Pour le général [2S] Castres, ex-chef des opérations à l’EMA, la France a commis cinq erreurs au Sahel

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

121 contributions

  1. m dit :

    Tout est dit je crois. Propos limpides.

    • Julien dit :

      Le CEMA n’avait qu’à lire et comprendre B. LUGAN, notre meilleur spécialiste en la matière, qui a été précisément marginalisé par les mêmes, notamment à l’Ecole de guerre, pour délit de mal-pensance sur tous ces sujets touchant à l’Afrique. Ce qui rajoute à la faute intellectuelle et opérationnelle, la tartufferie de nos généraux qui se réveille après la bataille.

      https://bernardlugan.com

      • Louis 29 dit :

        L’histoire est affaire de circonstances, nous n’avons pas fini d’éponger les dégâts causés par les sales gosses qui ont ravagé le Moyen Orient et la Libye sans posséder la culture profonde de ces pays.. Bernard Lugan est une valeur sure et il est regrettable que des gens de cette qualité ne soient pas écoutés..

      • Robert dit :

        Julien,
        Meilleur spécialiste, je ne sais pas, mais au moins intéressant et compétent.
        Le problème est que de bons spécialistes doivent exister pour informer honnêtement gouvernement, mais si celui-ci a une doctrine qui exclut ce qui le dérange plutôt que de partir du réel, qu’ils soient bons ou mauvais ne change rien.
        Le problème est de savoir que veulent ceux qui nous gouvernent.

        • mouchetoxique dit :

          tout est politique et pourtant, personne ne veut réellement trouver de solution durable. On ne fait plus donc que énoncer les problèmes…

          la pauvreté rend méchant, mais le chaos qui en découle rapporte bien plus aux cols blancs des lobbys et consorts qui travaillent au final pour de la finance douteuse. cela fait un bail que les politiques de tout poilent, sont soumis au chant de ses sirènes maléfiques.

          Des solutions existent, encor faut-il trouver des gens qui ont de l’éthique pour les appliquer. Et aller parler d’éthique a un système économique qui appartient et se trouve au service de 1 pour cent de la population, la blague.

          Quand on sait que le nerf de la guerre et de la paix, c’est de l’argent en illimité, on comprend qu’on ne ressoudera rien; et que se général doit très bien savoir que le chaos ne sera jamais vaincu ni là-bas, ni ailleurs. je pense que demain sera toujours pire car le monde et dans une pente qu’il ne remontera pas, trop de puissants passent leur temps à la savonner…

          • Robert dit :

            Mouchetoxique,
            Tout est politique, effectivement, c’est exactement ce que pense la pensée progressiste qui fait de tout sujet de société, des besoins fondamentaux, un objectif politique en vue de modifier la société et les êtres.
            Mais avec une perception issue de courants de pensée inventés en occident, qu’ils soient idéalistes ou réalistes.
            Les populations africaines pensent autrement, mais cela ne découragent pas les idéalistes qui leur appliquent leurs schémas de pensée sans douter d’eux-mêmes.
            Et quand ces populations viennent chez nous, ils continuent de leur appliquer leurs utopies qui ont parasitées la pensée occidentale en les infantilisant plutôt que de reconnaître qu’ils sont et pensent simplement différemment de nous, en fonctions d’autres critère, d’autres priorités, d’autres objectifs, que ce soit sur l’être humain, la famille, la communauté, la liberté.
            Nous devons revenir au réel et cesser de voir le monde comme un projet utopiste, une mission humanitaire, avec des complexes de culpabilité et de haine de soi qu’on nous a trop inculqués.
            C’est ce que fait un maurrassien formé à l’école de recherche anglo saxonne comme Bernard Lugan. D’autres parlent comme lui dans d’autres pays, en France mais surtout dans la sphère intellectuelle anglo-saxonne, il n’a rien d’exceptionnel. Sauf qu’en France, si on n’est pas de gauche et raciste anti occidental, on est non seulement suspect mais interdit de grands médias voire d’université, comme il l’a compris en décidant de quitter son poste de maitre de conférence devant les persécutions afin de retrouver sa liberté.
            Son histoire du Maroc est en vente au Maroc, il a été expert auprès du TPI pour le Rwanda, avec un franc succès auprès des africains étonnés d’entendre parler si honnêtement de leur continent. Sa fiche wikipedia insinue que ses positions sur le dernier conflit hutu tutsi sont « controversées » alors qu’il a été justement mandaté pour informer le tribunal du TPI sur ce conflit. Décidément, l’honnêteté devient une denrée rare. Il faut dire qu’il a enseigné 11 ans au Rwanda, y était présent au moment du premier conflit ou il a contribué à sauver des étudiants.
            Bernard Lugan est un monsieur intelligent, sachant faire partager ses connaissances, ouvert et attachant, intellectuellement et physiquement courageux ce n’est pas si fréquent, je ne souhaite pas à ceux qui l’insultent de venir le provoquer en face malgré son âge. Même les gauchistes de Lyon III venus le harceler l’ont compris douloureusement en s’en prenant à lui. Récemment, il parlait devant une réunion d’AF quand des antifas sont venus attaquer la réunion, c’est lui qui a dirigé la réaction, et les antifas pas habitués à ce que leurs victimes se défendent courent encore après avoir pris quelques coups bien mérités. Il faut dire qu’il dirigeait le SO de l’AF en 68 et qu’il a de beaux restes.
            Les études africanistes en France sont dominées par la gauche et beaucoup de pseudo chercheurs qui n’ont que peu ou rien publiés ont gaspillé beaucoup d’énergie pour le diaboliser. Mais à ce jour, ses ouvrages sont les mieux vendus dans le domaine et aucune erreur factuelle n’a pu lui être reprochée. Et il gagne tous ses procès quand il est, souvent, diffamé.
            Maintenant, si vous vous étonnez qu’il ne passe jamais sur les gros médias…

    • tschok dit :

      @m,

      Propos limpides. Heureux homme. L’énoncé du problème, pas la solution.

      Encore heureux qu’on ait des gens capables d’énoncer les problèmes.

      C’est la moitié du chemin que le général montre.

      Tout général ne fait jamais que cela (c’est déjà pas mal).

      (crucial, pour tout dire)

    • NulH dit :

      Yes, d’un non connaisseur …
      A lire, à méditer…
      C’est du concept, générique, de REX, ou RETEX … noté par un homme d’action.
      Après l’appli. n’est pas si simple…d’où des erreurs, et son article… puis des commentaires qui mentionnent d’autres REX…
      Mais il faut y revenir… lire et méditer
      Merci

    • TINA2009 dit :

      Bsr M !

      Pour ma part , je pense que beaucoup a été dit sur la situation sur le MALI, sur les G5, sur notre armée en Afrique! Je rejoins sur notre Gal DE CASTRES sur les points 4 et 5.

      En revanche, je note ( et j’espère que je ne suis pas le seul…) que ces constats et assertions , évitent ( VOLONTAIREMENT???? Bizarre tout de même) Notre attitude, nous armées , … Nous , diplomatie, pouvoir politique , ONG, associations gouvernementales, concernant notre propre vision, notre propre idéologie ( quand bien même serait-elle démocratique…) … ne doit , en aucun cas nous amener à dissocier nos combats et luttes extra idéologiques de celles intra – idéologiques !!!
      J’espère que notre Gal DECARTES reviendra sur ces propos , et apportera sa vision sur ces aspects fondamentaux ( relisons SUN TZU) : Il faut savoir se regarder et s’évaluer , tout autant et en même temps, regarder et connaître l’autre !

      PS : M r LAGNEAU , pourriez-vous , SVP, mettre en lien, la source des propos du Gal DE CASTRES !
      PSS : J’apprécierai que , Notre ancien CEMA DE VILLIERS, Notre ANCIEN CEMM B.ROGEL et d’autres Généraux, mais plus encore des Colonels, capitaine, sergent, maréchal des logis et chef.. de se lever et s’exprimer … Ps1 , Sz21 ET pr34TSZ, vous devriez ….

  2. Vinz dit :

    La première chose à faire au Mali, c’est que l’argent/solde aille dans les poches où il doit réellement aller. C’est la base.
    .
    Ils se payent des hélicos Mi-35 mais doivent se faire offrir 60 motos chinoises. Inutile de chercher l’erreur.

  3. Allobroge dit :

    On a donc rien appris ni retenu de ce que nos anciens avaient constatés ? Un mien parent, parachutiste en Afrique dans les années cinquante, reçu avant son affectation un petit carnet dans lequel les différentes tribus qu’il allait côtoyer étaient répertoriées, avec leur Histoire, leurs particularismes sans fausses pudeur (les unes étaient qualifiées de sédentaires d’autres de guerrières, d’autres encore sujettes au mensonges institutionnalisé vis à vis des blancs, d’autres esclavagistes, d’autres encore ayant des propensions au cannibalisme etc,etc….Bref le fruit de l’observation et des savoirs de ceux qui avaient arpenté l’Afrique et ses étendues pendant des années.Mais évidemment c’est long à lire et ça peut paraître ringard mais pour une meilleure compréhension prenons le temps de lire. Et reprenons aussi les cartes dressées à ces époques reculées, il y a sûrement des points de détail (comme certains puits) qui y sont signalés !

    • Daniel BESSON dit :

      Cit [ Et reprenons aussi les cartes dressées à ces époques reculées,]

      Effectivement et de plus elles sont numérisées et en accès libre …Enfin même quand la BnF les enlève de l’accés libre ( on peut se poser la question du pourquoi ) on peut se rabattre parfois sur la Librairie du Congrès . J’avoue que j’ai le plus grand plaisir à suivre ce conflit sur des cartes vieilles de plus d’un siècle . C’est presque jubilatoire ….
      https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525085826
      C’est sans compter sur les archives militaires non-accessibles au  » grand-public  » .

