CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Près de 50 soldats maliens ont été tués lors de l’attaque du camp d’In Delimane [MàJ]

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

111 contributions

  1. Parabellum dit :

    Pauvres maliens…ils n ont pas de sentinelles le matin ni de moyens nocturnes ni de barbelés ? Une chicane et des mines ? Les assaillants ne sortent pas de nulle part c est de la guérilla pure et dure avec une population complice voire active…qui arme ces rebelles ? Ils piquent le matos aux réguliers a chaque fois ? Au fait il y a au moins 200 000 maliens en France…ils vont aller se battre pour leur pays quand ?

    • Le Breton dit :

      Comment savez-vous qu’il y a au moins 200 000 maliens en France ?

      • Duchmol dit :

        Chiffre de l’ambassade du Mali 120000
        Ce qui ferait quelques bataillons en effet

      • albatros dit :

        Il y en a 120 000 de réguliers selon leur ambassade
        L’estimation au doigt mouillé de 200 000 avec les clandestins paraît crédible en effet,
        il yen a peut être même plus que cela

      • Olivier 15 dit :

        ils sont 120.000 apparemment. Mais ça pourrait faire 120.000 gars qui se battent pour leur pays. Même avec leur niveau, ce serait un bon début. https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/01/18/qui-sont-les-maliens-de-france_1818961_3224.html

      • Parabellum dit :

        Article dans le monde parlait d une estimation de Matignon a 100 000 malien en situation dite régulière et on pense qu il y en a autant en irréguliers…l ambassade du Mali les estime 120 000 …comparez ça à barkhane et cherchez l erreur. Respect pour le spahi qui vient de mourir sur une mine et marre de ce gâchis.

      • Desty dit :

        Selon les estimations, la communauté malienne qui constitue la première diaspora africaine de France compterait environ 500 000 personnes et 60 000 familles, beaucoup d’entre eux étant clandestins. La ville de Montreuil compte au moins 10% de Maliens, et de nombreux membres de cette communauté vivent aux alentours de cette ville qui a hérité du coup du surnom de 2eme métropole du Mali (après Bamako) ou Bamako sur Seine.
        Les immigrés Maliens envoie chaque année depuis la France au moins 300 millions d’euros au pays, ce qui représente au cours actuel 340 millions de dollars et plus de 2 point de PIB du Mali. Le résultat est que les autorités maliennes sont très réticentes à reprendre leurs clandestins car cela constitue à la fois une charge et un manque à gagner pour eux.
        https://www.madaniya.info/2017/01/17/diaspora-malienne-en-france-passerelle-ou-otage/

        • Allobroge dit :

          Charges en moins, manques à gagner, outre les opposants qui ne les emm….plus et des bouches en moins à nourrir mais heureusement ils peuvent partir régulièrement en vacances au pays ! Ces c..s de toubabs peuvent bien payer puisque jadis ils se sont servis sur leur pays comme les extrèmistes de gauche et autres « porteurs de valises » ne manquent pas de la souligner !

          • Parigot dit :

            @ Allobroge
            Le 10 novembre prochain, les dhimmi se comptent.

            Et en mars 2020, les quartiers musulmans pourront montrer quel islam ils veulent installer.

            Tout va bien, dormez tranquille tout est calme.

      • Daniel BESSON dit :

        Le capitaine DANRIT doit faire des triples saltos dans sa tombe !

    • albatros dit :

      Il y a justement eu un soldat français à nouveau tué par un IED l’arme des lâches…ce soir à Bamako…
      Paix à son âme, force et honneur

      • Daniel BESSON dit :

        Je ne savais pas que les MIACAH – au plâtre – que j’ai manipulé pendant mon SN étaient une  » arme de lâche »

        • Plusdepognon dit :

          @ Daniel Besson
          C’est en rapport avec l’article du journal « le monde » que j’ai mis en lien..
          Pas une attaque personnelle.

    • albatros dit :

      Sur ces milliers de maliens mais aussi de syriens et afghans, combien de brigades on aurait pu former pour les envoyer établir la paix par les armes chez eux ?
      A la place nous avons des jeunes étrangers qui se joignent à des assocs de bénis oui oui et autres jeanfoutres qui critiqueront la France et lui donneront des leçons de morale à la BHL , les blancs colonisateurs sont toujours une cible pratique et surtout facile, c’est plus dur de faire la révolution chez soi que devant une caméra de Tv ou un micro de la radio.
      S’ils avaient de l’honneur ils iraient se battre pour leur pays leur nation
      à la place ils font des manifs contre la France à Bamako parce qu’, on devrait massacrer les Touaregs sans doute…

      • Allobroge dit :

        Sauf que je ne suis pas certain que la notion de patriotisme soit la même chez eux que chez nous vu que se sont ces vilains blancs occidentaux et colonialistes qui ont défini les frontières de leurs pays respectifs alors qu’avant tout était à tous en tant que nomades, ou presque !

  2. Carin dit :

    J’ai l’impression que ces pauvres FAMA sont abandonnés à leur triste sort au niveau matos et formation….
    sans compter le « blindage » des camps qu’ils montent et qui semblent aussi étanche qu’une passoire…
    rajoutez à ça la proverbiale nonchalance africaine… et vous avez de superbes stands de tir aux pigeons. Pourtant lorsqu’ils montent au feu avec des gars de Barkhane, ils ne ménagent pas leur peine.
    Je ne sais pas de quoi sont faits leurs modules de formations, mais ça ne semble pas vraiment correspondre aux besoins??

    • albatros dit :

      en fait ils font juste des stages, alors qu il faudrait leurdonner une vraie formation militaire d’au moins 1 an…
      Quant à leurs politiques et chefs militaires…autant les mettre tous en taule pour haute trahison
      on aidera mieux leur pays ainsi en diminuant le nombre de voleurs et de criminels notoires
      Amen

  3. petitjean dit :

    au Mali aussi ça devient rengaine !
     » Les soldats maliens ne s’attendaient pas à une attaque aussi tôt le matin » ????!!!!
    merde, ils n’avaient pas pris rendez vous ?? Vraiment des jean-foutres !
    ces pauvres soldats qui endossent un uniforme uniquement pour avoir une feuille de paie

    Jour après jour il apparaît également qu’en réalité la France et le Mali n’ont pas le même ennemi. Pour Paris ce sont les jihadistes, alors que pour Bamako ce sont d’abord les Touareg… Pour le gouvernement malien, les jihadistes ne constituent en effet pas un ennemi existentiel, à la différence des Touareg qui veulent la partition du pays.
    Dans ces conditions, pouvons-nous encore faire semblant de croire que le Mali et la France sont des alliés? Pouvons-nous, dans l’état, continuer à engager nos soldats dans un combat qui pourrait être sans issue puisque les deux armées ne poursuivent pas les mêmes buts? N’y a-t-il pas en plus un risque de voir Barkhane placée entre le marteau touareg et l’enclume sudiste tout en étant prise de flanc par les jihadistes ?
    En résumé, l’évolution de la situation fait qu’il n’est plus possible d’analyser la question du Mali comme au moment du déclenchement de l’Opération Serval, ni même lors de la bascule avec Barkhane. C’est donc toute la question de la forme de notre engagement qui doit être analysée et peut-être revue. » (….)
    https://www.secoursdefrance.com/2018/02/04/mali-rester-ou-partir-bernard-lugan-pose-la-question/

