Les forces spéciales américaines voudraient au moins 75 avions d’attaque légers

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. Chimère dit :

    Voici le futur du CAS , le futur de l’ALAT .

  2. Piloufax dit :

    Je ne suis pas du tout expert en avions, je m’en remet donc aux experts de ce site, notre armée aurait elle un réel besoin de ce genre d’avions au Sahel, aurait il assez d’autonomie et de vitesse par rapports à nos Mirages 2000 pour aller frapper par exemple une colonne de pick up, tiendrait il le choc va à de la 14,5mm voir plus sans oublier du Manpad, étant moins rapide j’imagine qu’on face ils feraient parler la poudre.

    Deuxième question, ce genre d’avion peut il devenir un sorte de A10 du pauvre, très bien armé pour de l’appui au sol mais bien sûr sans le blindage et son design conçue pour l’attaque au sol ?

    Cordialement

    • Appolo dit :

      Sur le principe, vous avez raison. Toutes les armées modernes ont besoin de ce type d’avion, « rustique » et spécialisé. Les US ont le A10, les russes le SU25, … La majorité des conflits auxquels ces armées doivent faire face (russes en Syrie, US en Afgha, France au Mali) ne nécessitent pas des avions ultra modernes (SU34, Mirage 2000/Rafale, F35, …) qui sont conçus pour des conflits haute intensité das des zones de déni d’accès.
      Le souci derrière cela est la multiplication des modèles d’avion, donc la maintenance, la formation des pilotes, … Le choix est donc fait d’avoir un seul modèle d’avion, capable de remplir toutes les missions. Cet avion multi role (ou omnirole, au choix) n’a évidemment pas les mêmes capacités qu’un avion spécialisé, mais il fait le job, on a besoin de moins d’exemplaires et on centralise l’entretien.
      Car on a le même souci par type d’avion (intercepteur, supériorité aérienne, bombardement, reconnaissance, guerre électronique, …) et on ne peut pas multiplier les modèles à l’infini

    • wagdoox dit :

      Un avion a piston ou turbo a plus d’autonomie mais moins de vitesse qu’un avion à réaction, c’est l’un ou l’autre.
      Un avion ne sera jamais un tank, le prix d’un avion c’est au kilo comme disait marcel Dassault (c’est moins vrai aujourd’hui avec l’électronique mais dans le cas d’un avion comme celui ca reste parfaitement exacte), le but de la guerre c’est de tirer sans se faire tirer dessus, dans ce cas là la surprise est quasi impossible, l’avion se fera entendre de loin. Le but est donc de balancer des munition tout en restant hors de porté, voir qu’un avion tire au canon d’un peu loin pour faire baisser la tete des Toyota pour mettre à un autre avion du passe canon plus rapproché.
      Pour les manpad ca reste très compliqué à gérer mais c’est pas une arme si rependu. Sur l’A10 ca demande déjà une grosse cargaison de leurre, lancé à chaque fin de passe canon. `

      L’A10 qui pauvre oui et non … Enfin le role principal de l’A10 c’était de tapper des tanks soviétiques pas des Toyotas donc là aussi c’est overkill. l’A10 n’est pas blindé non plus, c’est juste le pilote qui est dans une baignoire blindé et les réacteur qui sont protéger. Le design sera aussi prévu pour l’attaque au sol. La seule véritable différence c’est la capacité d’emport sera plus faible, le calibre du canon sera moins important mais encore une fois pas de tanks soviétique à l’horizon.
      C’est un avion en dessus de l’A10 si on les compare entre eux mais probablement plus adapter à la mission de contre insurrection. Donc je dirais pas du pauvre mais plutôt penser pour démolir du pauvre en Toyota.
      Après tout, c’est normal de vouloir un moyen de détruire une cible qui coute moins cher que la dite cible (un missile à 60 000 euros pour taper un 4×4 à 4000 euro, c’est quand meme une idée bizarre de l’économie de guerre).

