CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Un accord militaire signé par Ankara et Tripoli, préoccupe la Grèce, qui va demander le soutien de l’Otan

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

80 contributions

  1. Thaurac dit :

    La turquie c’est fini, il faut seulement penser à se tirer de là bas avec toutes les armes nucléaires..
    Par contre il faut armer la grèce, en moyen maritime, missiles, fortifier certaines iles, et vite régler ce statut de la Chypre « du nord » avec l’onu ou l’otan…
    Rétablir les viss pour l’europe et quota d’immigration et virer surtout ça, ceux qui répandent l’épidémie musulmane façon frères musulmans, les plus rusés et retors..

    • mesnews dit :

      Non, la Turquie n’est pas finie. Quand leur président aura fini son mandat (ou qu’il sera mort de vieillesse ou autre), on peut toujours espérer un retour à la normal. C’est surement pour ça que ce pays est encore dans l’Otan.

      • Thaurac dit :

        Faudra du temps, il a placé ses hommes aux postes clés du pays par des purges successives…et comme c’est les frérots muslims, va les déloger, pas de sissi chez eux, ils sont en taule…

    • strider_on dit :

      pour que les américains puissent récupérer les armes nucléaire il faut qu’erdogan donne l’autorisation de sortir les armes de son territoires et juste pour embêter le monde il peut faire trainer un long moment le dossier….

      • Nico St-jean dit :

        @strider_on
        .
        On s’en fiche, les B-61 sont inerte sans l’activation américaine. Qu’elles prennent la poussière si jamais on se rend là.

      • Carin dit :

        @strider_on
        @nico st Jean vous l’a suggéré, pour ma part je rajouterais que les B61 stockées en Europe ou en Turquie ne sont pas équipées de leurs ogives nuc… ces bombes sont inertes, pour des raisons de sécurité évidentes, et comme leurs utilisation est soumise à un long processus de mise en garde de l’adversaire, les charges ont tout leur temps pour arriver sur place et êtres montées.

        • strider_on dit :

          ah d’accord @carin et @nico St-jean, j’ignorais que ça se passait comme ça :/

        • Frank dit :

          @ strider_on « long processus de mise en garde »… Ah, ah, ah…
          Traduisez: les ogives nucléaires US en « Europe », ou ailleurs, sont pleine propriété de nos amis américains, et leur activation, comme leur utilisation est au gré de leurs propriétaires.
          Vockel, Kleine Brogel, Ghedi- Torre et Aviano, et aussi Incirlik, pleines propriétés, pas usufruit.
          Des mauvaises langues disent que celles d’Incirlik ont été transférées à Déveseliu, en Roumanie.
          Mais comme viennent de réciter Nico St-Jean et Carin, il n’y a là que vieilleries « poussiéreuses » oubliées.
          Dont  » l’utilisation est soumise à un long processus de mise en garde de l’adversaire », je cite.
          Ne rigolez pas comme moi, rassurez-vous, elles ne sont là que pour prévenir les invasions iraniennes et nord-coréennes. Comme chacun sait.
          Et soyez correct. Avec vos questions (faussement) naïves, mais douteuses, vous feriez gamberger les futurs acquéreurs du F-35.
          Vous êtes sur un site sérieux ici, @strider_on.
          Et la B-61 une icône, Erdogan un cuistre, répétez après-moi.

      • John dit :

        Vous êtes sûr que les USA ont besoin d’autorisation pour cela?
        Parce que les infos américaines disent le contraire…
        De plus, les bombes sont stockées sur base américaine (Incirlik).

    • Margau dit :

      et ISrael Ris

    • Triflower dit :

      Erdogan va renvoyer 2000 musulmans retourner en France, il regardera tranquillement les spectacles.

      • Pravda dit :

        On peut aussi lui renvoyer quelques centaines de milliers de turcs qui ne s’intègreront jamais en France au vu de leur discours.

        • John dit :

          Pareil pour les Français à l’étranger d’ailleurs…
          Comparer TOUT à la France, ne parler que de politique française, et se retrouver entre Français partout, sans parler des campagnes électorales françaises aussi à l’étranger….
          Pas sûr que la France soit un exemple à ce niveau…

          • Frank dit :

            @ John Navré d’être Français de France. Si vous êtes expat, que les nouvelles de France vous ennuient, ne les lisez pas, ou alors faites-nous donc profiter d’autres exemples.
            (Anecdote mémorable: crise 2008/2009/2010, nombre de Français de mes connaissances, vivants à Londres, et revenus mendier les ASSEDICS en France, la gueule enfarinée, et la queue entre les jambes…) Bis repetita?
            Chacun ses exemples.

