CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le chef d’état-major des armées veut des militaires « exemplaires »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

96 contributions

  1. Jm dit :

    Bon, ça fout en l’air le plan de la ministre.
    Si le chef est au milieu de ses hommes, il n’y a donc plus que 3 places dans les chambrées de 4 !!!!
    Va falloir revoir tous les plans.

    • Angelin dit :

      Il va falloir donner des viennoiseries au petit déjeuner pour la troupe….

    • Verdi dit :

      Il reste encore une place de libre ? Le taux d’encadrement est-il si élevé ou l’armée est-elle réduite à 3 hommes et 1 chef ?

      • Chris dit :

        Pfff…un officier qui parle de droiture et d’honneur….
        L’exemplarité ça commence déjà du haut vers le bas !
        J’en ai pas connu des masses qui valaient le coup !!
        À part causer et promener leur « placard » dans les cérémonies on se demande à quoi ils servent ces carriéristes….
        Et au passage y’en a beaucoup trop dans l’Armée !!

  2. MAS 36 dit :

    S’agissant d’une mise au point , nul doute que le CEMA a des « remontées » plutôt négatives du comportement d’un nombre important de militaires. La rigueur , la droiture, l’honnêteté , l’esprit de camaraderie au quotidien pas toujours facile. Mais pour des soldats, voire des communautés professionnelles indispensables dans l’intérêt de tous et la bonne marche de l’institution.

    • patrick sergeat dit :

      Peut être que le général en filigrane envoyait aussi un petit message à Macron.

    • Czar dit :

      quand on veut « élargir le recrutement » on assume d’élargir le référentiel des valeurs.

      L’esprit de corps, ça exige de l’homogénérité

  3. Lucien dit :

    Je n’ose pas penser que le CEMA n’ait pas été mis au courant. Bonaparte n’a pas couru poitrine découverte drapeau au vent sur le Pont d’Arcole. Faut pas exagérer non plus, les Autrichiens savaient tirer. C’est beau la propagande mais les Grognards qui l’aimaient beaucoup riaient de ces tableaux tout juste bons à montrer à Paris. C’est comme le passage du col Saint-Bernard. Bonaparte avait du sens politique et il savait user de la propagande à son profit, il faut savoir l’apprécier dans le contexte de l’époque mais il ne s’agit pas non plus de s’enivrer de manière délirante en basant son argumentation sur des mythes.

    • Clément dit :

      « les Autrichiens savaient tirer » => Surtout qu’on trouve des troupes spécialisé dans le tir « précis » à « longue » distance (toute proportion gardée) depuis le XVIIe siècle. Et les officiers, généraux et capitaines étaient leurs cibles favorites.
      Il est évident que Napoléon posait une fois la bataille finie et le champs sécurisé.

      • Lucien dit :

        Je ne sais pas s’il avait vraiment besoin de poser, beaucoup des œuvres peintes sont faites a posteriori selon le souvenir ou souvent même la pure imagination de l’artiste.

        Et oui en effet, dans l’Armée Française, c’était le rôle attribué aux Voltigeurs, tireurs d’élite qui servaient à harceler l’ennemi de manière plus flexible que l’infanterie de ligne.

    • Robert dit :

      Bonaparte était plus « héroïque » pour faire canonner les royalistes à saint Roch.

      • Faublas dit :

        Et pour vendre le bassin de Mississippi – Missouri à la jeune république américaine et organiser un Cosak-camping sur les Champs lycées

      • Lucien dit :

        Il était égal dans telle action ou dans l’autre. Son courage n’a jamais été pris en défaut que je sache. Après, ce qu’il a dû faire, il l’a fait. Bonaparte reste un héros de la République et les fondements républicains du Premier Empire sont patents. Mais tout « royaliste » que vous êtes, admettez qu’il a accordé l’amnistie aux émigrés et qu’il a rétabli la religion catholique en France (Concordat). Il avait à l’époque émis des réserves sur la condamnation à mort de Louis XVI. Bonaparte est un personnage républicain mais beaucoup moins fanatique qu’un Robespierre ou qu’un Saint-Just. Inutile de rouvrir les blessures françaises surtout contre ceux qui ont cherché à les recoudre.

        • Robert dit :

          Lucien,
          « Un héros de la république », vous avez résumé.
          Je ne suis pas royaliste, cela à mon avis n’est plus qu’un principe intéressant, la monarchie serait constitutionnelle donc inutile si elle ne règne pas et conformiste comme toutes les monarchies européennes. Je défend l’héritage royal, à l’époque le royalisme n’existait pas, comme facteur essentiel de stabilité et de continuité de la France. J’aime bien me payer les fausses gloires comme Napoléon qui à inventé une dynastie familiale en copiant l’aristocratie et a surtout mis en oeuvre le message universaliste républicain en mettant le feu à l’Europe.
          Sinon, je suis d’accord avec vous, Bonaparte n’était pas un idéologue fanatique, quand au concordat, il a aussi fait enlever le pape qui en est mort.
          Mais c’est vrai qu’il ne faut pas rouvrir les plaies qui ont divisé les français, seulement la cicatrisation réclame aussi de la probité historique, ce qui manque légèrement aux adeptes de la république.

          • Faublas dit :

            N’oublions pas qu’il a réduit les droits de la femme à néant, moindres que sous « l’ancien régime » dans une soumission toute méditerranéenne, qu’il a imposé une dictature policière à son profit, construit un système dithyrambique (voir les livres d’école de cette époque) et engagé les guerres pré-modernes les plus meurtrières de son temps. Il a inventé le concept d' »état-nation » cher à Hegel et ses disciples (Marx, Bismark) à l’origine de bien des conflits jusqu’à ce jour.

          • Castel dit :

            @ Robert
            Il était républicain….à ses débuts !!
            Mais on ne peut pas qualifier de républicain un homme qui se fait sacrer empereur des Français, et qui voulait instaurer par la suite une nouvelle dynastie, de républicain…….
            Restons sérieux !!

          • Czar dit :

            Napoléon n’est pas « une fausse gloire », faut arrêter de raconter des conneries. Il n’a pas créé la révolution, il y a mis un terme en fixant dans le marbre les principes essentiels qui apparaissaient naturels à tous les français, et que personne depuis n’a jugé utile de contester.

            @castel : comme souvent avec les gauchos, votre culture politico-historique est insignifiante. L’empire ne s’oppose pas intrsinèquement à la république. Les sceaux officiels de l’empire indiquaient d’ailleurs jusqu’en 1811 « empereur de la république française »

  4. Lucide dit :

    Aux gradés de montrer l’exemple.

  5. lxm dit :

    En gros un père doit être exemplaire pour que son fils ou ses fils soient si fiers qu’ils veuillent lui ressembler.
    Comment crée t-on un homme brave ? culturellement parlant, quelles doivent être ses épreuves, les étapes, son éducation..
    Et le chef devient le père de substitution pour ses soldats, les entrainant à la dure pour qu’ils soient prêts le jour fatidique: « une pinte de sueur épargne une goute de sang », comme on dit.
    Et dans notre pays, le modèle ultime, c’est Macron, il est président, père de la nation, sa conduite est donc le modèle à suivre, il faut donc détester le peuple, les gens qui bossent, les pauvres, cracher sur l’histoire du pays, faire copain copain avec les cheiks islamistes, vendre terres et industries de son pays, et aduler l’argent, avoir un carnet d’adresse pour gagner des millions en quelques réunions. Plus fort que le modèle du rappeur clinquant entouré de femmes dévêtues et aux grosses fesses pour notre jeunesse. Et toi, soldat, tu bosses pour lui et ses potes, te sacrifiant pour qu’il puisse gagner plus. C’est fort l’esprit de ruche. Allo, allo, cohérence, où es tu cachée ?
    Ayant perdu bien jeune mon paternel, j’ai cherché une autorité un peu partout, dans l’école, dans l’état, dans les scientifiques, dans les écrivains comme « plus fort que les rois et les dieux tu deviendras un homme mon fils », dans les capitaines d’industries, dans les grands généraux de l’histoire, allant de l’explorateur au spationaute, et jusqu’aux personnages fictifs, et en fait je ne cherchais qu’un autorité cohérente, allant jusqu’à chercher dans les maths, le truc solide à partir duquel bâtir, qui me dise quoi faire, quoi être, ce qui mérite de suer, de combattre. En fait de trouver la vérité. Et ce n’est pas la France actuelle, ni le monde actuel. Je me dis des fois que je suis allé trop loin.

    • NRJ dit :

      L’expression est « une goutte de sueur épargne un gallon de sang ». Gal Patton.

      • Robert dit :

        LXM,
        Très beau témoignage. J’ai un peu vécu la même chose.
        A une époque ou on chasse le père, à tous les sens du terme, le principe de réalité revient en boomerang là ou l’autorité est nécessaire, famille, communauté, école, armée, vie sociale.

      • lxm dit :

        Y’a plusieurs versions, mais une goutte c’est déjà trop, la plupart des duels humains s’arrêtent au 1er sang versé, signifiant qui fait le plus d’erreur. L’origine de la guerre provient de là, prouver qui est le dernier debout en faisant le moins d’erreurs dans la vie, le gagnant reste debout, le perdant s’abaisse, courbe l’échine, ou se couche, le sang maintien la pression dans le corps, si on perd son sang on se « dégonfle » et chute. Dans le plus vieux poème au monde, l’épopée de gilgamesh, le guerrier héros demande comment devenir immortel à Noé et doit pour commencer se retenir de dormir et échoue.

