CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Uniformes non conformes, chaussures défectueuses… La crise de l’habillement continue pour la Marine nationale

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. breer dit :

    C’est une des conséquences de la mondialisation du commerce et de la recherche du moindre coût dans la confection, j’aimerais bien savoir si le problème existe dans les autres Marines européennes
    Italie, Grande Bretagne, Espagne, etc… peut être que leur fournisseurs (confection) sont meilleurs que ceux de la France…

    • Clément dit :

      Si c’est une conséquence de la mondialisation du commerce, alors le problème devrait exister depuis l’antiquité. A mon avis c’est plus dut à une mauvaise gestion.

      • ScopeWizard dit :

        @Clément

        HEIN ???

        Ah , parce qu’ il existait durant l’ Antiquité une « mondialisation » -à supposer que ce terme soit approprié- comparable à celle qui a aussitôt suivi la chute du mur puis la fin de l’ URSS ?

        Voyez-vous ça ; si je m’ attendais ………
        Mais quid de son échelle ? Comparable elle aussi ?
        Quid du matos concerné ? Le même ? Les mêmes attentes ? Les mêmes exigences ?

        Êtes-vous sûr d’ avoir bien saisi ce qu’ est la « Mondialisation » ?
        Terminologie un brin fourre-tout , je vous l’ accorde ……………..

        Cela étant , que la gestion ne soit pas idéale , est également fort possible , sur ce point je ne vous reprendrai pas d’ autant que c’ est quelque chose qui peut s’ avérer consubstantiel au phénomène de Mondialisation et à son corollaire le Libéralisme Économique ou vice et versa , les deux se faisant tour à tour la courte échelle précisément dans le but d’ accroitre le profit quitte à réduire les coûts au détriment de la qualité , la qualité du produit passant alors au second plan voire au troisième ………….

        • Clément dit :

          @ScopeWizard
          Vous confondez mondialisation et globalisation. La mondialisation c’est le rapetissement du monde, le raccourcissement des distances. C’est à l’œuvre depuis au moins l’antiquité : le blé qu’on mangeait à Rome était cultivé en Égypte, l’acier de la Légion venait du monde Celte, à l’âge d’or Athénien il y a déjà des lois pour réguler la spéculation sur les denrées venant d’autres pays du bassin méditerranéen.

          La globalisation par contre est un phénomène plus récent et lié à l’ère industrielle : c’est la transformation de milliers de marchés économiques plus ou moins connectés en un seul marché mondial.

          • ScopeWizard dit :

            Si vous voulez , mais ce que vous appelez « mondialisation » consiste en fait non à raccourcir les distances mais à relier des points jusque là inconnus ou trop éloignés , donc c’ est lié à l’ esprit d’ aventure , de découverte , bref de curiosité que cet esprit soit animé des meilleures ou des pires intentions , mais aussi aux avancées technologiques .
            Donc à partir du moment où des échanges ont lieu , c’ est de commerce dont il s’ agit genre import/export .

            Perso , je pense que ni le terme de « mondialisation » , ni celui de « globalisation » ne conviennent ou alors on doit pouvoir se servir des deux à la fois , ce sont donc des synonymes ………..

            De plus , quand « on » nous a « vendu » ce concept , ne pas perdre de vue qu’ « on » ne cessait d’ utiliser la terminologie « mondialisation » , sincèrement nous avons suffisamment été matraqués avec ça pendant au moins 20 ou 30 ans ; le terme « globalisation » paraît beaucoup plus récent .

            Enfin , n’ oubliez jamais que cette « transformation » ne doit rien au hasard , elle a été voulue et appuyée aux plus hauts niveaux des puissances mondiales ……..

  2. who? dit :

    rien de neuf: marine, armée de l’air même combat

  3. tartempion dit :

    Le Drian ne louait la qualité des brodequins à jambière attenante « made in Maroc » de l’armée de terre qu’à des fins électoralistes , jusqu’au moment où , nos soldats en pleine opération dans le massif des ifhogas constataient que leurs semelles se décollaient sous l’effet de la chaleur et que cela avait un impact opérationnel direct . Bon pas la peine d’avoir fait science-po pour comprendre que les pieds dans l’infanterie sont aussi importants pour la guerre que le corps électoral mahométan pour les élections …..
    Espérons une caricature de Charlie hebdo sur le sujet ……

    • Pierre dit :

      À la question « que sont les pieds ? », le fantassin d’il y a quelques (nombreuses) années devait répondre : « les pieds sont l’objet de soins constants ».

