La Direction des applications militaires du CEA ne veut plus dépendre d’Intel pour ses supercalculateurs

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

87 contributions

  1. PK dit :

    Ha le manque de vision stratégique de la France… Toujours 20 ans de retard.

    Il y a 20 ans, ST, entreprise française, du moins en grande partie, achevait un processeur 64 bits (au nom charmant de Chameleon). Ils ont stoppé le développement au moment où ils avaient réussi à booter le système dessus (un UNIX bien entendu).

    Si l’armée s’était intéressé à ce projet, ils auraient continué et on en serait à la quatrième génération, de quoi fournir un CPU performant pour les clusters.

    Et là, on doit partir d’une feuille blanche. Coût énorme et latence du même ordre (faudra compter 4 à 5 ans pour avoir un truc fonctionnel… avec le risque d’être à la ramasse côté perf).

    Heureusement, il y a des boites qui ont gardé un savoir-faire (comme Kalray, une spin-off de ST…).

    Mais il faudra injecter de l’argent rapidement. Qui est prêt à y mettre quelques… centaines de millions d’euros aujourd’hui ? Personne. Donc ça restera une belle lettre d’intention et dans dix ans, Laurent Lagneau nous fera un bel article comme la DGA…

    Bis repitita.

    • fabrice dit :

      Les start up mondiales ont levé environ 300 mds de $ en 2018 dont 125 mds aux USA (44%), la France a levé 1,8%…. Israël 3%. Si on additionne tous les pays membre de l’UE sauf le RU on est dans les moins de 7%. La Chine 26%, l’Inde 18%.
      Ce que je veux dire par là c’est que l’auto suffisance de la France ni même de l’UE, c’est pas gagné…Le futur risque de devenir problématique, vraiment problématique et c’est pas Mélanchon « vive le communautarisme islamique, tous nos problèmes c’est à cause du Crif, retraites à 40 ans pour tous, SMIC à 20 000 euros, beau temps toute l’année à Paris, Corbyn est mon pote, viva Maduro, à mort les USA et Israël » qui est la solution

      • ekiM dit :

        La France n’a pas de fonds de pension. Non, juste une arnaque à la Ponzi … En attendant, les timides réformes visant à réformer les retraites déclenchent l’ire des socialo-communistes. Mélenchon n’est pas la cause mais le symptôme. CQFD.

        Voilà pourquoi les start-up américaines lèvent 125 mds en 2018 tandis que les françaises peinent à trouver 2 mds la même année.

        • fabrice dit :

          eKiM
          Les arnaques à la Ponzi ce sont les économies libanaises et turques. Je vous assure que si vous faites la liste de ces start up et que vous regardez ce qu’elles font, vous serez surpris et très, très, très inquiet que l’UE n’y soit pas ou peu. Il ne s’agit pas que de business mais aussi de technologies hautement sensibles et stratégiques.

          • ekiM dit :

            Le système de retraite par répartition est une arnaque de Ponzi qui empêche les français d’investir dans des PME en asséchant leurs économies. Les fonds de pension sont, par ailleurs, généralement de bons actionnaires qui accompagnent les entreprises sur le long terme. Ils recherchent de la rentabilité à long terme et non à court terme.

          • tschok dit :

            @eKim,

            Le gros problème qu’on a en ce moment, et c’est ce à quoi réfléchissent beaucoup d’économistes, c’est le caractère « bilanciel » de l’économie financiarisée = modèle économique qui ne produit pas de la richesse (compte de résultats) mais un « effet richesse » par variation des cours des actifs (bilan).

            Alors que dans le même temps, on constate une stagnation de la productivité du capital.

            Donc, si vous fondez un système de financement de l’investissement majoritairement sur des fonds de pension, vous avez plus de chances d’alimenter le système à effets de richesse que de réellement financer de l’économie « réelle » sur du long terme, parce que les détenteurs de capitaux sont en recherche permanente de placement performants à court terme, afin de procurer au système financier les variations d’actif dont il a absolument besoin pour vivre.

            Par ailleurs, le système de retraite pas répartition ne phagocyte les capitaux au profit de la consommation et au détriment de l’investissement. Au contraire, ce système, outre sa dimension redistributive qui crée de la solidarité et de l’égalité sociale, permet la constitution d’une épargne qui alimente l’investissement:
            – Les retraités ont des modes de consommation qui favorisent l’épargne: ils sont plus « fourmis » que « cigales »,
            – Les plus jeunes sont libérés du poids d’avoir à se constituer une épargne non seulement pour leur propre retraite, mais aussi pour payer celle de leurs parents.

            Du moins tant que le système de retraite est équilibré. Dans ce cas, il est vertueux. S’il devient tendanciellement déséquilibré, là, oui, ça change tout.

            Donc, il n’y a pas d’un côté une retraite par capitalisation vertueuse reposant sur des fonds de pension qui alimentent l’investissement productif, et de l’autre un système de retraite par répartition qui serait par nature vicieux, parce qu’il serait par construction tendanciellement déficitaire. C’est un peu plus compliqué.

        • Barrois dit :

          La France n’arrive pas à lever des fonds par contre elle n’a aucune difficulté à en gaver les actionnaires. Mélenchon n’étant rien, il m’apparaît inconfortable de le rendre responsable de ce défaut.
          Quant aux retraites, ce n’est pas en distribuant l’argent aux assurances privées et étrangères qu’elles pourront financer les besoins en investissements.
          Les choix sont politiques or nous n’avons pas de politiques français qui travaillent pour la France.
          Je ne vais pas faire un couplet supplémentaire sur la trahison des élites.

