CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Les brigades de l’US Army seront dotés de robots mules « SMET » en 2021

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

38 contributions

  1. Polymères dit :

    Le concept (en généralité) d’un drone mule accompagnant les combattants n’est pas mauvaise.
    Même si la principale mule reste un véhicule lambda, on ne peut nier qu’il ne passe pas partout. Autre réalité, la mule permet justement à un groupe embarqué d’avoir avec lui un support qui lui permet de se détacher du véhicule principale, ce dernier pouvant alors prendre position ailleurs.
    Un engin permettant d’alléger considérablement le combattant, lui donnant aussi un stock de vivres et de munitions complémentaires à portée de mains, offrant un support pour évacuer un blessé, voir un relai de communication. En fait il y a plusieurs possibilités à développer, plusieurs avantages à en tirer.
    On se trouve au début de tout cela, comme tout ce qui est nouveau, il y aura toujours du monde qui dira que « ça ne sert à rien, continuons comme avant », certains qui pointeront les limites des premiers modèles en mettant en avant les désavantages et en ne voulant pas voir les avantages sur le long terme. Il faut bien commencer un jour, si par le passé on avait de vrais mule en chair et en os, qu’on utilisait des chevaux ou qu’on usait le dos des hommes, cet aspect là n’est pas nouveau dans le milieu militaire, le transport des matériels, des munitions, des vivres, des blessés (même accidentel).
    Le concept est à développé, l’intégration dans un groupe de combat tout autant, sa mise en oeuvre (comment il sera déployé?) également. On peut tabler préalablement pour un besoin d’une compagnie par régiment d’infanterie en guise de première dotation, permettant de pouvoir être équipé en opex et de s’entrainer, ça représente environ une douzaine par régiment soit 240 robots. Avec l’évaluation et les développements ultérieurs, on pourra envisager à plus long terme une dotation plus globale, d’intégrer pleinement ces robots mule dans l’organigramme des unités et non pas comme un simple « plus », un complément.

    L’achat de près de 300 petits véhicules de type Fardier parachutable s’inspire en partie de ce besoin d’avoir un véhicule d’accompagnement servant à décharger les hommes. Même si ici il transporte aussi les hommes, le principe est assez proche, d’ailleurs on cherche aussi chez nous à avoir des véhicules autonomes comme l’erider de Safran, qui est en fait une sorte de Fardier autonome.
    On peut imaginer le parachutage ou l’héliportage de ce genre de robot apportant le nécessaire à des troupes au sol, un robot chargé de munitions, de vivres voir un robot armé.
    Les possibilités sont énormes, diverses et multiples.

    Un robot comme le Themis montre aussi qu’on se dirige inéluctablement vers des petits robots armés et pousseront à faire avancer un robot (combat zub par ex) avant les hommes.
    On a connu et on connait encore le développement des drones aériens, ils n’étaient presque rien hier, ils sont aujourd’hui partout, dépassant les avions de chasse dans l’efficacité de reconnaissance.

    Il faut cependant qu’on se garde bien de ne pas développer de robots terrestres trop gros, je pense que le Themis reste d’une taille convenable, de mettre dessus un armement pas trop lourd, trop onéreux. Ces drones doivent être peu coûteux et d’une certaine manière « sacrifiable ».
    Ensuite pour les véhicules autonomes, on imagine par contre très bien les utilités pour les convois ou pour ouvrir des itinéraires.
    Tout cela n’est pas du gadget technologique, je pense qu’à l’avenir, le milieu militaire sera fortement impacté par les drones, les robots, les véhicules autonomes. Tout se construit toujours par briques, l’avenir ce n’est pas dans 2-3 ans mais dans 20-30 ans, mais pour qu’à ce moment nous soyons prêt, qu’on soit à la page, il faut passer par des étapes de développements, par des expérimentations, par des intégrations. Il faut qu’on voit ce qui est bien et ce qui est mal pour l’améliorer, tout ne sera pas tout de suite formidable et parfaitement sans problèmes, mais c’est ce qui fera la différence. On a déjà largement raté le domaine du drone aérien, on se rattrape dernièrement, ne ratons pas celui des drones terrestres en mule, en version armée, ne ratons pas l’autonomisation de véhicules dans un contexte militaire ou l’IED est prolifique.