      • Logos dit :

        combien, le litre de napalm, ou la refabrication de belouga ?
        le hic, c est la bien pensance… on peut tuer l’ennemi, mais en restant dans des armes ‘acceptables’. pfff… la guerre qu’on nous impose est faite par des gens qui veulent nous terroriser – alors, n’hésitons pas dans les moyens d’éliminer celui qui nous menace tout en dissuadant les candidats potentiels.

        • Wagdoox dit :

          on parle avion cas leger et vous parlez bombardier.
          Le belouga etait un option transport jamais bombardier.
          Pour un bombardier je préférerais un a350 avec un aslp (asmp version longue portée proposée en cooperation avec les anglais, ils ont lâché la capacité donc c’est pas aller plus loin). En version asn4g, ca reglerait tout les problemes de volumes des armes hypersoniques, sans parler d’avoir des avantages dans le conventionnel.
          Le napalm serait une veritable usine de recrutement a terroriste …

    • dolgan dit :

      Le problème (outre la survie) c’est la vitesse. Qui fait que dès que le théâtre est un peu grand, il faut multiplier les bases aériennes. Donc multiplier les personnels au sol, les convois , …
      .
      C’est très pertinent pour des armées nationales luttant pour le contrôle de leur territoire (ou contre des voisins sans aviation sérieuse, ni DCA type manpad). A fortiori si elles peuvent compter sur la conscription.
      .
      Pour des armées professionnelles en OPEX (Dont c’est pas la vocation première), on perd vite vite les avantages de ce type de solution.

      • ULYSSE dit :

        Ah bon? et qui dire des hélicos qui plafonnent à 270 km/h de croisière. Faux problème car l’empreinte logistique d’appareils comme l’IOMAX Archangel, ou dans une moindre mesure les super Tucano et consorts, est sans commune mesure avec celle d’un M 2000, sans parler des RAFALES. Il suffit d’envisager le ravitaillement en kérosène pour le comprendre…. le bon dispositif est de disposer des deux, des avions CAS/COIN sur des bases avancées qui quadrillent le terrain, pour le loitering et l’appui des hélicos, et une seule base de M 2000 (deux fois moins cher à l’heure de vol que le RAFALE) pour les interventions exceptionnelles d’appui.

        • ULYSSE dit :

          Si tu regardes une carte, avec 4 , bases avancées de 4 appareils type Super Tucano, tu couvres quasiment tout l’espace Barkhane ( 500Kms de rayon d’action à une vitesse de croisière de 500Km/h). Au max 16 avions auxquels il faut ajouter une 4 autres appareils pour la formation en France.
          Mai le mieux serait le TEXTON SCORPION, qui n’a pas encore trouvé acquéreur (un bon deal possible !) , qui a l’avantage d’une vitesse de croisière très supérieure grâce à ses deux réacteurs

        • dolgan dit :

          Les hélicos n’ont pas les mêmes missions que les mirages/rafales.

      • Wagdoox dit :

        Le ravitaillement ca existe, la vitesse n’est pas un probleme pour les drones et pourtant tout le monde en veut

    • Spls dit :

      Un Super Tucano est blindé (cockpit), équipé de réservoirs auto-obturants, de leurres… Comme un AT6. Ces machines sont aussi équipées de boule optronique permettant de tirer à distance ( Hellfire, roquettes guidées, bgl). La vitesse est supérieure à celle d’un Tigre, personne ne remet en cause l’utilité des hélicoptères. L’autonomie est supérieure à celle hélicoptères ou des jets sans ravitaillement. L’idée n’est pas de baser un turboprop au Tchad pour intervenir au Mali, l’idée est de partager avec l’Alat les bases près du terrain d’action. Un turboprop a pour lui de pouvoir rester longtemps au dessus des troupes. Dans les combats du Mékong, les Marines appelaient toujours les Broncos plutôt que les jets (Phantom, A4,…) parce qu’ils étaient plus rapides à intervenir : pas grâce à leur vitesse, mais parce que les Broncos étaient déjà en l’air, près des troupes… Cette permanence est impossible à obtenir avec des jets, cela demanderait une quantité de ravitailleurs que nous n’avons pas.

