CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

L’idée de servir à bord d’un sous-marin ne séduit pas encore les femmes de la Marine nationale

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Le Breton dit :

    Après, mettre à titre exceptionnelle une équipe exclusivement féminine sur un SNA ou SNLE ne serait pas faisable ?

    • Frédéric dit :

      On à déjà du mal à recrutez des sous-mariniers pour l’ensemble des postes, j’ai doute que l’on puisse faire cela.

  2. Revan dit :

    La réalité des femmes préférant des métiers moins pénible que les Hommes. Et ce, pas uniquement dans les armées.

    • Robert dit :

      Revan,
      Porter un enfant neuf mois, souvent tout en travaillant à la maison ou dehors, on n’est pas sûr qu’un homme y parviendrait.
      Et d’autres métiers comme infirmière hospitalière ou à domicile qui nécessite parfois de porter des personnes plus lourdes que vous, c’est pas moins pénible que les métiers des hommes qui ne sont pas tous pénibles.
      Il y a la force physique, mais le vrai problème est ailleurs.

  3. marny dit :

    Ils devraient contacter les clubs de nymphomanes …..

  4. Plusdepognon dit :

    Étonnant…
    https://lemamouth.blogspot.com/2019/11/et-pourtant-ils-ne-viennent-pas.html

    Déjà pour trouver des sous-mariniers, c’est difficile.

  5. Bricoleur dit :

    Le 04 novembre, à 10h40, j’ai posté: « Les bureaux de gestion des militaires ne parviennent toujours pas à réduire le nombre de mutations avec changement de résidence. Ils doivent trouver le juste milieu. Les séparations pour OPEX, stages de formation, etc … sont bien vécues par les militaires, mais pas les mutations imbéciles! Le problème du logement est reconnu par tous comme le problème n° 1 de notre société. Que nos chefs le prennent en compte et le taux de rétention s’améliorera … vite. »
    Tiens, tiens, le CEMM, lui écrit récemment: » Mais je dois être capable, à certains moments, même si cela va me coûter, même si cela sera difficile, de m’engager, si un marin, homme ou femme fait l’effort d’une formation de haut niveau, à le faire bénéficier d’une immobilité géographique pour une durée déterminée ».
    Il serait temps de s’y mettre, Amiral, avant que nos navires, puis nos bases et casernes se vident de leurs hommes et …femmes.

    • ji_louis dit :

      En 2000, lors d’une inspection générale, j’ai demandé à l’amiral si il était prévu de muter le jeune officier ex-officier-marinier que j’étais dans les 2 ans qui venaient; réponse négative. C’était la première fois de ma vie que j’avais 2 ans de visibilité sur mon avenir! J’ai acheté illico un appartement. J’ai pu y fonder un foyer.

  6. PK dit :

    Ça me sidère toujours autant.

    Je résume : on autorise 4 femmes à monter à bord d’un SNLE. Ensuite, on s’étonne qu’il n’y en ait pas d’autre ou si peu et on voudrait les motiver.

    Dîtes, les GARS, ça ne vous viendrait pas à l’idée que les femmes n’en aient tout simplement pas ENVIE ? Rester confiner deux mois avec cent gars plus ou moins en manque, on a beau avoir une rangée de barrettes sur l’épaule, ça ne protège pas du reste.

    Au nom d’une pseudo égalité aussi fantasmée que débile, on voudrait coller des femmes partout. Je vous rappelle qu’il n’y a aucune femme qui a réussi le brevet de commando de marine. On n’a pas bougé le CEMA et un ministre pour se poser la question de pourquoi pratiquement aucune ne se présente au stage…

    • Raymond75 dit :

      Le bromure permet de compenser les problèmes de ‘manque’ masculins ; et pour les femmes ???

      • Belzébuth dit :

        @ Raymond 75
        Le harcèlement sexuel n’est pas qu’heterosexuel.
        Ça se saurait.

      • ji_louis dit :

        Certaines conversations de sous-mariniers (ou ex) correspondent davantage aux craintes des épouses de sous-mariniers qu’aux discours des minarm. Et une réputation, dans un si petit milieu, ça cours très vite et très longtemps.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Le service de ces 4 femmes à bord d’un SNLE s’est bien passé. L’article dit d’ailleurs que l’amiral voudrait les faire plus témoigner mais c’est compliqué.
      Les postes sur un SNLE sont techniquement pointus avec des équipages composés presque uniquement d’officiers et de sous-officiers spécialisés. Cela n’a absolument rien à voir avec le job d’un comando marine.
      Il n’est pas question d’égalité ici, pseudo ou pas. L’armée cherche simplement à élargir son assiette de recrutement pour trouver plus facillement des personnels compétents.

