Outre-Mer : Une étude plaide pour un renforcement des forces françaises de présence et de souveraineté

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

94 contributions

  1. PK dit :

    Encore une étude pour affirmer ce que le bon sens nous dit déjà depuis belle lurette !

  2. Titeuf dit :

    Une idée qui pourrait plaire à bercy,
    Vu que la 1ère arme d’un navire français c’est son drapeau, ben une trentaine de bouée avec un drapeau qui flotte au vent disposer sur nos eaux territoriales voilà qui devrait faire peur… Et pour pas chère qui plus est….

    • Thaurac dit :

      Des balises sous-marines par contre seraient bien utiles contre navires et sous marins et y compris contre la pêche illicite entre autres.

  3. Baille au net dit :

    Ne faut-il donc pas croire que le principal système de Combat des POM doit être… leur Pavillon ?

  4. Tintouin dit :

    Ah ben zut alors ! Moi qui avais cru notre amiral en chef Prazuck, quand il avait dit que le premier système d’arme d’un bateau de la Royale, c’était son pavillon tricolore…
    Ainsi, cela ne suffit plus pour faire la guerre ? 😉

    • tschok dit :

      D’un autre côté, faire la guerre avec un POM…

      C’est la limite de l’exercice: beaucoup regrettent que ce type de navires soient peu armés. Mais s’ils étaient mieux armés, on serait tenté de les considérer comme des navires de combat, ce qu’ils ne sont pas vraiment.

      L’IFRI préconise que les POM disposent:
      – d’un canon de 20 mm
      – d’un poste de tir Mistral ou similaire
      – de sonar pour la lutte ASM
      – de plus de capteurs surface/surface et air
      – de meilleurs moyens de communication

      De vraies petites frégates, en somme. Avec un système de combat à l’avenant.

      Mais, sincèrement, vous mettriez un équipement de frégate sur des navires de patrouille dérivés de navires civils?

      Tant qu’à faire des navires de guerre, autant en faire des vrais, non? Des navires prévus pour la castagne, quoi.

      Mais, je manque peut-être d’imagination: après tout, les groupes terros en tout genre montent une 14,5 chinoise ou russe sur un pick up japonais et ça fait une bonne automitrailleuse. Alors on pourrait se dire qu’il n’est pas idiot d’en faire autant sur des navires de travail qui sont optimisés pour un usage militaire de patrouille et d’action de l’Etat en mer.

      Si, après tout, il y a de la menace qui le justifie. Mais c’est ça qu’il faut déterminer: quelle menace mettre en face?

  5. Plusdepognon dit :

    L’histoire toujours aide à la compréhension, mais une petite carte ne nuit pas :
    https://theatrum-belli.com/lavenir-de-la-strategie-francaise-de-presence-et-de-souverainete/

    On en avait parlé avec Socarenam et les gendarmes, mais il y a en plus de la Royale des bâtiments pour les douanes et les affaires maritimes :
    http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2019/12/une-serie-de-patrouilleurs-cotiers.html

    On saura réellement la vérité des prix en 2021, comme pour beaucoup de choses, à un an de la présidentielle (bizarre, vous avez dit bizarre…) :
    http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2020/01/marine-nationale-relevement-de-la-trame.html

  6. Lucien dit :

    Et ce rapport, comme les précédents qui alertaient déjà de la situation préoccupante des nos forces en outre-mer et à l’étranger, ne sera pas considéré ni suivi d’effet par une classe politique qui ne souhaite qu’une chose : la PMA pour toutes !

    Ok, j’exagère sur la fin. Plus sérieusement, ce rapport ne sera pas pris en compte, l’armée verra peu ou pas de changement et notre ZEE continuera à être pillée. Jusqu’à ce que la situation soit ni mauvaise qu’on osera nous demander d’accepter de partager la souveraineté de l’outre-mer avec le reste de l’UE afin de faire mal à plusieurs ce qu’on n’a pas voulu faire soit-même à force de saborder ce qui fonctionne. C’est la même logique qui a cherché à détruire le système public : des années de mal gérance consciente pour nous imposer après des solutions inacceptables (l’action du secteur privé dans un cas et l’ouverture à la concurrence, la vassalisation à l’UE dans l’autre).

    • lym dit :

      L’exagération vient d’en haut… Un peu comme un premier sinistre qui passe en force par surprise un samedi sur les retraites, juste au moment ou l’on annonce également interdire les rassemblements de plus de 5000 personnes pour cause de No-Corones-Virus, qui occupe les médias: Pratique pour interdire les manifs.
      C’est clair la PMA, qui n’a dans ce cadre rien de médical et va plomber financièrement un peu plus la sécu au passage (ce qui était l’exception pour les couples hétéro va devenir la règle pour les couples homos femmes, en attendant d’autoriser les mères porteuses pour les hommes, tant qu’on y est?), c’est pas vraiment la priorité du pays. D’autant plus que c’est là encore un problème de cohérence à l’envers: Quand on a une sexualité qui par nature interdit d’avoir des enfants, on l’assume aussi de ce point de vue.
      Mais bon, tout en haut Macron n’assume pas avoir plus cherché une mère qu’une femme en épousant sa prof de français non plus. Amour mon c..: Tous les types que j’ai pu connaître qui se sont fait foutre le grappin par une nana 30 ans plus âgée avaient de gros problèmes psy.

      • petitjean dit :

        @lym
        ajoutons que Macron et Merkel n’ont pas de descendance !!
        le profil psychologique de ces personnes est plus……. qu’inquiétant !!
        « l’avenir, rien à foutre, j’applique le plan ! »………………

      • Albatros dit :

        Macron cache son homosexualité avec une vieille..
        S il avait assumé cette homosexualité il n aurait jamais pu être élu des français

        • Tintouin dit :

          Pour être aussi affirmatif , vous êtes soit un très bon psy (c’est rare), ou soit très bien informé (DGSI…?).

    • Fred dit :

      Ben faudrait savoir les gars : d’un côté vous réclamez à cor et a cri plus de chair à canon, et de l’autre vous êtes contre la PMA qui permettrait d’en produire un peu plus …

      Ah, faudrait pas toucher aux prérogatives de Monsieur Dieu (qui pourtant, d’après mes informations n’a pas abordé la question avec Monsieur Moïse) ; mais alors faut être conséquent et protester aussi contre l’usage de l’aspirine, des forceps, de la chimiothérapie … etc.

