CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La France et l’Allemagne ont trouvé un accord sur les exportations d’équipements militaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

119 contributions

  1. Sylvain dit :

    je n’ai sans doute pas tout compris mais sur des partenariats de 50/50 comment l’Allemagne pourra rester sous les 20 % du prix, lors d’une vente, et ne pas être ainsi en mesure de s’opposer à la vente ? Autrement formulé, cela implique que malgré les 50/50, 81 % du prix du char ou 81 % du prix du S.C.A.F. seront issus d’entreprises françaises.
    J’ai l’impression que nous avançons, oui, mais en crabe …

  2. Fralipolipi dit :

    Nécessité fait loi.

    • jean dit :

      On est en train de faire n’importe quoi…. dans tous les domaines: économique, stratégique, social,militaire….ce gouvernement détruit méthodiquement ce qui fait notre force face aux autres pays du monde: un état fort et structuré, capable d’épauler nos entreprises efficacement et d’assurer la meilleure vie possible aux citoyens.
      Qu’ils dégagent ! Ce sont des dingues !
      A chaque contradiction, la réponse, c’est : « vous n’avez pas compris notre programme, nous allons vous réexpliquer » En plus, on nous prend pour des demeurés ….
      Prenons le pouvoir, virons-les, on fera mieux qu’eux, et pour moins cher….

      • Jolindien dit :

        @Jean
        Alors allez-y, expliquez nous de votre oeil éclairé ce qu’il faut faire pour les remplaçants du Rafale et du Leclerc!

        • Harambe dit :

          L’AME c’est 1 milliard d’euros par an, avec un budget pareil, l’armée de l’air pourrait commander le double de rafale par an ou financer 2 porte-avions tout équipés pour remplacer le CdeG (en comptant les rafales supplémentaires et flotte de protection d’ici à 2030-2035) ou commander 100 leclerc (ou leur remplaçant) par an ou plusieurs Gowind pour protéger les ZEE ou un SNA supplémentaire par an…

          C’est fou ce que l’armée peut faire de plus chaque année juste en supprimant l’AME.. alors si en plus, tous ces comités théodules à 3 000 000 euros par an qui sont utilisés pour planquer les amis sont supprimés…

      • Albatros24 dit :

        Cest l ENArchie ….

      • John dit :

        « un état fort et structuré, capable d’épauler nos entreprises efficacement et d’assurer la meilleure vie possible aux citoyens. »
        Ca fait bien longtemps que personne ne voit la France de cette manière depuis l’extérieur…
        Et épauler la meilleure vie aux entreprises? Les meilleures taxes peut-être…

        • Czar dit :

          je sais que les chouizes ne brillent pas par l’alacrité de leur esprit mais Jean ne dressait pas un portrait de la situation présente mais bien le modèle gaullien qui na été détruit par l’application des dogmes néo-libéraux anglo-saxons.

          on a vu ce que ça a donné.

        • FredericA dit :

          @John : « Ca fait bien longtemps que personne ne voit la France de cette manière depuis l’extérieur… »
          .
          Ca fait bien longtemps que vous n’êtes pas sorti de la France… (#marredufrenchbashinga2balles)

          • John dit :

            ça tombe bien je ne suis ni Français, ni en France…

          • EchoDelta dit :

            Heu non moi qui discute pas mal avec des extérieurs, la France est représentée souvent comme un enfer fiscal et un pays et un pays qui déteste l’entreprise privée hors de contrôle de l’état. Juste un exemple en passant : les gens ne comprennent pas pourquoi il faut deux fois plus de personnels pour gérer la paye d’une entité en France que partout ailleurs dans le monde.
            En revanche ils reconnaissent l’excellence de la formation des français, et leur productivité au travail. Mais je ne sais pas jusqu’à quand car la moyenne est en train de chuter drastiquement.
            Cela dit le point bas incroyable que j’ai connu, c’était sous Hollande… Là je ne raconterais pas les anecdotes entendues tellement j’avais honte de ce « président ».

          • ScopeWizard dit :

            @EchoDelta

            J’ ai quelquefois séjourné en Suisse du temps de la présidence Hollande ; nombreux sont les Suisses qui souhaitaient qu’ il reste à l’ Élysée le plus longtemps possible tellement ce président les faisait rigoler ………..

            Perso , je n’ étais guère fier de ça , mais bon …………

            Notre Boris Eltsine second mandat à nous , en quelque sorte ………… 🙂

          • Nico St-jean dit :

            @FredericA
            .
            Même son de cloche que les autres qui vous ont répondu … La France perd beaucoup de crédibilité à l’internationale même si elle reste considéré comme une grande puissance. Grande puissance certes, mais beaucoup moins qu’il y à 20 ans, énormément moins je dirais même, surtout au niveau de son influence dans le monde.
            .
            Et je ne dis pas cela en tant que « basheur » … En tant que Canadien, je considère la France comme une amie et un pays allié et je ne vois aucun bashing dans les propos des autres non plus .. Ce n’est pas parce que nous énumérons les faits sur la ô grande France que c’est du Bashing, FredericA. Sur le site, il y à clairement des « pisse-vinaigre » qui s’amusent à dénigrer leur pays à tour de bras mais pas John et les autres.

        • Le Breton dit :

          « Ca fait bien longtemps que personne ne voit la France de cette manière depuis l’extérieur…
           »

          Alors que font tous ces migrants en France

          • EchoDelta dit :

            Ce n’est pas pour les entreprises qu’ils viennent mais pour les aides sociales. Je pense que c’est le sens du Post de John, qui s’y connait en matière économique vue ses origines ! 🙂
            Il indiquait juste que l’état français est tout sauf « business friendly » pour ses entreprises nationales. Et plus si on est entrepreneur, on comprend avec les dispositifs de type AME, minimum retraite pour les étrangers, etc. les français passerons en derniers dans les préoccupations de l’état si vous retombez un jour au bas de l’échelle !

          • John dit :

            @EchoDelta,
            Merci pour la traduction !
            Ensuite, à Le Breton…
            Regardez d’où viennent les migrants, et regardez où partent les Français les plus qualifiés (et pas forcément les élites, il peut s’agir d’ouvriers, de chefs de cuisine, …).
            Les migrants viennent de pays où la situation est incomparablement horrible. Par contre il y a des pays en Europe « envahis » par des Européens. Et ce n’est pas la France…

  3. Chanone dit :

    Yeah!
    Un accord pour la communication, ou pour la forme, c’est pareil!
    .
    La seule manière de travailler avec l’outre Rhin, c’est de tenir leurs politiques loin des dossiers industriels, vu que ces derniers (les politiques Allemands) font ce que les industriels Français ont négligés ces quarante dernières années (élection de Mr Mitterrand): du patriotisme industriel.
    Il suffit de voir comment on parle la bouche en coeur de souveraineté alors que nos filières mécaniques ont été massacrées et que l’on doit se reposer massivement sur des pièces et machines étrangères.
    .
    Et après, on hurle que ces tiers nous font des difficultés afin de placer leurs propres produits ?
    La faute initiale n’en revient-elle pas aux accords Debré-Schmitt négocié sans contrepartie juridique en cas de manquement ?
    .
    Toujours est-il que l’on va enfin entrer dans le dur avec l’atterrissage du dossier entre les mains des vrais décideurs: les industriels Allemands et leurs valets politiciens. Mme Merkel ne pèse plus grand chose et -à mon grand plaisir-, sa dauphine Mme Kremp Karrenbauer n’a déjà plus le poids nécessaire pour peser (cf la fronde à la CDU contre son rôle de présidente).
    Le futur politique de l’Allemagne, c’est un ménage à trois avec les extrémes.

  4. Vinz dit :

    Si l’accord Debré-Schmidt n’a pas été respecté, quelle garantie que celui-ci le sera ? Est-ce que cet accord doit être soumis à l’approbation des bigots (verdâtres, couleur de la zizanie, pour la plupart) du Bundestag ?