      • PK dit :

        Non, la Marine cherche ici absolument à promouvoir la place de la femme. Ce n’est PAS son boulot.

        Si les femmes sont volontaires et qu’elles correspondent au boulot, pas de souci. Sinon, on s’en fout qu’il n’y en ait pas.

        • Clément dit :

          En fait la Marine agit comme un recruteur qui cherche ce qui lui manque. Et le personnel de la Marine manque, entre autre, de femmes.

  7. cipal dit :

    c’est décidément une idée fixe cette manie de féminisation chez l’amiral! il est en piste pour quoi ? ou alors c’est le courtisan parfait… il a sûrement une ambassade en vue …
    En fait vu que la gestion des carrières est un grand foutage de gueule, les bordaches ayant une absolue priorité à grade égal, même avec des qualifs en deçà

  8. Robert dit :

    « Les femmes « partent plus tôt, en moyenne au bout de douze ans de services, contre dix-sept pour les hommes. Je me dois d’en examiner le pourquoi et le comment, même si je vois bien que le moment où elles quittent le service correspond à celui où elles veulent fonder une famille », a relevé l’amiral Prazuck. »
    C’est difficile de conjuguer une idéologie progressiste qui veut bouleverser la nature humaine avec la réalité de cette même nature.
    Avec la mentalité contraceptive et abortive, on a cru éluder le cycle féminin mais ça a échoué le nombre d’avortement ne diminuant jamais alors que les moyens contraceptifs ne faisaient qu’augmenter.
    On veut maintenant faire disparaitre l’instinct maternel chez les femmes et les considérer comme des hommes. Brider ses aspirations naturelles, voire en faire le deuil pour faire carrière et être un homme comme les autres en faisant bonne figure bien sûr parce qu’une femme qui peut faire comme les hommes ne peut être que libérée et épanouie, tout cela peut paraître normal à certains hommes.
    Pour ma part, que les femmes n’oublient pas qui elles sont et aient la volonté et le courage d’assumer leur vocation féminine me semble à la fois respectueux des femmes et des hommes.
    Penser à accueillir un enfant à l’approche de la quarantaine, qui aura 20 ans quand vous en aurez soixante, l’abandonner tous les jours à des étrangers à sa famille pour réussir sa carrière, accepter de se fondre dans des moules idéologiques en refoulant vos aspirations, il faudra m’expliquer en quoi ce serait l’aspiration de beaucoup de femmes. Je crois en fait que beaucoup s’y résignent.

    • Castel dit :

      Robert
      Les commentaires ayant été fermés pour notre dernière discussion sur Jeanne d’Arc, et cet article étant lui aussi consacré aux femmes dans l’armée, j’en profite pour vous faire parvenir quelques portraits de celle-ci, ou vous pourrez noter le nombre ou elle apparaît avec une épée en main !!
      Autre précision, en ce qui concerne sa blessure la plus grave :
      Elle lui avait été causée par un carreau d’arbalète, alors qu’elle se trouvait sur une échelle d’assaut….
      Difficile de croire qu’elle ne serait monté qu’avec un simple étendard, sachant qu’elle était attendue en haut !!
      Pour ce qui est des femmes Russes, vous avez l’air d’oublier que les premiers régiments féminins avaient été crées à l’époque du Tsar….
      D’ailleurs, c’était un bataillon de femmes qui défendait le palais d’hiver, prit par les putschistes bolcheviques !!