      • Lucien dit :

        Ce n’est pas l’emploi de la technique de la PMA qui me gêne, c’est à qui elle est proposée qui dérange. Permettre à des couples hétérosexuels d’avoir des enfants par PMA ne me choque pas, la médecine et la science sont destinées à compenser les « faiblesses » humaines (ici, la stérilité). Mais qu’on permette à des personnes seules ou à des lesbiennes d’avoir des enfants, c’est une question morale sur la parenté. Rejeter cette soi-disant « PMA pour toutes » n’est pas un rejet de la Science, c’est un rejet de la réification et de la marchandisation du corps humain.

        • Fred dit :

          @ Lucien
          Quelle morale ?
          Ok de parler de marchandisation du corps humain pour la GPA [et donc je suis contre], pas pour la PMA.

          • Lucien dit :

            Je suis favorable à la PMA pour les couples hétérosexuels (cela se pratique depuis des années). Je suis défavorable à l’idée que les homosexuels élèvent des enfants adoptés ou conçus par PMA (à l’aide d’un gamète obtenu par un donneur tiers). Un enfant n’est pas un droit. Les pères, c’est utile, nous ne servons pas qu’à fournir un spermatozoïde.

            Ce n’est pas parce qu’une action est réalisable qu’elle doit être réalisée. C’est là où la morale intervient, pour définir la société dans laquelle nous voulons vivre. C’est cette morale qui définit le pourquoi des lois que nous votons. Il y a toujours eu des enfants orphelins d’un ou des deux parents. C’est la vie, avoir grandi sans un parent n’est jamais facile. Utiliser la science pour créer de facto cette situation, c’est créer sciemment des enfants qui auront du mal à répondre à la question de leur propre identité. Sans compter la situation encore plus kafkaïenne de « trois parents », car au final, ça finit forcément à en arriver là.

      • Ulrich dit :

        « mais alors faut être conséquent et protester aussi contre l’usage de l’aspirine, des forceps, de la chimiothérapie »
        Juste pour comprendre : quel rapport avec la PMA ?

        • Fred dit :

          @ Ulrich
          Ce sont des pratiques médicales, au même titre que la PMA.

          • Ulrich dit :

            Bonjour Fred.
            Ce ne sont pas des pratiques médicales. La médecine vise en effet à prévenir, guérir ou soulager des maladies, blessures ou infirmités (cf Larousse).
            La PMA (« pour toutes ») concernant des lesbiennes n’est donc pas là pour régler un problème d’infertilité (en tout cas, ce n’est clairement pas la revendication) mais pour faire assumer par la société un choix de vie… Donc ce n’est pas une « pratique médicale » (je vous laisse appeler cela comme ça vous chante) et ça n’a donc rien à voir avec « l’usage de l’aspirine, des forceps, de la chimiothérapie … etc ».

  7. dolgan dit :

    Comme base,a l’étranger,ils ont quoi les russes?
    .
    Bielorussie. Kazakstan, Kirgizstan et tadjikistan. La Syrie of course. Kaliningrad et Crimée. Et c’est tout non?
    .
    Ils ont aussi des troupes d’occupation en Moldavie, Ukraine et Géorgie.

    • Fralipolipi dit :

      Les russes en armes en Moldavie sont-ils soldats de l’armée russe ou bien des proxies ?

      • dolgan dit :

        Des vrais soldats russes.
        .
        Et une armée locale censée compter 4500 à 7500 hommes.

      • ji_louis dit :

        Une armée régulière complète. C’est grâce ou à cause de sa présence là lors de l’indépendance du pays que la Moldavie est obligée de tolérer une région séparatiste pro-russe.

    • précision dit :

      Arménie surtout. Certains compterons abkhazie&ossétie comme géorgiennes effectivement. Mais pas de présence « officielle » en Ukraine hors Crimée.
      C’est sûr que pour projeter sur la durée des navires ou les avions dans des régions lointaines, ils n’ont rien.
      Il faut dire qu’ils ont de la peine à entretenir leurs navires, et leurs avions de patrouille maritime ont vieilli (bref, on a beau parler de déni d’accès pour les avions, pas sûr que les russes aient actuellement les moyens de défendre les approches de leurs propres bases du Nord et du Pacifique des Jolly Roger américains. La difficulté à projeter leur flotte est une constante de l’histoire/géo russe…).
      Donc je confirme, à pars leurs voisins d’ex-URSS ils n’ont pas beaucoup d’emprises distantes à protéger ou exploiter. Par contre ils compensent un peu par le nombre de déploiements de navires, les mercenaires, et des capacités logistiques (il76…) qui font qu’ils ont peut être moins besoin de prépositionner des forces.

    • Aito dit :

      Arménie

    • Anthonyl dit :

      Kaliningrad n’est pas une base extérieure russe puisque ce territoire est russe de même que Sébastopol.

    • Fred dit :

      Rossia Segodnia un peu partout dans le monde :o)

  8. Twisted dit :

    Du côté de la Marine, le programme European Patrol Corvette se veut dans la lignée des Gowind, donc avec des capacité anti-aériennes, anti-sous marine et anti-surface accrue, avec les équipements aériens et de déploiement de force habituels. On envisage d’en commander seulement 6, mais le renouvellement des Lafayette (finalement pas assuré par les FDI) pourra voir leur nombre augmenter. Avec 10 corvettes bien équipées, la Marine pourrait en déployer la majorité en Outre-Mer et dans ses bases étrangères pour disposer d’une présence permanente et économiser le potentiel des frégates de premier rang.
    Pour l’Armée de l’Air, le plus problématique est de définir ses missions. Aujourd’hui sa mission principal est logistique et humanitaire. Pas de radars, pas d’avions de chasse, pas de drones et peu de capacités de surveillance (hormis celles de la Marine). Le déploiement de radars de surveillance serait quand même un minimum.
    L’Armée de Terre est dans une situation similaire mais moins problématique : la quasi totalité de nos territoires d’Outre Mer ne peuvent endurer une guerre de haute intensité terrestre, pour raisons géographiques (iles, jungle, montagnes etc.). Des troupes légères type para ou commandos (donc facilement déployables) équipées de mortiers, missiles légers et roquettes devrait être suffisant. Le principal risque vient du ciel et de la mer, à défaut de disposer de capacités anti-navire depuis la terre et d’artillerie anti-missile et anti-aérienne.
    M’est avis qu’il va falloir surveiller les mouvements indépendantistes en Nouvelle-Calédonie…

  9. philbeau dit :

    IFRI : think tank de référence mondiale . Soit . L’Ifri a donc parlé , et a dit : les forces françaises de souveraineté outre-mer sont très sous-dimensionnées , en particulier la marine , la France se targuant d’être la 2è puissance maritime au monde . Quelle surprise …
    A longueur de forum , ici même et ailleurs , les simples observateurs que nous sommes tous pour la plupart se désolent depuis des lustres de cette situation , d’une évidence criante . On ne va pas recommencer à faire le procès des gouvernements successifs , mais on aimerait savoir quelle est l’utilité des bureaux ministériels ? On se rappelle une déclaration d’un certain Chef d’état-major de la marine selon lequel l’arme principal d’un bâtiment outre-mer , c’est son pavillon….