  4. Olivier dit :

    Je ne suis plus en activité depuis un peu plus d’un an mais le problème était le même en gendarmerie. Le marché de l’habillement a été octroyé à grands frais à une société pourtant française mais les effets étaient, et sont certainement encore, évidemment confectionnés à moindre coût à l’étranger. Dans l’UE ou en dehors, mais la qualité n’était pas au rendez vous.
    J’imagine que la rentabilité et les dividendes des actionnaires devaient par contre être conséquents !!!

  5. werf dit :

    Et ils nous parlent à longueur d’interviews de l’Europe de la défense et sont incapables de faire le tour des autres armées en Europe. Ils pleurent dans leurs bureaux sur la disparition d’une industrie française mais sont toujours en poste. A quand un grand ménage. Il faut supprimer la garantie d’emploi dans ces fonctions supports et mettre fin à leurs contrats pour fautes graves mettant en cause notre défense. Au lieu de plastronne,r les grands chefs feraient mieux de s’occuper des besoins de leurs troupes au quotidien et d’agir. c’est cela être un chef. On se demande ce que font les responsables du matériel à Balard. Il faudrait inspecter ces services ou faire faire un audit par une société de certification privée.

  6. Polymères dit :

    Comme pour l’armée de terre, il convient pour la marine de faire un travail d’harmonisation des tenues.
    Il existe 35 tenues dans la marine, même si certaines d’entre elles utilisent les mêmes effets, il n’empêche que le marin reçoit un paquetage qui n’a pas beaucoup de sens et s’emmerde bien souvent par tradition à avoir et à devoir changer de tenues pour tout et n’importe quoi.
    L’armée de terre c’est/ce sera, une tenue de « travail » quotidienne le treillis T3, pareil pour tous, une tenue de défilé, pareil pour tous et globalement c’est tout. Il y a toujours les anciens effets qui sont présents ici ou là, mais ça disparait avec le temps et ce ne sont plus des tenues officielles qu’on impose, si le vieil adjudant-chef ne veut pas quitter ses rangers, c’est son choix. Ensuite à cela on peut y ajouter des éléments été ou hiver ou concevoir un treillis épais et l’autre plus léger, voir des effets spécifiques tel qu’une ubas pour être plus à l’aise sous le pare-balles ou une côte pour ceux qui sont en atelier (mécanique etc…). L’arrivée prochaine d’une unique tenue de sport permettra là aussi de tout harmoniser.

    Dans la marine, sauf si je me trompe (un type de la marine serait le bienvenu pour me contredire et me confirmer), ce travail n’est pas fait et on continue à vouloir faire « comme avant » par « tradition » et à doter chaque homme d’un lot important d’effets qui sont pour certains, jamais ou très peu utilisé. Il serait bien là aussi d’avoir un uniforme de travail commun, un uniforme de « tradition » (parade, cérémonies…) et à côté des effets été(Short, T-shirt)/hiver (veste, bonnet) en compléments et qui soient utile au delà de la visualisation, c’est à dire pour le travail. Donnons des côtes pour ceux qui se salissent , mais soyons cohérent avec les effets, les besoins et arrêtons aussi de vouloir faire comme avant en faisant chier les marins avec leurs tenues, le repassage et la crainte de la trace noire sur les chaussures blanches…
    Les effets été doivent eux aussi être logiques, ou est la cohérence d’avoir une tenue short/t-shirt avec sandales et de l’autre le même short/t-shirt avec des chaussures et des chaussettes allant jusqu’au genoux?
    Pourquoi créer deux gammes différentes, l’une pour les officiers et sous-officiers et l’autre pour l’équipage?.

    Alors je veux bien que ça critique la qualité, mais il y a aussi un travail de cohérence et de réductions des effets qui est nécessaire et le faire ne pourra qu’arranger et simplifier les choses. Et je n’ai pas encore abordé la question des effets féminins!

