Les élus de Metz s’inquiètent pour l’avenir de l’hôpital d’instruction des armées Legouest

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

14 contributions

  1. Buburoi dit :

    Legouest coute cher et n’est pas rentable. La ville de Metz a fait construire un CHR neuf à Mercy, et il y a un CHU à Nancy à 60 Km. Il y a également des cliniques privées qui ont du mal à fonctionner. Le mieux est de fermer Legouest, car on ne peut plus assurer la sécurité des patients. De toutes façons, si les équipes partent en opex, l’hopital ne peut plus tourner. Il faut arréter l’hypocrisie et le fermer pour de bon. Il n’y a pas le personnel pour faire tourner un service d’urgences et vu les salaires, le recrutement est impossible actuellement. Les urgentistes vont travailler au Luxembourg, où ils sont trois fois mieux payés.

  2. Souz'Air dit :

    Ca ne m’étonne guère. Dernièrement, j’ai voulu aller à Legouest pour passer une visite ophtalmologique afin de faire réaliser des lunettes de combat adaptées à ma vue : in fine, un médecin m’a indiqué qu’il fallait que j’aille chez mon ophtalmologiste civil et qu’ils utiliseraient une copie de l’ordonnance… Bref, ne pas faire utiliser des services de précision, pour justifier ensuite leur fermeture…
    (Je précise que si je voulais faire cette visite pour des lunettes de combat à Legouest, c’est parce qu’il y a quelques années, à Percy, il m’a été explicitement recommandé de faire suivre l’évolution de ma vue par le SSA en parallèle de mon ophtalmo civil, en raison de d’un fond d’oeil atypique)

  3. Lacatapulte dit :

    Il est rigolo ce député LREM, pour lui tout est bon pour essayer de passer la brosse à reluire sur son gouvernement. Mais au final Parly ne sauvera jamais cet HIA. Faut vraiment que les parlementaires macronistes arrêtent un peu de prendre les gens pour des cons. Bon Ok pour de tels ignares de la chose politique c’est compliqué, la France n’a jamais été aussi mal gérée que depuis deux ans et demi.
    Les limites d’un parlement et d’un gouvernement ouverts à des gens n’étant jamais passés par Science-Po et/ou l’ENA. Du coup ils ne comprennent rien à rien et pensent qu’un pays se gère comme une entreprise, les fonctionnaires et les militaires français en font quotidiennement l’amère expérience.

    • Ancien du SSA dit :

      Le rôle d’un député est de représenter ses électeurs, et leurs intérêts dans sa circonscription… LaRem ou pas !
      Il existe de nombreux élus au Parlement et au Sénat qui n’ont pas fait l’Ena ou même Sciences Po, et heureusement…
      Vous ne voulez plus d’hôpitaux militaires, trop chers ? Vous avez besoin d’acheter une catapulte ( électro-magnétique bien sûr ) ? Soit. Le SSA a déjà été supprimé sous Louis XIII, c’est un peu ancien, mais aussi rétabli par son fils Louis XIV !

      • Lacatapulte dit :

        Qui vous dit que je veux supprimer quoi que ce soit ? Vous m’avez lu ? Ai-je à un seul instant dit qu’il fallait supprimer cet HIA. J’ai simplement dit qu’il allait l’être, je n’ai jamais dit je le souhaitais. L’intelligence et vous, ça fait deux mon vieux !

        Ensuite désolé mais votre vision du rôle du parlementaire de l’assemblée est totalement fausse, vous en avez la vision vendue par les médias durant les élections. C’est dommage mais ça signe votre méconnaissance crasse du système législatif français.
        Merci de m’avoir bien fait marrer.

        • Ancien du SSA dit :

          Je crains que vous confondiez intelligence avec arrogance, et affirmation de soi avec déclarations désagréables, « mon vieux ».
          J’ai effectivement mis en avant un rôle du député qui n’est que connexe. Mais pensez-vous avisé d’avoir écrit « ils pensent qu’un pays se gère comme une entreprise » ? Si tous les français le pensaient, croyez qu’ils seraient aussi exigeants avec l’Etat et nos gouvernants ? Tout le monde, ou presque, se réfère à un Etat-providence… même les gens éduqués selon vos critères qui vivent sous les ors de notre République ( je les ai fréquentés ).
          Cordialement
          P.S. Je pense aussi que cet hôpital va vers sa fermeture, et c’était la cause de « l’humeur » donné à mes deux posts.

  4. PK dit :

    Mort de rire. La vocation de l’armée n’a pour but de faire plaisir au conseil municipal de Metz.

    S’ils veulent un hôpital, ils le payent.

    • Lacatapulte dit :

      La vocation d’une armée est de servir et protéger la population civile, donc les municipalités. Votre commentaire est donc totalement débile. Un reflet de votre personnalité sans doute.

      • PK dit :

        MDR. Où avez-vous que l’armée avait ce rôle ? Une municipalité gère une commune : ce n’est pas le rôle de l’armée.

        L’armée viendra sans doute un jour dans les communes nettoyer la merde que les élus ne savent pas gérer… Mais ça, c’est son rôle à l’armée…

        • Lacatapulte dit :

          Oulah un type comme vous, faudra le mettre dans le formol quand vous décéderez. Sans rire la science va s’éclater à analyser un type aussi bêtement manichéen. M’étonnerait pas que vous n’ayez jamais servi !

