CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le drone européen MALE RPAS coûterait 30% plus cher que le prix attendu par le ministère des Armées

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Scipion dit :

    Une fois de plus c’est l’Allemagne qui pose problème.

    • NRJ dit :

      @Scipion
      Je vous rappelle que l’Allemagne toute seule ne peut rien faire. Elle a 31% (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/drone-male-l-allemagne-sera-le-leader-du-programme-europeen-513982.html) tandis que France-Espagne-Italie ont 25%. Donc il faut qu’ils soient au moins 2 pour imposer certains choix comme la double motorisation. C’est un contre-pouvoir.

      Par ailleurs est il si absurde d’avoir une double motorisation ? Ça fait un drone plus gros avec plus de capacités, notamment dans le renseignement électromagnétique ce dont n’est pas doté le Reaper. On pourrait envisager d’y installer également à terme ses capacités de brouillage pour assurer des capacités SEAD permanentes. Bref avec l’évolution du SCAF on pourrait avoir besoin d’un drone différent que simplement une pâle copie du Reaper avec 15 ans de retard.

      • FredericA dit :

        @NRJ : Je suis d’accord avec vos arguments quant à la double motorisation.
        .
        Je suis moins d’accord avec votre remarque sur la « pale copie du Reaper avec 15 ans de retard ». D’une part, il n’y aucune honte a entrer sur un marché avec du retard (sinon les Airbus n’auraient jamais volés !). D’autre part, il me semble que le RPAS se positionne sur un marché intermédiaire, et ce, alors que le plupart des nations Européennes sont dotés de Reaper. Il me semblait donc plus pertinent de remplacer ces derniers. De fait, le RPAS semble inventer une nouvelle classe de drone… qui ne semble correspondre à aucune demande du marché.

        • NRJ dit :

          @FredericA
          Certes il n’y a aucune honte. Mais si un drone bimoteur plus lourd a une possibilité de trouver un marché export, un drone Reaper européanisé n’a aucune chance. Le marché est saturé entre les américains, les israéliens et les chinois. Et 15 ans de retard leur donne 15 ans d’avance niveau développement et capacités de l’appareil.
          Je suppose que l’idée est aussi d’utiliser au mieux les capacités du bimoteur, puisqu’on doit en faire un.

          • R2D2 dit :

            Cette année Leonardo a lancé le Falco Xplorer: 350 kg de charge utile, liaison satellitaire, 24h d’endurance. ITAR free.
            Bref le reaper n’est pas aussi incontournable qu’il l’a été il y a encore pas si longtemps.

    • jean dit :

      En matière de défense, il nous faut travailler seuls. Nous sommes capable d’excellence et nous pouvons nous en donner les moyens.
      Cette affaire de coopération se fait à notre détriment. Nous avons bien d’autres choses à faire. La question à se poser est: avons nous besoin de cet équipement pour des raisons stratégiques ? Si la réponse est oui, il faut le faire seuls.

      • NRJ dit :

        @jean
        On peut malheureusement pas faire les programmes de Défense tout seuls. La difficulté n’est pas tant technique et technologique que financière. On ne peut simplement pas développer et produire en quantité suffisante des hélicoptères d’attaque, des hélicoptères de transport, des avions de chasse et transport, des drones, etc…

        Le dernier programme de grande ampleur qu’on a fait en solo est le Rafale. Quand on l’analyse on se rend compte que les promesses tant du côté des industriels (niveau surcoût set retards) que du côté de l’État (réduction de commandes) ont été très limités. Résultat : le programme a failli être arrêté en 2015, puisque l’Etat ne pouvait plus s’acheter les avions. Sans les commandes miraculeuses d’Égypte et du Qatar (et ce serait presque un miracle puisque l’avion n’avait jamais réussi à se vendre jusque là), le programme était arrêté, ce qui en aurait fait l’un des plus gros fiasco militaro industriel français et aurait durablement affaibli notre industrie aéronautique de Défense.
        Par ailleurs je vous rappelle qu’on est à 3% de déficit, et une dette à 100% du pib. Sans action rapide, et s’il y a un retournement demain, on sera en faillite budgétaire comme la Grèce en 2010. C’est à prendre en compte quand même…

    • John dit :