    Je serai même en accord pour que la marine comme l’armée de l’air utilise un treillis d’usage courant, le même que celui de l’armée de terre (peut-être avec un bariolage différent) pour tous. C’est déjà en usage chez les unités de fusiliers, c’est d’usage à la formation initiale pour certaines pratiques . La tenue tradition restera de leurs choix et sera leur identité.
    Arrêtons un peu de se compliquer la vie, la standardisation des modèles, des effets ne peut offrir que des avantages et on éviterait de voir aujourd’hui la marine faire la critique de ses effets traditions qui n’ont pas la même priorité budgétaire qu’autre chose et qui seraient susceptibles d’être la cause d’une perte de morale. Moi je vous le dis, pour préserver le moral, on a mieux fait d’harmoniser et de réduire le nombre de tenues avec leurs petits grigris décoratifs, on a mieux fait d’arrêter d’emmerder les types à devoir se soigner, à devoir repasser, on a mieux fait de se concentrer sur le travail, la mission en y adaptant les tenues que de vouloir adapter l’homme et les tenues pour la beauté de la chose.
    Ce débat est « exactement » le même que celui de belle apparence de nos soldats en 1914 face à la réalité du besoin et du conflit, un beau pantalon rouge, c’est beau, une casquette, c’est pratique, mais cela a servit à quoi?
    Même si on dira que pour la marine ou l’armée de l’air, le contexte est différent, je pense au contraire que non, la cohérence et l’intelligence face aux besoins pratiques doit s’imposer.

    • Pour Info dit :

      Tu as déjà fait une cérémonie en tenue « Brest » en juin à Toulon ?
      Moi oui, est je peux te dire que ça fait du dégât !
      Sinon, les cérémonies en short c’est cool, à la Réunion ou PPT …

  7. fgni dit :

    Mais à quoi sert le commissariat?? le commissaire général se fout du monde!!
    Il est de la génération sans doute « Responsable mais pas coupable » !! il y a bien une autorité qui délivre le bon à payer!! non ?
    on paye mais on ne contrôle pas
    et ensuite c’est pas mi c’est autre!

    • pierrequiroule dit :

      J’abonde , oh combien ! Depuis la création de ce « cors » dans les années 70 tout va de mal en pis .
      Ce sont les ENARQUES de la défense .
      C’est un ancien qui vous le dit .

      • Phil Traer dit :

        Tout à fait d’accord accord avec toi…….le commissariat est une vaste fumisterie !!!!!! (je les ai pratiqué pendant une trentaine d’année)
        Carriéristes à l’outrance, entresoi, réseaux d’influence, reclassement dans la haute fonction publique où les entreprises avec des marchés de défense…… corporatisme, mépris affiché pour les non commissaire…..et les petites mains sous leurs ordres……etc etc
        Comme disait Coluche, donnez leur le Sahara , cinq ans après il faut racheter du sable……..( Louvois une brillante réussite de nos commissaire !)
        Bref vous l’aurez compris je ne les aime pas……..ces soit disant « juristes » en peau de lapin.!!!!

  8. fgni dit :

    veuillez m’excuser
    c’est pas Moi c’est l’Autre !!

  9. floco dit :

    Quand certains disent que les armées sont «  » à l’os «  » ils ne sont pas loin d’avoir raison, et au sens propre.

  10. revnonausujai dit :

    il me semble que, si les armées étaient capables de garantir des débouchés stables à des conditions de rémunération correctes, il se trouverait certainement des entrepreneurs pour produire en France. Mais voila, « garantir, production, France », une combinaison incompatible avec les oukases bruxellois; on n’ entend pas trop le freluquet parler de la mort cérébrale du Berlaymont alors qu’il y aurait tant à dire.

