CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La Turquie et la Russie s’entendent pour contrôler la frontière turco-syrienne, aux dépens des Kurdes

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

103 contributions

  1. Yannus dit :

    Bonjour,
    On serait bien inspiré je crois que plutôt que de donner notre prognon au Turcs d’investir dans du matériel et du personnel afin d’avoir une armée en adéquation avec le poids diplomatique que nous voulons avoir face à des gens comme Poutine Trump et si on ne veut plus se faire bouffer par les Turcs et les Chinois.
    On a du matériel de pointe dans tous les domaines mais en nombre insuffisant et c’est valide aussi pour les munitions
    On passe commande de 15 Fremm et on réduit à 8, et en conséquence cela nous coûte une blinde par unité .
    Je pense que les Rafales, comme les Fremm sont en nombre insuffisant et je pense qu’on atteind un sommet technologique en matière de sous-marins, bâtiments de surface et chasseurs atmosphériques c’est valide aussi pour ce qui concerne le matériel roulant; donc le Rafale aura encore de nombreuses années devant lui avant d’être obsolète.
    Quand je dis cela, je dis qu’on ne prend pas grand risque à commander en nombre étant donné qu’il n’y a plus de grande rupture technologique qui rendrait ces matériels obsolètes du jour au lendemain. Et il est inutile d’engager du matos supersofistiqué et potentiellement moins rustique( sauf à des fins de tests) contre des djihadistes.
    Il faut engager une réflexion sur le concept de mise en cocon, de roulement et de mise en réserve du matériel afin de limiter le coût du MCO et tripler notre potentiel de temps de paix en cas de besoin.
    Ca ne sert à rien lors des exercices OTAN je pense au format 4*30 alors qu’on a du matériel qui arrive en fin de vie (VAB, Mirage 2000, Tigre, Cougar etc…)
    En plus on est pas forcément pressés ( On peut passer une commande ferme sur une durée de 30ans).
    Pour ce qui est de la reconstruction de la Syrie, laissons nos alliés de l’OTAN se dépatouiller entre-eux pour ceux qui le veulent et relocalisons nos investissements des pays à risque comme la Turquie et la Chine vers des pays plus sûrs, Jordanie Chypre Roumanie Bulgarie.
    Et renvoyons les réfugiés syriens chez eux vu que la guerre est terminée ( à l’exception d’ Iblid)

  2. didixtrax dit :

    l’accord tient sur une page. Le premier point rappelle pour la n-ième fois le respect de l’intégrité gouvernementale et territoriale de la Syrie conjointement avec la sécurité de la Turquie.

    Le point 7 est intéressant aussi, reste à voir qui définira les « terroristes », m’est avis qu’il suffit qu’une des parties qualifie un groupe de terroriste pour que cela suffise, ainsi tous pourront faire le ménage.

    On remarque aussi que le processus d’Adana est rappelé (dans la banlieue d’Adana se trouve une petite ville : Incirlik …)

    https://syria.liveuamap.com/en/2019/22-october-cpmplete-text-of-turkish-russian-agreement-on

    bravo la diplomatie russe !

  3. hadrien dit :

    vraiment navrante cette histoire….heureusement que l’on a à faire à des combattants solides sinon c’était sans doute la porte ouverte à un génocide.
    A qui faire confiance……

  4. fabrice dit :

    Ce qui est amusant dans cette histoire c’est Bachar al Assad.
    Les Russes et les Turcs ont négocié un accord sur le dos de la Syrie sans que le président syrien soit présent. Etant donné que ce dernier était hier près de la poche d’Idlib et a proclamé publiquement sa volonté de rétablir la souveraineté syrienne (aka sa dictature) sur l’ENSEMBLE du territoire, on s’interroge… On remarquera aussi que l’Iran, l’autre allié d’Assad n’était pas présent aussi ni n’est partie prenante de l’accord.
    Je rappelle que la montée en puissance de l’YPG est du à l’incapacité du régime syrien de protéger les zones kurdes syriennes de Daech et des rebelles. L’armée syrienne s’étant replié alors sur Damas et le pays alaouite (l’éthnie du président) le long de la côte méditerranéenne.
    Maintenant que l’armée syrienne est de retour en zone kurde syrienne, va-t-elle désarmer et liquider l’YPG ?
    Je ne crois pas au scénario ou la Turquie va créer une zone sunnite de 3,5M de radicaux ex al Qaeda en Syrie le long de sa frontière. Celà coûtera trop cher pour la maintenir (de quoi vont vivre ces 3,5M de Syriens ?). Je crois plutôt une fois l’YPG liquidé par le régime syrien, un accord syro turc ou la Turquie retourne chez elle et la Syrie règle le problème sunnite. On aura les 3,5M de réfugiés en Europe. Erdogan ne cache pas son intention d’islamiser l’Europe, la Russie ne rêve que d’une guerre civile entre l’UE et ses zones de droit islamique. Bref on a deux acteurs qui veulent torpiller l’UE.
    Quand à l’UE, bien prudente et divisée, la Grèce et les Balkans se méfient des Turcs depuis toujours et ont toujours été partisans de rejeter les migrants musulmans vers la Turquie d’où ils viennent. L’Allemagne dans son délire mystico-politico-économique merkelien veut forcer l’UE à les accueillir.
    L’idée de négocier avec la Turquie du genre tu gardes des migrants contre une masse d’euros reviendra. Le problème est que la Turquie ne va pas juste demander des euros….
    Bref faudrait faire monter les enjeux avec la Turquie en leur imposant des sanctions et en négociant leur levée contre le maintien des migrants chez eux. Sauf que herr Komissar Merkel ne veut pas, gute commerce avec Turkich, comment aussi faire pression sur la Russie quand Herr Komissar deutchland promeut une oléoduc sous marin en Baltique reliant la Russie à l’Allemagne en court circuitant les autres territoires européens. L’Allemagne nous prend pour des cons et ne pense qu’à ses petits intérêts particuliers. Deutchland uber alles.

