CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

L’efficacité et l’identité de la DGSE risquent de souffrir de l’érosion de ses effectifs militaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Arnaud dit :

    C’est une volonté. Surtout pas de coercition, pas de violence, pas d’efficacité.

  2. LEONARD dit :

    A ce jour, 1/3 des effectifs de la D.G.S.E sont militaires. Ils sont donc déjà minoritaires, et ce n’est pas choquant, à partir du moment ou la majorité du renseignement en temps de paix a lieu dans un environnement civil et technologique.
    http://www.academie-renseignement.gouv.fr/dgse.html

    Les camarades de jeu étrangers de la D.G.S.E ont eux aussi recours très majoritairement aux compétences civiles, plus pertinentes, pointues et disponibles que les spécialités militaires.

    La seule spécificité militaire, c’est le S.A , qui est une force clandestine coercitive.

    La D.R.M est, elle, intégralement militaire, car son domaine d’action est militaire.

    Et puis, de toutes façons, un militaire, c’est un civil en uniforme, et ce qui compte c’est l’efficacité dans la fonction, car les services secrets, sont, dans l’ombre, les garants de la pérennité de l’intérêt national.

  3. albatros24 dit :

    Le Rainbow warrior et surtout le traitement fait aux membres du SA par les socialistes a beaucoup fait dans l’érosion des effectifs de militaires déjà…
    Le fait qu il y ait plus de civils n’est pas un souci en soi mais il faut sans doute renforcer en effectifs ce SA justement contre le terrorisme dans le monde

    • Sam dit :

      Pfiou ! C’est loin votre truc. Je ne comprends pas le rapport entre le RW et la politique RH actuelle…

      • Plusdepognon dit :

        @ Sam
        Le service action est passé pour un agglomérat de charlots et cela a eu d’énormes conséquences pendant des années. Ce qui n’a pas limiter les barbouzeries favorisée par une pléthore d’officines liées aux partis politiques et qui n’ont pas un sens très développé du « sans bavures ».

        À noter que le coup d’une bombe pour avertir et une bombe pour couler le bateau (celle qui a tué le gars retourné dans le bateau chercher son appareil photo) serait une idée de Mitterrand en personne. Les opérationnels auraient été contre…

        Concernant la politique RH actuelle, il s’agit peut être de copier les anglais.
        Dans ce cas, souvenons nous que les effectifs du MI-6 sont de 10 000 personnels.

        • Ryner dit :

          Le service action (CPES, CPIS, CPEOM, GAM56) ne fait pas partie des effectifs de la DGSE. Il est mis à disposition pour emploi par les armées.

    • Tertia Optio dit :

      @ albatros24, cet article précise bien: hors S.A…On parle des militaires qui rejoignent la D.R, la DT, ou la D.A pas la D.O.

  4. Plusdepognon dit :

    C’est vrai qu’ils communiquent un peu plus…
    https://forcesoperations.com/de-nouvelles-montures-pour-le-cpeom/

    • Xaintrailles dit :

      Non non, ça c’était juste pour les vacances !… 🙂

      • Plusdepognon dit :

        @ Xaintrailles
        Ben, ils font bien. Dans les pays où ils vont il y a parfois du soleil, mais jamais de gentils organisateurs :
        https://youtu.be/1TmlCIXUmAM

        Les anglais ont 10 000 personnes dans leurs services. Ça doit économiser beaucoup de moyens vu comme ils sont forts pour couper dans les dépenses publiques…