          • kamisan dit :

             » les actionnaires »…qui amènent leur pognon dans les entreprises à la place des impots, et qui reçoivent en retour, lorsqu’il y en a, des intérêts, appelés dividendes, sur ce prêt…allez donc voir les rendements de ces placements et on en reparlera, vous voulez « jouer » les variations du cours au quotidien ?, renseignez vous sur la fiscalité idoine, vous allez être surpris !!! et on parlera pas de ceux qui y perdent leur chemises… par exemple quand des fonds de pensions « alliés » (mdr) détruisent une entreprise en bloquant le prix de son titre à la baisse…

          • fond de gorge dit :

            houlà la là
            trop compliqué pour moi ,je garde mon PEL ,CEL et mon livret épargne écureuil

    • NulH dit :

      Ouais. ..
      Super… On a donc la réponse …
      La suite SVP. ..
      Vite vite. ..
      En tous les cas, faut y aller.. évidemment. … là, sans rire…
      Attention les sous ne suffisent pas.. REX … entre les lignes

    • Frédéric dit :

      Article du 18 décembre 1997 sur Chameleon, c’était franco-japonais :
      https://www.usinenouvelle.com/article/hitachi-sgs-thomsonensemble-pour-concevoir-un-processeur-64-bits.N86005

      • PK dit :

        Exact. J’avais oublié que Hitachi était partie prenante… C’est loin 😉

      • Galopant dit :

        Depuis 40 ans, les usa ont interdit l’exportation des gros ordinateurs en Chine,, par peur être copié, depuis 10 ans, les super calculator les plus puissants au monde, tous sont fabriqués en Chine.
        La Chine possède le plus grand nombre des super calculateur au monde, beaucoup de stagiaires français en Chine pour les ccopier.

      • lym dit :

        Hors délai d’entrée: La fin des années 90 avait dans ce domaine besoin non de projets mais d’alternative déjà fonctionnelle: L’industrie était en pleine transition sur la vieillissante famille 68k. Et c’est le PowerPC, très bien né et avec IBM et Motorola semi-conducteurs derrière, qui avait emporté la mise.
        S’il est actuellement en grosse perte de vitesse, c’est surtout qu’il n’a pas réussi à percer durablement le marché grand public malgré ses qualités: Apple avait planté le 1er clou du cercueil.
        Car le problème est là: L’investissement est colossal et sans débouché grand public pour financer le développement et l’outil de production c’est désormais perdu d’avance.
        Sans doute l’attitude US crée-t’elle un besoin, mais c’est la Chine qui va le plus probablement le combler. RISC-V déménage d’ailleurs en Suisse (nouveau pan de « neutralité » à haut rendement en vue?) pour s’affranchir de l’état US, Huawei avance à marche forcée pour virer sa dépendance US qui ne représente déjà grosso-modo plus que 20% du BOM de ses derniers produits d’infra télécom, d’ors et déjà éjectée (il ne reste plus guère que qq FPGA avec une logique déjà à eux, migrables ou ASICable a tout moment) du coeur du produit et il semble envisageable que mi 2020 ils en soient à 0…
        A comparer avec la DAM qui achète du Xeon par conteneurs entiers: La dépendance à Intel est totale et on reste en dehors de toutes les parades en cours.

    • Vinz dit :

      « là, on doit partir d’une feuille blanche. »
      .
      Non tout de même pas ; cf l’architecture ARM – dont la propriété intellectuelle appartient à une entreprise britannique – utilisée (entre autres) par STM précisément. L’ARF64 de Fujistsu est également une archi ARM. Inutile de passer son temps à réinventer la roue.
      .
      Huawei aussi, et du coup : « L’entreprise ARM a statué que ses technologies étaient anglaises, et non américaines. Par conséquent, elle va retravailler avec Huawei. « Les versions 8 et 9 des architectures ARM sont des technologies originaires du Royaume-Uni. ARM peut continuer à fournir HiSilicon pour l’architecture ARM v8-A, ainsi que la prochaine génération, en raison d’une étude approfondie des deux architectures », a expliqué une porte-parole de ARM dans les colonnes de Reuters, le 25 octobre 2019. La subtilité est là : l’origine britannique autorise le contournement de l’embargo.  »
      .
      Sinon il existe des projets « open source » comme openrisc.

      • Alain d dit :

        @Ving
        ARM pas européen-UE-27, mais britannique piloté par fond japonais. Donc pas vraiment idéal pour la souveraineté européenne, livrée aux deux super-caniches US!
        L’UE-27 doit obtenir sa propre puce, comme le Japon. Arrêtons d’être naïfs et courtermistes.
        Tout comme il nous faut un Cloud souverain et des plateformes capables de concurrencer les américaines, sans quoi nos licornes du secteur numérique se feront toujours absorber par les GAFAM et Cie.
        « Inutile de passer son temps à réinventer la roue » Et bien si, il n’est jamais trop tard pour réparer les erreurs du passé, surtout quand le Royaume-Uni et le Japon suivent Trump sur le protectionnisme !
        Parce qu’on entend pas vraiment ces deux nations de plaindre des GAFA, de l’ITAR et autres bidouilles US!
        Putain de merde, le premier investisseur mondial, dans l’UE et hors UE, c’est l’UE-28, et se sera idem pour l’UE27, ceci devant les Etats-Unis qui peinent et la Chine qui plante.
        Et on ne serait pas capable d’innover sur un puce, alors qu’on l’est dans de nombreux autres domaines ?
        Des conneries, c’est principalement un manque de prise de responsabilité de nos élus européens !
        Hors langage et courbettes diplomatique, les Etats-Unis n’arrêtent pas de nous chier dans les bottes, c’est une réalité! Trump pourrait être réélu, voir même un énergumène encore pire, parce que le peuple américain semble très laxiste sur les embrouilles engendrées par Trump, comme fasciné par le personnage, zappant totalement sur ses incompétences diplomatiques et économiques

        ARM devrait être transitoire avant les puces pures UE-27.
        Comment pourrait-on avoir un Cloud, de l’IA, des plateformes, des R&D, des batteries et des supercalculateurs souverains, si on dépend de puces étrangères pour le calcul et le stockage?