    • Albatros dit :

      C’est Bercy qui dirige ce pays avec une flopée d’énarques inutiles en surnombre (la Cour des comptes elle même composée de ces énarchistes ne s’en offusque pas bizarre…) à notre grande consternation.
      Vous avez raison nous devrions investir beaucoup plus en achat de coques modernes. Relance partielle de notre industrie de grosses boîtes et de beaucoup de PME. Vu que les saoudiens nous snober (MBS n’a pas digéré les leçons de morale devant caméras de MACRON LA GAFFE qui a fait le même coup à AL SISSI d’ailleurs =) perte de deux sérieux clients pour la France. Ce Macron en bon énarchiste est une catastrophe pour le pays

  10. dolgan dit :

    166pages, j’ai bien sur pas encore tout lu.
    .
    Mais j’ai l’impression que le ton de l’IFRI est moins alarmiste.
    .
    Pour l’armée de terre (page 158), ils parlent d’un «  »sous-dimensionnement relatif –auquel échappent les FFEAU et, jusqu’à un certain point, les FFDj et les FFCI –est évidemment problématique pour des scénarios de crises ou de conflits où les forces prépositionnées se verraient employées comme un échelon «d’entrée en premier» » »
    .
    En fait le gros problème souligné dans le rapport c’est que nos partenaires locaux (australiens en particulier) montent en puissance. Et que du coup, pour les entrainements communs, si on arrive avec du vieux matos et des moyens limités ça perd grandement de son intérêt.

  11. Fralipolipi dit :

    Mettons l’ANL ou le MMP à bord des POM … en plus du Narwhal, of course,
    … et si nous sommes ambitieux, remplaçons le Narwhal par le 40mm RapidFire de Thalès.
    .
    Equipons aussi de ce même MMP les détachements Armée de Terre de ces mêmes secteurs français d’Outre-Mer.
    .
    Un A400M dans le Pacifique (à Papeete ou Nouméa), oui ce serait bien (eu égard aux distances).
    Pour Antilles, et océan Indien, peut-être que le C130 Hercules serait déjà bien (?)… et plus adapté à Europa, Juan de Nova, …
    .
    Côté hélicos NH90 ou Caracal, il en faut partout, à commencer par le Guyane.
    .
    Sinon pourquoi pas aussi une version Patmar de l’hydravion japonais US-2, gréé comme un patrouilleur volant polyvalent (avec embarcation type Ecume à bord).
    https://fr.wikipedia.org/wiki/ShinMaywa_US-2
    … d’autant qu’avec réchauffement climatique et autres cyclones qui vont avec, pas sûr que toutes les pistes en dur restent praticables tout le temps sur les atolls et îles basses.

    • ULYSSE dit :

      Il faut arrêter avec cette bêtise des A 400M basés outre mer. Pourquoi faire ?
      En toutes hypothèses, Les A 400M peuvent être déployés depuis la métropole vers la Réunion ou les Antilles/ Guyane, à la demande, sans difficulté.
      Plus difficile vers la Pacifique. Mais leur utilité est totalement absente.
      Quant à la maintenance sur place, elle serait extraordinairement coûteuse.

      • 10RC dit :

        Dans le Pacifique, il me semble qu’il vaut mieux disposer de 2 ou 3 Casa que d’un A400M…

        • TINA2009 dit :

          Des CASA 295 ??? Encore une micro flotte supplménetaire.
          Pas de C130J? Je préfèrerai que l’on accroisse , en programme urgent , le parc des C130… Les C130H sont maintenant dans la pleine fleur de l’âge –> Donc , autant anticiper !

          • TINA2009 dit :

            Pour ma part, il faut 4 type d’avions, compte tenu de la typicité de nos implantations et de leur éloignements, d’une part; de la préservation de l’ensemble des missions et tâches réalisées au 03/03/2020 par le parc actuel , d’autre part; la remontée en puissance pour recouvrer des engagements et des missions qui ont été abandonnées , progressivement, depuis les années 90.

            – le 1er : concernant le parc de notre Ada et MARINE NATIONALE, il faut remplacer, nombre pour nombre, nos FALCON 10, 50 SURMAR, FALCON 900, et FALCON 7X ( malgré son jeune âge) par le FALCON 8X comme base. Les caractéristiques de cet avion permettent d’optimiser nos coûts et de planifier très aisément les missions.
            PS : Sont exclus les GARDIAN 200 , remplacés par des FALCON ALBATROS déjà commandés … Malheureusement.
            – le 2ème: Les CASA 295/235 ne m’apparaissent pas la plateforme idéale ( malgré leurs présences).
            Il nous manque des C130J, mais sur plusieurs théatres, il ne m’apparaît pas comme la plateforme idéale.
            L’US2 SHINMAYWA constitue la meilleure plateforme : autonomie, capacité d’emport, configuration. Il est parfaitement adapté à l’ensemble des zones d’implantation ou nous sommes présent. Et industriellement comme en terme de résilience , il y a un très bon coup à jouer, avec une implantation en métropole.
            -3 ème : Il nous faut un parc urgent et conséquent de DHC TWIN OTTER 400 en version terrestre et maritime.
            – 4ème : Remplacer Notre unique A310-314 par un accroissement du parc de MRTT de …2 exemplaires ( initialement, nous disposions de 2 A310.. Et l’un a du être « débarquer’ …merci de me confirmer ou infirmer sur ce point).