  5. Jm dit :

    Il y a un autre problème qui n’est pas évoqué ici, et qui va probablement me valoir encore de nombreux commentaires « amicaux », et qui pourtant est régulièrement soulevé par les militaires, toutes affectations et toutes armées confondues ; le malaise des militaires qui en ont assez d’être sous la « dictature » de civils qui les commandent depuis des tours d’ivoire sans prendre le moindre risque, tout en leur donnant des leçons de morale.
    De plus en plus de civils occupent des postes de commandements, et sans remettre en cause leurs compétences, il me semble délicat d’être le chef et de demander à des personnes placées sous vous ordres de travailler sans durée de temps, sans avantage social, de participer à telle ou telle mission sur des territoires où eux-mêmes ne mettront jamais les pieds et encore moins y risquer leur vie, etc, alors que moi-même, en tant que chef civil, je fais 38h et je suis syndiqué, je bénéficie de la protection de la haute hiérarchie qui dès qu’il y a un conflit « dégage » systématiquement le militaire, c’est plus facile, il n’a juste qu’à fermer sa gueu…
    De plus, le commandement est obligé de s’appuyer sur eux, car comme d’une part ils sont indéboulonnables depuis des années (et oui, on ne mute pas un civil) et donc ont l’historique nécessaire pour assurer la gestion, et d’autre part ils peuvent faire gripper la machine à tout moment en « informant » que ça se passe mal avec le chef (et là, au revoir les étoiles), vous comprendrez qu’un certain malaise est palpable, car deux poids, deux mesures.
    Il n’y a pas comme un problème dans l’énoncé ?
    Je n’arriverai jamais à comprendre comment des civils peuvent occuper des postes dans la hiérarchie militaire : ils sont si mauvais que ça qu’on ne les a pas voulus dans le civil ? Parce que pour moi, ces personnes, si elles veulent occuper ces fonctions dans l’institution de défense, elles n’ont qu’à faire comme nous ; s’engager.
    Et que diraient les syndicats si on inversait le problème : mettre des militaires pour occuper des fonctions managériales ou de directions, voire même en qualité d’ouvrier (à l’identique des classe C) chez Renault, chez Airbus, même dans des petites entreprises, dans l’Education Nationale (et oui, pourquoi pas des profs militaires dans les lycées et Prépa, il y a bien des profs civils dans les lycées militaires), et vous noterez que ce sont des institutions ou des entreprises qui ont des contrats ou travaillent au sein ou au profit de la Défense.
    Regardez les évolutions de chiffres et nombres depuis une dizaine d’années, c’est peut-être une des raisons de la désaffection pour intégrer la DG, vous avez le même problème avec la DRSD : des civils intégrés sans aucune formation du métier, et qui après quelques années vous expliquent que vous êtes nuls (voire vous commandent parce qu’ils sont Bac plus 12 en informatique, mais ça, ça ne fait pas un soldat….), que vous n’y connaissez rien, que eux savent depuis le temps, et qui se prennent pour des James Bond et veulent jouer aux espions.
    Ça finit rarement bien, parfois même en prison….

    • Civil dit :

      Oui effectivement ce n’est pas vraiment comprehensible votre propos. Ce que j’en retiens c’est qu’ un civil qui commande un militaire c’est pas bien car le civil ne connait pas la vraie vie (la mission, pauvre ignorant) . Salauds de civils. Dites vous ne trouvez pas votre raisonnement trop simpliste par hasard ? Vous me direz que parmi les chefs mili il n’y a que des braves et des compétents, des pragmatiques ? Et parmi les spécialistes mili, il n’y a que des éminences ?
      Il est difficile de concevoir le sens de l’engagement d’un civil pour un militaire. Et c’est vrai que le civil ne signe pas pour aller au contact. Mais l’autre vérité c’est que la guerre ne se porte plus seulement sur du cinétique. Aux regrets des nostalgiques de guerres de positions, la guerre maintenant est globale. Pour repondre à cela l’introduction de civils aux armées, y compris dans les operations est probablement la reponse la plus sensée en termes de compétences. Et parmi ces civils, certains deviennent reservistes. Et enfin, ne vous interdisez pas de penser que parmi ces civils certains prouvent une valeur de commandements qui soit a la hauteur de l’ idéal commun (civil et mili) : servir.

    • Xaintrailles dit :

      De toutes façons, civils ou militaires, il y a toujours eu dans les bureaux et spécialement dans les Directions, des gens odieux car ils y font carrière… Je me souviens d’un SOC, chargé de me remettre entre midi et deux dans des bureaux déserts à cette heure, une enveloppe avec billet d’avion AR, pour me rendre dans un pays dangereux, et qui s’était permis de m’engueuler car je lui demandais s’il y avait des consignes en plus de l’enveloppe… Je lui aurais bien mis une droite.
      Il était dans une Direction, donc il avait le droit d’être impoli ! Dans ce cas, il faut rester impassible.

    • Polymères dit :

      L’armée n’est pas une « entreprise » comme une autre ou le civil serait perçu comme à part, comme un étranger qui n’a rien à faire au milieu des militaires.
      Non, les civils dans l’armée ont toujours existé, le liens entre le monde civil et l’armée ont toujours existé, car du véhicule aux chaussures, le militaire ne produit rien et se trouve dépendant d’usines, privés ou publics qui lui donne ce qu’il faut.
      Dans l’institution elle même, les civils de la défense NE SONT PAS des prestataires extérieurs, ils font pleinement partis des armées. Ce qu’on cherche à avoir avec les civils, ce n’est pas des bras pour faire la guerre le cas échéant, ce sont des compétences qu’on garde sur la durée. On veut du personnel sur lequel on peut se projeter dans l’avenir et non sur un personnel qui va finir son contrat dans 2 ans, qui va faire se faire muter, qui va absent la moitié de l’année pour une opex, sa préparation et sa remise en condition.
      Il faut des civils pour tenir certains postes, pour avoir une « source » permanente de connaissances qui s’avère utile à des militaires qui « tournent » et qui s’absentent souvent. Un civil qui fait depuis 15 ans ou plus de la RH est-il plus ou moins intéressant qu’un caporal qu’on réoriente dans le stratif à défaut de lui trouver une place ailleurs? Ce dernier apprendra tout sur le tas et sans certitude qu’il reste, le civil sait et reste et oui il est normal que ce civil peut encadrer des militaires, c’est sa spécialité, son objectif c’est de gérer son domaine, qu’il y ait des subordonnées militaires ou civils ne change rien, il n’est pas le chef d’un groupe de combat ou celui qui planifie des opérations militaires, faut savoir faire la différence. Nous avons une armée de métier qui repose avant tout sur l’expérience, les compétences et non sur un système simplement hiérarchique du gradé faisant obéir X subordonnés moins gradés. Aujourd’hui vous n’êtes pas juste sous-officier pour commander un certain nombre d’EVAT, mais pour occuper une place qui requiert des compétences. Je sais que l’esprit « conscrit » reste dans beaucoup de têtes, mais c’est ainsi, un pilote sera officier non pas pour commander des hommes, mais pour son niveau.
      Qui plus est vous n’êtes pas sans savoir qu’une grosse partie des civils de la défense sont d’anciens militaires.