      Quand il est possible d’attaquer l’Allemagne, tout le monde s’y met…
      Sauf qu’en face, les autres ont dû accepter.
      Et les 2 réacteurs ont un intérêt opérationnel certain. Quand certains ici pensent qu’une guerre civile est possible en France d’ici peu, ce genre de drones gagnera en intérêt. Quand un G7/8, une conférence internationale, ou la visite d’un président, il sera possible de surveiller les mouvements au sol depuis une certaine altitude. Avec un seul moteur, bien plus difficile de le faire en sécurité…

      Ensuite, la France, même seule de son côté n’est absolument pas exemplaire non plus. Elle fait mieux certes. Mais prenons le Rafale… Certains parlent d’un programme dont les coûts n’ont pas tant monté que ça… C’est vrai si on se concentre sur le programme. Mais si on regarde le coût unitaire, les coûts du programme ont bel et bien explosé !
      – 2004: €40.7 Milliards, 286 Rafale
      – 2014: €43.56 milliards, 286 Rafale
      – 2017: €46.75 milliards, 286 Rafale
      -la réduction des commandes de 286 à 225 est estimée à 5 milliards d’euros (6 milliards d’achat, mais 1 milliards de rentrées TVA en moins, donc un solde de 5 milliards.
      Donc €41.75, 225
      Donc: 40 milliards / 286 : 140.9 millions unitaires
      Et 41 milliards /225: 182 millions unitaires
      Ça nous fait déjà 30% d’augmentation. Et si on s’amuse à calculer cette valeur en prenant en compte l’augmentation du coût du programme, alors ce coût devrait encore augmenter. On est donc dans le même ordre de grandeur pour un programme franco-français.

    • FredericA dit :

      @Scipion : euh… vous avez lu l’article en entier ? C’est l’ensemble des pays demandeurs qui posent problème et pas uniquement l’Allemagne.

  2. revnonausujai dit :

    démonstration par l’absurde: se référer aux succès anciens ( transall, alphajet,..) est totalement à côté de la plaque.Depuis que les krauts sont redevenus arrogants, égoistes et dominateurs, les collaborations avec eux sont ce qu’elles étaient il y a 3/4 de siècle, ein Herrenvolk und Sklaven.

  3. batgames dit :

    mais non ,le prix vous le fixez parce que des types qui les créer sont payé trop cher ….
    attendez que la dictature arrive en France ,vous allez voir vous travaillerez pour la gloire de la Nation à petit prix …
    c’est moi qui vous l’dit bandes de p’tits salopards des salons VIP …
    général aunomdedieu

  4. Fralipolipi dit :

    L’émotion nationale de la perte hier-soir de 13 hommes au combat, suite à collision en vol de 2 de nos hélicos engagés dans la manœuvre, devrait clairement indiquer que l’industrie et l’usage du drone est d’une importance rare.
    .
    Aussi, alors que nous savons très bien que notre BITD a des lacunes monstre en la matière, et que nos armées n’en sont malheureusement qu’au stade des balbutiements, mais permettant déjà de valider l’intérêt premier de tels drones aériens,
    .
    à ce moment là, il n’est plus temps de bloquer sur +30%. Il faut aller de l’avant, et s’équiper en nombre d’un tel outils, et prévoyant dès le départ une polyvalence maximale : tant dans la veille aérienne, qu’au combat avec emport et tir de différentes armes.
    .
    Alors évidemment, chacun va vouloir son missile anti-char ou sa propre roquette guidée laser … et c’est sans doute là un des facteurs qui va faire exploser le prix de revient (par multiplication des frais d’intégration).
    Mais à la fin, y-en a marre de tourner autour du pot et de perdre des dizaines d’années.
    .
    Prenons nos responsabilités. Commandons ces engins et les équipements/armements associés en nombre,
    et faisons au plus tôt planer la mort en permanence au dessus des têtes de nos pires ennemis … en minimisant et sécurisant ainsi l’engagement rapproché de nos soldats.

  5. Wagdoox dit :

    Voilà voilà. Et certains ici continueront de nous dire que le ngf avec les allemands nous coûtera moins cher …

    • NRJ dit :

      @Wagdox
      On visait un coût de l’Euromale de 1 milliard d’euros (soit grosso modo 4 milliards en tout car on est 4 partenaires du programme). Finalement on serait plutôt à 2 milliards. Donc ça reste un peu moins de 2 fois moins cher que si on le faisait seul (puisque si on développait un programme seul, on achèterait moins de systèmes). Ça reste rentable financièrement pour l’instant, la question étant alors celle de la rentabilité opérationnelle : est ce qu’il n’est pas préférable de payer plus cher mais avoir un drone répondant plus à nos besoins ?