    • tschok dit :

      @Allobroge,

      Le truc, c’est que vous faites non seulement des phrases interminables (en deux mots) et pénibles, mais vous insérez des parenthèses qui n’ont pas de fin non plus.

      Regardez: « (les unes étaient qualifiées de sédentaires d’autres de guerrières, d’autres encore sujettes au mensonges institutionnalisé vis à vis des blancs, d’autres esclavagistes, d’autres encore ayant des propensions au cannibalisme etc,etc….Bref le fruit de l’observation et des savoirs de ceux qui avaient arpenté l’Afrique et ses étendues pendant des années.Mais évidemment c’est long à lire et ça peut paraître ringard mais pour une meilleure compréhension prenons le temps de lire. Et reprenons aussi les cartes dressées à ces époques reculées, il y a sûrement des points de détail (comme certains puits).

      En plus vous parlez de ce petit carnet comme d’une collection de pervers. Mon précieux…

      On sent que des petites notes ont été prises par des tarés et qu’on se les refile de père en fils pour décrire des untermeschen et les vexer dans le cadre de relation ancillaires, juste histoire de mégoter leur salaire ou de les baiser méchamment.

      Pour tout vous dire, j’ai l’impression que vous êtes un vieux dégueulasse qui reprend avec émotion le vieux carnet où il annotait les mineurs qu’il baisait en toute impunité.

      C’est moche.

      Your kingdom is doomed.

      Vous avez compris ça, ou pas encore?

      Visiblement, pas encore.

      • Allobroge dit :

        Ben voyons !…

      • Titi74 dit :

        Ce qu’il y a surtout à comprendre c’est que les jeunes blanc-becs seraient bien inspirés de relire et respecter les constatations et savoir faire acquis par les anciens plutôt que de chercher perpétuellement à réinventer la roue en version 3.0, pour un résultat bien médiocre à coup de millions.

        La France a un clairement un passé colonialiste avec du bon et du mauvais, mais surtout une Histoire commune avec l’ Afrique, et n’a pas pour autant à en rougir n’en déplaise aux révolutionnaires marxistes revendeurs de bidon-ville.

        Ce qu’il manque aujourd’hui, c’est de vrais partenariats économiques, des projets d’avenir dans un respect mutuel de chacun.

    • Polymémère (faux profil assumé) dit :

      @ Czar
      Plus facile qu’une barbouzerie sur Griveaux à Paris (déjà homme politique de 2019 pour sa fuite devant un transpalette):

      « Cet officier à la carrière obscure et à l’esprit revanchard et peu curieux, certainement sorti en queue de promotion ne sait plus comment occuper sa retraite.
      Retrouvant le côté hippie de sa jeunesse, il a entamé un road-trip à hauteur d’hommes publié dans le torchon gauchiste « Valeurs actuelles » sur ses pérégrinations exotiques dans nos ex-colonies.
      Fréquentant assidûment le rade « le Balto » avec certains contributeurs bien identifiés de ce site, il élabore des théories fumeuses où il refait le monde et ce comportement inadmissible est dénoncé à juste titre par de bons français.
      Didier paye ta tournée de Ricard ».
      😉

      Plus sérieusement, il a dû faire saigner quelques oreilles avec son intervention, ça change de la discussion sur les saints de la « commission défense ».

  4. intox dit :

    C’est fou le nombre de généraux français qui retrouvent leur lucidité dès leur retour à la vie civile. Cela ne va rien changer à la chose, on continuera à faire comme d’habitude, et on ne réglera aucun problème, qu’on reste au Sahel, 10, 20 ou 100 ans. Quant à faire encadrer l’armée malienne par des soldats français, si on met de côté le problème politique, on risque une grosse casse, si en cas d’attaque massive, les maliens se débandent quand même, et quelques soldats français se retrouvent obliger de combattre plusieurs centaines d’assaillants.

    • Thaurac dit :

      Ils n’ont pas le choix quand ils sont dans l’active car ils se font virer..

    • Faublas dit :

      Ils ont lu SunZu, qui décrit exactement ce q’il aurait fallu faire.
      J’ai une note de la Direction des Affaires Indigènes du Ministère des Colonies de 1928 qui décrit déjà la situation (cadeau d’un ami Colonel Malien).
      L’invention de l’eau chaude a un grand futur

  5. Czar dit :

    j’attends que polymémères et la clique habituelle de perroquets à communiqués officiels triomphants nous rassurent sur le côté intrinsèquement ‘jacky du Balto’ donc insignifiant sur la question du ci-devant Castres

    • tschok dit :

      Bon ben attendez Czar, de toute façon, vous n’êtes bon qu’à ça.

      Et puis voir un mec comme vous brouter le cul de Polymère – et l’avouer publiquement – ça me délasse.

      Bizz

      • Czar dit :

        nan, je suis assez bon pour flageller sans détour ta tronche de petit *** interlope et y faire remonter d’ancestrales frayeurs.

        et de mes foisonnantes qualités, ce n’est pas la moins appréciée ni la moins réclamée.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ j’attends que polymémères et la clique habituelle de perroquets à communiqués officiels triomphants nous rassurent sur le côté intrinsèquement ‘jacky du Balto’ donc insignifiant sur la question du ci-devant Castres ]

      On a les  » Rossignols de l’ Etat-Major  » que l’on peut avoir …

    • Expresso dit :

      Tu manges des millions d’acariens par jour,
      hahahaha

  6. Bob dit :

    Un esprit brillant ce général et je partage les 5 péchés capitaux français au Sahel. C’est bon de lire une vraie analyse et encore mieux de proposer ce qu’il ne faut pas faire. Nous sommes loin d’avoir gagné au Sahel mais tout le monde a compris que la France est là principalement pour les ressources de ces pays et de sa sphère d’influence.

    • jyb dit :

      @bob
      Les gus qui disent ce qu’il ne faut pas faire ne sont pas intéressants. Préférez ceux qui vous donnent des possibilités.

  7. Anaxagore dit :

    Tout ceci paraît frappé du plus grand bon sens, mais on remarquera que les erreurs mentionnées sont toutes (ou presque toutes) du ressort du politique. Or, le politique ne brille pas par sa vue à long terme, les yeux rivés sur la prochaine élection et sur l’opinion publique. Il ne brille pas non plus par sa culture historique et géopolitique, pas plus que ne brillent nos énarques très forts en droit public mais totalement incultes par ailleurs.

  8. Victoiremont dit :

    La France a commis 5000 erreurs en Afrique.

    • Czar dit :

      la première est de vous avoir nourri après minuit, gremlins. Il eut été ô combien plus sage de laisser Mère Nature faire sa saine oeuvre de régulation de vos excès coïtaux, j’en conviens.

  9. MAS 36 dit :

    Je tombe des nues ! Après Lyautey , notre expérience de la colonisation de l’Afrique de l’Ouest, nos guerres de décolonisation, nos accords bi-latéraux de défense, nos multiples interventions au Tchad, Centrafrique, Liban, Rwanda , Irak, et j’en passe , nous n’avions pas , ou perdu cette notion d’histoire des peuples.

    Nous pensions être les seuls a avoir une histoire compliquée ? Au secours appelez Bernard Lugan. Attendez on me susurre à l’oreillette que ce dernier avait été remercié de ses cours à l’IHEDN et de l’Ecole de Guerre. Il doit bien y avoir d’autres universitaires compétents, ce depuis longtemps non …

    Il ne fallait pas sortir de St Cyr pour faire cette analyse, et si tard. Et maintenant ?

    • tschok dit :

      Le jour où j’appelle Bernard Lugan, c’est que c’est la fin du monde et que police secours ne répond plus. Et lui sera déjà mort depuis trois jours, bouffé par ses chats.

      Nan, MAS36, Bernard Lugan vous le prenez comme un système de secours robuste capable de fonctionner en mode dégradé, alors que c’est pas ça du tout: c’est juste un mec qui taille des pipes à des vieux dégueulasses en attendant le déluge. C’est un Zemmour en plus petit.

      C’est idiot de confondre un instrument de plaisir et un instrument de survie.

      Moi, quand je pars camper, j’embarque pas Zemmour. Je confonds pas. Lui non plus d’ailleurs: il habite Paris, rive droite et jamais vous l’embarquerez dans un stage de survie. Il tient à son niveau de vie. Lugan, c’est pareil. Faut un convoi exceptionnel pour les sortir de chez eux. Vous avez l’impression de vous trimbaler un tronçon d’A380 sur des routes de campagne, de nuit, par brouillard et verglas.

      Grosse gourance. Rectifiez.

    • jyb dit :

      @mas 36
      Je vous rassure il n’y a pas que bernard lugan et le sujet est très largement documenté. D’ailleurs il suscite l’interêt de nombreux cadres militaires et civils…et il n’y a rien d’exotique que ce soit l’afghanistan, le pomo ou à plus forte raison la bss, ce sont des théâtres qui ont fait l’objet d’une production informative et d’un suivi depuis des décennies.
      Je connais un peu le sujet et ce qui personnellement m’étonne c’est que cet ancien officier supérieur reconnait ses (et ces) insuffisances alors même qu’un tout petit effort de « curiosité » professionnelle l’aurait très largement affranchi. Donc c’est une étrange défausse que joue mr castres. Qu’il n’ait pas su toute la finesse des sujétions interclaniques avant serval c’est normal…mais quand ces connaissances devinrent d’actualité, hommes et informations étaient bien en place, disponibles et accessibles.
      La situation des mouvements divers au syrak aurait été un exemple plus pertinent, la complexité des groupes, leur volatilité, l’absence de profondeur historique étaient contrairement à la bss, terra incognita, et pourtant dans des délais courts une cartographie fiable et accessible a été produite (probablement meilleure que celle de nos alliés)
      Donc je partage votre étonnement.