  5. Plusdepognon dit :

    Les ambitions allemandes passe par la mort et la dépossession des brevets des concurrents européens.
    https://infoguerre.fr/2019/03/renaissance-dune-vision-conquerante-de-lallemagne/

    La preuve avec le canon où ils essaient de grignoter sur la partie française :
    http://forcesoperations.com/une-premiere-brique-identifiee-pour-le-mgcs/

    Enfin, quand je parle d’Allemagne, il vaudrait mieux parler des grandes fortunes d’origine allemande:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/10/16/expertise-france-20542.html

    Si tant est que ces citoyens du monde des affaires aient encore une patrie…
    https://youtu.be/EpY-piJuUUM

    Ou qu’ils aient conscience que comme au poker, seul le gagnant remporte la mise:
    https://infoguerre.fr/2019/10/souverainete-de-donnee/

    • NRJ dit :

      @Plusdepognon
      C’est marrant quand l’Allemagne réduit son budget militaire, on la critique en disant qu’elle se rend dépendante des USA. Mais quand elle fait des efforts pour sa défense (et ça passe notamment en étant une nation-cadre de l’OTAN) et en se rendant indépendante des USA on la critique aussi. En fait ils ont toujours tort, les allemands. Je suppose que c’est plutôt la jalousie de certaines personnes qui est en fait à prendre en compte.

      Rheinmetall est en concurrence avec Nexter pour le canon. So what ? Le principal but du SCAF+MGCS, autre que la simple production d’un char et d’un système d’aviation de nouvelle génération, est que l’on puisse sauvegarder l’industrie aéronautique militaire européenne qui est déjà largement réduite avec l’émergence du F-35 et qui sera anéantie à terme faute de budget et de compétences techniques suffisantes. Le Gripen y est passé, le Rafale y a été tout près -ce qu’on oublie souvent quand on dit que ça a été un soi-disant succès-. Le budget militaire d’un Etat européen comme la France et même l’Allemagne n’est malheureusement pas équivalente à celle de la première puissance économique mondiale.

      • Albatros24 dit :

        Par la faute de nos politiciens

        • NRJ dit :

          @Albatros
          Et qui les élit ? Par ailleurs c’est aussi une question de démographie. Taiwan ne peut pas lutter seul face à la Chine comme la France ne peut pas lutter seule face aux États-Unis.

      • Plusdepognon dit :

        @ NRJ
        J’ai quelqu’un qui prépare l’après sécurité sociale française pour une grande banque en Allemagne.
        Il prépare un logiciel pour vendre une mutuelle santé, comme dans un système anglo-saxon et vise le marché français. Et c’est au point. Depuis le temps qu’ils attendent ça…

        Et avait travaillé pour Airbus avant (très bon niveau en informatique, donc il n’a jamais travaillé en France).

        Il m’a expliqué comment ça marche et l’appétit des allemands est ce qui leur a permis de faire le 4ème reich actuel avec la bénédiction américaine.
        S’il n’y avait pas la démographie en berne, ce serait encore plus flagrant. Mais les USA travaillent à détruire ce concurrent et les chinois ferment leur marché.

        Mitterrand leur avait sacrifié notre capacité industrielle contre la sauvegarde de notre puissance agricole. Ils nous ont bouffer les deux.
        Heureusement, il reste le tourisme (s’il n’y a pas trop d’attentats).

        • Plusdepognon dit :

          J’ai dans mes bons amis quelqu’un qui prépare l’après sécurité sociale…

        • NRJ dit :

          @Plusdepognon
          Arrêtez de voir la théorie du complot partout. Si vous voulez trouver un responsable je vous suggère de regarder un miroir. Ça fait trop longtemps que l’industrie française n’est plus compétitive. Forcément ce n’est perdu pour personne et les allemands ne sont pas les seuls à en profiter. Ça s’appelle la loi du marché et les allemands sont la respectent contrairement aux USA et à la Chine.

          • Desty dit :

            Elle n’est plus compétitive que parce qu’on a eu la bêtise d’arrimer notre monnaie nationale au mark allemand, puis qu’on l’a carrément abandonné.
            Ce faisant on a indirectement financé la réunification de l’Allemagne et la phase 2 de l’ostpolitik qui aujourd’hui va jusqu’en Ukraine et permet de faire une concurrence « libre et non-faussé » aux entreprises françaises en assemblant du « deutsch kalitat » « low cost ».
            Une des pires erreurs stratégiques de nos politiciens incompétents depuis 50 ans: accepter la réunification de l’Allemagne et accepter de financer la réunification de l’Allemagne en échange de la prise de contrôle de notre politique monétaire par Berlin. Marché de dupe comme toujours avec les Allemands !
            Pour restaurer la compétitivité rien de mieux qu’une bonne dévaluation compétitive et tant pis pour les rentiers parasites. C’est un choix: la rente financière ou le vrai travail et effectivement on a pas fait le choix du travail ces dernières décennies.
            Par contre ce sont les Allemands qui en profitent le plus sur terre car c’est ainsi qu’ils sont devenus les premiers exportateurs mondiaux, devant le Japon, les USA et la Chine, en profitant d’un euro qui est aussi sous-évalué pour eux qu’il n’est sur-évalué pour nous.
            On peut voir ça comme la loi du marché ou on peut voir ça comme une servitude volontaire, c’est selon.

          • Plusdepognon dit :

            @ NRJ
            Les allemands n’ont aucun respect pour les français.
            En affaires, encore moins qu’ailleurs.

          • NRJ dit :

            @Desty
            Déjà on va mettre les choses au clair. Ce n’est pas Berlin qui fait la politique monétaire. C’est la BCE. Et celle-ci prend ses décisions indépendamment de celle des États. C’était d’ailleurs un prérequis imposé par l’Allemagne pour la mise en place de l’euro. Contrairement à vous les allemands ont l’expérience des dévaluations et des catastrophes que ça entraîne. Et c’est ce qui a motivé cette condition.

            « Pour restaurer la compétitivité rien de mieux qu’une bonne dévaluation » c’est absurde pour une raison simple : le gros problème de la France actuellement, plus que les impôts sur les entreprises, le chômage, le faible budget militaire, c’est le déficit publique. On a été incapable de le réduire pendant les années fastes (de 2014 à 2018 grosso modo) et si on ne change rien, on finira en faillite comme la Grèce en 2010, c’est mathématique. Et le fait de passer au franc ou au yen ne changera rien.

            Dans les conditions actuelles la France a plus intérêt à avoir une monnaie forte que faible. On est un pays naturellement importateur n’ayant pas de ressources naturelles et de matières premières grande quantité (même dans l’agriculture les allemands nous dépassent). En fait on importe la plupart de nos produits. Les seules choses que nous pouvons exporter sont les produits de notre industrie, comme l’Allemagne. Mais pour que ce secteur progresse il faudrait une industrie compétitive (et on en revient au problème de déficit publique).

            Dans ces conditions faire une dévaluation serait catastrophique à long terme. En revanche il est vrai qu’à court terme un politicien pourra faire une politique très démagogique en devaluant l’euro pour gagner des élections. Et quand les français verront l’impact de cette dévaluation (par exemple le prix de l’essence qui doublerait) il serait trop tard.

            Après vous avez raison de penser que devaluer notre monnaie favoriserait nos exportations. Mais régler le symptôme ne règle pas la cause. Tant qu’on ne se gérera pas sérieusement on continuera à aller dans le mur. D’ailleurs vous êtes vous déjà posé cette question : Pourquoi l’Allemagne, dans des conditions géographiques, culturelles et économiques proches de la France a réussi à gagner plus de l’euro que la France ?

            @Plusdepognon
            Ce n’est pas une question de respect. Et le milieu des affaires ne demande pas du respect. On souhaite simplement que nos entreprises respectives soient dans un marché avec des règles équitables. Ce n’est pas le cas avec les États-Unis (voir l’affaire alstom notamment) ni de la Chine. Mais c’est globalement le cas de l’Allemagne. Et si on fait le SCAF et le MGCS avec les allemands, c’est parce qu’on a un intérêt commun à le faire : défendre l’industrie franco-allemande d’aéronautique militaire ainsi que notre souveraineté, les 2 étant menacés par le F-35. Ce n’est pas une question d’apprecier les allemands. Soyons sérieux.

          • Robinson dit :

            Beaucoup d’usines françaises ont été coulées par les 35 heures payées 39, car c’est la concurrence ; à qualité égale, n’importe qui préfère le produit qui est 20% moins cher.