  6. mora dit :

    droiture..!!! venant de la part de carriériste tel que nos généraux, CEMA en tète…c’est a s’en taper le cul par terre

    • felipe dit :

      Ah bon, si je vous suis, donc dès qu’on accède aux grades terminaux, on est forcément carrieriste… ce qui veut dire qu’un « petit » officier ou un sous-officier est forcément plus noble. donc vive une armée commandée par des capitaines ou des adjudants chefs. tout le reste est inutile… un peu court comme raisonnement. visiblement vous ne connaissez pas ce chef, tout au moins.

      • bob dit :

        Désolé mais certains sont carriériste avant leur engagement, d’autres le deviennent en cours de route.
        Que le boulot soit fait à chaque niveau ça sera pas mal.
        Vous ne serai peut être pas heureux mais dans notre armée malheureusement il arrive plus souvent que on le pense des personnes aux grades terminaux prennent la solde mais pas le reste, délègue la tache à des capitaines ou adjudants chefs et sortent le parapluie quand l’heure des responsabilités arrivent ou passent la balle au voisin. Étrangement j’ai principalement vu cette mentalité en état major, surtout quand il y a des étoiles …

      • Vroom dit :

        On devient carriériste quand on en est à établir son plan de carrière ! « Alors je fais deux ans là puis je m’arrange pour aller là, ça tombera sur tel exam qui me permettra de faire ceci, 3-4 ans puis je pourrai faire cela, puis une petite école de guerre….
        On est carriériste quand on se préoccupe des classements des autres, de leur recrutement, de chercher qui pourrait vous griller la place.
        On est carriériste quand la principale préoccupation lors d’un poste tenu, est de préparer le suivant en faisant le moins de remous possible.
        C’est marrant comme les officiers à partir de capitaine (vieux), issus recrutement direct ou ema (OSC ou PSR ayant moins de possibilités), arrivent à s’arranger leurs mutations !!! J’en ai plein des exemples !
        Alors quand tant de sous-off restent sur le carreau lors de mutation imposée, on voit les mêmes situations s’arranger à l’amiable de leur côté. Tant de mépris vis-à-vis de cette caste qui veut être respectée. Pour être respecté, il faut respectable.
        Ils ont voulu être officiers, ils ont passé des exams pour, ils sont payés pour, alors qu’ils oeuvrent pour le bien du service, pas le bien de leur propre cul, sinon le succès des armes de la France sera trop loin !

      • mora dit :

        je viens de la verte, ayant eu un chef de corps du nom de Irastorza, je sais un peu de quoi je parle et non, en effet l’armée n’a pas besoin de généraux pour fonctionner ( plus de 500 actuellement en activité et 5500 si l’on compte la deuxième section, en gros une armée mexicaine )

      • adnstep dit :

        Allons, allons, si vous n’avez pas été en EM, vous ne comprenez pas. Et si vous l’avez été, soit vous êtes aveugle, soit vous avez oublié.

        Passé un certain stade, si on n’est pas carriériste, on n’a pas de carrière. Donc pas d’étoiles et pas de postes importants.

        Si en plus le carriériste n’est pas que celà, mais aussi compétent, droit, honnête, tant mieux.

  7. Trex dit :

    Des principes avec lesquels on ne peut qu’être d’accord…cependant comment ne pas avoir un sourire amer en se disant que ces grands chefs qui veulent de la cohésion ne sont plus en phase avec la réalité opérationnelle.
    Comment se sentir impliquer quand on n’a plus le temps pour ne serait ce que de discuter avec ses hommes?
    Comment répondre à nos gars à qui nous donnons une nouvelle mission alors que la précédente n’est pas finie?
    Les personnes on de plus en plus envie de mettre une frontière entre leur univers professionnel et celui privé. ..avec une préférence pour ce dernier.
    Je ne saurais leur en tenir rigueur.
    Quand un chef nous demande de faire mieux plus vite avec moins…cest peu engageant.
    Et je coupe court aux comparaisons avec le siècle précédent…le contexte actuel trop different.

  8. Renard dit :

    Retraité militaire, je bosse à mi-temps dans une entreprise et j’ai à cœur d’avoir un comportement correct et de faire mon travail du mieux que je peux car je suis conscient qu’après 32 ans de service, je représente encore l’institution militaire.

    • Raymond75 dit :

      Et bien entendu les civils (qui ne cumulent pas emploi et retraite) se comportent de manière incorrecte et ne font pas leur travail correctement.

      Vous êtes vraiment exemplaire !

      • Czar dit :

        les civils peuvent cumuler emploi et retraite depuis sarkozy, raymond.

        Et des rumeurs annoncent que la grippe du président Pompidou serait plus carabinée que prévu.

    • Raymond75 dit :

      Recruter un militaire est un bon coup pour une entreprise : ils sont par tempérament et expérience entièrement soumis à l’autorité, ils cumulent retraite et salaire et donc ne vont pas la ramener pour demander des augmentations, et ils éprouvent tous une aversion pour tout ce qui est syndic at, mouvement sociual et bien entendu tout ce qui peut s’apparenter à la gauche.

      Un très bon coup, et un recrutement qui ne sera jamais solidaire des autres salariés.

  9. Pravda dit :

    Quel dommage,Balkany est atteint par la limite d’âge, une perte pour notre armée.

  10. Robert dit :

    Est-ce que le projet prend en compte la réalité de l’évolution des moeurs dans notre société d’ou vont venir les vocations militaires ?
    L’altruisme existe encore, est-il pour autant si répandu que ça ?
    Le sens de la communauté, du groupe, du collectif, qu’en reste-t-il après une génération formatée à l’individualisme ?
    Quand aux vertus, elles existaient et chacun se faisait un devoir de les pratiquer, croyant ou pas, c’était des vertus morales. Qu’en reste-t-il à l’époque du moi, j’ai droit ?
    L’exemple de l’honneur que donnent les chefs politiques ou médiatiques, il se conjugue plutôt au pluriel.
    Les nouvelles moeurs morales qui se sont répandues ont plutôt opposées liberté à responsabilité et droits à devoirs.
    S’il se trouve encore des soldats et officiers capables de pratiquer des valeurs morales, je ne peux que m’en réjouir. J’aime beaucoup me tromper sur mes diagnostics pessimistes.
    Mais il va quand même falloir les remettre en usage dans la société pour créer des vocations au lieu de flatter toujours plus les bas instincts et les communautarismes.

  11. Auguste dit :

    Mauvais exemple le pont d’Arcole.Ce fut un échec sur toute la ligne.Le tableau d’Horace Vernet est bien beau,mais ne reflète pas la réalité.Image de propagande,dirait-on de nos jours.

    • Plusdepognon dit :

      @ Auguste
      L’amour se nourrit d’illusions. Sinon, ce n’est que de la tendresse…

      Pour ceux qui se disent que depuis 1940, l’armée française sait bien reculer:
      https://youtu.be/ftUMXHIj7t0

      Il y en a eu d’autres. Mais ça parlait de Lybie, donc par les temps qui courent…

    • Castel dit :

      Ce ne fut pas le seul échec de Bonaparte, rappelons aussi la calamiteuse campagne d’Egypte qui s’acheva par l’abandon de ses troupes et la perte de Kléber, un de ses meilleurs généraux.
      Alors que l’on se contente de rappeler son succès éphémère contre les mamelouks, avec la fameuse phrase  » du haut de ces pyramides, 40 siècles vous contemplent » qu’il n’aurait jamais en fait prononcée, et qui aurait été inventée pour l’occasion, de manière à commencer à créer sa légende à l’époque….

    • Castel dit :

      Je précise :
      Ce ne fut pas le seul échec, présenté comme une victoire….
      c.q.f.d.

    • Albatros24 dit :

      L’important soit qu au final..ce soit une victoire.

  12. Helium dit :

    L’exemplarité, la droiture et l’honneur. Tout l’inverse de nos politiques et du chef suprême des armées notre président.
    Le général lecointre en s écrasant nous prouve qu’il en est une copie. Un militaro politicien ni plus ni moins. Sa morale il se la met la où je pense. Notre pays va mal et nos élites militaires ne se servent qu’eux mêmes, ils ne valent pas mieux.

    • felipe dit :

      on n’attend plus que vous.

      • bob dit :

        Oui, on va tous se foutre une grosse prime pour commencer.

