Harpie : Malgré les efforts des Forces armées en Guyane, l’orpaillage illégal peine à reculer

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

74 contributions

  1. Françoise dit :

    Le prix à payer pour se débarasser de M. Le Micron est qu’il fasse suffisamment de bêtises…

    • tartempion dit :

      L’histoire de l’orpaillage clandestins en Guyane est un tabou local , c’est un peu comme celle de certains retraités de la sécurité sociale qui , après une vie de dur labeur en France , vivraient en moyenne en Algérie jusqu’à 120 ans sans qu’il soit possible de les contacter ,ni même de leur rendre visite , certainement en raison de leur grand age …. Pour bien comprendre , les premiers bénéficiaires de l’orpaillage clandestins en Guyane sont majoritairement des guyanais , les tribus Saramaca Bushinengué , les noirs marrons ,Aluku ,Djuka etc…J ai le souvenir d’avoir entendu un officier de gendarmerie de la brigade de Saint Georges expliquer à un autre officier de L’armée de terre qu’il ne devait plus lui ramener de clandestins du fait qu’il en avait plus de 200 qui attendaient dans la cour de la gendarmerie alors qu’aucun n’avait le moindre papier . Qu’il fallait bien les nourrir etc …et que de toute façon, il n’avait pas les ressources pour faire face au problème .Sachant qu’une procédure pouvait durer des jours sans la moindre chance d’aboutir et que par ailleurs cela entraînait des tensions avec les énarques locaux , les principaux donneurs d’ordres de ces pauvres bougres .

    • Mareth dit :

      Quel rapport avec le sujet ? Aller cracher votre venin ailleurs.

      • ScopeWizard dit :

        @Mareth

        Oui , sans-doute ; mais où ?

        Dans la gueule d’ un flic ? Dans celle d’ un élu ?

        Nous ne connaissons pas ses motivations exactes mais réalisez qu’ il vaut beaucoup mieux qu’ elle le crache ici et maintenant , les conséquences étant nettement moindres qu’ en d’ autres circonstances .

        Sorte de soupape de sécurité ………

    • Euclide dit :

      @ Françoise
      Quelques différence de terminologie suite à un post de votre part sur un autre topic.
      On ne dit pas une personne Staliniste mais un Stalinien . Par contre on dit une méthode Léniniste et pas Léninien.
      Allez savoir pourquoi ?

      • ScopeWizard dit :

        @Euclide

        Joies et peines de notre si chère Langue Française , que voulez-vous…….

        Tiens , comme ça vite fait : stupéfait ou stupéfié ?

        Ha Ha ……

        Ben , quand tu te réfères à la règle en vigueur , ça ne paraît tout de même pas si évident que ça .

        Et s’ il n’ y avait que cela ……

    • dolgan dit :

      Voyons, un peu de foi. Vos prières devraient suffire.

  2. Julien dit :

    Quand les Garimpeiros qui franchissent la frontière vers la Guyane ne la retraverseront plus au retour, ça fera réfléchir les suivants.
    Si Bolso gueule, il n’aura qu’à sécuriser son côté de la frontière.

    • Max dit :

      Un Reaper MQ-9 balançant quelques GBU-12 car nous sommes face à une invasion dont le but est la prédation. Là le message sera puissant car la Guyane vit un enfer.

      • Harambe dit :

        Balancer des GBU-12 à 20k d’euro depuis un drone à 15M d’euro et qui coûte 6 000 euro à l’heure de vol? Hey, vous vous prenez pour un émir du golfe ou le Potus ou quoi ^^.

        Un simple baril d’explosif ou de napalm à la syrienne suffirait pour raser un camp d’orpaillage clandestin pour pas cher…. quand au porteur, un ptit super tucano coûte moins cher qu’un MQ-9 à l’achat et 10-15 fois moins cher à l’heure de vol…

  3. Françoise dit :

    PS : Excusez-moi, je me suis trompée. Ce commentaire devait figurer parmi les commentaires de la crainte de la France parmi des hauts-placés brésiliens.

    • ULYSSE dit :

      Ne vous excusez pas, l’ insignifiance de votre propos nous l’avait fait aussi vite oublier que vous l’aviez écrit.

      • Chevalier dit :

        Merci

      • Vequiya dit :

        Nous sommes ici pour parler des opérations militaires… il y en a qui l’oublient ou qui sont vraiment perdus.

      • ScopeWizard dit :

        @ULYSSE

        Je ne suis pas de cet avis ; il est au contraire très-bien qu’ elle fasse preuve d’ une telle correction .