          • Czar dit :

            « erront l’impact de cette dévaluation (par exemple le prix de l’essence qui doublerait)  »

            j’adore le petit bouffon qui se la joue prof d’économie et qui ose des énormités pareilles (on a en a un autre, mais au moins lui ne joue pas systématiquement contre la France)

            essaie donc d’apprendre, cuistraillon , que le prix du brut ne pèse qu’assez peu dans la prix du litre d’essence, l’essentiel étant réparti entre les coûts de transport, de raffinage et, surtout les taxes ( ça varie mais ça représente en général la moitié du prix final)

            raffinage fait en France, et transport qui peut être assuré par des compagnies françaises – donc libellées en monnaie et en coûts français

            bref, un bobard qui d’ailleurs a été méthodiquement disséqué par philippot, mais que quelques dines journalistiques ressortent quand même, quand elles n’ont rien d’autre sous la main

            retourne prendre des cours d’économie niveau lycée avant de bavasser en l’air.

            et arrête d’écourter NRJ, c’est de la merde, même si t’as l’air d’en avoir le niveau.

            (erratum, j’ai vu la suite de ton comm avec le « on n’a pas de ressources même en agriculture » finalement reste sur NRJ, tu feras leurs chroniques éco)

        • Paul Bismuth dit :

          Le monde sera divisé en deux parts très inégales: les utiles et les inutiles.
          http://1libertaire.free.fr/MFoucault276.html

          Faut toujours être du bon côté du manche, depuis que le monde est immonde.

          Depuis que je suis né, je l’entends. Et en ce moment, je le vois arriver :
          https://www.lepoint.fr/economie/pourquoi-l-etat-va-ponctionner-la-securite-sociale-26-09-2018-2254607_28.php

          Les gilets jaunes, ce sera du pipi de chat à côté de ce qui vient…

        • John dit :

          Qui a décidé d’acheter étranger?
          La transition entre industrie locale et étrangère a pris du temps… Et pendant ce temps, certains ont décidé de se tirer une balle dans le pied en achetant étranger. Puis ces mêmes personnes après se sont plaintes que leurs jobs ont disparu…
          Il y a encore beaucoup d’électroménager produit en Europe… Et il y a même de l’électroménager suisse.
          Il suffit d’une bonne volonté des citoyens. Changer le mode de consommation, la qualité au lieu du prix, la durée au lieu du prix. Et ça, c’est vraiment une question citoyenne. L’offre s’adapte à la demande. Il faut arrêter qu’il est possible de tout avoir, et que c’est toujours de la faute des autres.
          Le peuple a voté et choisi ses politiciens. Si personne ne veut voter pour des non-énarques, peut-être qu’il y a un problème plus important que l’ENA.

          Le coût du travail est une excuse. Un pays comme la Suisse a une plus grande part industrielle dans son PIB que la France, mais avec un coût mensuel moyen des ouvriers de 8-8500 francs suisses (7’200-7’700 euros).

          Sans regarder l’Europe, voilà ce que je peux acheter qui viendrait de Suisse.
          – 100% de l’électroménager de ma maison
          – 100% de ma cuisine (ustensiles, mais aussi la production des meubles, et des denrées alimentaires)
          – je peux décider de vivre dans un bâtiment qui a un label garantissant que les matériaux de construction ne dépassent pas un rayon de provenance très limité
          – je peux décider d’utiliser les transports en commun avec une majorité des trains et trams et bus produits en Suisse.
          – je peux acheter des véhicules qui embarquent le plus de composants suisses, et pareil pour les compagnies aériennes choisies, voler avec Airbus c’est aussi bon pour l’industrie suisse.
          – je peux décider d’acheter de l’énergie propre dont la plus value est utilisée pour réinvestir localement dans l’hydro-électrique, le solaire, etc…
          – je peux installer des panneaux solaires et des verres producteurs d’énergie solaire conçus et produits en Suisse.
          – je peux acheter mes armes suisses
          – pour tout ce qui n’existe pas en Suisse, je peux chercher les entreprises qui font appel à l’industrie suisse dans leur production. La Suisse a une industrie des machines importantes.
          Bref… Et ce n’est que la Suisse. La France a certes moins d’industrie en proportion du PIB, mais dans l’absolu elle est largement plus importante, et elle a plus de domaines de compétences. Donc aux Français de faire ces efforts.
          Aujourd’hui, le entreprises paient des milliards pour des informations (données). Mais l’information a aussi bcp de valeur si on veut faire l’effort de s’en servir. Et ça peut passer par le fait de favoriser l’industrie nationale, puis européenne, etc…

          Et vous savez quoi? La Suisse est mille fois plus libérale que la France. Comment expliquer alors que malgré le marché libre, et des accords de libre échange avec la Chine entre autres, la Suisse continue à produire des équipements alors qu’ils sont plus chers à l’achat que des équipements étrangers?
          Les Suisses ne rejettent pas les responsabilités sur les politiques. Une majorité est consciente de sa responsabilité individuelle pour que la situation de la Suisse reste telle quelle… Et ce n’est pas les politiciens qui peuvent influer ou non les investissements privés. Mais la demande, oui clairement. Et l’offre s’adapte à cela en proposant de la qualité vu le prix. Et sur le long terme, le plus cher est plus économique.

          J’ai jamais vu personne qui joue la victime réussir quoi que ce soit. C’est pareil pour les pays, il faut arrêter d’avoir une mentalité de caliméro.
          Honnêtement, la France a des richesses en termes de compétences, et j’ai l’impression que les Français ne s’en rendent pas compte. Les artisans ayant des compétences techniques anciennes peinent à trouver des motivés, malgré des carnets de commande pleins…
          La France pourrait augmenter ses exportations sans problème si le job d’ouvrier / artisan n’était pas vu par la société comme un échec. Il y a le potentiel pour être le pays le plus innovateur d’Europe, et avoir une base industrielle solide. Mais ça passe par un changement de mentalité, une politique de long terme, et la volonté des Français de s’impliquer au lieu de râler.

          • Czar dit :

            « Qui a décidé d’acheter étranger? »

            mais t’en as pas marre de raconter toujours la même connerie, quand bien même elle a été mille fois réfutée.

            ce sont les groupes de distribution français, qui contrairement aux chouizes sont présents sur la scène mondiale et particulièrement en Chine, qui ont décidé de sacrifier la prod française en arguant que  » les Français voulaient des prix bas » et qui ont utilisé ce prétexte pour faciliter leur propre implantation sur place (ils se font fait défoncer depuis et c’est bien fait pour leur gueule)

            aujourd’hui, j’ai toujours le choix entre dix marques d’électroménager, mais elles sont toutes fabriquées en chine, ça n’a rien à voir avec une décision du consommateur français qui est bien forcé de tenir compté de ce qu’ils trouve sur les rayonnages.

          • intruder dit :

            100 pour 100 d accord avec vous! quand j explique a mon entourage que j essaie au maximum d acheter francais , on me regarde comme un extra terrestre , meme les vendeurs d electro menager , televiseur, voiture, pneumatique ne comprennent pas la question : ou est ce fabriqué? et d ailleur n en savent rien!

          • ScopeWizard dit :

            @John

            « La transition entre industrie locale et étrangère a pris du temps… Et pendant ce temps, certains ont décidé de se tirer une balle dans le pied en achetant étranger. Puis ces mêmes personnes après se sont plaintes que leurs jobs ont disparu… »

            Heu …… bien résumé mais vraiment pas si simple !

            « Qui a décidé d’ acheter étranger? »

            Alors , qui a décidé d’ acheter étranger ……….

            Ben , déjà , c’ est quoi « acheter étranger » ?

            Par exemple , si j’ ai besoin d’ une bonne paire de chaussures pas trop chère et le plus souvent de très bonne qualité , je vais faire un tour sur la toile et il se peut que j’ en choisisse une ou deux made in the USA ( oui , j’ aime beaucoup certaines de leurs shoes ou boots ) ……….. mais encore faut-il qu’ elles soient made in the USA , ce qui de nos jours n’ est plus tellement garanti même si c’ est marqué dessus avec le petit drapeau et tout et tout …………..

            Bon , il n’ y a pas que les chaussures ………….

            Pour une bonne montre , perso , je privilégierai le made in France , le made in Switzerland …………..

            Et nous pourrions ainsi multiplier les exemples pour lesquels j’ ai effectivement le choix…………..

            Je dois avouer que ce qui m’ interpelle au plus haut point , chez beaucoup d’ intervenants , c’ est l’ apparent manque de fondamentaux …………

            Donc , essayons de comprendre les autres raisons du « acheter étranger » sachant que dans la plupart des cas , nous n’ avons rien « choisi » du tout , nous-nous en serions même fort bien passés …………

            MONDIALISATION
            C’ est quoi la Mondialisation et en quoi cela nous pénalise ?