    • Castel dit :

      Robert
      Les commentaires ayant été fermés pour notre dernière discussion sur Jeanne d’Arc, et cet article étant lui aussi consacré aux femmes dans l’armée, j’en profite pour vous faire parvenir quelques portraits de celle-ci, ou vous pourrez noter le nombre ou elle apparaît avec une épée en main !!
      Autre précision, en ce qui concerne sa blessure la plus grave :
      Elle lui avait été causée par un carreau d’arbalète, alors qu’elle se trouvait sur une échelle d’assaut….
      Difficile de croire qu’elle ne serait monté qu’avec un simple étendard, sachant qu’elle était attendue en haut !!
      Pour ce qui est des femmes Russes, vous avez l’air d’oublier que les premiers régiments féminins avaient été crées à l’époque du Tsar….
      D’ailleurs, c’était un bataillon de femmes qui défendait le palais d’hiver, prit par les putschistes bolcheviques !!
      Pour ce qui est de la femme lieutenant que j’ai cité, il est effectivement possible qu’elle n’apparienne pas aux forces spéciales, puisque le COS n’est pas censé en avoir-pour l’instant – dans ses rangs…
      C’est dans le reportage qu’elle avait été présentée de cette façon….
      Mais une chose est certaine, elle se trouvait dans les premières unités d’élite qui avaient contre-attaqué au Mali, dont elle était d’ailleurs la porte parole, pas très loquace, soit dit en passant, mais elle devait avoir reçu des instructions touchant au secret défense….
      Voici, comme promis le lien concernant les portraits de Jeanne d’Arc:
      https://www.bing.com/images/search?q=portrait+de+jeanne+d%27arc&qpvt=portrait+de+jeanne+d%27arc&FORM=IGRE

      • Robert dit :

        Castel,
        C’est l’iconographie patriotique, même la république a voulu la récupérer comme guerrière et pas comme sainte catholique. Elle entraine les hommes au combat donc elle porte armure et épée, mais nulle part dans les documents nombreux existant sur sainte Jeanne d’Arc il n’est fait la moindre mention qu’elle fut combattante au sens de se servir des armes. Sur l’échelle d’assaut, elle guidait les hommes, aucun document du procès ne fait mention qu’elle se soit battue et croyez que les accusateurs s’en seraient servis pour essayer de la discréditer.
        Elle est blessée par sa présence au milieu des combats, pas pour avoir utilisé des armes. Je connais assez bien l’histoire de sainte Jeanne d’Arc et je n’ai jamais entendu, sauf dans la légende patriotique, faire mention qu’elle se soit servie d’armes.
        Le vrai rôle héroïque de sainte Jeanne d’Arc, ça a été d’affronter les clercs et les évêques devant le tribunal d’inquisition, de se voir malhonnêtement accusée d’hérésie et de mauvaises moeurs pour avoir combattue au milieu des hommes habillée en homme puis d’avoir subie le martyre.
        Jeanne Hachette était une guerrière, comme Catherine Segurane qui a tué un janissaire avec un battoir à linge.
        La mission qui a faite sainte Jeanne d’Arc héroïne à la fois de la foi et de la patrie, c’est d’avoir rendu espoir au dauphin et à ses soldats en se mettant au milieu d’eux, et cela vaut plus encore que d’avoir porté une arme et tué des ennemis. Les soldats étaient sidérés et admiratifs par cette jeune pucelle portant l’oriflamme et cela décuplait leur courage de l’avoir à leurs côtés.
        J’ignorais pour les femmes russes, mais cela ne change rien à mon point de vue.
        Il y a des femmes au service action et dans l’espionnage.

        • Castel dit :

          Robert
          Il me semble que vous inversez les choses au sujet de l’image que l’on a voulu donner de Jeanne d’arc….
          La plus-part des tableaux le représentant une épée à la main ont été réalisés sous la monarchie…
          C’est plutôt de mon point de vue l’église de l’époque qui a essayé d’effacer son image de guerrière, qui ne cadrait pas avec l’image de la femme, que celle-ci souhaitait imposer, c’est à dire avant tout une mère restant au foyer pour s’occuper de ses enfants, sous l’autorité de son mari….
          Que Jeanne d’Arc, ait reçu un message divin, cela ne fait aucun doute, lorsque l’on sait toutes les difficultés qu’elle a rencontré pour parvenir à ses fins….
          Mais, pour une femme non combattante, vous ne m’avez toujours pas expliqué le fait qu’elle ait été blessée alors qu’elle se trouvait sur une échelle d’assaut !!