      • Fralipolipi dit :

        @Ulysse
        Et il faut arrêter de lire ce que vous avez envie de lire ou de comprendre … surtout lorsque c’est autre chose qui est écrit !
        Je ne préconise pas de baser un A400M partout Outre-Mer (c’est vous qui évoquez Réunion, Antilles et Guyane, et pas moi), … mais seulement au Pacifique (Papeete ou Nouméa au choix).
        Pourtant, j’écris bien que pour la zone Réunion-Mayotte, le Hercules serait bien suffisant (en remplacement du Transall … à condition qu’il puisse aussi se poser sur des pistes comme celles de Juan de Nova ou Europa).
        Par extension donc => « pas besoin » d’A400M aux Antilles ou en Guyane. L’A400M pouvant alors se rendre sur place assez vite, comme vous l’écrivez.
        .
        Mais pour la zone Pacifique, c’est particulier.
        D’ailleurs, n’écrivez vous pas vous-même un peu plus bas :  » L’outre mer français n’est pas homogène. Les enjeux et menaces en Polynésie française et à Saint Pierre et Miquelon, à titre d’exemple ,ne sont pas les mêmes et avoir, à leur endroit, une analyse qui leur est commune a peu de sens. »
        .
        Et là vous avez raison.
        Du coup, en généralisant ce coup là, vous vous contredisez vous-mêmes.
        .
        Car précisément, Papeete et Nouméa sont respectivement à 15.700 et 16.700 kms de Paris !..
        Même pour notre A400M c’est trop loin pour une mise en oeuvre rapide … notre bel A400M (chargé) devrait faire « au moins » 3 escales pour rallier la zone (si ce n’est pas 4) … et 3 ou 4 escales en cas d’urgence (ou de guerre), c’est juste trop.
        … Et les presque 600.000 Français qui vivent au milieu du Pacifique méritent tout autant que les métropolitains un minimum de célérité de service de l’Etat, même en cas d’urgence.
        .
        Vous préconisez quoi à la place ?
        Le CasaC295 ? la belle affaire, il a déjà de la peine à rallier les Marquises depuis Papeete avec qques petites tonnes de fret en soute.
        L’Hercules C130 ? Il ne peut pas rallier Wallis & Futuna depuis Papeete (ou tout juste) … et ne parlons pas de Nouméa, distante de 4.600 kms de Papeete.
        Vous voudriez réquisitionner les ATR d’Air-Tahiti ?.. Pas très adapté ni très sérieux.
        .
        Non, il n’y a que l’A400M a même d’assurer un soutien logistique décent inter zone pour l’Outre-Mer en Pacifique.
        Que cela coûte cher, oui sans doute.
        Après, le sujet de l’article n’est pas de dire que nous en faisons trop depuis des décades … mais plutôt pas assez.
        Et le sujet connu de tous ici n’est pas de dire que le monde de demain sera plus paisible que celui d’hier ou d’aujourd’hui, mais plutôt à l’inverse beaucoup plus critique pour des raisons aux inerties implacables : climatologiques & démographiques.
        .
        Bref, votre propos mériteraient d’être modulé.

        • WaterBoy dit :

          La polynésie c’est 300 000 habitants, pas 600 000. Cela fait 0.5% de la population française.

          Au prorata, cela ferait donc 0.5% des aéronefs de l’armée de l’aie, soit… 4 avions. C’est pas Byzance, hein.

          • Fralipolipi dit :

            @Waterboy
            Non, il y a bien 600.000 Français vivant dans le Pacifique : 275.000 en NC + 255.000 en Polynésie + un peu plus de 10.000 à W&F.
            Et l’usage là-bas de l’A400M que j’évoque serait clairement pour toute la zone : de Nouméa à Papeete (voire au delà à l’Est = comme les Gambiers, ou au Nord, comme les Marquises).
            .
            … En cas de gros pépin en NC (type gros cyclone), une 1ère aide très rapide peut venir de Tahiti via A400M, et inversement (aucun autre avion de notre flotte n’est capable de faire cela …
            .
            Et oubliez l’A330 MRTT … en cas de cyclone, rien ne garantit l’état de la seule piste de Nouméa ou de Papeete seules capables de les accueillir en temps normal …
            Un avion sachant atterrir court et sur du sommaire est alors la seule option => c’est là le portrait robot de l’A400M, pile adapté à ce théâtre océanique si large, et si éloigné de la métropole.

      • TINA2009 dit :

        +10000!

        L’A400M est un échec technique tout autant qu’un goufre financier : tout le parc en métropole : Au moins, le coût de MCO augmentera moins rapidement que si l’on commençait à déployer un avion dans chacune de nos implantations.

    • dolgan dit :

      Les postes de tir des mitrailleuses sur les navires FR sont/seront adaptés au MMP. Le MMP est présent dans l’équipement de base des troupes potentiellement embarquées. Autrement dit, à courte échéance, quasi tout navire de la marine nationale pourra être doté de poste de tir MMP si on le juge nécessaire. Et même si on ne le juge pas nécessaire, le matos et les compétences seront souvent à bord .

  12. Daniel 1945 dit :

    Si c’est pour jouer au douanier, ça fait cher le kilo de drogue saisi !

  13. radionucléide dit :

    la solution pour le gouvernement c’est d’offrir gracieusement nos iles
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20191118-madagascar-france-iles-eparses-reunion-delegations-commission-mixte

  14. demieuxenmieux dit :

    L’armement des POM est absolument insuffisant et les dernières leçons des conflits n’ont pas été retenues. Les pommes succèdent aux P400 dans leurs missions de patrouille dans nos ZEE, lutte contre les traffics en tous genres, recherches et sauvetage en mer, piraterie et police des pêches etc…
    Il y a 15 ans on n’imaginait pas les emplois de drones d’observations, et de drones maritimes de bateaux suicide,. Alors dans 15 ans , ce sera comment ? Concevoir aujourd’hui des unités, mêmes petites qui ne sauraient pas résister à de telles attaques est une hérésie.
    Les drones existent et je vois bien un jour prochain des flottilles de pêcheurs agressives, ou des terroristes envoyer un bateau suicide contre un POM et ses petits bras. Je pense particulièrement à l’océan indien et au pacifique. La lutte va être de plus en plus ardue et ceux que nous aurons en face de nous seront les chinois, qui ne reculeront devant rien comme ils le font déjà en mer de chine. Ils pourront instrumenter des pays de la région comme ils l’ont déjà fait à Djibouti et ailleurs en Afrique. A quand une base navale chinoise à Madagascar ou Maputo, et les milices maritimes chinoises qui utilisent la force juste en dessous du seuil de conflit, dans nos ZEE ? Pourquoi pas un front de libération de Tromelin Mauricien discrètement armé par la chine n’essaierait-il pas de faire pression en projetant quelques drones armés sur nos pauvres POM ( du coup ce serait nous les pauvres pommes !)
    Dans l’océan Pacifique , Y aura-t-il une base chinoise au Vanuatu ?
    Il nous faut de vraies forces anti-accès.

    Et si, nécessité faisant loi, nos POM étaient envoyés récupérer des ressortissants dans la zone du canal du mozambique ou de la péninsule arabique, à quoi devraient -ils faire face ?
    Donc, comme le dit un rapport récent de l’IFRI, un canon de 40 (et pas de 20 trop faible) , un affut de MISTRAL (ou au moins le support et tout le cablage préinstallé), voire la préinstallation pour un sonar remorqué … me paraissent le minimum.
    Nous sommes mal partis.
    Mais bon, ce n’est que mon avis.

