CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Après « Au Contact », l’armée de Terre prépare un nouveau plan stratégique en vue de conflits « plus durs »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. Tristan dit :

    Le problème avec pas mal de plans de l’armée de terre et autres services est double:
    – Faire plus avec moins. Il vient un moment, et je pense que tout le monde ici concèdera que ce moment est arrivé, que ce n’est plus possible. Il faut tout simplement plus de moyens.
    – Une armée d’échantillons. La France souhaite faire un peu près tout, ce qui veut dire que les moyens sont étalés sur un grand nombre de capacités. Je pense que la France devrait sacrifier quelques capacités, comme par exemple la disuassion aérienne pour ne garder que la disuassion par SNLE. Ceci libèrera des fonds qui pourront être consacrés pour dépenser plus et comme il se doit dans d’autres domaines. Je pense par exemple acquierir un plus grand nombre de Reaper, avoir de plus grands stocks de bombes à guidage laser, etc.

    • ji_louis dit :

      La composante ‘nucléaire » des forces aériennes mène aussi des opérations aériennes classiques, elle est même indispoensable pour obtenir le compte d’avions nécessaires.

    • Parigot dit :

      @ Tristan
      L’argent pour la partie aérienne de la dissuasion nucléaire française est déjà dépensé (tout est acheté, les depense de personnel sont négligeables, ils font aussi des missions aériennes normales).

      Mais, en revanche, 6 modèles de blindé median à roues et aucun chenillé de 30-40 tonnes pour accompagner le Leclerc , le scandale des FREMM, le sous-dimensionnement du nombre d’avions, la perte de compétences humaines… on tape dans le dur.
      https://www.athena-vostok.com/modele-darmees-2030-et-si-nous-nous-etions-trompes-premier-volet-larmee-de-terre

      https://www.athena-vostok.com/modele-darmees-2030-et-si-nous-nous-etions-trompes-second-volet-une-loi-a-hauteur-dhomme

      Des missions partout dans le monde sans objectif militaires et sans les moyens d’y faire quelque chose de stratégique. Une diplomatie aveugle et des idéologues sourds aux manettes.

      Un pays qui s’enferre dans un système économique sans barrière douanière et une monnaie qui tue son tissu social, des guerres civiles qui se profilent et des médias propagandistes qui nous chantent la gloire du grand leader sur l’air de « tout va bien, madame la marquise ».

      Ça sent plutôt le grand n’importe quoi que la planification stratégique.

  2. diego48 dit :

    Arrêtons d’attendre des allemands ce qu’ils ne veulent pas nous donner ! Pour eux, la « collaboration » sur des projets futurs c’est la maîtrise d’oeuvre et les marchés, pour nous ce serait la « chair à canon » !

  3. Florent dit :

    Mais mon General, la rénovation du Leclerc est déjà prévue dans la LPM, pourquoi la demandez vous ? Il vous faut travailler votre communication, allez faire un tour à la Dicod..

  4. aleksandar dit :

    Mouais….
    Plus ça va et plus l’armée de terre copie les Impôts ou l’EN en employant un langage hermétique.
    Vous reprendrez bien un peu de bougliboulga sémantique, mon cher ?

  5. Schwarzwald dit :

    Enfin un discours qui tiens la route. Sans l’Homme, l’armée ne peut rien faire, et ne pas les prendre en considération (une reconnaissance digne) nuit à la volonté d’investissement personnel.

    Si un moins il y avait eu cette orientation à mon époque …

  6. Edouard dit :

    J’espère de tout mon cœur que nous sommes encore loin d’un conflit dit « plus dur ». Parce que j’ai bien peur qu’avec un conflit « dur », l’attrition de nos forces soient rapides vu le format actuel. Sans oublier qu’une partie de notre armée est dispersée aux 4 coins du monde et aux 4 coins de Paris.