          • Robert dit :

            Castel,
            Et alors, je parle d’image de l’héroïne de la patrie, pourquoi la monarchie y échapperait ? Mais la république aussi a publié nombre d’images de sainte Jeanne d’Arc comme une guerrière, la sainte lui échappait complètement.
            J’ai expliqué dès mon premier message que tout ce qu’on connait de sainte Jeanne d’Arc est connu et répertorié dans les actes de son procès et les études auxquels cela a donné lieu. Lisez Régine Pernoud.
            Je répète pour la troisième fois au moins que sainte Jeanne d’Arc portait l’oriflamme dont l’illustration lui avait été inspirée par ses apparitions en tête des soldats qui combattaient, y compris en montant aux échelles avec les soldats. Pour les stimuler avec l’image de l’oriflamme qui représente l’inspiration divine pour les motiver, il fallait être à leur tête au au moins au milieu d’eux, d’ou qu’elle puisse y être blessée et plus tard capturée. Je rappelle que l’Angleterre par son roi va rejeter l’Eglise catholique et se faire nommer chef de l’Eglise.
            Vous avez décidément du mal à sortir des idées préconçues sur sainte Jeanne d’Arc qui reste néanmoins une combattante par sa place parmi les soldats au combat, mais pas en utilisant des armes.

    • Castel dit :

      Robert

      Concernant cet article :
      On est bien obligé parfois de penser au pire :
      Avez vous pensé qu’en cas de guerre nucléaire totale, ce qui restera toujours possible, les seuls survivants seront (peut-être) les marins présents dans les sous-marins qui auront réussi à en réchapper ?
      Et dans ce cas, n’avez vous pas pensé que l’avenir de l’espèce humaine pourrait dépendre du nombre de femmes se trouvant dans ces sous-marins….
      Bien sûr, certains penseront qu’il s’agit là d’un mauvais scénario de science fiction…..
      Espérons quand même qu’ils aient toujours raison dans l’avenir !!

      • Robert dit :

        Castel,
        Intéressant scénario.
        Je doute que la cohabitation homme et femme dans la promiscuité favorise la reproduction de l’espèce.
        Si hommes et femmes sortaient déjà de la mentalité contraceptive et hédoniste, notre société s’en porterait sûrement mieux.

        • Castel dit :

          Robert:
          Ce scénario n’est pas à proprement parler intéressant, mais plutôt lugubre,, et malheureusement dans le domaine du possible….
          Cela dit, la possibilité de la reproduction de l’espèce ne se concrétiserait qu’après la catastrophe, en supposant que les équipages arrivent à découvrir un morceau de terre encore habitable, car ,de toutes façons, la survie au sein d’un sous-marin serait impossible, sitôt les vivres épuisées….

      • Robert dit :

        Castel,
        J’ai lu pas mal de livres d’anticipation dans ma jeunesse, Bradbury et autre, sans y croire un instant.
        En devenant adulte et raisonnable, j’en ai parfois lu certains mais malheureusement ils ont tendance à se réaliser, comme le camp des Saints de Raspail dont même le premier bateau en ruine venu du sous continent indien s’échouer sur une côte du Var rempli à ras bord d’immigrés s’est produit dans la réalité. Une fin de semaine ou la surveillance était absente, c’était des irakiens pour la plupart, le bateau s’est échoué et les passagers se sont éparpillés direction les pays comme l’Allemagne ou ils avaient de la famille. Et maintenant, ils ne viennent plus par eux-mêmes, nos idéologues vont les chercher en Libye ou en Ethiopie comme l’Allemagne récemment.
        J’ai lu Dantec et récemment Obertone avec Guérilla le temps des barbares. Malheureusement, ce qu’il décrit existe déjà, il suffirait juste que les conditions de la mise en pratique et l’enchainement surviennent, il parle d’un flic qui tue un émeutier en banlieue pour provoquer la réaction.
        Plus raisonnablement, les lois « sociétales » depuis la loi sur la contraception ont finies par empêcher de naître plus de 15 millions de français de souche et rendre une bonne partie des survivants fermés à la vie pour cause d’égoïsme mêlée de peur d’affronter la vie et ceux qui font encore des enfants, disons à partir de 3 nouvelle famille nombreuse, se retrouvent à assumer le poids de l’absence des uns, ceux qui ont été tués, et des autres, ceux qui ne veulent pas participer à la solidarité nationale en aidant leurs compatriotes qui prennent le risque de faire des familles nombreuses.
        Je ne crois absolument pas au cataclysme nucléaire, par contre je crois au suicide de notre civilisation entre ceux qui se font stériliser, ceux qui tuent leurs enfants, ceux qui veulent vivre aux crochets des autres sans contribuer, tous fervents partisans de laisser des immigrés prendre leur place au travail ou à la maternité. Parmi ceux-là se trouvent les moralistes qui essaient de culpabiliser ceux qui font encore des enfants, qui les éduquent correctement et préfèrent manifester avec les musulmans qui croient encore à la famille, certes pas pour les mêmes raisons que nous, en leur épargnant étrangement leurs leçons de morale hédoniste et désespérée.
        Nous n’avons pas besoin d’avoir des garanties pour fonder des familles et faire des enfants, c’est un acte d’amour et de foi. Et les musulmans sont étonnés quand ils voient nos processions religieuses avec autant d’enfants que d’adultes voire plus. Enfants qui sont correctement éduqués, intégrés dans la vie sociale et formés à affronter les difficultés, en rien ni des parasites ni des moyens d’obtenir des aides sociales, ce dont sont dépourvus les enfants rois de ceux qui veulent un héritier pour lui transmettre leur désespoir.
        Quand je vois les nombreux enfants autour de moi, rayonnants et débrouillards, je ne me pose pas de questions sur l’avenir, il sera ce que nous en ferons. Ce qui manque à notre monde, c’est d’avoir plus d’une jeunesse que l’amour et l’éducation ont rendus ardente.
        « Hélas ! c’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents. » Bernanos