  11. themistocles dit :

    « Soldats, vous êtes nus, mal nourris etc…. » Pas grand changement depuis cette époque héroïque, les mêmes bureaucrates cherchant à économiser le moindre sous sur le dos des militaires , puisque ce sont les seuls qui n’ont pas le droit de se plaindre. Quand ce n’est pas pour détourner l’argent à leur profit sous la forme de contrats de complaisance avec les copains de promo ou de la même loge ou en échange de rétro-commissions occultes , disons le, de pots de vin. A la fin ça donne ce résultat lamentable. Et il se trouve des gens de cette clique pour s’en étonner…

    • igor340 dit :

      Themistocles, suis un peu dans la partie aussi, si vous me le permettez, votre opinion tranchée ne reflète que mal une réalité plus complexe… et que vous même, contribuable, seriez susceptible de valider ne serait ce que « du bout des lèvres ».
      Le commissariat est effectivement en charge de la conception, de la fabrication et de la diffusion des articles textiles et chaussants de notre bel outil militaire. Après avoir validé un patronage, dessin textile, matières etc.., .. lancement d’un appel d’offre auquel répondent des entreprises avec des prix différents… mais le souci n’est effectivement pas là, il est dans la contrainte sur les prix des produits finaux négociés…. la contrainte/pression appliquée par Bercy sur le Commissariat a effectivement tué la confection textile française de produits militaires… donc le problème ne vient pas des défauts fantasmés d’une production exogène, mais du bien coût final négocié d’un contrat ; Augmentez le prix unitaire d’un produit ne serait ce que de quelques euros et dans la seconde, bien plus d’entreprises vont répondre avec des produits de meilleure qualité, voire même des entreprises françaises à la production en partie nationale….et si Bercy ferait mieux de se « calmer » (peine perdue), le Commissariat serait également bien inspiré d’arrêter de choisir l’entreprise « moins disante » sur le prix…il s’en défend dans sa communication mais cette approche reste pourtant manifestement prégnante . (une question de culture, donc de génération de décideurs… ça se modifie mais c’est long… parfois trés long)….

      • Jm dit :

        La loi ne dit pas le moins disant mais le mieux disant, il me semble.
        Et les commissaires ne sont pas là pour faire appliquer la loi ????
        Parce que si je lis bien ce que vous écrivez, dans cette mission, les commissaires ne servent à rien, parce que pour prendre des mesures, voir si un tissu est conforme et si on a les bonnes tailles, un simple maître-tailleur suffit.

  12. Raymond75 dit :

    Il suffit de les acheter à la Chine ; en France on ne sait plus rien faire. La France est un pays à la dérive, en attendant d’être à la ramasse.

    • intruder dit :

      a la chine!? vous rigolez? meme camelote que madagascar, a mon boulot de méca on a essaié des roulements étanches petit format ref 6204 ou 6205 ou autres ref, dans le lot 3 sur 5 n etaient meme pas graissé, certain meme graissé a la poussiere!!!! on a toujours pas compris comment la poussiere a pu venir dedans malgres les bagues d étanchitée, nous avons conclut qu elle a été deposée volontairement pour remplacer la graisse! pour en revenir a l article conferctionné en AFN ou MADAGASCAR, faut quand meme en avoir une couche pour en etre etonné…

      • Vivo dit :

        Lol, c’est çà le problème des occidentaux, toujours vouloir profiter des autres: « S’il vous plait messieurs les chinois, pourriez vous me fabriquer une Ferrari pour deux euros? » 🙂 On a pour ce qu’on paye. Combien avez payer vos roulement? Demandez a votre magasin la marge qu’il se fait et le prix d’achat en Chine. Eh oui, s’il a payé 0.0000001 centime d’euros et ben vous avez une qualité équivalente a…. 0.0000001 centime d’euros

        • Czar dit :

          vivo, si la grônde zhine est passée en deux générations de pays cannibale où papy terminait sa vie en matière à mastiquer pour les années de récoltes difficiles ou d’erreurs de jugement des grands guides infaillibles des glorieuses masses prolétariennes à compétiteur des stazunis, ce n’est certainement PAS parce qu’ils ont pratiqué une marge humble et laborieuse de 03% sur les produits vendus.

          si tout le monde trouve que la camelote made in zhina, c’est de la merde, ça n’est pas forcément en raison d’un complot du reste du monde contre l’empire du Milieu (voire « du milieu »)

          après, là où je te donne raison, c’est qu’effectivement la grande distri européenne, et notamment française en a largement profité pour tuer notre industrie

          c’est bien pour ça que tu n’as vu personne pleurer sur carrefour quand ils se fait truander par le PC zhinois et foutre à la porte du pays (out tout comme)

    • NRJ dit :

      @Raymond75
      Et vous proposez quoi pour en sortir ? Sortir de tels propos, c’est évidemment pour étayer une position claire et bien appuyée…

      • Raymond75 dit :

        Limiter le libre échange par des accords bilatéraux équilibrés et réindustrialiser la France. Remettre les pendules à l’heure et effacer ces trente dernières années piteuses.