  5. pong dit :

    Poutine prix Nobel la paix 2019.

  6. Tintouin dit :

    Poutine a gagné en Syrie sur tous les plans, et donne une leçon de stratégie à l’Occident :
    – Assad reste au pouvoir, et a même regagné grâce aux Russes une bonne partie de la Syrie » utile »
    – La Russie voit ainsi son rôle d’allié fiable confirmé (au contraire de Trump lacheur des Kurdes)
    – La base navale russe de Tartous sur la Méditerranée est consolidée
    – La Turquie par son rapprochement de la Russie crée une faille dans l’OTAN. D’ailleurs, à quand sa sortie de l’OTAN ?

  7. Chanone dit :

    La « politique du réel » n’est pas du pragmatisme mais de la trahison en roue libre. C’est un nouvel « évènement » qui semble aller vers un chaos encore plus grand avec des zones d’influence sans cesse plus imbriquées.
    Oui Mr Ledrian, il est temps de repenser l’axe trans-Atlantique… Et de faire monter les programmes militaire souverains en puissance.
    .
    La réflexion qui me taraude, c’est que la dissuasion n’a pas disuadé grand monde, et un échelon de transport stratégique aurait été bienvenu !

  8. Parabellum dit :

    Les russes et les turcs font la bas leur géo politique régionale historique.les russes veulent rester avec une ouverture vers la Méditerranée mer chaude et les turcs ont une grande frontière et la vieille haine contre les kurdes. Les Occident y ont des souvenirs coloniaux…les terroristes islamistes sont helas déjà en France au sein même de certaines administrations..des jours après l attentat on bla balte encore mais à t on vide mosquées salafiste et caves dépôt d armes et éjecter les fichiers s ..non nada bla bla et inertie…

  9. casanova dit :

    N’avez-vous pas la bizarre impression que tout cela a été soigneusement planifié militairement et diplomatiquement ? Poutine est un sacré joueur d’échec…

    • Pluton dit :

      pour moi c’est une entente globale de tout les acteurs important de ce conflit, usa, turquie, et russie qui doit prendre en compte les interets/ligne rouge de la syrie et de l’iran.

    • Netchaiev dit :

      Selon moi, c’est un coup organisé longtemos à l’avance par les russes.
      Poutine pouvait tabler sur le fait que tôt ou tard, les USA quitteraient la partie pour des raisons électorales et que les turcs poursuivraient leur fuite en avant sur la question kurde.
      De fait, je n’avais pas compris tout de suite pourquoi les russes avaient laissé tomber Afrin, mais c’est vite devenu pkus clair : les turcs ne devaient pas être découragés de s’en prendre aux YPG a l’est de l’Euphrate et il fallait aussi que les kurdes dérouillent suffisamment pour qu’ils comprennent qu’ils n’ont aucune chance de s’en tirer seuls. Quelques declarations bien ambigues avant l’operation pour qu’Erdogan croit qu’il a un feu vert, puis envoyer Bachar défendre l’integrité territoriale de son pays et enfin déclarer qu’on laissera pas les syriens et les turcs se tirer dessus pour mettre un terme a la partie et ramasser la mise.
      Je ne sais toujours pas pourquoi a peu près tout le monde prétend que les russes et les turcs peuvent s’entendre sur le dossier syrien alors qu’il parait évident que leurs intérets sont bien opposés puisque sans le soutien turc, Idlibstan ne tiendrait pas 3 mois. Erdogan s’est fait berner dans cette histoire : il s’est mis a dos son allié US pour longtemps, a pris une bonne claque en terme d’image a l’international et pour aucun résultat. Il y a fort a parier que le régime fjnira par s’entendre avec les kurdes car il peut difficilement envisager de faire tourner le’pays avec une assise poliyique qui se résumerait à quelques clans alaouites.
      On le constatera probablement bientot quand les YPG … pardon, les nouvelles et très motivées unités du 5ème corps d’assaut seront alignés dans la prochaine action contre le réduit d’Idlib…

  10. Appolo dit :

    Donc, le dindon de la farce est Assad. La Russie a « officialisé » la présence turque sur sa zone de sécurité à le frontière et Erdogn s’est engagé à ne pas aller plus loin. Qu’il est loin le temps ou Poutine disait « la Syrie doit recouvrer l’intégralité de son territoire »
    D’un autre coté, Poutine ne pouvait pas faire mieux. Il ne peut pas entrer en guerre contre la Turquie, qui reste encore un membre de l’Otan (sans compter qu’il n’en as pas les moyens). Et préfère garder de bonnes relations avec Erdogan, pour justement distendre le lien entre Turquie et Otan

    • jyb dit :

      @appolo
      – « qu’il est loin le temps… » ? pas si loin que çà. En fait à peine quelques heures puisque c’est quasi le préambule de la déclaration de sotchi.
      – merci de remettre les choses à l’endroit. Dans la mesure ou c’est la turquie l’agresseur, poutine n’entre en guerre avec personne et il vous échappe que la solidarité otanienne à l’égard de la turquie est mesurée…ce sont même des contre-mesures.