      Une armée c’est fait pour faire la guerre, mais une armée a besoin d’avoir les reins solides pour pouvoir la faire. La gestion de l’armée en métropole nécessite des personnes avec des compétences qui soient en permanence dans leur fonction. Il y a des secteurs ou un civil apporte une plus valu, un mécanicien qui entretient un aéronef, un véhicule, plutôt que gérer en permanence des 1ère classe qui arrivent et qui repartent en espérant avoir un ou deux vieux caporaux-chef ou sous-off sur qui compter et qui ne vont pas être muté, le civil est là, il maintient son activité, sans baisse d’efforts.
      En réalité l’idéal serait même d’avoir 50% de civils dans le domaine de maintenance et 50% de militaires. Les civils s’occuperont de la MCO à la « maison » sans qu’il n’y ait dans les régiments des problèmes de ressources humaines conduisant à des baisses d’activités (disponibilité du matériel), les militaires feront eux un cursus de maintenance plus axé sur la projection, le terrain et les places en OPEX de ces personnels pourraient être national comme c’est déjà le cas pour certains domaines « rares ».

      Autre élément qui est plutôt pas mal, c’est faire ce que nous faisons avec Nexter, ou l’industriel, constructeur du véhicule, détache dans les régiments des équipes d’entretien et de réparations qui permettent d’avoir un maximum de disponibilité. D’ailleurs ce principe c’est un peu ma référence pour mon paragraphe du dessus et c’est aussi cela qu’on veut élargir à d’autres choses dans nos armées, le futur Griffon, le Jaguar, les hélicos etc, des partenariats avec les industriels ou on leur fixe des objectifs à atteindre.
      Alors on pourra se plaindre que l’on paye plus cher ces personnels et ces service que si on le ferait faire par des militaires, mais ça, ce n’est que de la théorie, dans les faits les disponibilités ne sont pas au rendez vous et la lourdeur des flux humains (fin de contrat, mutation, absences, opérations, besoin de formations…) pousse à être sans cesse dans une situation de sous-effectifs alors même que théoriquement le besoin est « bon ».
      Ce coût du privé qui parfois exploite l’état comme vache à lait est aussi remis en cause par l’actuel ministre qui souhaite tout renégocier et recadrer, fixant aussi des objectifs, ce qui est bien et évite des dérives.

      La complexité des nouveaux matériels impose de la connaissance qu’on ne peut pas forcément satisfaire avec des jeunes militaires. Il faut des permanents et pour moi un « civil » dans l’armée, c’est un personnel qui a deux qualités, il est compétent (même si au début il apprendra et se formera comme tous) et permanent. L’avantage d’un civil pris dans le privé c’est qu’il est déjà compétent et qu’on peut l’utiliser au besoin sans l’avoir comme « charge » pendant 40 ans, la politique du contractuel.
      Il est nécessaire que les armées dégagent des postes pour des civils afin de recentrer les militaires sur des activités essentiellement opérationnelles. Les guéguerres intérieures sur qui va dire à qui d’envoyer tel papier et comment qu’il doit le remplir, que certains militaires pensent qu’il n’y a que des supérieurs militaires qui peuvent leur dire de faire des choses, passons.

      • Jm dit :

