le Rafale…
      Le Super Etendard faisait le job, mais sans plus. Je pense que ses pilotes ne voulaient pas se retrouver en face d’un ennemi dans les airs.
      Le F-18 est un excellent appareil. La version Hornets fait encore le job, et le Super Hornets sera modernisé en advanced Super Hornets. Les capacités seront probablement similaires aux avions européens type Rafale et Gripen E.
      Bref, oui le Rafale est aujourd’hui bien en avance technologiquement sur le Super Hornets en service. Mais malgré tout, le projet Rafale était TRES ambitieux. Et pour l’aéronavale, je comprends que le Super Hornets était attractif. Peu de risque car évolution d’un avion existant, avion ayant fait ses preuves et déjà multi-rôle, alors que pour le Rafale il fallait attendre pour les capacités air sol.
      De l’autre, Dassault qui fait de bons avions certes. Mais un avion qui a 2 versions (Marine et Armée de l’air), produite à faible quantité pour la Marine, et ayant le potentiel d’exploser les budgets à cause de ses capacités inédites et donc le risque qu’un budget limité ne grêve ses capacités…

      Bref, en faisant l’analyse des risques et opportunités, la Marine Nationale a probablement dû préférer de bonnes capacités et sûres, qu’un avion produit qu’à peu d’exemplaires sans possibilité d’export (le Rafale Marine n’avait pas ou d’opportunité d’export à ce moment, et aujourd’hui aussi il me semble).

      • John dit :

        Ce que je veux dire, c’est que les doutes de la Marine Nationale étaient légitimes, compréhensibles… Et tant mieux que la Marine a eu tort.
        C’est bon pour Dassault, l’armée de l’air et la Marine.

        Et en plus de tout ça, je pense qu’un élément qui a fait pencher la balance vers le Super Hornets, c’est la diversité de l’approvisionnement, et des capacités opérationnelles.
        Une flotte unique pour les forces armées (ce qui était le projet initial et qui devrait arriver à un moment ou un autre), c’est un risque en cas de problèmes liés à la sécurité, ce qui laisserait un trou capacitaire.
        Avoir des avions de chasse différents est un avantage de redondance dans toutes forces armées.

        Et pour ma part, c’est en ça que l’erreur de ne pas avoir voté pour l’achat d’un avion de chasse avec le Gripen a été une énorme erreur.
        L’aviation faite de deux appareils apporte une sécurité, des capacités plus adaptées à certains scénarios, mais aussi la possibilité de renouveler une flotte tous les 20 ans et de se maintenir à jour de cette manière.
        Le Royaume Uni est dans ce cas, et aura une flotte des plus modernes à terme, et des plus complètes en termes de capacités (en excluant les Super Puissances).

        Tout ça pour dire que l’opinion de la Marine n’était pas à l’encontre de Dassault je pense. Ils ont voulu considérer le meilleur intérêt de leurs capacités opérationnelles.
        Et vous savez bien sur ce site que les militaires préfèrent avoir qqch qui fonctionne bien même si il est étranger qu’un mauvais matériel français.
        Et je le répète, tant mieux, et félicitations à Dassault, Safran et Thalès pour avoir démontré que la Marine avait tort.