      Après le fait de faire un programme en coopération n’implique pas miraculeusement une baisse des coûts. Mais ça le permet. Fort heureusement le SCAF semble bénéficier des leçons de l’Eurofighter: un maître d’oeuvre pour le NGF, un pays leader sur le cahier des charges, une volonté des entreprises de collaborer. On ne peut pas prédire le futur, mais le SCAF semble réunir les conditions favorables (traditionnellement difficile à avoir justement) pour une réussite de la coopération.

    • Nico St-jean dit :

      Wagdoox .. Oubli ton chauvinisme 30 seconde et sois rationnel. On ne parle pas d’un Rafale qui par ailleurs, était presque « trop gros » pour la France seul. On parle d’un appareil de 6e gen, un système de système qui doit être alimenté par un moteur à 3e flux d’air adaptatif et Safran est de loin en retard la dessus par rapport à P&W, GE et RR. Bref, un parle d’un programme qui coûtera minimum le double des 47 milliards d’Euros du programme Rafale.
      .
      Si la France ne veux pas se retrouvez avec maximum 120 NGF à 180 millions EUR pièces invendables parce que produit à 8 exemplaires par ans et avec une MCO catastrophique comme actuellement avec le Rafale parce que la France n’à ni les moyens pour les crédits, ni le nombre d’appareils pour un bon stock de pièces, bah vas-y, fais le tout seul ton NGF. Mais dans les faits, il faut un partenaire.
      .
      Le Meilleurs partenaire aurait été de LOIN les Britanniques mais cet imbécile de Macron avec sa Parly ont tout fait foiré sous prétexte du « F-35 » alors que les British n’ont aucuns problèmes à jumeler les deux à savoir F-35 + appareil européen. ITAR, tout les européens n’en n’ont rien à battre hormis la France car elle en est la seul victime au niveau militaire en quoi ? 50 ans ? probablement du fait d’un président qui sera dans les 5 pires présidents de l’histoires des USA […] et qui ne durera pas éternellement.
      .
      M’enfin bref, vous êtes pris avec les Allemands maintenant et cela comporte 1 avantage et 1 désavantage. Le premier est qu’ils ont beaucoup d’argent. Le deuxième est qu’ils ont une très faible culture militaire en comparaison avec la France et le UK. Exploitez l’avantage, enterrez le désavantage et pour cela, il faut jouer de politique. Ça c’est le bouleau de Macron. Good luck. Mais SI cela réussi avec les allemands : minimum 550 appareils *d’un-seul-coup-de-départ* en comptant l’Espagne donc prix d’achat bas au commencement + poids diplomatique d’export dès le départ + beaucoup d’emplois en France dès le départ et j’en passe. Et tout cela, les Britanniques viennent déjà de le réalisé avec le Tempest qui sera certainement un excellent appareil de 6e gen à venir.

      • NRJ dit :

        @Nico St Jean
        « Le Meilleurs partenaire aurait été de LOIN les Britanniques « . Clairement non. D’une part pour des raisons industrielles : si Airbus et Dassault se sont arrangés pour que Airbus ait le « système de systèmes » et Dassault le NGF, une coopération franco-britannique aurait vu Thales faire le système et Dassault et BAE s’affronter pour le NGF. D’autre part les anglais veulent un avion de supériorité comme le F-22 ou le F-15 là où nous voulons un l’équivalent du F-18SH ou du F-35.

        Je vous ferai également remarquer que les anglais sont raides. Ils en sont à choisir entre mettre sous cocon ou sous leasing le Queen Elizabeth ou supprimer 20 000 postes dans la British Army.

        Vous semblez par ailleurs penser que les américains vont accueillir à bras ouvert un cloud concurrent qu’ils ne contrôlent pas en Europe. Ce n’est pas le cas. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les discussions n’ont pas abouti jusqu’à aujourd’hui (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/avion-de-combat-du-futur-l-allemagne-et-la-france-defient-l-hyperpuissance-des-etats-unis-819963.html). A partir de là, si les anglais acceptent de laisser le contrôle de leur connectivité aux USA, ce n’est pas le cas en France ou pour une partie des allemands qui souhaitent conserver une certaine souveraineté.