    • Tintouin dit :

      Assad, le dindon de la farce? vraiment ? Il revient de loin oui : je me rappelle d’une déclaration péremptoire de Jean-Jacques Bourdin (grand stratège devant l’éternel) sur un plateau télé en 2014, affirmant que Assad était fini car les Russes étaient en train de le lâcher.
      On vit ce qu’il advint: intervention militaire russe directe en soutien d’Assad, et plus de 5 ans après, Assad a récupéré une bonne partie du territoire syrien. Son assise est consolidée. Il ne vous aura pas échappé que même les diplomates du Quai d’Orsay ne réclament plus son départ comme préalable à un règlement du conflit syrien (c’était le bon vieux temps où Fabius était aux commandes pour apprécier le bon travail du front Al Nosra). Je note en passant que de toute façon, nos diplomates n’ont pas leur mot à dire dans ce conflit depuis belle lurette.

      Si dindon il y a dans ce conflit, il est occidental…

  11. Barfly dit :

    Tout se passe plus ou moins comme je l’avais envisagé il y a quelques jours.
    Au fond, je crois que Poutine est prêt à accepter pas mal de chose de la part d’Erdogan pourvu que cela engendre une scission entre les turcs et l’Otan.
    Et en effet, la question de la place de la Turquie dans l’Otan se pose de plus en plus. Si cela devait être le cas, il n’y aurait que des perdants sauf Poutine. Et un idiot utile Erdogan.

    • jyb dit :

      @barfly
      Il y a à peine 10 jours les russo-syriens étaient spectateurs « lointains » du psychodrame trump erdogan. Aujourd’hui, ils sont acteurs sur le terrain et empochent des bénéfices sans coup férir.
      Je ne vois pas bien en quoi Erdogan aurait forcé la main de Poutine.

  12. Lagaffe dit :

    « Reste à voir ce que feront les milices kurdes syriennes. En tout cas, elles n’ont a priori rien à attendre de la Russie et du régime syrien, avec lequel elles avaient pourtant noué un accord au début de l’offensive turque. »
    Poutine signe tous les accords que vous voulez…. les respecter c’est autre chose ! La Russie prétends être « amie » avec tout le monde (une « amitié » vendue au prix fort) et ensuite vous laisse tomber pour un autre « ami » plus généreux (exemples : Arménie / Azerbaïdjan, Iran / Arabie Saoudite, etc…).
    Reste à savoir ce que Erdogan a dû accepter de payer pour avoir « l’amitié » et la protection de Poutine.

  13. ScopeWizard dit :

    L’ Orient « compliqué » ……….

    Oui , et bien, si de notre côté , nous le compliquons davantage , tout ça n’ est pas prêt de s’ arranger et d’ aller vers un mieux , quant aux Russes ils ont tranché et choisi leur camp ce qui explique tout cet « accord » ………….. parti pour durer ?

    Excellent article quoi qu’ il en soit ; à la fois clair , précis , très-bien rédigé , simple à comprendre alors que le sujet dont il traite , lui , ne l’ est point ……….. 🙂

  14. Stoltenberg dit :

    Il serait intéressant de parler de l’interview que V. Poutine a accordé à l’agence TASS, dans lequel il parlait de ses ambitions en Afrique. Ceci aura des conséquences directes en France.

    • Auguste dit :

      Poutine est sous embargo,il cherche des débouchés ailleurs.Et ses ambitions c’est de ne pas tout laisser aux Chinois. »Cela aura »:ça a déjà des conséquence pour la France, qui applique un embargo décidé par d’autres.Si l’influence de la France en Afrique est réelle,elle perd des plumes chaque jour,parce qu’elle n’est pas de taille,toute seule,pour concurrencer les investissements Chinois,Arabes,Russes,Turcs…etc.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Poutine est sous embargo,il cherche des débouchés ailleurs » Peut être mais cela donne plutôt l’impression que : » Russia is back! »

    • Plusdepognon dit :

      @ Soltenberg
      De grandes ambitions appuyés par quelques contrats qui vont bien, ne serait-ce qu’en Afrique subsaharienne :
      https://www.grip.org/fr/node/2824

  15. jyb dit :

    illustration : je l’ai déjà dit, une des clés de la réussite russe en syrie est la projection « massive » ou du moins sur-représentée des unités de police militaire sur le théâtre. Ces unités interviennent très en amont, c’est à dire un peu avant le début de la phase de stabilisation proprement dite et si elles fonctionnent avec leurs homologues syriennes, elles sont les premières à prendre contact avec l’adversaire ou les civils. A plusieurs reprises, banlieue sud d’alep et souweida notamment, elles se sont physiquement opposées aux forces régulières syriennes. Au nord d’hama, elles ont ouvert le feu sur des unités de chabihas qui menaient des expéditions punitives.
    Point important, ces unités ont de nombreux personnels musulmans ( les unités « tchétchènes » sont totalement musulmanes)
    C’est bien la pm russe qui est en pointe actuellement pour investir les zones du nord est syrien.

