CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

SCAF : Safran et l’allemand MTU vont créer une co-entreprise pour la motorisation de l’avion de combat du futur

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

77 contributions

  1. Loïc dit :

    Pourquoi, j’ai la vague impression que nous allons encore nous faire b… avoir?

    • Edouard dit :

      Pourquoi ? Je me demande… Nos politiques ne parlent ils pas tte la journée du ‘couple’ franco allemand.
      Nos ‘amis’
      Nos ‘allies’
      … Non franchement je vois pas…
      :0))))))
      Et puis à force, on s’habitue non?

      • NRJ dit :

        @Édouard
        La coopération sur le SCAF n’est pas quelque chose d’optionnel mais quelque chose de nécessaire. L’armée française ou l’armée allemande ne peuvent simplement pas se payer seules un tel programme. Ce n’est pas une question d’amitié. C’est simplement une question d’intérêts convergents. Quand à se dire qu’on se fait peut-etre escroquer, c’est effectivement possible. En tout cas certains allemands étaient comme nous dans ce cas-là quand ils défendaient MTU.

        • Wagdoox dit :

          Ce programme coûtera plus chers en communs que seul. A l.’image du rafale qui a coûtait moins cher que le programme ef allemand.
          Donc merci de ne pas dire des choses fausses comme une évidence

          • NRJ dit :

            @Wagdox
            Effectivement un programme en coopération peut coûter plus cher s’il est mal fait. Mais il donne la possibilité de réduire les coûts. Typiquement pour le NH90 Caiman la France n’a payé que 40% des frais de développement. Vous remarquerez aussi que si l’Eurofighter est proche de ce qu’il y a de pire en programme industriel (en raison des problèmes monstres de retards et surcoûts dus entre autres aux problèmes de dilution de responsabilités d’Airbus et de BAE notamment), il est resté à un prix globalement similaire au Rafale : 37 milliards de £ pour l’Angleterre (estimé en 2017, soit 43 milliards d’euros en conversion) contre 46,6 milliards d’euros. Par ailleurs l’Eurofighter n’a pas eu de problème de commande contrairement au Rafale, celles-ci étant déjà assuré par les commandes des membres du consortium. En 2015 le Rafale devait être arrêté faute de budget pour l’acquérir. L’Eurofighter, s’il a coûté plus cher que prévu, a été aussi largement rentabilisé par les exportations : Arabie Saoudite, Oman et Autriche (100 en tout) jusqu’à 2015. A partir de là, on peut quand même dire sur cet avion que la coopération a permis de pérenniser le programme.

            Pour le SCAF on peut quand même remarquer que des leçons que faisaient par exemple la cour des Comptes sur les programmes en coopération ont été retenues. D’abord les industriels ont accepté de travailler ensemble (en fait c’est même eux qui ont pousser pour faire le SCAF franco-allemand. Dassault est même allé contre ses intérêts en promouvant Airbus contre Thales dans lequel Dassault a des parts). Ensuite il y a des maître d’oeuvre dans le programme SCAF : Airbus pour le système, Dassault pour le NGF. Enfin un pays à le leadership : la France. C’est peut-être aujourd’hui le programme qui a le plus de conditions favorables pour une réussite industrielle.

            Après oui le SCAF peut être un échec. Et dans ce cas on se rendrait compte a posteriori qu’il aurait été moins couteux que la France fasse un programme en solo. Mais cela signifie que quoi qu’il arrive, il ne nous aura pas été possible de sauvegarder notre industrie de Défense et notre souveraineté sur le long terme. Si on fait le NGF seul, il n’est pas certain qu’on arrive à le financer (le Rafale a coûté 43 milliards, et c’était déjà limite, puisqu’il a fallu des ventes miracles en 2015 pour sauver le programme. Le NGF coutera plus cher. Pour comparaison la R&D du F-35 a coûté 55 milliards de dollar). Quant à faire les remote-carrier et un cloud independant, on n’arriverait pas à le financer en plus du NGF.

            Bref pour ne pas sortir des « évidences », je dirai simplement que le SCAF tel qu’il est proposé aujourd’hui est le programme européen qui a les conditions les plus favorables pour sauvegarder notre industrie de Défense sur le long terme et que la coopération est une nécessité qu’elle marche ou non.