        En réagissant ainsi , non seulement vous réduisez son effort -ou sa démarche- à néant créant par-là des conditions propices à ne pas le ré-itérer si une prochaine fois se présente , mais en plus vous donnez l’ impression d’ être Macroniste et qu’ il ne faut surtout pas s’ aviser de critiquer votre héros ……..

        Quid si à sa place , nous avions Le Pen ?
        Est-ce que les propos de @Françoise n’ auraient alors pas trouvé davantage d’ échos favorables ? Que ce soit en vous ou en d’ autres ?

        La question mérite d’ être posée me semble t-il ………

  4. Hrtk dit :

    Les voilà, les envahisseurs du Brésil !

  5. Le Breton dit :

    Oui puis avec le Brésil (d’où viennent la plupart de ces gars) voisin qui nous considère comme une menace potentielle, on est pas aidés si on veut un coup de main depuis l’autre rive.

  6. basstemp dit :

    L’orpaillage illégal peine a reculer en Guyane et c’est la preuve que nos lois ne sont plus du tout adaptée a la réalité criminelle de ce pays, des gens meurent en Guyane par le fait de l’épandage de mercure dans les rivières et ce sont les autochnes amérindiens qui trinquent car eux n’ont hélas que peu de choix quand a se nourrir avec les poissons de ces rivières polluées au mercure

    Il faut aussi en finir avec cette politique de rapatriement systématique des criminels qu’on veut juger qu’il faut obligatoirement véhiculer en hélico jusqu’a Cayenne pour avoir affaire a la justice … Justice qui elle aussi fait n’importe quoi en ne condamnant pas a des peines suffisamment lourdes pour que cela implique un véritable emprisonnement durant des années en prison qui devrait pourtant être leur place ! Hors, la plupart du temps la justice se contente de condamner juste de quoi provoquer une expulsion et basta … Puis bah ils sont déposés a la frontière brésilienne, la ou ils auront plus qu’a rejoindre la chaine logistique pour retourner orpailler en foret …

    Ce n’est plus possible ! On ne peut plus supporter un tel système aussi inique qui fait tout pour ne pas rendre une réelle justice digne des crimes qui ont été commis alors que des tribus en souffrent terriblement en foret !

    Sans oublier non plus le simple fait qu’on passe pour des cons, des faibles, un peuple sur lequel on peut s’essuyer les pieds et ça non plus ça n’est plus possible

    L’état français devrait prendre une décision forte pour en finir avec tout cela, déja en légiférant pour sensiblement augmenter les peines prévues, et se doter des outils nécessaires tant pour faire appliquer la loi comme il se doit en foret ! Et je pense a ce niveau, ce qu’il faut c’est créer sur une zone déforestée au centre de la foret guyanaise (ou au centre de la zone d’intéret aurifère peu importe …) un centre judiciaire accompagné de la création d’une commune qui serait environnante aux nouvelles installations :

    Une gendarmerie, un centre de réaction rapide militaire, un héliport, ET UN TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE + UNE PRISON EN PLEINE JUNGLE et créer une piste pour rejoindre par véhicules terrestre cette nouvelle petite urbanisation en pleine foret tout en veillant bien entendu qu’elle n’implique pas une déforestation comme c’est hélas l’effet des pistes de ce genre au brésil

    On doit agir ! Hors en l’état des choses c’est comme si c’était l’état, nos politiques et nos juges qui organisaient une impunité la + totale ! Une dernière chose, des gens devront payer pour leurs inactions durant des décennies alors que c’était leur responsabilité ! Car c’est un véritable crime que de n’avoir rien fait !

    Quit a devoir trainer des sarkozy ou des hollandes devant des tribunaux pour cela ! (les autres présidents étant morts …)

    • ULYSSE dit :

      La lecture de certains posts est assez terrifiante et évoque des temps que beaucoup pensaient révolus. Celui çi flirte allègrement avec un appel au meurtre. Le vernis de la civilisation est fragile.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ La lecture de certains posts est assez terrifiante et évoque des temps que beaucoup pensaient révolus. Celui çi flirte allègrement avec un appel au meurtre. Le vernis de la civilisation est fragile.]

        Il faut remercier M.Lagneau pour sa liberté d’expression ! Il compense volens nolens le manque d’investissements public pour les consultations dans les hôpitaux psys .
        Ceci écrit j’espère juste que seuls les articles d’  » OPEX360  » sont consultés au CEEEx , pas les commentaires ! Par ce qu’entre les exécutions extra-judiciaires , les bombardements par des drones Reaper™ , voir même les attaques par des hélicoptères Tigre™ des communautés villageoises de l’ Oïapoque les – derniers – francophiles vont s’y sentir bien seuls !