        • revnonausujai dit :

          L’indemnité spécifique de haute responsabilité (ISHR) a été créée par le décret n° 2018-965 du 8 novembre 2018 afin de répondre à une triple exigence : – donner une base juridique robuste au régime de rémunération des officiers généraux occupant des postes de haute responsabilité dans l’administration centrale du ministère des armées. Ces derniers bénéficiaient en effet jusqu’au 31 décembre 2018 du régime dit du « droit d’option », permettant aux intéressés de choisir entre la solde militaire et le traitement civil. Dans la mesure où la Cour des comptes a relevé l’extrême fragilité juridique de ce régime, le ministère des armées et le ministère de l’action et des comptes publics ont estimé nécessaire d’y mettre un terme ; – simplifier, rationaliser et harmoniser la rémunération des officiers généraux. Le dispositif de l’ISHR se substitue à l’ensemble des primes de qualification et de spécialité auxquelles peuvent prétendre les officiers généraux. Ces primes sont en effet souvent génératrices de différences de rémunération injustifiées à niveau d’emploi équivalent. Prime unique et modulable, l’ISHR offre une souplesse de gestion adaptée aux spécificités du haut encadrement militaire et garantit une plus grande équité des rémunérations à responsabilité équivalente ; – moderniser la rémunération des officiers généraux, en tenant compte notamment du niveau de responsabilité inhérent à l’emploi occupé (part fixe) et des résultats obtenus dans cet emploi (part variable). Cette réforme ambitieuse et nécessaire de la rémunération des officiers généraux s’est opérée au titre de l’année 2019, première année de mise en œuvre, à coût constant, sans bénéfice pour les intéressés. Ainsi, 59 officiers généraux bénéficient depuis le 1er janvier 2019 d’une part fixe de l’ISHR déterminée de telle sorte que le montant de leur rémunération mensuelle globale soit strictement identique à celui qu’ils percevaient précédemment au titre du régime dit du « droit d’option ». L’ISHR n’est donc ni une indemnité supplémentaire, ni une prime exceptionnelle, puisqu’elle se substitue à plusieurs primes et indemnités préexistantes, dont l’attribution est strictement encadrée au plan juridique. Ce dispositif s’inscrit pleinement dans la politique du Gouvernement tendant à favoriser une rémunération liée à la performance.
          . JO du 27/08/2019 page : 7669
          Avant de causer dans le poste, faut réviser les textes !

          • Bob dit :

            Donc dans un premier temps, de primes génératrices de différences de rémunération injustifiées à niveau d’emploi équivalent, après un petit coup de saupoudrage légal vous nous expliqué que la rémunération mensuel n’a pas changé… Donc les différences aussi?
            Ensuite vous passez d’un groupe de généraux particuliers aux officiers généraux en globalité … Un peu perdu non ?
            Bref, je vais essayer de faire une réforme ambitieuse et nécessaire de mon cerveau pour vous faire mon plus beau « reçu en avant ».
            Bonne fidélisation à tous.

    • Allobroge dit :

      Sur le pont de VERBANJA on ne peut pas dire qu’il se soit écraser et je pense qu’il sait très bien de quoi il parle !Que chacun balaie devant sa porte en n’oubliant pas que nous pauvres humains sommes faillibles !Halte aux a priori facile et démagogiques.Dans l’armée il y a la même proportion de braves types que de c..s glorieux que dans le civil, dont d’ailleurs les militaire sont issus car vous l’aurez perçu on ne vient pas au monde avec un casque lourd sur la tête !

  13. Blaireau dit :

    Le moral des commentateurs de ce blog est en berne. Faut que certains aillent aérer leurs méninges plutôt que de bêler à tout va. Haut les cœurs, les Anciens!

  14. Chef chaudard dit :

    Mon premier commandant d’unité avait pour habitude de nous demander de le déposer aux prostitués le soir et parfois le week-end aussi. N’empêche ça le calmait bien et il pouvait laisser exprimer certaines valeurs comme le dynamisme, le don de soi, le sens du partage, la valorisation des compétences ou encore l’empathie face à la différence. C’était un bon chef en somme. On n’en fait plus des comme ça!

  15. Plusdepognon dit :

    Bon, j’ai pensé à la tirade du nez de Cyrano, mais je n’ai pas le talent d’Edmond Rostand.
    Aussi, permettez ces quelques délires, qui seraient purement fortuits, s’ils approchaient par hasard des situations réelles ou des personnes ayant vraiment existées, dans le pays qui a connu la nuit du 4 août 1789…

    Style administratif (voix pincée et oeil inquisiteur) :

    – Va-t’il falloir regarder les reconversions de certain(e)s et les stages rémunérés des enfants par les entreprises qui sont en lien avec les armées ?

    – Non ? Ouf…
    À un moment j’ai eu peur. Il y a quand même un ancien chef d’état-major qui vend du matériel avec les pays du Golfe…

    – Vous n’avez pas tous les éléments.

    – Reçu.

    Style anecdotique, autour des popottes (accent de corps de garde et oeil gourmand) :

    – Sinon, pour une nuit de Sainte Barbe « sur le terrain », certains ont peut-être entendu l’histoire d’un joyeux régiment où les officiers avaient des lits picots pour passer la nuit, les sous-officiers devaient s’allonger par terre s’ils voulaient dormir et le militaires du rang devaient ne pas dormir de la nuit et monter la garde.

    – La gueule de l’exemple ! Inutile de vous dire que cela a coincé.
    Ça a même valu des jours d’arrêts fermes à un capitaine, commandant la BCL, qui a dormi à même le sol. Pour désobéissance…
    (Chère âme, vous avez la reconnaissance de tous les clowns de cette triste affaire. Sauf de ceux qui n’ont pas eu votre courage, mais vous le savez déjà).

    – Oui, c’est pas si vieux et on a fait bien pire lors du déploiement de Sentinelle ou en opération, mais pour une fête de saint patron, c’était moyen.

    – Les guignols font déjà du « bushcraft », c’est à dire faire le con dans les bois (et dépensent leur argent pour vivre comme des sans domicile fixe, le temps d’un week-end, avant de retrouver le 21ème siècle).
    Nous, là, on s’en serait passé.

    – Les mecs, vous racontez n’importe quoi. Je suis peut être jeune, mais à l’heure des réseaux sociaux, le chef de corps serait dans le journal avec un truc pareil. 😉

    – Bonsoir les gars. Toujours les mêmes, fidèles au poste.
    Caporal-chef, il y a le première classe PATC qui est en arrêt maladie parce qu’il est désigné pour la garde. Il me faut quelqu’un au pied levé. J’ai pas le choix, c’est vous.

    – P*****, j’arrive. Vivement la quille ! Heureusement que je me casse dans pas longtemps. Armée 2 000, armée débile…

    – Ne rigolez pas sergent, il me manque aussi quelqu’un pour la semaine. Prise de service demain matin.

    – Mon lieutenant, je l’ai prise 4 fois cette année. Il y en a qui l’ont prise que deux fois.

    – Oui, ben ça fera 5…

    Style dans la rabrouerie d’un ancien (voix chevrottante et oeil malicieux):

    – Tout ça ne vaut pas… »un clair de Lune à Maubeuge », oups je m’égare…
    Donc, tout ça ne vaut pas les soldats déguisés en laquais, formant une haie d’honneur avec flambeaux dans la nuit ou de la fête des 20 ans de l’opération Daguet avec camions de sable pour faire les dunes, tente bedouine et dromadaire sur une base aérienne. Et le budget ! Ah, les enfants, c’était trompettes et confettis…

    Et je vous ai parlé de mon ancien chef de corps ? Un fou.
    Il fallait lui amener sa salle de restauration sous sa tente quand on partait en manoeuvre. Ça prenait deux GBC entiers, avec les meubles et l’argenterie. Les soldats désignés comme serveurs dormaient dans la tente, pour éviter les vols.

    Et quand il allait sur le terrain, son chauffeur avait un énorme rouleau de moquette rouge dans le coffre de la voiture, qu’il deroulait devant lui pour ne pas qu’il mette ses pieds dans la boue. Et on était pas dans la cavalerie… Là, c’était n’importe quoi !

    Des trucs farfelus, il y en a eu d’autres ! On était pas bien payés, mais qu’est-ce qu’on a rigolé…

    – Humm, bon en fait, on veut pas tout savoir.

    Conclusion:

    Et après, on s’étonne de quelques tristes histoires qui perdurent sur l’institution (du type, les camions qui tournent en fin d’année pour cramer le budget carburant, ce qui est fini depuis longtemps) au lieu de regarder des choses plus importantes du temps présent…

    Ou pour dire en peu de mots, plutôt qu’en peu de lettres: on a les chefs que l’on mérite (paraît-il).
    Et avant ? Ben, il y avait les problèmes d’avant…

  16. Félix GARCIA dit :

    Certaines analyses du Général Dominique DELAWARDE

    (Général Dominique Delawarde
    Ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique» à l’État major interarmées de planification opérationnelle):

    Les raisons cachées du désordre mondial Broché – 25 mars 2019
    de Valérie BUGAULT (Avec la contribution de Dominique DELAWARDE)

    https://www.amazon.fr/raisons-cach%C3%A9es-d%C3%A9sordre-mondial/dp/2376040256/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=10RPUGF0ZAH8N&keywords=val%C3%A9rie+bugault&qid=1571715141&sprefix=val%C3%A9rie+bu%2Caps%2C310&sr=8-1

    https://reseauinternational.net/author/delawarde/

    Analyse de l’intervention turque au Nord Est de la Syrie
    https://reseauinternational.net/analyse-de-lintervention-turque-au-nord-est-de-la-syrie/

    Cordialement,

    Félix GARCIA

    PS : A l’étranger ;

    Gen Wesley Clark on US going to war in 7 countries in 5 years
    https://www.youtube.com/watch?v=gTbg11pCwOc

    Wes Clark – America’s Foreign Policy « Coup »
    https://www.youtube.com/watch?v=TY2DKzastu8

    National Summit to Reassess the U.S.-Israel « Special Relationship »
    Ajoutée le 9 avr. 2014
    Philip Giraldi – Is Israel a U.S. ally?
    https://www.youtube.com/watch?v=CkxuC0phFck

    9/11 AND ISRAEL: ALAN SABROSKY’S SHOCKING PRESS TV INTERVIEW
    https://www.youtube.com/watch?v=cIka141BKjw

    CIA | Intelligence service | Cold War | James Angelton interview | This Week | 1976
    https://www.youtube.com/watch?v=vTgneJQxCts

    • fabrice dit :

      Et à sinon il y a une bonne centaine de généraux vers 1898 qui étaient persuadés que le traitre c’était Alfred Dreyfus le Juif et évidement pas ce sympathique aristocrate catholique Esterhazy. Et parmi eux le chef des SR français le général Henry. Je vois que la tradition de la connerie antisémite n’est pas perdue pour tous dans l’état major….
      Je comprends mieux l’amour de certains envers les pays arabes, entre gens du même univers mental on se comprend…
      ça prêterait à rire si la France n’était pas touchée par une série d’attentats arabo islamique.
      Certains ont l’art de se tromper d’ennemis.
      J’espère que l’univers mental de ce Delawarde n’est pas trop partagée.
      Triste pour la France.