      • revnonausujai dit :

        euh, à la louche, une vingtaine de femmes et plusieurs centaines d’hommes seuls survivants dans une terre dévastée et vide d’habitants vivants ? aucune chance de survie, entre épidémies , manque de ressources, sans même compter avec les conflits entre eux !
        expérience in vivo: les mutinés du Bounty se sont installés sur une ile déserte en compagnies de tahitiens et de tahitiennes, ça n’a pas raté, ils se sont entretués. et les derniers survivants étaient en pleine déchéance quand ils ont été repris.

        • Castel dit :

          revononausujai

          Les hommes avaient fini par s’entre-tuer, mais au bout du compte, le dernier survivant avait réussit à constituer une communauté viable, dont les descendants aujourd’hui doivent être périodiquement évacués ailleurs pour cause de surpopulation….
          Donc, comme dit le proverbe, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir !!

          • revnonausujai dit :

            pas de bol, en citant Pitcairn, je savais où j’allais ; dernier survivant & communauté viable, vous sentez pas comme une légère contradiction ?
            quant au surpeuplement, une cinquantaine d’habitants permanents , en baisse d’ailleurs et dont le chiffre est à rapprocher du nombre de mis en cause dans l’incident ci après:
            « Dans les années 2000, au cours de l’affaire des Îles Pitcairn, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande initient des poursuites à l’encontre de Pitcairnais en raison d’accusation de viols sur des enfants. À l’issue des procès, six hommes, dont le maire de l’île, sont reconnus coupables de ces accusations par la justice britannique, et six autres sont condamnés par la justice néo-zélandaise. Au cours des enquêtes, il est révélé que la promiscuité et l’isolement ont conduit au fil des années à une culture généralisée de pratiques sexuelles sur les enfants. »
            12 hommes sur 50 habitants, ça laisse pas beaucoup de gens normaux; bon, c’est pas politiquement correct de souligner la dégénérescence de métis angloocéaniens, mais
            le résultat n’encourage pas à proner la survie de l’humanité par de petits groupes isolés, ça illustre plutôt les ravages de la consanguinité !.

          • Castel dit :

            revenonausujai

            Quand je parle du dernier survivant qui a réussit à constituer une communauté viable, je n’envisageait pas que tous les enfants soient de lui…
            Si le hommes se sont massacrés, cela ne concernait pas les femmes et les enfants, quelque soit leur paternité, et que les deux derniers survivants prirent en charge (Christian Young et Jonh Adams)
            Christian Young disparut à la suite de mort naturelle, John Adams resta donc le dernier homme survivant, qui inculqua aux rescapés une éducation basée sur une foi profonde…
            Donc, au départ, il n’y avait pas une consanguinité évidente, puisque la plus-part des enfants étaient issus de pères et mères différents…
            Je n’ai pas suivis les événements récents que vous relatez, mais une chose est certaine, le fait de cohabiter dans un espace aussi restreint n’est pas humainement souhaitable, car en plus des problèmes de consanguinité possibles, la moralité du groupe dépend de celui qui le dirige, et les valeurs enseignés par Jonh Adams, n’ont malheureusement pas perdurés …..
            Comme quoi l’enseignement est un combat permanent, car rien n’est jamais acquit par avance !!