    • Un moblo dit :

      Juste une question…. êtes vous déjà allé en forêt ?

      • Jérome MILLERET dit :

        Depuis quand il y a besojn d’aller en foret pour savoir ce qui a déja été maintes fois étalé place publique quand aux raisons qui font que pourquoi c’est ainsi !

        Il y a besoin d’aller en foret pour savoir que la chaine de responsabilité interdit aux hommes de riposter ?

        Il y a besoin d’aller en foret pour savoir que c’est tout une chaine logistique en hélico qui coute les yeux de la tête aux français , quand une putain de piste drainée pourrait etre crée ?!

        Il y a besoin d’aller en foret pour savoir que notre justice ne fait pas son boulot : Pas de condamnation pour des dizaines d’années en prison et de simples expulsions a la frontière a saint george de l’Oyapock ou ils peuvent facilement repartir dans la chaine logistique d’appro des garimperos

        En fait ce sont les gens comme vous qui veulent imposer l’idée que ce serait une jungle qui devrait rendre tout impossible … Ce qui peut etre le cas sans moyens ni décisions politiques fortes c’est sur

        Bref … Commentaire inutile

    • Luc dit :

      « L’orpaillage illégal peine a reculer en Guyane » le Processus actuel est mal adapté et peu efficient et trop couteux…..

  7. Jean AUGERON dit :

    Voilà une bonne raison de faire la guerre au Brésil !

  8. petitjean dit :

    « l’orpaillage illégal peine à reculer » ET « les vols avec violence et armes à feu ont affiché une forte augmentation »
    Tout est affaire de volonté politique en..……ménageant la susceptibilité des pays voisins
    La Guyane est à la dérive et sous perfusion de la métropole
    Une immigration démentielle va en finir avec ce lointain territoire

  9. norbert dit :

    Puisque les dégâts sur les populations sont si importants, il ne faut pas hésiter à bombarder les orpailleurs. On se permet de bombarder les terroristes dans des pays étrangers qui ne nous ont pas mandaté pour agir, alors pourquoi ne fait-on pas la même chose dans notre pays.

    • Fred dit :

      … Ouais, et poser des mines sous nos routes, qui seraient déclenchées par des radars automatiques : 10Km/h de trop et Boooom !
      Sans rire : je suis sûr qu’il y aurait beaucoup moins d’excès de vitesse.

    • Auguste dit :

      Une ligne Maginot?.Quoi que…
      J’avais proposé une saignée le long de la frontière avec le Brésil,avec clôture.Il y a déjà 60 000 volontaires dans nos prisons.Si les narcos sont capables de faire des pistes d’atterrissage de plusieurs km en un temps record,on doit pouvoir y arriver aussi.

      • Fred dit :

        @ Auguste
        La part de tous les trafics confondus (drogue, blanchiment, corruption, racket, fraudes …) dans l’économie mondiale est estimée à environ 30%.
        Comme ce sont des activités à forte marges, construire une piste d’atterrissage est un investissement peu important au regard des profits promis par le business-plan.

        Une saignée avec clôture ? Sans moult gardiens, ils passeront vite par-dessus ou par-dessous.
        Comme à la frontière mexicaine, où les gardes-frontières sont pourtant légion.

  10. ULYSSE dit :

    Ceux qui connaissent la Guyane savent combien la lutte contre l’immigration clandestine et l’orpaillage clandestin sont difficiles. Ceci dit pour les habitués du YAKAFAUCON. Il n’en reste pas moins vrai que la situation en Guyane est symptomatique de la défaillance de l’Etat qui ne sait pas mettre les moyens suffisants quand cela est nécessaire. C’est le problème d’une absence de gestion des priorités, qui est le fait de la technostructure, ou selon le terme à la mode, de l’Etat profond, qui englue dans les méandres administratifs, les volontés politiques qui pourraient se faire jour .
    Des hommes en plus et des drones type Patroller, capables avec leur optronique de repérer sous la forêt les groupes électrogènes, permettraient sans doute une plus grande efficacité. Il seraient sans doute plus utiles là bas que parqués à Villiers le Sec au 61ème RA…

    • Mareth dit :

      Les moyens , on les as largement , C’est le manque de volonté politique pour sévir qui encourage les criminels déferler sur cette région.
      Il suffit de sous-traiter avec des prisons Nord-coréenne pour résoudre le problème en grande partie.

    • norbert dit :

      Il ne faut pas repérer, comme c’est souvent la doctrine française donc il ne faut pas des drones pour observer, mais des drones armés pour « traiter » puisqu’on nous dit que cet orpaillage est un drame pour la santé de la population guyanaise.

