CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Libye : Après l’Italie, les États-Unis disent avoir perdu un drone dans la région de Tripoli

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

15 contributions

  1. Clavier dit :

    Bientôt on apprendra qu’une certaine puissance experte en cyber-guerre, a mis au point une façon efficace de brouiller les drones ….
    On commencera alors à se demander si finalement il ne serait pas inutile de laisser un humain dans la boucle….

  2. Plusdepognon dit :

    Visiblement écouter du Wagner, ça ne donne pas envie d’envahir que la Pologne… 😉
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/22/la-libye-nouveau-theatre-d-intervention-des-russes_6020074_3212.html

  3. Carin dit :

    Peut-être que les EAU ou les Wagners mettent en batteries un brouilleur suffisamment puissant pour couper les communications d’un drone?? Une fois ce dernier identifié, il suffit de retirer les drones amis, et de balancer la sauce…
    je suis quand même surpris qu’un predator ne soit pas équipé au minimum d’un programme interne qui en cas de coupure des liaisons le ramène à la maison en mode autonome!!! Mode que l’on pourrait couper et reprendre le cours de la mission dès la sortie de la bulle d’interdiction et la reprise des liaisons satellitaires.

  4. Belzébuth dit :

    Les drones décollent de Djibouti ?

  5. Thaurac dit :

    Trop fragile pour le prix, pas de contre mesure, il est aussi facile à descendre qu’un piper face à un refale…

  6. jyb dit :

    Les djihadistes shooté l’ont été dans les environs de mourzouq. çà fait plusieurs mois qu’il n’y a pas eu de dronage en tripolitaine.

  7. MERCATOR dit :

    Quand il y en a plus ya n’a encore, ce n’est que le début d’accord d’accord .

    Published 11 Nov 2019 11:30   Australian Air Force Australian Defence Force Defence & Security

    In a startling statement reported this month, two recent Air Force chiefs assert Australia has made some grave force structure errors. It seems the RAAF needs a new bomber, as the new F-35 Joint Strike Fighter now entering service is inadequate for future strike operations. The chiefs’ intervention raises questions about how this could have happened and, given growing international tensions, how such expensive strategic missteps can be avoided.

    Australia joined the US-led F-35 program in a rush in 2002. There was no tender process or formal evaluation. Nor could there be. The aircraft was still brochure-ware, with delivery schedule and cost unknown, albeit thought to be Australia’s most expensive defence equipment purchase.

    The sudden decision surprised many, as the Howard Government’s 2000 Defence White Paper had set out a comprehensive decision-making process that investigated alternative force structure options, including single-role fighters, multi-role aircraft, long-range missiles, and unmanned aircraft. The rationale behind the unexpected rush to purchase F-35s was explained publicly by the then Air Force chief. Unfortunately, soon after the decision, the F-35 began suffering technical problems, cost growth, and long delays.

    The first two F-35s finally arrived in Australia in late 2018, with the last nine planned for mid-2023. These nine are expected to be the Lot 15 Block 4 version, the fully developed standard broadly envisaged back in 2002. The rest, comprising six different interim-build standards, will then be progressively modernised to this definitive configuration.

    The Lot 15 aircraft has significant hardware and software changes so the complete maintenance and support system, simulators and training centres will also need modernising. This will take time and additional money, but there is no choice. If not modernised, the earlier F-35s – almost all the RAAF’s brand-new fleet – will become hard to maintain or software update, and gradually operationally deficient.

    The nine Lot 15 aircraft arrival will allow the RAAF to declare Final Operational Capability and start wrapping the acquisition project up. Over 20 years, the project has slipped 10 years.

    This delay meant an interim aircraft, the Super Hornet, was necessary. Funding this meant the overall air-combat capability project had the largest cost overrun of any Australian defence acquisition in history, in absolute terms.

    Yet making matters worse, the threat environment evolved.

    In 2017, USAF reviewed its air combat programs and determined that, all things considered, the F-35 would be unable to penetrate defended airspace past 2030. The logic underpinning this formal report was later explained publicly by its lead author. The recent pronouncements by the retired RAAF chiefs are then unsurprising. They consider that the RAAF’s force structure is now passé, being unable to defend “our lines of communication or prevent the lodgment of a hostile power in the Indo-Pacific region.”

    It suddenly seems the Air Force needs major recapitalisation, just as its force structure is being renewed at considerable cost. The retired chiefs are now calling for a “reset”, with significant new spending and possibly acquiring advanced bombers, cruise missiles, and unmanned aircraft – a laundry list reminiscent of the Howard government’s White Paper.

    Before rushing in there are several aspects worth considering.