  2. Romain dit :

    Ça choque personne la vitesse de « marche » d’un groupe de combat de 12km/h ?
    On va dire 5-6 et 12 c’est éventuellement en mode exfiltration ++

  3. Clavier dit :

    Encore un hommage à johnny….!

    • Waroch dit :

      vous m’avez grillé!
      Ils devraient en faire une version lance-flamme. Histoire d’allumer le feu 😀

  4. mora dit :

    ce châssis ressemble bcp au VP 2800 8×8 de poncin, mais en version autonome

  5. Max dit :

    L’Alpha Dog de Boston Dynamics était sympa mais repérable à des km avec son bruit de tronçonneuse !
    https://www.youtube.com/watch?v=cr-wBpYpSfE
    Le THeMIS (Tracked Hybrid Modular Infantry System) en tout électrique de MilRem est en phase de test…Je suis convaincu que ce concept sera à l’avenir massif.

  6. Max dit :

    Comment pourrait être l’avenir ?
    https://www.youtube.com/watch?v=dKjCWfuvYxQ
    Voilà comment les artistes en effets spéciaux Sam & Niko (The corridor crew) ont caricaturé le dernier model de Boston Dynamics dans: New Robots Now Fight Back »!
    https://www.youtube.com/watch?v=TIlEYGFBECU
    Exemple de leur travail. Valait mieux le présenter ainsi pour qu’il n’y ait pas de confusion pour certains. C’est une parodie en CGI. Mais quand le Q-Bit pourra être exploité par des logiciels et algorithmes adéquats, l’homme sera obsolète. Prions pour le « Man in the loop ».
    L’original : https://www.youtube.com/watch?v=y3RIHnK0_NE
    L’explication : https://www.youtube.com/watch?v=zIdqiwHsuI8

  7. Cerealkiller dit :

    Je ne sais pas si vous avez vu les derniers robots de Boston Dynamics mais c’est assez impressionnant.
    Il y en a un qui fait de la gym. Ça commence à faire tout doucement terminator.

    https://youtu.be/YdnJI9T-yXI

  8. Félix GARCIA dit :

    Ah beh j’aurai dû lire tous les commentaires avant d’écrire le mien, c’est de la redite.

    • Franz dit :

      Ils n’étaient peut-être pas validés (donc pas visibles) quand vous avez écrit le vôtre ?

  9. vieux margi dit :

    Ça tarde à venir chez nous…alors qu aux salons Milipol. Eurosatory on en voit. Avec même mitrailleuse …. version sanit pour transport blessé ,la mule repart seule avec le blessé a l arrière…. et la mission peut continuer.même avec un Max en accompagnement…mais comme on a toujours du retard ….

    • igor340 dit :

      Bonsoir,vieux margi,
      tentez d’évoquer un blessé de combat, quel que soit son état physiologique, par un robot MULE devant le service de santé des armées, et ce même devant les personnels en charge de la prospective, et dans le meilleur des cas, on vous répondra d’un air docte et entendu : « non »/ pas possible/pas envisageable/ juridiquement dangereux/médicalement « insane »… bref!!! vous passez en 1 seconde pour un psychopathe… et quand les US vont le réaliser, on nous dira à nous industriels : » mais qu’attendez vous pour développer un truc comme ça??? « …..
      bref!!! le roman national…
      pour vous répondre plus sérieusement :
      – stabiliser un blessé,
      – appeler un robot MULE équipé protection balistique additionnelle sur géolocalisation,
      – installer le blessé sur une civière médicalisée et sous surveillance déportée de tous ses niveaux,
      – envoyer le robot MULE jusqu’aux abords du CCP (Casualty Collectiv Point) toujours sur géolocalisation (véhicule ou hélico) , après avoir déterminé les waypoints d’extraction (donc sans gêner la section au contact )…
      – … et même si le personnel de niveau 2 devait pour des raisons médicales et/ou juridiques embarquer avec son blessé…
      bref!!! il n’y a évidement que le SSA français pour refuser une telle opportunité, et un tel gain de temps …. mais je comprends pourquoi certains d’entre eux préfèrent de loin le bonne vieille bâche d’extraction multipoints, voire peut-être la perche… au moins là, aucune complication juridique…

  10. EchoDelta dit :

    Il y a en France un projet intéressant : le ROBBOX de SERA Ingénierie.
    http://forcesoperations.com/la-mule-robot/
    Ca ressemble pas mal et je l’ai vu à la présentation des Armées de Terre à Satory.
    Il est apparemment très modulaire (motorisation par train thermique ou électrique) possibilité d’avoir 2 ou 3 train portant à 6 roues si besoin est le véhicule articulé autour d’une poutre. Il est tractable par un Explorer sur de grande distance.
    Bref cela semble pas mal sur le papier.