    • basstemp dit :

      Vous vous trompez ulysse, car c’est bien le laxisme qui est a l’origine de la situation !

      _ Laxisme judiciaire (peines trop faibles, pas de politique de création de places de prison, juge trop sensibles a l’opinion gauchiste qui dit que le quart-monde aurait le droit de piller et pourrir la France pour des délires idéologiques nés d’une haine de soi de + en + insupportable …)

      _ Laxisme administratif et de nos politiques : Qui ne veulent que l’habituel « pas de vagues » et qui interdisent de répliquer contre les garimperos (pas de morts pour éviter tout incident avec le brésil …) alors que c’est pourtant une norme tout a fait accepté dans toute démocratie ou une opération de police a le droit de répliquer et de tuer si nécessaire si des criminels usent de leurs armes ! En guyane non, on ne veut pas se donner ce moyen la …

      Pourtant l’élection de Bolsonaro devrait être un signe qu’on peut le faire si on le veut ! Lui ne se gène pas contre la criminalité dans les favelas et d’ailleurs a obtenu de très sérieux premiers bon résultats (baisse sensible des homicides dans les favelas au Brésil depuis son élection au vu des premières stats publiques émises) , il ne pourra pas nous houspiller si on le fait nous aussi, puisque c’est aussi SA POLITIQUE

      _ Laxisme a la tête de la gendarmerie : Pas le moindre officier supérieur capable de mettre les préfets et les politiques face a leurs responsabilités en se contentant d’executer ce que le droit français policier leur permet : C’est a dire de répliquer pour rétablir l’ordre comme pourtant la loi le permet bon sang !!! Non, que des peignes-cul sans couilles qui ne savent qu’obéir au sempiternels « pas de vagues » ! Trop peur de perdre leurs futurs avancements, la France est un pays ou les élites nous coutent très chers par leurs salaires et leur retraites (ils sont des dizaines de milliers …) alors qu’ils ne font pas LE JOB !

      _ Un gouvernement incapable de prendre les décisions qui s’imposent comme par exemple en finir avec la politique militaire de se contenter de forces communes avec les Antilles (en gros tout est en commun pour la Guyane et les Antilles) , en finir avec cette politique de non-investissements systématique dans les prisons pour avoir la place nécessaire pour traiter cette criminalité comme il se doit selon nos lois !

      Et dernière chose, un gouvernement qui refuse de créer les infras nécessaire en foret comme des routes pour en finir avec cette ultra couteuse politique du tout hélico pour agir en foret amazonienne

      On en peu plus de ces pleutres et de cette politique de pleutres !!!

      Par contre, mettre du pognon a gaver pour les forces qui protègent le CSG (le centre spatial guyanais), alors la du fric y en a ! A t’on besoin d’avoir des batteries de missiles Milan a gogo la bas ?

      Non, nous devons a tout prix changer de politiques et la première chose a faire je pense c’est d’imposer des conditions de guerre totale aux garimperos qui détruisent cette foret et en finir avec cette politique de flippette qui tremble a l’idée qu’il puisse y avoir des morts …

  11. dompal dit :

    Avec une justice française laxiste et des forces armées qui sont pieds et mains liés à cause de cette première, comment éradiquer de tels fléaux !??
    On joue plus dans la cour de récré de la maternelle à ce niveau là !:-(
    Tant que les militaires ne pourront pas ouvrir le feu pour éradiquer ces nuisances, elles continueront à se propager !
    Oui je sais, la France pays des droits de l’homme etc…..
    Mais n’est-ce pas prendre les forces armées pour des cons ? Combien de millions d’euros dépensés tous les ans pour un résultat quasi nul ?…….sans parler de NOS MORTS, faut-il le rappeler !?? 🙁 🙁 🙁

    • dompal dit :

      « sans parler de NOS MORTS, »
      Je voulais dire bien sûr : et n’oublions pas NOS MORTS !!!!!!

    • Fred dit :

      @ dompal
      Super : déclencher une guerre dans une forêt tropicale, et là, les morts des forces françaises se compteront en dizaines, voire centaines par année.

    • ULYSSE dit :

      Bien sur. ouvrons le feu sans sommation et tuons les tous. Dieu reconnaîtra les siens.
      Celui qui aura fait le plus de cartons aura une prime. D’ailleurs les scalps en guise de preuve seront les bienvenus.
      Voilà une solution.
      @Dompal tu t’es trompé de siècle ou d’endroit…

      Ouf, pour ma part je suis content de vivre en démocratie , avec des lois, même imparfaites, le respect de la vie humaine, le droit à la défense….

      • Franz dit :

        Merci Ulysse pour ces sages paroles.