    • Fred dit :

      @ Edouard
      … Aux quatre coins de l’Hexagone ? :o)

    • Jm dit :

      Oups
      Les 4 coins de Paris ???
      Mais Paris n’a pas de coin, c’est un centre !!!!
      N’attaquez pas les Parisiens et leur sacro-sainte commune, vous allez vous prendre un tir de barrage de certains français civilo-centrés.
      Et pour confirmer, je préfère ma neige et mon brouillard que neige de leurs canons à eau et le brouillard de leurs lacrymo .
      !!!
      Et moi, le gilet jaune, je le mets pour aider la mamie d’à côté qui, comme moi, n’a pas d’électricité depuis 4 jours, ni de chauffage.
      Mais ça, vu de Paris, tout le monde s’en branle.
      Il faudrait juste leur ressortir les articles et reportages quand il y a eu des inondations dans la région parisienne,quand j’ai écrit deux poids deux mesures, j’étais dans le vrai. On en a entendu parler pendant 2 mois.
      Surtout qu’ils y restent, à Paris, bien gardés par nos camarades de Sentinelle et Vigipirate, qui veillent sur leur petit confort.
      Mais ça aussi, ils s’en foutent, pour preuve les retex de l’équipe qui vient de renter de cette opération à Paris, et qui nous a racontés »l’amabilité et l’accueil local ».

    • Parigot dit :

      @ Édouard
      Paris brûle-t’il ?
      https://youtu.be/IO7IQ8OSUOo

  7. Albatros24 dit :

    A ce sujet un excellent RETEX du conflit bosniaque, si au moins on en tenait compte pour les prochains conflits urbains qui nous
    opposeront à des AK47, des Douschka et de l’artillerie russe…on peut toujours rêver.
    https://www.irsem.fr/data/files/irsem/documents/document/file/1205/Tome%201.pdf
    Bosnie 1992-1995 – Expériences opérationnelles d’unités de combat de l’armée de Terre

  8. nexterience dit :

    Quelles guerres dures prépare-t-on?
    -Une escarmouche turque à Chypre ?
    -Un effondrement de l’Arabie Saoudite ?
    -un repartage de la frontière Russo européenne en Ukraine ou en Moldavie ?
    Pour défendre avec force les intérêts de l’UE sans anglais ni de mous allemands, les soldats français seront incontournables.

    • Le Breton dit :

      Le théâtre sera peut-être cette fois dans un de nos quartiers.

      • ji_louis dit :

        Les turcs ont montré comment faire ça avec les villes kurdes de Turquie soulevées par le PKK en 2016: siège autour de la ville, pénétration, isolation des quartiers « difficiles », réponse armée systématique avec de l’armement supérieur à celui de l’adversaire (y compris bombardement aérien de précision)… les turcs ont gagné partout en moins de 2 mois. Mais je ne pense pas que la situation soit si grave chez nous, ni qu’on puisse en arriver là.

      • nexterience dit :

        Le risque est un embrasement par contamination de tous les quartiers en même temps en caillassage et tirs. Donc très basse intensité massive.
        Un seul quartier, fût il équipé de quelques rpg7, sera tout à fait gérable militairement et surtout politiquement car ses équipements justifierait la réplique. Seule la guerre de l’opinion compte.

      • Jm dit :

        Une Opex en …..France.
        Les commissaires vont se retrouver devant un sacré dilemme : comment payer au taux Opex des militaires qui défendent la France en France contre des Français ????

      • Motox1 dit :

        On espère que vous seriez le premier victime

  9. Bloodasp dit :

    J’ai une question pour les anciens militaire ou ceux qui sont encore dactive qui interviennent sur ce blog: Il est évident qu’on réarme à marche forcée, vu le nombre de projets qui sont lancés tout azimut. Est-ce seulement une posture du genre, qui veut la paix prépare la guerre? Ou plus grave, notre expérience historique dans ce domaine nous amène à penser qu’on se dirige inévitablement vers un conflit bien dur à moyen long terme? Non paracerque là on observe une remontée en puissance des effectifs, des matériels, des programmes d’armements futurs, bon il y a un grand absent le canon electrique ou railgun, pourtant c’est une technologie de rupture

    • Polymères dit :

      C’est un contexte qui est multiple.
      On peut noter en premier lieu le virage psychologique des « attentats » qui aura mis fin aux coupes et été le début du retournement de situation, rendant également de facto tout gouvernement en danger politique s’il méprise ou s’avise à rogner les capacités militaires et qu’un nouvel attentat meurtrier se produit. C’est ainsi qu’il ne faut pas considérer que c’est comme avant et que demain du jour au lendemain, on va avoir un plan de réduction militaire, au pire on stabilisera, la réduction est sujet à scandale et trouve une opposition que nous n’avions pas avant. L’opération sentinelle aura fait son mauvais effet qui poussa aussi à revoir la FOT à la hausse.