        • vrai_chasseur dit :

          @raymond
          Les grands coups de balanciers d’un côté ou de l’autre de la frontière ne servent à rien. Le problème de fond, une fois qu’on a compris la différence de coût de revient d’une heure de travail, c’est la qualité, au sens industriel du terme.
          Une piste de réflexion pour vous : En industriel, les japonais ont ouvert la voie et ont probablement une génération d’avance sur l’Europe. Ils font fabriquer en Chine, au Cambodge ou au Bangladesh….mais tout l’encadrement des usines locales est japonais : les techniciens, contremaîtres, ingénieurs viennent du Japon. Et ils obtiennent des résultats concrets sur la qualité des produits. Sans perdre les marchés à cause des coûts de revient trop élevés.
          Exemple, les 3/4 des photographes avertis de la planète ont des appareils photos numériques de marques japonaises. Tous impeccables. Mais aucun n’est fabriqué au Japon.
          Quant le commissariat saura s’impliquer REELLEMENT dans le process qualité industriel de ce qu’il achète, les marins seront heureux et bien habillés, sans toucher au budget.

        • Czar dit :

          allons raymond, entre deux truismes servis avec la gravité qui convient aux vérités premières ou aux condamnés à mort, tu ne peux être sans savoir que nos échanges commerciaux sont régis par l’Uheu, et donc que toute modification repose sur un accord général des membres d’icelle et que vu comment les boches se goinfrent, tu as plus de chances de voir benoit hamon élu au premier tour.

          l’alternative étant de quitter ladite Uheu ou, – a minima – déclencher une crise instutionnelle telle que notre sortie soit VRAIMENT prise au sérieux par nos « partenaires ».

          tu te fais lepéniste sur le tard ?

        • NRJ dit :

          @Raymond75
          Limiter le libre-échange, pourquoi pas. Mais à quel point ? Sortir du CETA ne serait probablement pas une mauvaise chose. Mais si on sort de l’UE, ça nous coutera cher. Nos taux d’intérêt sont calculés là-dessus. Et si on sort de l’Europe on risque de devoir payer quelques dizaines de milliards de francs en plus (voir beaucoup plus si le franc est dévalué par rapport à l’euro). Donc les impôts vont exploser. Déjà qu’on est déjà aujourd’hui à la peine, on aura sans aucun doute le FMI comme la Grèce en 2010.

          « réindustrialiser la France. Remettre les pendules à l’heure et effacer ces trente dernières années piteuses. » Des idées aussi grandioses, moi aussi je peux les avoir. Est-ce que ça apporte beaucoup de dire ça ? J’ai comme un doute. Bref à part le libre-échange, vous n’avez rien. C’est triste mais tant commun de critiquer sans rien proposez derrière.

  13. Félix GARCIA dit :

    Politique-Eco n°236 avec Lionel Bieder : Comment la NSA prend le contrôle de l’Europe !

    Scandale des marchés informatiques d’Etat, à qui profite le crime ? Sous prétexte d’introduire un rendement financier dans les politiques publiques, l’Etat français a en réalité vendu le contrôle de la gestion informatique de son administration au profit d’une oligarchie financière aux ramifications internationales. Victime de l’échec patent du logiciel Chorus (système de gestion et d’information financière), Lionel Bieder, entrepreneur, a remonté le filon d’un système mafieux visant à justifier des simulacres de paiements de prestations d’entreprises transnationales complices, en lien avec des services de renseignements états-uniens… Il est l’invité de « Politique-Eco » !

    https://www.tvlibertes.com/politique-eco-n236-avec-lionel-bieder-comment-la-nsa-prend-le-controle-de-leurope

    Il y est notamment question des contrats sur l’habillement.