  15. Raymond75 dit :

    Ha ben ça c’est pas bête ; heureusement qu’il y a des gens instruits qui sont payés pour penser à notre place 🙂

  16. Chimère dit :

    Enfin !! depuis le temps !!! Un renfort de toutes les capacités est urgent, car nos îles et en particulier notre zee ,sont alléchantes.

  17. Thaurac dit :

    Pourtant on a de quoi avec la réunion et mayotte plus au nord djibouti pour couvrir l’océan indien , idem pour une partie du pacifique avec nouméea et nos iles polynésiennes, de sacrés porte avions.

    • Alain d dit :

      @Thaurac
      Exact !
      Les principaux pré-positionnement des armées françaises sont à l’étranger, Djibouti, EAU et Cote d’Ivoire, mais pas dans nos Iles. Faute grave, puisque que la meilleure efficacité, le meilleur moyen de scruter ce qui se passe dans celles-ci, de contre-influer, de lutter contre l’hybride, et de porter assistance rapidement à nos iles, ne serait-ce que dans le domaine civil, implique une plus importante présence sur place de nos forces, avec des moyens de projection et de surveillance accrus.
      La menace nucléaire n’est pas la solution dans une guerre d’influence larvée, difficilement quantifiable et par nature difficilement démontrable sur un plan légal.
      Que faire si un Etat retourne, avec des moyens hybrides, une population française contre les intérêts de la France ?
      La meilleure dissuasion est donc d’être sur place, et de booster économiquement et diplomatiquement ces iles afin qu’elles soient moins indépendantes des investissements et dons étrangers, donc des influences étrangères.
      IE: Intelligence Economique.

  18. Anthonyl dit :

    Beaucoup de bruit pour pas grand chose puisque l’essentiel des faiblesses constatées pourrait être compensé par l’entrée en service d’une classe de frégate de supériorité régionale en lieu en place des Floréal et d’hélicoptères embarqués plus « guerriers ».
    Le plus inquiétant à mon sens ce serait l’incapacité dans la plupart de nos territoire d’outre mer, à soutenir un éventuelle force expéditionnaire constituée d’un groupe aéronaval et d’un autre amphibie. Nos infrastructures portuaires sont beaucoup trop faibles et nous ne disposons pas d’une flotte logistique suffisante.

  19. MAS 36 dit :

    Hélas, pour une fois d’accord avec tous les commentaires déjà exprimés. Toujours trop peu, toujours trop tard, toujours une guerre de retard.

    Si une cinquantaine de bateaux de pêche chinois (accompagnés de 2 frégates ) pillent nos eaux économiques au large d’une île polynésienne et repartent les cales pleines, à quoi nous servira notre dissuasion nucléaire ? Qui interviendra, à combien, avec quoi, si jamais le renseignement nous parvient.

    L’ analyse est bonne tout est dit, mais les habitués de ce site connaissaient la situation depuis plusieurs années. Le roi (ou la République) est nu mais nos responsable s n’ont pas de vision stratégiques à long terme, contrairement aux chinois et autres orientaux.

  20. Themistocles dit :

    Un avion de patrouille maritime pour 5 théâtres outre-mer, cela veut dire, si on ajoute les besoins en métropole, une flotte de 18 a 24 avions et au bas mot 24 a 30 équipages, soit plus du double de ce dont nous disposons (13 avions et 15 équipages au mieux). Pas sûr que ce soit dans nos prix….

    • Anthonyl dit :

      1 avion dispo ce qui signifie pour les initiés deux voire trois en parc, ca fait donc 10 à 15 pour l’outre mer. Ce qu’il faut rappeler c’est que pour la Surmar la Marine s’est souvent appuyée sur les moyens existant au sein des autres armées ou administrations. Beachcraft des douanes aux Antilles, Casa de l’armée de l’air sur les autres théâtres, plus le fameux système spacionav.

  21. jojo dit :

    ce qu’il dise debout je l’aurai dit assis. pas besoin d’être grand clerc, et d’avoir fait de grande études pour s’en apercevoir.

  22. Pascal (l'autre) dit :

    Nous avons la deuxième plus grande zone maritime u monde derrière les U.S. et devant l’Australie. Nous devons les protéger tant pour les ressources halieutiques* que pour les ressources essentiellement minérales. (nodules polymétalliques en particulier). Ressources qui aiguisent bien des appétits d’où de régulières « attaques » à l’ O.N.U. sur notre soi disant « empire colonial »
    * Combien de chalutiers (surtout chinois) dans nos eaux du Pacifique sud!

    • ULYSSE dit :

      @Pascal. Peu, très peu. ils son nombreux autour de la ZEE mais s’aventurent rarement dans nos eaux. LAe premier moyen de détection sont fournis par les données satellitaires (AIS notamment). Le travail des ONG est égalemnt très intéressant (https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/developpement-durable/le-suivi-des-navires-de-peche-par-satellite) D’ailleurs la ZEE polynésienne est une zone halieutique pauvre, contrairement à ce que beaucoup pensent.
      Ils n’empêche que la menace existe. Compte tenu des surfaces à surveiller les moyens aériens et notamment les drones apparaissent comme l’outil le plus approprié. Et ici il y a des progrès à faire mais l’amiral Prazuk en est conscient semble-il. Quelques « Patroller » qui n’ont rien à faire chez les artilleurs, seraient particulièrement utiles en Guyane (lutte contre les orpailleurs illégaux), aux Antilles (lutte contre le trafic de drogue) en NC (lutte contre la pêche illégale des bateaux bleux viets) et en Polynésie française (surveillance de la zone de pêche nord Marquises)

      • Fralipolipi dit :