          • Vinz dit :

            Amen. Ca faisait longtemps que John le Suffisant ne nous avait pas délayé sa petite morale onctueuse et gânacheuse et sentencieuse et pontifiante de petit bobo suisse repu à souhait.
            .
            Sinon c’est quoi le rapport avec la choucroute, votre petite ritournelle de suisse étriqué ?

        • Pravda dit :

          @john
          1: je ne défends pas les français de l’étranger, surtout pas les expats vivant en Afrique par exemple, très souvent odieux, ne voulant pas payer d’impôts en France mais se souvenant qu’ils sont français au premier coup de machette.
          2: quand je vais dans un pays, je m’adapte et ne demande pas ma baguette au petit déjeuner.
          3: je ne vais pas sur les médias étrangers pour les critiquer, parfois pour m’informer ou les soutenir (attentats …)
          4: Si je vais dans un pays et qu’il ne me plait pas, bah je rentre chez moi.
          5: je répondais à l’habituel troll turc, ayant courageusement quitté son merveilleux pays plein de libertés religieuse, d’expression, politique; de droits des femmes et des minorités; de développement économique…. pour venir faire progresser notre pauvre pays de kouffars et éclairer notre morne vie d’imperialistes.

      • Czar dit :

        y a une biographie de kadhafi traduite en truc ?

        tu devrais lire, fez épilé, ça te renseignerait un peu comment les molles démocraties occidentales finissent par s’agiter, quand on elles éprouvent le besoin

  2. vrai_chasseur dit :

    On le sait, ces gigantesques champs gaziers en méditerranée orientale représentent pour l’Europe une opportunité historique d’aller vers son indépendance énergétique. Ce sujet occupe l’attention de tous ses fournisseurs d’énergie.
    C’est probablement l’occasion pour l’Europe de s’affirmer sur l’échiquier mondial et de saisir cette opportunité. Le fera-t-elle ?

    • PeterR dit :

      >> Le fera-t-elle ?
      La bonne question serait : si elle avait des velléités de le faire la laisserait-on faire. Il y en a pas mal à qui ça déplairait fortement Russie et USA en premiers. Bon je ne vois pas la Russie avoir les moyens de s’y opposer par la force (ils n’ont que des armes obsolètes et sont en faillite économique, n’est-ce pas). Mais je me souviens historiquement que la France et la GB (et Israël) avaient voulu faire valoir leurs droits sur un certain canal et que 2 pays pays s’y étaient fermement opposé. J’ai pas souvenir qu’on ait jamais été remboursés des fonds investis dans son creusement (des personnes plus férues en histoire pourront sûrement préciser).
      Ca fait quand même pas mal d’années qu’on fait en sorte que l’Europe reste divisée et n’ai plus trop les moyens de faire chier. On est en guerre économique depuis longtemps et si on peut affaiblir l’adversaire on ne se gène pas. Enfin, à ce que j’en dis.

      • NRJ dit :

        @PeterR
        En soit, je ne sais pas si Trump pourra nous appliquer des sanctions si nous aidons Chypre à récupérer sa province sud. Après tout, cette annexion n’a jamais été rendu légale par l’ONU. On n’est donc pas dans la même situation qu’au canal de Suez. Mais pour réussir une telle intervention, il faudrait que Chypre soit d’accord (ce qui est possible, car ils mettraient la main sur la totalité du gaz), et surtout que Macron soit prêt à prendre un tel risque. Mais nos moyens sont déjà mobilisés au Mali. Cette option est morte avant même d’avoir commencé.
        Après, vu ce qu’on vend à la Turquie, les conséquences d’une guerre économique seraient pour le moins limitées…

        • PeterR dit :

          >> Après, vu ce qu’on vend à la Turquie
          6M d’exportation contre 8M d’importations en faveur de la Turquie => 14M d’échanges
          Avec la Pologne qui se classe 10ème de nos « partenaires » on en est à 20M. Je n’ai pas trouvé au combientième rang se classe la Turquie (bon je n’ai pas trop cherché non plus). En tous cas vous avez raison ça ne doit pas peser pas lourd dans les choix d’Ergogan

