!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

La Russie envoie en Syrie 300 soldats basés en Tchétchénie pour des « tâches spéciales »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

37 contributions

  1. lxm dit :

    L’opération Turque était vraiment étrange, maintenant le grand turc se retrouve avec une bande de terre sans continuité territoriale avec son autre protectorat plus à l’ouest, comment une zone semi-désertique pourrait accueillir des millions de gens ? Erdogan doit attendre que l’hostilité internationale retombe pour redémarrer les opérations.

    • Castel dit :

      @ lxm

      Il semble, que pour l’instant du moins, les proxis des Turcs, occupent , en longueur, du moins, à peine la moitié de ce qu’ Erdogan avait revendiqué.
      L’autre partie, devant être occupée conjointement entre Turcs et Russes, d’ou la nécessité de ces 300 hommes …..

  2. Xaintrailles dit :

    Encore des « MP » cela va faire plaisir à @jyb !… :o)
    Seulement 300 cela paraît peu pour 2 millions de réfugiés ; et on imagine mal comment ceux-ci pourront être logés ( parqués dans des camps ? ) ou nourris… par la Turquie ???
    Avec l’argent de l’Europe, car en Syrie sur cette bande de territoire les emplois doivent être très rares.

    • fabrice dit :

      Et évidemment qui va croire que ces « réfugiés » purs et durs, certainement de « chauds » partisans du régime syriens, vont rester tranquilles dans des camps de tente, vivant d’olives, sagement et que leurs femmes vont faire du tricot…C’est croire que les rebeus de Mantes la Jolie aspirent à avoir un emploi de manoeuvre à 1200 euros par mois alors qu’ils ont dans leur tête Pablo Escobar…
      Si la Russie a envoyer des Tchétchènes c’est pour une raison…Les « réfugiés » ne vont quand même pas tuer leurs frères sunnites tchétchènes… Comment s’appeler déjà le chef militaire de Daech, al Shishani, le Tchétchène…
      Si vous connaissez la mentalité locale, où si tu ne bat pas ta femme et si tu n’as pas tué ton ennemi tu n’es pas un « homme »,vous saurez que le conflit entre la Turquie et la Syrie d’Assad est inévitable…

    • jyb dit :

      @xaintrailles
      Bien comprendre, on parle de 300 OFFICIERS de la pm. Dans les faits sur le terrain ces hommes auront autorité sur des forces russes régulières, syriennes et probablement des forces privées.

      • Thaurac dit :

        Vu ce qu’ils font en tchétchénie, je plains les gens du coin.
        au fait qu’en pense le hez, jyb, ainsi que sa remise en question au liban, vont ils faire parler la poudre?

        • jyb dit :

          @thaurac
          C’est bizarre cette incapacité des manifestants à voir qu’ils ont atteint leurs objectifs…et maintenant Ils veulent virer hariri, ok. Mais si c’est pas hariri, c’est le hezbe. Personnellement je pense que le rapport de force est déjà favorable au hezbe ou si vous préférez qu’on est à un niveau d’équilibre. La suite si les mecs continuent à déconner, c’est une alliance chrétien hezbollah pour gouverner avec un joublatt qui va pas comrendre ce qu’il lui arrive parce que ses partisans en ont un peu marre de morfler pour les joublatt.

      • Auguste dit :

        Probablement sous l’autorité du GU (GRU),s’ils ont conservé les mêmes fonctions qu’à l’origine de leur création.Donc autorité sur tout.

      • OTOOSAN dit :

        « 300 OFFICIERS » si le renseignement provient d’une source anglo saxonne « officer c’est gardien de la paix, voire homme de troupe (officiant en fait) officier au sens large mais en conception Française c’est « graduate »…(explication qui m’a été donnée il y a 30 ans par une traductrice us qui m’assistait lors d’un « service »)…il me semble que c’est toujours valable, officer est un « faux ami » en traduction…

  3. Auguste dit :

    Vladimir Vladimirovitch a répété que tout le territoire syrien doit revenir à Damas.Il a demandé aux US de quitter Al-Tanf.
    Cépagagné.

    • précision dit :

      Il a vraiment dit « Damas »?
      Parce que en ce cas je suppose que les américains et nos autres alliés seraient d’accord. Mais à condition de pouvoir décider qui est aux commandes à Damas. Un point de détail sans doute…

      • Auguste dit :

        Et de quel droit irions nous décider qui sera aux commandes à Damas?.On n’a pas fait assez de conneries comme çà?
        De toute façon le problème ne se pose plus,tout le monde a plus ou moins accepté la « victoire » de Assad.Seul Vladimir Vladimirovitch peut le débrancher.