    • Dresde dit :

      Russia : The Dealmaker

    • Xaintrailles dit :

      Oui, je me souviens que vous aviez insisté sur ce point. Au départ les Russes avaient besoin de ce type d’unité pour protéger leurs bases. La photographie illustrait d’ailleurs dans la presse la première projection d’un bataillon de PM depuis l’Ingouchie ( plutôt des têtes de russes pourtant, non ? ).
      Deux remarques :
      Avec l’utilisation de ce type de troupes, les russes montrent qu’ils sont totalement dans leur doctrine militaire en Syrie : pallier l’instabilité d’un état, le protéger de « l’aventurisme militaire américain », et aussi empêcher la création d’un nouveau Kosovo… Donc pas traces de « fantaisies poutiniennes » !
      Ils s’agit d’une PM qui ressemble plus à des commandos de l’Air qu’à nos gendarmes, censés être notre police militaire. N’aurions nous pas intérêt à disposer de telles unités, en prévision des troubles à venir sur notre territoire ou en Europe ?…

      • jyb dit :

        @xantrailles
        Oui absolument. C’est une police militaire durcie.
        Tirer les leçons de l’action militaire russe de façon sereine et objective c’est une évidence. pour le grand public michel Goya s’y emploie, c’est encore trop confidentiel dans l’institution.
        Je note 1 qu’avant de s’engager en syrie les russes avaient une radiographie précise du théâtre syrien. 2 qu’ils se sont engagé avec une idée précise du ratio moyens/objectifs 3 qu’ils se sont engagé avec un objectif précis à atteindre (le reste c’est cadeau)
        donc comme je le répète souvent : celui qui n’a pas d’objectif, ne risque pas de les atteindre.

        • Plusdepognon dit :

          @ jyb
          Mettez un lien 😉
          https://lavoiedelepee.blogspot.com/2017/09/tempete-rouge-enseignements.html

          Merci à monsieur Michel Goya, s’il jette un coup d’oeil ici de temps en temps (sait-on jamais)…

        • Vinz dit :

          « comme je le répète souvent : celui qui n’a pas d’objectif, ne risque pas de les atteindre. »
          .
          C’est-à-dire des objectifs tangibles, non des objectifs métaphysiques (sauver le monde, la justice et les droits de l’H et la démocratie etc.)
          .
          A-t-on des objectifs au Mali ?

          • Paul Bismuth dit :

            @ Vinz
            Tout de suite une question qui fâche…

            1/ Humm, sauver le monde.
            2/ Apporter la démocratie.
            3/ Ah bon, il y a des richesses dans le sous-sol de la région sahélienne ? Et tous les acteurs du monde entier s’y pressent pour en profiter alors que nous jouons les vigiles ?
            Pourquoi pas nous ?

            Je vous laisse faire la réponse.

          • jyb dit :

            @vinz et @paul bismuth
            apporter la démocratie : réponse fausse…Les élections en afghanistan démocratiquement démocratiques supervisées par l’étalon démocratique mondial (les usa) ont été en 2014 un vaste bidouillage frauduleux et tragi-comique. 5 ans plus tard rebelote ! à ben oui, parce que les elections ont bien eu lieu…le 28 septembre ! Les afghans ont tout compris à la democratie capitaliste. Tu encaisses l’argent, tu organises une fête éléctorale…puis tu passes aux choses sérieuses pour désigner un vainqueur.

          • Vinz dit :

            Il est évident que « sauver le monde » ou « instaurer la démocratie » intègent la définition d’objectifs métaphysiques et non tangibles.

      • Auguste dit :

        Si les PM tchétchènes (qui ne sont pas tous Tchétchènes) ont toujours la même formation que les bataillons Zapad et Vostok d’origine,c’est une formation Spetsnaz qui est liée au GU (GRU).Ils ne sont que 400 en Syrie,faut pas exagérer non plus leur importance..Ils sont importants par leur efficacité et le contact avec la population,mais c’est surtout une belle vitrine pour leur président Kadyrov et pour le contingent russe.

    • mich dit :

      Bonjour , « police militaire » c ‘est un peu bizarre comme terme quand même , je ne sais pas si toutes les unités dites de police militaire sur le territoire Russe sont de cet acabit et pourraient mener des actions sur un théâtre pareil .Ces unités sont elles vraiment constituées ou sont elles « ad hoc » pour ce théâtre ?J ‘en profite pour vous remercier une fois de plus pour tout vos éclairages.

      • jyb dit :

        @mich
        bonsoir,
        – le format de ces unités est issu des 2 guerres russo-tchétchènes, mais on peut en trouver les prémisses dans les retex de la guerre d’afghanistan.
        – ce n’est pas la prevoté, mais des forces formées à l’imposition de la paix pour parler onusien.

      • Xaintrailles dit :

        « Territoire russe… » non territoires de la Fédération de Russie, avec mission entre autres de protéger des bases militaires, donc à rapprocher plutôt de nos cocoyes, ( bataillons de plusieurs centaines d’hommes ) que de la MP qui patrouille en ville pour ramener des marins en bordée !

        • jyb dit :

          @xaintrailles
          J’ai un doute (à vérifier) je crois que les implantations militaires sont gardées par des unités issues des régiments d’infanterie (et d’infanterie de marine)

        • mich dit :

          Bonjour , si vous voulez allons pour Federation de Russie ,par contre nos cocoyes auraient bien du mal à agir dans le contexte Syrien de ces « policiers militaire « .