  11. LeGaulois dit :

    Excellent! Il suffit de bazooker la mule pour que l´équipe se retrouve à poil.

    • Parabellum dit :

      Les camions ne se feraient pas allumer aussi? Ni des gens à pied? Les drones et autres robots terrestres ne sont pas chevaleresques mais éviteraient sans doute de se faire fumer par des snipers ou des fana suicidaires ou même des. Gosses défoncés mais armes jusqu’aux dents..mieux vaut casser de la ferraille que des hommes et cette ferraille peut aussi flinguer l ennemi tant mieux… vision de nuit missiles drones il est temps de se mettre à l heure .

    • FredericA dit :

      @LeGaulois : Vous pensez REELLEMENT que personne n’y a pensé avant vous ?

  12. Sanayist dit :

    260000$ pour un robot mule aussi discret qu’une tondeuse à gazon, avec une autonomie de 72 heures et 60km de portée théorique.

    Est-ce que ces robots mules sont capables de franchir les obstacles et les chemins extrêmements difficiles rencontrés en montagne ou forêt ? J’en doute fortement. L’idée de robots logistiques semble prometteuse dans des conditions où il existe des voies de transports plats (route bitumée ou non, désert) car sur ce type de terrain le robot pourra parcourir une plus grande distance à vitesse élévée mais en montagne ou en forêt, là où l’environnement et les obstacles empêchent un déplacement rapide, c’est inutile.

    La nature offre bien mieux. L’armée turque utilise plus de 900 mulets séléctionnés pour le transport logistique de ses brigades de combat en forêt et montagne.

    A 300€ l’unité, ces mulets sont de véritables soldats d’élites. Particulièrement résistants, presque increvables, ces mulets soldats sont capables de transporter plus de 200kg de charge utile. Ils mangent et boivent très peu, travaillent beaucoup. Ils résistent à la faim et la soif pendant des jours. Ils ne produisent presque aucun son, ils n’henissent pas comme les chevaux, sont plus puissants que le cheval et l’âne et ont plus de stabilité. Ils résistent également aux maladies. Vous pouvez avoir une totale confiance au mulet même dans les terrains les plus difficiles, en montée comme en descente. Il trouvera à coup sûr le chemin le plus doux et sécurisé grâce à ses fins réflexes. Ils n’ont pas peur de la hauteur et du vide comme les chevaux. Leur éducation est simple, ils comprennent tout langage. Dites « Viens » il viendra, dites « Pars » il partira. Ils sont fidèles jusqu’à la mort, même si ils sentent le danger ils ne s’enfuieront pas. Même en combat, en plein milieu des échanges de feu et des explosions ils ne se cabreront pas, ils ne jetteront pas au sol leur maître. Ils sont même complètement autonomes, une fois lâchés dans la nature, ils se déplaceront du point de départ jusqu’à destination. Ils trouveront le chemin tout seul, se reposeront quand il faut, s’abreuveront en chemin. En montagne ou forêt, on peut ravitailler des postes militaires séparés de 100km grâce à des mulets autonomes, sans humains.

    Avec 2 mulets on obtient plus de 400kg de charge utile. Avec 3 plus de 600kg. Pour 300€ l’unité, le calcul est simple.

    • Plusdepognon dit :

      @ Sanayist
      Oui, nous avons abandonné la mule en 1975.
      Ça ne rapporte pas d’argent aux amis des hommes politiques. Et comme cela paye les carrières des dirigeants, il vaut mieux acheter des joujoux technologiques qui coûtent très cher au contribuable. Pour le bien des actionnaires des sociétés de plus en plus multinationales d’ailleurs…

    • Sempre en Davant dit :

      Vous inaugurez une intervention turque intelligente et sans injures : Bravo! Bienvenu!

      De plus mon admiration pour « le brèle » est égale à la votre.
      La compétence hippomobile devrait être conservé dans les armées particulièrement pour la mule de bât qui passe partout.
      C’est un atout pour le militaire comme pour la sécurité civile.

      Probablement trop efficace et trop peu coûteux.
      Les décisionnaires devraient être placés en position d’être ravitaillé ou secouru… ou faire le boulot du mulet!