      • aleksandar dit :

        Moi, un peu moins.
        D’abord il y a le  » rythme  » en opération qui malheureusement ne laisse pas tant de temps libre que ça pour approfondir ses connaissances.
        Ensuite il a raison sur la culture du résultat a américaine qui est devenu la norme dans l’armée française.
        Il faut annoncer des victoires au morning brief, n’importe quoi fait l’affaire.
        Cela réjouis les chefs, les médias et les politiques.
        La culture du chiffre remplace l’action en profondeur sur le long terme.
        Les sources existent, mais elles sont souvent parcellaires et il faut faire la recherche comme en Afghanistan
        Et surtout se débarrasser du prisme de  » l’homme blanc  » ce que nos anciens savaient faire ( ah.. les officiers méharistes ! ), je ne suis pas sur que ce soit encore le cas aujourd’hui
        Globalement si on peut reprocher a ce général de faire son RETEX un peu tard,mais il dit des choses justes

  10. Linguiste dit :

    Ah quel dommage, ce général français qui parle américain !
    Ça fragilise tout son discours car alors l’on peut (l’on doit) s’interroger sur son formatage intellectuel.
    .
    Pour dire « une période de dix ans » en français il faut dire « décennie » alors qu’en américain ils disent « décade ».
    .
    Ce n’est pas une simple inadvertance : c’est la marque d’une inféodation intellectuelle qui n’est pas digne de l’armée française.

    • Clément dit :

      Décade désigne « un ensemble de 10 », donc ça peut désigner 10 jours (le sens commun en français), 10 objets (moins commun mais correct), ou 10 ans (qui n’est qu’un anglicisme partiel car étymologiquement correct).

      • Linguiste dit :

        Pour moi, un ensemble de dix se dit « une dizaine ».
        Quant à l’Académie française, qui est quand-même LA référence, elle dit ceci : « Décennie, qui est composé à partir du latin decem, « dix », et annus, « année », désigne une période de dix ans. On se gardera d’employer décade avec ce sens. Cette erreur provient d’une confusion avec l’anglais decade, qui désigne une période de dix jours ou de dix ans. »
        http://www.academie-francaise.fr/decade-pour-decennie

        • Clément dit :

          L’académie s’est laissé dépassé par l’évolution de la langue depuis longtemps. Elle est légitime chez les vieux profs, mais plus chez les linguistes. En fait l’académie est une position « idéaliste » (elle dit ce qui devrait être) alors que les linguistes (scientifiques) sont positiviste : ils constatent et étudient ce qui est. C’est deux visions de la langue : une dogmatique et figée (la langue est « au dessus » de la société) et une autre plus évolutive et pratique (la langue « fait partie » de la société).

          Après je suis d’accord : c’est un anglicisme partiel. Partiel car il est étymologiquement juste en français.

  11. PK dit :

    Il vient de réinventer les troupes coloniales 😉

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Il vient de réinventer les troupes coloniales ]

      Qui n’ont en rien stabilisé ou modifié les fondamentaux de la région et dont le découpage administratif est à l’origine de la quasi totalité des problèmes actuels .
      L’  » oeuvre coloniale militaire  » ce fut :
      1- Choisir les Musulmans et même les extrémistes Islamistes pour co-administrer la région aux dépends des Animistes et des convertis au Catholicisme . Les raisons : Des chefs militaires Franc-Maçons puis la nécessité de recruter des troupes indigènes lors de la PGM .
      2- Découper les régions administrées avec ( contre ) les fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur en pleine connaissance de cause des spécificités ethno-religieuses mais à l’aune de leurs seuls intérêts de puissance .

      • Géo dit :

        @ DB
        Cet argument des découpages administratifs coloniaux qui seraient à l’origine des problèmes africains actuels, est faux : c’est une explication d’intellos parisiens reprise par des « élites africaines » bien contentes de se disculper ainsi.
        Ou reprise ailleurs pour remettre en question le fleuve Oyapok comme frontière franco-brésilienne.
        .
        Un exemple montrant la fausseté de l’argument. Les frontières du Tchad ne coupent aucune ethnie : pourtant le Tchad a mis plusieurs décennies à se stabiliser après la décolonisation.
        Un exemple inverse confirmant la fausseté de l’argument. Les frontières du Gabon coupent trois ethnies (parce que le Gabon fut organisé principalement autour du bassin du fleuve Ogooué) : les Fangs coupés par la frontière avec la Guinée équatoriale et le Cameroun, les Batékés (à l’est) et les Bakongos (au sud) coupés par la frontière avec la République du Congo. Pourtant le Gabon a su s’organiser, utilisant les revenus de ses ressources naturelles (bois, manganèse, pétrole) pour financer des infrastructures ainsi que des forces de sécurité cohérentes.

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Cet argument des découpages administratifs coloniaux qui seraient à l’origine des problèmes africains actuels, est faux : c’est une explication d’intellos parisiens reprise par des « élites africaines » bien contentes de se disculper ainsi ]

          En l’occurrence c’est bien à ces intellos Parisiens que vous méprisez tant que compte faire appel le général Castres . Compte tenu du caractère courageux de sa démarche je pense qu’il pense faire appel aussi à des universitaires Africains .
          Je sais que depuis Audiard dans le désert deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche mais en l’occurrence il cherche à faire appel à eux et pas aux  » brutes  » .
          Le Tchad est au contraire un exemple d’état artificiel dans lequel la cohabitation de diverses communautés pose encore problème , ce n’est pas Mézigue qui le dit mais Mister Crisisgroup et 2019 n’ y a pas été particulièrement calme …
          Organiser un état selon un bassin hydrographique n’est pas une hérésie , bien au contraire : Les populations y sont habituées à vivre ensemble car c’est un excellent moyen de communication et d’échanges …
          Au Mali puisque c’est la situation qui nous préoccupe on a tenu compte de tout sauf des réalités géographiques et ethniques .
          Enfin ce n’est pas un politicien local qui fut le premier à y critiquer ce découpage Ubuesque mais bien notre Pierre Messmer national . Plus récemment c’est M. Axel Poniatowski qui a eu le courage de parler de la partition de deux autres mythes géoconstructivistes coloniaux Français , l’ Oubangui-Chari aka Centrafrique et la Cote d’Ivoire

          https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Oubangui_Chari__le_pays_qui_n_existait_pas-9782707188939.html
          http://www.rfi.fr/fr/afrique/20140110-france-centrafrique-comme-mali-hollande-serval-tchad-djotodia-ibk-forcs-francaises
          http://www.rfi.fr/fr/afrique/20110124-cote-ivoire-polemique-autour-declaration-axel-poniatowski

          Je vous invite enfin à lire la série d’articles publiés de Juillet 1978 à Décembre 1978 dans la revue Science & Vie par un intellectuel Africain et non pas Parisien , le professeur Kotto Essome . Il y décrit avec 35 – 40 années d’avance les conflits en cours : Cote d’Ivoire , Mali , République Centrafricaine , Soudan , …
          Je vais les remettre en intégralité sur le serveur de free.fr pour l’édification des masses puisque cette série d’articles n’a jamais été publiée sauf peut être de manière confidentielle par des presses universitaires – des intellectuels encore et toujours – à la fin des années 70
          Il se trouve que lorsqu’il parle M. Axel Poniatowski cite presque les cartes de M. Kotto Essome . Cela doit être certainement un affreux Ganelon gauchiste Anti-Français pour tenir de tels propos ?
          Enfin , que le vouliez ou non , la  » stratégie de la zone des trois frontières  » ou la  » Katiba Macina  » c’est une reconnaissance presque explicite par toutes les parties au conflit que ces frontières coloniales ne signifient plus rien sauf , peut-être , pour les Rois Nègres locaux .

  12. Le sicaire dit :

    Un de plus qui parle une fois à la retraite… que n’a-t-il point agit lorsqu’il était en activité ? 😉

    En même temps il ne dit rien de bien nouveau. Mais venant d’une personne ayant occupé des postes de haut niveau, je trouve cela plutôt inquiétant quant à la compétence de nos « chefs » ! Visiblement ils se contentent de faire la guerre sans trop se poser de questions quant au pourquoi ? pour quelle finalité ? ou même contre qui ?

    Bref, on obéit à son chef (le politique) sans réfléchir.

    On peut même se demander si nos militaires discutent avec leurs homologues du ministère des affaires étrangères…?

    Sinon après cette brillante analyse, a-t-il, d’un point de vue décisionnel, des suggestions à faire ?

    • Czar dit :

      « Un de plus qui parle une fois à la retraite… que n’a-t-il point agit lorsqu’il était en activité ?  »

      comme l’artilleur de la TF Wagram en Irak, hein ?

    • PeterR dit :

      >> que n’a-t-il point agit lorsqu’il était en activité ?
      eu-t-il atteint le grade de général s’il avait ouvert sa gueule ?

      Il faut dire que dans le privé c’est la même chose. Ceux qui montent sont ceux qui disent oui à tout, sont de vraies lavette devant la hiérarchie mais infâmes envers leurs subordonnés et ne servent que de courroie de transmission avec effet démultiplicateur. J’ai quand même vu passer plusieurs heures de réunions à 10 personnes pour expliquer à mon chef qu’une réflexion/remarque faite dans le couloir par son chef était une grosse connerie. Je pense qu’il le savait et pouvait très bien lui expliquer lui même en 10 secondes. Mais comme ça venait du haut la remarque était devenu un « ordre » qu’il fallait exécuter. Bon au moins 20h / homme de cramées pour éviter la connerie qui nous aurait poursuivi pendant plus de 10 ans. Vous allez penser que je travaille dans une boîte de baltringues ? Ben justement non. C’est même tout le contraire et on est reconnus pour nos performances. Ca fait peur en imaginant comment c’est chez les baltringues, les vrais 😉
      Alors pourquoi s »étonner que dans une organisation encore bien plus hiérarchisée on obtienne ce genre de comportement ?