    • Ah Ca! dit :

      J’ai le même sentiment mais je pense connaitre la réponse…
      Les pédales qui nous dirigent aiment se faire prendre comme les péripatéticiennes qu’elles sont. (SVP excusez mon langage, il est malencontreusement pittoresque)

      • NRJ dit :

        @Ah ça
        Il faudrait qu’ils soient mauvais en négociation pour ça. Car MTU n’est soutenu que par une partie du Bundestag. Et Merkel a clairement dit que le SCAF commencerait avec ou sans l’accord de MTU d’intégrer la structure industrielle (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-accord-entre-paris-et-berlin-sur-le-scaf-le-mgcs-et-les-exportations-d-armes-830833.html). En d’autres termes MTU et ses alliés du Parlement pouvaient soit attendre, (et être vu comme ceux qui empêchent le programme d’avancer, chose peu difficile à assumer pour MTU mais pas pour les députés) et risquer que Safran prenne la charge, sachant que MTU est incapable, contrairement à Safran, de faire un moteur dans sa globalité, soit accepter la première proposition qui viendrait.
        Ils semblent avoir choisi la deuxième option : une coentreprise dans laquelle les responsabilités sont apparemment les mêmes qu’en février. Est ce qu’on aurait pu en tirer plus ? Peut-être, mais on aurait risqué de retarder les échéances du moteur et on y aurait perdu aussi, même si moins que les allemands.

  2. petitjean dit :

    Nous n’en sommes qu’au début !
    Je me félicite que « Safran aura la responsabilité d’ensemble de la conception et de l’intégration du moteur »
    Par contre, j’aimerais savoir, ce que représentent pour la partie allemande, ces « piliers ‘remote carriers’ et ‘système de systèmes’ »
    dans le détail, en quoi cela consiste-t-il ?
    Les allemands ont, dans ce domaine, beaucoup à apprendre des industriels français et j’espère qu’on ne va pas se faire berner par la partie allemande
    Désolé, je n’ai toujours pas confiance……………..

    • NRJ dit :

      Remote carrier c’est les drones et missiles autonomes qui vont éclairer, guider les frappes de l’avion, et brouiller les radars et missiles ennemis. Et ils seront probablement les victimes désignées face à la riposte.
      Le système de systèmes c’est le cloud où les informations du NGF, des drones et des autres aéronefs (A-400M, drone Male, etc)

    • Chanone dit :

      @ petitjean
      Le « système de systèmes » est un ensemble d’émetteurs/récepteurs cryptés qui sont censés équiper toute la chaîne aérienne. Cette chaîne commence avec les avions de détection/commandement et contrôle et terminé avec la munition : bombe ou missiles, voire roquette guidée.
      Parmis ces munitions vont apparaître une nouvelle catégorie d’accessoires, les semi- consommables/remote carrier/loyal wingman: ce terme est encore assez obscur mais recouvre des nouveautés, comme les drones semi autonomes, les leurres intelligents et autres « munitions vagabondes ».
      Pour ce qui est de faire confiance vaux Allemands : on peut… Ils seront toujours partants pour réclamer la part du lion.

    • Plusdepognon dit :

      @ petitjean
      Ce sont les parties les plus intéressantes financièrement:
      http://www.paxaquitania.fr/2019/06/le-remote-carrier-est-il-lavenir-du.html

      https://portail-ie.fr/analysis/2200/face-a-mtu-safran-victime-du-protectionnisme-allemand

      Les allemands se battent bien dans les négociations commerciales.

  3. jcr dit :

    Sur un précédent sujet « notre ami » Tschok déclarait que l’Allemagne avait changée, oui mais pas les allemands. Les anciens projets communs (C160 Transall, Alphat Jet) se sont bien déroulés à une époque ou la RFA était coupée en deux. Depuis, la chute du mur de Berlin, toute nouvelle alliance avec eux est ou sera bancale si on ne leur laisse pas les clés du camion. L’Allemagne a changée mais pas les allemands, c’est dommage.

  4. caiusbonus dit :

    Parions que les Allemands vont nous faire ch.er pendant au moins 20 ans avec cette affaire de SCAF. C’est génétique chez eux.