            FONDAMENTAL
            Le but premier d’ une entreprise est de générer un profit , c’ est-à-dire de gagner de l’ argent , peu importe qu’ elle fabrique des voitures , de l’ électro-ménager , des slips en tôle ondulée , ce que vous voudrez , ce qu’ elle veut , elle , c’est gagner de l’ argent , tout le reste c’ est du baratin .

            FIN DU « FONDAMENTAL »

            Partant de cette évidence fondamentale en forme de constat , prenons à présent l’ exemple d’ une grande entreprise qui fabriquait ( je dis n’ importe quoi ) 3 millions de véhicules par an en faisant travailler 100.000 ouvriers ici , sur le territoire Français et disons même en France métropolitaine ………

            Au tout début des années 1990 , comme vous le savez , le Bloc de l’ Est se casse la figure , donc en toute logique le système socio-économique en vigueur jusque là va changer , une vaste zone du Monde va s’ ouvrir à l’ économie de marché , au libre-échange , au Capitalisme à tendance libérale voire ultra-libérale aussi on peut dire que très rapidement le « miracle » de la Mondialisation va pointer le bout de son nez ………..

            Devant un tel état de fait , que se disent alors les patrons d’ entreprises dont le but , je vous le rappelle , est avant tout le profit ?

            En substance , ils se disent ceci ……..
            « Tiens , nous pourrions décupler nos bénéfices si nous faisions fabriquer hors du pays , là où la main-d’ œuvre est bon marché ! »
            _ Ah oui , en voilà une idée qu’ elle est bonne , allez c’ est parti , on monte nos usines ailleurs et on emploie des gens d’ ailleurs !
            À nous les c******es pleines et en or massif 24 Carats ( au moins ……… ) !
            Nous allons nous en mettre plein les poches sous prétexte que de cette façon les coûts seront « sous contrôle » afin que le gogo …… euh …. afin que le con sommateur paye toujours un prix raisonnable et abordable en fonction de ses moyens ……….
            Telle doit être l’ illusion ………

            Que se passe t-il alors ?

            Une fois que l’ idée de « délocalisation » prend réellement forme et se concrétise ………….

            Il se passe que la même grande entreprise fabrique toujours 3 millions de véhicules par an en faisant toujours bosser 100.000 ouvriers SAUF QUE parmi ces 100.000 , seuls 10.000 ( mettons ) sont toujours en France , le reste soit 90.000 est ailleurs et fait tourner l’ économie d’ ailleurs mais certainement pas celle de la France ………..

            En résumé , ces 90.000 ouvriers étrangers consomment CHEZ-EUX ce que 90.000 ouvriers français ne consomment plus ou beaucoup moins puisqu’ ils ont dans la grande majorité des cas perdu leur emploi !

            De plus , se greffent en parallèle tous les problèmes liés au transport ( délais , écologie ) , les subventions comme le CICE qui devait soit-disant créer 1 million d’ emplois sous le précédent gouvernement , etc …………..

            En revanche , si cette même grande entreprise de construction automobile relocalise , ici , en France , la donne change du tout-au-tout et ces 90.000 ouvriers qui depuis étaient sur le carreau reviennent jouer pleinement leur rôle dans le circuit économique national , ce qui fort logiquement produit de facto de la richesse puisque le marché intérieur de notre pays est très important , il génère bien plus pour l’ économie du pays que le marché extérieur !

            Vous en déduisez les conséquences sur la santé économique du pays ………….

            Les américains sont ultra-libéraux , n’ empêche qu’ en ayant recours au Protectionnisme comme le fait le Président Trump en ce moment , les USA savent très-bien comment protéger leurs marchés et leurs emplois lorsqu’ il le faut ; ce que nous serions bien avisés de faire nous aussi…………..

            NOTA : les délocalisations peuvent doper l’ économie d’ un pays à condition toutefois que le contexte ou les circonstances s’ y prêtent comme ce fut le cas pour l’ Allemagne avant sa réunification qui manquât l’ envoyer par le fond tellement cette réunification lui coûtait cher .

          • John dit :

            @Scope,
            On est bien d’accord que l’intérêt d’aller à l’étranger est de produire pour moins cher et de faire plus de profits.
            Dans votre exemple, vous passez d’une situation extrême à une autre. Sauf qu’il y a une transition qui se fait sur au moins 10 ans entre 0 ouvrier délocalisé à 90% des ouvriers ailleurs.
            Et pendant cette période de transition, le consommateur a un réel pouvoir. Et ce pouvoir existe encore aujourd’hui. Il n’existe malheureusement plus dans tous les domaines. L’électronique aura de la peine à produire en France. Mais pour bien des industries, tout cela n’est pas impossible !

            Ensuite, votre postulat de départ qui est de baisser le coût du travail en partant à l’étranger n’est en réalité qu’une parmi de nombreuses possibilités. Et c’est une solution simpliste. Et à long terme, les industriels ayant fait ce choix se retrouvent dans des pays ayant plus de problèmes que d’autres et donc le pouvoir d’achat est plus faible, donc les ventes stagnent.
            Maintenant quelles sont les autres possibilités?
            – améliorer le rendement
            – produire de la qualité qui peut être vendue plus chère
            – innover afin d’être en avance sur la concurrence et donc de fixer le prix du marché au dessus du prix de revient.
            Bref, il y a plein de solutions. Et en Europe, on est pauvre en matières premières. Notre seule chance c’est d’innover.
            Et l’industrie suisse si aujourd’hui elle représente encore un « gros » pourcentage du PIB, c’est grâce à l’innovation. La Suisse est l’un des pays qui dépense le plus dans ces domaines (public et privé ensemble).
            ….
            @Czar…
            Réfutée par vous?
            Moi je parle du passé, de ce qui a mené à cette situation. Du jour au lendemain, tout est venu de Chine? Non, il y a eu une période de transition.
            Si les produits chinois avaient été boycottés au profit des produits français, alors la délocalisation aurait complètement stoppé… Mais bon, c’est assez cliché de vouloir se déresponsabiliser.
            Et concernant l’électroménager, si il est possible de trouver du Made in Switzerland, je doute qu’il n’y ait rien qui soit produit en France.
            Et je vais vous démontrer que le made in France existe, et le fait que vous ne le sachiez pas, et que vous ne réfléchissez pas à cela en faisant vos achats prouve mon argument.
            – Brandt: lave-linge made in France
            – Vedette: lace linge made in France
            – Rosières: lave vaisselle
            – Sèche-linge: Brandt, Vedette, Indesit, Whirlpool
            – frigo: il y en a plein produits en Europe (Italie, Allemagne, suisse…)
            – congélateur: pareil, pas en France mais en Europe.
            – Cuisinière, four encastrable, plaques de cuisson (Brandt, Sauter, De Dietrich)
            – aspirateurs: Rowenta

            Bref, encore aujourd’hui en faisant des efforts, il est possible de trouver du made in France. Il y a moins de choix, certes. Mais après, c’est le seul moyen d’action des consommateurs. Et quand les consommateurs boycottent pour production étrangère, leur intérêt est de rentrer.
            Donc à vous de choisir vos véhicules parmi ceux qui sont faits en France, de voler avec des compagnies aériennes n’ayant pas de Boeing, d’acheter des fruits et légumes locaux (et donc de saison qui par la même occasion est bon pour la planète)…
            Mais sinon, déresponsabilisez vous, et blâmez tous les autres. C’est plus facile, mais ça ne fait rien avancer.

            Soyez honnête… La dernière fois que vous avez fait l’effort de chercher la provenance de vos achats d’électroménager, voiture, etc… c’est quand?

          • Plusdepognon dit :

            @ John et @ NRJ
            L’avenir, on en a une idée en regardant les USA et le Japon.
            Le travail étant de plus en plus mal rémunéré, la plupart des gens cumulent deux ou trois jobs mal payés pour survivre.
            Il suffit juste de retirer le filet social.

            Le fait que nous soyons dans un monde où les taux sont négatifs pour les emprunts de certains États montre bien que l’économie-casino arrive en butée.
            Et ça ne se passera pas sans crise.

          • ScopeWizard dit :

            @John

            Mais oui , j’ en conviens ……..

            Ce qui ne cesse de me surprendre c’ est que j’ ai la nette impression que vous vous imaginez que nous avions le choix ……… Sauf que non , nous ne l’ avions pas , je ne sais pas d’ où vous vient cette croyance mais c’ est n’ importe quoi ………..