      • Robert dit :

        Ulysse,
        « Le respect de la vie humaine » dites-vous ?
        Deux cents vingt mille morts minimum par avortement chaque année, présenté comme une liberté, un progrès et un droit, plus les centaines d’euthanasies et l’eugénisme, Des lois qui donnent toujours une énième chance aux criminels mais aucune aux futures victimes. Pour les innocents, le droit à la vie n’est plus respecté en France.
        Ce qui ne veut pas dire que je cautionne les propos plus haut.
        Dans les principes, peut-être, mais dans la réalité c’est faux.

      • dompal dit :

        @ Fred et @ ULYSSE,
        Merci les bisounours !

        On parle entre hommes ; ceci ne vous concerne pas ! 😉 🙁 🙁

        Allez……bisous !!! 🙂 🙂 🙂

    • Sprite dit :

      Le problème est que l’Etat et les politiciens de ce pays agissent comme si la situation en Guyane était identique aux autres territoires français. Alors que ce n’est bien évidemment pas du tout les mêmes problèmes (tout y est différent). Il aurait fallu une justice véritablement autonome là bas avec des lois différentes que les nôtres (ce qui impliquerait une modification de la constitution, pas évident à faire). Mais il est clair qu’en agissant avec les mêmes méthodes, mesures législatives et répressives qui seraient utilisées en France métropolitaine, nous n’arriverons jamais à faire reculer la criminalité en Guyane. C’est une histoire sans fin.

  12. Buburoi dit :

    Il ne faut pas utiliser les juges et les procureurs en guyane, il ne faut pas utiliser la gendarmerie avec des hors la loi. Si on veut etre efficace, il faut éliminer les prédateurs venus du Brésil ou du Surinam. Pour l’instant, on les laisse faire ce qu’ils veulent et ils nous prennent pour des cons. Le gouvernement français est impuissant et n’a aucune solution.

    • ULYSSE dit :

      Ben voyons. vivement un régime d’exception avec le droit de tirer à vue.
      Les soit-disants prédateurs du Brésil ou du Surinam ne se sont que les enfants de la misère sociale.
      Les vrais prédateurs ce sont ceux qui les condamnent à cette misère.
      Il est à craindre que le gouvernement brésilien n’ait ni la volonté ni les moyens de gérer les flux de migrants qui rêvent de l’Eldorado guyanais.

    • Raymond75 dit :

      Vous au moins on comprend que vous vous êtes engagé pour défendre les valeurs de la France ! Les gens comme vous sont animés par des instincts bestiaux et guidés par leurs pulsions de violence.
      Ce qui caractérise la France depuis 250 ans environ, c’est qu’elle est un état de droit. C’est effectivement plus difficile à gérer qu’une dictature militaire, où seul le meurtre a force de loi.

      Mais je m’incline : vous avez fait vos preuves en Afghanistan et dans le Sahel …

      • PK dit :

        LOL… Comme si la France avait attendu la Révolution pour être un État de droit…

        Vous êtes encore plus comique que ceux que vous croyez dénoncer.

        • Raymond75 dit :

          Un ‘état de droit’ est un état où tous les citoyens bénéficient des mêmes droits ; il ne s’agit pas d’un état divisé en classes sociales qui bénéficient ou subissent des règles spécifiques, ni d’un état où un monarque dispose d’un droit absolu.

          Retournez à l’école.

          • PK dit :

            Bien content que j’ai les mêmes droits que tous les citoyens. Vous vivez dans quel pays ? Dans mon pays, on a un monarque comme président qui conchie la constitution et la voix du peuple…

          • Dan dit :

            Si vous croyez que les classes sociales / règles spécifiques ont disparues …
            Si vous croyez qu’un président de la Vième n’a pas moins de pouvoir qu’un monarque (voir dictionnaire) …
            Continuez de faire dodo …

        • Robert dit :