        • ScopeWizard dit :

          @revnonausujai

          Oui , mais ça c’ est à cause de Marlon Brando qui faisait n’ importe quoi ! 😉

      • bruno bressis dit :

        en dessous d’un certain nombre , l’espece est condamnée , ça se verifie dans le monde animal

  9. Claude dit :

    Il y eu des candidates Fusil pour le cours ?.
    Hé bé je veux voir.

  10. felipe dit :

    Deux remarques :
    1/ elles en pensent quoi les femmes des matelots ?
    2/ on se pose encore la question d’une durée des services plus courte pour les femmes ??? La maternité ça dit quelque chose ? La deuxième partie de carrière surtout embarqué, ça parle (responsabilités cumulées aux cursus d’enseignement, et aux charges de famille ??? On comprend toujours pas pourquoi il y a moins d’officiers sup et d’officiers mariniers supérieurs féminins ?

  11. Raymond75 dit :

    Quatre femmes, chacune disposant de sa petite chambre individuelle, enfermées dans une boite de conserve pendant 70 jours avec une centaine d’hommes, ça ne peut leur susciter aucune tentation ! Il n’y a bien sûr que les hommes qui peuvent avoir de telles pensées … Les hommes sont vraiment des porcs ; pardon : des petits cochons. Les femmes, elles, sont des être purs et virginals.

    • Robert dit :

      Raymond,
      Surtout que la femme reste féminine et veut plaire inconsciemment, je ne parle pas de séduire. En dehors de celles rejetant les hommes, la cohabitation réclame d’être capable de ne pas laisser planer un doute sur ses intentions. Pour le reste, des hommes qui embarquent avec leurs vidéos pornos n’ont pas de leçons à donner aux femmes, tant qu’elles restent à leur place.

  12. Eric dit :

    Bon, on a bien évidemment droit à la bordée habituelle de commentaires tout aussi crétins que misogynes. Aucune importance : une des raisons pour lesquelles la Marine (je devrais dire d’ailleurs LES marines) s’intéresse aux femmes, outre les difficultés croissantes à recruter chez les hommes, c’est leurs qualités. Et ces qualités conviennent parfaitement à la sous-marinade… Résumons-les : les femmes sont plus petites, donc prennent moins de place (et on sait que la place compte à bord d’un sous-marin) et consomment moins d’oxygène. Il se trouve qu’elles sont également beaucoup plus résistantes à la promiscuité et au stress. Enfin, on a constaté, en grande partie d’ailleurs grace à l’expérience des vols spatiaux, que la présence d’une seule femme a un effet calmant et stabilisant sur un équipage masculin. Voilà, ça c’est du concret, au lieu des délires psycho-érotiques de certains ici, qui s’imaginent (ou alors ils fantasment ?) des submersibles transformés en clubs échangistes peuplés de nymphomanes et de types en rut.

    • revnonausujai dit :

      le problème est que si la marine s’intéresse aux femmes, les femmes ne s’intéressent guère à la marine et notamment à la sous-marinade.
      A part quelques individualités éprises de nouveauté et d’aventure ( sans s), qui sont aussi des cadres bénéficiant d’un meilleur environnement et soucieuses de marquer des points pour leur carrière, pourquoi voulez vous donc que la Française moyenne montre plus d’appétit pour l’éloignement des siens, la promiscuité, les conditions de vie spartiates et la privation de smartphones, wifi and so one que n’en montre son homologue masculin ?
      Si le CEMM croit résoudre ses problèmes d’effectif embarqué par la féminisayion des équipages, il se fourre une aussière dans l’oeil !

    • Raymond75 dit :

      C’est exact en effet, mais dans un contexte d’enfermement pendant 70 jours, sans contacts avec l’extérieur, et dans une tension permanente, le contexte est différent. Et d’ailleurs, dans tous les pays du monde, les sous marins attirent peu de monde, qu’ils soient hommes ou femmes.