  4. Le Breton dit :

    Réinstallons nos trucs en Turquie, sincèrement, écoutez-les et vous verrez qu’ils vont se sentir mieux là-bas que ici où ils se disent opprimés.

  5. jyb dit :

    Je reviens sur un point qui mérite précision. Je lis des contributions qui saluent le tacticien poutine, l’opportuniste, et récemment le veinard qui voit ses coups gagnés par enchantement ou qui n’a pas de vision à long terme (@aymard ? je crois)
    Non, pas vraiment de hasard en Ukraine, pas vraiment de hasard en syrie, pas de hasard au ksa ou aux eau…
    Il suffit pour s’en convaincre de lire la seconde édition du livre de stratégie russe (2002 ?) travail du centre d’études militaro-stratégiques (c’est en quelque sorte un livre blanc de la défense élargie à la diplomatie ) Cette nouvelle doctrine est une réponse immédiate aux évènements récents càd 2ème bataille de grozny et guerre au kosovo.
    D’autre part cette stratégie établit en préambule le constat d’une « transformation dynamique du système des relations
    internationales » d’où la necessité de ne pas figer de doctrine mais de la faire évoluer pour tenir compte en temps réel des changements dans la situation militaro-politique internationale.
    Nous sommes en 2001/2002 la russie est quantité négligeable sur l’échiquier mondial et totalement absente de la scène régionale.
    15 ans plus tard elle est incontournable dans la région? çà n’est ni le hasard, ni un coup tactique isolé.

    • Thierry HENRY dit :

      L’explication est que la Russie a une vision claire de ses objectifs, et que les pays occidentaux ont autant de résolution qu’une feuille morte, sous un vent d’automne… Et la Russie a des cou…es !

      • Thaurac dit :

        Quand les occidentaux ont fini de parloter, la russie a déjà envoyé 2 divisions.
        trop de politique pas assez d’action, on fait rire.

      • Pluton dit :

        D’accord avec jyb et vous, surtout sur ce point, la russie a une vision et des objectifs clairs.

        Dans l’ensemble on a une approche « realiste », la russie sait qu’elle n’est pas toute puissante, qu’elle doit se mefier, ce qui influe sur son comportement qui est plutot prudent, le plus souvent, elle evite les exces de langage qui les engage a faire/demontrer, et globalement ses objectifs sont simples, atteignables, ils cherchent pas a decrocher la lune dans un monde fantasme… et je pense que le probleme en occident actuellement, c’est qu’on jette beaucoup trop souvent les des dans nos actions, « osef » des consequences, parce qu’on se dit  » de toute facon on est les plus fort »…
        Globalement on sent l’heritage de la formation sovietique dans leur service diplomatique, qui a toujours ete serieux.

        Cela dit, n’oublions pas que globalement la sequence ukrainienne a ete negative, un echec dont ils ont plus ou moins reussi a limiter la casse.

    • PK dit :

      Ajoutons que l’emploi des soldats Tchétchènes est pour beaucoup dans la « victoire » de Poutine dans la région… Initialement déployés pour garder les bases russes, ils sont passés au contact de la population, n’hésitant pas à jouer de la Kalash quand il fallait aller au charbon. Résultat : une campagne à la SAS (algérienne, du temps où l’Algérie était un département) 100% réussie.

      Un joli coup de guerre « à la française » parfaitement réussie. Un truc que les Américains ne sauront jamais faire…

    • patrick sergeat dit :

      Exact mais pour arriver à cette fin il a reconstruit une armée qui était en pleine débandade suite à la gouvernance de Eltsine.
      J’aimerai que nos dirigeants au lieu de faire la morale au monde entier puissent s’inspirer de la politique de ces « ivrognes qui refusent le mariage gay,qui obligent pour devenir citoyen russe à parler le russe et de connaitre son histoire,qui osent refuser les lobbys LGBT,qui tiennent leur parole dans leurs amitiés….qui protègent leurs industries stratégiques »

    • Auguste dit :

      Si nous,occidentaux, oubliassions un peu notre Histoire et cessions ce comportement du colonial supérieur et vouloir imposer notre civilisation,peut-être que nous aurions autant de succès que Poutine.On a encore du mal à traiter d’égal à égal avec les ex pays colonisés.Le succès de Poutine vient aussi de là,à mon avis.