        La conséquence est simple. On a besoin des américains pour combattre (on est un petit pays avec des moyens limités). Si on fait le SCAF en solo ou avec les anglais, on sera le petit poucet de la négociation face aux américains quand il faudra élaborer des protocoles de communication entre leur cloud et le notre. Si on a un cloud avec les allemands, la négociation sera beaucoup plus équilibrée, puisque nous sommes les 2 premières puissances aériennes européennes et que même les américains auront du mal à se passer de nous dans une alliance (surtout si on fait face aux russes).

        Le Tempest est par ailleurs un avion de 5ème génération. La 6ème génération est caractérisée par la présence de drones autonomes et non-autonomes qui éclairent et appuient les avions de chasse. A partir de là comme le NGF, le Tempest sera avant tout un F-35 amélioré. Par contre le SCAF dans son intégralité sera de 6ème génération (avec toutes les limites du terme Xème génération).

        Par ailleurs vous sous-estimez le mouvement qui a permis à Trump d’être au pouvoir, car il est bien parti pour être réélu. Par ailleurs la réglementations ITAR ne date pas de Trump. Elle a déjà été utilisée par Obama ce qui nous a empêché de livrer 2 satellites aux EAU.

        Je suis d’accord avec vous sur le reste.

  6. Parabellum dit :

    Dassault ne saurait il pas faire seul un engin longue portée ? L Europe ressemble à un piège sans fin et qui fait alourdir les factures ou aboutir à des délais extensibles…il est temps de capitaliser sur notre capacité nationale et nos besoins pour notre flanc sud et Zee• sinon achetons les reaper…ils fonctionnent déjà .le retard peut il se rattraper? Si on veut réagir il faut une urgence comme de Gaulle fit pour la bombe.stop aux rapports sur les drones et construisons les escadrilles reco frappe …

  7. Tristan dit :

    Une double motorisation peut encore se comprendre. Je pense que c’est une erreur mais au moins ce choix comporte des avantages également.
    Si on veut parler de spécification douteuses, quid du SCAF et l’exigence française d’en faire un avion pouvant être opéré à partir d’un PA? Pour la France c’est logique mais pour aucun autre pays c’est une demande qui peut être comprise.
    .
    Ce que je veux dire par là c’est qu’il faut faire des compromis et pas tirer la couverture toujours vers soi au risque d’y perdre au final. Dans ce cas la hausse probable du prix ne vient pas de la double motorisation comme indique l’article:
    « Cela étant, l’écart de prix relatif à l’Eurodrone n’est pas nécaissairement lié aux surspécifications étant donné que, a expliqué le rapporteur, « les éléments demandés par les États ont été intégrés depuis 2017, comme par exemple le choix de la double motorisation. » « 

    • Alpha dit :

      @Tristan
      « Si on veut parler de spécification douteuses, quid du SCAF et l’exigence française d’en faire un avion pouvant être opéré à partir d’un PA? »
      Ben justement, il semblerait que la France ne soit plus seule à vouloir une version navale du SCAF !…
      https://www.avionslegendaires.net/2019/11/actu/pas-de-successeur-en-vue-pour-les-av-8b-harrier-ii-espagnols/
      😉

      • John dit :

        Le point de Tristan, c’est de dire que dans des collaboration, tout le monde a des besoins différents, et qu’il est nécessaire de faire des concessions dans un sens pour en obtenir dans l’autre.
        Les matériels issus de collaboration coûtent plus cher en développement en général, car ils intègrent des spécifications plus complexes. MAIS en terme de coût pour chaque pays, ceux-ci sont plus bas.

        Ensuite, pour le cas du NGF naval, il n’y a que très peu de chance pour qu’il soit le remplaçant du Harrier…
        La Marine espagnole a ses nouveaux porte-aéronefs « Juan Carlos » depuis 2010. A priori, un STOVL semble plus approprié au vu de la longueur et du « Ski jump ».
        A moins que l’Espagne ne veuille collaborer avec la France pour un PA avec catapulte, il n’y a pas trop de chance pour que l’Espagne ait besoin de la version navale du NGF SCAF. Peut-être un drone au mieux…

        • Alpha dit :