            Si je prends mon cas personnel , même fort jeune à partir du moment où j’ ai réalisé et me suis aperçu de certaines choses , outre le « made in France » ma tendance consistait à privilégier le « made in USA » , le « made in Japan » , voire le « made in autre-chose »( Germany , England , Switzerland , Italy ) du moment que la qualité suivait …………

            C’ est ainsi que dans les années 1980 , il m’ est par exemple arrivé d’ acheter des étagères solides , faciles à monter et de qualité en provenance directe d’ Allemagne de l’ Est , de même pour l’ armature d’ un lit fabriqué en Pologne me semble t-il pricipalement à cette époque où les « grandes surfaces » offraient des prix associés à de la qualité ainsi qu’ un service ………….

            À cette époque , trouver des Levi’s 501 made in the USA étiquette rouge bien comme il faut , à votre taille ( waist and height genre 30/30 32/30 ou plus longs 32/34/36/38 ) et tout et tout , pouvait aisément se faire dès lors qu’ existait une demande et vous les payiez moins d’ un tiers du prix ou tout juste à la moitié du prix pratiqué en magasin .

            Pour beaucoup de ces biens de consommation courante , c’ était de la qualité vendue entre 1/3 et 1/4 du prix d’ un « fait en France » ( et je reste « gentil » parce que parfois c’ était encore moins ) ; puis est arrivé le « made in China » auquel mis à part pour les objets tradis ou folklo je n’ avais strictement aucune attirance et que j’ essayais d’ éviter autant que faire se peut jusqu’ à ce qu’ ils envahissent tout car la plupart des gens les privilégiaient à cause de leurs prix si attractifs compte tenu des croissantes difficultés financières autant que matérielles d’ un peuple Français déjà fort loin de ses « trente glorieuses » qui avait perdu son « insouciance » et laissé de côté certaines préoccupations qui nous reviennent à ce jour en pleine figure tel un boomerang ………… c’ est aussi à cette époque que l’ on a commencé à nous « abrutir » via profusion de chaînes et programmes de plus en plus ineptes aux heures de « grande écoute » …………
            Également à cette époque que s’ est considérablement développé le crédit , que des besoins supplémentaires qui n’ avaient pourtant rien de fondamental ou d’ indispensable mais qui allaient par leur large diffusion changer notre quotidien , ont commencé à faire leur apparition et à se multiplier ………..

            Comme de toute façon , sur le plan économique , nous étions cahin-caha , forcément beaucoup de choses ont fini par s’ imposer ………… et dans ces « choses » beaucoup de « made in China » ou alentour « made in Taiwan » , « made in Vietnam » , « made in Korea » , »made in Indonesia » , « made in Malaysia » , « made in Bangladesh », et j’ en passe …………

            Je vous avoue continuer à chaque fois que cela est possible essayer de les éviter sauf que c’ est de plus en plus difficile dans bien des secteurs ………..

          • Czar dit :

            mon cher inäbnit, je peux imaginer que vous avez la force d’âme et la détermination d’airain pour soulever l’étiquette de chacun des produits que vous achetez,

            https://youtu.be/B8UV6rxCsc8

            mais l’individu normalement constitué, lui, va se limiter à quelques éléments un peu plus superficiels (marque, prix, aspect esthétique, avantage comparatif du produit dans la gamme)

            bref vous tenez un discours théoriquement parfait, mais qui ne colle avec aucune réalité.

            j’ai juste l’impression d’entendre un économiste libéral classique « m’expliquer » assener sans souci du vraisemblable que les individus sont des êtres économiques parfaitement rationnels et que la libre main du Saint Marché nous sauvera tous et autres foutaises de même acabit.

            Aucune posture victimaire chez moi, je pense accorder mes choix de vie, de consommation, de vote à ce que j’estime convenir le plus aux intérêts réels de mon pays.

            D’ailleurs, faut vraiment ne pas m’avoir lu avec attention pour trouver que je communie dans une quelconque auto-satisfaction franchouillarde.

            Pour le reste, je crois que vous mélangez un peu tout, notamment avec le passage sur l’artisanat et l’obsession pour les études générales qui n’a rien à voir avec le schmilblick même si je partage entièrement votre constat sur ce fait.

            Depuis le temps que je lis vos comms, j’en retire toujours la même impression : vous devez être un officier consciencieux, professionnel et vraisemblablement bien noté par votre hiérarchie.

            Sur le plan technique, vos comms font apparaître un réel souci d’une information approfondie et pondérée. je les lis rarement sans en retirer quelques points d’information ou d’éclaircissement.

            Dès que vous vous risquez à des questions d’ordre politique ou économique, le flot des niaiseries d’époque, des truismes, énoncés avec le sérieux d’un petit bourgeois du Rotary s’enfile avec la longueur d’un soir d’automne. Tout ça avec la petite pointe d’aigreur du provincial nouveau riche qui, mesurant la distance le séparant de ses arrières grands-parents qui allaient se louer pour travailler les champs de l’autre côté de la frontière, se sent investi de délivrer à ces Français à la fois enviés et méprisés de ne plus être à la hauteur de ce qu’ils furent ses lumières sur la façon de gérer un pays que personne ne lui réclame véritablement.

          • Plusdepognon dit :

            Enfin, heureusement l’humour donne toujours des robes longues à nos idées courtes (c’est important l’emballage):
            https://youtu.be/RFLxu5_m3r8

        • EchoDelta dit :

          Cela fait longtemps que les mutuelles anglaises proposent leurs services et en vertu du droit communautaire n’importe quelle entreprise française peut souscrire à une sécurité sociale privée ou d’un autre pays. Michelin l’a fait en son temps pour être plus compétitifs. le bras de fer avec l’état a été sanglant pour qu’il reviennent dans le « droit chemin ». Alors bonne chance aux Allemands !
          Sur ce point l’état français est intraitable, car s’il ne reste que les fonctionnaires à cotiser en France, la sécu explosera et il ne sera plus possible de soigner tous les africains qui viennent en France, faute d’argent. Et toutes les belles combines financières par derrière seront exposée au grand jour.

  6. Plusdepognon dit :

    Sachant que la manoeuvre est plus large, car il s’agit de vider les domaines régaliens de l’Etat et de le remplacer par des acteurs privés :
    http://notes-geopolitiques.com/penser-la-gouvernance-mondiale/

    Car à force de s’offrir aux plus offrants nos hommes politiques n’ont plus que le théâtre des attributs du pouvoir (il y a un excellent document pdf du site infogurre, sur « la protection des infrastructures vitales de l’union européenne », pas seulement des réseaux) :
    https://infoguerre.fr/2019/05/penser-guerre-economique-cest-dabord-penser-guerre/

    Ce que nous voyons à l’oeuvre à longueur d’années :
    https://infoguerre.fr/2018/01/fonds-activistes-a-lassaut-entreprises-europeennes/

  7. R2D2 dit :

    Que peut valoir un nouvel accord alors que le précédent à ouvertement été non respecté ?

  8. Carin dit :

    Je ne vois toujours pas de quoi se réjouir… en effet le gouvernement allemand fait preuve de bonne volonté dans ces 2 dossiers, mais personne n’est dupe, c’est bien la chambre basse du Bundestag qui a la main… et si chacun des « landers » veut une part des 50% de la plaquette de beurre revenant à l’Allemagne, et qu’en plus rheinmetall veut toujours bouffer KMW, on est pas sorti de l’auberge…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Rien n’est fait. Mais AKK joue clairement son avenir politique. Si elle n’arrive pas à faire valider cet accord, ses chances de devenir chancelière seront proches de zéro. On peut espérer qu’elle sera motivée.

  9. Stoltenberg dit :

    Mais en quoi ces deals seraient avantageux pour la France mis à part le fait qu’ils permettent d’avancer sur les projets communs que les Allemands prenaient en otage ? Récapitulons :
    .
    -Deal sur la vente d’armes : en gros, l’Allemagne violait clairement et ouvertement l’accord qui était en vigueur avant qu’il ne soit renégocié. Ensuite, la France a accepté de signer un autre accord qui, en théorie, parait équilibré (règle des 20 %, pourquoi pas) et permet aux projets français d’avancer et de ne plus êtres soumis à la volonté extraterritoriale de l’Allemagne, mais, en pratique, veut dire que toutes les exportations concernant les projets communs seront soumises à volonté du pays qui applique la législation la plus restrictive, donc de l’Allemagne. C’est une arnaque !
    .
    -Deal sur le projet du char : si j’ai bien compris, la France accepte le leadership de Rheinmetall, ce qui est contraire à sa position initiale. Pas de concessions allemandes à ce que je sache.
    .
    2 deals, 2 concessions énormes pour la France. Comme quoi, l’Allemagne peut gagner ET EN MÊME TEMPS la France peut perdre.