  3. Bob dit :

    Je trouve bizarre que les USA ne soient pas mentionnés. Ils ne sont certainement pas neutres dans cette affaire non plus, ils pencheraient pour le GNA et donc de la Turquie. Il y a Malte et l’Italie aussi entre la Libye et la Turquie qui pencheraient pour les USA. Un vrai bordel cette Libye avec ces djihadistes où la France est anormalement absente (à la différence du Sahel et du Levant) bien que nous ayons avec les britanniques et les USA réduit le pays en cendre et pourtant la Libye est plus proche de la France géographiquement.
    Je ne sais pas si les grecs sont très malins mais les USA sont très proches des turcs (plus que les grecs), les USA donneront raisons au turcs comme lors d’annexion de la partie nord de Chypre en 1974 sans intervention de la France ni du Royaume-Unis au passage. L’OTAN ne sauvera pas les grecs des turcs ni les chypriotes. Les « alliés » kurdes (et les syriens) peuvent en témoigner récemment. D’ailleurs la France et le Royaume-Unis ne semblent plus guère s’aventurer en Méditerranée orientale depuis la crise de Suez à moins de partir avec la couverture de l’Oncle Sam. Je ne sais pas ce que peuvent faire les grecs, les chypriotes, ils sont condamnés, personne ne viendra les sauver ni les USA, ni l’Europe, ni les russes, ni les chinois, nobody. Et avec l’UE dont fait parti les grecs et Chypre, l’UE devraient les protéger mais impossible de s’opposer aux turcs (comme sur la question kurde), l’humiliation est encore plus grande (Merci Erdogan pour tes paroles). Les grecs et chypriotes devraient négocier avec la Turquie, il n’y a guère le choix. Et la « mort cérébrale » de l’OTAN n’y changera rien.

    • Fralipolipi dit :

      @Bob
      Ce que vous racontez est assez faux, et plus particulière sur le point suivant : « D’ailleurs la France et le Royaume-Unis ne semblent plus guère s’aventurer en Méditerranée orientale ».
      Tout au contraire, la France n’a jamais eu autant de présence en « Médor » que durant ces 2 à 3 dernières années.
      .
      Lorsque le dernier incident diplomatique est intervenu entre Chypre et Turquie, au sujet des forages sauvages, la MN a dit envoyer une Fremm sur place (la Fremm Auvergne de mémoire) …. sauf que la Fremm en question était « déjà » au large du Liban, à moins d’une journée de navigation de la zone de forage contestée.
      Depuis 2 à 3 ans, il y a en permanence une frégate française en Médor (quand il n’y a pas en plus un SNA … voire le PA CDG et ses GAe et escortes … la PA CDG qui devrait repartir en mission sous peu d’ailleurs).
      Il y a même régulièrement des bâtiments de la MN … en Mer Noire !
      .
      Quand au UK, ses 2 bases chypriotes sont toujours, bien vivaces et actives … avec forces Typhoon et Reaper qui survolent tous les jours le secteur en direction de la Syrie.
      .
      Bref, vous nous racontez des salades.

    • ULYSSE dit :

      Pas sur. Il s’agit peut être ici de la ligne rouge à ne pas franchir. La Grèce fait partie de l’UE et, pour certains pays comme la France elle représente un des fondements des société occidentales démocratiques. Elle fait partie de notre culture et de notre imaginaire. Ce n’est pas à négliger…d’autant que les enjeux économiques sont considérables….
      Mais je suis d’accord que cette affaire va constituer une nouvelle ligne de fracture entre l’UE et les USA, qui voudront garder à tout prix les Turcs dans leur camp pour éviter leur basculement chez les Russes. On va voir où se situent certains de nos allié européens. Une fois de plus, je le pense , les allemands ne sont seront pas si proches de nous contrairement aux British, malgré le BREXIT.
      En toutes hypothèses, il serait bon, pour une fois, de faire preuve de fermeté vis à vis d’Erdokhan. Nous en avons, sur mer, les moyens avec les GB et les Italiens.

    • Desty dit :

      Les circonstances sont un peu différentes: les Américains ont autorisé les Turcs à annexer Chypre nord pour les amadouer quand ils avaient besoin d’eux comme pas-de-tir à dissuasion nucléaire contre l’URSS.
      Mais maintenant le problème de Chypre c’est que c’est en train de devenir un hub gazier pour acheminer en Europe les ressources de de la Méditerranée orientale voir plus si affinité (à terme on peut tout a fait imaginer que l’Egypte qui a besoin d’argent, en prime de devenir un de nos fournisseurs de premier plan, remplace la Syrie comme pays de transit pour acheminer le gaz de la péninsule arabique, c’est dans le domaine du possible et ça permettrai de se réconcilier avec le Qatar).
      Ça fait que Chypre et l’Égypte sont désormais la meilleure alternative pour réduire la dépendance européenne au gaz russe en tout cas et si Poutine essaye de son mieux de brosser Sissi dans le sens du poil en espérant qu’il n’autorisera pas tout et n’importe quoi, il est possible que les Chypriotes soient un peu moins réceptif. Dans ce cas encourager Erdogan à aller foutre autant que possible sa merde, c’est une solution comme une autre pour retarder des grands travaux qui nuiraient à la politique énergétique de la Russie.
      Quant aux Américains ont connait leur position au sujet du gaz russe: ils trouvent que les Européens en consomment trop. Ce serait donc une énorme incohérence politique que d’aller encourager Erdo…

    • Aymard de Ledonner dit :

      C’est complètement faux. La France avait une Fremm et une Lafayette en face des deux navires turcs il y a quelque jours. Si les choses avaient dégénéré, les forces françaises étaient très loin d’être démunies…

      Par ailleurs il y a eu des « entrainements » communs avec les chypriotes dont un ou il s’agissait de prendre d’assaut un navire… Si les turcs n’ont pas compris qu’ils ne fallait pas pousser le bouchon trop loin avec leurs navires de forage, on ne peux rien pour eux. L’allusion était assez transparente.