    Firstly, the F-35 acquisition decision was made independently of considering the overall force structure. Airbase defence illustrates this shortcoming. RAAF focused on acquiring F-35s, rather than on also building a capability to defend the airbases they might operate from. China’s long-range missile attack capabilities now mean that in time of crisis, the RAAF might be ill-advised to deploy F-35s to Southeast Asian airbases. In time, this vulnerability might also apply to Australia’s northern bases. Any “reset” needs to be made cognisant of all pertinent aspects, even if they are difficult ones.

    Secondly, the chiefs consider that “we need to urgently review where we stand”. The F-35 decision was perceived by some as urgent, a perception less obvious in retrospect. There is apparently a review underway that will report on Air Force structures and composition early in 2020. This is a process that needs considerable thought and deliberation. Rushed decision-making today can produce poor results and long delays downstream. A repeat of the F-35 acquisition should be avoided. This review might be headed that way.

    Thirdly, the chiefs blame the Air Force’s parlous state of affairs on changing strategic circumstances that no one could have foreseen. Force structures, though, are acquired for the longer term. The chief’s critique implies the current Defence White Paper process has serious fundamental shortcomings in terms of comprehending the possibility of strategic change.

    Before undertaking an “urgent” review or rushing to buy a new jet, it is essential to address the methodology used when designing the future force. This all sounds pretty dry, but its absence can be seen in the chiefs’ conclusion that Air Force’s brand-new fighter is inadequate. This is potentially operationally disastrous, strategically unacceptable, and a waste of taxpayers’ money.

    There are methodologies well-suited to thinking about future uncertainty. The Defence Minister’s very first review needs to determine which to use. Until then, all future reviews or White Papers will be of doubtful value. The chiefs’ have done the nation a service in highlighting the shortcomings in contemporary Australian strategic thinking – even if they were involved in making it so. Their critique needs acting on.

    Traduction ;
    Dans une déclaration surprenante rapportée ce mois-ci, deux récents chefs de l’armée de l’air ont affirmé que l’Australie avait commis de graves erreurs dans la structure de ses forces. Il semble que la RAAF ait besoin d’un nouveau bombardier, car le nouvel avion d’attaque interarmées F-35 qui entre actuellement en service est inadéquat pour les futures opérations d’attaque. L’intervention des chefs soulève des questions sur la façon dont cela aurait pu se passer et, face aux tensions internationales croissantes, sur la façon d’éviter de tels faux pas stratégiques.

    L’Australie a rapidement rejoint le programme F-35 dirigé par les États-Unis en 2002. Il n’y a pas eu d’appel d’offres ni d’évaluation formelle. Il ne pourrait pas y en avoir. L’avion était toujours une brochure, avec un calendrier de livraison et un coût inconnus, bien qu’il soit considéré comme l’achat d’équipement de défense le plus coûteux en Australie.

    Cette décision soudaine a surpris beaucoup de monde, le Livre blanc sur la défense publié par le gouvernement Howard en 2000 prévoyant un processus décisionnel exhaustif qui examinait diverses options en matière de structure de la force, notamment des avions de combat à rôle unique, des avions à rôles multiples, des missiles à longue portée et des avions sans pilote. Le chef de l’armée de l’air de l’époque avait expliqué publiquement la raison de la précipitation inattendue d’acheter des F-35. Malheureusement, peu après la décision, le F-35 a commencé à souffrir de problèmes techniques, d’une croissance des coûts et de longs retards.

    Les deux premiers F-35 sont finalement arrivés en Australie à la fin de 2018, les neuf derniers étant prévus pour le milieu de 2023. Ces neuf devraient être la version Lot 15 du Bloc 4, la norme entièrement développée largement envisagée dès 2002. Les autres, comprenant six normes différentes de construction provisoire, seront ensuite progressivement modernisées pour adopter cette configuration définitive.

    Les appareils Lot 15 ont subi des modifications matérielles et logicielles importantes. Le système complet de maintenance et de support, les simulateurs et les centres de formation devra également être modernisé. Cela prendra du temps et de l’argent supplémentaire, mais il n’y a pas d’autre choix. S’ils ne sont pas modernisés, les anciens F-35 – la quasi-totalité de la toute nouvelle flotte de la RAAF – deviendront difficiles à maintenir ou à mettre à jour le logiciel, et deviendront progressivement déficients sur le plan opérationnel.

    L’arrivée des neuf appareils du lot 15 permettra à la RAAF de déclarer sa capacité opérationnelle finale et de commencer à boucler le projet d’acquisition. En 20 ans, le projet a augmenté de 10 ans.

    Ce retard a rendu nécessaire la mise en service d’un avion de combat, le Super Hornet. En finançant cela, le projet global de capacité de combat aérien présentait le plus grand dépassement de coûts de toutes les acquisitions de défense australiennes de l’histoire, en termes absolus.