    • albatros dit :

      De ce fait que vous exposez, nous sommes du côté des Touaregs
      et la population malienne commence à nous voir comme une troupe d’occupation
      Au final on devra se retirer ou appuyer un coup d’Etat voie une partition du pays…pourquoi pas une fédération d’un pays aussi immense et opposé…
      A la décolonisation on aurait pu, et même dû en faire deux pays distincts
      on n’a pas été bons là dessus

      • Daniel BESSON dit :

        Pour le Mali cela découle d’un vieux projet géopolitique Françouze : l’Organisation Commune des Régions Sahariennes ou OCRS . Le gouverneur général Pierre Messmer avait failli accepter la sécession du Nord mais les Noirs ont couiné avec leurs relais en Françouzie dont , de mémouâre , Sédar Senghor ( à vérifier )

  4. breer dit :

    Un chaos sans fin, l’humain quand il ne sait rien construire, par manques, d’instruction, de culture, de connaissance, d’affection et d’empathie humaine, et surtout du fait d’ un conditionnement idéologique mortifère, ne peut plus s’exprimer que dans la violence et la destruction……

  5. Polymères dit :

    L’ennemi choisit ses cibles, non sans raisons.
    Gardons à l’esprit que dans cette région du Nord Mali, au delà de l’aspect terroriste, l’armée malienne est mal vue par une très grande partie de la population, une région qui a connue plusieurs révoltes touaregs, qui a connue beaucoup de répressions.
    Ce n’est pas pour rien, que nous, français, quand nous avons débarqués, on a voulu tenir une distance et éviter de se mettre les touaregs à dos, en acceptant qu’ils assurent un rôle sécuritaire dans cette région.
    Une position qui a agacé et qui agace encore des maliens du Sud qui prétendent tout savoir de leur pays, qui se sentent tout puissant à Bamako, font pression et joue le jeu anti-français qui favorise le terrorisme, l’extrémisme que des pays comme la Russie exploite et ce n’est pas pour rien que ces groupes demandent l’intervention de la Russie et sont souvent admiratifs de Poutine, mais ça c’est encore un autre sujet.
    Les maliens du Sud, par ce qu’ils ne veulent pas comprendre la réalité du Nord qu’ils estiment devoir être « libérer » des groupes armés touaregs, finissent par se radicaliser, par se surestimer tout en sous-estimant ceux d’en face, poussant comme en 2014 des chefs militaires maliens à vouloir reconquérir le Nord (Kidal) pour y installer l’armée malienne en pensant « régler » tous les problèmes. Résultat de cette offensive, une cuisante défaire qui renforça ceux d’en face, qui poussa aux accords d’Alger. Cette épisode est important, car ces accords sont encore ceux qui définissent les relations Nord/Sud actuelles.

    Cette rivalité intérieure au Mali existe depuis l’indépendance. Des rapports de forces, des révoltes, des répressions des vengeances qui expliquent encore pas mal de choses actuelles, qui expliquent les alliances/liens avec les groupes terroristes, brigands et autres ayant créer la situation de 2012 (aidé par un coup d’état).
    Car avouons le, dans tout cela, même si nous cherchons à éliminer le noyau des vrais terroristes (AQMI et consorts) il y a toujours en parallèle un autre problème intérieur, les groupes touaregs ont bien souvent un double jeu vis à vis des forces étrangères et j’inclue dans ces forces, l’armée malienne. Dans la multitude de groupes armés touaregs, faut pas croire, même si pour ne pas devenir l’ennemi de la France (car c’est ainsi que leur choix se fait) et se retrouver sur la liste des terroristes, certains acceptent de jouer le jeu des patrouilles conjointes, derrière la réalité idéologique, politique des chefs et même des simples combattants, ils ne veulent pas voir l’armée malienne chez eux.
    Dans les patrouilles, ils peuvent surveiller en continuant d’être armée légitimement, ils savent parfaitement que si demain Barkhane décide qu’ils deviennent des cibles, ils ne tiendront pas longtemps et devront mener une résistance de l’ombre (chose que nous cherchons à éviter), une résistance qui dans le contexte actuel sera qualifiée de « terrorisme » et traitée comme telle.
    Ce que je veux dire, c’est que j’estime, j’en suis même certain, que dans les groupes touaregs, on doit retrouver beaucoup de responsables dans les attaques (dont les mines) contre les maliens, l’ONU, Barkhane. On pense qu’il s’agit de terroristes islamiques façon Daesh mais qu’en réalité on assiste à ce qu’on connait depuis bien longtemps en Afrique, de guerres intestines, de haines ethniques aux origines bien plus profondes qu’on ne le pense. Notre erreur est de mettre tous les événements qui se passent sous le simple prisme du terrorisme et de la lutte contre le terrorisme.
    Le terrorisme s’alimente toujours de causes locales, un terroriste en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Somalie, en Libye, au Nigéria, au Mali ou ailleurs, n’est jamais le même, il a peut-être son idéologie islamique qui va pour nous, permettre de le mettre dans le même sac, mais il y a de grosses différences.

    L’armée malienne est une cible de choix, pas seulement pour les terroristes, mais aussi pour les touaregs.
    Vous voyez beaucoup de bases et de camps des groupes touaregs qui subissent ce genre d’attaques? Pourtant ils ont beaucoup de points plus facilement prenables que les postes de l’armée malienne, mais c’est globalement tranquille, sauf quand ils ont une petite guerre de chefs (surtout ceux qui donnent un peu trop la main à Bamako).
    Affaiblir l’armée malienne, récupérer des armes et autres, bien pour les terroristes mais aussi les touaregs. Si ce genre de claques créer une crise politique affaiblissant Bamako, tout bénef pour les terroristes et les touaregs.

    Alors, on peut bien entendu blâmer une armée malienne qui manque très clairement de sérieux dans son comportement, dans sa méthodologie, dans la tenue de ses positions (la garde, équipes d’alertes…), ses moyens, ses défenses, mais il faut admettre qu’au Nord, elle est en territoire hostile, considérée comme une force d’occupation.
    Si la Minusma et Barkhane ne serait pas là, qui peut sincèrement croire que le Mali ne va pas s’effondrer sur lui même? Alors même si aujourd’hui il y a de nombreuses attaques et instabilités dans le pays, la question n’est pas de se dire qu’en raison de cela, que c’est la preuve que nous ne servons à rien, mais bien de comprendre que sans nous ce serait pire, bien pire. On reste une force qui est stabilisatrice, qui retient les touaregs de descendre sur des villes comme Tombouctou ou Gao (ils sont en mesure de les prendre), on empêche de revoir des actes de représailles de la part des uns ou des autres même si on voit encore des histoires de prisonniers abattus car ils s’enfuyaient (comme si dans le désert à 45° on va bien loin!), on empêche le terrorisme de s’étendre encore plus en le confinant dans des zones, en le repoussant ailleurs, en le limitant en taille.