      • Frank dit :

        @ Aymard de Ledonner Et ensuite? Affrontement naval avec la Turquie? Quid après? Guerre Franco-turque?
        Ca, par exemple:
        http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2019/10/horizon-lepante-dawn.html#more
        Vous croyez que nos coreligionnaires de l’article 5 de l’OTAN suivraient?
        Quand on signe des traités, on s’incline devant le plus puissant des membres que l’on a choisi. Pour longtemps.
        Vous croyez vraiment que les US vont appuyer la France, entre la Turquie, Israël, l’Egypte et la Grèce, sur des hydrocarbures dans cet endroit? Quelles sont les compagnies sur place sur les gisements? Quels sont les vrais enjeux? A qui le gaz va profiter?
        Deux frégates Françaises en Mer Egée. Génial, et ensuite? Sauf erreur, elles sont actuellement rentrées à Toulon…

    • Belzébuth dit :

      @ Bob
      C’est clair qu’il y en a du mafieux au mètre carré!
      https://www.areion24.news/2019/12/02/malte-une-ile-au-centre-de-controverses-contemporaines/

  4. R2D2 dit :

    Euuuuh oui mais bon dans l’article vous n’avez parlé à aucun moment du Liban. Pourtant celui ci est impliqué dans l’équation car le gisement se trouve aussi dans ses eaux territoriales. Enfin celles qu’Israel n’a pas encore goinfrer…

    • fabrice dit :

      R2D2
      La campagne d’exploration débute à peine au Liban. Pour l’instant aucun gisement trouvé là bas. L’épicentre du gisement se trouve au large de l’Egypte.
      Même si le Liban trouve du gaz faudrait attendre dix ans l’exploitation…
      Je doute qu’aucune compagnie pétrolière raisonnable ‘exploite un gisement tant qu’une entité terroriste appelé le Hezbiconnard siège au GVT libanais…. Trop de problème juridique possible…

      • R2D2 dit :

        Total et Eni ont déjà signés pour l’exploitation de blocs. Ainsi que les Russes…

      • Frank dit :

        @ fabrice Nul doute. Et comme vous êtes très sourcilleux sur le respect du Droit, et ses problèmes juridiques (gag)…, vous allez nous démontrer la répartition des ZI et ZEE des différents états concernés par ce magot gazier.
        Vous n’allez pas nous laisser supposer qu’un état veuille spolier ses voisins de leurs ressources naturelles?
        C’est quoi, une compagnie pétrolière raisonnable? Une compagnie multinationale qui reçoit ses ordres d’un Etat?
        J’ai l’impression que c’est devenu plus compliqué.
        Rappelez-moi la ZEE d’Israël.
        Mais c’est vrai que cela va être intéressant. Entre les liens, type OTAN, les accords bi-latéraux, les connivences, les haines ancestrales et les appétits nouveaux, j’espère que la France laissera les crabes qui se détestent se bouffer entre eux.
        Et rapatrier nos 700 militaires de Daman de la FINUL.
        Au fait, à quoi ils servent? C’est une question oubliée, sans réponse, à éviter, on dirait.

  5. Vinz dit :

    Maïs sauté. Ca devient très intéressant toute ces redistributions de cartes. « Retour » en force de l’histoire en somme.

  6. lxm dit :

    Il faudra bien un jour réunifier les 2 chypres. Chypre est dans l’UE depuis 2004, on a intégré non seulement un pays mais aussi ses déboires avec la turquie qui occupe la partie nord de l’ile( et y a envoyé des colons).
    Le panturquisme pendant du néo-ottomanisme s’est développé dans les années 80, avant Rdogan le Dragon( non l’initiateur mais symbole d’une tendance), lui n’y a greffé que l’islam pour encourager à avoir plus de fils pour plus de soldats, plus d’espace vital à revendiquer. Le pays s’est industrialisé grâce aux délocalisations, notamment des français, il fabrique la plupart de son armement et court vers la modernité et devient de plus en plus autonome en politique internationale. 80 millions d’habitants lui donnent un réservoir de 15 millions de conscrits potentiels.
    En face une europe qui se dépeuple dont la population est de moins en moins apte au service, avec des armes de moins en moins nombreuses, une désindustrialisation forte depuis une génération.
    Les frontières sont le fruit de rapports de forces, rapports qui tendent à s’inverser, les pays de l’autre côté de la méditerranée s’étoffent en populations, besoins et volonté d’expansion.
    Une guerre( petite ou grande) avec la Turquie semble difficilement évitable à moins peut-être de fédérer militairement le sud européen pour qu’une Grèce terrorisée ne devienne pas un appât alléchant, sans l’intransigeance de la france après la faillite grecque les allemands auraient certainement exclu les grecs de l’UE, y’aurait peut-être déjà eu une guerre en mer égée qui aurait dégénéré en guerre christianisme contre islam.