    • Polymères dit :

      En quoi c’est avantageux?
      1) Il est avantageux d’avoir un accord sur les exportations pour éviter de revoir des blocages allemands comme on l’a déjà vu par le passé pour quelques pièces. Alors pour vous, la solution la plus « logique » serait d’éviter d’avoir des fournisseurs ou de faire affaire avec les allemands, mais il faudra expliquer si il serait avantageux de payer pour produire la même chose chez nous et si vous aimeriez également que nous cessions de perdre notre part de marché en direction de ce pays. Entre un T-shirt à 10€ et le même à 50€ vous prenez lequel dans le magasin? Celui à 10€ pour pouvoir garder le maximum d’argent pour autre chose, ben les entreprises, les états c’est pareil, on achète au meilleur prix et si pour X entreprise le fournisseur allemand offre un produit à 10€ il ne cherchera pas à le faire lui même pour 15€, sauf s’il y a un couillon prêt à le payer à sa place et désolé, moi personnellement, je ne suis pas partisan de l’état vache à lait qui subventionne tout et n’importe quoi et qui choisit de sacrifier son argent.

      2) Le deal sur le char se fait en parallèle d’un autre deal, sur un avion que vous ne mentionnez justement pas. Mais au delà de cibler ces programmes précisément, il faut prendre en compte l’intérêt du programme commun. Cet intérêt n’est pas de créer des dépendances comme vous aimez à le chercher, mais d’optimiser le coût de développement, d’éviter une concurrence avec des projets parallèles, d’avoir un modèle plus répandu facilitant le soutient. Alors oui les allemands seront ceux qui vont gérer le développement de ce char, mais la France garde 50% de sa production. En travaillant avec les allemands, on divise les coûts de développements de ce char, on obtient derrière des fonds européens et on évite de reproduire un nouveau Leclerc pour une commande deux fois moins importante. Car n’oubliez pas une chose aussi, les allemands ont besoin de ce nouveau char pour 2030, nous en avons besoin pour 2040, si nous ne le faisons pas avec les allemands, ils le feront sans nous et on arrivera dans 10 ans à faire notre propre char ou on payera plein pot et je n’ose imaginer l’export, surtout avec un concurrent allemand qui aura déjà de la maturité opérationnelle et résolu ses problèmes de jeunesse. Ou serait notre intérêt dans cette seconde réalité?
      Aujourd’hui on ne paye pas grand chose pour obtenir un successeur au Leclerc, on aura un recul de 10 ans dans lesquelles les allemands identifieront et règleront les problèmes de jeunesses ou défauts, en 2040 les nôtres n’auront pas un problème. Les allemands en achetant plus de chars que nous sont défavorisés sur la valeur industrielle du partage à 50/50 et idem avec les exportations, car en étant avec le premier « nouveau » char occidental et européen, on devance aussi d’autres potentiels concurrences, le fond européen amenant aussi certains à renoncer à avoir autre chose (je pense aux italiens) et d’autres à prendre celui qui existe (tous les autres européens).
      Non désolé, il y a bien des avantages, encore faut-il bien comprendre les enjeux, tant pour la finance, les aides européennes, la concurrence ou la maturité (si ce n’est une nouvelle version supérieure à celle qu’auront les allemands) du nouveau char en 2040. Les allemands ont plus à perdre que nous qui avons 10 ans de marge pour rattraper d’éventuels problèmes, en attendant on modernise nos Leclerc.

      • Stoltenberg dit :

        Vous avez évoqué un autre sujet que moi. J’ai parlé exclusivement de l’accord dont parle l’article et pas du projet de construction du char et du chasseur. Donc, à votre avis, la France aurait-elle obtenu autant de gains qu’elle a fait de concessions dans cet accord spécifique ?
        .
        En ce qui concerne l’accord sur les exportations, le problème ce n’est évidemment pas qu’une partie des composants vienne de l’Allemagne mais qu’on sera obligés, soit de trouver des alternatives pour les ventes à l’export, soit de se plier à la législation allemande. Ça vous va ça ?
        .
        En ce qui concerne le char, les Allelands ont également gagné, on ne sait pas où cela va mener.
        .
        En ce qui concerne le projet entier, attendons voire déjà s’il va aboutir (compte-tenu des retards qu’il accumule dès le début), et si ce sera un succès.

      • Chanone dit :

        Sauf que -je le rappelle- ces marchandages ne valent que le prix des petits fours et champagne : si la partie Française pourra mettre l’accord en application, il y en a toujours outre-Rhin qui pourront bloquer et et retarder.
        Attendons pour voir, mais ça ne prète pas à l’optimisme.
        Et les Allemands ne m’ont jamais déçu quand il s’agissait de cracher sur un accord.

        • John dit :

          Les vilains allemands et gentils français…
          L’ancien accord concernait uniquement les conceptions communes, soit l’état mandatant des privés pour concevoir de l’armement (Transall, Alphajet, Tigre, …).
          Par contre, l’entreprise produisant de l’armement en France mais qui se fournit en Allemagne ne fait pas partie d’une collaboration franco-allemande. Il est donc soumis à plusieurs législations. Et plus l’industriel se fournit dans des pays divers, et plus les risques en termes de blocage à l’export sont élevés.

          Quoi que fasse l’Allemagne, elle sera critiquée ici. Et la France ne fait jamais rien de faux.

        • ScopeWizard dit :

          @John

          Désolé , mais vous n’ y êtes pas ; l’ Allemagne a souvent et durablement été très avantagée par rapport à la France qui de surcroît est la plupart du temps gouvernée par des supplétifs ou des incompétents .

      • EchoDelta dit :

        @ Polymère : Vous découvrez l’eau chaude sur ce sujet ou quoi ? La première chose quand vous concevez un équipement militaire que vous demande Nexter, Thales, Dassault, Safran c’est « Pas de composant allemands !! » Et sur ce point ils scrutent même jusqu’à la moindre résistances ou condensateurs des produits électroniques, a cause des lois allemandes, et ce même si cela coute 10 fois le prix. Pas de Japonais non plus, et pas de composant ITAR US. Alors en pratique quand vous faite de l’électronique, c’est un vrai « savoir faire » que de ne pas intégrer ce genre de composants.
        Je ne pense pas que ces sociétés soient stupides pour imposer ces exigences.

        Quand à l’optimisation du cout d’un programme commun d’armement, donc avec des quantités ridicules, c’est pas gagné !! Déjà parfois quand on scrute les programmes communs Renault Nissan, ca saute pas aux yeux y compris avec des volumes de production importants, alors un programme militaire, je pense que c’est une hérésie. Le faire en commun parce que l’on a pas les compétences, peut se comprendre, pour apprendre, on se paye des profs, mais pour réduire les couts, c’est une illusion.

      • ScopeWizard dit :

        @Polymères

        Hmm ……..

        Y a un truc qui ne va pas ………

        A) « Il est avantageux d’avoir un accord sur les exportations pour éviter de revoir des blocages allemands comme on l’a déjà vu par le passé pour quelques pièces. »

        D’ entrée , au sein et qui plus est en tant que locomotive de l’ Union Européenne , il est anormal que puisse exister quelque blocage export qui serait unilatéral ; le partenariat serait déséquilibré donc quid avec précision de ce point ?

        Ensuite , à moins que nous ayons réussi à réaliser le même exploit qu’ avec notre capacité à produire une bonne arme individuelle tel le FA-MAS , les Français savent très-bien faire un char de combat à la fois à la pointe , performant , fiable , surtout que le Leclerc est loin d’ être aussi « à la rue » que ce dont certains s’ efforcent de se persuader .
        Reste la question du coût mais ça aussi ça peut se maîtriser .