    Cordialement,

    Félix GARCIA

  14. xorminet dit :

    Le tableau des tenues dont vous disposez n’est pas à jour, plusieurs ont disparues, les sandales et les grandes chaussettes ne sont plus délivrées.
    Beaucoup de numéros mais au final les différences sont fines (avec ou sans pull/manteau, médailles pendantes ou barrettes…)
    Certains effets dépendent du travail ou de l’affectation. Le bleu est rare dans les postes à terre, et la TPB obligatoire sur les bateaux mais quasi inexistante ailleur

  15. shoupshoup dit :

    Il y a belle lurette que c’est Decathlon qui habille les milis français en OPEX, aux frais du soldat bien évidemment, comme ça ça arrange tout le monde … pendant ce temps là, la « commission de tenue » pour savoir s’il faut autoriser un insigne de marathonien aquatique, et de quel côté du beret le porter … bref … rien n’a changé depuis le pantalon garance, le fusil lebel et les officiers à monocle …

  16. Un marin dit :

    Si t’es pas marin, évite de l’ouvrir à leur place.

    • Jm dit :

      Un marin, merci pour votre commentaire précis et rapide, l’armée de l’air vous accompagne sur le même terrain.

      Mais bien sûr : on uniformise……….mais comme l’armée de terre !!!
      Essayez de changer un réacteur de 2000 ou vous glisser dans les entrailles d’un transporteur pour chercher une fuite hydraulique ou autre dans un hangar non climatisé par 38 degré extérieur dans un hangar en métal sous lequel il fait 48/ 50 degrés avec votre treillis !!! C’est le quotidien à Istres, et dans certains pays ….très chaud.
      Et quand je vois les mécanos marins faire de même sur les Rafale ou hélicos, mais dans des configurations encore plus contraignantes (un bâtiment de la Marine Nationale, c’est 20 hangars de l’armée de l’air réduits dans un seul !!!)
      Il n’y a que dans l’armée qu’on voit un secrétaire habillé comme un mécano, habillé comme un responsable animalier, habillé comme un cuisinier.
      Je viens de rentrer d’Opex, ne me parlez pas d’uniformisation, j’ai vu au moins quatre tenues de combats différentes dans l’armée de terre au sein d’unité « classique », et je ne parle même pas de couleurs de bérets, casquettes et autres.
      Parce que si vous voulez aller au bout de votre raisonnement d’uniformisation, pour mémoire, je rappelle que dans l’armée de l’air, tout le monde a la même chose sur la tête. Pouvez-vous en dire autant tant dans la forme que dans la couleur? et je ne parle même pas de la couleur des galons. Et par pitié, pas de couplet sur les traditions et autres, que je respecte avec un infini respect de mémoire pour nos aînés sans qui nous ne serions pas là.
      Restons simplement sur le plan uniformisation, et avant de l’imposer aux autres, commencez donc par vos propres rangs, svp.
      Pourquoi toujours ce couplet sur « faites comme l’armée de terre »????
      Et de toute façon, vous pouvez uniformiser tout ce que vous voulez, pour rationaliser les coûts, au final, c’est toujours la même chose, il manquera toujours de l’argent pour finaliser la chose, parce qu’un intelligent (ou un instruit plutôt) de commissaire va vous sortir la phrase répétée et entendue des milliers de fois ; vous avez su faire avec moins, désormais, vous n’aurez pas plus, il faut faire des économies.
      Et on retourne au point de départ.
      En parlant d’économies, je vois fleurir de plus en plus de papiers nous invitant à éteindre les lumières dès que l’on sort d’un local ou d’un bureau ; ça me paraît normal, je le fais chez moi, je le fais ailleurs, l’armée, c’est pas Versailles,
      Mais, j’ai regardé la dernière intervention de notre ministre, à un moment, j’ai fait un arrêt sur image : j’ai compté plus de 300 ampoules allumées…
      En fait, tout cela est fait pour nous diviser, nous mettre en colère les uns contre les autres, et nous monter les uns contre les autres. Pendant ce temps que nous passons sur ces querelles d’un autre temps, on ne parle pas du gel du point d’indice, on ne parle pas du TA qui se réduit à peau de chagrin, on ne parle pas de nos sous-off qui deviennent des mendiants à force d’avoir des soldes de misère, on ne parle pas de nos jeunes militaires du rang qui, une fois qu’ils ont bien saisi dans quel merdier ils ont mis les pieds, ils s’en vont au bout de 2 moins pour les ….plus lents !!! on ne parle pas de nos officiers directs qui passent des années de folies à étudier, à qui on promet monts et merveilles et qui, pour la plupart, ne franchiront jamais le garde de lieutenant-colonel (CF pour les marins), malgré ce que les chefs leurs vendent en écoles.
      Parce que là non plus, on n’en parle pas, des officiers qui quittent l’institution pleins de désillusions, d’amertume, voire plus, et qui avec leurs compétence, trouvent des emplois largement mieux rémunérés avec une prise en compte réelle de leurs compétences, à l’identique pour nos sous-officiers et nos militaires du rang.
      C’est là qu’il faut s’interroger, pas sur la couleur et la hauteur des chaussettes, sur un treillis cam avec tel ou tel camouflage, vouloir mettre tout le monde dans la même case.