          Raymond,
          Il y avait plus de libertés fondamentales dans l’ancien régime que dans la république. La liberté dans l’absolu de la révolution est un principe utopiste, mais contrôlé et encadré par l’Etat, voire subventionné pour les uns, qui a été bien peu respecté pour certaines catégories de la population, les droits de la famille, des catholiques, des artisans et entreprises. Le nombre de lois restreignant la liberté d’expression, d’entreprendre, de défendre sa vie, est sans commune mesure avec celles de la monarchie. Liberté, oui de principe oui, mais surveillée et encadrée ou des droits artificiels et égoïstes valent autant voire plus que les droits fondamentaux.
          C’est après la révolution que l’exploitation industrielle a réduit à la servitude des millions d’ouvriers, femmes et enfants, et il a fallu des catholiques monarchistes pour combattre cette ignominie, bien avant que la gauche se joigne à eux, comme pour le vote des femmes, qui avaient le tort à leurs yeux d’être conservatrices. Il y avait bien plus de droits locaux, paroissiaux, communaux, professionnels, jurandes et corporations, jours fériés et fêtes patronales, qu’il n’y en a aujourd’hui et l’Etat n’était pas omnipotent et les gens gouvernaient là ou ils étaient les plus proches et aptes à le faire. C’était d’ailleurs plein de privilèges, d’exemptions, que les derniers rois ont essayé d’amoindrir sans trop de succès et que la révolution a abolis. Les droits des corps de métier qui protégeaient les ouvriers, il a fallu des dizaines d’années après la révolution avant qu’ils commencent à se reconstruire, mais malheureusement influencés par la lutte des classes. Le droit d’association, surveillé et limité dans son expression par la république pour restreindre l’influence catholique. Le droit naturel des personnes, des familles, des métiers, des communes, a été supplanté par l’Etat tout puissant qui décide de tout, endoctrine les enfants et prend la place des parents pour l’éducation.
          Les droits fondamentaux de la personne étaient mieux respectés, parce que plus libres et souverains là ou l’Etat ne se mêlait pas de leurs vies, Etat qui n’assurait que le régalien. Et ce qu’assurent aujourd’hui, de plus en plus difficilement et parfois avec des ambiguïtés, les services publics, depuis le Moyen-Âge, l’église catholique l’assurait, hospices gratuits, écoles gratuites, protection des enfants, orphelinats, protection des droits fondamentaux face aux tentatives d’empiètements.
          L’autorité absolue du roi veut dire qu’il est indépendant d’élection, de partis, de factions. Mais les libertés des paroisses, des communes, des corps de métier étaient aussi une indépendance, que l’Etat respectait.
          C’est à vous de retourner à l’école, mais visiblement pas à celle que vous avez fréquenté et qui doit être celle de la république.
          https://vlr.viveleroy.fr/2019/03/29/autorite-et-liberte-sous-la-monarchie-francaise/
          https://fr.aleteia.org/2019/02/18/etre-catholique-social-aujourdhui/

  13. Robert dit :

    Voilà une raison d’en vouloir à la France de la part des brésiliens, nous gênons les trafics qui profitent au Brésil parce que l’argent gagné y est rénvesti et perturbons la canaille brésilienne qui fait ça chez nous au lieu de le faire au Brésil.

  14. Alpha dit :

    Une grande partie de la difficulté a lutter contre l’orpaillage est que la Guyane est un département français, donc soumis aux mêmes lois que la métropole en termes judiciaires, maintien de l’ordre etc… On ne tire pas sur les criminels des quartiers nord à Marseille, il en va de même pour les orpailleurs en forêt. L’Etat doit respecter les règles pour lutter contre des gens qui s’en contrefoutent… combat perdu d’avance. A moins de changer lesdites règles mais on ne fait pas ce qu’on veut avec les lois, même pour lutter contre la criminalité. Si on ajoute le fait que 98% de l’hémicycle se fichent éperdument de la Guyane, quand les élus Guyanais eux-mêmes, sont loin d’être des modèles en matière de conflits d’intérêt et de détournement de fonds…
    Harpie est une guigne stratégique pour l’armée francaise, elle consomme les hommes et les moyens dans un combat sans fin et perdu d’avance. Le seul avantage à en tirer est une expérience unique et enviée du combat en forêt, et le maintien de compétences aéro et maritimes élevées.

    • toukounare dit :

      Très belle analyse ! l’environnement n’est pas mal non plus . Combien de fois faudra-t-il expliquer que ce département/région est aussi grand que la région Nouvelle Aquitaine , qu’il ‘est parsemé de relief , traversé par des fleuves très difficilement navigables et recouvert d’une végétation forestière de type équatoriale atteignant une cinquantaine de mètres de hauteur ! La météo et les moustiques sont un petit extra. Avec un tel décor , commencez à sortir les calculettes pour mettre un soldat derrière chaque arbre car la seule solution qui fonctionnera peut être , c’est l’occupation du terrain, l’addition risque d’être salée …

  15. Louis 3 dit :

    Je trouve que nos militaires et gendarmes font du bon boulot en Guyane mais c’est aussi le combat de l’obus contre la cuirasse tout en conservant nos règles d’éthiques, une des solutions seraient que l' »ensemble des pays de la région se réunissent autour de cet intérêt commun.