        Vous oubliez un petit, tout petit détail :  » oui il est normal ….. qu’il y ait des subordonnées militaires ou civils ne change rien, il n’est pas le chef d’un groupe de combat ou celui qui planifie des opérations militaires, faut savoir faire la différence.  »
        Le détail, c »est que le fait d’être le chef de militaires implique que le civil les note et impacte directement leur carrière.
        Ainsi un civil peut noter négativement un militaire sans que quiconque trouve à y redire.
        A contrario, un militaire ne peut noter négativement un civil, c’est interdit, et comble du comble, un civil noté zéro, doit être noté une seconde fois dans l’année.
        C’est pourquoi un civil progresse toujours, même s’il est incompétent et ça, jusqu’à la fin de …sa vie active.
        Un militaire incompétent est…arrêté dans sa carrière et viré à la fin de son contrat
        Alors moi, je veux bien tout ce qu’on veut, mais quand il y a deux poids deux mesures, à un moment, ça coince.
        Alors, si vous voulez être civil dans les armées, adoptez les mêmes règles.
        Ou alors, allez dans le civil.
        Mais peut-être qu’il y a un intérêt à rester chez nous……
        Parce que si on va au bout de votre raisonnement, celui de dire que les militaires sont là pour faire la guerre, ce qui est faut, au départ, ce serait plutôt pour l’éviter, et que les civils sont là pour assurer les bases arrière, interdisons les syndicats au sein de ministère de la Défense, parce que si notre base arrière se met en grève on fait quoi.
        Vous doutez : souvenez-vous Daguet 1 et la Base navale de Toulon, entre autre.
        Souvenez-vous la grève des contrôleurs aériens
        Plus récemment en 1995 contre…tiens, tiens, tiens, la réforme des régimes spéciaux sorties du chapeau par Monsieur Fillon !!
        Là, on vous a vu.
        Par contre, quand ça n’impacte que les militaires, on ne vous voit jamais les défendre au sein de l’institution.
        Je vous mets au défi de trouver une action de personnels civils déclenchée pour sauvegarder un intérêt au profit des militaires.
        Et ce n’est pas la peine de me sortir le couplet sur le fait que si vous faites grève, c’est pour tout le monde, non, si vous faites grève, c’est uniquement pour défendre votre pré carré.

        • Polymères dit :

          Vous pensez parler au représentant des civils de la défense en évoquant toujours « vous »?
          Le civil qui a des subordonnés, notera ses subordonnés, oui c’est vrai, mais vous savez comme moi que c’est le CDU qui pose le point final. Donc sauf à penser que le chef d’unité fait mal son travail, qu’il approuve par « pression » l’avis « négatif » du civil à ses subordonnés, c’est donner un peu trop de poids sur leur « pouvoir », car s’il y a une réelle injustice, l’armée reste peut-être la grande muette, mais à l’intérieur le bouche à oreille existe et le militaire peut se plaindre, peut contester sa notation et si vous ne l’avez jamais vu, moi je l’ai déjà vu.
          Mais ce que vous ne mentionnez pas, c’est que la grande majorité des civils font tout l’inverse de ce que vous critiquez, ils notent bien leurs subordonnés et il faut vraiment que ces derniers soient à chier, à jeter, pour que ce ne soit pas le cas, mais cette réalité est globale, même entre militaires.
          En réalité beaucoup de choses est une affaire de bonne entente, civils comme militaires, vous avez un adjudant chef d’atelier avec qui vous vous êtes pris la tête, vous subirez, même si vous êtes très bon. C’est injuste, oui, la vie est pleine d’injustice et parfois il faut savoir « comprendre » le système pour ne pas devenir une victime. Le civil de la défense comme l’ouvrier, travail dans un environnement ou quand tout va bien, tout se passe bien, mais si on lance des plans de restructurations et autres, naturellement il va se lever, ils ne font pas grève par envie, c’est parce que le gouvernement en place fait des mesures régressives et personnes dans la vie ne veut régresser, même les militaires veulent évoluer, veulent gagner plus, c’est juste que le contexte est particulier

          Ici je vois une personne aigri des civils et vous ne faîtes que représenter votre propre vécu et vous imaginez que c’est ainsi partout? c’est faux.

          Le « chef » militaire d’un civil, notera le civil et il ne va pas avoir une bonne note juste parce qu’il est civil. J’en ai vu de très mal noté et c’était mérité.
          Pour les militaires, la note de sport joue énormément, vous pouvez être très mauvais en tout, mais bon en sport, ça compensera, vous pouvez être un excellent militaire mais mauvais en sport, vous serez mal noté. Ce barème là, le civil ne décide pas et ça peut aussi être une sorte d’injustice pour les militaires, ou très vite on a l’impression que le bon militaire c’est le bon sportif.

          Vous en connaissez beaucoup de militaires qui se font virer à la fin de leur contrat? Moi non, là encore vous avez vos références, j’ai les miennes et c’est la raison de mon opposition.
          J’ai connus et je connais des civils qui ne sont pas ceux que vous décrivez.