          @John
          Merci, j’avais bien compris le point de Tristan, que je ne relève pas par ailleurs dans son ensemble…
          J’apporte juste une précision sur son exemple, qui du coup, ne semble plus forcement approprié au vu des discussions actuelles en Espagne que vous semblez éluder …
          Pour le reste, précision, L’Espagne ne dispose que d’un seul BPE Juan Carlos1, et il n’est pas impossible qu’à l’avenir elle le destine à un usage uniquement porte-hélicoptères, qu’elle le revende, où qu’elle le fasse durer avec ses Harrier II jusqu’à un changement de format, pour un PA CATOBAR qui verrait peut être la construction d’une série franco-allemano-espagnole… voire plus ! Les allemands commencent à penser à cette idée…
          De plus, quel serait l’intérêt d’entretenir une micro-flotte de F-35B coûteuse à l’achat et hors de prix en MCO ? D’autant qu’au passage, l’Ejercito del Aire semble se poser aussi des questions pour le remplacement de ses F/A-18, et ou le F-35 A n’est plus forcement favori malgré le lobbying intense de LM…
          Bref, seul l’avenir nous dira ce qui adviendra de la capacité air de l’Armada, mais visiblement, des voix politiques en Espagne commencent à y penser…

          • John dit :

            C’est sûr qu’aucune certitude n’existe pour le futur espagnol en dehors peut-être du SCAF pour l’Eurofighter.
            Et en effet, rien ne dit qu’un PA CATOBAR ne puisse pas remplacer ce que les Espagnols ont maintenant.
            Mais mon opinion se base sur plusieurs éléments:
            – les problèmes financiers
            – le fait que l’Espagne n’est plus très active militairement
            Donc un PA CATOBAR, même en collaboration me surprendrait. Mais en effet rien d’impossible.

            Ensuite, oui, une micro-flotte de F-35B coûterait bonbon.
            Mais ce type de solution correspond beaucoup plus à leur activité militaire. Et vu le prix d’un nouveau PA, le F-35 resterait bien moins cher.
            Mais tout ça c’est de la spéculation.
            Quoi qu’il en soit, bonne nouvelle, ils ont commandé le PC-21

  8. Aymard de Ledonner dit :

    Il est nécessaire que ce programme aille au bout. Mais je pense que l’un des problèmes des coopérations avec les allemands est le très faible emploi de leurs forces ce qui se traduit nécessairement par un manque de réflexion doctrinaire.
    Une armée qui combat constate en permanence ses forces et ses faiblesses, notamment en ce qui concerne l’équipement. La doctrine est ajustée en permanence de même que les besoins en matériel. Donc les spécifications des nouveaux matériels vont découler directement des retex du terrain.
    Pour une armée qui ne combat pas ou très peu, la doctrine est nécessairement beaucoup plus vaporeuse et les spécifications du matériels deviennent hors-sol.

  9. jcr dit :

    Continuons de faire des projets avec les allemands…Jusqu’au jour où nous nous apercevrons que ceux-ci ont un projet similaire « top secret « , tout prêt à être lancé.

    • FredericA dit :

      @jcr : Par définition, un projet « top secret » n’est pas sur le point d’être lancé.
      .
      Après les études « top secrètes », il faut concevoir et réaliser des démonstrateurs et/ou prototypes (nettement moins secret puisqu’il implique des centaines de personnes) puis préparer l’industrialisation (pas du tout secret… des dizaines de milliers).

  10. ULYSSE dit :

    La double motorisation peut permettre de proposer sur le marché des capacités différentes de celles apportées par un REAPER.
    C’est sans doute le véritable enjeu: ne pas tenter de concurrencer le REAPER qui a pris trop d’avance (1er vol en 2001!), comme le font les drones israéliens, chinois ou turcs. De toutes les façons nous ne pourrons le proposer au même coût en raison de l’effet de série dont il bénéficie. Proposons autre chose qui n’existe pas encore sur le marché. Je crains hélas que nos petits calculs budgétero-comptables nous éloignent de cette logique.

    • Fralipolipi dit :

      D’autant plus que, de part son format, l’EUROMaleRPAS se situera entre les formats d’un Reaper et d’un Hawk, et sera clairement plus gros que le Reaper.
      Il aura sans doute plus d’endurance et de capacité d’emport que ce dernier, et pourra peut-être assurer des missions similaires à celles du Hawk.
      .
      Sachons garder la tête froide, et ne nous endormons pas trop, car nous avons besoin de ces drones au plus vite !!!