  7. LEONARD dit :

    La Turquie est la grande perdante de cette redistribution des cartes gazières en Méditerranée Orientale. Elle manque d’énergie pour satisfaire à sa croissance, car elle n’a ni ressources locales ( elle produit 1% de sa consommation de produits pétroliers ), ni un sol ayant des caractéristiques géologiques lui permettant ( comme la Rèp tchèque ou l’Ukraine ) de stocker massivement du gaz.
    Elle a donc capitalisé sur sa fonction de transit, avec pour débouché le sud Méditerranée et l’Europe, en provenance d’Iran, Azerbaïdjan, Russie, et même le kurdistan irakien ( comme quoi… ).
    https://www.latribune.fr/economie/international/le-russe-rosneft-va-aider-le-kurdistan-irakien-a-exporter-du-gaz-vers-l-europe-750842.html

    Les découvertes d’hydrocarbures en Méditerranée Orientale vont permettre :
    A Israël et Chypre d’être autonomes, et même exportateurs, vers l’U.E. ( dèja la Jordanie pour Israël, bientôt peut être l’Asie par Eilat )
    A l’Egypte de renforcer sa production et de rentabiliser ses installations de GNL,
    A la Turquie de perdre ( une partie ) de son rôle de transit de gaz vers l’Europe.

    Quand on veut être incontournable dans l’approvisionnement énergétique, il faut être stable et les soubresauts de la politique turque encouragent les stratégies de contournement. Il ne suffit pas d’être bien situé, il faut aussi être en bons termes avec ses voisins et pratiquer une politique étrangère prévisible. Et la nouvelle et future production gazière de Chypre et d’Israël permet à l’Europe de disposer de fournisseurs stables et prévisibles.

    La Turquie soutient militairement la partie nord de Chypre et son économie à hauteur d’environ ¼ du P.I.B, avec un écart de PIB de 1 à 3 ( en PPA ), entre les 2 zônes.
    L’économie locale de la République de Chypre va donc bénéficier de ces gisements gaziers ( économie énergétique estimée à 1 milliard d’€ par an) , et cela va renforcer le fossé économique entre les deux parties de l’ile, dans un esprit RFA/RDA.

    C’est pourquoi la Turquie gesticule avec les forages du Yavuz au sud de Chypre et cette stratégie « à la chinoise » de l’accord libyen. Car elle n’a pas les moyens d’obtenir quoi que ce soit du gâteau gazier, sauf à l’intégrer dans un règlement global de la partition chypriote. La Turquie a les moyens de faire des forages, mais n’a pas les moyens ni techniques, ni financiers de mettre en exploitation des gisements contestés. Les investissements d’extraction et de transport gazier sont énormes. Aucune des entreprises occidentales en ayant les capacités n’investira sur des gisements soumis à l’instabilité turque, ou à des sanctions occidentales. Et la Russie, qui approvisionne la Turquie via Turkstream, n’a aucun intérêt à favoriser l’autonomie de son client.

    La Turquie est en conflit avec la majeure partie de ses voisins ( Grèce, Chypre, Syrie, Arménie, Israël, Egypte ), et elle aurait plus d’avantage à faire évoluer sa politique dans le sens de ses intérêts énergétiques. Mais englué dans sa rhétorique nationalo-islamiste, Erdogan ne le peut pas. Ce sera la tache de son successeur, s’il éclot à temps avant que les jeux soient faits.

  8. werf dit :

    Si on regarde une carte géopolitique de la méditerranée orientale on voit beaucoup de pays impliqués, de près ou de loin :Turquie, Grèce, Syrie, Liban, Israël, Egypte, Libye, Italie. Si on regarde les sociétés pétrolières et gazières concernées directement ou par leurs filiales, il faut rajouter la Russie, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, les Pays Bas. Autant dire que ce n’est pas demain la veille que les problèmes des frontières maritimes et zones exclusives seront résolus. Et encore moins si les navires de guerre font des ronds dans l’eau autour de Chypre. C’est le business qui décidera du partage, on est au Levant, et il faudra arroser les pays cités… Quant à faire appel à l’OTAN, c’est un doux rêve d’un technocrate grec qui veut se faire valoir. La guerre est incompatible avec le business, encore plus pour les européens, trop dépendants énergétiquement pour longtemps…

  9. jo666 dit :

    suffit de faire comme les brits dépenser dix milliards pour 3 porte avions , ressortir le projet de micro lanceur de Dassault et mettre un glider pour une arme hypersonique pas chère. Il nous faut 400 lanceurs , pour mettre en orbite 100 cubesats pour l’internet par satellite en 4 g avec des canaux pour l’armée et le reste civil qui financera via les telco tout cela. Autre chose?