  5. Alouettesi dit :

    Les produits allemands sont très solide, bien pour améliorer les moteurs français

    • Stoltenberg dit :

      Les produits français « sont à améliorer » mais vous ne vous privez pas de la possibilité de les copier et de nous dépouiller de nos technologies, pourtant tellement « perfectibles » hein, les Chinois? Les Allemands d’ailleurs non-plus. Ces cons vous ont « fourni » (ou plutôt laissé voler) toutes les technologies européennes des panneaux photovoltaïques, ce qui vous a permis de faire du dumping en baissant artificiellement les prix et d’inonder toute l’Europe avec vos produits à bas coût et basse qualité (durée de vie et autres paramètres nettement inférieurs aux produits japonais ou américano-européens). L’UE et nos gouvernements vous aident à faire tout cela mais ça ne risque pas de durer. Huawei, tschüs!

      • Alou. dit :

        Le moteur M88, mal copié de Atar de RR, trop de crashs.
        La France n’arrive pas tout seule à copier le B737, il faut appeler les autres pays européens.
        Ariane 5 est une copie de H2 japonais, innonder le marché de tir.

        • NRJ dit :

          Une fusée ressemble à une autre fusée c’est vrai. Donc dire qu’Ariane 5 s’est inspiré du H2 japonais c’est vrai. On peut même dire qu’Ariane 5 s’est inspiré du V2. Ça reste toujours un booster et un « corps » de fusée.
          Vous avez raison aussi de dire qu’on ne peut pas faire le B737. On est mieux que ça. Nos A320 Neo ils ne se crashent pas pour des problèmes logiciel…

          • Alou. dit :

            A320 a eu beaucoup de crashs, ex. À Habsheim

          • NRJ dit :

            @Alou
            Vous sortez un exemple des années 80. Vous n’avez rien trouvé de mieux ? Et quand à dire que Airbus a eu beaucoup de crash… Si on remonte assez loin, on peut dire à peu près tout et n’importe quoi. Tout paraît élevé, en absolu.
            Pitoyables, vos accusations. Mais bon, venant d’un troll ça n’a rien de surprenant.

        • Czar dit :

          donc un troll zhinois, dont le trou à m**de a pour principale capacité militaire de faire défiler ses majorettes au pas de l’oie, dont AUCUN de ses armements stratégiques n’est d’origine indigène, qui se sent tellement sûr de ses capacités d’innovation qu’il INONDE les pays avancés d’espions, a un avis sur la question de de l’innovation technologique ?

          c’est bien.

        • ScopeWizard dit :

          @Alou

          De l’ ATAR de qui ?

          De RR ?

          C’ est bien , vous avez bien potassé le sujet , impeccable .

      • Bidijou dit :

        Plus 6000 passagers sont morts à cause des crashs de A300 et A310. Mauvais copies.

        • EchoDelta dit :

          EH oui c’est pour cela que les compagnies américaines commencent à passer sur A320…

    • R2D2 dit :

      le troll est trop gros, désolé…

    • Pas Deutsche Qualität dit :

      Les voitures allemandes coûtent deux fois plus chères à l’achat et l’entretien que les voitures françaises et tombent deux fois plus souvent en panne. Mais ceux qui se sont fait avoir ne le crient pas sur les toits. La Deutsche Qualität, c’est juste du marketing. Leurs sous marins et bateaux de guerre sont tous à quai, en réparation.

    • Czar dit :

      trollage stupide et maladroit, ptit nem, tu as encore perdu 5 points sur ton permis de vivre du Grônd Rêve zhinois.

      Au prochain échec, tu en es d’un de tes reins.

      Après, d’un point de vue darwinien ça se défend

    • EchoDelta dit :

      La bonne blague… Je sais pas où vous avez bien pu aller pêcher cela.

      • Alou. dit :

        Quel moteur d’avion est du vrai made in France ?
        Que dalle, M88 une copie de Atar.
        CFM et Leap, technologie de GE, Safran est un sous traitant.

        • Jack dit :

          C’est vrai que la France est plutôt ridicule comparée à l’EXCELLENCE des moteurs de jets Chinois 🙂

        • EchoDelta dit :

          Quel moteur d’avion est made in Germany ?
          Aucun car ils n’arrivent pas faire de qualité suffisante.
          Toutes les industries qui n »ceste de la vrai qualité sur le long terme, ils en sont absent, Nucléaire, Gros navires militaire, SNLE, Avion, etc.
          Alors que pour le consommable comme les voitures, là pas de problème…
          Vous voyez comme on peut retourner facilement ces arguments bidons !!