        • Vinz dit :

          Avec les US on est dans le camp de ceux qui écoutent. Avec la GB, on boxe dans la même division, surtout si l’UE se décide à être vraiment utile. Notez qu’ARM est bien décidé à ne pas appliquer les sanctions US contre Huawei.
          .
          Et la souveraineté absolue est illusion. Vous dépendrez toujours d’une façon ou d’une autre d’un tier, c’est inévitable.
          .
          Quant aux enièmes « Plan Calcul », comment dire…

        • Alain d dit :

          Atos, Kalray, Seamless Waves, Pageos, etc. Et évidement STM, Soitec, CEA, Lacroix, etc. On peut le faire !
          Et le DG de STM vient de récupérer le poste de l’ESIA (European Semiconductor Industry Association), ça tombe bien.
          Il faut évidement le jouer collectif avec l’UE, comme pour les supercalculateurs, déjà pour l’échelle du marché européen, qui permettra de baisser les couts de R&D et de développement à venir, et assurera un bon volume minimum de ventes au lancement de la production série.
          Et puis il y a d’autres champions européens qui visent d’autres secteurs que les champions français.
          Y’a tous intérêts à faire émerger le meilleur mixte du chapeau UE, même si au final on se retrouve avec 2 ou 3 architectures !
          Ensuite, pour encore baisser les couts, et pour exporter plus facilement, si vraiment nécessaires, on pourrait très bien faire assembler une partie des processeurs hors UE, à Taiwan ou Singapour, par exemple, comme c’est déjà le cas, mais de toute façon hors Chine, hors Etats-Unis, et hors caniches américains et chinois. Mais pour la sécurité et le savoir faire, faudrait garder au minimum une ligne de production civile, hors défense, au sein de l’UE-27, même plutôt dans la Zone Euro, c’est plus sur, mais hors Catalogne et Corse :>))
          Déjà avec les productions pour les télécoms et les industries autos, ferroviaires et aéronautiques, l’UE disposerait d’un énorme marché potentiel pour sa ou ses puces.

          Cree Selected as Silicon Carbide Partner for the Volkswagen Group FAST Program
          https://www.cree.com/news-events/news/article/cree-selected-as-silicon-carbide-partner-for-the-volkswagen-group-fast-program
          Si Renault avait choisi Cree……….
          Mais en Allemagne ça passe, mais peut-être que VW a des actes répréhensibles à se faire pardonner de l’autre coté de l’Atlantique, sans oublier la balance commerciale de Trump…… ?
          Et Cree semble apprécié :
          https://www.usinenouvelle.com/article/cree-construit-une-usine-de-puces-sur-carbure-de-silicium-de-1-milliard-de-dollars.N887294
          STM et Infineon font aussi dans le carbure de silicium.

          Et pour rappel NXP a bien failli passer sous pavillon chinois si les américains ne s’y étaient pas opposés.
          C’est vraiment la honte que les américains viennent faire la police au sein de l’UE pour contrer les chinois. Ca prouve que nos entreprises européennes sont prêtes à bouffer à tous les râteliers, en pisant sur le bien commun et la souveraineté, nationale et européenne, surtout quand les gouvernants sont de mèche ou laxistes !

          « Inutile de passer son temps à réinventer la roue »
          Les entreprises étrangères apprécient :
          Analog Devices mise sur l’industrie 4.0 pour imposer davantage ses puces en Europe
          https://www.usinenouvelle.com/article/analog-devices-mise-sur-l-industrie-4-0-pour-imposer-davantage-ses-puces-en-europe.N892764

          Pour les super calculateurs
          https://www.industrie-techno.com/article/supercalculateurs-l-europe-accelere-enfin.52882
          Huit machines au programme :
          Les villes retenues sont Barcelone, Bologne, Kajaani, Mihno, Ostrava, Bissen, Sofia et Maribor.
          L’Airbus du supercalculateur et du calcul intensif : EuroHPC (High Power Computing).
          Les 28 de l’UE + Malte, Chypre, Turquie (fait chier), Norvège et Suisse (no comment, y’a des Rafale en jeu, :>)) ).
          19 de ces nations (dont la France) ont cofinancé ces machines et y disposeront d’un temps d’accès.
          L’Allemagne et la France, les costaudes, qui ont les moyens d’acquérir des supercalculateurs sans passer par un budget européen, qui sont déjà certainement les mieux équipées, semblent s’être mises en retrait pour cette phase d’acquisition et de montée en puissance, et ça me semble plutôt intelligent pour fédérer l’UE sur ce projet, en y intéressant les petites nations.

        • tschok dit :

          Alain d,

          Vous savez, les élus européens ne gouvernent pas l’investissement.

          Les niveaux d’investissement dépendent des politique publiques des Etats et de la gouvernance privée. Les députés au parlement européen n’y peuvent pas grand-chose. Pour ça, il faudrait un vrai budget fédéral et on n’y est pas.

          • Alain d dit :

            @tschok
            Le FED, c’est bien un budget européen, et évidement que ce sont les nations qui règlent. Mais fédéral ou pas, ce serait tout de même les nations qui règleraient l’addition, seule la forme de celle ci serait différente et autrement équilibrée. Ce n’est pas pour autant que la somme serait supérieure !
            C’est donc avant tout un problème de choix, de volonté et de moyens à l’instant T.
            L’UE ne sera jamais un fédération! Mais par contre elle a bien le moyens financiers pour en finir avec ses dépendances extérieures. Compliqué et long, mais tout à fait jouable.
            Si justement, les députés européens gouvernent l’investissement, ils valident ou pas, les programmes, et contrôlent leurs réalisations. Comme ils peuvent s’opposer à des fusacqs ou les remanier !

      • d9 dit :

        De mémoire, ARM n’est plus britannique mais japonais.

        • Vinz dit :

          Oui en effet ils ont été achetés par Softbank, mais le qg/siège social est en GB, donc ça reste de droit anglais (Arm Holdings PLC).

    • Stoltenberg dit :

      Le problème c’est que ST n’a pas réussi à commercialiser ses produits avec autant d’efficacité que les boîtes américaines. Alors, est-ce que les états européens sont co-responsables de cet échec car ils n’ont pas assez investi dans le domaine ? Je ne sais pas. En tout cas là, le défi sera du même genre- soit on arrive à créer une filière efficace sur le marché militaire mais également civil, soit on sera condamné à la renflouer régulièrement jusqu’au moment où les gouvernements vont dire stop.

      • Galopante dit :

        Super ordinateur français constitue par des microprofesseur.
        Haha ha ha

        • Stoltenberg dit :

          Vous avez droit à un psychiatre ou vous n’avez pas encore assez de points de citoyen ?
          .
          Continuez, peut-être qu’un jour, par pitié, le gouvernement chinois vous sponsorisera la lobotomie. Il n’y a que ça qui peut vous aider à ce stade…

        • Aymard de Ledonner dit :

          Un pseudo très adapté à votre mode de communication….