    • Robert dit :

      Eric,
      Votre propos s’inscrit dans la tradition utilitariste qui nie la nature humaine.
      Supprimons les dortoirs et les douches séparés dans les casernes, puisque c’est crétin et misogyne d’envisager des problèmes d’ordre sexuel.
      Le vol spatial est un mauvais exemple, l’apesanteur ainsi que des caméras partout rendant impossible toute intimité perturbant les comportements des personnes concernées.
      Les « délires psycho-érotiques de certains » me semblent moins contraires à la raison que d’évacuer la nature humaine pour appuyer votre démonstration. Et eux ironisaient ou plaisantaient quand vous êtes sûrement très sérieux, c’est ça le pire.

      • tschok dit :

        Eric n’a pas évacué la nature humaine, simplement il ne la réduit pas, comme vous, à des questions sexuelles, comme il l’explique très bien d’ailleurs.

        Le problème de ce genre de fil de dial, c’est qu’il font émerger des préjugés masculins sur les femmes qui montrent qu’ils les hyper-sexualisent = qu’ils réduisent la femme à un objet sexuel à fin de reproduction, ce qui est votre cas, ou de plaisir, ce qui est le cas des machos de service.

        Eric explique qu’il faut être plus sérieux et envisager la présence des femmes dans des sous-marins par exemple de façon plus raisonnable, plus mature et plus scientifique notamment au regard de leur performances et des effets positifs que leur présence peut produire sur le collectif.

        Il ne postule pas de façon militante pour tel ou tel type de modèle de société. La pensée militante, c’est vous qui l’avez. C’est vous qui voulez assigner à la femme un rôle spécifique dans la société en fonction de sa nature, du moins la représentation que vous vous en faite, et qui est fondamentalement dictée par vos croyances religieuses (catho plutôt intégriste).

        C’est mieux comme ça, Robert?

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          À partir du moment où vous savez pertinemment que @Robert ne vous répondra jamais -ce dont vous connaissez les raisons mieux que personne- la moindre des corrections serait de ne plus vous adresser à lui afin de ne pas profiter de la situation .

          M’ enfin , vous faites comme vous voulez , après-tout si vous n’ avez pas de conscience ou d’ éducation style « savoir-vivre » élémentaire , c’ est votre problème .

          Ou si vous adresser à un mur constitue la plus favorite de vos distractions , chacun sa folie …………

          Ensuite , vous dites qu’ @Eric n’ a pas évacué la nature humaine , à contrario soutenez que @Robert la réduit à la sexualité ; désolé , mais d’ entrée , hormis la caricature , il y a contradiction ……………

          @Précisément Eric parle de tout , sauf de la nature humaine , excepté de manière stéréotypée , idéalisée , et en occultant tout ce qui relève des instincts primaires qui jusqu’ à présent nous régissent tous plus ou moins et vis à vis desquels nous n’ exerçons qu’ un contrôle parfois très limité ; @Robert , lui , revient aux fondamentaux et met l’ accent dessus afin d’ apporter une contradiction , un contre-poids si vous préférez , ce qui rétablit quelque peu l’ équilibre ………

          Le premier instinct de tout être vivant -à ma connaissance- c’ est la reproduction de l’ espèce , viennent ensuite l’ instinct de conservation et son corollaire , la peur .

          Non , les femmes ne sont pas forcément plus petites , et pour m’ être , dans une autre vie , occupé de « social » , je puis affirmer que cette histoire de résistance au « stress » ou à la « promiscuité » est totalement bidon ; tout dépend ET de la nature propre à chacune ET de leur conditionnement .
          En pareil cas , si vous réunissez les deux et effectuez la sélection qui convient , alors oui vous obtiendrez des femmes valant les hommes , et encore pas nécessairement pour tout , certaines devront recourir aux potions magiques de docteur + ………… tout comme leurs homologues masculins compte tenu des « exigences » …………….

          Quant à l’ effet « calmant » , c’ est possible mais j’ ai quand-même un doute ……………

          Maintenant , j’ attire votre attention sur les éléments de langage que vous ne cessez d’ utiliser à tout propos afin de quoi ?

          De réduire l’ autre au silence ?

          En réalité , tschok , seul le débat avec vous-même vous intéresse ; tant pis pour vous …………

          C’ est mieux comme ça , tschok ? 😉

          • tschok dit :

            Je reprends.

            Eric dit:arrêtez de considérer les femmes comme un objet sexuel et élargissez l’analyse à ce qu’elle s sont en tant que personne capable de performance et individu dans un collectif de travail.