      Pour le fun :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Parkinson
      https://www.petite-entreprise.net/P-3933-81-G1-management-la-loi-de-parkinson-pour-travailler-moins-et-mieux.html

      Et celle que je préfère même si rien à voir avec le personnage précédent * :
      ———-
      Loi de Parkinson
      La loi de Parkinson (rien à voir avec la maladie du même nom) veut que plus une entreprise grandit, plus elle engage des médiocres surpayés. Pourquoi ?

      Tout simplement parce que ses cadres en place veulent éviter la concurrence.

      La meilleure manière de ne pas risquer d’affronter de rivaux dangereux, c’est encore d’engager des incompétents. La meilleure manière de leur ôter toute volonté de faire des vagues est de les surpayer.

      Ainsi les castes dirigeantes sont-elles assurées d’une tranquillité permanente.
      Rien n’inquiète plus une entreprise qu’un esprit novateur qui l’oblige à se remettre en question.
      ——-
      * en fait ça vient d’un personnage fictif (Edmond-Wells) inventé par l’auteur Bernard Werber :
      https://www.babelio.com/livres/Werber-LEncyclopedie-du-savoir-relatif-et-absolu/4364

    • tschok dit :

      @Le sicaire,

      Je pense que pour la suite le général compte beaucoup sur nous.

      C’est l’aspect opérationnel des choses et il nous implique, même nous, les non combattants.

      Maintenant, si vous avez une mentalité de consommateur de pot de Nutella en solde, je crois que ce qui compte le plus, c’est la date des prochaines soldes. Elles ne vont pas tarder, rassurez-vous.

      Sinon, des suggestions à faire?

      Eh ben, commençons par vous, puisque vous êtes un génie: vous avez quoi à dire, vous?

      Je vous écoute.

      Soyez un mec, décidez.

      (on a une grosse pénurie de mecs qui décident en ce moment, vous privez pas)

      • le sicaire dit :

        @ tschok

        J’ai pris le temps de lire vos différentes diatribes sur ce site. Prenez le temps de respirer un bon cout mon ami, cela vous permettra d’énoncer plus clairement vos idées et au final, d’être compris.

    • Daniel 1945 dit :

      Le Grand Charles parlerait d’un quarteron de généraux en retraite …

    • aleksandar dit :

      Heu non
      Au ministère des AE, ils sont pires.

  13. haut de games dit :

    il dit :

    chaque crise « puise ses racines dans une histoire qui lui est propre » et nous « devons donc nous garder de leur appliquer du prêt-à-penser idéologique et diplomatique », lequel passe par une intervention militaire, un changement éventuel de régime, des élections, un mission de formation des forces locales et l’implication des Nations unies, le tout « saupoudré » d’aide au développement.

    Or, s’agissant du Sahel, et du Mali en particulier, l’intervention française de 2013 a suivi peu ou prou ce canevas. « Quelle compréhension avais-je de l’histoire du Mali, de son organisation économique, ethnique, sociale, de l’histoire des peuples qui y vivent, quand nous avons déclenché l’opération? Que savais-je des Daoussaks, des Peuls, des Idnanes et des Chamananas? Rien : j’ai appris tout cela en marchant », a confié le général Castres aux sénateurs. fin de citation

    Ouais mais que je sache c’est pas le général Castres qui a déclencher l’offensive …c’est bien Hollande en Urgence ….sur infos des armées et des satellites….à eux de s’expliquer !

  14. haut de games dit :

    Voilà la source des ennuis de l’afrique
    L’islam ,l’ignorance et l’analphabétisme ,et surtout cela qui suit ===> En effet après l’accession à l’indépendance de certains de ces pays, les pouvoirs en place ont considéré qu’une armée forte serait une menace pour eux, d’où l’accent mis sur des « gardes prétoriennes ». La seconde est que « qu’en l’absence de menaces globales et de guerre à proprement parler, le métier militaire est devenu dans beaucoup de pays, plus une rente de situation qu’une vocation », a-t-il affirmé. Aussi, le « réveil est donc brutal et le retard à combler important ». fin de citation

    • Pluton dit :

      l’islam n’est pas la source du probleme, il est un facteur aggravant ( pour son aspect extreme/violent), dans des crises nees de raisons sociales, economiques, se rajoute une couche ethnique… ou pire il en est l’expression, l’alternative la plus credible aux yeux de certains des plus radicalises, cad ceux qui sont pret a se battre pour que leur situation change…
      Pour moi l’un des problemes qu’ont certains, est de se focaliser sur le besoin de trouver un bouc emissaire, qui les amene a confondre la forme et le fond, et on ne guerit pas un mal en se contentant juste de traiter les symptomes.

      si on veut trouver une cause profonde au maux de l’afrique, en dehors des africains eux-memes, on peut citer la politique occidental dans la region depuis la periode de « decolonisation » (je vais me contenter de cette periode), on a favorise les interets d’industriels/financiers, on s’est arrange pour maintenir des etats faibles, en s’ingerant dans les politiques internes : en supportant, aidant les plus corrompus a arriver au pouvoir et son corolaire en evincant les plus aptes, en « imposant » des traites commerciaux iniques qui ne permettent pas de developper une economie suffisante pour constituer un etat stable consacre aux besoins des populations.
      On est face au spectacle d’une batisse qui tombe en ruine, dont nous occidentaux avons ete les architectes, cette hypocrisie a fustiger la faiblesse, corruption des etats africains, alors qu’on a ete des acteurs majeurs dans la construction et le maintien de ces systemes…(le plus inquietant pour l’afrique est de voir que d’autres prennent le relais…ne faisant ni pire, ni mieux que ce que l’on faisait….)

      • 341CGH dit :

        @ Pluton
        Alors si c’est ce que vous dites, comment expliquez-vous que certaines de nos anciennes colonies s’en sortent (Sénégal, Gabon) et d’autres non ?

  15. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ le chef d’état-major des armées [CEMA] a tenu des propos pouvant sembler étonnants quand on sait l’expérience accumulée au fil des ans par les forces françaises en Afrique. ]

    Effectivement ! Il suffit de se replonger dans  » Le Petit Journal Illustré  » et Gallica.fr pour partager cet étonnement . Mais ces erreurs ont un nom : L’hubris de nos chefs politiques et militaires .
    On peut y rajouter l’idée dune  » destinée manifeste  » à se poser en pacificateur historique de la région et la volonté d’y contrôler les ressources et les flux de manière hégémonique .
    Il a quand même fallu attendre 7 années pour arriver à ce début de commencement de prise de conscience très partiel ! Il ne reste plus qu’à connaître le degré d’autonomie de ces propos ? Cela ressemble à l’exercice de com’ .

  16. Omar Afraid dit :

    Vous les français, vous apprenez rien de vos (nombreux) echecs passés: Juillet 2006, Algérie, Indochine, Mai 40, Fachoda, Sedan, Waterloo, trafalgar, plaines d’Abraham, st quentin, Pavie, Azincourt, Crecy, Alesia, ecetera and ecetera.

    Que de defaites en rase campagne ou a l’usure.

    • MrChildebert dit :

      T’es un bon toi. Je vais relancer avec Gergovie, Castillon, Orléans, Formigny, Rocroi, arras, Austerlitz, Toulon, Eylau, Marengo, Kolweizi, Le tchad, Suez, Verdun, la Marne, COlmar, la provence, Paris…..ca va t’en veux d’autres ? Maintenant on attend ta liste de victoires…..

      Et de quoi t’occuper pendant que tu y réfléchis: https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_batailles_de_l%27histoire_de_France

    • Nobody dit :

      Bataille de Sidi Khalef ! Belle victoire ! 24 juin 1830 !
      Un de mes ancêtres y a participé comme Officier !

    • Béotien dit :

      Je crois surtout que nous sommes prisonniers d’idéologies qui font que l’on vire de nos écoles tous ceux qui ne pensent pas dans la ligne idéologique du moment. L’idéologie a un gros avantage, elle autorise, voir sponsorise, la paresse intellectuelle et place en avant les médiocres, les hommes d’appareils, les Rastignac.

      Mais puisque vous regardez nos défaites, n’oubliez pas de regarder également nos victoires. Vous verrez que nous sommes aussi capable d’apprendre de nos échecs et d’avoir de grands moments de lucidité.

    • oeildemoscou dit :

      Et pourtant nous sommez toujours là pour sortir l’Afrique de l’eau dans laquelle elle s’enfonce jour après jour !

      • Xaintrailles dit :

        La BSS manque tout de même assez cruellement d’eau pour éviter d’utiliser cette expression !… 🙂

    • Thaurac dit :

      Bouh , non je plaisante, redescend donc de l’arbre, tu ne vas pas rentrer chez toi à chaque cri!

    • Nioto dit :

      Je suis d’accord, méfions nous des longbow, des amiraux qui barrent le T et des légions romaines, on sait jamais en 2020!

    • Stephane Barry dit :

      @ Omar Afraid, c’est bien toutes ces citations de batailles/campagnes/guerres perdues, il y en a eu beaucoup c’est vrai. Mais ce n’est pas un argument car on pourrait citer un nombre beaucoup plus important de batailles/campagnes/guerres gagnées, mon cher ami !