          • Pascal (l'autre) dit :

            « c’est pk que tu as besoin de IA, pas de médicament pour ta maladie. » Avec un pseudo qui veut dire « super courante » que l’on traduit chez nous par « méga chiasse » vous c’est du pq qu’il vous faut! Votre forêt artificielle nommée « grande muraille verte » n’y suffira certainement pas

    • Twouan dit :

      Il faut accepter de fonctionner avec moins bien pour plus cher.
      Pas évident.
      C’est plus que les armées, c’est l’administration et les entreprises qui doivent ralliée le nouveau processeur.

      En europe, on avait un champion. ARM, il faut en reprendre le controle.
      Grace aux téléphones, on a une occasion unique de refaire un champion local.

  2. petaf dit :

    ça serait bien aussi que les Armées ne dépendent plus de google et de windows !

    • Stoltenberg dit :

      Money, money, money…
      .
      Déjà ce serait bien qu’on arrive à créer un climat économique et scientifique favorable pour que ces Google et Windows français puissent émerger. Pour l’instant ce n’est pas gagné, loin de là, avec un système quasi-socialiste de redistribution massive et de pénalisation du travail et de l’initiative, on fait tout pour échouer.

      • garance dit :

        Le système ancien de gestion et décision à la française avec ses crânes d’oeuf pontifiants dits spécialistes. Voyez l’histoire du pc inventé en France parti aux USA, le système du minitel préféré à celui du net, la norme secam, etc etc etc
        Chaque fois qu’un novateur s’est levé, cent notables l’ont enfoncé. La carte bancaire à puce a bizarrement réussi aux forceps.

  3. Trop troll dit :

    Les petaflops, c’est bien. En tout cas, le nom est marrant : c’est déjà ça.
    Ce serait bien, comme nom, pour le prochain porte-avions.
    .
    Bon, je trolle, c’est vrai. Mais que faire d’autre sur un sujet comme ça ?

    • bpapon60 dit :

      En parlant de nom de porte-avions, je vois bien François Mitterrand naviguer de concert avec Charles de Gaulle !!

      • Xaintrailles dit :

        Dans son livre «  Le problème du porte-avions » Hervé Couteau-Bégarie expliquait que pour faire avancer plus vite leurs programmes, les US utilisaient le nom d’un ex-président vivant, plutôt que celui d’un disparu… Mais il est vrai que l’on aurait sans doute du mal à trouver celui à honorer.

        • Électeur dit :

          Du mal à en trouver un qui ait suffisamment de pouvoir résiduel, surtout.

          • Xaintrailles dit :

            Tout à fait exact, nos ex-présidents ce sont eux-mêmes « grillés »… depuis le choix du quinquennat, mis à part bien sûr leur doyen bientôt centenaire…

      • ekiM dit :

        Les marins préféreraient saborder leur porte-avion que de l’appeler ainsi. Non, je verrais bien quelque chose comme l’un des maréchaux de la libération : Koenig, Juin, Leclerc ou Tassigny. C’est « moderne », parlent et consensuel.

        Personnellement, j’aurai bien aimé le « Marcel BIGEARD » mais il ne faut pas rêver …

        • Alain d dit :

          Passifs Madagascar, Vietnam et Algérie ? Alors même que la France est encore accusée de comportements colonialistes en Afrique?
          Le pire des choix !

          • ekiM dit :

            BIGEARD a été l’un des plus grands soldats de la France sur les 100 dernières années. Il a été de toutes nos guerres « contemporaines », il a créé l’école française de la guerre contre-insurrectionnelle. Ses concepts sont toujours employé de nos jours. Appelé 2éme classe, il a fini général de corps d’armée. Rien que cela, c’est quelque chose qui peut inspirer les hommes qui serviraient dessus. Maintenant, oui. A cause des gauchistes de tout poil, ce nom est inenvisageable.

            Je parie qu’on aura finalement deux PA conventionnels (le nucléaire est bien trop cher pour des avantages qui ne se justifient pas/plus). Et ces deux PA porteront les noms de deux des quatre maréchaux de la libération. Je vois bien de Lattre de Tassigny et Koenig.

          • Alain d dit :

            Je me suis bien garder d’entrer dans les actions de Bigeard, et d’émettre des jugements, je note juste qu’il a opéré dans nos ex-colonies, juste avant qu’elle obtiennent leurs autonomies.
            Donc ce serait le pire des choix, alors même qu’en ce moment l’Algérie part en vrille, et que la France discute avec Madagascar sur des iles, et qu’au Sahel la propagande anti-française est très active

        • kamisan dit :

          « l’un des maréchaux de la libération »….et un maréchal de l’attaque , en 39 ? ça aurait de la gueule non?

      • Mémée Lanchon dit :

        Mitterrand, c’est un nom pour un sous-marin.
        Même pas : pour un paravane.
        .
        Un mec qui disait « l’Algérie c’est la France » pour y envoyer les Appelés, ne mérite pas mieux.

      • Raymond75 dit :

        On devrait le baptiser ‘François Hollande’ comme cela il serait capable de louvoyer en permanence quel que soit le sens du vent et du courant.

        • Xaintrailles dit :

          Oui mais l’histoire du « capitaine de pédalo » est restée dans les mémoires ; j’apprécie l’humour quand même ! Surtout venant d’un homme de gauche…

      • Vevert250 dit :

        Avec une belle francisque peinte sous la devise!

      • louis le funeste dit :

        heu , pour francois mitterand, j’avais pensé à un autre ustensile: « tient, tu as un francois mitterand dans ta salle d’eau? oui j’aime bien aller au francois mitterand, j’y regarde souvent couler des trucs… » finalement, on reste même de loin dans le domaine maritime. Plutôt vendeur comme slogan.

      • Amida dit :

        Pour un navire de guerre, il est de coutume de choisir un nom chargé d’une certaine aura menaçante… Au pire, un nom de province, de montagne, de ville, de bataille, ou une référence à la mythologie ou la culture ancienne du pays concerné. Quelque chose qui impressionne un peu les étrangers…

  4. Robert dit :

    « Geleznikoff »?
    Oh, la la, attention à l’espionnage russe !