  6. Raymond75 dit :

    Les Russes ont été acteurs des pires barbaries en Tchétchénie pendant la guerre civile, et ce pays est aujourd’hui une dictature islamiste, mais sous contrôle de Moscou. Les Kurdes vont vivre sous la terreur.

    Tout est répugnant au Moyen Orient.

    • précision dit :

      pas sûr que les pires barbaries en Tchétchénie aient été le fait des russes… Une dictature, sans doute, islamiste (ou disons musulmane et très conservatrice) , sans doute. Mais au moins, une région en paix où les gens peuvent à nouveau mener une vie « normale ». Je n’y vois rien de répugnant. Même pas le gros ours Kadirov qui – à défaut de pouvoir passer pour un grand intellectuel – parait plutôt sympathique par rapport à certains dirigeants du moyen-orient.

    • Barfly dit :

      Ces soldats devront surveiller la zone de démarcation entre les kurdes et les turcs. Ils n’auront pas vocation à contrôler la région kurdes. Pour ça il y a le YPG.

  7. asinus dit :

    bonsoir jyb , d’abord merci de vos éclairages  » différents » et donnant a cogiter . Observateur lointain et peu aux faits de ce qui se passe réellement .Ce que vous décrivez est effectivement  » ma » perception du comportement Russe , une adaptabilité événementielle non contrainte par un discours ou une idéologie géopolitique , on colle au terrain , on s’adapte ,avec une économie de moyen réaliste et payante  » cf le bénéfice politique in situs de 300 PM Caucasiens  » surclasse la dispendieuse présence de quelques milliers des COS occidentaux  » ça n’est pas leur courage et leur technicité qui est remise en cause ici mais l’usage politique et gaspillé de ce magnifique outil »Cela fait un peu penser a l’utilisation de la « petite » armée britannique durant les guerre Napoléoniennes , peu de troupes mais au bon moment et au bon endroit ….Peu de personnes ne pouvaient prédire que Trump tout à sa réélection se contrefoutrait de la géopolitique et des conséquences ….juste les Russes étaient prêts…

    • Xaintrailles dit :

      Je pense que vous êtes trop sévère avec la coalition et le rôle des forces spéciales occidentales, qui ne sont pas surclassées par « 300 PM caucasiens »… Ce sont deux phases distinctes qui se succèdent, et effectivement avec la présence russe et le rôle « médiateur et stabilisateur » qu’elle cherche à jouer entre turcs et syriens, celui des FS paraît un peu dépassé pour le moment.

      • asinus dit :

        bonjour , quand je dis surclasse , je parle du bénéfice politique et en image d’efficacité ,
        d’autant que la présence des cos
        occidentaux a été admise du bout des lèvres par nos  » politiques » donnant l’ impression d’agir subrepticement presque  » honteusement » a contrario les russes magnifient  » exagèrent ? » le poids de la leur .. d’intervention .

    • jyb dit :

      @asinus
      Je suis à peu près certain que la doctrine russe s’inspire en partie de l’école de guerre française dans ces principes et dans ces concepts (économie des forces, liberté d’action et de mouvement, concentration des efforts )
      C’est dans la contrainte qu’on exploite au mieux ses capacités.

  8. vrai_chasseur dit :