          • NRJ dit :

            @EchoDelta
            Alou dit des bêtises, mais ne faites pas de même. MTU fournit ses moteurs à quantité de véhicules militaires et de bateaux. C’est d’ailleurs un problème qu’on a eu lorsqu’on voulait vendre des Gowind au EAU.

    • albatros dit :

      tiens …un chinois
      Pas trop occupé à matraquer les étudiants d’Hong Kong ou d’espionner notre technologie (encore trop avancée pour la vôtre) ?

      • Alou. dit :

        Flamanville toujours des fuites partout, trop avancé !
        hahahahahha

        • albatros dit :

          Et dire que vous chinois l’avez achetée cette technologie…
          vous êtes de vrais 鸽子

          • albatros dit :

            là, c’est moi qui rit … et pas jaune

          • Alou. dit :

            C’était à l’époque, Sarko a été 4 pattes par terre devant les chinois pour mendier la commande, mais la plupart étaient finis par les technologies chinoises, et ça marche, quant au central en Finlande, fermeture définitive, à flamanville, des fuites s’arrêtent pas.

          • Alou. dit :

            la Chine a acheté cette  » technologie en fuite » hahahhahahaha
            la Finlande a déjà abandonné, les fuite à Flamanville depuis 5 ans, s’arrête jamais.
            pendant ce temps, la 3e génération de centrale nucléaire chinois Hualong va démarrer en Chine et au Pakistan dans 2 mois.
            ls français disaient le central nucléaire est le fleuron de technologie français, en fait c’est Areva les fabriquent sous license de Westinghouse.
            Le sur générateur est le vrai made in France, après 3 fois la pris feu, demolition était en route,Epr est aussi made in France, mais les fuites font rire à tout le monde.

  6. chill dit :

    Pourquoi ne pas créer un pays à partir de deux ? La Frallemagne , cela résoudrait tous les problèmes et j imagine que se faire enfler serait moins douloureux pour nous sous cette forme.
    On devait déjà le faire avec les brits durant la ww2, alors…

  7. Max56 dit :

    Une très bonne nouvelle pour l’Europe….!!!!!.

    • R2D2 dit :

      euuuuh rassurez moi: c’est bien du second degré?

      • NRJ dit :

        En soit pas forcément, dépendant de ce qu’on appelle l’Europe. Il s’avère simplement que la France, l’Allemagne et l’Espagne (donc « l’Europe ») gardent avec cette signature une chance de conserver ‘dur souveraineté et leur industrie aéronautique de Défense sur le long terme. Si le Tempest est développé, cela n’empêchera pas l’industrie anglais (BAE, Rolls-Royce) de devenir sous-traitant. Le Tempest sera simplement un F-35 amélioré avec 20 ans de retard (comme le NGF si on ne prend que lui) et à la génération suivante, leur industrie aura pris trop de retard. Si le SCAF marche on pourrait être leader mondial dans l’aéronautique de combat, tout en formant un « cloud » européen (sous contrôle européen) rivalisant avec celui du F-35 et on pourrait recommencer l’expérience dans 40 ans. En tout cas on aura les compétences nécessaires.

        Ce qui se passe avec le SCAF est structurel. On organise l’industrie européenne aéronautique de Défense pour les 60 prochaines années.

        • Euclide dit :

          @ Nrj
          Peut’on fusionner les projets SCAF et Tempest dans un programme européen ?
          Avec une déclinaison entre 3 avions de combat .
          – successeur du F-16 et gripen
          – succeseur du Rafale et Eurogighter
          – création d’un avion de 6 ème génération
          Voir l’article payant de Méta défense du 26/11/2019

          • NRJ dit :

            @Euclide
            Cet article était intéressant, mais difficilement transposable (pour la France en tout cas), à mon avis. D’une part on a des besoins différents des anglais: avion de supériorité type Eurofighter contre avion polyvalent lourd embarqué type Rafale furtif pour nous. Cela fait une différence. Typiquement c’est la raison pour laquelle on est sorti du programme Eurofighter dans les années 1980. Et les anglo-italiens ont déjà leur avion polyvalent avec le F-35A.