  10. Durandal dit :

    Si encore l’Europe était forte…
    Mais non c’est un ramassis de lopettes.
    Il n’y a que la France pour agir, même notre meilleur copain (si si j’insiste) de l’autre coté du charnnel coupe les amarres…

    • Stoltenberg dit :

      « Il n’y a que la France pour agir »
      .
      La blague. Au dela du discours électoral il n’y a eu aucune action.

  11. Tristan dit :

    Question sérieuse: qu’à déjà fait la Grèce pour l’Otan?

    • Thaurac dit :

      Et le luxembourg, c’est vrai la question était con 😉
      des bases, des exercices en communs, mer, air…remonté son armement …

      • Tristan dit :

        Ce n’est pas la réponse que je cherchais. Durant la guerre des Balkans il me semble que la Grèce s’est gardée à l’écart. En Afghanistan comme en peu près tous les pays de l’alliance, la Grèce n’a pas fait grand chose. En Libye même chose. Je n’entends jamais parler d’un déploiment Grèque dans les pays Baltes.

    • Castel dit :

      Rien qu’en faire partie, c’est déjà agir, puisque le traité impose, d’être solidaire des autres états en cas de conflit….
      Et , même si la Grèce n’a pas agit activement au sein de cet organisme, contrairement à la Turquie, elle ne lui à pas « tiré dans les pattes », comme vient de le faire celle ci en achetant du matériel Russe, et en laissant s’installer des Islamistes dans des zones sous son contrôle……voire même plus !!

  12. LEONARD dit :

    Un sondage OTAN:
    https://yougov.co.uk/topics/international/articles-reports/2019/04/03/support-nato-falls-key-european-nations?utm_source=twitter&utm_medium=website_article&utm_campaign=NATO_2019

    Les français et les allemands sont majoritairement défavorables à une défense de la Turquie par l’OTAN, les britons se tâtent.
    Un petit caillou supplémentaire dans la barque du « Sultan des temps modernes ».

    • lym dit :

      Ce n’est hélas pas trop nos avis qui comptent. Mais de connaître celui des USA qui semblent prêts à avaler bien des couleuvres pour (faire semblant de) garder la Turquie dans leur giron. Mine de rien, dans une alliance centrée sur la dissuasion nucléaire, cela compte!

      Bon, ceci dit, quelques cargos ravitaillant les frères tripolitains doivent pouvoir couler mystérieusement en route, pour rappeler que les accords qu’on n’a pas les moyens de mettre en œuvre ne sont que du papier! Et que si le GNA était perdant à cause d’un soutien plus difficile, l’accord serait caduque…

  13. Moh35 dit :

    Par contre, la dévouée France, ne convoite pas les richesses du Mali et des autres pays du sahel/Sahara.

    • EchoDelta dit :

      Sincèrement, je pense que la France fait le boulot pour que les autres puissances tirent les marrons du feu. Notre statut d’ancienne puissance coloniale nous disqualifie d’office de nombreux projets africains, et d’ailleurs les chiffres du commerce extérieur avec l’Afrique sont éloquent : notre érosion est continue sur des décennies, alors que le commerce africain augmente fortement d’année en année.

      • Czar dit :

        @ED : « tirer les marrons du feu » signifie exactement le contraire de ce que vous voulez lui faire dire, même si l’erreur est courante.

      • Edouard dit :

        Et en plus on a des accords de défense. D’ailleurs je crois qu’au Burkina, c’est plutôt les australiens qui sont sur le coup des mines d’or.

    • Pravda dit :

      Et nos soldats meurent pour défendre des civils, ce que leurs armées en sont incapables face à quelques milliers de terroristes sur des pickups.
      Donc on devrait financer à coup de milliards d’€ la defense, le développement de ces pays et laisser les chinois s’emparer de ressources que les locaux seront encore incapables d’extraire seuls dans un siècle ?

    • wagdoox dit :

      il y a plein de gens menacés qui vivent sur les terres de la Méditerranée, c’est pour ca que la Turquie intervient ?….

    • Carin dit :

      @Moh35
      Faites nous donc la liste des entreprises françaises présentes au Mali, et les produits qu’elles y exploitent ou volent ???