      • Félix GARCIA dit :

        Même aux Etats-Unis, les commentateurs historiques savent que l’affaire DREYFUS était montée de toute pièce, qu’ESTERHAZY c’était de la fumisterie (un homme ruiné et manipulé)…
        Mais pas vous ? Beaucoup trop intelligent pour ça ?

        Cordialement,

        Félix GARCIA

      • Robert dit :

        Fabrice,
        Le faux visant Esterhazy a été orchestré par le général Picquart pour essayer de dédouaner Dreyfus et mettre à mal l’accusation. Or, Esterazhy a avoué avoir écrit un faux bordereau sur la demande de ses chefs. Les pro Dreyfus se sont précipités pour dédouaner leur client, mais cela n’a pas été retenu.
        En tout cas, cette accusation n’a jamais abouti, comme l’innocence de Dreyfus n’a jamais été prouvée, il se trouvait là à chaque endroit ou les faits incriminés se déroulaient, ce qui ne suffit pas à prouver sa culpabilité mais l’accusation avait des éléments.
        Cette affaire a surtout permis à la franc maçonnerie de diviser la France, ce qui coûtera cher quand plus tard, l’affaire des fiches éloignera des postes de commandement des officiers jugés trop cléricaux. Ce sont les catholiques et la France qui souffriront de ces manoeuvres avant tout.
        Dans l’affaire, Henry n’a fait que son travail quand Picquart inventera un faux coupable, et catholique, pour blanchir Dreyfus. Malgré les affirmations sur l’innocence de Dreyfus qui sera innocenté plus tard, rien ne prouve ni sa culpabilité ni son innocence. A ce jour, on n’a pas le coupable. Mais ce fut l’occasion de s’attaquer à l’armée et à la droite pour des agitateurs comme Zola.
        Vous voulez qu’on vous rappelle la sympathie constante des juifs pour les musulmans et pour les arabes dans l’histoire? Attali vient de commettre un énième livre de propagande ou il affirme que les juifs étaient mieux traités sous l’empire ottoman que sous la présence française. Il prône l’alliance entre juifs et musulmans, on devine contre qui comme d’habitude.
        Attali est un kabbaliste revendiqué qui dit franchement les choses que pensent beaucoup d’autres. Quand il accuse le souverainisme d’être le nouveau masque de l’antisémitisme en victimisant les musulmans, il montre là une pensée fréquente dans la communauté juive mais qui ne s’avoue pas toujours en se disant victime des musulmans et arabes tout en accablant de reproches les goys qui le disent.
        L’antisémitisme est une construction mentale pour accabler toutes les critiques et se présenter en victime. Dans la réalité, chacun fait ses choix et doit les assumer et ne pas en faire porter la responsabilité à ceux qui le lui rappellent.
        Et Attali n’a pas écrit ce livre sur commande de ses patrons, ceux qui subventionnent les organisations juives et qui tirent les ficelles, vous savez. 🙂
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Walsin_Esterhazy
        https://www.marianne.net/politique/souverainisme-antisemitisme-le-dernier-delire-de-jacques-attali

      • revnonausujai dit :

        D.Delawarde est retraité, il ne représente que lui-même.
        Ceci étant, pour avoir travaillé et » échangé » avec des Israéliens, ce ne sont pas les scrupules moraux qui les étouffent pour faire un coup dans le dos des amis et alliés.

  17. Albatros24 dit :

    Rétablir un vrai service national, l’Armée choisit ses conscrits, les autres font leur service dans la société civile (police, administrations, hôpitaux, mairies, EPAHD, association reconnues d’utilité publiques)
    Et c’est à partir de la base de ces conscrits qu’elle sélectionne ses professionnels en CDD (CDD plus longs et surtout mieux payés)
    Pour les grandes écoles d’officiers et sous officiers : service national obligatoire comme simple soldat préalable et obligatoire
    Voilà voilà…
    Pour le reste de la société :
    commencer par réformer l’Education et l’Apprentissage,
    mieux fiscaliser nos entreprises du CAC 40 habituées à l’exil fiscal non patriotique en Europe, exil si profitable
    etc…
    Mais ça c’est pas gagné…

    • Albatros24 dit :

      J’oubliais un point important mais pas populaire du tout. Utiliser des contrôleurs payés au SMIC avec un intéressement sur les redressements effectués pour les impôts et taxes, PV grands excès de vitesse, aides sociales et financières diverses, ou même en hygiène alimentaire (aujourd’hui les restaurants ne sont plus du tout contrôlés …faute de personnels suffisants dans les ex DSV). Sarko a en effet supprimé considérablement des effectifs dans tous les corps de contrôle et il n’y a plus assez de policiers et gendarmes dans nos rues et sur nos routes (pas populaire je sais, mais avec les français si on veut faire baisser le nombre de morts y a que ça, avec la généralisation de radars de vitesse).
      Au final : on pourra ainsi baisser les impôts et taxes et/ou rembourser de la dette publique par anticipation, vu tout l’argent qui va rentrer ou sera économisé.

      • Albatros24 dit :

        Le rapport avec l’éthique des militaires ?
        tout
        car pour avoir des citoyens éclairés honnêtes : il faut réformer dans le bon sens la société tout en restant démocratique, dynamique et surtout avec un service public fort, ce que veulent par dessus tout nos concitoyens.
        Un effort est à faire aussi dans la promotion sociale des plus méritants (l’ascenseur social), surtout ceux qui ne sont pas nés dans la bourgeoisie des beaux quartiers des diverses grandes villes et qui ainsi ont pu faire les bonnes écoles et suivre les filières qu’il faut…dont nos énarques et notre président. C’est tout un programme Politique et non politicien à lancer.
        Ce n’est pas une histoire de coût c’est une histoire de survie de notre société à la française et non à l’étatsunienne

        • tschok dit :

          Alors, je note, à vous aussi le cul d’un énarque pour Noël.

          Très demandé en ce moment.

          Sinon, votre pyramide sociale est assez primitive: au sommet, vous mettez l’armée, et tous les individus dont elle ne veut pas ne sont bons à servir que dans la police, puis, en cascade jusqu’aux EHPAD et associations d’utilité publique …

          Ok, ok.

          Toujours aussi con, à ce que je vois. Et gaulliste?

          (je fais de l’esprit à coup de massue, m’en veuillez pas faut que ça rentre)

  18. Buburoi dit :

    Il y a une dégradation morale en France, c’est indiscutable. L’exemple: ce sont les ministres et les parlementaires tout d’abord, puis les partis politiques et les syndicats, et enfin la police et la justice. Tout celà inspire la nausée et le dégout. Les chefs militaires sont prèts à tout pour leurs postes et leur avancement. L’exemplarité, la droiture et l’honneur, celà n’existe plus en France, il ne faut pas réver.

    • tschok dit :

      Oui, effectivement, je trouve que votre moralité s’est beaucoup dégradée ces derniers temps. Ca sent la petite fille qui se néglige.

      Que comptez-vous faire pour y remédier? A part dire que c’est la faute des autres?

      Bon d’accord, on va dire que c’est la faute des autres. Mais vous visez beaucoup de monde: ministres, parlementaires, partis politiques, syndicats, police, justice. Ca fait du monde toussa. Trop impliquant.

      Et si on ciblait? C’est trop diffus votre truc. Et puis vous n’avez pas mis les journalistes. Un oubli, sans doute.

      Perso, je ciblerais sur une cible bien définie. Qu’on peut reconnaitre. Avec un hashtag. Près de chez soi ( on va pas faire des kilomètres, au prix où est l’essence). Genre dénonce ton kebab. Un truc où tout le monde s’y retrouve, quoi. On a les piques, mais il nous manque les têtes. Quelles têtes on fout sur les piques?

      Z’en pensez quoi, vous qui êtes un grand penseur de la dégradation morale en France en ce début de XXIième siècle?