  5. Ancien du SSA dit :

    Voilà un hôpital qui n’a jamais eu la chance de vraiment s’inscrire dans l’histoire du SSA, ni de celui du soutien aux forces, malgré le patriotisme lorrain, dont nous avons un exemple avec l’intervention des élus locaux, et les forces très importantes qui furent dans sa zone d’implantation, durant de nombreuses décennies…
    Tout d’abord il est né sous un mauvais signe, puisque construit par l’ennemi allemand juste avant, et durant le premier conflit mondial ( 1912 – 1918 ). Je saute ensuite aux années d’après la guerre d’Algérie. Il y a de grands hôpitaux, dont 3 (ou 2 et demi jusqu’à la construction du nouveau Percy ) à Paris et environs, mais dans la région Est où se trouve, surtout après la fin des FFA, la majeure partie des forces aéro-terrestres, plusieurs hôpitaux répartis dans les villes importantes ; Châlons-sur-Marne, Colmar, Strasbourg, Nancy et enfin Metz qui va connaître son heure de gloire ou presque, lorsque tous les autres auront fermé au début des années 90. On ferme Nancy pour regrouper tous les services à Legouest, et on le promeut HIA ( quasi ennoblissement qui fait rire et jaser à Paris intra et extra-muros). Metz, ville militaire régissant toute la grande région Est a enfin un hôpital à sa mesure, avec un grand bloc neuf et un service de réanimation annexé à son service d’accueil puis d’urgences ( le Dr puis Pr Pitti, messin aujourd’hui célèbre, aura la redoutable charge de le faire naître et fonctionner ). Un régiment médical vient renforcer le pôle médical orienté vers les forces à soutenir ! Tout semblait pour le mieux…
    Hélas ( ou heureusement, c’est selon ), trois ans plus tard, le président Jacques Chirac vient décider de la fin de la conscription, et l’armée professionnelle qui va en découler va entraîner des restructurations en cascades des forces, avec un retentissement logique sur le SSA. Il faut préciser que dans les trente glorieuses, les hôpitaux étaient la partie noble du service, et le service médical d’unité n’avait que la portion congrue. A la suite de la reprise des opérations extérieures ( P.R. Mitterrand ) cela va s’inverser, surtout à partir des années 90.
    Les hôpitaux vont se resserrer sur une petite dizaine d’HIA, les parisiens étant surtout occupés par l’enseignement, et les équipes de chirurgiens et d’anesthésistes-réanimateurs des hôpitaux des régions beaucoup sollicitées pour les Opex.
    Après la fermeture de la maison-mère, comme on dit à la Légion ( le Val de Grâce ), on peut s’attendre maintenant bien sûr à d’autres fermetures, d’autant que les militaires et leurs familles ont pris l’habitude de se faire soigner en milieu civil de proximité.
    Mais où va-t-on trouver le vivier de chirurgiens et anesthésistes, sans compter les autres médecins et psychiatres pour assurer les missions des Opex ?… Des réservistes sous contrat, oui bien sûr je le sais, le médecin-chef à Dien Bien Phu le Dr Grauwin était un réserviste ( il a une petite rue à son nom dans le quartier de la Gare de Lyon ). Mais faut-il vraiment prendre DBP en exemple de ce qu’il doit se passer pour nos forces ?
    Pour finir, je crois utile de souligner que les hôpitaux défendus par la Marine, c’est à dire Brest et Toulon, ne me semblent pas pour l’instant mis sur la sellette…
    Bon courage aux camarades plus jeunes, et adieu au « vieux » Legouest rénové !
    P.S. Je souhaite bon courage aussi aux malades et blessés des forces qui pensent qu’il n’y a pas besoin d’hôpitaux militaires « quand il a un CHU à 60 km »…

  6. petaf dit :

    ça va faire comme pour la BA 128 , allez hop ,on ferme …

  7. Sgt moralés dit :

    Normalement non ,un député est le représentant non pas d,une circonscription mais de la nation

  8. Jm dit :

    Déjà, et comme d’habitude, quand on commence à lancer des infos, même démenties, c’est pour tester le terrain, et quand cela arrive, parce que cela va arriver, il ne faut pas se leurrer, ils nous mettent en avant le fait qu’ils l’avaient laissé entendre depuis longtemps.
    Et il suffit de regarder s’ils font des travaux.
    Si travaux il y a, c’est de la remise à neuf avant de ……donner pour 1 euro symbolique.
    Du vécu avec Colmar, Strasbourg, Chambéry, Aix en Provence, etc,etc.
    Filez ça à Plaza ou Bern, selon que vous vouliez avoir du cash ou de la rénovation.
    Parce que n’oublions pas que nous avons de très grands visionnaires en matière de cessions de biens immobiliers !!!!!
    Et chaque ville qui avait en son sein une unité militaire qui a été dissoute en a très très souvent hérité pour 1 euro symbolique.
    Ce ne sont pas les exemples qui manquent.
    Comme je ne voudrais pas qu’on m’accuse de partialité, je vais prendre un exemple AdT; le 45 RT de Montélimar qui a été cédé à la commune pour 1 €, alors qu’il y avait un gymnase flambant neuf, le terrain de sports venait d’être refait et équipé de façon moderne – pour l’époque, mais ce n’est pas si vieux – la place d’armes venait d’être regoudronnée, un bâtiment venait d’être construit aux nouvelles normes, etc,etc.
    A l’issue, tout a été rasé, les terrains alentours ont été vendus par la commune à des promoteurs immobiliers, à l’ex quartier, il y a désormais un bâtiment flambant neuf Les Senioriales, des bâtiments ont été érigés pour en faire des logements de standing et le bâtiment principal de l’ex caserne est devenu le siège de l’intercommunalité.
    Au bila, tout le monde a gagné de l’argent sur l’affaire, sauf un.
    Devinez?