    • Salah dit :

      Pour l’Algérie l’ALN était battu et ce, en pleine campagne dès 1960, le Plan Challes avait réduit les derniers maquis en chaleur et lumière, parallèlement le Plan de Constantine ralliait à tour de bras les villageois dans l’arrière pays.
      D’après de nombreux historiens ( meme Stora ), il restait de la rébellion quelques milliers d’hommes, moins de 4000 en armes soutenu par le même nombre en civils.
      Ce qui fut bâclé est sa décolonisation et la livraison clef en main de ce pays, ex département, ex joug Ottoman et ex « rien du tout » hormis des tribus antagonistes, au seul FLN dont les résultats sont de plus criants et dont au moins 10°/° de la population rêve de s’installer chez l’ex bourreau colonisateur.
      Anecdote « sordide », ce matin au marché, j’ai croisé une dizaine de clandestins N.A dont un quart d’Algériens faisant la manche et s’annonçant comme « Harragas » ( ceux qui ont quitté clandestinement le pays, se faisant aussi bien passé pour des réfugiés dans les colonnes de Syriens, d’Irakiens via la Turquie ou par bateau, bravant la mort » pour rejoindre l’ex bourreau colonisateur.
      En qualité de fils de Harki, j’avoue que je me suis retenu de leur hurler au visage « alors, vous chantiez les louanges du FLN hier et de vos assassins libérateurs érigés en demi Dieu chez vous, à présent dansez ! ».
      Je me suis retenu et j’ai filé mon chemin.

      • Salah dit :

        dont au moins les 3/4 rêvent de….ERRATUM
        Et dont au moins 10°/° est déjà installé chez l’ex bourreau…
        ERRATUM
        L’émotion, désolé !!
        Cdlt

      • Xaintrailles dit :

        Bonsoir,
        Vous m’apprenez ce termes de harragas ( en espagnol je crois ) et de harraga ( si on respecte l’origine arabe du mot ) qui signifie « brûleurs de papiers » !
        Ne dites pas de l’Algérie « ex de rien » car ce pays a une longue histoire, avec la romanisation des berbères, qui a produit des élites romaines aussi considérables qu’Augustin, même si ensuite il y a eu arabisation et recul… Les villes romaines mortes d’Hippone ou Timgad en témoignent.

      • Pravda dit :

        Je vous remercie de votre discours et remercie votre père pour le choix difficile qu’il a fait.

  17. Edgar dit :

    Article passionnant, on pourrait commenter chaque paragraphe. « …les confrontations intracommunautaires comme entre Peuls et Dogons … quels étaient les affrontements intra-communautaires il y a 10, 50, 70 ans.  » Les conflits entre agriculteurs sédentaires ou nomades éleveurs, partout dans le monde, sont aussi vieux que la guerre: Chinois et Mongols, agriculteurs du Croissant fertile et Amorrites/Araméens/Arabes, Berbères sédentaires et Berbères nomades, Peuls et Touaregs contre Dogons et Haoussas , Turcs d’Asie centrale contre Iraniens des oasis, Perses contre Scythes, Huns et Avars contre Byzantins, … On lira « L’empire des steppes » de Grousset, « Les Arabes en Syrie avant l’islam » de Dussaud, « Les Arabes chrétiens de Mésopotamie et de Syrie du VIIe au VIIIe siècle », de François Nau, le début de « Mahomet à La Mecque » de W.M.Watt, ou l’excellent Xavier de Planhol: « Les fondements géographiques de l’histoire de l’islam ». La Grande Muraille de Chine n’est, au fond, qu’une opération Barkhane coulée dans la brique…

  18. EddyMX dit :

    Une hypothèse cruelle:
    1) Le centre de gravité du phénomène djihadiste (une population radicalisée á l’échelle mondiale) ainsi que ceux des problèmes locaux ne sont pas accessibles à nos actions.
    2) La compréhension d’une situation ne garantit aucunement que nous puissions agir efficacement.
    3) Il n’y aucune raison qu’un problème ait une solution.
    4) Dans ces conditions, il n’est donc pas question de trouver une «solution globale » , il s’agit juste de se protéger et de limiter l’impact du problème : une stratégie d’endiguement.

    • Raymond75 dit :

      Quelqu’un (?) a dit « il n’y a aucun problème qu’une absence de solution ne puisse résoudre » ..

    • tschok dit :

      @EddyMX,

      Nous avons une hypothèse moins cruelle (mais plus violente) on continue à faire ce qu’on a à faire.

      Et, aux dernières nouvelles, c’est ça la souveraineté.

      Le djihad, c’est bien gentil, mais c’est le problème des musulmans. On peut leur filer un coup de main pour s’en sortir et on devra le faire, d’ailleurs, parce que c’est un devoir. Mais à la base, c’est leur problème.

      Nous, on a autre chose à foutre que de savoir si les filles doivent se baigner en combinaison de plongée.

      Je sais pas si vous avez compris: on a d’autres ambitions pour notre pomme et le genre humain. On laisse les demeurés là où ils sont, nous on fonce en avant. S’ils veulent suivre, plus on est de fous mieux on rit et bienvenue. S’ils veulent rester demeurés dans leur trous paumés, l’univers est assez grand pour nous tous, on les oblige pas.

      Ca va nous changer du grand remplacement, non? Ou de la grande disparition.

      Et de vos stratégies d’endiguement à la con de mes couilles.

      Avanti.

      • EddyMX dit :

        Bah justement le djihadisme n’ est pas qu’ un problème pour les pays musulmans… il paraît qu’ on est officiellement des mécréants devant intégrer leur nouveau califat.
        «Et, aux dernières nouvelles, c’est ça la souveraineté »: c’ est aussi savoir se défendre contre ses ennemis, genre éviter de les laisser s’ emparer de toute la carte…
        Et pour faire ça on a pas beaucoup mieux que les « stratégies d’endiguement de mes couilles».
        Aventi

      • Pravda dit :

        Sauf qu’une victoire là bas donnerait des ailes à « nos » attardés.

      • Contractor dit :

        « On laisse les demeurés là où ils sont, nous on fonce en avant. « …. Avec ce genre de raisonnement, il n’est pas loin le temps où les « demeurés » vous mettront une quenelle bien profonde…
        Parfois, vous montrez les limites de la liberté d’expression. La drogue et l’alcool c’est mal !!

        « Nous, on a autre chose à foutre que de savoir si les filles doivent se baigner en combinaison de plongée ». En revanche, celle là m’a bien fait marrer ! Très bonne image.

    • Royal Marine dit :

      Super! Sans le vouloir, sans doute, vous avez trouvé une « solution globale »! L’endiguement… Pauvre innocent!

  19. Raymond75 dit :

    Je partage totalement les propos du général, que l’on peut appliquer à pratiquement toutes les OPEX où la France intervient …

    « Quelle compréhension avais-je de l’histoire du Mali, de son organisation économique, ethnique, sociale, de l’histoire des peuples qui y vivent, quand nous avons déclenché l’opération? Que savais-je des Daoussaks, des Peuls, des Idnanes et des Chamananas? Rien» ! C’est vrai pour les militaires, pour les décideurs politiques, pour l’immense majorité des journalistes et des commentateurs, et de la population.

    C’est vrai pour les Français, les Américains, les Britanniques, les Russes. Mais nous éprouvons le besoin d’intervenir ici et ailleurs, pour montrer que nous sommes une ‘grande puissance’ … mais nous n’obtenons aucun résultat durable (après morts et destructions), et nous rentrons la queue entre les jambes.

    Si c’était moi qui avait écrit cela (mais tous mes commentaires allaient dans ce sens), j’aurai été traité de gauchiste, de bisounours, de troll incompétent 🙂

    On voit que le devoir d’obéissance et l’interdiction de contester une décision conduit aux égarements.

    • tschok dit :

      @Raymond75,

      Tout homme qui cause dit deux choses importantes dans la vie: le début et la fin.

      Votre début: « Je partage totalement les propos du général ». Moi, j’vous conseille aut’chose: ne lui prêtez pas plus qu’il n’en dit. Casez pas votre bréviaire, vous allez devenir chiant.

      Votre fin: »On voit que le devoir d’obéissance et l’interdiction de contester une décision conduit aux égarements ». Belles paroles, mais sans vouloir vous vexer vous mettez dans les deux plateaux de la balance la même chose: le devoir d’obéissance d’un côté et l’interdiction de contester de l’autre. Votre balance est un peu chiante, franchement. Je vois bien les poids, mais où est la marchandise à peser?

      Prenons les trucs autrement.

      C’est un général, il cause d’autre chose. Le dépassement de soi. Pas le rattachement des événements à soi.

      Un général sait un truc que nous on sait pas: on n’est pas le centre du monde. Un général apprend ça à ses troupes. Il leur apprend à se déplacer sur une carte.

      C’est ça qu’il fait le monsieur.

  20. Certes… dit :

    Les propos du général Castres sont de bon sens. Mais il n’est pas le premier à les tenir et tout ce qu’il a dit est connu depuis bien longtemps, aussi bien des officiers que des universitaires ou des politiques.

    Le problème, c’est que s’il s’était exprimé ainsi lorsqu’il était en activité, il en aurait pris pour son grade (c’est le cas de le dire).

    On a toujours tendance à reprocher aux officiers généraux de ne s’exprimer qu’une fois à la retraite. Et beaucoup de gens qui n’ont jamais tenu de postes de responsabilité au contact des échelons politiques civils n’hésitent pas à les traiter de pleutres. C’est aller un peu vite en besogne.

    Car, en toute honnêteté, on ne peut pas, f notamment en France, acilement concilier une ambition parfaitement professionnelle légitime avec le risque permanent d’être sacrifié au titre de porteur de mauvaises nouvelles.