      Il n’en reste pas moins qu’une mule mécanique a aussi ses avantages (nos tabors de Monte Cassino ont mangé leurs brèles) mais elle signifie que l’infanterie retrouve ses origines : à pied!
      C’est pas commode pour recharger lphone 😉

      • Sanayist dit :

        Bienvenue.
        Mes interventions peuvent être violentes, je le conçois, mais ma violence n’est dirigée que contre les terroristes. Je n’insulte pas les autres humains sauf si légitime défense.

        Concernant nos amis les mulets, ils apportent un soutien et un réconfort très important aux soldats sur le terrain. Les soldats se sentent mieux en compagnie d’un mulet. Ils savent qu’ils disposent d’un fidèle compagnon avec plein de provisions qui ne les lâchera jamais en route. Les soldats partagent leur nourriture avec le mulet, lui donnent à boire. Un lien affectif se crée entre les soldats et le mulet. Le mulet fait parti intégrante de l’équipe de combat. Un robot de transport en métal n’est qu’un gadget avec lequel les soldats ne tisseront aucun lien, à part recharger leur iphone. Il ne possède aucune aucune intelligence, une fois son endurance rapidement épuisée, ce n’est plus qu’un boulet à éliminer, à défaut de pouvoir le recharger (bonne chance au milieu de la jingle ou en montagne) en plusieurs heures. Un mulet se reposera en même temps que les soldats, il est constamment prêt pour la route.

        La Création, pour la tâche incombée, en terme biophysique et biomécanique, offre le prototype parfait de l’animal de transport. Tous ces robots ne sont que des pâles copies qui ne rivaliseront jamais avec l’animal (en forêt et montagne)

        Ça fait depuis 40 ans qu’on nous parle de robot qui dépasseront les humains ou animaux, même les derniers robots technologiques font presque pitié en terme d’agilité, flexibilité, adaptabilité, intelligence, improvisation, etc….

        On peut espérer une égalisation peut être dans 100 ans, et encore si l’espèce humaine n’a pas disparu jusqu’à là. Je n’y crois pas.

    • EchoDelta dit :

      Absolument mais … L’époque n’est plus à l’exploitation des animaux et leur enrôlement dans l’armée. Jusqu’à ce que le danger redevienne réelle et que nous soyons vraiment menacé de disparition, alors nous retrouverons ces réflexes de survie.
      Les chiens sont également des outils de « perception sensorielle » très facile à déployer ! Et peuvent sauver bien des vies.

    • FredericA dit :

      @ Sanayist : « Est-ce que ces robots mules sont capables de franchir les obstacles et les chemins extrêmements difficiles rencontrés en montagne ou forêt ? »
      .
      Non… Mais ce n’est pas grave parce que ce n’est pas du tout ce qu’on attends d’eux.
      .
      Est-ce que les A400M sont capables de dépasser mach 2 ? Non… Mais ce n’est pas grave parce que ce n’est pas du tout ce qu’on attends d’eux.
      .
      Est-ce que les Rafale sont capable de faire Paris-Moscou sans ravitaillement ? Non… Mais ce n’est pas grave parce que ce n’est pas du tout ce qu’on attends d’eux.
      .
      Etc. 😉

      • Sanayist dit :

        Avez vous déja fait une randonnée en montange ou dans la forêt ? Ces robots mulets sont censés parcourir des chemins en montagne ou au milieu de la forêt. Relisez l’article.

        Je propose un test, que le meilleur robot mule se mesure à un mulet de bât en conditions réelles dans une brigade de combat.

        À l’issue de l’épreuve, les soldats devront choisir entre le robot et le mulet. On devine assez facilement pourquoi la Darpa n’a réalisé aucun test de ce genre jusqu’à maintenant, le robot se ferait démonter et il ne pourrait plus vendre leur daube à 26000$ l’unité, lol

  13. Parabellum dit :

    Lu ailleurs que l US Army a commandé 600 mules…on n est pas dans le prototype unitaire chèr lituanien ou estonien à nos pauvre armées …on est dans la masse américaine qui fait stock et à des réserves si ca casse…600 engins livres en deux ans…nous on va bidouiller les vieux Vab pour les gendarmes…si les gilets jaunes se pointent avec des tracteurs ou des camions de chantier…? Il est urgent de revoir tout ca…