  19. Slygnd dit :

    Comment expliquer qu’il faut être droit dans ses bottes et ne pas saluer les étendards des regiments qui défilent au 14 juillet . Il me semble que c’est la base du respect . Comparer à son prédécesseur.
    L’image vient du haut ? Bas il y a du boulot

  20. Raymond75 dit :

    Moi qui pensais que tous les militaires étaient par nature exemplaires (la preuve, ils sont tous décorés) ; ce que la lecture régulière de ce blog me confirmait … Dois je me mettre à douter ?

    • adnstep dit :

      Donc, pantoufles chez les indus après les étoiles, c’est le bon exemple ! Attention, hein, en tant que consultant. Parce qu’employé, ça risque de friser la commission de déontologie, en ce moment.

  21. Raymond75 dit :

    Pour que les militaires soient exemplaires, il faut que la société le soit, et en premier sa classe dirigeante, politique et économique.

    La destruction régulière des droits sociaux au nom de la ‘nécessaire’ compétitivité, la fragmentation de la société en micros groupes qui ne voient que leur intérêt et se moquent de l’intérêt général, le dumping fiscal et social imposé par l’Union Européenne et le néo-libéralisme délitent la société. La concurrence des plus pauvres contre les pauvres, et l’immigration (européenne et extra européenne) hors de contrôle achèvent le tableau.

    Dans une société qui se dissous, il ne peut y avoir aucun groupe exemplaire, ce qui ne signifie pas que les individus soient tous mauvais.

    • tschok dit :

      Ah bon?

      Les militaires ne peuvent être exemplaires que ssi leur société l’est? Ils n’ont aucune volonté, aucun libre arbitre, aucun désir de grandeur.

      Des robots mixeurs, quoi.

      Ils seront enchantés de l’apprendre.

      Beltrame, mort et enterré, dossier suivant svp.

      Lot de consolation: on n’est pas tous mauvais. Oh, Raymond, rien de mieux qu’un ancien gauchiste désespéré pour pleurer les hommages les plus émouvants au christianisme. Merci, merci, vous éclairez mon après midi nuageux.

      Bon, et si l’exemplarité était une discipline et la discipline un effort sur soi? La discipline est un mode de gestion des grands nombres comme disent les militaires, et elle fait la force des armées. Mais elle a des tiroirs, et dans les tiroirs, on trouve, rangé parmi ses chaussettes, rigoureusement alignées selon les jours de la semaine, l’effort sur soi.

      L’exemplarité, c’est pas le moment où on engueule les autres, la société, le capitalisme ou l’histoire, c’est le moment où on se demande: et moi?

      Le point de départ de l’exemplarité, c’est l’égoïsme. Son point d’arrivée: la souveraineté. Son trajet: les autres. C’est donc une dynamique et ne vous étonnez pas qu’elle bouge, surtout si vous restez immobiles.

      • Raymond75 dit :

        Le colonel Beltrame a pris la place d’un otage et a cessé de commander son groupement ; je ne pense pas que ce soit très exemplaire d’efficacité, ni que ce soit le rôle d’un officier supérieur … Il en est mort, par maladresse plus que par héroïsme.

        Et pour le reste, vous êtes dans le lot commun des militaires qui considèrent que les civils sont des anciens gauchistes dès qu’ils ont un point de vue non conforme à votre groupe, qu’ils sont sans discipline personnelle, incapable de faire des efforts, incapables de gérer leur vie.

        Il est en effet beaucoup plus simple de dire « oui chef » et de se croire exemplaire …

        Et rassurez vous ; je n’ai jamais été désespéré de ma vie. Je vous laisse à vos OPEX toutes plus inutiles les unes que les autres, et n’oubliez pas que vous aurez droit à des médailles … car vous êtes un exemple pour l’humanité.

        • on n'est pas bien payés, mais on rigole! dit :

          super dialogue !
          tschok confond raymond et robert ( c’est lui le catho); raymond croit que tschok est militaire.
          les marx brothers, moins le talent !

          • Robert dit :

            On n’est…
            Superbe pseudo.
            Chez les bénévoles et les militants, on disait  » on n’est pas payé cher ( en fait on n’était pas payé du tout) mais qu’est-ce qu’on se marre. »

        • Vroom dit :

          « Je vous laisse à vos OPEX toutes plus inutiles les unes que les autres »
          Mais pourquoi vous trainez sur ce site alors ? vu ce que vous pensez des opérations militaires.

  22. petitjean dit :

    c’est très bizarre cette déclaration, c’est même très suspect !
    y-aurait-il un problème « d’exemplarité » au sein de l’armée ? Y aurait-il un problème de cohésion ? Y aurait-il un manque d’allégeance au pouvoir politique ?
    Ou alors François Lecointre enfonce encore une porte ouverte. Mais je ne le crois pas ! Alors où est le problème. François Lecointre en a trop dit ou pas assez
    Parce que ces éminentes qualités qu’il rappelle sont totalement absente du monde politique qui est supposé nous gouverner ! D’ailleurs quand on constate l’état de notre pays !
    Je me demande si au sein de l’armée , il n’y aurait pas des « grognards » qui n’en peuvent plus de la politique antinationale menée par nos zélites depuis des décennies. Et cette grogne est remontée aux oreilles du dit pouvoir : d’où cette déclaration du général.
    Les militaires, la plupart, mesurent à quel point la France est entrain de couler. Alors il faut serrer les rangs, fermer sa gueule, faire semblant ou se démettre !………………

    • tschok dit :

      Parlez pour votre gueule petitjean.

      Arrêtez de dire qu’une majorité est derrière vous alors que vous êtes un faux nez du lepénisme et que le lepénisme n’est pas majoritaire dans ce pays. On n’est pas tous des cons.

      Et on n’a pas l’intention de le devenir parce que vous en êtes un.

      Le discours VCR (vieux con réac) qui devient dépressif (VCR-D) c’est votre libido. Mais plein de gens ne vibrent pas avec ça.

      Notre problème en France: comment faire marcher la partie de la population qui est VCR et VCR-D avec les autres parties de la société française qui ne jouissent pas avec ça?

      C’est pas la première fois que ça nous arrive: de temps en temps dans notre histoire, les vieux sont plus jouisseurs que les jeunes. Ils sont plus libidineux. Aujourd’hui, les vieux sont plus libidineux que les jeunes.

      C’est ça qu’on a à gérer: une population âgée libidineuse.

      • Czar dit :

        « Le discours VCR (vieux con réac) qui devient dépressif (VCR-D) c’est votre libido. Mais plein de gens ne vibrent pas avec ça. »

        à notre dernier et fructueux échange, alors que tu projetais sur les catholiques chez lesqueuls tu squattes , dans cet habituel exercice d’inversion accusatoire qui est une signature chimiquement pure, des fantasmes incestueux, je t’ai renvoyé dans le pif un bref compendium ds tiens qui en faisaient, soit la promotion, soit l’avaient pratiqué.

        Pour la dépression, entre finkielkraut et ses états dépressifs constants (avec TS) et ceux qui se ratent un peu moins dès que le monde est cruel avec eux, benjamin ou zweig, j’ai l’impression que se prendre pour la prunelle de l’oeil de dieu et se rendre compte de sa propre dimension personnelle crée quelques fragilités psychologiques. A moins que l’abus de lamentos de violons tziganes..

  23. Durandal dit :

    Alors c’est Louis Nicolas Davout que vous devriez montrer,
    Davout en plus d’être haut la main le meilleur tacticien de son époque, aimait et était aimé par ses hommes.
    Sa conduite de la bataille D’Auerstaedt est à l’image de ce grand monsieur.

    Pour dire que si vous voulez avoir des hommes exemplaires vous devez avoir des chefs exemplaires, est-ce le cas?
    je l’espère sincèrement.

  24. mouchetoxique dit :