      • Posteur dit :

        @ULYSSE. J’ai surtout l’impression que comme d’autres vous tentez de chercher une excuse pour validez le concept de double motorisation qu’on choisit les allemands en pensant que ça va permettre d’ouvrir un nouveau marché à l’export et que les allemands ont pensée à ça en premier.
        Sauf que non,encore une fois,ce choix de double motorisation se base bien sur les besoins allemands,soit la surveillance de leurs territoires et des civils,l’exportation de ce drone,je pense qu’ils s’en foutent un peu et ça peut se ressentir et surtout que ce n’était pas la raison première de leurs choix pour les deux moteurs (l’export) et on ne sait même pas si ils vont les utiliser régulièrement contrairement à nous en Afrique ou avoir deux moteurs,on s’en passera bien,il y a peu de chance qu’on le perde.

        Donc bon sang arrêter de chercher des excuses à tout va pour valider ce programme comme dire qu’on peut ouvrir un nouveau marché à l’export (dont une bonne partie s’en foutent vus qu’apparemment les 4 acheteurs du drone suffiront) ou dire qu’on peut les utiliser sur notre territoire nationale en prévision d’une soit disant guerre civile alors que de simple Sperwer ou Patroller suffiront pour ce genre de cas,en plus d’être moins coûteux et plus nombreux à déployer sachant que les territoires susceptible d’être proie à ce conflit on les connait potentiellement déjà et ils sont souvent concentré dans certaines villes. (post de John)

  11. Olivier Fournier dit :

    Ach ! Sabotage !

  12. Alain Pierre dit :

    Fralipoiipi merci de votre analyse .
    Dommage que la nécessité de drones armés en nombre suffisant ne soit meme pas évoquée par nos média à l’heure de ce drame .
    Politiciens et journaliste forment une drôle de caste complètement déconnectée des réalités .

  13. PeterR dit :

    question de béotien : l’option de droniser un avion de la gamme Falcon qui a déjà une sacrée autonomie pour certains en améliorant les caractéristiques qui vont bien (taille des réservoirs, …) airait-elle un sens ?
    J’ai vu que pour le futur avion de patrouille maritime c’était l’option retenue (je ne parle pas de l’aspect drone pour ce cas de figure)
    Il me semble que Safran est parti d’une base / cellule existante pour son Patroler (base de planeur allemand à l’origine).
    Pas sûr que l’idée de bricoler une cellule peut-être mal adaptée soit une bonne idée et revienne pas plus cher au final mais la question a elle été étudiée ?

    • SCAtastrophe dit :

      @ PeterR
      Les allemands veulent deux moteurs car cela limite le risque de crash. Vu qu’ils veulent s’en servir pour surveiller leur population, donc au-dessus des villes (voir le crash du matériel popov, il n’y a pas longtemps).
      https://www.lefigaro.fr/societes/l-eurodrone-futur-drone-de-surveillance-europeen-vise-un-premier-vol-d-essai-en-2024-20190618

      Adapter un falcon avantagerai trop les entreprises françaises (Dassault, Thales). Ce sont les affaires qui priment et les industriels allemands veulent mettre la main sur le savoir-faire qu’ils n’ont pas encore.

      • PeterR dit :

        Oui, et ?
        Si on prend par exemple le Falcon 2000s :
        https://www.dassault-aviation.com/fr/civil/la-famille-falcon/falcon-2000s/
        C’est un bimoteur. Il est certifié civil. Le fait de le droniser impose une recertif en profondeur, sauf si pour ce type d’application on garde la possibilité de laisser le pilote. J’imagine quand même que le fait qu’une version soit déjà certifié minimiserait grandement l’effort à produire.
        Après les allemands pourraient se voir confier une plus grosse partie sur l’aspect dronisation (équipements de bord, stations sol) histoire de répartir équitablement le marché. Mon propos n’est pas que la France récupère tout le boulot mais d’avoir une solution efficace, rapidement et au meilleur coût. La cellule est surement plus chère mais comme elle existe déjà les NRC devraient être sacrément réduits.
        Le gros pb que je voyais c’est qu’on passe dans la gamme 20T. D’un autre coté ça devrait plaire au allemands qui veulent toujours eine plus gross colassale machine.

        • SCAtastrophe dit :

          Le but de la manœuvre pour les allemands est de mettre entièrement la main sur les secteurs industriels où ils ne sont pas déjà leaders.
          L’efficacité militaire n’est que le prétexte.

          L’hypothèse d’un Falcon dronisé ne leur donnerait pas ce qu’ils veulent réellement.