    • Jean-Marie H. dit :

      Robert, ce que vous écrivez ressemble un peu à du « délit de sale gueule ».
      .
      Mais justement ce programme « joliot-curie » vient nous rappeler que nous devons notre bombinette à nos savants atomistes qui ont (discrètement) travaillé avec des chercheurs russes pour lesquels ils avaient des sympathies.
      .
      Dans les années cinquante en France le PCF avait la certitude d’arriver bientôt au pouvoir et de sortir la France de l’influence américaine : sans que la Quatrième République n’y voie rien, nos chercheurs ont travaillé avec les soviétiques et le résultat fut excellent.
      .
      Quant au patronyme auquel vous faites allusion, l’on ne peut guère en inférer un risque de déloyauté : nombreux sont les Français d’origine « russe blanche ».
      .
      C’est pourquoi le RÉC ( régiment étranger de cavalerie) a été créé en 1924 : pour y incorporer les Russes, meilleurs cavaliers que fantassins, qui ne voulaient pas du communisme.

      • Ah Ca! dit :

        Peut être mais nous avons eu la preuve le PCF était aussi infiltré et financé par l’ancêtre de la CIA et ce jusqu’en 87 ou 90… ainsi que le PS et le centre.
        Le mur de contre ingérence américaine était le Gaullisme en non le PCF

        • Desty dit :

          En France ce que les Américains ont fabriqué et financé ce serait plutôt les groupuscules trotskystes comme Lutte Ouvrière ou la LCR pour affaiblir le PCF. C’est pour cela que les anciens membres sont toujours parmi les premiers partant pour s’associer à toutes les croisades américaines.
          Quant au PS, ils sont vigoureusement atlantistes depuis la formation de l’OTAN pour faire oublier leur comportement indigne pendant les heures les plus sombres de notre Histoire… et européens convaincus parce que dans le fond ils n’ont jamais changé !

      • Xaintrailles dit :

        Je trouve que vous racontez vraiment des blagues à propos de l’histoire du programme nucléaire militaire français initial. Deux repères historiques le prouvent aisément :
        – 1950 Frédéric Joliot est écarté du programme pour « pacifisme ».
        – 1956 Crise de Suez : Londres et Paris sont menacés d’une frappe nucléaire par l’URSS. L’issue du programme va en découler, avec un coup de pouce ( non officiel ) des anglais, qui étaient en avance du fait d’un programme commun avec les US, et avaient partagé la même humiliation de devoir se retirer de Suez, après avoir neutralisé l’armée égyptienne.
        Comment voulez-vous faire croire au rôle de Joliot et de ses amis russes ? L’histoire a malheureusement fait que Joliot soit un grand savant en 1939 sur le point de… ( la France est en pointe, comme l’Allemagne d’où la bataille en Norvège, pour interdire aux nazis l’accès à l’unique stock d’eau lourde existant ) mais en 45-46 Joliot est quasiment « out » !
        Sinon tout à fait d’accord pour avoir un grand respect des français civils ou militaires à patronyme russe ou polonais, qui ont toujours servi notre pays de manière exemplaire.

        • Géo dit :

          @ Xaintrailles
          C’est une époque dont il est très difficile de se faire une idée exacte, tant les désinformations de toutes sortes (motivées par des idéologies et surtout des intérêts antagonistes) sont nombreuses et habiles.

      • Frank dit :

        @ Jean-Marie H Ouh la… Méfiance! Si Robert rigole, en off, vous êtes vous-même à la limite du pire délit qui soit actuellement, celui de la « non-bien-pensance », bien plus risqué de nos jours.
        Nos bons commissaires attentifs du politiquement tolérable, même aussi incompétents que moi sur ce sujet précis, vont y voir immédiatement une dérive inadmissible.
        A vous lire, on en viendrait à croire que, sur ce domaine comme dans beaucoup d’autres, nous avons (et surtout, continuons…) collaboré avec le Russe honni. Inadmissible de nos jours.
        Certains ici risquent de faire un malaise en vous lisant. Le nervous breakdown, façon Audiard. L’hallali sur le mouton qui se rebelle, ou la curée du mal-pensant qui met en doute le discours officiel.
        Et vous vous enfoncez, en plus: Des Français depuis les années 20, d’origine Russe, et Blanche de surcroît, seraient plus loyaux à la France que nos « nouvelles chances » qui affluent chaque jour? Qu’est-ce qu’il faut pas lire!
        Sous-entendus inadmissibles aujourd’hui, soyez prudent.
        Heureusement, il reste beaucoup de partenariats, comme celui-ci:
        http://hygie.frru.org/fr/fd-doc/fd-1
        ou:
        https://crsc.fr/category/cooperation-franco-russe/
        Et plein d’autres, plus discrets.

      • Jean-Marie H. dit :

        Je profitais de la remarque de Robert pour rappeler une donnée que beaucoup de gens ignorent.
        Peu importe le degré.

  5. basstemp dit :

    Une excellente initiative mais qui sera hélas probablement insuffisante du fait des allégeances évidentes de la plupart des entreprises de l’informatique tant US, qu’en France et de part le monde qui obéissent toutes pour l’immense majorité soit a une logique mondialiste fondamentalement anti-nations comme google, microsoft & cie ou pour l’intérêt israelien (comme par exemple Intel) qui pour ce dernier voit rouge dès qu’il s’agit de l’intérêt des nations européennes qu’il(s) désigne(nt) systématiquement comme un parallèle au nazisme

    Mais que faire, notamment dans un pays comme la France qui a abandonné toute politique industrielle depuis le milieu des années 90 dans sa glorieuse obéissance a l’appel du pied maastri-chien qui sera une véritable trahison tant aux intérets stratégiques français qu’une lourde trahison aussi envers l’intéret du peuple français qui verra disparaitre sa véritable source d’emplois stables : L’industrie ! Au profit d’un tertiarisme qui en réalité, lui n’a jamais été capable de tenir ses promesses tant de croissance que du soit disant plein emploi qu’il était sensé apporté avec l’avènement de l’européisme béat !