    l’exemplarité, c’est le degré de qualité que l’on met à essayer de bien faire. la droiture c’est avoir la force de dire « oui » ou « non », selon toutes conséquences et de les assumer. l’honneur c’est plus délicat, car cela induit une codification subjective. Tout résultat dépend de notre degré d’implication, cela on peut l’expliquer et l’inculquer dès le plus jeune âge. Après comme ont dit, d’un cheval boiteux, tu n’en feras pas un cheval de course. Il ne faut pas confondre l’élitisme et la qualité, nous ne sommes pas à Sparte et les gens non plus les qualités à devenir des soldats plus-plus, a cause des pollutions et des systèmes parasités . Pour devenir, il faut plusieurs choses établies et une conjoncture. La chose établie ce sont les « rites » au sens large, qui font symboliquement renaitre les gens à une meilleure projection deux mêmes, ça on peut le faire, même si l’Occident par la bêtise et là sur-moral en ont effacé la pratique. La conjoncture et plus délicate comme disait Shakespeare « le hasard et l’ombre du destin qui avance », pour être un homme « droit » il faut un destin qui ouvre les portes au bon moment et préfigure les bonnes rencontres et la possibilité d’un cheminement ascendant. Devenir ne dépend pas uniquement que de nous. C’est pour cela que nous avons besoin des « autres », mais si les autres sont devenues parasité, il devient difficile d’élever un système ou une nation vers une réalité valorisante. Les élites ayant chuté, c’est toute la chaine de production qui recopie par mimétisme un modèle aigre et cynique.
    La valeur par l’exemple et de ce point de vue la mieux adapter à l’homme. Pour moi le mimétisme est quasi aussi important que l’éducation. Nous manquons cruellement de modèle par ce que la pollution (au sens large) empêche de plus en plus les gens de faire au mieux et donc de se développés avec des qualités qui pourraient servir d’exemple aux autres ensuite. Le temps machine qui épuise les gens, la malbouffe et la pilule de nos femmes dans la flotte du robinet, Cyril Hanouna a la télé, et la sinistrose par la peur du lendemain et un cocktail pour le cancer généralisé que sont devenue nos modèles sociaux.
    La tache et colossale et les moyens financiers pour redresser tout cela n’existeront jamais. Sans parler du pouvoir politique au service du modèle économique, qui préférera toujours avoir des moutons apeurés par ce que l’anxiété fait surconsommer, que d’avoir une civilisation affutée. Imaginons un monde où les gens s’auto-géreraient par sa propre gestion de l’économie, qui cultiverait sa propre nourriture pour ne pas être diminué et polluer chimiquement, serait maitresse dans l’art de l’artisanat, et s’y connaitrais dans le métier des armes pour assurer sa propre sécurité, bref un monde affuté. Ha bas tient, Bienvenue à Sparte ! croyez-vous vraiment que les puissants souhaitent avoir un peuple de cet acabit.
    Non surement pas, car ils ne sont fort que par ce que nous sommes faibles, mais lâchez tous les nantis du monde dix minutes à Mogadiscio et ils mesureront très vite se qu’est le vrai pouvoir.
    Le vrai pouvoir a mon sens, c’est de savoir comment rester en vie en milieux hostiles, tout en continuant de progresser dans ses acquis. Un moral fort, un esprit sain et un corps rustique et une gestion de l’outil exemplaire; le rêve de tout général d’avoir des soldats de cet acabit. Des soldats oui, une nation ? surement pas.

    Mais Bientôt, les soldats seront produits par la génétique avec un degré de qualité sur demande et par besoin. Vie civile également d’ailleurs. Reste à savoir qu’elle type de modèle de conscience leur sera inculqués. force de l’empire et Stormtrooper ou force libre de la rébellion . Ceci dit tant qu’on n’aura pas un mal dominant avec le charisme de Dark Vador, on ne risque pas grand-chose. Par ce qu’en ce moment question leaderships dans le monde, ça vole vraiment pas haut et ça te donne pas vraiment envie de se casser le cul a envahir le monde, n’est pas Alexandre le Grand qui veut…

    Donnez-nous un homme providentiel et le magnétisme fera le reste, c’est très Français, nous sommes un peuple qui ont eu des leader fort, c’est inclue dans notre inconscient collectif. Mais les miracles n’existent pas régulièrement, Clovis, Jeanne d’arc, Napoléon et le Général De Gaulle née le mème jour que Jeanne d’arc. Ses gens sont rare, et se compte sur les doigts de la main d’un lépreux. Peut-être qu’on en mérite plus d’être sauvé. Chaque fois qu’on essaie de redresser ce qui est courber, en utilisant la force seule, nous avons cassé l’objet à sauver.
    D’où le vieil adage : celui qui brandit l’épée périra par l’épée. On estime les pertes à 99 % pour les gens qui participeront à un conflit majeur tant la technique et radicale dans ses moyens.

    Question ? à quoi serviront les qualités majeures du super soldat, face à un écran tactile qui te shootera toi et ton kevlar à dix kilomètre en te plaçant une olive à l’uranium en plein front. La guerre moderne na pas de sens en vérité, il faut redonner des fléaux d’armes, des couteaux, et des haches aux soldats si on veut redonner un sens à la violence, avec des vertus d’art martial. l’art de la guerre, c’est être un Maitre d’armes afin de redresser ce qui est courber par la nature du Mal, symboliquement le samouraï et pas par un technicien informatique, qui se suicide par ce qu’il tue des gens avec un drone, en restant le cul dans son pays. Rien ne vaudra jamais l’artisane et ses bienfaits, la technique ne donnera jamais que la forme sans le fond, les machines non pas d’âme et ceux qui les contrôlent son désabuser par contamination de ce problème. Le vivant appelle et nourrit tout naturellement le vivant, mème dans la dualités. C’est sans doute en grande partie de cela que le monde souffre victime de vivre en temps machine qui le remplace petit a petit dans tout les secteurs. Artifice et maléfice veulent dire hors nature, la guerre et affaire avant tout d’âme, et non que de fond par les moyens. Les Viet ont foutu une pattée aux pays industriels. L’esprit avant les moyens, toujours. le fond définit la forme pour exister. Alors, et alors seulement, elle peut ( la guerre ) avec toute l’horreur qu’on lui connaît, faire renaitre une vertu au futur de la paix. Encor faut-il se battre pour des causes qui comptent et qui ne soient pas mercantiles et là c’est devenue carrément kafkaïen. C’est juste du holdup de pays riche, sur pays pauvre les conflits actuelle. Et on s’étonne après les colonies d’avoir des problèmes en choc en retour. Ça s’appelle le karma, la nature et bien faite…

    • tschok dit :

      @mouchetoxique,

      Vous énoncez beaucoup d’affirmations que vous ne vous donnez pas la peine d’interroger. Exemple, votre phrase de départ: « l’exemplarité, c’est le degré de qualité que l’on met à essayer de bien faire ».

      Non, vous confondez l’exemplarité avec un acte de consommation ou de production: vous voulez absolument lui appliquer un critère de qualité, que vous seriez bien en peine de définir par ailleurs. Et le reste de votre com continue sur cette lancée.

      Tout cela pour sortir une vision très pyramidale de l’être humain perçu comme un être vulnérable: une sève dans une coque censée le préserver des variations de son milieu. En fait, vous êtes en train de parler d’une certaine catégorie de héro.

      La hantise de la substantifique moelle perturbée par Darwin. Et vous y mettez du destin, du chemin tracé, écrit, qui est le vrai chemin dont on ne doit pas dévier.

      En fait, vous nous refilez de la religion et du contrôle social. C’est pénible.

      On ne parle pas de ça.

      Bon, retorchez votre copie. Elle est bâclée, mais de toute façon, sur un tel sujet, vous ne pourrez que passer par des bons successifs.

      Gardez à l’idée que l’exemplarité peut – mais ce n’est pas une obligation – s’alimenter aux bornes d’un individu de piètre qualité: même un gros nul peut être exemplaire. Donc, le phénomène qualité n’est pas immédiatement lié à la notion d’homme idéal.

      Un homme ou une femme exemplaire, c’est quelqu’un que vous êtes prêt à suivre. Quel genre d’être humain êtes vous prêt à suivre? Je vous rappelle que plus de 60 millions d’Allemands ont suivi Hitler jusqu’au bout de l’enfer. Pas le genre de mec qu’on a envie de suivre, a priori.

      Et puis il y a l’aspect actif: êtes-vous prêt à donner l’exemple? A vous faire suivre? A mener?

      Rien que ces deux aspects devraient attirer votre attention sur la double dimension de l’exemplarité, ne serait-ce que dans un groupe de taille bien moindre qu’une société.

      Vous me semblez avoir des prétentions intellectuelles très à la mode en ce moment: les gens qui veulent comprendre tout (mais vraiment tout, l’univers, quoi) en y mettant très peu (genre 5 minutes de leur vie). De tels effets de levier sont forts rares et, la plupart du temps, les provoquer réclame un travail intergénérationnel. Quand des gens sont bien situés, dans le pivot des générations, on appelle ça des génies. Mais ça reste rare et l’effet de levier (tout comprendre en y mettant peu de soi-même) est un phénomène distinct de l’occurrence des génies.

      • mouchetoxique dit :

        Bonsoir;
        Oui vous avez le droit d’avoir un avis diffèrent sur la question. Mais le mien en l’occurrence sur le propos, ne sépare pas la réussite de l’exemplarité quand on est militaire. On ne suit que les gens qui gagnes (c’est humain), à commencer par Hitler qui a perdu une bonne partie du soutien de sa coure quand les choses ont tourné chocolat.

        60 millions d’Allemands se sont trompé donc, dommage que vous n’ayez pu leur expliquer à ce moment-là. La démocratie a ses faille, que voulez vous. l’idéologie ne dure jamais dans l’histoire, le nazisme aurait disparu et le monde serait différent. Personnellement, je pense que l’ultralibéralisme anglo-saxon a tué bien plus de monde sur terre que le nazisme (que je ne cautionne pas pour autant). Bien sur, ça se voit bien moins, quoi que…

        Donc certes, un idiot pourrait un jour devenir exemplaire, un jour où deux ou trois, mais pas au point d’être exemplaire pour les autres dans la durée et encor moins a devenirs un leader grâce à cela, et surtout, s’il ne réussit pas les objectifs qu’on lui a définis, car tout homme à des comptes à rendre, mème Hitler. Voilà le « critère » qui vous fessez tant défaut peut être a mon propos…

        On ne fait pas illusion longtemps, quand on doit prendre des décisions qui incluent les autres, surtout sur un champ de bataille, bien sûr vous pouvez fusiller les mécontents comme en 14, ça règle une partie du problème. Donc (pour moi) l’exemplarité tient encore une fois sur le degré que l’on met à la charge de son travaille et de sa fonction pour exister sur la durée. Tout cela avec ses réussites et ses échecs et peut importe qu’on soi nazie ou communiste la mécanique reste la mème. Et si la somme des échecs et élevez-vous ne devenez plus exemplaire, point.