    Il est évident que, comme dans toutes les autres professions, on trouvera des officiers supérieurs et généraux honnêtes et d’autres prêts à faire passer leurs stratégies de carrière avant cet aspect de la mission qui consiste à donner des analyses et des recommandations inconfortables. Il faut une force d’âme peu commune pour respecter l’esprit et la lettre de la mission tout en trouvant le moyen de ne pas servir de bouc émissaire à une classe politique dont, en majorité, l’unique objectif est d’assurer sa longévité au pouvoir.

    Les politiciens veulent rester au pouvoir. Pour y rester ils doivent donner le sentiment à l’opinion publique qu’ils gardent le contrôle sur la situation.

    Si un général s’en vient clamer le contraire, premièrement cela ne changera rien vis-à-vis de l’opinion, car les politiciens disposent d’équipes de communicants qui sont tout à fait capables de faire croire le contraire aux profanes, et deuxièmement ce général sera puni pour l’exemple. Certains se le tiendront pour dit et d’autres seront immédiatement prêts à le remplacer et à tenir un rôle de béni-oui-oui.

    Finalement, si les généraux en deuxième section s’expriment comme l’a fait le général Castres, c’est peut-être par ce que c’est le seul moyen pour l’état-major de faire entendre les analyses et recommandations dissonantes que les échelons politiques n’apprécient pas plus de s’entendre dire que de voir livrer à la presse et à l’opinion publique.

    Mais, de toute manière, tout ceci est presque accessoire. Depuis maintenant plusieurs mois, diverses sources et diverses autorités s’emploient à rappeler aux bons peuples que si la France est engagée militairement, depuis si longtemps et dans de si nombreux pays africains, ce n’est certainement pas pour de basses raisons commerciales, fussent-elle stratégiques et nationales ou simplement privées.

    Les militaires français qui ont combattu en Afrique depuis 1945, il faut le savoir, n’ont ombattu qu’au service du droit, de la démocratie, de la liberté et, plus généralement parlant, des grands principes.
    Ce n’est pas le cas des autres pays occidentaux ou asiatiques dont nous savons bien que leur ruée vers l’Afrique est dictée avant tout par des appétits industriels et financiers le plus souvent privés.

    La France (avec ses armées), se démarque comme toujours de ses alliés et adversaires potentiels tous aussi cupides les uns que les autres.

    Les déploiements militaires français en Afrique, entre 1945 et 1970, ne servaient certainement pas à promouvoir l’excellence du matériel militaire français puisque les unités étaient principalement équipées par des achats à l’étranger. Une fois le redressement de la patrie achevé (en dépit du général De Gaulle – Messieurs les trolls, inutile de vous exciter) la France, avec ses armées, a poursuivi son œuvre essentiellement politique de propagation de la démocratie dans ses anciennes colonies.

    Mais, on ne sait pas pourquoi, cela ne marche pas. Et surtout, on ne sait pas pourquoi d’un point de vue comptable, des gens qui se montrent si réticents à lâcher quelques dizaines de millions à des services publics que l’on s’empresse de privatiser pour les rendre à peu près efficaces (ce qui restera à prouver) n’hésite pas, de l’autre côté, à carboniser des centaines de millions et des milliards dans cette espèce de croisade solitaire et dont on ne voit pas la fin.
    L’image du tonneau des Danaïdes nous vient aux lèvres…

    • Xaintrailles dit :

      Globalement d’accord avec vous, sauf notamment avec votre « on ne sait pas pourquoi… » vous êtes sérieux ? Vous n’êtes jamais allé en Afrique ?…

      • Certes... dit :

        Ironie (subst. fém.) :
        A. − Figure de rhétorique par laquelle on dit le contraire de ce qu’on veut faire comprendre.
        B. − Ironie socratique ou ironie. Ignorance simulée, s’exprimant en des interrogations naïves, que Socrate employait pour faire découvrir à ses interlocuteurs leur propre ignorance

        Valable pour les § 9, 10, 11 et 12… en plus du 13.

        http://www.cnrtl.fr

  21. jyb dit :

    bof, bavardage très scolaire, creux et contestable de mr castres.
    La seule erreur ( que serval a su évité ) est la non définition des objectifs militaires et politiques de barkhane.
    – très scolaire, parce que comme tout les officiers généraux (ou ex) mr castres a comme livre de chevet le traité de stratégie d’hervé coutau-begarie.
    référence a un vieux questionnement de stratégistes (qui date de l’après 1870…c’est dire) lecture scientifique du général lewal, lecture historique de foch ou haig, lecture américaine (ou matériel)…avec toutes leurs impasses.
    – 100 000 bombes sur le syrak ? 1 – ce n’est pas la doctrine française 2 – ce choix ( matériel) était lui même dicté par un retex irakien et afghan. La présence au sol de militaires étrangers étaient contre productive et les morts de la coalition risquaient un effet « médiatique » là aussi très contreproductif. Donc oui la prise en compte de l’immédiateté des média est un des facteurs corrélatifs à toute stratégie.
    – glocal (djihad global djihad local) Premièrement ne pas oublier que l’hybridation au niveau opératif et tactique est récent. En 1992 quand survient le premier attentat de ce qui est encore le « front international islamiste pour le djihad contre les juifs et les
    croisés » on est encore dans l’anti-terrorisme et non dans le militaire. En 1992 les états unis soutiennent activement les djihadistes afghans puisque le régime post soviétique à Kaboul est en train de tomber…
    Donc faire la lecture diachronique ( donc actuelle) pour vanter une méthode historique c’est là qu’est le magnifique sophisme.
    Il semble quand même que l’inter relation des théâtres est largement connue mais peut etre pas assez prise en compte (?)
    ex çà fait un moment qu’on évoque ici la contagion au Mozambique et rca (cf les évènements récents) sans que les faits soient médiatisés et pris en compte…Ah si, ils sont pris en compte depuis que les usa ont découvert que les russes étaient présent sur place. Donc le diagnostique de mr castres devrait aussi intégrer l’articulation entre geopolitique et geostratégie. Il n’y a pas coincidence parfaite entre les priorités et les objectifs de l’action des armées françaises et de celles de leurs alliés…
    – L’approche culturel ou transversal est largement pratiqué par les armées françaises, çà n’est pas nouveau. Le corpus que réclament le Gal Lecointre et mr castres est largement accessible, encore faut il se donner les moyens ou plutôt la peine de le consulter ou d’écouter les analystes.

  22. un abonné du Mali dit :

    Quelle fatuité dans les propos de ce général.

    Le meme qui 5 jours avant le début de la bataille de l’Amettetai affirmait que tous les djihadistes avaient fui du Mali.
    Le même qui deux semaines avant l’attaque des 30 suicides bomders à Gao nous affirmait que le MUJAO etait un groupe de trafiquants et pas des djihadistes…
    Le même qui commandait par BFM TV….
    Le même qui portait une ancre de marine et qui en connait moins sur l’Afrique que beaucoup de « métros »

    Bref un personnage sans relief, en quête d’une reconnaissance qu’il ne mérite pas.
    Fermez le ban!

    • Xaintrailles dit :

      Vous l’avez habillé pour ce qui reste de l’hiver, mais j’ai le même sentiment que vous, et ai apprécié aussi ( comme souvent ) l’analyse de fond de @jyb…
      Il a pu impressionner les sénateurs par ces 5 « péchés capitaux », mais sur le fond il n’y a pas grand chose ! Et se vanter d’avoir fait une guerre dans un pays méconnu, même « de Castries » ne l’aurait pas osé ( autre époque). Si on reconstitue sa bio on comprend à qui on a affaire : officier subalterne en métropole, et temps de commandement de Cie à Nouméa, cela n’aide pas à connaître l’Afrique. Puis beaucoup d’années dans les EM particuliers, et on fini aigri de n’avoir été que pressenti pour finir CEMAT…

  23. vrai_chasseur dit :

    Ces ‘5 péchés capitaux’ de la gestion de crise, on pourrait l’appeler le ‘brouillard politique’ qui embrume l’action militaire en résolution de crise en politique étrangère. Au point parfois de la délégitimiser, ou du moins d’être incapable d’en exprimer clairement le bien-fondé (ce qu’on peut résumer par ‘mais qu’est ce qu’on fout là-bas ?’).
    Et contrairement au brouillard de la guerre clausewitzien, le brouillard politique s’épaissit avec le temps.
    Une crise a souvent des causes racines endémiques, issues de déséquilibres sociaux et sociétaux. Faut-il que le bras armé qui perçoit ce dysfonctionnement systémique parce qu’il y est confronté en direct sur le terrain, se rebelle contre le cerveau politique qui le commande et qui ne le perçoit pas ? chers élèves vous avez 4 heures après on ramasse les copies.

  24. Noël BERGON dit :

    nos généraux ,sont comme nos « nouveaux politiques »…très très jeune et très très intelligent,mais ils ont dans leur cerveaux une partie attroffié…la partie humilité !…ils pensent qu’ils ont la science infuse !…la BSS ,l’armée Française coloniale à un historique long comme le bras…les « petits soucis » d’aujourd’hui,sont les mêmes que jadis(conflits interethnique et religieux)..rien de nouveau en Haute volta ou au Soudan ! …nos anciens de la coloniale soutenaient pendant 15 ans les peuls (en enrôlant des supplétifs dans leurs rang) pour contrôler les autres tribus…puis après ,il s s’alliaient avec les Dogons…pendant une quinzaine d’années (enrôlant donc des supplétifs chez les Dogons) quoi de mieux que des dogons pour surveiller les peuls ?…et vice et versa…sans oublier les touareg ,qui eux ,de tous temps ont « chassés en en faisant commerce » les uns et les autres ! …tout pareil comme aujourd’hui !