    Que faire dans un pays qui disposait fin des années 90, tout l’outil nécessaire disponible en France pour batir une industrie de la micro-informatique de masse (pour servir de socle a toutes nos entreprises dans le domaine) en profitant par exemple du départ de Hewlett Packard du Nord Isère vers Singapour, pour créer une marque française qui aurait pu jouer sur la fibre locale comme argument de vente pour le PC de bureau et le PC portable (le PC gamer n’étant lui pas un truc industriel mais plutot d’artisanat du fait que ce sont des petits assembleurs locaux qui les vendent)

    Mais non, mais non … Rien de tout cela et on laissera crever le secteur alors qu’il y avait possibilité de faire un champion national en se servant du départ de HP comme socle de démarrage

    Le lien avec le sujet de l’article ? La possibilité de pouvoir développer tout nos outils software et hardware sur la base d’une industrie nationale du PC pour la production de masse et ainsi pouvoir nous doter en parallèle d’une marque de processeur nationale, d’un éditeur software pour un équivalent de windows franco-français ect ect ect (je simplifie au max en fait mais vous m’avez compris)

    Pour permettre au final un environnement beaucoup + sain pour l’usage informatique dans la dissuasion nucléaire

    Tout en permettant a quelques français peu qualifiés de pouvoir relever la tête dans une industrie qui aurait largement pu fonctionner et etre rentable … Mais non, mais non …

    Tout ça nos européistes béats des années 90, ils en avaient rien a secouer : Il fallait laisser crever l’industrie parce que c’est un truc de malpropre m’voyez … Un truc de chomeurs, un truc de beauf …

    J’ai honte … : (

  6. précision dit :

    C’est bien beau, mais s’il n’y a pas d’applications civiles (avec un marché porteur) derrière, je crains que ce ne soit juste un plan provisoire sans grand impact, comme beaucoup de projets français ou européens du domaine – pour le moment du moins (plan calcul, qwant,…). Enfin, je n’ai pas de boule de cristal. Si ça se trouve on va voir émerger une vraie volonté politique de créer une filière viable.

  7. petitjean dit :

    « Les trois fournisseurs de processeurs sont tous d’origine américaine »
    Et c’est bien ça le problème !
    Nous dépendons des Concepteurs/constructeurs américains !!
    où est notre indépendance ?
    « le développement d’un « processeur européen souverain »
    enfin, enfin, mais nous avons perdu au moins 20 ans !
    L’Europe doit développer ses propres composants et ne plus dépendre des USA. Que ce soit dans le domaine des softwares et des hardwares nous devons, nous européens, être indépendants
    Dans tous ces domaines, observons ce que fait la Chine qui vient de se lancer dans un formidable programme :
    « Le plan colossal de la Chine pour se débarrasser des technologies américaines »
    https://www.les-crises.fr/le-plan-colossal-de-la-chine-pour-se-debarrasser-des-technologies-americaines/
    La Chine « produit » chaque année des dizaines de milliers d’ingénieurs d’excellent niveau
    Nous devrons aussi nous débarrasser des GAFA US et créer les nôtres……………..

  8. Plusdepognon dit :

    Une petite musique lancinante :
    https://www.frenchweb.fr/david-fayon-nous-avons-besoin-dun-plan-calcul-2-0-pour-batir-une-nouvelle-frontiere-numerique/293655

    Pourtant la dernière fois, ce ne fut pas un énorme succès :
    https://philippesilberzahn.com/tag/rapport-thery/

    Et croire à ce que l’on dit peut parfois jouer des tours en fonction de son formatage :
    https://philippesilberzahn.com/2013/01/07/les-trois-erreurs-prediction-rapport-thery-autoroutes-information-1994/#more-3017

    Les investissements à faire pour parvenir à un résultat sont colossaux, demandent une volonté politique inébranlable et un environnement économique très pointu.
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/07/11/huawei-l-europe-est-prise-en-etau-entre-deux-ecosystemes-technologiques-puissants-chine-et-etats-unis_5488151_3234.html

    • fabrice dit :

      – Il faut des quantités colossales d’argent pour développer des projets technologiques de haut niveau or le pays est endetté, le patrimoine est investi dans l’immobilier, la prise de risque et le capitalisme sont découragés, les besoins sociaux en constante augmentation. On le voit au niveau des levées de fonds de start up, la France est totalement distancée (et c’est pas un fond public de 2 mds d’euros qui va rattraper le retard…)
      – L’argent ne suffit pas, il faut aussi des jeunes ambitieux et d’un haut niveau scientifique. Suffit d’écouter la musique pour « djeunes » (le rap) pour se rendre compte que « la réussite » chez beaucoup (surtout dans les banlieues communautaristes qu’aime bien Mélanchon) c’est le gun, les putes, l’argent de la drogue et surtout pas d’effort intellectuel….
      On est en train de créer une société à double vitesse, une partie connectée au Monde moderne faisant compétition à la Silicon Valey, à Israël, à Tokyo, à Bangalore et à Shangaï. Une autre connectée à l’internationale islamistes et aux paysans boliviens éleveurs de coca dont l’horizon intellectuel et scientifique est au niveau médiéval…
      Avant de prétendre à la domination mondiale, faudrait faire le ménage à la maison.

      • Xaintrailles dit :

        A propos d’âge, je suis surpris par celui de François Geleznikoff, pour superviser de tels programmes ! Certes, cela fait un an de moins que Jean-Pierre Delevoye… Ils sont encore estimés bien verts les « boomers ».
        Cela fait effectivement peur pour la ressource ultérieure !

    • Plusdepognon dit :

      Oups, erreur de lien (le 2ème), la dernière fois ce ne fut pas un franc succès :
      https://www.lesechos.fr/2012/07/le-plan-calcul-lechec-dune-ambition-1094199

  9. Clayde dit :

    Rome au lieu de Rime, faute de frappe.
    Quant au fond de l’article, le CEA sait que INTEL ou AMD c’est la même chose ; laissons tomber les querelles de boutonneux et de prix, d’où la question qu’est ce qui n’a pas été compris ou retranscrit ?.
    ARM c’est autre chose, pas la même architecture.
    Le développeur de base qui bosse pour Huawei fait bien rire.
    .

  10. jo666 dit :

    C’est très simple suffit que le labo Pierre Fabre mette au point un équipement de gavage à rayon ultra violet pour du 3 nanomètres. Simple basique surtout à megajoule

  11. jo666 dit :

    Oh SOITEC fournit les wafers pour les faire et st micro la technologie semi conducteurs

  12. Raymond75 dit :

    Il y a très très longtemps, jeune étudiant, j’avais travaillé en juillet dans le centre informatique d’EDF. Il utilisait l’ordinateur le plus puissant de l’époque : un CRAY 1 américain. Les US avaient refusé de le vendre à la France, car il nous aurait permit de passer rapidement de la bombe A à la bombe H ; il était loué, et un américain était dans la salle en permanence pour vérifier son utilisation …

    De Gaulle avait décidé de lancer le ‘plan calcul’ pour rendre la France indépendante et informatique, donc en stratégie nucléaire, et cela avait globalement bien marché. Bull fabriquait à Angers je crois des processeurs multicouches très performants pour l’époque. Le plan calcul n’avait par contre aucune ambition commerciale (le premier micro ordinateur à architecture actuelle fut français : le Bull Micral 30, mais jugé ‘sans intérêt’ … ). Puis par la suite, le formidable développement technique et commercial US a balayé tout cela, bien que Bull ait continué à produire des ordinateurs de très grande puissance, mais avec des processeurs US.