        @Ulysse
        « D’ailleurs la ZEE polynésienne est une zone halieutique pauvre, contrairement à ce que beaucoup pensent. »
        … C’est assez faux.
        Ce qui intéresse principalement la flotte de bateaux de pêche hauturiers chinois dans cette zone du Pacifique c’est la pêche aux thonidés … dont les eaux du Pacifique (et notamment notre ZEE de Polynésie) regorgent, tout au contraire de ce que vous avancez.
        .
        Mais le fait est que les zones de migrations de ces mêmes thonidés sont très larges et dépassent nettement notre ZEE de Polynésie.
        En fait le flux migratoire de ces beaux poissons traverse notre ZEE du Nord-Ouest vers l’Est-Sud-Est.
        Du coup, il suffit aux flottes de pêcheurs chinois de se positionner à chaque extrême de ce flux, juste à l’extérieur de notre ZEE.
        Et c’est très clairement ce qu’ils font.
        D’ailleurs, il y a tout un grabuge sur les thons chinois qui sont débarqués à Papeete (car les ports bases de pêcheurs chinois aux Fidji ou Tonga sont déjà épisodiquement …. « saturés »).
        Dans cette histoire à Papeete, il est toujours expliqué que les bateaux chinois pêchent en dehors de notre ZEE.
        A Papeete, ils ne font que vider leurs cales (conservation chaine du froid) … et ravitailler pour repartir pêcher aux frontières de notre ZEE …
        .
        La carte suivante permet tout de même de percevoir que la surpêche est intense … et que la protection de nos ZEE, même si elles ne sont pas inutiles (très loin de là), ne peuvent pas pleinement protéger les espèces qui migrent.
        Pour être plus efficace, la communauté internationale devrait aussi aider les petits Etats du Pacifique.
        Puis nous devrions développer les partenariats-opérations de protection communes et coordonnées,
        ce qui ne peut être fait que si nous avons des moyens suffisants aussi de notre côté en Polynésie, à Wallis ou en NC, … ce qui n’est pas le cas à ce jour.
        .
        hhttps://caledosphere.com/2017/11/07/peche-chinoise-etats-independants-pacifique-se-piller-leurs-ressources

        • ULYSSE dit :

          Je persiste s agissant de la pauvreté halieutique relative de la zee polynésienne ayant eu a connaître le sujet. Voir les études de l IRD ex orstom .pour le reste , je suis entièrement d accord.

      • frederic dit :

        les chalutiers chinois desactivent systematiquement l’AIS.

  23. ULYSSE dit :

    Pas lu le rapport mais ce qui en est dit oublie un fait majeur: L’outre mer français n’est pas homogène. Les enjeux et menaces en Polynésie française et à Saint Pierre et Miquelon, à titre d’exemple ,ne sont pas les mêmes et avoir, à leur endroit, une analyse qui leur est commune a peu de sens.
    la surveillance/protection du canal du Mozambique est vraisemblablement plus sensible, que la surveillance /protection de l’espace polynésien. les moyens à leur consacrer sont sans commune mesure.
    Equiper, par exmple les bases de Polynésie française de missiles sol-air servirait à quoi quand les pays le plus proches, qui sont des pays amis, sont à plus de 5500kms.
    Les Antilles situées dans l’espace de protection Us n’ont n’en n’ont pas d’avantage l’utilité.
    L’ affectation d’un A 400M par espace géographique prête à sourire, quand le propre d’un avion de cette taille est sa capacité à se déplacer sur de longue distances, sans évoquer le coût exorbitant qu’entraînerait son maintien sur place. Des C295 suffiraient largement.
    les exemples d’incohérence des propos rapportés pourraient être poursuivis sans fin.
    En revanche, ‘l’étendue de l’outre mer français milite en faveur d’une dotation plus importante en SNA, qui est l’arme d’interdiction absolue face à des menaces hybrides, d’avions de surveillance type Falcon , éventuellement équipés de missiles air-mer, et de drones aériens.
    le maintien sur place de forces d’intervention terrestres en nombre suffisant est indispensable , comme les moyens de les transporter par mer, qui font cruellement défaut actuellement, avec la disparition des BATRAL, dont le remplacement n’est pas prévu. Des navires du type LSPV 90 de KERSHIP seraient beaucoup plus utiles que des A 400M.
    ..

    • Anthonyl dit :

      Entièrement d’accord avec vous… combien couterait une série de 4 EDIC pour nos espaces insulaires. C’est un programme à 50 millions d’euros peut être moins.
      Question : à quoi servirait des blindés en zone forestière ou insulaire (peu de routes). A mon sens il est clair que l’outremer se prête mieux à la mise en oeuvre de forces légères, très mobiles et très bien dotées en armement portatif.

    • golf dit :

      Vous devriez lire ce focus stratégique car il est fouillé.L’ Arctique, avec le réchauffement climatique sera une route où l’A400M aura sa justification.
      La Marine est cruellement dépourvue en moyens de reconnaissance et de Patmar en Polynésie Française. Les Antilles, la Guyane, Clipperton mériteraient un A400M.
      Une capacité A400M par zone océanique est justifiée. Il faut lire les 166 pages, c’est fastidieux mais cela mérite l’effort ne serais -ce pour le travail de recherche accompli.

  24. petitjean dit :

    Mais des milliards nous en avons pour équiper correctement notre outils de défense
    Mais aujourd’hui ils sont consacrés à autre chose !
    Stoppons l’invasion migratoire (organisée) , renvoyons tous les indésirables, et nous récupérerons des dizaines de milliards chaque année
    C’est un choix politique………….
    https://www.polemia.com/84-milliards-cout-budgetaire-de-limmigration-selon-le-rapport-posokhow/

    • Fred dit :

      @ petitjean
      Analyse fausse et malhonnête : tu ne cite que les coûts de l’immigration sans reprendre les recettes, pourtant chiffrées par le même Posokow dans ses affirmations, et bien qu’elles soient très controversées.

      Donc on ne pourra pas récupérer « des dizaines de milliards chaque année ».
      N’est pas polémiste qui veut. Surveille tes pratiques, remets les en cause.

  25. Frédéric dit :

    Pour le Pacifique, il faut de l’autonomie et une certaine vitesse de réaction vu l’immensité de ce théatre d’opérations. Un C295 peut il relier Tahiti a Wallis et Futuna ?

    • Fralipolipi dit :

      @Frédéric
      « Un C295 peut il relier Tahiti a Wallis et Futuna ? »
      Oui, mais à vide (sans fret) … et ce serait donc totalement sans objet.
      Même le C130 Hercules n’est pas taillé pour de telles distances (chargé).
      .
      Comme écrit plus haut, seul l’A400M serait taillé pour assurer les missions de soutien logistique inter-zone en Pacifique.
      Il serait capable de rallier directement Nouméa à Papeete avec 25 tonnes de charge utile.
      .
      Mais bon, ne dites pas cela à Ulysse, il vous répondra que c’est « extraordinairement » couteux.
      .
      Ce à quoi je lui répondrais, s’il est « extraordinairement » couteux de déployer au loin un avion « logistique » qui a été conçu pour ça et dont c’est la mission,
      c’est que cet avion est « extraordinairement » raté (ce que je ne crois pas du tout) ou que nos personnels sont « extraordinairement » incapables à le faire fonctionner correctement (ce que je ne crois pas du tout non plus).
      Aujourd’hui nous ne disposons que de 16 appareils … et avec les qques bugs et retrofits de standards en cours, encore trop peu sont dispos en même temps … surtout avec du Haramattan à soutenir.
      Mais lorsque nous disposerons de 55 appareils, tout baissera … la tension autour de la disponibilité, et même les frais de MCO.
      Et Ulysse pourra ENFIN songer à laisser partir 1 ou 2 de ces oiseaux vers les horizons lointains … pour lesquels ils sont faits !