    • vrai_chasseur dit :

      @jyb
      Pour la police militaire russe c’est vrai, mais la Russie a plus que sa police militaire au sol en Syrie. Celle-ci est en fait une couverture pour une intervention plus large d’autres troupes spécialisées et régulières russes derrière.
      On peut noter en vrac :
      – la participation directe des Spetnaz (à Al Ghab notamment), avec des JTAC au sol pour des guidages de frappes aériennes, du contre-sniping et des mortiers lourds anti-tanks utilisant des radars portatifs sol (méthode typique des Spetnaz),
      – la SMP russe ‘Shield’, connue pour opérer de concert avec le 47ème Spetnaz (ses contractors en sont pour la plupart issus). les 2 ont été engagés directement et conjointement dans des combats à Idlib et Hama.
      – des unités du génie militaire de l’armée russe ont été engagées directement aussi, cf https://lenta.ru/articles/2017/03/14/syrian/
      Même si la doxa officielle poutinienne dément toute intervention terrestre directe d’unités russes dans des combats en Syrie, la réalité est bien différente sur le terrain. Des journaux russes spécialisés s’en font régulièrement écho, par exemple https://www.novayagazeta.ru/articles/2019/07/28/81406-bez-schita
      même s’ils sont promptement muselés par le Kremlin et démentent le lendemain, il reste toujours des infos qui traînent…
      Par ailleurs l’armée syrienne étant en déconfiture/reconstruction, en proie à une corruption galopante de ses officiers et peinant à intégrer les milices ‘rebelles modérées’, des officiers russes y sont directement injectés en opérationnel. Par exemple la 5e Brigade syrienne possède un encadrement à majorité russe (cette brigade n’a d’ailleurs pas les mêmes uniformes que les autres unités régulières syriennes et sa solde est versée directement par Moscou).

      Donc Police militaire russe oui, mais y’a du monde sous cette belle couverture….
      pas de miracle, pour arriver à ses fins, il faut mettre des ‘boots on the ground’ en nombre.
      L’un des points clés est que les russes avaient une évaluation précise de l’état opérationnel réel de l’armée syrienne au moment où ils se sont engagés en Syrie.

      • jyb dit :

        @vrai-chasseur
        – j’entends bien mais je précise que l’outils principal de la stabilisation en aval des combats est la pm.
        – Depuis 2015 le nombre d’unités aillant fait des roto en syrie est énorme, idem pour les cadres dont toutes les promos récentes ont fait un séjour en syrie. bataillons de reco et bataillons d’assaut ont été engagés, l’infanterie de marine, les bataillons aéroportés.
        – Un autre point saillant qui reste totalement étranger aux réflexions tactico/stratégiques est le « savoir faire » acquis par les russes en terme de conseils et commandement de forces irrégulières. La campagne d’alep de l’été 2016 est assez significative. Les russes ont détaché des conseillers militaires (à prérogatives élargies !) dans les commandements des milices iraniennes, palestiniennes, kurdes, syriennes, libanaises…en plus de l’aas tant à l’échelon tactique qu’à l’echelon operatif. On devrait (devra) garder çà à l’esprit si les russes interviennent en rca, au mali ou ailleurs.

  16. jyb dit :

    une lecture centrée renseignement des évènements : l’opération « printemps de paix » est le pur bébé du mit (rens turc) qui a absolument besoin de résultats après des échecs et difficultés sur le théâtre syrien. Rameau d’olivier et bouclier de l’Euphrate ont souffert de la mauvaise qualité des renseignements et analyses du mit ( bouclier de l’Euphrate étant considéré comme un échec par les turcs eux mêmes)
    Echec le plus sérieux, la poche d’Idlib. L’objectif poursuivit par les turcs et validé/appuyé par le rens était de perenniser la poche d’Idlib en affaiblissant et démembrant les islamistes et en relocalisant les syriens réfugiés en turquie. Ce plan a totalement échoué,
    au delà du pire scénario établi. Les islamistes ont pris la totalité de la poche d’Idlib et imposé leur ordre aux turcs. Fin de partie turque à Idlib.
    Donc le mit en la personne de kemal eskitan a monté printemps de paix. Une opération de « deception » réussie ontre les us. Faire semblant d’accepter le mécanisme de sécurité…en un moi

    • jyb dit :

      ??? il manque la fin de mon développement.
      …en un mois les kurdes ont abandonné leur premier rideau défensif et les us et turcs ont détruit les positions !
      Maitrise du tempo, erdogan dénonce ces accords et met trump dans tous ces états (profonds)
      Les turcs passent à l’offensive contre des forces destabilisées et desorganisées…Le mit a réussi son coup initial.
      La suite est plus incertaine mais sur cette séquence je ne suis pas s^r que comme certain le pensent erdogan soit le dindon de la farce.