          Vous critiquez le civil qui pense qu’à lui en faisant le parallèle à la « carrière » des militaires. Tout le monde pense à soit et ce n’est pas parce que le civil jouit d’une certaine assurance dans son emploi que vous devez en faire des égoïstes qui ne pensent qu’à eux, car au fond, vous vous battez pour que les militaires bénéficient de la même chose et vous savez que la particularité du militaire rend cela impossible, alors pour vous la « justice » c’est de traiter les autres de la même manière.
          Non visiblement vous ne comprenez toujours pas qu’être militaire n’est pas un job comme un autre (qu’il y a un devoir de réserve et des contraintes) et que les civils à la défense défendent leurs têtes comme l’ouvrier défend la sienne dans son usine. Vous faîtes comme si ce serait scandaleux de défendre ses acquis, de défendre ses intérêts, mais non, c’est totalement logique comme comportement, il n’y a rien à détester, ceux qui ont des régimes spéciaux de retraites et qui vont manifester, c’est normal, il n’y a que ceux qui ne sont pas dans un tel régime qui diront « pensez aux autres ». C’est pareil pour tout, on veut recevoir, jamais donner et on dira toujours qu’avant soit, il faut que d’autres passent avant…
          Vous ne connaissez pas autre chose que le monde militaire pour être offusqué de ce genre de choses.

          La mauvaise foi est de faire croire qu’on pense aux autres, qu’on défend les autres alors qu’en réalité on le fait pour soit. Les civils ne défendent pas les militaires, mais me direz vous que les militaires vont défendre les civils? Voyez les réductions de postes ces dernières années et soyez surpris du nombre de civils qui sont partis. Constatez que l’armée recrute bien moins de fonctionnaires et d’ouvriers d’état qu’il n’y en a qui partent, que désormais le mot d’ordre c’est le prestataire privé et le contractuel.
          Et je le redis, la plupart des civils sont d’anciens militaires, en particulier dans l’armée de terre, après reconversion et ils ne sont pas indifférent à leurs collègues militaires.

          Par contre faire croire que le militaire est là pour « éviter » la guerre, c’est du grand n’importe quoi. Une armée c’est fait pour faire la guerre et la paix se gagne par la diplomatie ou en gagnant la guerre. Les armées ne sont aucunement là pour faire de la décoration ou passer le balai en caserne, on ne maintient pas une armée, on ne lève pas une armée pour avoir du chiffre sur le papier, qu’un militaire ne le comprenne pas, c’est qu’il y a un sérieux problème idéologique, qui n’est pas forcément que de sa faute, mais aussi du contexte sociopolitique pour qui l’armée perd de sens et conduit à lui faire perdre en intérêt.

  6. SLEGUE dit :

    30% des membres de la DRM sont civils (source : audition du directeur de la DRM par la commission de la DN de l’assemblée nationale en mars 2018).

  7. vrai_chasseur dit :

    Peut-être faudrait-il regarder la question effectifs civils / effectifs militaires avec des yeux neufs au sein du renseignement français.
    Outre la compétence, dont la rareté dans certains domaines fait qu’être civil ou militaire devient secondaire, c’est plus d’autres qualités humaines qu’il faut regarder. Le sens de servir la patrie, le leadership, l’esprit d’initiative, l’écoute des autres, toutes ces qualités peuvent s’exprimer aussi bien avec ou sans uniforme.

    Si on prend l’exemple du MI6 anglais, la majorité de ses agents sont des civils. Ils sont recrutés sur des critères culturels, de qualités humaines, de compétences pointues. Pour accomplir certaines tâches clandestines, (action directe sous supervision MI6 ou accompagnement de ses agents sur le terrain), Il faut bien évidemment des compétences ‘militaires’. Le MI6 puise alors à discrétion dans une liste d’opérateurs sélectionnés des FS britanniques, essentiellement au sein du 22 SAS, du SBS et du SRR le Special Reconnaissance Regiment (cette liste d’opérateurs a fuité dans la presse anglaise sous le sobriquet de ‘E-Squadron’ lors de l’opération en Libye conjointe avec la FRance, en 2011). Ces opérateurs sont spécialement formés à travailler avec le MI6 et ses procédures. Et notamment, acceptent d’être ‘deniable’ (désavoué par le gouvernement) en cas d’insuccès de leur opération. L’équivalent en France de ces opérateurs serait le SA de la DGSE sauf que….ces militaires anglais ne font pas partie du MI6.
    Les passerelles existent : un agent civil qui a excellé dans son cursus de formation paramilitaire terrain au MI6 peut très bien devenir militaire au sein des FS, voire pousuivre une carrière au sein de la British Army. Et un opérateur militaire peut tout aussi bien rejoindre le MI6 et sera alors sous statut civil, sans perte de son ancienneté militaire.
    Avec quasiment que des civils, le MI6 n’est pas le plus mauvais des services de renseignements. IL compte même parmi les meilleurs. Simplement, son articulation institutionnelle avec le monde militaire (UKSF) est différente, et sans doute plus pragmatique.
    je ne dis pas que la DGSE devrait suivre l’exemple d’organisation du MI6 – mais à méditer cependant.

  8. Techone dit :

    À trop mal traiter les sous-officiers ont fini par tarir le recrutement. Seul compte vraiment les catégories À et les officiers.