    On pourrait tenter de jouer la carte d’un appui aveugle à Bamako et l’armée malienne, en la désignant comme l’unique force armée du pays, la seule ayant légitimité des armes. On pourrait chercher à désarmer de gré ou de force tous les autres groupes touaregs, d’auto-défense et j’en passe, la situation semblerait alors plus simple politiquement et sécuritairement, mais ça ferait exploser le nombre d’attaques asymétriques/terroristes d’une rébellion touareg, ça pousserait aussi à devoir s’impliquer d’avantage et à fermer les yeux sur une répression violente et meurtrière de l’armée malienne qui occupera les lieux et même à accepter un flux de réfugiés. Pour l’instant on a choisit une pacification pour éviter la dérive militaire avec comme ambition de former une armée malienne qui pourra à long terme s’imposer. Mais ce chemin parait difficile, au point qu’on cherche désormais à impliquer toutes les armées locales dans une force commune G5 Sahel pouvant nous remplacer pour qu’on évite de trop durer.

    • Maksy dit :

      Bonne analyse. La solution, si elle existe, serait peut-être dans une autonomie réelle du Nord Mali à dominante Touareg, voire une indépendance ? Mais cela empêcherait-il des conflits entre le nord et le sud ? Je n’épiloguerai pas sur l’incompétence crasse des soldats maliens qui se font surprendre au lever du soleil comme des bleus. Ils ont payé le prix fort. Les soldats africains ne sont bons que lorsqu’ils sont bien commandés et encadrés. On sait cela depuis fort longtemps.

      • dolgan dit :

        Ils ont quoi comme ressources economiques potentielles dans le nord? à part les trafic?. c’est un peu ça le problème et c’est difficilement soluble.

      • albatros dit :

        Solution : fédération ou partition
        après la case guerre civile et terrorisme si nous partons
        Mais on est parti pour y rester longtemps encore faute de changer les élites de Bamako ou leur logiciel politique
        Et pendant ce temps le sang coule y compris de nos soldats dont celui qui vient d’être victime d’un IED l’arme des lâches ce soir

      • albatros dit :

        « Les soldats africains ne sont bons que lorsqu’ils sont bien commandés et encadrés » par des sous officiers gaulois – dans des formations type tirailleurs sénégalais » On sait cela depuis fort longtemps. »
        hé hé hé !

        • albatros dit :

          Tirailleurs au Coupe Coupe, Goumiers et Tabors qui faisaient la terreur du Feldrau de base

          • garance dit :

            feldgrau. Ils se confectionnaient des colliers d’oreilles coupées. Une vielle vosgienne tremblait encore chaque fois qu’elle croisait un africain dans sa vallée car cette image de jeunesse et de combats de la libération lui revenait alors.

      • Polymères dit :

        Oui mais justement ce désir d’autonomie ou d’indépendance c’est ce qui est à la base de la conflictualité Nord/Sud.
        Le problème c’est qu’il n’y a pas de « frontières » à ce conflit.
        Pour ceux du sud, il est impensable de voir une partition du pays, l’héritage du tracé des frontières par la France sont une référence, une identité, un droit.
        Pour les Touaregs (nomades), les frontières ont toujours été un drôle de concept, pour eux ça n’existe pas, même si par la force des choses, la sédentarisation a comme pour les gitans chez nous, largement pris le dessus. Il n’y a pas vraiment une frontière Nord/Sud qu’on pourrait départager, ce sont des zones d’influences ethniques et culturelles. Pour les touaregs, Tombouctou ou Gao font partis de leur zone.
        Pour mon point de vue, je l’ai souvent indiqué ici, il faut construire avant toute chose des routes pour désenclaver le Nord et faciliter la manoeuvre militaire.
        Ensuite il faut créer une politique d’intégration des touaregs, d’un point de vu politique et sécuritaire.

        Mais c’est compliqué sans bonnes volontés.
        Si on voudrait vraiment s’impliquer et imposer Bamako sur l’ensemble du pays, on pourrait le faire, éliminer/chasser les touaregs des quelques villes/villages du Nord n’est pas en soit une mission complexe militairement pour nous, on laisserait derrière l’armée malienne tenir les positions, mais comme je l’avais mentionné, la prolifération d’armes et la résistance à ce coup de force poussera à un pourrissement sécuritaire pouvant faire bien plus chier que la situation actuelle, surtout si les maliens ne tiennent pas ou dérivent dans la répression/vengeance locale (exécutions et autres). On a aujourd’hui déjà une base d’information importante sur les groupes touaregs, ces derniers ont des armes qu’ils ont déclarées et qui ont l’autorisation d’avoir, on sait leurs planques et on pourrait dans une opération éclair mettre hors jeu d’importantes quantités d’armes et d’hommes, mais ça ne suffira pas pour éviter les problèmes.

      • Plusdepognon dit :

        @ Maksy
        Ce n’est pas une décision facile et en aucun cas la France ne devrait s’en mêler. D’autant que beaucoup de monde s’en mêle: les Etats voisins, ceux du Moyen-Orient, les USA, la Russie, la Chine… Nous ne pouvons pas faire plus et nous demandons même de l’argent pour aider les Etats du G5 Sahel aux pays qui financent le terrorisme islamisque mondial.
        Le Mali peut se déchirer, mais ça ne changera rien aux défis énormes qui guettent les habitants du Sahel.

        Une population qui devrait doubler, alors que les ressources en eau et en nourriture sont rares. Une population jeune, sans avenir et qui n’est pas formée. Des religieux qui s’incrustent dans des conflits entre sedentaires et nomades et apportent armes et argent…

        Aucun Etat n’a relevé ce défi sans une baisse dramatique de la population dans l’histoire humaine.
        Ce sont de gros malheurs qui s’annoncent dans cette partie du monde.

    • Coach dit :

      @polymères Au plaisir de vous relire sur un prochain article

    • Plusdepognon dit :

      @ Polymères
      Très bonne analyse.
      Merci !

  6. petitjean dit :

     » Les soldats maliens ne s’attendaient pas à une attaque aussi tôt le matin  »
    parce que la nuit on dort , on ne fait pas la guerre ??!!
    cette déclaration, terrible, en dit long sur les « compétences » et les « motivations » de cette armée africaine !

    et cette autre déclaration :
    « Les jihadistes ont aussi probablement bénéficié du manque de confiance entre les forces de défense et les populations »
    ????????????
    Situation inextricable ! Que fait-on encore sur cette terre ingrate ?…………………..

    • Ancien du Sahel dit :

      @ petitjean, on n’attaque pas la nuit parce le risque est grand pour le Musulman (du moins le Musulman du Sahel : ailleurs je ne sais pas) : s’il meurt la nuit, son âme errera dans l’obscurité jusqu’à la fin des temps sans trouver le chemin du paradis d’Allah.
      .
      Mais ils peuvent sans risque attaquer au lever du jour. Le problème, c’est que les armées « régulières » font la grasse mat’.

      • jyb dit :

        @ancien du sahel
        c’est aussi vrai pour l’Afrique de l’est et la péninsule arabique.