  25. Auguste dit :

    Bin, je me suis planté.Moi qui croyait que l’Armée savait tout des colonies,le Général m’apprend qu’il ne savait rien.Et si j’en crois des gens comme Maurice Freund,elle n’écoute même pas ceux qui savent.Mais qu’est ce que c’est que ce binz?

  26. SLEGUE dit :

    Cette « aculturation » n’est-elle pas de la responsabilité de l’EMSOME ?
    A moins que tout ait disparu avec la dissolution du CMIDOM.

  27. Nedhgaar dit :

    Bonjour, je me permets de proposer un sigle façon « cadre d’ordre » C-CITE (lire cécité) :

    Croyances

    Cloisonnement
    Indicateurs
    Temporalité
    Émotion

  28. ULYSSE dit :

    Analyse limpide du général Castres. Le niveau des commentaires s’est également élevé. Ca change.
    Je citerais en particulier celui de EddyMX qui éclaire la réflexion d’un point de vue original.
    Pour ma part je soulignerais le problème des décisions prises dans un monde clos, à l’écart de ceux qui n’ont font pas partie et qui pourraient pourtant apporter leur expertise. Je cite: « nous avons perdu cette expertise, et les administrations peinent, ou rechignent, à aller la chercher là où elle est, c’est-à-dire chez les universitaires, les chercheurs, dans les think tanks et les ONG. »
    C’est un problème chronique dans la haute administration de l’Etat, qui fonctionne en vase clos, sait tout, décide de tout. les parlementaires de « en marche » ne disent pas autre chose quand ils citent le cabinet noir qui leur rédige des fiches avec des analyses et des réponses toutes faites sur les sujet débattus.
    L »ouverture à la diversité intellectuelle est un vrai défi à relever.

  29. Bob dit :

    Alors là j’aimerai bien voir la tête des planificateurs des EM et des réservistes spécialiste (pour aider les planificateurs) en lisant tout ça …
    Soit c’est une négation de leur travail soit les produits ne sont pas au niveau ou je ne comprend pas.
    En plus avec les ACM et attachés de défenses , plus le réseau diplomatique, difficile d’être a priori aussi aux fraises.

    Je suis sur le cul.

    • Royal Marine dit :

      Pour les réservistes spécialistes de la planification et la conduite des opérations, la situation et simple… Ils ont subitbles mêmes refus de réponses et d’engagement des politiques face à leurs demandes légitimes. Ils ont vu, à plusieurs reprises le Général Castres, le CEMA et ses principaux adjoints (CEMM, CEMAT, CEMAA) quasiment monter au clash avec l’EM du Président pour obtenir des accords, des autorisations, ou des réponses… Et ne rien obtenir!
      Quant à aller plus loin? Le Général de Villiers l’a fait. Qu’est-il arrivé? Le microscopique « Chef des Armées » l’a immédiatement viré…
      Croyez bien que Villiers et Castres faisaient partie des officiers généraux appréciés de leurs subalternes. Demandez vous pourquoi?

  30. fgni dit :

    Quand il était « dedans » c’était la « Grande Muette » et maintenant  » Dehors » c’est le grand bla bla
    Defonceur de portes ouvcertes!!
    Deux fois « inutile »

  31. SCAtastrophe dit :

    Les DRH font ce qu’on leur a appris, recruter des personnels interchangeables au discours convenus.
    https://philippesilberzahn.com/2016/01/18/quand-ses-talents-empechent-entreprise-innover/
    D’où le fait qu’il faut être à la retraite, même pour un quatre étoiles pour pouvoir parler.

  32. petitjean dit :

    Formidable !
    tout est dit ou presque !
    pourquoi cela n’a-t-il pas été dit avant ? Dit, est pris en compte !
    Mais pourquoi ne pas avoir consulté, par exemple, Bernard Lugan, expert de l’Afrique, de son histoire, de ses conflits tribaux immémoriaux ?? Bernard Lugan a écrit de nombreux ouvrages sur l’Afrique qui font autorité
     » Quelle compréhension avais-je de l’histoire du Mali, de son organisation économique, ethnique, sociale, de l’histoire des peuples qui y vivent.. »
    il serait temps de s’en rendre compte !
    https://www.polemia.com/propos-choc-bernard-lugan-france-mali/
    https://fr.novopress.info/216386/que-faisons-nous-encore-au-sahel-ou-le-changement-de-paradigme-simpose-desormais-par-bernard-lugan/
    Mais il se trouve que Bernard Lugan, mais il y a d’autres africanistes, n’est pas en odeur de sainteté auprès du pouvoir

    • Merci! Je me demandais si quelqu’un allait oser le dire… Qu’un Général (2S) ose dire qu’il n’était pas au courant, « qu’il ne savait pas » me laisse pantois! Nos aînés n’ont-ils pas suffisamment souffert en Afrique pour que l’on jette leurs expériences et connaissances accumulées? Pauvre France!

  33. Preston dit :

    « Je garde toujours à l’esprit la date du premier attentat revendiqué par al-Qaïda : c’était en décembre 1992, au Movenpick Hotel d’Aden, au Yémen.  » Non, mon général! C’était le 5 novembre 1990 au New York Marriot East Side, l’assassinat du Rabbin Meir David Kahane ZT »L HY »D.

  34. Celtibère dit :

    Je rajouterais un sixième pêché capital, le principal d’ailleurs, celui qui consiste à intervenir en Afrique ou, de préférence, dans des contrées arriérées, dans des crises qui ne nous concernent pas, sachant qu’aucune intervention militaire dans ces pays n’a résolu le moindre problème. En quoi sommes-nous concernés par les rivalités inter ethniques au sahel? En quoi la sécurité de la France serait-elle mise en péril par ces conflits? En rien. Sinon à considérer que notre sécurité dépendrait aussi des autres crises comme celles opposant l’Iran à nos « amis » saoudiens via le Yemen, crise où pourtant nous nous gardons bien d’intervenir. Pourquoi? la réponse n’est peut-être pas aussi limpide que ça.

  35. philbeau dit :

    Au delà de ces réflexions et de ces analyses qu’il faudrait mieux se poser avant , on peut craindre de l’état-major , encouragé par le politique à pousser son avantage sur le plan militaire pur , avant d’aplanir , ou de baliser le terrain en tenant compte des particularismes (je sais , c’est plus facile à dire qu à faire) une classique « fuite en avant »opérationnelle . ça s’est vu dans tous les déploiements de ce genre , notamment chez nos amis américains . ce qui amène à des propositions comme celle-ci , qui peut faire se demander à quoi pensent nos stratèges…
    https://blablachars.blogspot.com/2020/01/le-leclerc-barkhane-un-olivier-sur-le.html

  36. Expression libre dit :

    Pour « la connaissance du pays » , en l’occurrence pour l’Afrique où nous intervenons depuis des lustres, c’est un aveu incroyable de la part d’un ancien SC-OPS. Les réductions d’effectifs ont bon dos. On n’aurait pas assez d’états-majors ? (ironie) .
    « Le second serait de considérer une crise uniquement sous le prisme de l’action militaire, avec les yeux rivés sur les seuls « indicateurs opérationnels ». » Mais, nous le savons tous , du moins, ceux qui s’intéressent à la chose militaire. C’est évident.
    Pour la troisième erreur, intégrer la dimension temps est évidemment une nécessité, on peut même avancer que le changement du mode de gouvernance des pays du Sahel prendra plusieurs décennies.
    « chaque crise interagit sur l’autre….garder la tête froide… » Bon, j’ai l’impression que le général s’adresse à des non initiés même si c’est utile de le dire et de le redire. Pour le reste, les armées africaines, pour faire combattre les Africains avec plus d’efficacité, il ne faut pas se contenter d’injecter que des FS (projet Takuba). Nos forces conventionnelles doivent pouvoir combattre à côté des bataillons du G5 avec un commandement commun.
    « Aussi, une des solutions passerait donc par « l’accompagnement » des forces maliennes au combat afin de leur donner de la confiance et les rendre ainsi plus efficaces. » J’y souscris totalement.

  37. akwaba dit :

    Ce site pourrait être passionnant et la lecture des commentaires parfois instructive. Les articles sont de bonne tenue et abordent sérieusement des sujets graves. C’est après que ça dérape. En effet, c’est sans compter sur le festival des commentaires. Là de nombreux experts autoproclamés déversent leurs poncifs, leurs âneries, avec la vulgarité qui caractérise aujourd’hui tous les réseaux sociaux . Les commentaires ressemblent presque partout à des égouts à site ouvert où les propos pondérés ont bien du mal à surnager. Je m’étonne qu’un tel site n’ait pas un modérateur pour faire le ménage dans cette porcherie. Mais j’entends déjà les commentaires sur ma sortie: si les commentaires ne te plaisent pas il suffit de ne pas les lire. C ‘est ce que je vais faire de ce pas.

    • Pascal (l'autre) dit :

       » Les commentaires ressemblent presque partout à des égouts à site ouvert où les propos pondérés ont bien du mal à surnager. Je m’étonne qu’un tel site n’ait pas un modérateur pour faire le ménage dans cette porcherie. » Il ne tient qu’ à vous de participer, de nous faire part de vos analyses. Un peu facile le prétexte « c’est tout pourri! » De plus un peu « téléphoné » le style passage de la pommade ‘site passionnant, lecture instructive…….puis c’est des égouts et c’est une porcherie! On caresse puis…………………….. on frappe!
      « si les commentaires ne te plaisent pas il suffit de ne pas les lire. C ‘est ce que je vais faire de ce pas. » Là aussi c’est plutôt facile! C’est un peu « courage fuyons! » Si pour vous le débat, la confrontation c’est donner un blanc seing à vos propos c’est sûr vous risquez d’être déçu! Vous avez néanmoins raison sur le coté « rustique » de certains échanges.