        Pour le cheminement, c’est un choix effectivement philosophique, je crois au destin surtout pour les grands hommes, qu’il soi de nature religieux ou pur fruit du hasard, jouer aux dés, ou à pile ou face, ne change rien pour moi. Que cela vous irrite et un problème qui vous concerne.

        il est vrai et je vous l’accorde que je digresse sur le sujet et parle de chose qui n’est pas indue à l’article, mais divers propos que j’ai lus dans les commentaires mon donner envie dit répondre en cette forme et de façon globale. Polémiquer je pense, est encor plus a la mode. Cela s’appelle un point de vue, et comme tout point de vue, il est simplifier. Vous le trouver simpliste, grand bien vous fasse…

        Bien a vous.

      • ScopeWizard dit :

        @tschok

        Une fois de plus , bien qu’ il vous réponde , englué dans votre étroit carcan idéologique qui vous enferme dans une vision ultra-restrictive du Monde et des idées , vous n’ avez rien compris à son com , mais alors rien de rien .

        Raison pour laquelle , @mouchetoxique vous envoie à la pêche ……………….

        Hein ? Si de mon côté , j’ ai bien tout pigé comilfo ettou etou ?

        Ah oui , à 100% ; sachant que dans son commentaire il y a tout le long un fil conducteur qu’ il suffit de ne pas lâcher .

  25. Curiosité dit :


    Pourquoi ? Le port de l’uniforme n’exempte pas les gens qui l’arborent de payer leur loyer en temps et en heure, d’éviter de se faire choper ivre sur la voie publique, de rendre leur logement « défense » au départ de la garnison ???
    La lecture des EVENIMP est passionnante… Tellement que bien souvent… les mythes s’effondrent…

    • Pierre dit :

      Trouver moi un corps de métier avec que des gens irréprochables! En moyenne les militaires ne sont pas les pires je pense et d’ailleurs beaucoup de recruteurs louent leurs qualités humaines. Après vous avez raison de ressasser vos anecdotes de chiottes bouchés…

      • esef dit :

        Si je peux ajouter mon grain de sel ^^.
        La grande différence est que la plupart des autres corps de métier ne représente pas l’état et le peuple. Et qu’effectivement, tous les débordements posent non seulement un problème d’image, mais un problème d’éthique. Dans les conflits actuelles, c’est l’éthique de notre action qui lui donne sa légitimité (voir « l’éthique du soldat français » par le gnl Royal). Hors la formation ethique n’existe pas, on considère que « c’est bon, ils seront pas trop con pour ne pas voir les limites ». Et c’est comme ça que dans mon régiment :
        – un guyanais ivre a essayé de découper un civil à la machette (et à trancher ses potes à la place quand ils ont essayé de l’arrêter),
        – des capitaines appelant ouvertement aux meurtres de musulmans (et qui ne se gênaient pas pour donner des leçons ensuite sur l’image des officiers),
        – d’autres capitaines CDU, ne mettant pas un pied sur le terrain parce que le combi hamac/punch est plus fort, qui n’hésitaient pas à faire prendre des risques inutiles à leur troupes jusqu’à les envoyer à l’hopital pour rien d’autre que leur gloire personnel,
        – j’en passe et des meilleurs. Je pourrais écrire un livre.

        Oui tous les corps de métier ont leur travers. Mais combien, ayant une fonction aussi hautement symbolique, ont ce genre de comportement qui s’est normalisé ? Combien manque à ce point de professionnalisme? Quand je me suis engagé j’ai accepté d’avoir « la mort comme hypothèse de travail », pour reprendre les mots du Col Goya, je ne pensais pas que mes « collègues » me mettraient plus souvent en danger que l’ennemi.

  26. Ginx dit :

    Lecointre qui exalte les vertus militaires de camaraderie et d’exemplarité???????? Mdr!!!

  27. Parigot dit :

    Il y a un bouquin dont tout le monde parle à voix basse (ce n’est pas pour l’encenser) :
    https://youtu.be/RlmEw8XMQkU

    Un des « temoins » livre donc sa vision de la trahison de son témoignage par les auteurs, même s’il nuance en disant qu’il est vrai que l’armée française n’est que le reflet de la société française.

    C’est choquant, c’est à charge et… si vous voulez vous faire une idée (si le lien ne vous suffit pas), il a le mérite d’exister.

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      Inutile de lire le bouquin indiqué par « Parigot », excepté si l’on a du temps à perdre. J’avais du temps à perdre, je l’ai lu.
      C’est un bouquin purement commercial, qui cherche à se vendre en profitant du fait que les sujets militaires sont un peu à la mode. Très journalistique : une compilation d’anecdotes plus ou moins déprimantes, plus ou moins véridiques (probablement moins que plus), orientées par un antimilitarisme à l’ancienne qui rappelle celui de Courteline mais actualisé.
      .
      Surtout ce bouquin évite soigneusement de parler de l’essentiel : après une déflation continuelle des moyens, invalidante et dont la RGPP sarkozienne aurait pu être le coup de grâce, est venue une remontée soudaine suscitée par l’affolement hollandien (nous sommes en guerre ! s’écria-t-il sous le coup de l’émotion) très difficile à gérer.
      .
      Bien évidemment, cette remontée urgente des effectifs sans diminution des missions n’était pas possible sans que l’on perdît en qualité, notamment parce qu’il y faut de l’encadrement et que la formation de l’encadrement prend du temps.
      .
      Si l’auteur (dont on peut sans dommage oublier le nom) était honnête il reconnaîtrait au contraire que notre armée, somme toute, surmonte assez bien la stupidité des décisions politiques (de Droite comme de Gauche) qu’elle subit.
      Il se demanderait, se souvenant de l’éternel antagonisme entre « le Politique et le Soldat » si ces stupidités résultent de l’incompétence ordinaire ou résultent d’une volonté politique largement partagée à l’encontre de l’armée française issue du Peuple et toujours soupçonnée (par ignorance et stupidité) de mauvaises intentions envers le pouvoir politique.
      .
      « Grand Peuple (…) dont le génie, tour à tour négligent ou bien terrible, se reflète fidèlement au miroir de son armée. »
      Le bouquin dont « Parigot » fait la promotion, l’on peut s’en passer : c’est un livre opportuniste et commercial dont la lecture n’apporte rien. Pour qui veut connaître l’armée française il existe de meilleures lectures.

  28. Militaire dit :

    Être exemplaire en s’octroyant une prime de 80 000 euros par en mon général ? Je veux bien prendre exemple sur vous….

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      En comparaison de ce que touchent les fonctionnaires, et compte tenu des contraintes particulière du métier, la solde des militaires est très maigre.
      Pour les officiers supérieurs et généraux, comme pour les sous-officiers un peu anciens éloignés du terrain et de tout ce qui fait que le métier militaire est unique, il est préférable de passer dans la fonction publique. C’est ce que j’ai fait après mon TC de capitaine : ainsi je ne subissais plus de mutations arbitraires, j’avais mes congés aux mêmes dates que mes enfants, ma paie était beaucoup plus élevée (quoi qu’en dise le HCECM qui semble bien décidé à ne rien voir).
      Et tout ça commence à se savoir de plus en plus parmi les militaires… et parmi leurs familles.
      .
      Entre les agents publics civils et militaires la différence entraîne plusieurs conséquences. J’en pointe seulement deux :
      1) les armées auront de plus en plus de difficultés à garder leurs personnels expérimentés, notamment à garder les généraux les plus valables si en plus d’être mal payés ils doivent supporter les imbéciles (comme « militaire » ci-dessus) qui leur reprochent d’être trop payés ;
      2) au contact du personnel politique pour qui le seul critère de valeur humaine, c’est l’argent que l’on est capable d’obtenir (en évitant la case « prison ») les généraux sont méprisables parce qu’ils sont sous-payés.
      C’est l’un des motifs pour lesquels des petits Présidents-chefs peuvent traiter publiquement un CEMAT « d’amateur » ou dire à un CEMA « je suis votre chef » sans que personne dans le petit monde politique ne croie utile de réagir.
      .
      Dans notre société actuelle, peu de gens vous considèrent comme un exemple si, après avoir acquis une certaine ancienneté, vous êtes mal payé. Bien entendu il ne suffit pas d’être bien payé pour être exemplaire, mais c’est une condition indispensable.

  29. Badaud dit :

    L’honneur, c’est ce qui a conduit le lieutenant de grenadiers d’Anteroche à proposer à Messieurs les anglais de tirer les premiers ? Pas certain que cela soit très avisé…

    Sans rire, l’armée devrait aller voir du côté des collègues pompiers comment elle peut moderniser et adapter ses valeurs. Là on confine au ridicule qui nuit à la réputation et à l’efficacité de l’institution militaire. Le pékin moyen qui lit les propos du CEMA se dit juste : « quelle bande de tarés (et/ou de crétins) » !