  9. Jm dit :

    « Et enfin, ne vous interdisez pas de penser que parmi ces civils, certains prouvent une valeur de commandements qui soit a la hauteur de l’idéal commun (civil et mili) : servir. »
    « Certains »….ce qui serait bien, c’est que cela devrait être….tous.
    Et quant à l’idéal commun, à savoir servir, c’est bien ce que j’ai écrit ; il fallait faire comme nous, s’engager pour aller au bout de ses convictions, et non avoir le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière, la crèmerie, mais pas les emmerdements qui vont avec.
    « Et parmi ces civils, certains deviennent réservistes ». Mais bien sûr, comme ça, ils mangent à tous les râteliers, et surtout gratis. (Réserviste égal non imposable), L’idéal, comme on le voit actuellement, c’est d’être réserviste sur le même poste qu’on occupe en activité, comme ça on est payé en congé pendant sa période de réserve, et on est payé sans imposition durant la même période de réserve. Payé deux fois sur le même poste : elle n’est pas belle la vie ????
    Cherchez bien, mais pas trop loin, ce n’est pas difficile à trouver.
    J’en connais même qui, quand ils font une période de réserve de 10 jours, font en fait 10 fois une journée, comme ça ils se font payer 10 aller-retour domicile-travail. Et comme à l’issue, ils reprennent leur fonction et que ce sont eux qui contrôlent….je vous fais un dessin ?
    Désolé de vous avoir agacé, mais mon propos n’a rien à voir avec « salaud » de civil contre « gentils » les militaires. La proportion d’incompétents (pas d’autres mots plus insultants) est la même partout, la différence, c’est que quand un militaire est incompétent, on le vire à la fin de son contrat, quand un civil est incompétent, on le vire….à la retraite !!!
    Faisons pour les civils comme pour les militaires, des contrats de 5 ans : ha oui, c’est vrai c’est interdit par le statut, la loi et les syndicats n’en veulent surtout pas, parce que cela leur ferait perdre leur légitimité d’exister, c’est ce qu’ils défendent actuellement face à ce que propose Monsieur Macron, un statut de fonctionnaire intérimaire, tiens comme les militaires, qui sont également des fonctionnaires mais à qui on l’impose. Mais ça, ça ne vous choque pas. Le beurre, l’argent du beurre….
    Dans toutes les grèves des civils de la Défense que j’ai vues, ils ont toujours défendu leur propre intérêt au sein de l’institution ; tout pour ma gueule. C’est ça, la conception de l’armée ? Pas sûr, bien que cette mentalité commence à gagner les rangs de nos militaires.
    Parce que votre propos « ce que j’en retiens c’est qu’ un civil qui commande un militaire c’est pas bien car le civil ne connait pas la vraie vie » ne tient pas : quand on inverse la situation, dès lors qu’un militaire donne un ordre ou commande un civil et que cela ne lui plait pas, d’abord on alerte le syndicat, puis on fait remonter vers les chefs en direct par les deux voies (syndicat et intéressé) et il se passe un phénomène que tout militaire en conflit avec un civil a connu : le militaire est muté (pas d’emmerde…) et le civil fanfaronne en claironnant que c’est n’est pas un petit lieutenant-colonel de province qui va me faire chie…., j’en ai cassé d’autres. Et je vais abonder un peu dans votre sens, c’est encore pire quand le civil en question est un ancien militaire qui a réussi sa reconversion au sein de l’institution, et qu’il se retrouve dans le même environnement que sous son ancien statut.
    Quand c’est le contraire, la réaction est plus rapide. Dès lors qu’un militaire reçoit un ordre d’un civil, et que cela ne lui sied pas et qu’il en fait part hiérarchiquement, il se passe la chose suivante ; le grand chef tranche par la phrase connue de tous ; c’est lui le chef vous exécutez ou je vous mute. Effectivement, c’est plus rapide.
    Vous voulez être civils dans la défense, c’est bien, mais vous n’avez pas répondu à ce que j’ai demandé, à savoir que penseriez vous si des militaires occupaient des fonctions de civils dans des entreprises ou des institutions ? « Pour répondre à cela l’introduction de civils aux armées, y compris dans les opérations est probablement la réponse la plus sensée en termes de compétences » Ben voyons !!!
    Je prends le cas de l’armée de l’air, ce que je connais le mieux. La plupart de mes camarades sont comme moi, titulaires d’au moins un M2, voire plusieurs, et nos recrutements se font sur les bases de MPSI, PCSI, PSI, etc. et tout cela nous l’avons acquis dans les mêmes écoles avec les mêmes cursus que vous, puisque les professeurs et l’institution et les facs sont les mêmes. Nous avons les mêmes connaissances, le même savoir que nos camarades civils : la seule chose que nous n’avons pas en commun, c’est l’historique, parce que nous, nous sommes mutés tous les 3 ans, alors que le civil vit dans le confort d’une affectation à vie. Parce que ça aussi vous oubliez de l’écrire !!!!!! le beurre, l’argent du beurre…..
    Alors à compétences égales, vous ne répondez toujours pas à ma question ; pourquoi pas de militaires occupant des postes au sein d’établissement civil ? Parce que vous ne supporteriez pas en qualité de civil, d’être commandé dans votre entreprise par un militaire, tout simplement, cela vous paraîtrait incongru.
    Supportez que je puisse imaginer l’inverse.
    En fait, l’Etat impose des civils dans la Défense, parce qu’il ne veut pas que cette institution soit uniquement militaro-centrée, ce qui pourrait être potentiellement dangereux. (cela a été déjà vu par le passé)
    Ainsi, l’armée avec ce garde fou que sont les civils, devient un instrument du pouvoir qui peut être contrôlé et permet de contrôler, un élément régulateur de la vie politique et un élément régulateur de la vie professionnelle.
    Jean Meynaud le disait dès 1961. Rien n’a bien changé.