  3. Chanone dit :

    La guerre contre le terrorisme est surtout un conflit dans la durée. A quoi ça sert de combattre avec une doctrine « zéro mort » si c’est pour prêter le flanc à tous les grognons pour qui « c’est trop cher, beaucoup trop cher! ».
    .
    En face d’un vrai pilote, j’ai posé la question de l’engagement de turbopropulseurs moins coûteus (pour rappel, une haure de vol avec un OV 10 Bronco bi-moteur, qui date du Vietnam, est de 1000 dollars contre plus de 20.000 pour les jets). Le seul problème me technique, c’est que c’est appareils manque d’endurance (ravitaillement en vol). Dernièrement, les Tucano Nigérians ont été efficacement épaulés par des 2000 D Français parce que leur pods de désignation/observation ont fait un meilleur travail.
    .
    Donc en l’état, le turboprop « àpacher » capable de s’approprier les capacités des jets est encore sur la planche à dessin.
    Pourtant, je pense qu’un CASA295 avec canon lateral serait une bonne solution pour gérer les crevards en claquette, Toyota et motos.

    • wagdoox dit :

      Ca coute trop cher, on pourra jamais tenir une guerre dans la durée avec des missiles qui coute 20 fois plus cher que la Toyota visée. Après mettre des systèmes de chasseurs modernes sur avions à l’hélice est une évidence.
      Le PC21 l’a démontré dans l’entrainement des pilotes, c’est le gouvernement Suisse qui a interdit d’armer ces avions pour l’exportation.

      • Clément dit :

        Plus de 1000 milliards de PIB annuel, juste pour la France. Au rythme actuel on peut largement tenir la durée.

        • Wagdoox dit :

          Le pib de la france n’a rien a voir la dedans c’est le budget des armes, on est pas en guerre totale loin de là. Ensuite je repete c’est un non sens et une premiere de l’histoire de la guerre d’ou le projet d’ailleurs.

          • Clément dit :

            Ce n’est pas une première en tout cas. Au Moyen Age déjà on formait et on entretenait toute une classe sociale (la chevalerie) dans le but d’affronter principalement des bandits et des paysans en armes. Quand un chevalier tuait un coutelier, rien que le prix du cheval était plus élevée que tout ce que possédait le roturier et sa famille. On retrouve la même chose au moment des croisades : on affronte des marchand et des cavaliers légers avec la cavalerie lourde et des fantassins en armure.

          • Vinz dit :

            « affronter principalement des bandits et des paysans en armes.  »
            .
            Non. Relisez votre histoire de France.

        • Vinz dit :

          Pas au rythme actuel des déficits et des emprunts publics, désolé. Et c’est autant de pognon en moins pour équiper et entraîner les armées pour une vraie guerre. Pour la prochaine on est (était ?) parti pour ré-éditer celle de 1870.

          • Clément dit :

            Les emprunts des états comme la France se font à taux négatifs de nos jours, donc en empruntant on gagne de l’argent.

          • Vinz dit :

            Ils ne sont déjà plus si négatifs que cela. Et nos déficits sont structuraux tandis que les taux sont conjoncturels – nos comptes publics sont shootés aux déficits depuis trente ans. Le jour où l’Allemagne se remettra à emprunter pour financer leurs infrastructures en ruine, ça va pleurer dans les chaumières.