    • revnonausujai dit :

      pas sur que la phrase( probablement apocryphe) de d’Anteroches soit liée à un point d’honneur, mais davantage à une erreur tactique; les Français tiraient plutôt mal et notamment les gardes-françaises que leur service habituel ne poussait pas à un entrainement sérieux , leur premier feu ne suffisait pas à enfoncer l’ennemi et les laissait désarmés face à l’adversaire qui pouvait s’approcher pour des tirs plus efficaces.c’était une tactique qui fonctionnait contre des troupes d’égale valeur; manque de pôt, les Anglais étaient bien entrainés au tir en « feu roulant ! ça a été un de leurs points forts jusqu’à nos jours.

    • Ancien des opex dit :

      « Messieurs les ennemis, tirez les premiers », c’est bien ce que nous avons dû faire en opex jusqu’en 2005 car nous ne pouvions tirer qu’en légitime défense.
      Jusqu’à ce qu’en 2005 le Législateur se réveille et modifie la loi en autorisant les militaires à faire usage de leurs armes « si c’est nécessaire à l’accomplissement de la mission ».
      .
      C’était déjà un progrès, mais incomplet. D’abord parce que la mission assignée par le pouvoir politique n’est jamais très claire ((par ex. « lutter contre le terrorisme », ça ne veut rien dire en terme d’ouverture du feu).
      Ensuite parce que cette autorisation n’est pas valable sur le territoire national (par ex. Opération Harpie) : elle aurait donc dû s’accompagner d’une interdiction d’utiliser l’armée sur le territoire national ou d’une autorisation d’utiliser les armes aussi sur le territoire national.
      .

  30. Tim dit :

    Ce qui est rassurant en tout cas c’est qu’en lisant toutes les critiques, la haine parfois, déposées par les lecteurs de ce – excellent au passage – blog sur des sujets aussi simplistes que le rôle et les responsabilités d’un CEMA, que chacun maîtrise parfaitement bien sûr, on est rassuré quant à la droiture et l’exemplarité de tous les contributeurs !
    Ne cherchons plus, les sauveurs de la France lisent Opex360 🙂

  31. Expression libre dit :

    Des militaires exemplaires, des h et F politiques exemplaires….On peut rire? Carriérisme…tu nous tiens par la barbichette…
    C’est peut-être dû aux salaires faramineux des joueurs de football ? Si , si, on peut évoquer une certaine contagion. Certains se disent, voyez aussi les médecins avec leurs dépassements d’honoraires, certains se disent: « Pourquoi pas moi? » La cupidité n’a plus de limite.

  32. Mecano dit :

    Une nouvelle fois, je ne retrouve pas les propos du Général Lecointre dans le monde réel . Ce qu’il énonce, c’est ce qu’on devrait effectivement trouver dans nos Armées, mais ce n’est plus le cas . Raison peut être pourquoi, il en fait le rappel.
    « L’exemplarité, l’honneur et la droiture » :
    Exemplarité ? raté ! Carriérisme et intérêts personnels, le tout adossé à de très nombreux ego surdimensionnés , ne peuvent aboutir à l’exemplarité . Le parallèle avec le monde politique est d’ailleurs de plus en plus facile à faire …
    L’honneur ? Lorsque ces carrières ne deviennent que des suites de postes à honorer pour arriver le plus haut et le plus vite possible, avec éventuellement quelques peaux de bananes à glisser aux éventuels concurrents dans la course permanentes aux postes , il n’y a plus vraiment de place pour l’honneur. Je ne suis pas sûr qu’il y’ait besoin de l’honneur dans la bureaucratie.
    Droiture ? Quand la « guerre » interarmées débouchent sur des coup bas pour placer « ses pions », ayant un impact sur « le succès des armes de la France », alors la droiture …

    « l’exemplarité ne concerne pas seulement les « chefs  » : une évidence, de l’officier, en passant par les sous-officiers et jusqu’aux soldats. Mais quand depuis 15 ans, la quasi totalité des vraies revalorisations financières n’ont concerné que les premiers … l’exiger des deux autres catégories …. Puis être exemplaire, c’est commencer par être capable de pratiquer l’auto critique et de savoir reconnaître ses erreurs ou ses manquements … L’image du chef s’en ressentirait !

     » se montrer consciencieux, compétent et honnête  »
    Consciencieux ? Quand on occupe un poste pour deux ans, les 6 premiers mois à regarder , un an pour naviguer et les 6 derniers mois pour refiler le bébé au suivant en louchant sur le poste d’après…. la conscience professionnelle devient toute relative ….
    Compétent ? Avec tout ce que l’institution à subi avec les déflations, une grande partie du savoir s’en est allé. Faire de plus en plus avec de moins en moins, a forcement abaissé le niveau de compétence. Palier tout ces manques a abouti au « touche à tout et bons en rien ». Supprimer tous les filtres au recrutement pour motiver des jeunes à rentrer dans les trois catégories , ne tire que vers la médiocrité . Ne mettre en place que des mesurettes financières pour les spécialistes, ne les engagent pas à rester …

    « Dès lors que ce climat est instauré entre le chef et ses subordonnés, la loyauté, la camaraderie et l’initiative peuvent se développer pour assurer à la fois courage et résilience dans l’adversité.  » : raté ! encore raté : quand ne sévit que le duo infernal « entre soi » et « carriérisme » , dans la hiérarchie, tout cela toujours dans le cadre des durées d’occupation des postes , le reste de l’Institution n’adhère plus . Terminé l’époque de la notion d’équipe officiers, sous-officiers et militaire du rang… trop tard. Le stade de la perte de confiance est terminé, il a fait place à celui de la défiance … Cohérent ! L’humain était la première richesse des Armées, le paramètre ultime pour pallier aux déficiences du système , grâce au surpassement de chacun ! Évanoui depuis l’intégration des concepts issus du monde civil de l’entreprise qui est devenu le modèle : management, rendement, suppression de postes, le générique etc ….. Commander par mails avec accusé de réception évite de parler les yeux dans les yeux avec quelqu’un qui pourrait avoir l’audace de dire non …

  33. Neron dit :

    Trois constats pour faire courts:

    Le premier constat est celui de la médiocrité générale des officiers (très) supérieurs à quelques rares exceptions individuelles près, des dynasties de petits hobereaux qui ne représentent qu’une bourgeoisie provinciale bien pensante, aux ordres de dynasties de fonctionnaires parisiens, plus que l’élite intellectuelle du pays qui est partie sous des cieux plus cléments et rémunérateurs depuis longtemps (bilingue en anglais et bien plus)…

    Il suffit de regarder la production littéraire de ces galonnés et autres administrateurs hors classe, qui courent tels de vulgaires « fils de pub » derrière le dernier concept à la mode et/où appliquent des idioties dont le privé revient 30 ans après en échange de bons procédés pour mesurer son inadéquation avec les enjeux actuels.
    Politique suicidaire acceptée dans la joie et avec allant grâce à des primes énormes à la clé pour accepter l’inacceptable et en plus pantoufler à l’issue dans un poste imaginaire où ils feront jouer leurs carnets d’adresses, après avoir collectionné prébendes et honneurs.

    Le deuxième constat touche l’avancement de ces officiers, qui favorise le plus pur conformisme et reproduction sociale, avec un vocabulaire digne de l’URSS et un entre-soi qui n’a rien à envier au système de castes de l’Inde. Avec quelques fins de race, nostalgiques de « l’action française », mais nul doute que ce n’est plus la majorité du genre.

    Le besoin de s’affirmer et de laisser sa trace se traduit par celui de réformer » en permanence est la marque des ambitieux.
    Ceux qui cherchent constamment à se démarquer et non à relever les défis de notre époque, qu’il ne comprennent pas et ne les intéressent pas… puisque ne correspondant pas à leur vision étriquée du monde, persuadés qu’ils sont d’être le centre de l’univers.
    « Il faut que tout change, pour que rien ne change disait un vieux film » (« le guépard « ).

    Troisième constat: le personnel politique l’a très bien compris, puisqu’il est issu de la même caste sociale qui verrouille tout.
    Il se sert d’eux seulement pour communiquer et masquer son inaptitude à trouver des solutions aux énormes problèmes auxquels nous allons faire face.

    Le tout dans une France qui se tiers-mondise, accrochez vous, ça va secouer.

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      @ Néron, votre appréciation des généraux (mais je suis sûr que vous n’en connaissez personnellement aucun) qui seraient « des petits hobereaux qui ne représentent qu’une bourgeoisie provinciale bien pensante » n’est que l’illustration de préjugés tant à l’encontre des généraux que de la bourgeoisie provinciale.
      L’on serait curieux de savoir quelle est votre expérience de la vie réelle. Je renonce à réfuter le reste de votre contribution tant elle traduit une pensée bétonnée : quand vous parlez de « constat », c’est évidemment un abus de langage.
      .
      Ce que je constate (un vrai constat, en vous lisant), c’est le retour d’une prose qui emplissait les journaux « bien pensants » (et donc antimilitaristes) des années soixante-dix. Regardez donc les archives de cette époque : vous vous y sentirez très à l’aise.

    • Plouc putatif dit :

      Je ne sais pas qui est ce « Néron ». J’imaginerais assez bien l’attaché parlementaire de l’un de ces élus parisiens pour qui l’aventure commence aussitôt passé le périphérique.