      • Vinz dit :

         » s’il meurt la nuit, son âme errera dans l’obscurité jusqu’à la fin des temps sans trouver le chemin du paradis d’Allah. »
        .
        Donc le bon musulman programme impérativement sa mort les heures ouvrées ? 🙂

    • Allobroge dit :

      Otez moi un doute et sauf erreur de ma part il me semble bien pourtant que nous envoyons régulièrement des conseillers militaires pour former ces maliens au métier non ? Mais ont ils bien compris ce qu’on leur a enseigné ?

      • Auguste dit :

        On leur donne une formation militaire,mais faudrait y ajouter une formation des cerveaux.Par leurs « bavures » ils participent aussi au renforcement du djihadisme et à la méfiance,quand c’est pas l’hostilité, de la population envers les troupes régulières.

  7. Jack BAUER dit :

    De pire en pire le sahel, et avec areva qui se retire du niger et le regime de idriss deby a bout de soufle ca craint

  8. Vinz dit :

    « S’agissant des attaques contre les camps de Boulikessi et de Mondoro, il avait été avancé que les jihadistes ont bénéficié d’un effet de suprise. « Les soldats maliens ne s’attendaient pas à une attaque aussi tôt le matin. »
    .
    Comment dire. Quand on est con à ce point faut en effet s’attendre à avoir mal.

  9. Henri MARTIN dit :

    Si j ai bien compris sans l’armée française tous ces états sahéliens s’écroulent sous la pression de quelques milliers d’hommes bcp plus motivés que les troupes gouvernementales pourtant plus nombreuses et mieux équipés, et qui ne sont bons qu’a piller et rançonner leur propre population.

    • Jason Bourne dit :

      Votre analyse est cruelle et condescendante mais elle est hélas terriblement vraie. C’est vraiment désespérant…

      • Bololo dit :

        Y a-t-il eu vraiment une attaque ?
        Il faut différencier le « story telling » et la réalité.
        Cette réalité mais je l’imagine assez bien : au petit jour en prenant son arme, un soldat tire une rafale par maladresse. Alors les autres, croyant qu’ils sont attaqués, « ripostent » en tirant dans tous les sens.

    • Clavier dit :

      Vous avez parfaitement compris mais il vaut mieux que vous gardiez ça pour vous….

    • Thaurac dit :

      Vous avez mal compris.
      Là on parle des Maliens, et ce n’est pas les quelques milliers de soldats français qui peuvent s’occuper d’une superficie égale à l’europe avec tous les moyens que cela implique et sans compter les formations des autres unités.
      Par contre, on pourrait leur envoyer le spectre de Louvois pour les fortifications défensives!

      • Polymères dit :

        Beaucoup s’imaginent encore que Barkhane est la seule force assurant la sécurité de tout le Sahel, mais c’est faux. Nous ne sommes pas nombreux et la mission de Barkhane est claire, assister et aider les pays de la région à lutter contre le terrorisme. Ce n’est pas nous qui nous occupons de tenir le terrain.
        Déjà au Mali, pour amener des forces militaires qui faisaient défauts au Mali et pour que nous puissions rapidement dégrossir on a poussé à la création de la Minusma.
        Nous avons peut-être 1400 hommes au Mali, on parle souvent de Barkhane et ses 4500 hommes, mais cette force reste un regroupement de diverses opérations (Epervier, Sabre…). La suite de l’opération Serval, c’est environ 1400 hommes, car c’est bien le Mali qui regroupe l’essentiel des problèmes, sachons le rappeler, 1400 hommes et non 4500 traitent le Mali.
        Dans tout cela vous retirez tout le soutien (gestion du camp, Alat etc…) et vous avez réellement quelques centaines d’hommes sur le terrain qui font les missions et pas étonnant que récemment on a voulu réorienter des troupes sur le Mali plutôt que tourner en rond à Madama ou le Nord du Tchad. De Serval à Barkhane, pour le Mali on est passé de 4 GTIA à 1.
        Derrière pour ce qui est du Niger, on a essentiellement une base peu active assurant un rôle de transit, de plot logistique, de soutien aérien (drones, avions de chasse), des hommes ayant un rôle, mais un rôle indirect. Sans entrer dans les détails (on pourrait faire la même chose à Ndjamena) la réalité c’est que nous avons peu d’hommes au sol, que nous sommes avant tout une force amenant du renseignement et ayant des capacités aériennes qui font vite basculer les rapports de forces et qui peuvent surprendre un adversaire très terre à terre.
        La masse humaine est amenée par les armées nationale et on doit faire avec et on ne peut pas être partout, logiquement quand vous avez 400 maliens à un point B, on se dit que la zone est sous leur responsabilité et on ne va pas y consacrer des moyens, ils font partie du maillage territoriale, malheureusement ces unités ne font pas le job comme nous le faisons.

        Je reste favorable à ce que nous accompagnons l’armée malienne dans la création de bases permettant un maillage territoriale. Actuellement les maliens investissent ou réinvestissent de vieilles casernes/bâtiments qui n’ont rien à voir avec une base militaire en terrain hostile, une caserne de l’armée malienne c’est presque comme une caserne de gendarmes ou de pompiers, avec un garde à l’entrée. Je suis favorable pour qu’on établit un modèle de base défensive avec un fossé contre les véhicules, bastion wall, barbelé, double entrée (avec chicanes etc…), tours d’observations et de tirs pour une couverture à 360° ( concrètement une FOB ) qui servirait de référence aux maliens pour construire de nouvelles bases, notre génie pourrait accompagner cela.

        • Ancien des opex dit :

          La mission de Barkhane n’est pas claire parce qu’elle n’indique pas le résultat à obtenir.
          .
          « Lutter contre le terrorisme » ça n’est pas une mission car ça ne définit pas un résultat.
          .
          « Assister et aider », idem : ce n’est pas un résultat, ce n’est pas un « état final recherché par la force des armes », ce n’est donc pas une mission.
          .
          On ne fera rien de bon tant que nos Gouvernements successifs ne connaîtront pas leur métier, qui est de définir le résultat voulu.

          • Vinz dit :

            Exactement : « Lutter contre le terrorisme etc. » c’est ce que j’appelle des objectifs métaphysiques.

          • tschok dit :

            Vinz,

            Parfois chercher à définir la mission n’a pas de sens.

            Dans quelles situations en particulier ?

            Quand l’échéance est très lointaine: ce conflit est parti pour durer. Mettons qu’il dure encore 10 ans.

            Comment définir un objectif à 10 ans. On n’en sait rien. On ne peut pas prévoir ce que sera la situation politique dans 10 piges.

            Dans de telles situations, durer est en soi une stratégie.

        • Clavier dit :

          Bref, vous voulez refaire la guerre d’Indochine…..

    • Batapire dit :

      L’armée française avait du mal à se défendre sans avoir la renforce des autres pays.

      • albatros dit :

        Et en français, ça donne quoi ?
        Parce que la FRance est justement la Nation qui a le plus de victoires militaires à son actif dans le monde..

        • Batapire dit :

          4 pattes par terre devant les talibans.