  17. Claude dit :

    Presque, un petit tour sur Netmarine vous décrira précisément l’ensemble des tenues.
    Comme souvent, on se trompe sur l’analyse. On livre de la merde point barre.
    Le charme d’une tenue grand blanc ou petit bleu …

  18. Robert dit :

    Les économies réalisées en délocalisant sont une escroquerie à terme, le travail fait en France produit au plus près des besoins et s’adapte en temps réel, évolue rapidement et peut préparer une commande plus vite si nécessaire, le travail est de qualité et il fait vivre et travailler des français.
    A l’Etat de faire des efforts, quitte à déplaire à des gros commerçants qui font une marge importante en délocalisant, mais contribuent à faire fermer des entreprises françaises qui ne peuvent pas suivre.
    Et aux citoyens de ne pas privilégier le je consomme plus parce que je paie chaque chose moins cher, c’est quasiment une attitude de patriotisme.
    Ce qui a été fait, et mal, peut être défait en mieux, ne désespérons pas. Et si de gros patrons et des financiers qui ont intérêt à la mondialisation qui leur rapporte protestent, que les gouvernants sachent leur résister, ce sont eux qui dénationalisent pour garder leurs marges voire les augmenter. Y compris en important de la main d’oeuvre immigrée pour faire baisser les coûts du travail local, donc en tirant vers le bas la qualité et les exigences sociales.

  19. Catachox dit :

    Plein de bonnes idées dans ce post sauf… que c’est déjà le cas. Une tenue de travail assez fonctionnelle (pantalon type treillis et polo et pull), une tenue de cérémonie et de sortie qui est la même partout (pas de différences comme avec les différentes armes). Des tenues allégées pour l’outre-mer (ça fait belle lurette que nous n’avons plus les chaussettes jusqu’au genou, mais des chaussures bateau ou de sécurité). Bref, un post qui se reconnaît un peu « has been ».

  20. LAHIRE dit :

    Je pense, mais cela n’engage que moi (et quelques camarades…), que derrière les beaux discours et les intentions médiatiques, ils (politiques) n’en n’ont rien à foutre… Trouver de l’argent pour financer la gaypride ou inviter des groupes trans à l’Elysée, là, visiblement les crédits suivent sans grande difficultés. Mais, quand il s’agit de l’armée (Gendarmerie incluse), là de nous expliquer qu’il faut se serrer la ceinture, montrer l’exemple, etc… Combien de gars prennent sur leur solde pour acheter du matériel qui tient la route, et cela ne date pas d’hier…

    Sinon, il est loin le temps ou Louis XIV et son ministre Colbert mettaient en place un grand plan de re-industrialisation de la France et confiaient à des investisseurs de grandes commandes militaires d’Etat (cf. la Corderie Royale de Rochefort, un exemple parmi bcp d’autres). Non, aujourd’hui on va même jusqu’à, insulte suprême, acheter notre FA de dotation à l’Allemagne, et sous-traiter à l’étranger (y compris UE qui reste étranger…) ce que nous pourrions, avec un peu de volonté politique, faire en France….