  26. Wagdoox dit :

    On met les exocets qui seront retirés du service sur les îles, des anl, les mica ir qui vont être retiré converti en mica vl et se sera très bien.
    Pour la flotte on a besoin de corvettes.
    L’armée de terre n’a pas grand chose à faire les marsupiens déjà plus. L’armée de l’air doit juste renouveler les infrastructures.
    Enfin et à l’avenir Pa Pa Pa
    Pour ceux qui veulent faire des économies, l’empire maritime français pourrait créer 20% de notre économie en 2050 d’après l’académie de la mer et les entreprises fr des resources offshore sont déjà parmi les sociétés les plus avancées sur le sujet malgré leurs tailles encore intermédiaires.

    • Fred dit :

      @ Wagdoox
      Exocets, Anl, Mica : pas oublier un sacré tas de personnels et supports spécialisés là-derrière, et un sacré tas de possessions à équiper : le Tonneau des Danaïdes.

  27. Lagaffe dit :

    La Guyane et les Antilles sont devenus des plateformes de transit de plus en plus sollicitées par les trafiquants de drogue selon le nouvel Office anti-stupéfiant (Ofast).
    Un renforcement des moyens maritimes est indispensable.
    http://www.rfi.fr/fr/france/20200301-antilles-guyane-les-routes-la-cocaine-s-intensifient

  28. ulysse dit :

    @Frederic.En théorie oui. Autonomie de 2000 nautiques avec 6 T de fret.
    Un Falcon 2000 MRA sans problème. (autonomie de 4000 nautiques)

    • Fralipolipi dit :

      @Ulysse
      2000 nautiques avec 6 tonnes de fret ?.. Pour un Transalito C-295 ?… C’est bien optimiste ça 😉
      .
      Range: 1,555 km (966 mi, 840 nmi) normal payload, ISA, 45 minutes reserve at 460 m (1,509 ft)
      1,277 km (793 mi; 690 nmi) max overload payload
      4,587 km (2,850 mi; 2,477 nmi) normal MTOW, max fuel with 2,940 kg (6,482 lb) payload
      2,148 km (1,335 mi; 1,160 nmi) overload MTOW, max fuel with 8,000 kg (17,637 lb) payload
      .
      Il y a 3.000 kms qui séparent Papeete de Wallis&Futuna.
      Le C295 n’est pas adapté pour une telle distance, hormis avec une soute aux 2/3 vide.

  29. Frédéric dit :

    Pour les Antilles. Il faut des équipements sonars et radars pour traqué les narco-submersibles.

    Les gardes-côtes et douaniers font de la lutte antisousmarine a niveau jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale capturées avec 35 engins capturés en 2018 et 18 en 2019 :

    https://www.forbes.com/sites/hisutton/2020/02/27/drug-submarines-at-all-time-high-around-180-last-year/#7a26ceac2c3f

    • Fred dit :

      @ Frédéric
      Les « sous-marins » des narcotrafiquants n’en sont pas réellement : il ne s’enfoncent que partiellement, au raz de l’eau pour échapper aux radars. Pas besoin donc de sonars ni de radars : de bonnes jumelles sont la meilleure solution.

  30. dussum dit :

    Ca me rappelle ce que m’a raconté un collègue en 2014 ou 2015 quand 3 frégates chinoises sont venues à Papeete. La MN avait juste la sienne à côté. Nos marins pleuraient devant ces énormes navires, surarmés et flambant neuf ! Le notre: rouillé et tout pourri (sans rire) Donc ce rapport a au moins le mérite de montrer une situation dégradée et réelle. C’est clair. Maintenant, il va falloir beaucoup de temps pour redevenir crédibles.

    • Themistocles dit :

      Surtout quelles classes Floreal, puisqu’il devait s’agir du Prairial, c’est une canonnière qui va à 15 nœuds. Moins armé que le moindre patrouilleur arabe. Un Canon de 100, un peu de 20mm manuel et c’est tout. Pour du trafiquant ou du pêcheur en infraction, ca passe. Pour du pirate, il faut commencer à se méfier . Pour j’importe quoi d’autre qui se rapproche de la guerre navale, on oublie…

  31. Parabellum dit :

    Ça fait des années qu on devrait mieux défendre et utiliser nos Zee et l outre mer et qu on devrait changer en profondeur de stratégie et de moyens pour avoir une capacité de frappe et au mons de réplique adaptée aux nouvelles menaces et innovations techno des adversaires. Mais rien ne bouge on fait des communiqués martiaux pour annoncer la livraison de 15 camions retapés ouais de trois vedettes avec une 12 7 .ou sont drones armes missiles helico lourd hydravions Marie-Elisabeth terrestre aviation deployee en permanence..? Rien …on nous explique qu un drapeau suffira..que nenni…est il encore temps de re orienter toute notre défense autrement que dans le piège europeiste franco allemand et le bourbier sec de la bss ? On a des millions de migrants poussés par l islamiste turc à la porte et déjà au moins 140 000 maliens ici…quand va t on ouvrier les yeux sur le monde réel et pas celui des bisounours à vélo qui se mouchent dans leur coude pour éviter le coronavirus…la niaiserie actuelle m exaspèrepardon..

    • Fred dit :

      @ Parabellum
      Impossible de fortifier les possessions française, ni par la terre, ni par la mer : elles sont trop nombreuses et disséminées. Il vaut mieux surveiller, et au besoin faire intervenir une riposte centralisée.

  32. Saucisson furtif dit :

    Une capacité de détection à bas coût et un moyen polyvalent pour des usages de sécurité civil c’est le dirigeables avec des modèles adaptés à chaque situation (rens, sureveillance terrestre et maritime, log , bulle SIC, météo etc…). Cela permettrait de dégager des moyens financiers pour les éléments de ripostes (frégates de souveraineté,drônes aériens voir sous marins) et de se concentrer sur le savoir faire logistique qui se perd avec l’externalisation à outrance.