      • Chanone dit :

        @ wagdoox
        LE choix du gouvernement Suisse est effectivement un non sens pour l’exportation… Mais le Pilatus étant excellent pour son rôle, on lui pardonnera de ne pas être, et de de ne pouvoir devenir, un avion avion d’arme.
        Reste le Tucano: son successeur est une bonne plate-forme et les U.S. le cède à leurs alliés plongés dans la contre insurrection.
        Sauf que l’appareil présente encore des lacunes en termes d’identification, si l’on en crois la récente mission menée conjointement entre les mirages Français et les appareil non pas Nigerians, mais Burkinabé… Pardon.
        http://www.opex360.com/2020/01/09/barkhane-deux-mirage-2000d-ont-appuye-la-force-aerienne-burkinabe-lors-de-lattaque-darbinda/

        • Wagdoox dit :

          J’ai pris l’exemple de pilatus parce que justement, le constructeur avait une meilleure approche que ebearm

        • jp_perfect dit :

          Malheureusement, on a de bons génies en Suisse aussi. Grâce au puritanisme de certains, on a perdu beaucoup de marchés très intéressant au profit du Super Tucano, notamment. L’Allemagne et la Suisse sont assez pointilleuses avec leurs exportations, mais on ne voit pas tellement le résultat dans les faits, la guerre n’ayant pas diminué d’un poil. On a juste donné des parts de marché à d’autres. Mais une partie de la classe politique et de l’électorat se sentent mieux, alors youpieeeeee…
          Malgré tout, le Pilatus PC-21, s’il a de bonnes performances en l’état, n’est pas prévu ab initio comme un avion d’armes. Le Super Tucano dispose par exemple d’une cellule en Kevlar et des points d’attaches que l’avion suisse ne dispose pas (juste deux points d’attache « mouillés » pour les réservoirs.

    • le sicaire dit :

      « Manque d’endurance… » ou plutôt manque de volonté. Des réservoirs supplémentaires pour donner de la rallonge, cela existent depuis une éternité. Mais quand on a goûté au jet, on a peut-être pas très envie de piloter un turbo prop.
      Quant aux pods de désignation/observation, ils pourraient très bien être monté sur un Reaper, un Casa ou autre…
      Mais je pense surtout qu’on a ni la volonté, ni les moyens financier de changer ces habitudes.

  4. Nobody dit :

    Bonne décision !

  5. GHOST dit :

    @Chanone
    Vous serez surpris d´apprendre que les Alpha-Jet (que la France compte cesser d´employer pour la formation des pilotes) servent efficacement dans l´armée de l´air du Nigeria.. Cette machine solide modifiée a fait ses preuves face á Boko Haram.
    Pourquoi ne pas équiper le Super Tucano avec un pod de désignation/observation? Techniquement, c´est possible..
    En Angola, les mercenaires Sud-Africains d´Executive Outcomes avaient pilotés des Pilatus modifés par une entreprise d´Israel et les performances face á l´UNITA ont été excellentes.
    La guerre en Afrique devrait inciter la France a s´inspirer de cette approche des USA.. rien que pour le coût. Faire comme les USA en offrant une formation spéciale en faveur des pilotes africains devait-être une ambition pour la France.

    • Chanone dit :

      @ GHOST
      l’Alpha-Jet est un bon avion. Mais il reste bi-réacteur et je me demande si il peut emporter des pods d’observation, déjà qu’il emporte ses armes en pod externe. Et la question de savoir si il est ravitaillable en vol se pose aussi.
      Donc à usage équivalent, un turbopropulseur serait moins réactif, mais plus durable… Et moins cher.
      Le pod d’observation se.mble être une lacune pour le Super Tucano qui se pilote comme en 1940, ce qui est anachronique en 2020.
      Quand à la formation des pilotes… La France connait bien l’ancêtre du Super Tucano, pour l’avoir comme avion d’écolage il y a dix ans. Malgrés es renforts structuraux, l’appareil ne semble pas avoir tenu ses promesses, ou alors il était mal dimensionné pour sa mission. Donc, passage au Pilatus, au point que même les connaisseurs, vent debout sur ce site, on mangé leur chapeau devant les performances de l’appareil.
      J’ai trouvé l’aveu particulièrement classe.
      .
      La formation peut surtout venir des Allemands ou des Belges qui ont utilisé la version armée de l’avion plus récemment que nous. Un peu d’Europe quand même, kôa!