          • Czar dit :

            je sais que vous les crassous êtes congénitalement complexés du fait de votre absence assez remarquable de toute réalisation technique, culturelle économique ou militaire, mais même en comptant sur ta connerie luminescente, je ne suis pas persuadé que toi-même croie à ce que tu racontes : tes talebs crasseux se terrent comme des rats et n’ont jamais accepté le moindre combat à découvert.

            rampant parmi ses cailloux, dans la poussière, comme un rat, c’est là tout ce que vous pouvez produire, en comptant simplement sur notre faiblesse empathique de ne pas nettoyer le coin au napalm et résoudre enfin le problème.

            Mais ça ne veut pas dire que ça ne viendra pas un jour.

  10. Plusdepognon dit :

    La transmission des savoir-faire par des spécialistes du terrorisme est sans doute facilitée par le fait que les touaregs qui travaillaient chez Kadhafi ont un passé en matière militaire. Les shebabs ont exporté quelques spécialistes et les terroristes algériens etaient rodés en matière d’exactions. Mais la secte la plus redoutable est clairement Boko haram.
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/10/25/au-cameroun-on-constate-une-sophistication-tactique-de-boko-haram_6016939_3212.html

    Une petite lecture utile:
    https://books.google.fr/books?id=qZ97AAAAQBAJ&pg=PA142&lpg=PA142&dq=boko+haram+sophistique+attaques&source=bl&ots=7AFqW9Ri9W&sig=ACfU3U0VzpkiZiG7BPcGJJb2gsss-tOc9Q&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiO47ifzMvlAhUlxoUKHd9_BII4ChDoATADegQIBxAB#v=onepage&q=boko haram sophistique attaques&f=false

    Le Sénégal s’inquiète :
    https://www.xibaaru.sn/la-question-de-la-terreur-djihadiste-dans-nos-espaces-par-dr-s-diallo/

    Le Burkina Faso a rendu hommage à ses morts:
    http://french.xinhuanet.com/afrique/2019-11/02/c_138522011.htm

    Et le fait que les gars d’en face deviennent plus redoutables dans les massacres est un constat fait chaque année :
    https://information.tv5monde.com/afrique/mali-des-attaques-terroristes-de-plus-en-plus-sophistiquees-232908

  11. Auguste dit :

    Sauf erreur,In Delimane est dans l’arrondissement de Talataye,qui dépend d’Ansongo,région de Gao et non de Menaka.

  12. dakia dit :

    On peut se poser la question de l’intérêt et l’efficacité réel des formations des missions de l’union européenne et des américains aux forces FAMA depuis plusieurs années maintenant. Les gars se font tuer comme des mouches dans leurs propres camps retranchés.

  13. Jason Bourne dit :

    Mais ce n’est pas possible ! Comment ont-ils pu réaliser un tel carnage ? Les soldats maliens ont bien formé par des instructeurs européens qui ont dû leur expliquer en long en large comment protégér un camp militaire en rase campagne ! Et même en cas d’attaque surprise coordonnée, chaque soldat malien devait dormir à côté de son fusil et du coup pouvoir limiter l’assaut et les pertes ? Pas du tout ! On a l’impression qu’ils ont tous été abattu dans leur sommeil comme c’est souvent arrive en Asthan par un soldat espion Taliban ….Bref, on n’est pas sortie de l’auberge ! Quand je lis les posts, il ne s’agirait pas d’une attaque djohadiste mais d’une attaque des milices touaregs. Donc on a affaire à une guerre civilo-ethnique comme l’Afrique est si tristesment habituée 🙁

  14. Edouard dit :

    Ceci dit, ça a toujours été les attaques du matin qd la sentinelle commence à fatiguer que l’attaque se déclenche.
    C’est un principe universel qui traverse les âges et les armées et qui fonctionne régulièrement.

    • Auguste dit :

      L’attaque aurait eu lieu autour de 11h du matin.Cela a commencé par un bombardement et après l’attaque de petits groupes.Ce qui m’étonne c’est le nombre de morts maliens et rien en face.On dirait qu’ils n’ont pas répondu ou pas eu le temps de répondre.?

      • Benoît Préchart dit :

        Aucune perte en face, je suis du même avis que « Bololo » : il n’y avait personne.
        Une kalach a rafalé par la maladresse d’un soldat malien, tous les autres ont cru à une attaque et se sont mis à tirer dans tous les sens.

        Les FAMa se sont entretués, tout simplement et bêtement.
        .
        Ensuite un porte-parole des djihadistes a eu connaissance de l’événement et s’est empressé de revendiquer une « attaque » qui n’a jamais existé.
        .
        Mais évidemment ceci n’apparaîtra jamais dans un communiqué officiel : on le sait seulement par des échanges non-publics par courriels entre camarades.

  15. revnonausujai dit :

    En gros, comme le petit hollandais ( non, pas flamby) du conte, Barkhane bouche les trous dans la digue et quand il s’en va en boucher un ailleurs, ça se remet à fuiter.
    Je croyais que, du haut de son millier de pax, la Bundeswehr était le maître d’oeuvre de la formation des troupes maliennes; vu les pertes, c’est bien de leur apprendre « ich hatte einen Kameraden », mais le Panzerlied serait plus efficace !

    • Koloszaleu Finesseu dit :

      « Westerwald » ou « Tannenbaum », ça aurait pourtant de la gueule, au Sahel.

  16. Czar dit :

    « « La situation est sous contrôle des FAMa à Indelimane. »

    Qu’est-ce que ça serait si elle était hors de contrôle.

    La vérité est cruelle et assez largement hors du paradigme moral contemporain : les armées africains valent que dalle, depuis qu’elles ne sont plus des forces encadrées par les vilains Blancs. le soldat africain peut être courageux s’il est tenu dans un environnement sans rapport avec la nonchalance africaine et la culture de l’à-peu-près, qui est consubstantiellement réfractaire au métier des armes.

    Mais puisque les races « n’existent pas », les caractères ethniques non plus, et tout ce que je dis ne relève pas du truisme mais du terrorisme moral de basse intensité contre le bonheur arc-en-ciel. Ca n’aura donc aucune conséquence pratique sur la gestion du problème.

    On va foutre en l’air dans millions qu’on avait déjà gaspillés avant Serval pour les former exactement pour les mêmes raisons qu’on balance des milliards dans d’énièmes « plan banlieues » comme si le problème était l’existence de bâtiments un peu vieillots.

    On ne gagnera jamais aucune guerre, extérieure et encore plus intérieure, si on commence par avoir peur d’énoncer seulement des vérités. les islamistes, eux, ont perçu cette contradiction occidentale depuis bien longtemps pour savoir en user à fond.

    • Carin dit :

      @Czar
      Vous me gonflez… mais je ne vois pas comment vous donner tort… sur ce coup là…
      À charge de revanche, sur un de vos prochain post.

      • Czar dit :

        bah, suffisait de noter mes nombreuses coquilles sur ce comm écrit avec mes pieds pour alléger votre culpabilité morale

        • Carin dit :

          @Czar
          Je n’ai aucune culpabilité morale… puisque je vous donne raison!
          Ce qui me gonfle chez vous, c’est le côté raciste dégoulinant de vos écrits… même vos ancêtres tous ingénieurs n’apprécieraient pas.
          Mais je vous remercie de ne pas m’avoir fait attendre.

      • tschok dit :

        Il est pourtant facile de lui donner tort.