      Deuxième élément à prendre en compte, c’est la guerre en Ukraine, qui aura amenée une tension militaire aux portes de l’UE.

      Troisième élément notre engagement dans la lutte contre le terrorisme, dans le Sahel ou au Levant

      Quatrième élément, un accord entre pays de l’OTAN fixant à 2% du PIB les budgets militaires.

      Cinquième élément, qui emmerde ceux qui sont « fixés » politiquement, c’est d’avoir un gouvernement qui a donné des moyens sur la durée et non pas de donner un petit plus une année (comme un plan de relance).
      Ces moyens supplémentaires permettent de faire plus, donc d’accélérer des programmes de renouvellements qu’on a depuis des années repoussés.

      Sixième élément, c’est celle d’une politique européenne autour de la défense qui voit plusieurs milliards affectés pour le développement complet de programmes ou une assistance partielle dans d’autres (comme le nouveau char, le nouveau drone male…)

      Enfin dernier élément plus global, c’est que d’autres nations s’activent militairement et s’impliquent dans certains conflits, des nations qui défendent leurs intérêts, qui sont souvent opposés aux nôtres, avec des chefs qui peuvent dériver et tomber dans une certaine mégalomanie, tel qu’un Erdogan.

      Il n’y a pas vraiment plus de risque qu’hier d’avoir un conflit, le monde a toujours eût et aura toujours des conflits. L’arme nucléaire existe, il faut le garder en tête et comprendre que ça empêche des conflits d’envergures et que ça bloque d’autres pays d’agir. On ne va pas voir du jour au lendemain une armée traverser le Rhin.

      C’est vraiment des moyens financiers supplémentaires qui permettent d’accélérer les choses, pas une urgence pour faire un conflit bien dur et inévitable à moyen terme.

    • BoitaR dit :

      Salut Bloodasp.
      Pour vous répondre, de mon point de vue.
      Disons que depuis quelques années convergent une instabilité croissante; les guerres asymétriques ont remplacées en 89 les risques de bataille rangées. Point d’Orgue, les 10 dernières années dont Barkane pour la France est symptomatique.
      A cela on perçoit le retour du risque de guerres conventionnelles à travers les velléités de voisins trublions à l’Est, et à la déliquescence de nos alliances historiques qui semblent de plus en plus fluctuantes en fonction de l’humeur du moment, avec la remise en cause annoncée de l’article 5 de l’OTAN portant sur la défense mutuelle des pays la composant.
      Enfin, l’Europe est à un tournant majeur avec le départ du Royaume Unis qui avait, avec la notre, la seule armée crédible du continent, et le choix nécessaire aujourd’hui entre l’autonomie militaire Européenne qui permettra une autonomie politique face aux USA ou la continuation du modèle qui fait de l’Europe des assistés sur le plan de sa propre défense, et donc des valets sur tous les autres domaines.

    • PK dit :

      On ne réarme pas. On essaie plutôt de rattraper notre retard sur certains points. Certains pans technologiques ont été abandonnées (comme la fabrication des armes de poings et leurs munitions) et nous avons tellement viré de militaires qu’on commence seulement à prendre conscience qu’une armée avec des effectifs, c’est utile.

      Bref, on a toujours une guerre de retard… dans ce sens, rien ne change, hélas !