  6. bpapon60 dit :

    Un marché pour un Pilatus PC-21 armé ?

  7. ekiM dit :

    Un drone à pas cher serait encore mieux. Au final, je ne vois pas trop l’intérêt de ces turboprops. C’est moins flexible qu’un drone et, de toute manière, les espaces aériens seront de plus en plus contestés.

    Fausse bonne idée à mon avis!

    • ULYSSE dit :

      un drone à pas cher?
      un système de 3 drones Patroller c’est 100M Euros !
      Les drones c’est cher. Leur avantage c’est la permanence , cad la durée de vol sur cible. Près de 40 heures dorénavant pour les plus performants.
      Leurs inconvénients , leur manque de vitesse pour rallier la cible, leur manque de maniabilité pour engager de véritables combats…. en attendant les drones de combat.

    • Wagdoox dit :

      Les drones peuvent être piratés, les com brouiller et c’est fini.
      Les drones coutent une fortune des qu’ils ont un tonnage et des capacites comparable a un avion. Les systemes de controle surtout

  8. Daniel BESSON dit :

    On devrait essayer de leur refiler nos Morane-Saulnier MS.1500 Epervier ! Bon , l’avionique Labinal™ , Jaeger™ , Telemecaniqe Electrique™ n’est peut être pas au top mais sur un malentendu …
    https://www.aviationsmilitaires.net/media/pictures/MS_1500_Epervier.jpg

    Si ça ne passe pas , on peut essayer avec le Potez 75 ?????
    https://i2.wp.com/www.avionslegendaires.net/wp-content/uploads/images/avion_militaire/Gpotez75-3.jpg?zoom=1.6899999380111694&w=692&h=346&ssl=1

  9. ULYSSE dit :

    La France pourrait développer avec des technologies sur étagère (moteurs, optronique…) un avion COIN/CAS qui se différencie des autres.
    Un mini A10 biréacteur ou un biturbopropulseur, héritier des Bronco. L’export serai assuré, cf les ventes du super Tucano.
    Une autre option serait la transformation des C 235 en version de combat: structure renforcée, moteurs boostés,avionique adaptée, emports d’armement sous les ailes et le cas échéant canon de 30mm par ouverture latérale.

  10. dolgan dit :

    Les FS US ont une composante aviation? avec leurs propres pilotes et tout et tout?

  11. Franz dit :

    Qui sait la portée pratique d’un canon embarqué sur un chasseur ?
    Pour préciser ma pensée : à quelle distance un appareil de ce type peut-il dégager après avoir assaisonné un adversaire, pour entrer le moins possible dans la zone de feu d’armes légères ?
    Merci !

    • Wagdoox dit :

      De memoire les chasseurs de la deuxième guerre mondiale tiraient entre 700 m et 1,5km.
      Là c’est du air sol donc plus, apres ca depend aussi de la vitesse et de l’angle d.attaque de l’avion. Il y a aussi le calibre qui compte mais attention un trop gros calibre peut poser probleme, ainsi si le pilote d’un a10 tire au canon pendant plus de 7 sec (ce qui arrive normalement jamais) le recule est tel que l’avion décroche.

    • Marc mora dit :

      Les PGU 28 de 20 mm du canon M61 vulcan sont prévues pour effectuer des tirs a 4000 m de distance de la cible, en pratique compter réellement dans les 3000 m

    • vrai_chasseur dit :

      @Franz
      le CAS canon c’est en général avec du 30mm (THL30 du Tigre, 30 du Rafale et du M2000, GAU-8 du A10) : portée 4 km.
      en pratique, tir entre 1 et 2 km (tir en visuel). A cette distance le pilote a beaucoup plus de chance de détruire sa cible que la cible a de chance de détruire l’aéronef.
      Mais le CAS en combat asymétrique c’est aussi la roquette, munition très bon marché et de plus en plus chirurgicale (précision inférieure à 1 mètre à 3 km) cf https://www.thalesgroup.com/fr/monde/news/la-roquette-induction-guidage-laser-de-thales-selectionnee-par-le-ministere-de-la-defense . Pas besoin de missile de croisière pour détruire un pickup.