    Contrairement a ce que beaucoup pensent, il me semble que la Russie a bel et bien un plan stratégique d’ensemble, qu’elle développe avec opiniâtreté.
    On s’arrête souvent sur les mauvais indicateurs économiques et démographiques de la Russie, sans aller plus loin. Et cela fait faussement percevoir les initiatives diplomatiques et les engagements militaires russes comme une sorte de fuite en avant du Kremlin pour distraire l’opinion russe de ses problèmes internes. C’est à mon sens une grosse erreur d’analyse.
    En réalité, on perçoit de plus en plus nettement, à la lumière de l’accélération du tempo de ces initiatives et engagements russes, une stratégie cohérente de reconquête de la partie orientale de l’Europe, ainsi que de la « grande Méditerranée ». Et ce, en ligne avec le révisionnisme actuel russe.
    – La guerre hybride déclenchée en Ukraine en 2014 était tout sauf un acte réflexe. Son objectif était et demeure de resatelliser les ‘pays voisins’, cette ‘grande Eurasie’ de l’ère soviétique dont il faut reprendre le contrôle.
    – Les engagements au Moyen-Orient obéissent à une géopolitique de mise sous contrôle d’une zone clé : les frontières sud-est de l’Europe. La Russie sait qu’elle ne peut y arriver seule. La mise sur pied d’un axe Moscou-Damas-Téhéran a pour seul but de dominer le Moyen-Orient, en démonétisant la présence diplomatique et militaire occidentale dans la région. On ne les écarte pas : on rend simplement leur valeur insignifiante. Et si possible, on écarte les USA de cette zone. A cet égard, Trump est inespéré pour Moscou : il concourt à cette stratégie de manière directe, involontaire et tonitruante.
    – Le rapprochement tactique avec Erdogan permet d’enfoncer un coin entre la Turquie et l’OTAN. Erdogan y est en quelque sorte contraint : obsédé par les kurdes et se recherchant une voie de sortie en Syrie, il est au pied du mur, ce qui le met à la merci de Moscou. Il a suffi d’une offensive sur Idlib, région pourtant placée sous la responsabilité turque dans le cadre du processus d’Astana, pour lui démontrer par A+B que sa zone tampon était un concept trop fragile sans les russes.
    – Le resserrement des liens avec l’Egypte d’Al-Sissi, traduit un activisme accru en Méditerranée orientale et en Mer Rouge. La Russie y négocie bases, facilités et présence militaire. Cette activisme va jusqu’en Afrique Subsaharienne, même si, pour « tester la température du sable », c’est surtout les Wagner et des mercenaires qu’on envoie. Et ils ne se contentent pas de rester au Soudan ou en Erythrée : ils vont jusqu’en Centrafrique.
    – ne pas s’y tromper, les retombées de cet activisme iront jusqu’aux Balkans. La visée long terme russe y est le ‘containment’ : empêcher l’élargissement de l’OTAN et de l’Union européenne à l’est.
    – En Libye, pays carrefour s’il en est, Moscou soutient Khalifa Haftar : il se situe au centre d’un triangle diplomatique Russie-Egypte-Algérie, ce qui ouvre à Moscou des boulevards en Afrique du Nord, sur la rive sud de la Méditerranée, en ce vis-à-vis direct de l’Europe.


    En synthèse, Moscou a bien une vision stratégique mondiale. Peut-être pas très sophistiquée, mais robuste. Et surtout, sa relative infériorité militaro-technologique par rapport à l’occident est compensée largement par la clarté de l’objectif général et un sens tactique aiguisé sur le terrain.
    Ajoutons à cela un art consommé et maitrisé de la stratégie d’influence au niveau opératif, la « Maskirovka ». Terme russe intraduisible, mot-concept qui regroupe l’art de la désinformation militaire et celui de l’influence diplomatique dans un même ensemble global.
    En clair, Poutine est vu de l’Occident comme un tacticien calculateur froid, agissant de manière imprévisible avec une absence totale de scrupules. Tant que ce portrait qu’on lui colle à la peau lui permet d’avancer, ça lui va très bien qu’on y croit.

  9. Plusdepognon dit :

    Poutine et la Tchétchénie, une longue histoire :
    https://youtu.be/lK8qMlu0XDo

    https://youtu.be/8CTTwdUguLM

    https://youtu.be/OTTPu_CmdCs

    Un émirat cruel sous tutelle moscovite et avec une mafia très féroce (par exemple chez nous, du côté de Grenoble, ils ont mis la main sur le trafic de drogue selon le juge Thiel).

  10. Parabellum dit :

    Les russes ont un objectif géo politique historique qui est d avoir un accès à la Méditerranée et un glacis …ils font le nécessaire et vont aussi en Afrique pour gagner des marches et des fournisseurs autres que ces européens sanctionneurs.ils envoye t des tu 160 en Afrique du Sud…nous on a quel intérêt et quelles retombées conséquentes a avoir des hommes depuis une éternité dans des zones perdues à jamais instables et ce alors que nous ne protégeons pas nos Zee ni notre flanc sud. Tout est à revoir dans notre géopolitique et nos moyens . Drones nationaux longue portée missiles idem sous marins etc…manquent sans parler des helico et aéronavale reconstruite. Mais qui veut changer vraiment nos pesanteurs…