        Ce n’ est pas la première fois que je lis cet exemple du T-shirt qui ne rend pas compte de la réalité ; en effet , le même T-shirt produit à 3 Euros en Chine vendu chez-nous 5 fois plus cher une fois tous les intermédiaires présents sur le circuit servis , donc 15 Euros soit 400% de plus que son coût de fabrication ne serait pas vendu 50 Euros s’ il était produit en France par de bons et braves Français………….
        Son prix serait certes plus élevé mais n’ excèderait pas 15 à 30% de plus au grand maximum soit entre 17.25 et 19.50 Euros , par contre les marges seraient moindres , elles seraient réduites .
        Même vendu 50% de plus , le même T-shirt ne coûterait que 22.50 Euros .
        50 Euros représenteraient 220% d’ augmentation , économiquement ça ne tient pas debout .

        De plus , je vous ferais observer que l’ État , c’ est nous ; donc , hormis ce qu’ il possède par ailleurs et qui peut lui rapporter , par le paiement de nos impôts c’ est nous qui subventionnons …………..

        2) « Cet intérêt n’est pas de créer des dépendances comme vous aimez à le chercher, mais d’optimiser le coût de développement, d’éviter une concurrence avec des projets parallèles, d’avoir un modèle plus répandu facilitant le soutient. »

        Oui , mais en même temps est ce que @Stoltenberg n’ a pas un peu raison ?

        Effectivement , à la base un tel partenariat devrait permettre de mieux optimiser les coûts de développement SAUF QUE en parallèle tel qu’ il est à ce jour , il créé une ou des dépendances susceptibles de nous jouer de forts vilains tours le moment venu …………. le « danger » que cela représente ne saurait donc être minimisé ou sous-estimé .

        Quant à la « concurrence » des projets parallèles , vous savez sans s’ imaginer pour autant chez les Bisounours , dans une UE qui tient la route et normalement constituée , inutile de se pourrir l’ existence par quelque concurrence ; chacun fait ce qu’ il sait faire de mieux , le marché se ferme à toute autre concurrence , et tous achètent aux meilleures conditions ce que le pays a produit .

        OK ; oui , je devine ce que vous allez me rétorquer ……….

        Bon , prenons l’ exemple de nos trois delta-canard multi-rôles produits par 6 pays au total soit de mémoire par la Grande-Bretagne , l’ Allemagne , l’ Italie , l’ Espagne qui se sont associés pour concevoir et réaliser l’ Eurofighter Typhoon , la France pour le Dassault Rafale , la Suède pour le SAAB Gripen , ce dernier construit grâce à nombre d’ éléments Américains tel le moteur ……….

        Ces trois avions étaient et sont de bons avions , certes suivant le type de mission certains paraisent meilleurs que d’ autres mais dans l’ ensemble ils sont tous suffisamment réussis et au point pour équiper n’ importe quelles force aérienne d’ Europe ………

        Initialement , les besoins de la France portent sur 336 Rafale tout compris AIR + MARINE , ce qui assure d’ emblée le succès de l’ avion quand bien-même ses ventes à l’ export auraient été égales à zéro .

        4 pays ayant participé activement au programme Typhoon , l’ appareil dispose donc de ses propres marchés captifs soit de mémoire 232 Typhoon pour le R.U , 180 pour l’ Allemagne , dans les 130 pour l’ Italie , dans les 90 pour l’ Espagne soit un total de 632 avions , là aussi succès commercial assuré surtout que les coûts de production sont censés avoir été optimisés et maîtrisés .

        Concernant le Gripen , qui à la différence des deux autres n’ est propulsé que par un seul réacteur , son marché interne n’ excédait pas 204 machines mais comme l’ avion coûtait moins cher , l’ un dans l’ autre les Suédois pouvaient s’ y retrouver ………….

        Mais ça ne fait que 6 pays sur 28 ça , il en manque plus d’ une vingtaine ………..
        Donc , supposons qu’ une dizaine de forces aériennes supplémentaires -soit tout juste la moitié du nombre restant- aient pu trouver leur bonheur avec l’ une ou l’ autre de ces merveilleuses machines volantes , rien que grâce à l’ UE la survie de notre construction aérienne militaire était garantie , notre indépendance avec .

        Mais bien évidemment , participation préalable avec intéressement mirobolant et retombées technologiques + emplois ou non , pas de F-35 à la place des delta-canard , éventuellement en complément mais surtout pas en remplacement ………….. et pareil pour n’ importe quel autre engin made in the USA , ou made in China , ou made in Russia , made in Luna ………….

        Tout ça pour vous faire réaliser que si nous continuons à être aussi cons en ne protégeant pas notre marché Européen alors que son seul potentiel nous suffit amplement , rien ne nous met à l’ abri d’ une nouvelle déconvenue en provenance directe d’ Outre-Atlantique genre l’ espoustouflifiant char équivalence hautement technologique du F-35 …………..

        Votre propective est une chose , la réalité pourrait être tout-autre …………

        Donc , selon moi faut toujours être sur ses gardes , se méfier et plus encore avec les Allemands aussi présents dans la boucle …………….

        C’ est en tous cas mon avis .

    • Aymard de Ledonner dit :

      Sur les exportations, 20% c’est quand même beaucoup. Ca peut être suffisant pour faire des versions export où la part allemande serait en dessous des 20%….ou a minima menacer de le faire.
      Clairement pour le SCAF où Dassault a le leadership et l’expérience du rafale, je vois mal les allemands nous chercher des noises car sortir d’Allemagne la fabrication de certains composants pour faire tomber la part allemande sous les 20% ne devrait pas être très compliqué.
      Pour le char l’export sera plus compliqué mais quand on se souvient de l’export du Leclerc…

      Sur le projet de char le leadership est allemand et non Rheinmetall. D’ailleurs c’est la partie KMW qui a le lied et non Rheinmetall. L’important pour nous est de surveiller nos 50% dans la répartition des tâches.

      • Stoltenberg dit :

        Donc on fait le projet en commun pour modérer les coûts mais on devra quand-même, soit concevoir nos propres pièces censées remplacer les pièces allemandes, soit en acheter ailleurs ? Cela n’a aucun sens pour moi. Et même si on réussissait à le faire, suite à la violation par l’Allemagne de l’accord précédent, je ne serais pas étonné s’ils bloquaient la livraison des 20 % des pièces.

    • NRJ dit :

      @Stoltenberg
       » toutes les exportations concernant les projets communs seront soumises à volonté du pays qui applique la législation la plus restrictive, donc de l’Allemagne. C’est une arnaque ! » Non en soit c’est normal. Imaginez que l’on soit en guerre avec un pays. L’Allemagne est neutre. On sera en droit de refuser que l’Allemagne exporte à ce pays des armes que nous fabriquons en partie. Ca n’a rien d’anormal en soit. Et si ça peut vous rassurer, la seule vente d’avion qu’ait arrêté l’Allemagne est la vente de 40 Eurofighter à l’Arabie Saoudite.

      Selon Latribune, le MGCS a été divisé en 9 parties : 3 pour Rheinmetall, 3 pour KMW, et 3 pour Nexter. Mais on devrait garder 50% de la charge de travail (si cela a lieu dépend de la capacité de Parly à défendre nos intérêts. C’est impossible de juger quand on n’a pas les éléments sous les yeux). Les allemands auront donc le leadership industriel sur le char. Après nous gardons le leadership politique sur le SCAF. Or le SCAF est largement plus stratégique que le MGCS. A partir de là, ce n’était pas un mauvais plan de sacrifier en partie le MGCS pour conserver notre emprise sur l’avion.

      • revnonausujai dit :

        « Entre un T-shirt à 10€ et le même à 50€ vous prenez lequel dans le magasin? Celui à 10€ pour pouvoir garder le maximum d’argent  »
        euh, ça dépend! si le Tshirt à 10€ est foutu au premier lavage et celui à 50 en supporte six, le courtermisme est stupide, cf la cochonnerie chinoise !

      • Stoltenberg dit :

        C’est quoi cet exemple ? Cet accord serait censé protéger ma France contre une éventuelle livraison d’armes à un pays avec lequel elle serait en guerre… La réalité que vous refusez d’admettre c’est que l’Allemagne a violé l’accord précédent, elle n’est donc pas digne de confiance. Si vous n’aimez pas un accord, vous le dénoncez.
        .
        C’est surtout le char qui va se vendre a l’export. Tous les pays utilisateurs des Leopards voudront l’acheter. Quant au SCAF, mis à part la France, l’Allemagne (peu d’exemplaires commandés probablement) et l’Espagne, pas grand monde. Tous les autres se mettront au F-35 ou Tempest (s’il est créé).