    Les Américains ont une formidable avance, mais les Japonais et les Chinois ont montré qu’il était possible de rivaliser, à condition d’avoir une volonté d’indépendance industrielle. Il semble que l’Europe fasse de même ; souhaitons que cela marche, mais avec la cacophonie européenne, on peut craindre le pire …

  13. vrai_chasseur dit :

    Faire une puce c’est assez simple : il faut mettre sur la table entre 400 et 500 millions d’euros pour faire UNE puce. il faut également disposer des compétences R&D nécessaires (chercheurs, ingénieurs et techniciens).
    Cela recouvre la R&D sur silicium en photolithogravure densité 5 nanomètres, ensuite les investissements industriels dans la manufacture des masques lithographiques et la fonderie du silicium lui-même (même si certaines étapes peuvent être sous-traitées en Asie, à Taiwan notamment).
    C’est un investissement financièrement très risqué, c’est pour ça que les fondeurs de puces jouent tous sur une échelle de marché mondial pour le retour sur investissement. Pour assurer le coup, la puce doit correspondre au plus large besoin possible : PC, smartphones, etc. et consommer le moins possible en énergie.
    -t
    L’Europe peut mettre cet argent sur la table. Mais cela requiert une véritable volonté politique, pas juste des blablas tartes à la crème sur la « souveraineté technologique ».

    • fabrice dit :

      Il ne s’agit pas simplement d’argent mais aussi d’hommes. A part quelques grandes écoles le niveau de nos universités est dramatique. La population européenne vieillit notamment l’Allemande. Suffit de voir comment certains « vieux » sont dépassés par les nouvelles technologies (internet…) pour se rendre compte que la moyenne d’âge de l’Allemand par exemple n’est pas franchement favorable au hi tech (et malheureusement ça se voit dans les stats)…Quand aux populations immigrées, suffit de se rendre compte que dire zone à forte population immigrée du Tiers Monde signifie zone de résultats éducatifs catastrophiques et niveau scolaire à pleurer…La France a d’excellents ingénieurs mais peu nombreux. Je ne suis pas sur d’ailleurs qu’ils ne travaillent pas à Londres, San Francisco ou à Tel Aviv….La fuite des cerveaux est massive et de même ampleur que l’arrivée des « chances communautaires intergalactiques pour l’univers entiers, d’ailleurs Mélanchon les aime beaucoup, faut pas stigmatiser, certains sont bons au foot, Seine Saint Denis terre d’avenir au moins pour les trafics et les subventions sociales »…

    • Franchouillard dit :

      Je ne crois pas que passer par l’Europe soit un moyen d’indépendance. Au contraire. Lire « J’ai tiré sur le fil du mensonge ».
      Je nous verrais plutôt nous associer aux Japonais : ils sont doués, leurs intérêts ne sont opposés aux nôtres nulle part, et eux aussi aimeraient bien se dégager du poids de l’Amérique sans tomber sous une autre domination.

  14. Lucy dit :

    Faut investir dans l’IMEC à Louvain une référence mondiale.

  15. Danube dit :

    Amd représente le meilleur investissement actuellement au niveau HPC avec le couple CPU/GPU EPYC/INSTINCT. Bien moins cher que du INTEL/NVIDIA, plus ouvert au niveau GPU (ROCm vs CUDA) et plus sécurisé.

  16. Raymond75 dit :

    Miterrand, que la plupart d’entre vous détestent par principe, avait déclaré vers la fin de sa vie que les Américains avaient déclaré la guerre à la France. Pas une guerre militaire, une guerre plus terrible encore, par rachat d’entreprises stratégiques soit pour s’en approprier les brevets et connaissances, soit pour les étouffer. Ce qui fut fait depuis 30 ans, méticuleusement. Puis une deuxième étape a été franchie : chantages juridiques qui font disparaitre la filiale des turbines d’Alsthom, blocus économique en interdisant toute utilisation du $ non approuvée, ou de composants ou services US ou qui relèvent de lois US.

    Seule la dictature numérique chinoise s’y oppose, avec succès car se pays a une vision à long terme et est dirigé, comme le fut la France à l’époque de l’économie mixte ; l’état planifie les développements, en surveille l’évolution, impulse par des crédits publics le démarrage, et confie la réalisation au privé. De nos jours, que ce soit en France ou dans l’UE, il n’y a plus aucune vision de ce type de développement, et de plus les US attaqueraient aussitôt les entreprises concernées car elles auraient bénéficié de subventions publiques, ce qui est ‘une atteinte à la concurrence libre et non faussée’.

    Nous sommes devenus des nains économiques, alors que nous disposons d’ingénieurs et de chercheurs brillants … Et l’Europe n’a absolument pas la volonté de devenir une puissance économique et diplomatique ‘donc militaire entre autre).

  17. ben dit :

    Dans la suite de ce que dit PK: les processeurs Kalray pourraient-ils aider ?

    • PK dit :

      Karlay sont spécialisés dans les puces multi-processeurs à calcul hautement parallélisable.

      Tout expérience est bonne à prendre.

    • Vinz dit :

      En partie – si j’ai bien compris les solutions de Kalray s’apparentent en gros à du FPGA, c’est-à-dire des circuits (re)programmables dédiés à des tâches bien spécifiques (chiffrement, encodage/decodage video par ex.) Cela reste un élément dans un environnement qui doit par ex. reposer sur du Linux. A confirmer.

  18. Claude dit :

    Le Mégajoule ne sert a rien ds ce cas.
    Pour des gravures aussi fines où on est proche de la diffraction de la lumière, la puissance ne sert à rien.
    Bien amicalement.
    On peut compter sur nos physiciens, il y en a encore, il n’y a pas que des penseurs de coffee shop en France, enfin pas encore.