  16. Raymond75 dit :

    Pour autant que je l’ai compris, les orpailleurs clandestin ont besoin d’être à proximité d’une rivière, car ils ont besoin d’énormément d’eau (qu’ils polluent gravement et définitivement) et de voies pour la gestion de la logistique.

    Peut être faudrait il développer une véritable flotte de patrouilleurs fluviaux, de différentes dimension pour pouvoir remonter les affluents, et installer des bases logistiques réparties le long des rivières ?

    Et le justice devrait s’inspirer davantage des lois anti terroristes, puisque ces gens sont armés, et font parfois le coup de feu contre nos gendarmes et militaires. J’ai le sentiment que l’on applique en Guyane les mêmes principes qu’en métropole (eux même en échec dans nos chers ‘quartiers’).

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Peut être faudrait il développer une véritable flotte de patrouilleurs fluviaux, de différentes dimension pour pouvoir remonter les affluents, et installer des bases logistiques réparties le long des rivières ?]

      On devrait demander aux Ricains de nous refiler leurs surplus de PBR et de PCF de la guerre du Vietnam ?
      J’y rajouterai un Monitor fluvial avec un mortier de 81 sous cloche ! Mais faut en avoir l’usage …

    • Vinz dit :

      « La justice devrait s’inspirer davantage des lois anti terroristes, puisque ces gens sont armés »
      .
      Parfois ce sont juste des pétoires à peine bonnes à effrayer un jaguar ou puma un peu trop curieux. On reste dans le banditisme, pas le terrorisme.
      .
      Ce qui est dommage c’est que ce soient des garimperos qui fassent l’orpaillage, et pas la population locale. La solution à ce problème serait probablement de trouver une solution d’encadrement à cette pratique – un genre de moindre mal.
      .
      Sinon y a Cayenne façon Papillon. Compatible en plus avec nos terroristes.

      • Robert dit :

        Vinz,
        il y aurait beaucoup de faux dans le roman de Henri Charrière, il a copié la vie d’autres personnes, s’est inventé des aventures qui n’étaient pas conformes à la réalité, comme l’a découvert son éditeur en faisant enquêter sur les lieux cités, mélange plusieurs personnes pour se faire valoir. Je ne suis même pas sûr vu ce qui a été écrit sur son roman que tous les faits historiques soient exacts.

  17. Vroom dit :

    Orpailleurs en forêt amazonienne, djihadistes au Sahel, même problème, trop peu d’hommes pour une trop grande superficie.

    • Celtibère dit :

      Non, trop peu de volonté d’un côté face à beaucoup de volonté de l’autre. Et comme quand on veut, on peut….

    • toukounare dit :

      Comparaison des 2 situations improbable mais pourtant tellement vrai !

  18. Daniel BESSON dit :

    Je trouve que malgré les appels à des exécutions extra-judiciaires , à des bombardements par des drones Reaper™ ce fil manque singuliérement d’animation !
    Voici l’occasion de remettre R$ 20 dans la machine à bastringue pour l’ambiance …
    CLINK !
    Que nous dit l’analyse prospective de l’ ESG sur la Guyane ,  » enclave coloniale dans l’espace stratégique Brésilien  » ( p°5 )
    Nous sommes en 2035 . Depuis cinq années la Guyane est agitée par des émeutes . La population locale est de plus en plus découragée par l’appui social précaire de la Métropole .Le gouvernement Français accuse le Brésil de soutenir ces émeutes et d’en être à l’origine . La population Franco-Guyanaise se plaint de plus en plus de la nouvelle réforme de la sécurité sociale qui distingue désormais plusieurs catégories de citoyens [ immigrés et Français à part entière certainement ] De plus en plus d’habitants de la Guyane émigrent vers la zone franche de Santana , dans l’état de l’ Amapà au Brésil créée en 2030 . Aprés une longue période d’organisation elle commence à se développer . La culture du soja y attire de plus en plus de Franco-Guyanais . Pour faire face à ces problèmes , la France envoie des renforts militaires en Guyane . (p°35 )

    https://fr.scribd.com/document/446165795/CENARIOS-MILITARES-DE-DEFESA-2020-2040#

  19. Celtibère dit :

    « Le fort fait ce qu’il peut faire, le faible subit ce qu’il doit subir » Thucydide dans « la guerre du Péloponnèse »