      • vrai_chasseur dit :

        Erdogan a réussi son coup militaire mais va dans le brouillard ensuite.
        Il est surtout face à une déconfiture de l’économie turque et au déchirement entre partis politiques turcs que cela provoque pour les prochaines élections. Se vision au sein de cette opération militaire, de rapatrier des millions de réfugiés vers la Syrie, argument très électoraliste, est une vue de l’esprit irréalisable qui peut lui coûter les prochaines élections.
        Ces migrants deviennent les boucs émissaires d’un enjeu de politique intérieure turque, les partis d’opposition rejetant sur l’AKP la responsabilité de la dégringolade de l’économie turque due à l’ouverture des frontières syro-turques, ayant entrainé des millions de réfugiés syriens entrant en Turquie.
        En réalité la Turquie avait ouvert ses frontières avec une intention humanitaire réelle, et a su tirer parti assez correctement de cet afflux massif. Ces migrants réfugiés comptaient parmi eux des syriens éduqués des classes moyennes et bourgeoises, dont beaucoup ont créé des entreprises florissantes en Turquie ou se sont intégrés dans les classes moyennes turques, prenant même la nationalité turque.
        Les 2 gros risques pour Erdogan ? 1) catalyser la réapparition de daech, dont les dirigeants se sont probablement réfugiés dans les zones semi désertiques de l’est de la Syrie en négociant à prix d’or leur passage auprès des kurdes (on parle de dizaines de millions de $ payés cash en échange du non-bombardement pendant quelques heures lors du passage des 4×4 sur la route) – chose qui ne serait probablement jamais arrivées si les kurdes ne s’étaient sentis profondément enc*lés par Trump et Erdogan et 2) perdre les prochaines élections sur le sujet des migrants syriens réfugiés en Turquie.
        Gros brouillard givrant pour lui devant.

      • Xaintrailles dit :

        Je pense aussi que les Russes ont intérêt à rester « loyaux » envers les 2 parties syrienne et turque ( sauf débordement turc ) ; le seul problème étant les kurdes si l’on pense à l’application de la doctrine russe « pas de nouveau Kosovo »…

      • Auguste dit :

        Le MIT n’a pas failli sur toute la ligne.Depuis deux ans, il y a un nombre conséquent de commandants et de responsables kurdes tués par des « unknow » sur tout le territoire syrien.Et grâce aux patrouilles conjointes turco-US,d’autres ont été éliminés lors de l’attaque turque en Syrie.
        Si les Kurdes ont opposé si peu de résistance,faut demander le pourquoi à Trump qui leur a demandé de détruire les armes lourdes et leurs fortifications.

        • jyb dit :

          @auguste
          pensez vous vraiment que ce soit une prouesse pour les turcs d’arriver à taper des kurdes sur le territoire syrien au vu de leurs accointances passées et présentes ?

  17. Reality Checks dit :

    Et pendant ce temps là:

    https://www.algerie1.com/focus/retour-triomphal-de-larmee-syrienne-dans-le-nord-est-de-la-syrie-assad-se-prepare-a-recuperer-idlib

    J’ai souvent écrit ici même, entre 2011 et 2019, ma conviction résumée par le vocable Bashar Vaincra!

    Voilà qui est chose faite.

    La débâcle des fanatiques du chaos créatif et du changement de régime en Syrie, est non seulement totale, elle était prévisible et prévue.

    • Plusdepognon dit :

      @ Reality Checks
      En attendant, un peu partout dans le monde, ça manifeste contre la corruption et visiblement la soupe est bonne, car le pouvoir de l’argent tient le manche fermement :
      https://www.monde-diplomatique.fr/2019/06/ACHCAR/59941

      Faite attention la-bas, les élections en Tunisie n’ont pas sorti un chevalier blanc et au Maroc, c’est compliqué. La Lybie, nous en reparlerons sur ce site bien trop souvent à l’avenir…

    • Bouteflika vaincra dit :

      Et maintenant?

    • mich dit :

      Bonjour , « Baschar vaincra ! » s ‘en est presque drôle si ce n ‘ était pas tragique ,je pense que ce pays n ‘a pas fini de galérer plutôt .

  18. lym dit :

    « Probablement qu’une telle entente était déjà dans les tuyaux bien avant, les dernières heures d’une discussion servant généralement à finaliser les détails… »

    Ne manquait plus que la décision de Trump de vider les lieux en déclencheur du plan préparé par un duo bien improbable d’un islamiste et de celui qui prétendait les buter jusque dans les chiottes (à la turque compris?)…

    Bon, in fine, voilà de quoi apporter de l’eau au moulin de ses collusions avec le Kremlin! Le moment semble assez mal choisi pour tenir se promesses de campagne, en pleine procédure de destitution.

  19. Dresde dit :

    Sans chantage , sans menaces les Russes avancent…

    • Paul Bismuth dit :

      @ Dresde
      La prochaine fois, mettez un smiley, vu l’ambiance certains vont vous prendre au mot et au premier degré…

  20. Auguste dit :

    Fin de l’opération  » Source (ou fontaine) de la paix ».Trump est content (de façade).Comme je disais hier,Joël Rayburn, son homme en Syrie,a piqué une crise de nerfs quand les CDS (branche politique des FDS) ont parlé de négocier avec Assad et les Russes.J’ai comme dans l’idée que les Us sont en train de préparer la machine a refoutre la merde en Syrie.
    PS:Opération policière chez les Saouds pour expulser les clandestins vers leurs pays d’origine.MBS ne veut pas d’illégaux dans son pays.Il ne peut pas accueillir toute la misère du monde.

  21. pellerin dit :

    Question c’est quoi le nerf de la guerre….. l’argent vous-dites, soyons sérieux aucuns pays européens ne souhaite mettre un euros de plus, car chez nous le social est notre guerre. En Russie on se fou pas mal du social, rappelez moi le salaire moyen d’un russe, une dénatalité critique, l’armée russe en ressent cruellement le problème, ne parlons plus d’opposition, tout est sous contrôle, le maître donne l’illusion d’une puissance retrouver, toute l’Afrique réclame son intervention, pauvre africains, nous faisons ne pas croire que nous sommes en guerre, eux le sont et ils agissent partout pour déstabiliser avec un certain succès, et comme les cercueils de zing ne sont pas trop visible sauf chez Wagner, tout va bien, alors pourquoi demain ne pas déstabiliser à notre tour les Balkans, les Russes y sont haïs, chatouiller la Biélorussie, maillon faible à leur frontière et d’autres, et là tonton Poutine trouvera les données moins drôles, pour l’instant tout va bien, notre démocratie ne vie et ne voit que le réchauffement climatique, quelques bombes nucléaires pourraient se charger de la refroidir.