            L’idée d’un chasseur léger pour rivaliser avec les F-35 est séduisante, mais ce n’est pas non plus notre besoin futur : le NGF devra être le porteur de bombe des remote-carrier qui vont l’éclairer et l’appuyer. A partir de là, il devra être forcément lourd (on vise 30 à 40 tonnes) pour avoir une grosse charge utile. Après si un tel avion nous serait inutile, c’est probablement vers ce modèle que les anglais devraient se tourner. Mais ils ne sont pas partis pour ça (une erreur je pense). Et les suédois vont, eux, garder le Gripen jusqu’en 2060.

            Quant à faire un avion de 6ème génération, c’est normalement ce qu’on est sensé faire. Ce type d’avion devrait être en fait un « système de 6ème génération » puisqu’on va associer drones autonomes et non-autonomes aux avions classiques. Ceux-ci finissent par trouver leurs limites en termes de prix (donc de nombre) et de capacité.

            Après se pose la question du cloud. Les anglais et italiens utilisent le cloud du F-35 pour fusionner les données de leurs appareils. Et les centres d’analyse de ces données sont aux États-Unis. A partir de là si on veut fusionner les programmes Tempest et SCAF, il faudra soit utiliser le cloud amaméricain (la France ne sera surement pas d’accord pour des raisons évidentes de souveraineté). Soit il faudra qu’ils adoptent le cloud européen sur le Tempest et F-35 (peu de chance que les américains soient d’accord).

        • FredericA dit :

          Enfin une analyse pertinente sur l’alliance Franco-Allemande autour du SCAF ! Merci NRJ (sincèrement)

          • NRJ dit :

            @FredericA
            De rien. Je défends juste ce que je pense être les meilleurs intérêts de la France.

  8. Carin dit :

    Pour le coup MTU est plus réaliste que les parlementaires du Bundestag sur ses capacités réelles…
    mais cette histoire n’est pas finie… les petits oiseaux américains vont continuer à venir pépier aux oreilles de certains parlementaires.

  9. ji_louis dit :

    En matière de puzzle politico-industrio-réglementaire, la coopération progresse aussi. Encure 2 ou 3 projets de cette ampleur et on va inventer Airbus.

  10. DrLarrey dit :

    Je vous trouve bien grincheux!
    Quand ça n’avance pas ca ne va pas, quand ça avance ca ne va pas non plus.
    Un pas de plus dans la bonne direction, voilà ce que j’en retiens personnellement.
    Imaginer que les allemands allaient nous lécher les bottes et dire amen à tout est tout de même fort naïf, ils ont autant d’intérêts que nous à défendre dans cette histoire.
    Pour le reste effectivement, certaines entreprises françaises ont une avance technologique indiscutable dans certains domaines longtemps délaissés par les allemands. Néanmoins je pense que cela est davantage dû à des priorités stratégiques qu’à l’incompétence présumée de MTU et consorts. Si les ingénieurs allemands étaient plus crétins que les nôtres ca se saurait, donnez leur les budgets et je ne vois pas en quoi ils seront moins aptes à plancher sur des technologies de rupture notamment puisque c’est bien ce sont on parle, surtout qu’ils n’auront pas ici la maîtrise d’oeuvre (il est bien sûr plus compliqué de rattraper le terrain perdu sur des technologies déjà maitrisées par la concurrence). Autant joindre ses forces. D’autant que je serai très surpris que la France ne participe en rien sur les drones notamment.
    Quand aux prétendus gênes impérialistes allemands, votre lecture est d’un autre siècle. Le problème actuel de l’allemagne n’est pas un désir d’hégémonie à tout crin, mais au contraire un melange de blocage politique, d’absence de vision stratégique, de rejet du militaire au sens large avec un deni de réalité dans une large frange de la population.
    Il n’est pas question de faire dans l’angélisme mais regardons les choses en face: un projet commun c’est aussi des concessions dans les 2 sens sinon ca ne marche pas. Et ce serait la même chose avec la Grande-Bretagne, l’Inde ou l’Italie, comme le souhaiteraient certains dans ce forum…

    • NRJ dit :

      @DrLarrey
      Il y a une différence avec ces pays. L’Inde est un énorme bazar. Ils sont incapables de mener un appel d’offre sérieux (MMRCA pour rappel). HAL prend 15 ans pour le premier vol du Tejas puis 20 ans pour son entrée en service, et laissent tomber les russes en plein développement du SU-57.
      L’Angleterre et l’Italie ont quant à eux fait une croix sur leur souveraineté et leur indépendance. Ils n’ont ni le besoin ni la volonté de faire le SCAF avec la France. Quand on sait ça on se rend compte que l’Allemagne est le seul pays qui tient un peu la route et qui convergent sur les mêmes intérêts que nous.