        Il dissimule une approche ethnocentrée très banale derrière un discours provocateur, sur le thème de la race.

        En fait ces soldats étaient vraisemblablement peu aguerris et mal formés. Ils auraient pu être de n’importe quelle origine, le résultat aurait été identique.

        Mais lui en profite pour généraliser et affirmer que les Africains sont culturellement de mauvais soldats sauf quand ils sont commandés par des Blancs.

        L’ethnocentrisme est dans cette généralisation abusive qui n’est fondée sur rien d’autre que ses préjugés de petit Blanc qui se croit doté de l’exclusivité de la culture militaire universelle.

        En fait, il universalise : il réduit la complexité de l’univers à ses propres préjugés, qui sont d’ailleurs très étroits.

        D’un point de vue cognitif, son approche est d’une pauvreté qui frôle l’indigence intellectuelle.

        C’est assez navrant dans le fond.

    • Batapire dit :

      Bon aveu, même pas devant les talibans qui ont que des bombes artisanalesey AK 47.
      Haha ha

      • Carin dit :

        @Batapire
        Que ne l’avez-vous pas souligné lorsqu’a 4 reprises une île microscopique peuplée de minables petits japonais qui ont traversés 3000 km de mer pour vous foutre une branlée!!
        Et encore plus près… vos armées pléthoriques n’ont pu venir à bout d’un microscopique Vietnam défendu par de simples milices, alors que vous avez une frontière commune!!
        Et pour finir, carrément d’actualité, les ouïgours qui sont une poignée de cacahuètes tiennent la dragée haute à vos légions dans meme pas un pays… carrément une région de votre vaste chine!
        Chez moi vos armées ont un nom , ce sont des SAR… ( des sert à rien).. et à votre prochain engagement, vous obtiendrez à coup sûr le superbe titre de SVAR.. ( sert vraiment à rien).

  17. Noël BERGON dit :

    je suis certainement très con mais…comment ,dans une zone aussi tendue , peut on entrée dans un camp militaire ,tuer 49 gars ,et partir sans être inquiété…à part des connivences à l’intérieur même du camp avec des FAMA …l’attaque venant donc aussi de l’intérieur (c’était assez commun à une certaine époque même dans des camps Français mais des contres mesures avaient été mise en places)…là,il semble ,quand même qu’il s’agit d’un grand laxisme ,mais surtout d’une grande complicité…il faut absolument mettre les » off » sous tutelle et « évaluer »les grenadiers voltigeurs…

  18. Roger Dubreuil dit :

    Je suis très sceptique sur cette notion de soldats maliens « disparus » : ils ne connaissent déjà pas leurs effectifs le matin, ils ne peuvent pas les connaître mieux après l’accrochage.
    .
    Ce n’est pas seulement un problème de leurs armées : n’oublions pas que dans ces pays, il n’y a même pas de registres d’état-civil fiables cinquante ans après la décolonisation.

  19. MAS 36 dit :

    Il est certain que si les malien ne font pas des patrouilles de nomadisation et ne prennent pas contact avec la population, ne tiennent pas le terrain comme les GAT, ils n’arriveront à rien. Moralité il n’y a pas d’armée au Mali , les seules forces armées opérationnelles se sont celles des GAT hélas.

    Que le président du Mali engage des mercenaires, c’est pas ce qu’il manque en ce moment , ça sera plus efficace que toutes les opérations de « mentoring » comme on dit maintenant.

    • Carin dit :

      @Mas 36
      Le problème c’est que le mercenariat ne fait pas un pays… voir les saoudiens… et pourtant ils ont plus de matos que l’armée française!
      Ils sont obligés d’avoir un policier par habitant dans certaines régions, et leurs troupes ne valent pas un copec, seule leur aviation fait des dégâts chez les Houtis.. (hors les bavures, qui n’en sont peut-être pas!!) ceux au sol n’avancent pas d’un mètre par jour.
      Tout ça parce que l’Arabie saoudite n’est pas un pays pour ceux qui y vivent… comme le Mali et d’autres pays africains ou 98% de la population n’a pas de passeport, et ne considère chez eux que leur région! Demandez à un malien d’un des multiples villages de ce pays ( même en ville), de vous dessiner le contour du Mali et vous allez être surpris… certains hésiteront même sur leur drapeau.

  20. PK dit :

    L’Afrique restera toujours l’Afrique…

  21. Fred dit :

    … Se souvenir pour relativiser :

    – Guerre d’Indochine, Union française : 75 581 morts, 64 127 blessés, 40 000 prisonniers ; État du Viêt Nam : 560 000 morts, blessés ou prisonniers
    – Guerre d’Algérie : 25 600 soldats français morts, 65 000 blessés, 50 000 Harkis morts ou disparus

    Pas facile de tenir un terrain face à une guérilla. En Indo, les postes avancés français ont été littéralement décimés.

    • PK dit :

      « Pas facile de tenir un terrain face à une guérilla. En Indo, les postes avancés français ont été littéralement décimés. »

      Comparaison n’est pas raison. En Indo, un poste tenu par un sous-off ou un caporal français avec une dizaine de supplétifs pouvait affronter jusqu’à… une division Viet (soit 2 régiments (TD), soit 3000 hommes environ, sans compter les gars recruté sur place pour se faire hacher menu par les mitrailleuses du poste). À noter qu’à l’époque, une compagnie de para suffisaient à dérouter un régiment Viet en combat à découvert…

      Ici, l’ennemi se regroupe en des quantités très faibles… Ça n’empêche pas des attaques complexes que des professionnels savent endiguer (le dernier poste français soumis à ce traitement a tenu, les infirmiers ayant fait le coup de feu comme les autres (comme les infirmières en Indo le faisaient aussi !).

      À noter que la stratégie des postes (les PK, pour poste kilométrique) est une stratégie du grand de Lattre qui disait (je cite de mémoire) : « je veux des professionnels du combat pour tenir le terrain et fixer l’ennemi. Puis d’autres pour aller les essorer. ». Peu ou prou, sa technique a fonctionné et le temps de « son règne », l’Indo a été entièrement reconquise.

      Ça a tellement bien fonctionné (fixé l’ennemi sur des points forts pour aller les tuer) que de fil en aiguille, on a développé cette stratégie de gros points constitué pour attirer les Viets puis lancer le GCMA ou les paras pour les essorer… jusqu’à développer des gros points mobiles, jusqu’à l’excès de confiance (Dien Bien Phu) qui n’est que l’ultime étape de cette stratégie gagnante. Il a fallu une seule défaite pour retourner l’opinion – merci les cocos d’avoir miné les choses pendant si longtemps – et Mendès-France pour l’achever (un vrai incompétent de négociateur)

      • Plusdepognon dit :

        @ PK
        L’Indochine c’est surtout l’incompétence et la cupidité du personnel politique et des très haut gradés français :
        https://youtu.be/jxadfRbYx50

        https://youtu.be/u5vEcaT0BAk

        https://youtu.be/TOpl_gnIoBA

      • Fred dit :

        @ PK
        Une seule défaite ??? D’où selon toi alors proviennent tous ces morts et prisonniers de la Guerre d’Indochine ?