  22. Expression libre dit :

    Dans un premier temps , contrôle russo-turc.
    Dans un second temps, retour de l’armée syrienne dans cette zone , aussi avec l’aide des Russes.
    Il faut toujours un cocu dans l’histoire, ici, ce sont les Kurdes. Cynisme partagé des Russes et de Trump. Tiens donc, une certaine connivence??? Quant à nous, on l’a fait exprès ou quoi? On a rien vu venir ou quoi? J’ai du mal à le croire ou bien nos SR sont nazes.
    Honte et tristesse même si Assad n’aurait jamais accepté une autonomie kurde.
    Et maintenant, un peu de fermeté sur Chypre pour retrouver le peu de grandeur qui nous reste. Ceci dit, il s’agira plutôt de défendre notre pain. (Total…Gaz…)

  23. petitjean dit :

    et si on nous foutait la paix avec les Kurdes ?
    les Kurdes ne sont ni un état ni une nation. Trump a lâché les Kurdes, qui ne sont pas des enfants de cœur, conformément à ses engagements pendant sa campagne présidentielle. Et il n’a pas viré Bolton pour rien. Reste à savoir jusqu’où ira le retrait américain du Moyen orient
    Et les larmes de crocodiles des Européens sont pitoyables, eux qui ont occupé illégalement un territoire souverain , la Syrie, et qui ont armé les égorgeurs en tout genre. Des centaines de milliers de morts et des millions de personnes jetées sur les routes de l’exode, et ces européens , France en tête, ose encore l’ouvrir !

  24. Daniel BESSON dit :

    Un accord qui fait couiner l’  » expertie  » Françouze , le NYT ; le WP , Foreinne Aférz , Niouzwik , un peu éFPi , l’Immonde ,… Ne doit pas si être mauvais que ça après tout !
    Juste au moment où l’ami Nicolas Tenzer se fend d’une diarrhée intellectuelle sur l » ancienne géopolitique  » , celle ci lui revient dans la figure sous la forme d’une victoire des  » réalistes  » . Une de plus … Comme l’écrivait K. Walz  » Les gens détestent les réalistes mais eux ils regardent le monde tel qu’il est « 

  25. Castel dit :

     » La Turquie et la Russie, s’entendent pour contrôler la frontière Turco-Syriennes au dépend des Kurdes  » :
    – ça dépend de quelles Kurdes ont parle, car ceux-ci, s’ils ont sans doute des sympathies, n’appartiennent pas tous au YPG, donc, il est quand même préférable que la police militaire Russe, soit présente pour ne pas laisser le champ libre aux « proxis » alliés des Turcs, qui dans leurs premières interventions semblent s’en être pris à tous les Kurdes, y compris les civils, avec la volonté évidente de les faire fuir, même s’ils étaient installés dans la région depuis des temps immémoriaux, de manière à faire de la place aux populations arabes réfugiées en Turquie….
    Que les Russes viennent surveiller ça d’un peu plus près, n’est donc pas mauvais pour tous les Kurdes !!

    • Nykola dit :

      Poutine en a rien à foutre des Kurdes il n’a pas été allié avec eux, il cherche à arranger le plus possible et Assad et Erdogan (ce qui n’est pas facile) mais les Kurdes dans cette histoire peuvent tous crever Poutine ne leur doit rien.
      Eux ils avaient les USA comme allié, qui les ont lâcher, c’est triste pour eux, ils sont vraiment les plus baisé dans l’histoire mais bon… faute à Trump.

      • jyb dit :

        @nykola
        Faux. Les kurdes ont une representation officielle à moscou depuis fin 2014, càd bien avant l’intervention russe en syrie. L’interface russe entre régime et kurde fonctionne depuis longtemps.

      • Castel dit :

        @ Nykola
        D’abord, dire que Poutine ne leur doit rien est inexact, car lui, comme Assad était tout de même bien content qu’ils aient pu s’occuper de daesch sur un autre front, même aidés par les occidentaux, car s’ils avaient dû subir tout le poids de la bataille, pas sûr que les Russes auraient pu amener les renforts à temps…
        Autre point, les « réfugiés » Syriens que les Turcs veulent installer dans le couloir attenant à leur frontière, sont des adversaires d’Assad, qui étaient allé se réfugier en Turquie lors de confrontations précédentes avec le régime….
        Autant dire que les Russes comme les Syriens voient sûrement d’un mauvais œil l’installation de ces insurgés le long de cette frontière, alors qu’ils représenteront toujours une menace pour le régime dans l’avenir, contrairement aux Kurdes, surtout depuis leurs accords avec Damas

  26. Durandal dit :

    Pour un monde parfait pro Russe les Turques et les Syriens doivent êtres des copains, a quand des Nukes Russes en Turquie ^^

  27. Parigot dit :

    @ Barfly
    La Turquie est un des pivots de la politique extérieure américaine pour étouffer à jamais un concurrent eurasien.
    https://youtu.be/uV8wisgI08c