    • Aymard de Ledonner dit :

      Je suis désolé mais en Afrique la France a des relations économiques importantes avec le Maghreb, l’Afrique du sud, l’Angola et la Côte d’Ivoire mais pas avec le Mali. Même le Niger et son Uranium représente très peu. Je rappelle que les mines d’uranium du Niger sont quasiment épuisées et que le projet d’Imourarem est arrêté en attendant que les cours remontent.
      Les intérêts économiques au Mali sont très peu de choses au regard du cout de l’engagement des forces françaises.

  14. Edouard dit :

    Comme je le disais sur un autre post, la situation de la Turquie me fait furieusement penser à l’Allemagne de 1938. Tant qu’on reste à des actions limiteés et des tours de passe passe diplomatique, elle continue à avancer ses pions. Je pense qu’Erdogan parie sur la fébrilité de ses voisins et « partenaires », la peur d’une bonne escalade et sa position stratégique (notamment vis à vis des US) pour prendre ce qu’elle doit prendre. Après, se sera trop tard.
    Il devrait néanmoins se méfier de la Grèce qui – bien que plus petit militairement – jouit (si on peut dire), d’un historique bien chargé avec son voisin turc et n’hésitera pas à agir.
    Parce que le navire français qui croise la bas, j’aimerais savoir si vraiment ça sert à quelques choses.

    • Thaurac dit :

      « des actions limiteés et des tours de passe passe diplomatique, elle continue à avancer ses pions. »
      russie, chine, iran, cdn…ça y ressemble, chacun fait sa tambouille dans son coin..

    • Waroch dit :

      Dans ce genre de comparaison, disons plutôt l’Italie de Mussolini. Discours enflammés, coups de mentons virils et pantalonnades à répétition, mais une capacité de nuisance limitée et uniquement régionale.
      Le sultan d’opérette est pénible, mais il n’est vraiment dangereux que pour la Turquie elle-même qui risque d’avoir à payer les pots cassés sur le long terme…

    • Carin dit :

      @Edouard
      La FREMM qui croise sur place, en dehors des exercices avec la marine Chypriote pour occuper les marins, n’est en fait présente que pour permettre à Total de renvoyer ses barges et autres navires de forages dans les zones que Chypre lui a octroyé et d’où la marine turques les a chassés.
      Mais pour en revenir au sujet, il n’est nullement question de chasser les turcs de Chypre nord… en effet aucune puissance européenne n’ira bombarder la population du nord, ni les 30000 soldats turcs massés sur place. Ce qui est en train de se monter, c’est l’intégration de Chypre nord à Chypre sud et les soldats turcs présents sur place y sont pour la plupart en rotation et ne votent donc pas… Erdogan l’a bien compris, d’où son nouvel accord avec le gouvernement Libyen, qui lui permettra de venir exploiter certains de ces gisements pour le compte de la Libye, et son propre compte. Reste que sa démarche dépend de la victoire du GNA sur Haftar… et là c’est pas gagné.

    • lxm dit :

      Pas que l’allemagne de 38, c’est le schéma répétitif de l’autocrate à vie qui cherche le conflit à l’extérieur pour taire toute opposition à l’intérieur, c’est le fameux principe: « j’suis un gagnant/le 1er donc tu la fermes ». C’est ainsi qu’après chaque succession royale, tout nouveau prince se devait pour faire taire les médisances de déclencher une guerre extérieure, c’est pourquoi chaque président américain a « sa guerre », trump semble se contenter d’une guerre « économique » avec tout le monde.
      Ensuite bien que la turquie moderne soit peuplée et industrielle, en terme de rapports de puissance par rapport au reste du monde, elle reste très inférieure à ce qu’était l’allemagne en 38, et y’a pas l’héritage et la rigueur prussienne derrière ni l’expérience des grandes opérations, ainsi la turquie ressemblerait plus à l’italie de mussolini, un pays pas prêt, et jamais prêt, et qui attends qu’une grande puissance( russie) fasse le ménage de ceux qui la gêne.

  15. Dknh dit :

    La Turquie étant encore dans l’OTAN, il semble difficile d’en appeler à l’OTAN sauf pour une médiation.
    De plus en ce moment erdogan est le pote de Trump….

    • Pravda dit :

      Bon, pote de trump… ça vaut ce que ça vaut….

    • wagdoox dit :

      C’est une blague Trump arrête pas de menace de détruire l’économie Turque…
      Il essaie avoir une bonne relation personnel avec l’ottoman, c’est une forme de diplomatie.