    Pire, l’environnement de la menace a évolué.

    En 2017, l’US Air Force a examiné ses programmes de combat aérien et a déterminé que, tout bien considéré, le F-35 serait incapable de pénétrer dans l’espace aérien défendu après 2030. La logique qui sous-tendait ce rapport officiel a ensuite été expliquée publiquement par son auteur principal. Les récentes déclarations des chefs à la retraite de la RAAF ne sont donc pas surprenantes. Ils considèrent que la structure des forces de la RAAF est désormais dépassée, incapable de défendre «nos lignes de communication ou d’empêcher le dépôt d’une puissance hostile dans la région indo-pacifique».

    Il semble soudain que l’armée de l’air ait besoin d’une importante recapitalisation, alors même que sa structure de forces est renouvelée à un coût considérable. Les chefs à la retraite appellent maintenant à une «réinitialisation», avec de nouvelles dépenses importantes et éventuellement à l’acquisition de bombardiers avancés, de missiles de croisière et d’avions sans pilote – une liste exhaustive qui rappelle le Livre blanc du gouvernement Howard.

    Avant de se précipiter, plusieurs aspects méritent d’être examinés.

    Premièrement, la décision d’acquisition du F-35 a été prise indépendamment de la structure globale de la force. La défense de la base aérienne illustre cette lacune. La RAAF s’est concentrée sur l’acquisition de F-35, plutôt que sur la création d’une capacité de défense des bases aériennes à partir desquelles ils pourraient opérer. Les capacités de la Chine en matière d’attaque de missiles à longue portée signifient désormais qu’en temps de crise, la RAAF pourrait être mal avisée de déployer des F-35 sur les bases aériennes de l’Asie du Sud-Est. Avec le temps, cette vulnérabilité pourrait également s’appliquer aux bases septentrionales de l’Australie. Toute «réinitialisation» doit être informée de tous les aspects pertinents, même s’ils sont difficiles.

    Deuxièmement, les chefs estiment qu ‘«il est urgent de revoir notre position». Certains ont estimé que la décision du F-35 était urgente, une perception moins évidente rétrospectivement. Un rapport sur les structures et la composition de la Force aérienne devrait être publié début 2020. Il s’agit d’un processus qui nécessite beaucoup de réflexion et de délibération. La prise de décision précipitée aujourd’hui peut produire des résultats médiocres et de longs retards en aval. Une répétition de l’acquisition du F-35 devrait être évitée. Cet examen pourrait être dirigé de cette façon.

    Troisièmement, les chefs imputent la situation alarmante de la Force aérienne à l’évolution de la situation stratégique que personne n’aurait pu prévoir. Les structures de force, cependant, sont acquises à plus long terme. La critique du chef laisse entendre que le processus actuel du Livre blanc sur la défense présente de graves lacunes fondamentales

    Avant d’entreprendre un examen «urgent» ou de se précipiter pour acheter un nouveau jet, il est essentiel de se pencher sur la méthodologie utilisée lors de la conception de la future force. Tout cela semble assez sec, mais on peut en constater l’absence dans la conclusion des chefs que le tout nouveau chasseur de la Force aérienne est inadéquat. C’est une opération potentiellement désastreuse sur le plan opérationnel, inacceptable du point de vue stratégique, et un gaspillage de l’argent des contribuables.

    Il existe des méthodologies bien adaptées à la réflexion sur les incertitudes futures. Le tout premier examen du ministre de la Défense doit déterminer lequel utiliser. Jusque-là, toutes les revues ou livres blancs futurs auront une valeur douteuse. Les chefs ont rendu service à la nation en soulignant les faiblesses de la pensée stratégique australienne contemporaine – même s’ils ont contribué à sa création. Leur critique nécessite d’agir.

  8. PeterR dit :

    Question bête mais le F35 est il adapté pour Australie. Indépendamment du fait que le F35 soit une daube ou un super avion (suivant qu’on soit pro ou anti F35) il me semble que le F35 est surtout un bombardier pas vraiment un avion de supériorité aérienne. De plus il a les pattes un peu courtes (sauf ravitaillement en vol mais dans ce cas adieu la discrétion).
    J’imaginais que l’Australie aurait surtout besoin d’un avion de supériorité aérienne avec une bonne allonge vu l’immensité des distances dans cette région.
    Bref :
    -suis-je dans l’erreur ?
    – comment ont-ils pu retenir le F35 dans le cas contraire (USA ne leur laissant pas le choix) ?

    A vous lire (ceci dit cela n’a rien à voir avec le sujet de départ si je ne m’abuse)