    Frères musulmans et terrorisme à l’appui. Couler l’Europe n’est pas trop dur vu le nombre de réseaux de traîtres au service de l’Empire.
    https://www.latribune.fr/economie/international/les-sept-armes-imparables-qui-permettent-aux-etats-unis-de-dominer-le-monde-789141.html

  28. Edouard dit :

    Les USA ont trop d’intérêt économique stratégique et diplomatique (notamment parce que ce pays emm… l’UE) pour lâcher la Turquie. En plus c’est le seul pays stable alliés ds le coin.
    Ne pas rêver, les USA st prêt à bcp de compromission pr garder ce pays de l’OTAN.
    D’autant plus que le bordel que fout Erdogan ds le coin est très loin de troubler les USA et leur sécurité. Ça c’est plus proche de l’Europe.
    Dc le bordel va continuer d’autant plus que Mme Merkel est copain économique avec la Turquie. Et puis des migrants, l’Allemagne en à besoin. L’islamisme ne donne pas l’impression de trop les tracasser encore.

  29. Mike dit :

    Dans les commentaires tout le monde semble expliquer la présence russe par la seule volonté de fendre l’Otan et de conserver une base méditerranéenne. Ce serait oublier un facteur primordial qui aurait profondément affecté la Russie en cas d’effondrement du régime syrien : parmi les islamistes de l’EI figuraient et figurent encore çà et là une grande quantité de russophones issus de territoires voisins de la Russie, Daghestan, Tchétchénie, Kabardino-Balkarie, Ingouchie, cf. projet d’un Émirat du Caucase en 2007, pour qui l’instauration d’un chaos syrien aurait facilité l’entraînement de combattants menaçant de manière plus prononcée encore l’intégrité russe.

  30. Fred dit :

    « aux dépens des Kurdes » Est-ce bien certain ?
    Il faut attendre le futur, et voir le sort que Bachar al-Assad leur réservera pour se prononcer.

    Les Alliés ont honteusement « oublié » que le Traité de Sèvres (1920) établi par eux accordait un territoire aux Kurdes.
    À défaut de s’en être « souvenu » il y a quelque années en arrière, il était évident que le Rojava (ou non) retournerait dans le giron Syrien (ou que l’impérialisme turc l’emporte, chose assez impensable, sauf pour Erdogan).
    Par ailleurs le PYD, ne réclame pas un Rojava indépendant, mais une autonomie.

    Alors bon, on n’est peut-être pas dans le pire, l’avenir le dira.

    • Auguste dit :

      On n’est peut-être pas dans le pire,mais l’avenir ne s’annonce pas radieux.
      Les US qui ne veulent pas que les Kurdes négocient avec les Russes et Assad et vont remettre le couvert pour saboter Astana.Assad qui ne veut pas d’autonomie des Kurdes comme en Irak et traite Erdogan de voleur, juste au moment ou on arrête les hostilités.La prise d’Idlib qui va pousser encore plus de réfugiés en Turquie et de barbus dans la nature.Des Kurdes qui vont vouloir retourner chez eux à la frontière.La Constitution et des élections en Syrie,prévues dans l’accord,ce sera pas pour tout de suite,ni pour plus tard si Assad est encore au pouvoir.(à mon avis)
      Donc nous avons encore quelques belles années devant nous à parler de la Syrie et des tribulations du PO,MO et de l’Orient.

  31. Robinson dit :

    Dans l’affaire l’Iran semble étrangement absent, plus de sous ?

    • jyb dit :

      @robinson
      Les iraniens ont fait le minimum syndical càd condamné l’agression turque…pour le reste il reste en retrait dans la mesure ou leurs intérêts en syrie ne sont pas impactés dans les évènements présents.

      • Auguste dit :

        Ils n’ont pas la même vision que les Turcs sur l’avenir de la Syrie.Et pas que sur la Syrie que la relation des deux pays va s’envenimer.A moins que l’affaire des forages à Chypre ne la ressoude.?

  32. T129 dit :

    La Turquie et la Russie ont mis les occidentaux en PLS en Syrie.

    Pas besoin de blablater.

  33. Sillage 13 dit :

    Hello les gens,
    Toujours un plaisir de vous lire, vos commentaires et vos références sont très riches, avec des avis très divergents
    Pour ma part, je pense que nous occidentaux oublions trop souvent que les Frontières de toute cette région du Monde ont été définies assez arbitrairement, à la période de la décolonisation, sans tenir compte de ces multiples clans, groupes, familles qui existaient et continuent de largement dominer la vie sociale, politique, et surtout religieuse de ces contrées. Sans parler de l’Afrique….Donc le problème Kurde va perdurer, même avec tous les accords  » de circonstance » que l’on a pu signer, et qui seront encore signés. Et chacun y joue sa partition, à un moment ou un autre , au mieux de ses intérêts. Et je rejoins les interrogations de certains d’entre vous sur 2 points essentiels : Que fait encore la Turquie dans l’OTAN ? Et à quand une diplomatie Européenne forte, et qui parle d’une seule voix ? A vous lire.

    • Plusdepognon dit :

      @ Sillage13
      La Turquie verrouille le flanc sud est de l’OTAN.
      Et Erdogan sera visiblement battu aux élections prochaines. L’adhésion de la Turquie à l’Europe accelererait sa désintégration.
      Les USA sont patients…