    • Edouard dit :

      Trump n’a d’ami que ce qui est américain. Pour le reste, c’est des partenaires ou des valets. Autant dire qu’un partenaire, tu le jettes quand ça t’arranges. Un valet, tu le vires qd il te gêne (voir Macron par rapport aux volets économiques).
      D’ailleurs, économiquement parlant, les allemands se comportent exactement pareil.

  16. patex dit :

    Voilà une belle occasion de mettre en exergue l’impossible conciliation des intérêts russes et turcs à Chypre, contenter les russes, proches de Chypre pour les raisons précitées, mais aussi maîtres du jeu en Syrie voisine et alliés tout comme nous de l’Egypte.
    Sur le dossier chypriote, les intérêts européens et russes ne sont pas forcément divergents. L’UE gagnerait en crédibilité en s’imposant dans la région grâce à l’action de l’Italie, la Grèce et pourquoi pas de la France. L’implication d’Israël dans ce projet n’est pas non plus une mauvaise chose, ces derniers ont tout à gagner à ce que l’Europe fasse barrage à la Turquie dans la région.
    L’excommunication à venir de la Turquie de l’OTAN, affaire de semaine ou de mois tout au plus, donnera aux protagonistes les coudées franches pour redessiner le paysage énergétique dans la région pour les décennies à venir…

    • wagdoox dit :

      La Turquie aura bientôt tout le monde à dos et réussira peut être à nous réconcilier avec les Russes.
      Vive la Turquie 😉

    • Edouard dit :

      Trump, actuel chef de l’OTAN, n’a absolument aucun intéret à virer la Turquie de l’OTAN.
      De part
      -sa position stratégique,
      -sa capacité à faire chi.. l’UE
      -la peur de la voir basculer toute entière vers la Russie.

      Et puis franchement, déjà Trump n’a aucune idée de l’existence de Chypre et en plus, les problèmes gaziers en Méditerranée, ils s’en fout tant que c’est pas les américains qui les récupères.
      Et je pense justement que régler ça au niveau de l’OTAN, c’est la porte ouverte à donner des idées au US sur le sujet. Déjà qu’ils ont récupéré au passage les puits de pétrole Syriens.
      On doit prouver qu’on peut régler ça sans l’Oncle Sam.

  17. Molloy dit :

    Je propose que l’OTAN bombarde la Turquie à partir de sa base la plus proche, la base d’Incirlik…. J’ai dit une bêtise ?

    • Thaurac dit :

      Et pourquoi pas proposer à la turquie de se bombarder elle même dans le cadre de l’otan 😉

    • wagdoox dit :

      ahahahah
      Pas de base de l’OTAN chez nous merci de Gaulle !

    • Carin dit :

      @Molloy
      Malheureusement cette base ne fonctionne qu’avec des turcs et des américains… à un moment les allemands y avaient basés 4 avions de renseignements, mais les turcs les ont chassés et ils sont venus à H5.
      Cette base est turco/américaine, mais effectivement aux frais de l’OTAN.

    • jo dit :

      dou les S400

  18. Pravda dit :

    ? Ce n’est pas moi qui ai laissé Kadhafi planter sa tente dans les jardins de l’Elysée pour le bombarder quelques temps plus tard. Je ne critique pas l’intervention en Libye même si les conséquences (et la destabilisation régionale) n’ont certainement pas été mesurées avant mais le fait que sarko se soit abaissé devant ce dictateur pour tourner casaque à la première occasion.

  19. breer dit :

    Comme quoi le monde a sacrément bien évolué depuis la 2ème guerre mondiale, pour arriver aujourd’hui sur toute la planète, à un max de dirigeants manipulateurs, dictateurs, hypocrites, requins et charognards, incompétents, ou dépassés….. vive le 21 ème siècle….. manque encore un conflit important internationalisé et la boucle est bouclée….

  20. Tannenberg dit :

    Je ne serais pas etonne que les russes soient favorables aux menees turques pour eviter autant que possible que les europeens fassent main basse sur ces champs gaziers en medor, ca permettrait aux russes de maximiser leurs efforts pour rentabiliser nord stream 2… ce qui ferait egalement plaisir aux allemands qui font tout pour se maintenir en equilibre entre le poste de representant geopolitique pour les americains et le poste de VRP de fournisseur d’energie pour les russes. Erdogan tente de reprendre le concept en bouffant au ratelier OTAN qui ne veut pas le lacher au profit des russes, au ratelier de l’UE qui ne veut pas se prendre plus d’immigres que necessaire, et au ratelier russe que Poutine tient patiemment (mais pas gratuitement) a RTE en attendant d’affermir ses bases en mediterranee. Perso, juste pour faire chier RTE, je ferais comme tonton Vlad: rapatriement de tous les touristes europeens par les compagnies aeriennes encore requisitionnables par les etats, et suspension de tous les vols a destination ou en provenance de Turquie tant que la situation n’est pas clarifiee.