  21. petitjean dit :

    Quelle misère et…quelle rengaine !
    et si on concevait et fabriquait en France ?
    il suffit de l’imposer aux grandes marques du textile. Vous savez , ceux qui deviennent milliardaires en délocalisant
    je leur mets une taxe de 35% à l’importation et, vite fait, ils rapatrieront leur production en France, créant ainsi des dizaines de milliers d’emplois !
    Mais voilà, il faut un chef, un véritable chef d’état soucieux de la nation
    Plus de 2,5 millions d’emplois industriels délocalisés en moins de trente ans ! Pour le bonheur de qui ?
    Quant aux engagements de ministres on constate que c’est du vent !
    En 2005 Le Drian annonce un « plan d’urgence » qui ne produira aucun effet et….rebelote en 2017 !
    Mais quelle misère ! Et on s’étonne qu’il puisse y avoir une crise de la vocation….
    Et pourtant du fric il y en a :
    http://www.fdesouche.com/1298095-seine-saint-denis-59-000-000-e-1-429-mineurs-etrangers-non-accompagnes-41-287-e-par-individu-pour-2019#
    https://www.lengadoc-info.com/8895/societe/880-mineurs-etrangers-coutent-44-millions-deuros-au-departement-de-lherault/
    http://www.fdesouche.com/1302025-argent-public-letat-finance-les-dettes-de-theo-luhaka

  22. Sans blague ? dit :

    […] le commissaire général Stéphane Piat s’en était expliqué lors d’une audition à l’Assemblée, est que la filière française de l’habillement « a été détruite par la concurrence internationale au cours des 40 dernières années » et qu’il « n’existe quasiment plus de confectionneurs militaires sur le territoire national. » […]

    Sans blague ?

    Le commissaire général est bon apôtre. N’oublions pas tout de même qu’il fait partie d’une catégorie d’officiers supérieurs qui, « au cours des 40 dernières années » n’a jamais vu d’un très bon œil les jacqueries et autres rebellions de manants qui luttaient, la plupart du temps en vain, pour maintenir leur emploi en France. Tout ça, c’était des gauchistes…

    La filière française de l’habillement n’a pas été « détruite par la concurrence internationale. » Elle a été détruite par la volonté des actionnaires français de toujours gagner plus d’argent au moyen de leurs actions, quitte à priver de travail leurs concitoyens moins riches contraints de gagner leur vie dans les boutiques et les fabriques.

    On a entendu au cours des 40 dernières années, dans les mess officiers des trois armées comme de la gendarmerie, assez d’imprécations contre les prolétaires grévistes. Mais pas seulement. On en voulait aussi beaucoup aux chômeurs. D’ailleurs, chacun connaissait personnellement un chômeur propriétaire de sa maison, d’une Mercedes, partant en vacances régulièrement et gagnant au minimum 5000 € non déclarés en plus de ses indemnités chômage…

    Et maintenant le commissaire général, représentant de la caste des généraux, découvre le résultat des choix économiques et politiques dont d’honorables publications telles que « Le spectacle du monde », l’indispensable « Figaro » ou le très remarquable « Valeurs actuelles » n’ont cessé de répéter qu’elles étaient les meilleures pour le pays.

    Il faudrait quand même savoir ce qu’on veut. En attendant, on ne compte plus les militaires qui s’en vont dans les surplus et maintenant sur eBay pour compléter leur paquetage.

  23. Frpdm29 dit :

    Pour la petite histoire, les marins sur la photo prise lors de la dernière présentation au drapeau de l’Ecole navale, sont en fait des aspirants stagiaires X, ESNTA et IMI dont les tenues de sortie sont spécifiques…

  24. jojo dit :

    c’est a pleurer, et dire que quand je me suis engagée en 1981 le sac été complet et les coupes impeccables. il y avait 60000marin!!!! ha oui les tenues été fabriqué par les maitres tailleurs de Brest ou Toulon. Mais les comptables enarque au dogme de l’externalisation et du pas chère sont passé par la.