  11. JF dit :

    Ce qui est sûr, c’est que certains du secteur voient rouge. La grande braderie continue. Bientôt, il n’y aura plus rien à  »vendre ». Félicitations aux Allemands, ils récupèrent des compétences, et cette fois ci sans passer par les archives du groupe Airbus. Pourquoi faire, ils n’ont plus qu’à tendre les bras. Douce France.

  12. Clavier dit :

    Un moteur d’avion est une chose extrêmement délicate à mettre au point et il faut des années d’expérience en la matière !
    Safran a une avance considérable dans ce domaine mais il est évident que les Allemands ont de meilleurs ingénieurs que les Indiens qui ont échoué lamentablement à monter une industrie motoriste….
    On verra ce qu’ils peuvent nous apporter mais la coopération sera forcément bancale….

  13. albatros dit :

    Et bien, nous n’avons plus qu’à exiger le même type de coentreprise pour le tank « germano allemand français mais pas trop » maintenant, si on a encore des réminiscences couillues…mais j’en doute avec nos énarques à la manoeuvre

  14. Wagdoox dit :

    Certains découvrent que maintenant que partager les cours de développement veut aussi dire partager les emplois et les profits du projet. Aller encore quelques victoires de nos « négociateur » et le f35 nous coûtera moins cher et donnera plus d’indépendance que ce système de combat allemand

  15. Pupuce75 dit :

    De ce que j’en ai lu ailleurs (sur air & cosmos et avions légendaires) j’avais l’impression plutôt que les Francais avaient gagné le gros lot avec cette histoire. J’aurai mal compris ?

    • NRJ dit :

      @Pupuce75
      Le SCAF est composé de 5 piliers : NGF, moteur, remote-carrier, cloud et simulation. Dassault aura la charge du NGF avec Indra comme sous-traitant. Safran aura la conception et l’intégration du moteur. En particuliers les parties chaudes, la turbine HP, la chambre de combustion et la post-combustion. MTU assurera les services après-vente, et aura les parties froides, les compresseurs HP-BP, et la turbine BP (https://www.aerospatium.info/definition-avance-safran-mtu-moteur-scaf/)
      La partie remote-carrier sera assurée par Airbus et MBDA. La partie cloud sera assurée par Hensoldt avec comme sous-traitants Thales et Indra (https://www.air-cosmos.com/article/scaf-thales-russit-se-caser-252). Les allemands font la sortie simulation mais je ne sais pas quelle entreprise.

      Objectivement on s’en tire pas trop mal. On n’a pas eu simplement les « miettes » du programme. Après on n’a pas tout eu forcément. Et peut-être qu’on aurait pu avoir plus. Mais le risque était quand même de perdre notre industrie aéronautique, faut pas l’oublier.

      • vrai_chasseur dit :

        @NRJ
        Objectivement en effet la France ne s’en sort pas mal et prend les parties industrielles à forte valeur ajoutée.
        La simulation sera faite par Airbus DS avec comme partenaire Thales, qui assurera en réalité la plus grande partie du travail (80%). Sur ce sujet simulation étant donné les longueurs d’avance dont dispose Thales sur la scène mondiale c’eut été difficile de faire sans eux. Et là il s’agit de réaliser non pas un simulateur d’avion mais bien un simulateur de systèmes qui dialoguent entre eux.
        De façon générale la répartition des responsabilités entre industriels devient assez réaliste. Elle augure bien d’un projet qui ‘peut marcher’ parce qu’au fond, la logique qui prédomine est que chacun va y faire ce qu’il est capable de faire.
        En particulier sur les moteurs, il faut saluer l’opiniâtreté du délégué général de l’armement, Joël Barre, qui a tenu tête au Bundestag et a insisté pour que chaque lot du moteur soit sous une responsabilité définie explicitement. Il a connu les déboires d’une répartition industrielle floue sur les moteurs de l’A400M et n’a pas voulu recommencer la même galère. Le Bundestag qui compte pourtant de farouches supporters de MTU a fini par se ranger à son avis de répartition des responsabilités.
        Par ailleurs, aspect moins médiatique, les règles du jeu de la propriété intellectuelle ont été aussi définies dans SCAF. Chaque industriel n’est pas obligé de transférer sa propriété intellectuelle propre à ses partenaires, seules les projets développés en commun pourront faire l’objet d’un partage. Ainsi, SNECMA ne sera pas obligé de transférer à MTU son savoir-faire sur les parties chaudes des réacteurs aéronautiques, hormis sur le moteur développé en commun.