  38. Raymond75 dit :

    Ce commentaire issu d’un très haut gradé montre une coupure entre le monde militaire et le monde politique, un manque de réflexions communes, une absence de lien entre l’état major, les affaires étrangères et le gouvernement. Et probablement aussi une absence d’étude des résultats, due entre autre à la courte vue des politiques, toujours entre deux élections, avec des mandats très courts.

  39. Raymond75 dit :

    L’Afrique est ravagée par la corruption et la misère, l’une entrainant l’autre, et aussi par une culture clanique qui oppose les populations et les enferme dans leurs origines.

    Nos OPEX ne peuvent rien contre la corruption, et donc contre la misère. Mais elles ont comme rôle principal de maintenir les frontières issues de la colonisation, par crainte de guerres généralisées. Mais ces frontières créées à l’époque de la colonisation avaient précisément pour but de diviser les populations, pour les affaiblir et les empêcher de se dresser contre les colonisateurs.

    Quand on voit les problèmes, jamais traités, que pose l’immigration en France (et quand on lit certains commentaires sur ce site), on devrait comprendre que ce maintien des frontières africaines est un combat sans issue. Pour prendre l’exemple du Mali, on sait que les populations Touaregs sont méprisées par les populations noires ; on peut aussi observer l’histoire du Rwanda et du Burundi, et de beaucoup d’autres pays.

    C’est aux Africains de régler leurs problèmes, ce qu’on compris les Britanniques. Il y a eu 1 500 ans de guerres en Europe pour délimiter des frontières à peu près stables, sauf en Irlande et dans les Balkans. Nous n’avons pas de leçons à donner. S’ils veulent de nouvelles frontières, c’est à eux de décider.

  40. Tankaboum dit :

    Mais quelle blague, mon général s’est réveillé d’une longue sieste ? Afga russe, afga Us, érythrée, éthiopie, Somalie, Rwanda, Tchad, Vietnam, Indochine, Algérie et j’en passe . quel épisode a t’il raté ?
    Son analyse est mauvaise.
    Les politiques sont culturellement faible avec une réelle incompétence géopolitique et historique.
    Ils sont bien trop occupés à gérer :
    leur élection et réélection
    Leurs histoires d’argent
    Leurs histoires de cul
    Les hauts fonctionnaires qui les assistent n’ont pas forcément les compétences nécessaires, mais sont bien trop occupés eux mêmes à leurs passer du cirage pour garantir la pérennité de leur emplois et de leurs promotions.
    Quand à toutes les professions de santé qui ont OBLIGATION de se former pluriannuellement afin de maintenir leurs compétences et surtout d’élargir leur horizon, Nos gradés qui ont le droit de vie ou de mort, eux :RIEN
    Un bon moyen de justifier leurs ignorances( même si parfois elles sont feintes).
    Donc plus tôt que d’enfoncer des portes ouvertes mon général, retournez à votre sieste.

  41. Tankaboum dit :

    Histoire de ne pas avoir la mémoire trop courte, on a découvert au cours de ce déploiement :
    Un déploiement à la vite qui se justifiait peut-être par l’urgence, mais au bout de trois mois quand même un état des lieux clair aurait pu être effectué : belligérants, population, antagonistes sociaux et économiques, antagonistes culturels et religieux.
    Un plan et des perspectives de sorties
    Un calendrier avec des étapes pour stabiliser le Mali
    Développer une coopération avec nos amis européens
    Un plan B de retrait
    Bon de tout ça..rien du tout.
    On a juste vu au bout d’un an des treillis rapiécés des Rangers trouées, pas de chiottes ni de douches aux camps de base.
    On a remarqué l’absence
    De Rens
    D’elint
    De transport stratégique
    D’hélicoptères lourds
    De ravitailleurs
    De drones
    Et tout ça est arrivé au compte-gouttes . Aujourd’hui encore on va pleurnicher aux Us.
    Une vraie grande réussite.

  42. MAS 36 dit :

    Qu’il arrête de pleurnicher ce général, même un caporal-chef sur le terrain a compris la situation notamment des luttes ancestrales inter-ethniques, inter-religieuses du sahel. Il aurait pu féliciter le degré d’adaptation de nos soldats et leur engagement sans limite avec le peu de moyens que lui et ses pairs leur ont accordé.

    Il faut arrêter de tout mettre sur le dos des politiques. Que chacun prennent ses responsabilités.

  43. werf dit :

    Il faut vraiment faire des tests psychanalytiques sur les généraux des états majors car ils sont, soit dans le déni, soit dans la repentance mais ils ont toujours des trous de mémoire sur l’histoire récente de la France pendant leur période d’active et, certains, retrouvent la lucidité à la retraite. En tous les cas, ce ne sont pas des grands stratèges avec une vision périphérique mais de fiers amateurs de jeux de guerre en chambre. Pauvre formation générale mais, pour eux, du muscle et l’esprit commando suffisent pour faire une armée… On voit le résultat partout où nos troupes interviennent en pas de 2 ( en même temps), dans le désordre et la confusion, à l’instar des politiques qui nous gouvernent.

  44. Carin dit :

    Je veux bien qu’un général prends 5 demi vérités et les érigent en péchés capitaux… mais d’une ses anciens collègues encore en activité ont déjà fait ce constat,( lire leurs différentes déclarations), et de deux, le général Castre occulte le fait que les nuisibles sur le terrain, ne pensent pas en termes universitaire, ils agissent sous couvert d’un coran qu’ils érigent en bouclier sans jamais l’avoir lu, et dans le seul but de « faire du fric » quitte à orchestrer des massacres de masses pour se faciliter la tâche… donc à mon avis, nos mili sur le terrain apportent la seule bonne réponse à ces gens, chaleur et lumière. Les problèmes inter-ethniques étant du ressort des différents gouvernements de ces pays.
    Et je remercie ce général de préciser que lors de l’intervention Serval, il ignorait toutes ces réflexions sur les différences ethniques du Mali, car cela a sûrement permis l’efficacité de cette intervention, au détriment des réunions sous l’arbre à palabres qui aurait coûté à coup sûr, plus de vies.

  45. lxm dit :

    La seule manière de créer un monde neuf est de massacrer, massacrer ceux qui portent la mémoire, la mémoire des frontières anciennes, des cultes, des traditions, la mémoire d’un autre monde.
    La france continuait de massacrer avant la décolonisation, par exemple à madagascar ou au maghreb.
    L’empire romain, l’empire musulman se sont développés en massacrant massivement, d’abord brûler les archives de tout pays conquis, puis les prêtres, les archivistes, les intellectuels, les porteurs de mémoire. C’est pour cela que ces 2 empires sont si prégnants dans nos mémoire, car n’ayant pas été eux mêmes effacés à leur tour. Les amériques ont subis la même chose de la part des colons ibériques et anglo-saxons, massacrer, encore et toujours massacrer. Les présidents américains ont mis un point d’honneur à s’implanter sur le site ultra sacré du Mont Rushmore et y interdire l’accès aux indigènes, pour bien montrer qui étaient les maitres, humilier, effacer les traces du passé, en expérimentant à forcer les enfants indiens à vivre comme des wasp pour les « civiliser ». Car plus nous sommes devenus citadins et plus nous avons dévié de la manipulation du corps vers celui du cerveau, on se mit à tuer non des corps mais des esprits de groupes entiers, les tranformants en zombis qui peuplent nos banlieues, ayant perdu toute transmission de leurs ancêtres, comme une remise à zéro perpétuelle, un enfer.
    C’est une dure vérité appliquée systématiquement par les religions, et depuis la révolution française par les régimes totalitaires, contrôler l’éducation toujours plus tôt, enlever les enfants à leurs familles, pour casser le lien de la famille, le lien de la tradition, le lien de l’humanité, massacrer ce qui fait de nous des êtres pensants, des êtres avec un goût, une odeur, une particularité, pour uniformiser au nom de la nouvelle paix sociale, l’ennemi devient celui qui cherche à se distinguer, à exister, à penser différemment.
    Et à force de massacrer ce qui faisait de nous des humains, en allant massacrer toujours plus profondément au nom d’une nouvelle unité, notre civilisation a dérivé vers le délire, allant jusqu’à confondre homme et femme, mélanger toute notion, tout concept, ouvrir la boite de pandore de l’effondrement systématique et global le temps de la fin, quand tous seront persuadés d’être des génies incompris et pourtant incapables de survivre et simplement comprendre la nature. L’intelligence n’est pas de savoir écrire une explication de texte sur un chapitre de Sartres.
    Nous ne combattons pas au 4 coins du monde des « méchants » mais juste des gens qui pensent différemment, et de leur point de vue, nous sommes les « méchants ». Il faut alors arrêter l’hypocrisie et accepter le fait que nous envoyons des militaires professionnels combattre pour une histoire de pouvoir, de pognon, de ressources énergétiques et au service de banques, pour toujours plus centraliser le pouvoir entre des moins de mains, enrichir des gens déjà riches, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une babylone, qu’une seule méga-ville qui contrôle toutes les autres, et un seul empereur, régnant sur un empire de gens morts dans l’âme. N’est ce pas cela la « réussite » suprême qu’on nous inculque dans toutes les grandes écoles de commerce ?

  46. Guerrier des boutons et des bérets dit :

    C’est un général d’origine paracolo.
    Il n’est pas le premier général paracolo qui démontre un certain manque de… euh… un certain manque de maîtrise.

  47. Roissard dit :

    Très intéressant : c’est fou cette lucidité qui survient en 2ème section, sans doute l’effet du repos.
    Un tout petit bémol : « décade » en Français veut dire 10 jours et non 10 ans comme en Anglais