            Robert lui répond : non, penser comme ça est une négation de la nature humaine et une mode féministe.

            Il n’y a rien de fondamental la dedans juste une assignation de la femme à un rôle social déterminé par ses préjugés sexistes, alimentée par ses croyances religieuses que vous seriez bien idiot de nier puisqu’il les revendique lui même.

            Sur le reste : je vous abandonne paresseusement à vos fadèses, ça me lasse.

        • revnonausujai dit :

          bof, eros et thanatos, ça n’a rien de spécialement catho-intégriste; ça fait plutôt freudien, non !
          militantisme, vous avez dit miiltantisme, comme c’est bizarre !

        • Raymond75 dit :

          Les relations entre les hommes et les femmes sont toujours sexuées, en tout milieu, en tout contexte.

          Adressez vous à une femme comme vous vous adressez à un homme, et vous aurez des problèmes, ménagez la pour lui faire des remontrances sinon cela se passera mal, ne lui témoignez pas une indifférence à son physique : elle sera vexée, faites preuve de courtoisie car elle est avant tout une femme, etc …

          Les femmes et les hommes sont égaux en droit, mais ils ne sont pas identiques ; vouloir faire fi de cela est une erreur. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas encourager la mixité dans les professions, mais en l’adaptant. Dans une boite de conserve pendant 70 jours, sans aucun contact avec l’extérieur, ce n’est peut être pas évident. Et est ce vraiment souhaitable ?

          • tschok dit :

            Ah oui, toujours sexuée ?

            Quand vous voyez une femme, par exemple la factrice, vous ne l’envisagez que comme un partenaire sexuel éventuel ?

            C’est juste ça pour vous ?

            Controle routier, une gendarmes, dans votre esprit c’est juste un trou avec des poils autour ?

            OK, on a encore une marge de progression les mecs.

          • Robert dit :

            Effectivement, j’aurais du préciser que la sexualité n’est pas la génitalité. Après la théorie sexuelle de Freud qui a laminée l’intelligence, on doit le préciser sans cesse.
            Mais je m’adresse à des personnes de bonne foi, pas à des militants. Donc, je pars du réel et je reste dans le réel.
            La sexualité, c’est la nature d’une personne dans toutes ses composantes, physique, psychologique, psychique, affective, mentale et génitale qui n’est qu’une composante secondaire influencée et dirigée par les autres. Ce qui devient difficile à concevoir, je l’admet volontiers, à l’époque du porno généralisé on l’être humain est réduit à un sexe sur pattes uniquement mu par ses instincts sexuels impulsifs auxquels il n’est pas question de différer voire même de les discipliner. Je vais décevoir certains, mais les hommes ne sont pas des sexes et les femmes des vagins comme ils ont cru l’apprendre en se tirant sur la ficelle devant des films pornos.
            Je parle d’un être humain différent de celui de l’autre sexe, différences qui doivent permettre la complémentarité destinée à nous unir et pas à nous diviser.
            C’est à dire tout ce que nie le progressisme, idéologie hors sol, qui prétend construire à partir d’un amas de fonctions un homme et une femme nouveaux.
            Le communisme, le fascisme et le national socialisme étaient des idéologies progressistes, elles niaient la dignité et la nature humaine, ne voyaient en l’être humain qu’un matériau vouée à servir l’utilitarisme social en confisquant la science pour leurs fins, en pervertissant les aspirations humaines, en divinisant l’Etat, le parti et la race.
            L’homme et la femme sont égaux en dignité, en droits fondamentaux, je ne parle pas des droits de l’Homme qui sont une construction idéologique hors sol, et différents de nature, mais complémentaires, l’un a besoin de l’autre pour réaliser sa propre vocation.
            Vous pouvez donc lire ce que représente ce clivage par ce qu’écrivent certains qui nient cette dignité et ces différences et ne voient dans l’être humain qu’un matériau destiné à accomplir le rêve progressiste.

      • Clément dit :

        « L’appel à la nature » est un sophisme, rien de plus. On peut faire une liste de chose qui sont « dans la nature (humaine) » et qui ne sont pas du tout recommandables.

    • PK dit :

      La consommation d’oxygène n’a aucune importance dans un SNA/LE. Dans certains pays, on peut même fumer à bord.