    • civil dit :

      @JM
      Sur le commandement civil/militaire vous voulez avoir raison comme un vieil adjudant chef de mauvaise foi qui ne se remettra plus en question. ( je suis sûr que vous en avez au moins trois ou quatre en tête) Soit. Je remarque quand même un soupçon de paranoïa concernant ce rôle du civil régulateur d’une armée potentiellement dangereuse si trop militaire. Hé ouais, mais fallait pas tenter l’OAS non plus! (je plaisante)
      Je ne vous répondrais que sur la question de la réserve : les réservistes vont en très grande majorité à deux organismes ( je vous laisse vous renseigner) qui envoient en opex à tour de bras. Donc oui ils servent et vont au contact. Je vous assure que vos dix jours *2 ne pèsent pas lourd dans leur considération, même si oui, comme tout système, celui de la réserve est aussi détourné pour des considérations financières. C’est probablement d’ailleurs un autre problème que celui des relations civils/militaires, mais je rappelle seulement que parmi les réservistes, très majoritaires sont des anciens militaires à qui il ne vous viendrait jamais à l’esprit de leur faire ce procès d’intention: pourtant nombre d’entre eux s’y connaissent en crémières.
      Deuxième remarque: les profils d’officiers sont particulièrement recherchés pas les entreprises civils. Sauriez vous expliquer pourquoi?
      Le reste, le commandement, c’est d’abord une affaire d’homme.

      • Jm dit :

        Et voilà, comme d’habitude, le militaire a tort de penser ce qu’il pense, et le civil a raison de dire ce qu’il dit.
        Mais vous êtes quoi dans cette institution pour critiquer les militaires : que savez vous de leurs métiers, des contraintes, des difficultés ? Vous n’en connaissez que ce que l’on a bien voulu vous dire, mais avez-vous vécu loin de chez vous, au milieu de nulle part, pendant 6 mois, dans le sable ou dans la neige, avec le minimum de confort, avez-vous vécu les heures d’entraînements tout temps tout lieu ? Non, et dans cette institution, vous nous expliquez tout et nous donnez des leçons à tours de bras ?
        Je confirme ; vous ne répondez TOUJOURS pas à mes interrogations, mais par contre, pour défendre votre pré carré, en incriminant des militaires qui sont soi-disant tout autant fautifs, il n’y a pas de souci et il y a du monde.
        Alors en matière de mauvaise foi…
        Et c’est cela que l’on vous reproche : vous, civils dans la Défense, vous avez toujours raison dans une institution où vous exercez un emploi et non un métier, qui vous accueille parce que personne ne vous a voulu à l’extérieur.
        Et pour ce qui est des officiers qui partent, je vais vous donner un exemple pas très vieux, il date de vendredi 29 novembre 2019.
        Deux cadres d’une base aérienne, un commandant et un civil cadre A se sont présentés pour une embauche à un emploi civil dans une société civile totalement étrangère à la Défense.
        A équivalence égale, le patron a embauché le commandant car, comme il m’a dit, cet officier a une vision « open » sur l’avenir et le devenir de sa société, alors que le civil est arrivé avec ses arguments pour expliquer comment développer cette entreprise qu’il ne connait pas. Et il a ajouté, l’officier m’a d’abord parlé de l’intérêt du poste, de l’objectif assigné et de ce que ses compétences pourraient apporter, alors que le civil a initié l’entretien par les conditions et l’environnement au sein de l’entreprise, et son évolution dans le département technique au sein duquel il pourrait être embauché.
        Voilà ce qui nous différencie au sein de notre institution ; nous nous sommes engagés pour une mission, vous vous fait embaucher pour des raisons personnelles.
        Quant à l’état d’esprit d’un vieil adjudant-chef, j’espère qu’un jour, je pourrais vous mettre derrière et vous faire découvrir notre beau métier, pas en version Chevaliers du Ciel, mais comme on le vit en temps de guerre, ou portez-vous volontaire pour aller passer 6 mois au Mali, avec nos camarades au sol. Après, vous pourrez nous donner les leçons, nous expliquer, et on vous écoutera. Dans l’immédiat, vous êtes des fonctionnaires qui font le même métier que dans la fonction publique civile où vous n’avez pas été pris, avec les mêmes horaires, la même mentalité, avec l’amabilité d’un grinchon (mélange de grincheux et de grognon) quand vous leur demandez quelque chose à 11h30, à quelques minutes du sacro saint repas de midi, ou à 15h45, et surtout avec cette mentalité des vieux curés ; fais ce que je dis, pas ce que je fais.
        Et c’est ce que vous faites ; vous m’expliquez un métier que vous n’exercez pas.
        C’est exactement ce que font les civils dans la Défense ; ils nous expliquent comment il faut faire ce qu’ils ne savent pas faire : défendre la Nation….jusqu’au bout.