    • Fralipolipi dit :

      Et oui, c’est le fameux Stratobus de Thalès.
      Si les courants de stratosphère ne sont pas trop forts dans cette zone du globe (important à vérifier au préalable),
      déployons donc un Stratobus en Polynésie et un autre en NCalédonie.
      .
      Et en plus des quelques patrouilleurs maritimes (toujours un peu lents),
      couplons le système à des hydravions japonais US-2, gréé comme un patrouilleur volant polyvalent et embarquant un bateau type Ecume, pour mise à l’eau lointaine très rapide, afin de permettre d’appréhender (à la racine) tout contrevenant dans notre ZEE … déjà pris la main dans le sac par le Stratobus.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/ShinMaywa_US-2
      .
      Un tel dispositif pourra aussi servir pour tous autres types de missions (sauvetage en mer notamment).
      .
      A défaut d’intervention rapide (sachant que le B2M et le POM n’iront guère plus vite qu’à 15 Noeuds) vues les dimensions quasi océaniques de ces ZEE, les contrevenants ne seront jamais très inquiétés.
      .
      … et comme le prix au kg du bon poisson ne cessera de monter, des candidats à venir siphonner nos ZEE, il va rapidement y en avoir de plus en plus.
      Nombre de pays du Pacifique n’autorisant aucun droit de pêche aux bateaux chinois se font malgré tout piller, par manque de moyens des territoires en question pour faire respecter leurs propriétés.
      La Chine ne respecte que les forts.
      Et ce sera encore plus vrai demain.

    • Alain d dit :

      Le moyen de détection à bas cout c’est l’Albatros, mais pas le patrouilleur !
      Dans les TAFF, bateaux de pêche illicites survolés par des albatros, Projet « Ocean Sentinel » :
      CNRS + CEBC (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé)
      https://www.pnas.org/content/early/2020/01/21/1915499117
      La vengeance des albatros :
      Les albatros qui sont attirés par les filets (équipés d‘appâts) qui peuvent les noyer.
      Equipés de GPS et de capteurs d’émissions radars super miniaturisés, ils traquent les pilleurs non déclarés qui doivent bien se guider

      Ceci étant, la patrouilleur Albatros, récemment désarmé, avait un sacré tableau de chasse, superbe boulot des équipages.

  33. ULYSSE dit :

    @Fralipoli. Désolé du manque de nuance de mon propos.
    Je le développe donc. La présence de la France dans le Pacifique sud s’articule autour de trois groupes d’îles : la Nouvelle Calédonie (NC), la Polynésie française (Pf) et Wallis et Futuna (WF).
    La NC et la PF disposent chacune d’un aéroport international qui accueille chaque semaine des gros porteurs. Un A 330 MRTT en provenance de la métropole peut donc s’y poser sans difficulté. Nul besoin d’A 400M sur place.
    Reste WF. Wallis dispose d’une piste de 2200m mais est éloigné de près de 3000Kms de Tahiti. Futuna dispose d’une piste de 1km et est éloignée de 250 kms de Wallis. La longueur de piste de Wallis est donc limite (vraisemblablement hors limite de sécurité) pour accueillir un A 330 MRTT, sans parler de sa capacité à supporter son poids, que je ne connais pas. Exclu pour Futuna.
    La question qui se pose est donc faut-il déployer en NC ou Tahiti 2 A 400M pour les 11500 habitants de WF, sachant que la Défense est confrontée à des tas de priorités plus ou moins satisfaites ?
    D’autant que les risques à WF se limitent aux risques naturels, dont la prise en charge relève en premier lieu du ministère de l’Intérieur et accessoirement seulement de celui de la Défense.
    Question subsidiaire : ne vaut-il pas mieux consacrer les crédits que mobiliserait le déploiement de deux A 400 à l’amélioration des infrastructures de WF…..y compris l’allongement et le renforcement de la piste d’atterrissage de W ?
    Enfin, je voudrais souligner que le C 295, doté de capacités de ravitaillement, a déjà volé avec une perche de ravitaillement en vol, ce qui lui permettrait, si cette option était retenue, d’être ravitaillé en vol et de rejoindre sans problèmes d’autonomie W de Tahiti.

    • Fralipolipi dit :

      @Ulysse
      Le souci est qu’en cas de « pépin », il y a quand même de grosses chances que les pistes des aéroports de Nouméa ou bien de Papeete (ou bien même de Bora-Bora qui est assez longue) ne soient plus en état d’accueillir des A330 MRTT.
      Il est déjà arrivé à la piste de l’aéroport de Tahiti-Faaa d’être inondée et fermée au trafic … sans même avoir souffert d’un cyclone, et encore moins d’un cyclone du type qui a frappré Saint-Martin il y a 2 ans.
      N’oublions pas que toutes ces pistes sont au ras de l’eau et sont toutes facilement submergée/submergeables.
      Pour assurer un secours d’urgence, on ne peut pas se fier simplement à des A330MRTT venant de métropole.
      .
      Alors que l’A400M, lui, peut se poser sur toutes les pistes du secteur. Par exemple si celle de tahiti-Faaa est inutilisable (même pour un A400M qui n’aurait besoin que d’une partie de la longueur), il y a en face à 15kms la piste de Moorea , qui ne peut pas accueillir l’A330MRTT, mais un A400M sans problème.
      .
      On a des situations/raisonnements similaires en Nouvelle Calédonie, et bien sûr à W&F.
      .
      Si un de ces territoires est balayé par un cyclone du type monstrueux qui a frappé Saint Martin il y a 2 ans, alors avec un A400M on peut commencer à apporter de l’aide rapidement depuis un autre de ces territoire français du Pacifique.
      Avec tous les autres appareils, … on est marron.

      • ULYSSE dit :

        De 1982 à 1983 six cyclones on ravagé la Polynésie française. Le cyclone Veena en avril 1983 a été particulièrement violent. Pas de A 400M. Ce qui n’a pas empêché l’organisation des secours. Une piste submergée se remet en service très rapidement. Le problème est d’avantage celui des petites îles qui ne disposent pas des équipement de travaux publics nécessaires pour remettre tout en état…. mais qui peuvent être désservies par le C235 actuels ou d’hypothétiques C295….ou des ATR et surtout par bateaux. Et c’est là à mon sens quel déficit d’équipement se fait sentir depuis le retrait des BATRAL. En Polynésie française c’est la flottille administrative du gvt local qui fait le job, ce qui n’est pas glorieux pour la France.

  34. ULYSSE dit :

    En complément de mon précédent mail: Renseignement pris, l’aéroport de Wallis est desservi par des A 320 de Air Calédonie, en provenance de la NC. Les successeurs des ATL2 pourront donc s’y poser…