    • Gege dit :

      Que les politiques se soucient des leçons de l’histoire… cela me laisse perplexe.
      Il faudrait déjà qu’ils la connaissent… et qu’ils soient capable d’analyses et de synthèses.
      Seules les vues électorales à courts termes accaparent leur attention.
      Je dirais un peu pareil pour les « très » hauts gradés des armées. La carrière avant tout.  » Schulp ! !  »
      Non, je pense personnellement que nos armées sont dans un tel état… que l’on ne peut faire autrement.
      … le minimum syndical com’ dirai l’autre…

    • Ancien militaire dit :

      @ blodasp
      Il n’est pas indispensable d’être militaire ou ancien militaire pour répondre à votre question : depuis de nombreuses décennies le monde universitaire étudie lui aussi ces problématiques.
      Au contraire les « grandes écoles » civiles s’en désintéressent depuis longtemps et ont accumulé dans ce domaine un retard dont, heureusement, elles ont récemment pris la mesure grâce à l’évidente incompétence de leurs anciens élèves devenus « chefs des armées » ou ministres, retard qu’elles cherchent à rattraper.
      .
      Vous demandez ce qui motive notre remontée en puissance militaire. Ma réponse est personnelle et (avis aux autres contributeurs) discutable, évidemment.
      .
      Il existe dans notre inconscient collectif français la crainte (justifiée, àmha) de la « surprise stratégique » : juin 40 reste un traumatisme collectif sur lequel est fondée la Constitution de la Cinquième République (j’y reviendrai en finale).
      Mais aussi septembre 1914 où nous avons frôlé la catastrophe : des pertes initiales terribles, le gouvernement replié à Bordeaux, la situation ne fut sauvée que par un coup de bol extraordinaire (lire « la discorde chez l’ennemi », de Charles de Gaulle), par l’imagination de Gallieni et de son état-major, par le courage de nos soldats.
      Et l’on n’oublie pas non plus l’effondrement de 1870 dû à notre impréparation politico-militaire, déjà.
      .
      Cet état d’esprit imprègne notre pensée stratégique, tant dans les écoles militaires que dans les universités : c’est ainsi que notre arme nucléaire, depuis qu’elle existe, est régulièrement soupçonnée d’être une « nouvelle ligne Maginot » qui nous dispenserait de réfléchir.
      .
      Vous pouvez également observer que toux ceux qui s’intéressent à la défense de la France se demandent d’où viendra la surprise, celle qui nous prendra au dépourvu parce que nous l’aurons négligée : pour les uns, la surprise stratégique viendra de communautés étrangères mal intégrées ; pour d’autres ce sera le cyber ; pour d’autres encore ce sera la vénalité de notre classe politique ; pour d’autres enfin ce sera une guerre pour l’énergie.
      J’en oublie certainement mais je veux surtout montrer que l’hypothèse d’une surprise stratégique est dans nos cerveaux français.
      .
      Pour ma part je ne sais évidemment pas quelle sera la surprise mais j’apprécie que l’on se pose ce genre de questions : c’est salutaire, même si les réponses ne sont pas « politiquement correctes ».
      Observons que pour tous (comme pour moi), la principale menace, c’est celle que l’on n’aura pas imaginée.
      Je pourrais vous donner mon avis sur chacune de ces hypothèses mais ce serait trop long et je sortirais du sujet qui était « qu’est-ce qui motive notre remontée en puissance militaire ? »
      Il y a aussi d’autres motifs, comme par exemple l’utilité économique d’une industrie d’armement qui fonctionne, mais ce n’est pas le principal motif : c’est seulement une convergence.
      .
      La Constitution de la Cinquième République, j’y reviens, est largement fondée sur le traumatisme de juin 40 (pas seulement : l’instabilité de la Quatrième en est aussi un fondement) : c’est pourquoi notre Constitution comporte un article 16 dont voici le début (copier-coller) : « Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel. »
      Cet article 16 comporte une faute d’orthographe que je vous laisse chercher.

      • Twisted dit :

        MenacéE 😉 (Quand même ils auraient pu faire attention). Article 16 d’ailleurs fort flou quand à sa possible application et à son contrôle par le Parlement.

        • Électeur dit :

          @ Twisted
          L’article 16 est très réaliste : les Parlementaires ne font déjà pas ‘leur travail en temps normal.
          Quand ça deviendra dangereux ils seront les premiers à foutre le camp.