        Des postes avancés qui résistaient contre vents et marées ? Alors quid de la Citadelle de Dong-Khé tenue par la légion, qui n’a tenu que deux jours ?
        https://www.legionetrangere.fr/index.php/79-infos-fsale/767-histoire-septembre-1950-la-deuxieme-chute-de-dong-khe-au-tonkin

        Une seule défaite ? Alors quid – plus qu’une défaite – de la déroute absolue de la RC4, (mais ce n’est qu’un exemple) ?
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_la_RC_4

        J’admire l’héroïsme absolu de ces soldats, sacrifiés par les politiques de tout bords pour une mauvaise cause.
        Alors, un peu de retenue, de modestie et de compassion sur les pertes maliennes …

        • PK dit :

          Il faut apprendre à lire : j’ai dit que cette stratégie n’avait amené qu’une défaite… toutes les batailles perdues (essentiellement des mini-postes sont techniquement des défaites).

          Dong-Khé est un excellent exemple, tenu par un officier visionnaire, le capitaine Mattéi. Ca-Bang ayant été évacué n’importe comment et en dépit du bon sens, l’EM de l’époque a sacrifié deux bataillons de Légion, dont le célébrissime 1er BEP de Segretain à une veine manœuvre de sauvetage des unités évacuées…

          Après avoir bouffé près de 4000 soldats français sur cette énorme erreur stratégique (qui n’enlève rien à la qualité des Bo-doïs qui l’ont fait), toutes ces divisions (près de 20 000 viets, excusez du peu…) vont buter sur un micro poste taillé par un dur, le fameux Mattéi. Avec sa compagnie de Légion, une compagnie de disciplinaires ajoutée in extrémis et une batterie de 75, il va mettre une pile pendant deux jours à Giap (après avoir failli lui couper les couilles, ainsi qu’à l’oncle Ho au début de la guerre dans une traque extraordinaire qui a duré plusieurs semaines). 200 contre 20000. 100 contre 1.

          Deux jours de combat, où le capitaine fit tirer délibérément sur son propre fortin en position avancée, tenu par ses hommes, pour les dégager. Deux jours pendant lesquels les derniers rescapés de la RC4 furent sauvés en atteignant la citadelle de Dong-Khé (créée à l’initiative de Mattéi, seul, devinant ce qui allait se passer, deux ans avant les événements quand l’EM allait faire évacuer cao-Bang).

          Quand il fut évident qu’il n’y avait plus d’espoir de récupérer un seul soldat, la citadelle fut normalement évacuée, dynamitée, en retraite ordonnée, sans perdre un homme.

          je vous suggère de lire Bonnecarrère qui le décrit bien mieux que moi dans « Par le sang versé », le meilleur bouquin écrit sur la Légion.

          100 officiers comme cela en Indochine et le père Giap bouffait les pissenlits par la racine avant 1950.

          • Fred dit :

            @ PK
            Il faut apprendre à écrire. Ton premier texte n’affirme pas ce que tu prétends dans un deuxième temps.

            Quand au reste … J’ai mis un lien qui pointe vers un site d’une amicale de la Légion ; si tu pense qu’ils racontent des sornettes, alors là mon vieux, je ne peux plus rien pour toi, c’est du déni de réalité.

    • Vinz dit :

      Comparaison n’est pas raison.
      .
      1) vous ne donnez pas le bilan infligé à l’adversaire
      2) autre temps, autre géographie
      3) les FAMA sont censées évoluer à domicile.

      • Plusdepognon dit :

        @ Vinz
        L’armée sud-vietnamienne aussi jouait à domicile :
        https://lavoiedelepee.blogspot.com/2017/12/datapocalypse-big-data-et-guerre-du.html

        • Vinz dit :

          Oui – avec la même recette gagnante que l’Etat et l’armée malienne. Corruption, incompétence à tous les étages.

      • Fred dit :

        @ Vinz
        « Comparaison n’est pas raison », c’est vrai. Je ne fais pas un parallèle absolu, « autre temps, autre géographie » (et enjeux politiques différents) c’est vrai, mais pas non plus la même échelle de pertes.

        Mais il y a tout de même un ordre d’idée, le nécessaire et sain rappel que les troupes françaises (qui évoluaient à domicile selon la pensée française de l’époque) et vietnamiennes ont souffert, c’est un euphémisme, pour un contrôle de terrain.

        Si on ne connait pas son histoire, on est condamné à la revivre.
        Le bilan infligé à l’adversaire ? Quelle importance : cette guerre a été perdue … Quelle importance : des centaines de milliers de morts inutiles …

        Je n’aime pas ce mépris pour les soldats maliens dispensé ça et là dans certain posts.

        • Vinz dit :

          Parce que le bilan infligé par les Fama est nul. Tandis qu’en face des Français, ça a méchamment dégusté. C’est tout.
          .
          « Je n’aime pas ce mépris pour les soldats maliens dispensé ça et là dans certain posts. »
          .
          Tous les jours qui passent montrent qu’ils sont nuls à un point abyssal – il n’y a qu’à se souvenir de la débandade généralisée avant Serval, résultat des millions de $ déversés par la formation made in US. C’est con un fait, c’est têtu – l’aimer ou pas ne l’empêche pas d’exister.

  22. Daniel BESSON dit :

    Ma lecture du jour :  » L’Invasion Noire  » – La mobilisation Africaine . Cela se passe à Ouagadougou , pas au Mali mais c’est terriblement d’actualité .
    La première des erreurs cela a été de vouloir maintenir la fiction d’un état Malien post-colonial unitaire , une fiction qui n’a pas de réalité climatique , géologique , écologique , ethnique et religieuse !

    • Daniel BESSON dit :

      OUPS ! La  » mobilisation Noire  » se passe bien à Tombouctou dans ce qui allait devenir le Mali !

  23. Daniel BESSON dit :

    L’Etat Malien est une fiction géopolitique car c’est une fiction ethnique , religieuse , climatique , écologique , géologique … C’est un géoconstructivisme colonial Françouze qui n’est maintenu en vie que par la volonté des anciens colonisateurs . Sans leur aide il se serait effondré le long du Niger . Les deux autres exemples ce sont la Côte d’Ivoire et la RCA . Il faudra se poser la question de savoir pourquoi ce que l’on a encouragé en Ex-yougoslavie et au Soudan , toléré en Ex-Tchécoslovquie , on le refuse dans ces trois pays qui n’en sont pas !

    • Henri MARTIN dit :

      Peut être parce que le reconnaître c’est aussi livrer toute l’Afrique noire aux guerres ethniques, les frontières sont une invention des européens ???

  24. eric dit :

    un manque flagrant de moyens de armée française dans cette zone, surtout en hélicoptère de transport et en drones.
    pour sa que le mali je retourne de plus en plus vers la russie pour sa sécurité, il y a 15 jours elle leur a acheter des hélicoptère de combat.

    • Carin dit :

      @eric
      Et qui va les piloter ces hélicoptères de combat?
      Si ce que vous dites est vrai, les russes ne vont pas tarder à comprendre que le crédit qu’ils ont accordés pour l’achat de ces machines, ne sera jamais remboursé!!
      Ces matériels ne sortiront jamais de leurs abris… et y pourriront .