  12. ULYSSE dit :

    L’assaisonnement se fait d’abord par des bombes guidées , éventuellement planantes , ou des roquettes (cf Hydra 70 – 5 à 8 kms de portée) à l’abri des tirs de riposte par armes légères. le canon vient ensuite, si nécessaire pour terminer le travail, avec une portée pratique d’environ 1000/1500 m , variable selon les calibres et les munitions. Le GAU8 du A 10 est donné pour une portée pratique de 3 kms.
    L’avantage des tourelles ou des canons installés dans des ouvertures latérales (gunships) est de pouvoir tirer en suivant une trajectoire parallèle à la cible, ce qui est censée moins les exposer.

  13. rodi dit :

    on devrait faire pareil chez nous,utiliser ce type d’appareil.

  14. Vinc131 dit :

    L’idée est bonne sur la rusticité, moins selon les théâtres d’opération comme dans la BSS. Pourquoi en France n’a-t-on toujours pas d’équivalent aux AC-130 ? Ils sont capables d’assurer une permanence aérienne sur toute la durée d’une opération spéciale et suffisamment armées pour neutraliser un convoi ennemi complet.

  15. Jean la Gaillarde dit :

    o, a en France une base sur lequel on pourrait travailler ! L’ Atlantique2.

  16. ekiM dit :

    Le Super Tucano, c’est une quinzaine de millions. C’est le même prix qu’un Reaper.

    Le drone n’a pas besoin d’aller vite parce qu’il permet une permanence en air. Pas besoin de maniabilité puisque de toute manière ces avions de contre-insurrection ne sont pas voué à faire du combat aérien mais du CAS. Un Hellfire ou une rafale d’obus aura le même effet. A la limite, le Super Tucano pourra opérer plus près des troupes amis. Avantage bien maigre en comparaison des inconvénients.

    Qu’un pays comme les USA aient des avions de CAS a un sens. Vu leur budget militaire, ils peuvent se le permettre. Mais ça n’a aucun intérêt pour la France. Un duo Rafale/MALE à pas cher (c’est à dire pas le truc d’Airbus hors de prix) serait largement suffisant.

  17. Albatros24 dit :

    L’entreprise française du pays basque SOCATA pourrait se voir notifier un marché pour un monomoteur turbopropulseur bi place,
    si les suisses ne désirent pas voir utiliser leurs avions en chasseur bombardier.
    Ceci pour une vingtaine d’avions, en plus de drones armés de roquettes ou missiles type Patrouilleur (puisqu on ne peut pas y mettre de canon).
    Et cela utilisé au Mali, vu qu on y est encore pour des décennies…

  18. Gégétto dit :

    Albatros24,
    Pas pays Basque…. Bigorre pour l’ ex SOCATA devenue DAHER-SOCATA, sise à Louey Hautes Pyrénées.
    C’ est vrai qu un TBM militarisé…Tout ça mis en oeuvre par l’ ALAT

  19. Edouard dit :

    En gros, on est en train de réinventer le skyraider ou le Strumovik non ? Le tout serait de le doter un bon train d’atterrissage pour opérer sur des terrains de fortune, un bon blindage.
    Reste que la problématique est le formation des pilotes. Parce que voler sur un Super Tocano ne doit pas être exactement pareil sur un Rafale. Ceci dit, des conflits terroristes au Sahel, on a de quoi occuper largement toute la carrière d’un pilote à pleins temps !!!! C’est pas demain la veille que ça va s’arrêter.