        • NRJ dit :

          @vrai_chasseur
          Ah d’accord. Bonne nouvelle pour Thales alors. Et bonne chose pour la conservation de nos secrets industriels. Merci pour ces informations qui me manquaient.

  16. Emmanuel dit :

    Comme d’hab. On nous vend du partenariat et un an après, on se retrouve avec l’industrie allemande pourtant inexpérimentée qui a 3,5 des 5 piliers du SCAF (en plus de l’Eurodrone et du MGCS), l’innovation, les services et de façon général, tous les nouveaux marchés.
    L’Allemagne a plusieurs dizaines de milliers de personnes de l’auto à recaser, il lui faut des emplois industriels à même de financer leurs retraites. Pourquoi ne pas récupérer l’industrie de défense française chez soi et via son statut de nation cadre, fournir aux autres pays européens les équipements dont ils ont besoin mais aux standards de l’armée allemande? En plus, ce sera facile de les contrôler. Fini les interventions partout dans le monde sans l’aval du Bundestag.
    Dans peu de temps, il n’y aura plus d’industrie dans ce pays (elle est déjà plus faible de moitié que son homologue anglaise, elle est même plus faible que son homologue italienne). Suivra la perte de nos capacités militaires par assèchement des budgets, puis ce sera probablement la perte de toute influence diplomatique pour finir par la perte de territoires d’outre-mer.
    Bravo les technocrates et Macron!

    • NRJ dit :

      Vous en avez pas marre de critiquer ?
      L’Allemagne n’a pas 3,5/5 du SCAF. D’une part car c’est débile de dire cela (entre la simulation et le NGF l’importance n’est peut-être pas la même. Enfin c’est juste mon avis). D’autre part car Thales a une partie du cloud avec Indra, MBDA est dans la partie remote-carrier. Donc 2 entreprises françaises (ou partiellement françaises) sont dans les parties « allemandes »

  17. intruder dit :

    et dans tout ca, on a vu DASSAULT? AIRBUS? SAFRAN? ET MTU mais THALES???? c est le grand sacrifié ? alors que nous lui devons la moitié du succes du rafale!! SASSAULT sans THALES, il n y aurait jamais eus de rafale!

  18. Max56 dit :

    Tout à fait. L’Allemagne a l’air de vouloir s’impliquer, c’est le moment ou jamais. Nous avons tout pour réussir ce projet et pour ceux qui critiquent les Allemands, ils devraient lire l’historique du réacteur ATAR…!!!!.

  19. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    Je cite « Der Spiegel, journal Allemand »: « La France rêve toujours d’être une grande puissance. Ce rêve fera toujours obstacle à une politique étrangère et de défense commune de l’UE….. La France veut une harmonisation économique à la norme F dans l’UE afin de redevenir compétitive….
    Ironique, ces super-européens français avec leur fierté nationale. Vous savez aussi ce que les Allemands et les autres payeurs nets de l’UE sont assez bons pour – financer les objets de prestige superflus de la Grande Nation…. Le président français (sur appel) se voit responsable des visions et les pays comme l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, la Suède pour le financement. Bien que AKK (Kramp Karrenbauer) ait nommé l’ égoïsme français et leur ait donné un rejet clair. C’est le seul moyen d’éviter un effet domino au sens d’une onde de sortie.  »
    J’espère que vous apprécierez la coopération!

    • euclide dit :

      Nous comprenons bien votre post mais l’Allemagne à un désir de puissance depuis l’Empire romain