  20. HMX dit :

    Manque de volonté, et donc de moyens… quelques pistes :
    1/ Sur le plan légal, se donner les moyens judiciaires de juger et condamner les garimpeiros sur le sol de la Guyane, en votant des lois et des peines dissuasives, en renforçant les moyens des tribunaux, et en veillant à ce que les trafiquants effectuent la totalité de leur peine en Guyane : cela suppose donc d’y construire une ou plusieurs prisons, en s’arrangeant pour qu’elles ne soient ni des « club med » aux normes européennes, ni pour autant des taudis aux normes « locales ».
    2/ Ensuite, sur le volet militaire, lancer un ultimatum très médiatisé aux garimpeiros leur intimant l’ordre de quitter la Guyane, puis organiser un bouclage de la frontière avec le Brésil (fleuve Oyapock notamment). La question des moyens humains et matériels est ici prépondérante : on peut imaginer des patrouilles pédestres, fluviales et des drones, mais des ballons d’observations dotés des moyens optroniques adéquats et de moyens de communication, disposés tous les X km le long de la frontière (et pourquoi pas à l’intérieur des terres dans la zone aurifère), permettraient une surveillance quasi continue de la frontière pour un coût limité. En parallèle, accentuer les actions « coup de poing » contre les implantations de garimpeiros en Guyane, par tous les moyens incluant au besoin des frappes aériennes si nos forces font face à une opposition armée. En principe, leur ravitaillement rendu quasi impossible, et sans possibilité de ressortir vers le Brésil, les garimpeiros devraient se rendre en masse au bout de quelques mois… ou y laisser la vie.
    3/ Sur le plan du renseignement, remonter les filières d’approvisionnement des garimpeiros (matériels, produits chimiques, moyens de transport…), les filières de recrutement/passeurs, ainsi que les filières d’écoulement de l’or extrait. S’arranger pour « perturber » lesdites filières, le cas échéant avec toute la discrétion requise…
    4/ Sur le plan diplomatique, en maniant la carotte et le bâton, chercher à obtenir une coopération active du Brésil pour contrôler la frontière côté brésilien. C’est évidemment la clé du succès sur le long terme, sinon les problèmes reviendront toujours. La France a des arguments à faire valoir, (partenariat stratégique sur le nucléaire, accès au marché européen, soutien diplomatique au Brésil dans les instances internationales…) et il n’est pas nécessairement dans l’intérêt du Brésil d’apparaître comme un « état voyou » sur la scène internationale.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Manque de volonté ……comme un « état voyou » sur la scène internationale ]

      Vous pouvez vous éviter toute cette logorrhée en disant que vous rêvez d’une Ligne Morice tropicale assaisonnée d’  » opérations Homo  » – C’est à dire d’assassinats extra-judiciaires – come du temps de Mongénéral ou de l’amer Michel !
      Vous avez tant honte que ça de l’écrire , même sous un pseudo ? Ou alors c’est juste un manque de courage ?
      Maintenant puisque vous parlez d’  » état voyou  » je ne pense pas que Macron et mongénéral soient assez bêtes pour vous suivre et se voir ramener au niveau de la Russie ou de la Corée du Nord !
      Juste une question , vous comptez procéder comment ? Une bombe sous la voiture comme les barbouzes ? Du Polonium ? Un Luger datant de la PGM , un surin ou une fléchette au curare pour faire  » couleur locale  » ?
      Précisez toutefois à vos surineurs de ne pas se saouler la gueu[ censuré ] avec des prostituées : La moitié travaille pour l’ABIN et l’autre pour la PF .
      Parce que pour la  » discrétion  » ce fut plutôt loupé en 2003 ….
      https://www.pagina12.com.ar/diario/elmundo/4-23438-2003-08-01.html

  21. Douze dit :

    Ce n’est pas vraiment un sujet de moyens de combat mais plutôt de contrôle logistique vs objectifs politiques : Aucun des outils utilisés en orpaillage et mentionnés dans cet article ne fonctionnerait sans gasoil. Or, il est vendu depuis des zones d’approvisionnement guyanaises (fr) connues de tous, et utilisant de vecteurs contrôlables :
    Héliportage et pirogues. Les hélicoptères sont pilotés par des gens connus, et les pirogues (dont les plus grandes flottes sont aussi contrôlées par d’autres gens connus), passent sur des axes fuces incontournables : des fleuves.
    Si l’on bloque ces points (contrôle gps de tous les hélicoptères, contrôle systématique par barrages sur les 4 grands fleuves), on renchérit immédiatement le coût du gasoil qui devra parvenir à dos d’homme du Brésil à travers la forêt et les fleuves, ou de sources d’héliportage plus lointaines et risquées. Mais on priverait alors beaucoup d’intermédiaires guyanais de sources de revenus. Décision pas facile à prendre quand la mission du Préfet est avant tout la paix sociale en ville et autour de Kourou.

  22. Robinson dit :

    Les trafics des familles de notables doivent continuer à les enrichir, comme celle de Mme Taubira.