    • Ah Ca! dit :

      Je comprend tout à fait vos douleurs cependant votre formation ne comprenait il pas une composante piège ? Dans ce cas piégez donc le civil comme vous le feriez avec une cible. Basta pour le civil qui fait chier.
      Ne faisant pas parti de votre maison et si ma mémoire est correcte, il m’est toutefois arrivé d’avoir observé des membres du Service Athlétique se comporter comme de bons fonctionnaires de base du type, petites colères pour rentrer à noël en France, idem pour les grandes vacances. Au point qu’il m’était arrivé de me demander s’ils étaient bien du Service Athlétique ou des civil.. Cependant leurs parcours ne laissaient point de doute. Je vous avouerai d’en être resté un tant soit peu pantois…
      Nonobstant le sujet de l’article, je pense que les problèmes que vous évoquez peuvent être réglés de différentes manières y compris utilisant les atouts et outils propres à votre métier. C’est vrai que du coté propagande les services Français ont quelques carences.
      Aussi, je pense que vrai chasseur à mis le doigts sur un argument qui devrait être approfondi…. Par exemple lorsque en cas de bourre comment incorporer des militaires qui ne soient pas passés par la sélection mais à la manière des Roast Beefs.

  10. Jeu de l'oie dit :

    C’est à cause de Charlie Hebdo que les civiles ne s’intéressent plus à la défense! MDR En tout cas on a bien compris que nos plus fameux traitres sont aux pouvoirs, et que la corruption a définitivement démonté notre pays, qui est aujourd’hui en lambeaux, humainement et économiquement. On ne construit pas un peuple performant avec des Hanouna, des Bernard Montiel, des BHL, des Fillon, des Cahuzac, ou des Johnny. Les chiens ne font pas des chats, mais un Pavarotti reste un Pavarotti, comme quoi la vrai performance trouve toujours son unanimité international!… Les français ont été pacifié par 60 ans de mongoleries télévisuel, et rien ne pourra plus empêcher cette décadence de sombrer vers les tréfonds de la bêtise humaine, du grand n’importe quoi où les intégristes musulmans et juifs s’engouffrent en toute quiétude. Alstom, c’était la faute à pas de chance, mais ça continue avec la FdJ, ADP, et tous nos bijoux de familles offerts aux émirs depuis la crise de 1975. Alors si la DGSE veut être un jours crédible, il lui faudra envoyer les commandos dans nos banques, dans les réunion secrète de Bildeberg, les lobbys qui s’arrogent les lois, les diasporas religieuses, ou alors qu’elle se taise à jamais, afin d’éviter d’avoir l’air aussi médiocre en rêvant d’une efficacité et d’une intégrité britannique, qu’elle ne pourra jamais avoir dans cette 5e république en fin de vie. Surtout avec des élus aussi corrompus jusqu’à la moelle, et prêt à tirer sur les français pour protéger le pactole qu’ils ont amassé toutes ces années. La réforme des retraites est une régression total, tandis que la France bat son records de dividendes versés aux actionnaires, révélant une fuite en avant. Avant une crise économique grave qui s’annonce pour 2020, selon bon nombre de spécialistes, mais écoutez nos journaux télés, écoutez le niveau à chier des commentateurs, soit du gauchisme, soit du fascisme, soit du mythos du gouvernement, et jamais de sagesse, de sérénité, de flegme, de recul, de circonspection, d’analyse froide et sans préjugé, nan que de la merde en barre! Dans ces circonstances, on peut au mieux cacher le cadavre France sous un tas de feuilles, mais pour combien de temps encore… On pourra toujours se consoler avec un pot de rillettes en chantant avec Nagui. L’homme français transformé en ménagère de plus de 50 ans, plus aucun programme viril et imaginatif, juste un abrutissement, perpétuel, un carcan que tout le monde voit, mais que tout le monde ne veut pas admettre, choisissant la facilité à la subtilité, la lâcheté à la courageuse détermination. Juste un conseil, relisez « La guerre des Gaules » de Jules César, on y découvre déjà un peuple empâté dans ses mesquineries…