  19. lxm dit :

    Au lieu de tout centraliser, ils pourraient aussi développer du meilleur calcul collectif, pour utiliser( sur son temps libre) le moindre processeur disponible sur le réseau, ne serait que le réseau d’ordis universitaires, ou de l’armée, ou dans la présente, au niveau européen.
    Quand on centralise, c’est comme augmenter la température, il faut toujours plus d’énergie, c’est très « couteux ». Le plus froid est à -273 degrés mais le chaud peut aller à des millions de degrés. Décentraliser force aussi à mieux penser l’architecture, parce que ne me faite pas croire que ces procs avec des dizaines de milliers de coeurs un humain l’a façonné, c’est une création fractale, qui donc n’est pas optimisée du tout( c’est pour cela aussi qu’à notre époque les ordis semblent aussi lents qu’en 1990 malgré tout l’ajout de puissance).

  20. Plusdepognon dit :

    Les allemands vont payer pour le futur programme européen de radio logicielle :
    https://forcesoperations.com/lallemagne-debloque-80m-e-pour-le-programme-europeen-essor/

  21. Francis & Co dit :

    Oula … Je ne suis pas au niveau technique des cadors qui s’expriment ici … Mais je vais tenter une sortie tout de même (« C’est juste une égratignure, Bob … »).

    La petite musique dont vous parlez ici, tient, je crois, toujours à la même chose : on nous parle en permanence (comme en ce moment) « d’investissements d’avenir ». Utiles, j’en conviens, et nécessaires si je m’en tiens à la formule. Mais à chaque fois, c’est pour inventer ce qui existe déjà ? On nous parle de Gafam européens … Ah ? On veut un Facebook européen ?

    Ça, c’est l’avenir d’avant-hier. Nous ne faisons rien d’autre depuis 30 ans, qu’essayer de faire dans 5, 10 ou 20 ans ce que d’autres font déjà en ce moment. Et dans 5, 10 ou 20 ans, les « autres » ne nous auront pas attendu et auront avancé dans le sens de leurs intérêts, et nous serons encore et toujours en retard d’une guerre (au moins).

    Rattraper notre retard, oui. Mais ce sont les nouveaux usages qu’il faut anticiper. Pas facile, peut-être, mais pas si difficile non plus. Pour cela, il faut définir nos propres besoins (oui, NOUS, français, et dans un certaine mesure, les Européens), alors que nos hommes et femmes politiques (et il n’y a pas qu’eux) ne savent que courir après les tendances pondues outre-atlantique, ânonnant des formules magiques à la mode « numérique, réseau, startup, IA … » qu’ils croient autoréalisatrices et dont la majorité d’entre-eux ignorent jusqu’aux concepts de base. Avec le succès que l’on sait …

    (En France :
    – Comme l’informatisation des écoles, équipées de très coûteux tableaux noirs numériques, dont on se sert … comme d’un tableau noir, dans l’ignorance totale du potentiel de tels outils, sauf pour quelques instits à contre-courant et mal-vus, codant chez eux le soir et juste pour la cause.
    Ou encore …
    – L’accumulation, jusqu’à assez récemment dans le monde médical et hospitalier public de logiciels achetés sur étagère ou même conçus sur mesure, sans qu’il y ait vraiment un pilotage public directeur , ou alors sans que ceux qui en ont piloté la mise en place n’aient même défini un cahier des charges autre que vague, et ne se préoccupent de compatibilité, de computation et de communication des données : « c’est quoi, un format de document ? On s’en tape ». Etc.

    En Europe :
    – Les divers déboires du programme Galileo, le GPS européen, pourtant stratégique (ses commanditaires et ses concepteurs l’avaient oublié) et tellement en retard, et qui donne l’impression de vouloir se faire oublier.
    Ou encore …
    – Certains des « formidables » accords de coopération militaire entre pays européens salués à grands coups d’annonces médiatiques, mais souvent enlisés par les exigences de nos « partenaires » – parfois volontairement, pour avoir une raison de bloquer les dépenses d’un programme qu’ils n’ont le courage de refuser publiquement, et qui coopèrent plus volontiers et rapidement avec l’outre-atlantique bien qu’ils bénéficient indirectement de la protection de nos armées et de notre parapluie nucléaire – qui ne sont pas adaptés à la stratégie de défense française. Etc.)

    …. démontrant par là leur totale absence de vision et de singularité. A propos d’un pays et d’un continent, les nôtres, dont l’inconfort et les soubresauts dans la mondialisation démontrent que nous nous ne sommes pas à l’aise dans des habits qui ne sont pas les nôtres.

    La diversité ? Nous l’avons déjà, celle de nos pays et aussi celle de leur histoire intérieure avec ses particularismes régionaux, aboutissement d’une histoire unique qui a forgé nos identités (et non, avoir une identité forte n’implique pas la détestation des autres, loin de là). Voilà notre richesse, et elle ne nous a jamais empêché d’évoluer et de digérer à notre façon ce qui venait d’ailleurs, bien au contraire.

    Nous avons déjà les capacités dont nous avons besoins, si on arrête de saccager tout ce qui en permet la réalisation. Nous avons le devoir de rester nous-meme, de chercher et trouver notre propre voie. (J’ai bon ?)

    (En attendant, les ordinateurs de l’administration et des armées françaises tournent sous Windows, Manurhin n’est plus français, les chinois vont installer notre réseau téléphonique 5G, nos ministres parlent de sujets stratégiques sur des téléphones a la Pomme tellement plus frime que les téléphones cryptés … Entre ça et la perte d’Alstom, de sa turbine Arabelle et d’autres entreprises nationales du même calibre, on est pas aidé …

    Bon, j’en ai fini avec mon mouvement d’humeur, poursuivez vos doctes discussions que je puisse continuer à m’instruire… )

  22. fond de gorge dit :

    je cite !
    mais nous aurons besoin de ressources de développement lancées au niveau européen de la recherche technologique numérique », a-t-il continué.
    fin

    dois je comprendre que la France compte sur l’Europe ….avec des pays comme le Luxembourg paradis fiscal traître ,l’Allemagne complètement pro amerloques ,l’Angleterre qui va devenir le 52 éme état amerloque ,les pAYS BAS ;;;LES POLONAIS QUI SE METTENT SOUS COUVERTURE AMERLOQUE §
    ALLEZ coucouche panier la France
    un flop à prévoir