          • 341CGH dit :

            L’absentéisme habituel des Parlementaires tourne autour de 70 à 80%.
            .
            En temps de crise dangereuse pour leur peau, le principal souci des personnels politiques sera de ne pas se prendre une bombe A, même petite, sur le nez.
            Parce qu’il faut « sauver les élites », n’est-ce pas.
            .
            Par conséquent l’on peut compter sur eux pour que, en situation d’article 16, l’absentéisme parlementaire dépasse les 99%.
            .
            Ils seront tous partis à la pêche au homard dans des endroits où le téléphone ne passe pas.
            .
            Twisted a raison : l’article 16 ne prévoit pas clairement la consultation des Assemblées parlementaires.
            Les rédacteurs de l’article 16 savaient ce qu’ils faisaient.

      • Desty dit :

        Il faudrait écrire: « […] sont menacées d’une manière grave et immédiate » même sans lobbying des partisans de l’écriture inclusive.

    • SCAtastrophe dit :

      @ Bloodasp
      Fin de l’énergie pas chère = gros bordel en vue (2025-2030).
      Jancovici le dit, mais c’est plus clair avec celui-ci :
      https://youtu.be/5xziAeW7l6w

    • Jm dit :

      Quelques éléments du domaine que je connais, pour répondre partiellement à votre question.
      La montée en puissance des effectifs n’est qu’illusion : les chiffres et nombres annoncés sont ceux des militaires ayant été sélectionnés, et ayant rejoints. Mais ils ne tiennent pas compte du taux d’attrition, qui avoisine parfois 60% après seulement 3 semaines / 1 mois, voire même en formation militaire dès la première semaine.( et pour moitié, cela n’a souvent rien à voir avec un manque de motivation ou de volonté, mais plus parce que les jeunes sont de moins en moins idiots et saisissent très vite là où le bât blesse et là où on leur a ……menti).
      Pour ce qui est de la montée en puissance de l’armement, je vais parler de ce que je connais; il y a 7 ans, nous avions 450 avions de combat, dans 4 ans, nous n’en aurons que 180, dont la moitié sera refité. Pour l’instant ça vole parce que nos mécanos font des miracles, mais comme ils ne sont pas considérés ni remerciés, ils s’en vont vers des horizons aux perspectives professionnelle et financières bien plus agréables, et sont remplacés de 1 jeune pour 2 aînés. Le jeune va faire ce qu’il peut, mais n’ayant ni l’expérience ni le sens du système D de ses anciens, les avions restent de plus en plus souvent au sol, y compris en Opex.
      Pour ce qui est de mes camarades au sol, quand on en parle, ils disent qu’effectivement ils entendent et voient beaucoup de belles choses, de belles innovations, de beaux matériels , mais que souvent ce sont des effets d’annonce, les matériels de pointes sont mis à dispo d’unité « très » spécialisées à grand renfort de promo, mais ça s’arrête là.

  10. Molloy dit :

    Guerre dure je n’en sais rien mais il est normal d’anticiper et on retiendra que l’armée Française envisage des confrontations de haute intensité.
    « Si vis pacem para bellum » comme on dit, et il est rassurant de voir les armées tenter de se préparer au pire.

  11. ji_louis dit :

    Les réflexions récentes au niveau général (guerres entre empires) et l’évolution politico-économique actuelle (montée en puissance de la Chine, imposition de faits par la force, abandon du multilatéralisme, perception des limites économico-physiques de la planète) font que l’idée d’un conflit de grande ampleur à moyen terme devient de plus en plus crédible.
    Plus prosaïquement, l’envahissement de territoires de mer « de Chine » par la Chine appartenant à ses voisins, et l’invasion de l’Ukraine par la Russie incitent les voisins à chercher à se protéger.

    Même l’Allemagne, qui est le pays qui est le plus protégé de par sa situation géographique et qui en a abusé économiquement, cherche à se réarmer (et elle repart de loin)!

  12. Bloodasp dit :

    Merci à tous pour vos explications, ce que je retiens c’est que nous devons en permanence être prêt, nous préparer aux pires scénarios.