  25. vrai_chasseur dit :

    je suivrai un peu plus ce que fait la communauté des états d’Afrique de l’ouest.
    Elle semble avoir pris la mesure du problème.
    cf
    http://news.abamako.com/h/223221.html

  26. Géo dit :

    Les « élites » africaines sont entièrement responsables de la situation africaine. Il y a eu des décolonisations ailleurs qu’en Afrique intertropicale et ça n’a pas donné lieu à des massacres pendant plus de cinquante ans d’indépendance : l’Inde, l’Indochine, l’Indonésie. Les Khmers Rouges au Cambodge ont été terribles mais ça n’a pas duré. La chute de l’URSS, qui est comparable à une décolonisation, n’a engendré l’anarchie que pendant une courte période.
    .
    Mais en Afrique la guerre inter-ethnique est une coutume plus que millénaire, avec une accalmie temporaire pendant la période coloniale. L’on peut aujourd’hui classer les Africains en trois catégories : les victimes, les bourreaux et ceux qui s’en foutent. Cette troisième catégorie est dans nos universités et ne veut pas entendre parler de retourner en Afrique même si certains, comme Kemi Seba, préconisent le retour.
    .
    L’Afrique est donc revenue à son régime de guerres tribales millénaires. Guerres qui sont aussi cannibales (notamment autour des Grands Lacs et en Centrafrique) car l’agriculture, l’élevage, la cueillette, la chasse, ne donnent plus rien dans ces régions ravagées par les conflits et il faut quand-même manger.
    .
    Quant à nous, il faut que notre classe politique fasse un choix : nous laissons tomber l’Afrique intertropicale ou nous la sauvons. Pour la sauver, il faut mettre ces pays sous tutelle et y renvoyer le capital humain qui se prélasse chez nous.

    • Parigot dit :

      @ Géo
      Les soit-disant élites qui ont les leviers privés et publics par le biais de leurs marionnettes politiques sont responsables de beaucoup de dysfonctionnements, notamment l’impuissance face à certaines situations :
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/04/a-chanteloup-les-vignes-le-symbole-de-la-reussite-incendie_6017910_3224.html

      Pour faire de l’argent virtuel. Toujours plus, ce n’est jamais assez… Quelqu’en soit le prix, comme par exemple l’islamisation rapide due à la mondialisation. Et ils se replient dans leurs petits châteaux. Mais cette peste viendra les en extraire et ils subiront ceux qu’ils ont fait subir aux autres.

      Ils sont le poison de l’intelligence humaine, se prenant pour des dieux alors qu’ils ne sont que des cloportes et des parasites.

  27. dakia dit :

    Les bailleurs de fonds occidentaux sont en partis responsables de cette situation, car on interdisait quasiment à ces pays africains « pauvres » d’investir dans le domaine militaire.

    • Ancien du Sahel dit :

      Qui ça « on »?
      Dakia, un petit développement de votre argument de base, s’il vous plaît, parce que l’on ne voit pas bien de quoi vous parlez.

    • Géo dit :

      En plus de nos stages de formation dans nos écoles et de nos exportations d’armes (que l’on nous a beaucoup reprochées), les soviétiques ont déversé de grandes quantités de matériels militaires en Afrique et de nombreux conseillers militaires (Cubains notamment, parce que mieux adaptés au climat).
      .
      On ne peut donc pas dire que les Africains ont manqué de matériels et de conseils.
      .
      Mais Dakia cède au réflexe qui domine en Afrique décolonisée : tout est de la faute des Blancs !
      Ce n’est certes pas en refusant d’assumer leurs erreurs que les Africains s’en sortiront.

    • Carin dit :

      @Dakia
      Erreur… ce sont les gouvernants successifs de ces pays, qui refusent une armée digne de ce nom, de peur de voir ces mêmes armées prendre le pouvoir à l’envie!

  28. Affreux Jojo dit :

    Une anecdote au passage. L’entreprise pour laquelle je travaille, qui avait une forte activité formation il fut un temps, a travaillé à la formation de cadres bancaires au Mali dans les années 1980 et 1990. Et c’est toujours la sidération de ma patronne de voir dans quel état se trouvent aujourd’hui tous ces pays d’Afrique si aimables et tranquilles, qu’elle a silloné en tout sens alors. Elle avait suivi la formation de Serval lors de la reconquête du Mali en 2013 et reconnaissait les petites villes frappées par la guerre où elle était passée auparavant.

    Que s’est-il passé ?

    Le problème, ce ne sont pas les frontières héritées de l’ère impériale française. Le problème, c’est la démographie galopante de l’Afrique. Au Mali, c’est 6,8 enfants par femme, l’un des taux de fécondité les plus élevés au monde, dopé par une « guerre des ventres » entre noirs et touaregs, avec un indice de développement humain parmi les derniers au monde (160e sur 168 !). 5 millions 2 en 1960. 15,3 en 2010. Age moyen de la population… 16 ans !!!!

    Pas de ressources. Beaucoup d’hommes jeunes. Il n’y a pas d’autres choix que partir ou faire la guerre pour subvenir à ses besoins.

    Il faut arréter les taux de naissance du moyen âge avec la médecine du XXIe siècle. C’est la bombe des grandes guerres à venir du XXIe siècles et dont l’idéologie motrice sera culturelle et antagoniste des vieux etats occidentaux de culture judéo-chrétienne et gréco-latine. Louis Georges Tin a beaucoup fait rigoler ces derniers temps avec son titre de « Premier Ministre de l’Etat de la Diaspora africaine » qui compte aujourd’hui 350 millions de noirs hors sol africain et revendique déjà… La place de troisième Etat au monde derrière la Chine et l’Inde d’ici quelques décennies… un Etat transnational qui se développe à travers la planète et ne se reconnait qu’à travers l’origine ethnique et avec un discours clairement racialiste à défaut d’être déjà raciste. Moi, je ne rigole pas du tout. C’est tout sauf un clown ce type.

    On est loin n’est-ce pas du massacre de ces pauvres bougres ? Non. Nous savons pourquoi nous y sommes. Pour stabiliser ces zones que les autochtones ne savent pas stabiliser d’eux-mêmes et qui débordent d’une population innombrable incapable de se structurer.

    Autant écoper l’eau du Titanic avec une flute à champagne…

  29. Géo dit :

    AJ, je crois comme vous que la démographie est le problème. Mais ce n’est pas forcément un problème insoluble.
    .
    Il faut se rappeler que dans les années soixante l’Inde et la Chine semblaient condamnées à un sous-développement éternel à cause de leur démographie.
    Mais ces Pays ont réussi à maîtriser leur démographie et à sortir du sous-développement.
    .
    L’on peut donc imaginer que les Africains pourraient être capables d’en faire autant.

    • Kairos dit :

      La comparaison avec l’Inde et la Chine amène à conclure qu’il faut cesser d’aider les Africains pour les obliger à se prendre eux aussi en main comme le firent la Chine et l’Inde.
      .
      Observons aussi que jamais la Chine et l’Inde ne nous ont rendus responsables de leurs problèmes.
      En cessant d’aider les Africains, ils devront également cesser de nous accuser.