        • John dit :

          Absolument pas…
          L’accord concernait les projets communs (Tigre, A400M, Transall, Alphajet).
          Pas les produits bi-nationaux. Les produits développés en coopération.
          Se fournir de composants de l’autre côté de la frontière, ce n’est pas une collaboration.
          Et c’est une interprétation juridique pertinente, autrement ils auraient fait recours contre la décision allemande

          • Stoltenberg dit :

            Mais c’est pareil, John, c’est pareil. Ça ne les a pas empêché de bloquer la vente des missiles Milan par la France. Alors que ces missiles sont bien issus d’une cooperation, ce qui signifie qu’ils ont violé le traité. Ensuite, le fait d’avoir bloqué plein d’autres exportations françaises et mis en difficulté les industriels malgré les accords signés, tout en continuant de vendre des systèmes militaires aux pays concernés via des filiales étrangères, n’est sans doute pas un signe de bonne volonté à l’égard de la France et n’inspire pas la confiance concernant les autres projets et accords, n’est-ce pas ?

          • intruder dit :

            la je suis moins d accord avec vous , il me semble avoir un lointain souvenir d un blocage allemand sur des exportations de missile milan pourtant issue d une collaboration franco allemande.

        • NRJ dit :

          @Stoltenberg
          L’Allemagne va dans les faits contre ce qui est inscrit dans l’accord Debré-Schmidt. Après on peut supposer que cet accord avait de lourdes failles. Et on peut espérer que Parly a réussi à en faire réécrire un plus sérieux. La France et l’Angleterre n’ont en tout cas à ma connaissance pas fait appel au respect de cet accord quand ils critiquaient l’Allemagne. Enfin, on peut espérer que ce n’est pas l’exportation (qui ne devrait qu’un bonus et non un prérequis du programme) qui arrête la coopération sur un programme mettant en jeu notre souveraineté future.

          Par ailleurs vous êtes bien confiant pour le programme de char qui devrait arriver en 2040. Il est parfaitement possible que ce programme s’avère inadapté aux besoins réels sur le terrain (le char de combat superlourd est d’ailleurs considéré comme le programme par défaut en cas d’échec des nouvelles technologies). Par ailleurs on devrait gagner à peu près autant sur le 2 programmes : Nexter devrait avoir 50% de la charge de travail, et Dassault la partie avion de chasse du SCAF. A partir de là peu on gagnerait sensiblement autant que les allemands. La seule différence est qu’on n’aurait pas le contrôle de certaines parties importantes du char (par exemple l’armement).

          Par ailleurs qu’est-ce qu’on en a à faire de l’export ? Le Rafale avait un besoin vital d’être exporter. Le Scaf et le Mgcs ne devraient pas être dans ce cas. Et je doute que le SCAF ait aussi peu de succès que vous ne le supposez. Le SCAF devrait nous donner une avance considérable sur nos concurrents, notamment le système de drone, qui devrait être une révolution dans le combat aérien (même si on peut attendre des retards, chose typique pour des technologies dont on ignore le degré de maturité dans 20 ans). Face à ça, les anglais ne feront au mieux qu’un F-35 dronisable, et les américains n’auront a priori même pas le temps de lancer un programme similaire (n’oublions pas qu’après le F-35, ils auront le B21 et le CPA qui seront 2 programmes majeurs). Quant au F-35 il perdra ses 2 seuls avantages actuels que sont sa furtivité et sa fusion des données. Il n’est probablement pas même adapté pour combattre avec des drones ayant une charge utile trop faible (ou qui le sera dans les critères futurs. Le NGF aura une charge attendue entre 30 et 40 tonnes qui devrait a priori servir de bombardier pour détruire les zones repérées préalablement par les drones). Niveau export on devrait quand même trouver preneur. Les seuls qui pourraient nous concurrencer sont les russes qui mettent en place le duo Su57/S-70. Par ailleurs en cas de succès du SCAF, l’industrie franco-allemande sera pérennisée sur le long terme, ce qui n’est pas le cas du Tempest. Les anglais auraient en 2040 déjà 20 ans de retard sur le F-35. A la génération suivante, ils n’auront plus qu’à aller faire sous-traiter leurs entreprises aux franco-allemands ou aux américains ayant accumulé trop de retard.

          • Stoltenberg dit :

            NRJ : Les Français n’ont pas d’autre choix que de se plier aux exigences Allemandes. On s’est embourbé dans cette aventure du double projet commun avec un « partenaire » problématique et dans lequel nous sommes en position d’infériorité. En effet, si jamais ce projet n’aboutit pas, les Allemands ont bien d’autres choix. Pour l’avion, ils achètent le F-35, qui est un excellent aéronef qui commence déjà à être mature et toujours amélioré, et pour le char, ils auront une file de partenaires potentiels, tous européens et dont la plupart utilisent déjà le Leopard. Les pays comme la Pologne ou l’Autriche seraient bien contents de pouvoir participer à la construction de ce char. La participation de la France est totalement dispensable du point de vue allemand. Et ils prouvent bien qu’ils en sont conscients en voulant jalonner les financements attribués au projet. Donc tous les accords signés entre la France et l’Allemagne seront favorables à nos chers partenaires, c’est une conséquence directe de ce déséquilibre des forces. Mais bon, avec tout l’argent que ce gouvernement prend aux Français pour donner aux autres, on n’est pas à quelques milliards près.
            .
            Ce programme de char sera sans doute adapté. Les Allemands ont prouvé à plusieurs reprises leur capacité à créer de très bons chars d’assaut. Le succès du Léopard en est une preuve indéniable.
            .
            Je vous ai dit que, compte-tenu des tendances allemandes à réduire leurs dépenses militaires, il est peu probable qu’ils commanderont beaucoup d’exemplaires. Probablement, ils se limiteront à acheter quelques dizaines d’avions et 200 à 300 chars maximum. Ce qui veut dire que, sans exportations, ces programmes ne sont pas viables. Et, pour le coup, le char a de meilleures perspectives d’exportations.
            .
            Non, arrêtez ce discours optimiste à outrance du style « et on sera à Moscou avant l’hiver ». D’abord, je ne vois pas en quoi la SCAF est censé être meilleur que ses concurrents. Il sera sans doute meilleur que l’avion russe, contrairement à ce que vous affirmez. Il sera juste plus cher. Par contre, tout semble indiquer que ce sera un autre avion de 5ème génération (ou 5+ au mieux), qui va sortir au moment où le F-35 sera mature et amélioré. Et je ne vois pas, compte-tenu des annonces qui ont été rendues publiques, en quoi le SCAF est censé être fondamentalement meilleur que le F-35 (en ce qui concerne le Tempest, on n’a pas assez d’informations). Les États-Unis ont lancé un programme de drone à bas coût associé au F-35 « loyal wingman » avec l’Australie qui, visiblement, est un meilleur partenaire que l’Allemagne. Ce projet sera probablement implémenté bien avant le SCAF… Ensuite, je ne vois pas quelle technique serait censée compromettre la furtivité passive du F-35 dans les années/décennies à venir. À mon humble avis, aucune.

      • Desty dit :

        L’Allemagne a été neutre entre Westphalie et Bismarck et cela reste un souvenir hyper-traumatisant pour eux (sans doute plus que les exactions du Reich). Désormais, après avoir été ouvertement et brutalement belliqueuse pendant 100 ans, l’Allemagne est hypocrite et sournoise.
        Par exemple elle soutient l’extermination des malheureux rebelles houthistes par les Saoudiens décadents et en profite pour se gaver de pétrodollars, elle soutient même plus et mieux l’extermination des Yéménites que la France ou la Grande-Bretagne, mais elle dit qu’elle ne le fait pas, fait la leçon aux autres et passe par ses filiales Africaines pour livrer les bombes guidés bas-de-gamme impliqués dans la plupart des dommages collatéraux. Soulignons que la France ne fabrique plus et ne vend donc pas ce genre d’article tendancieux, on lui reproche d’avoir vendu il y 25 ans des tanks et des avions aux émirats qui servent sur le théâtre yéménite, et des frégates aux saoudiens qui n’ont été impliqué dans aucun dommage collatéraux, ainsi que des canons caesar qui ne sont pas déployés au Yémen et ne peuvent frapper un civil qu’à 40km de la frontière, ce qui n’arrive pas très souvent.
        Le Japon est neutre, l’Allemagne est membre de l’OTAN, aligné sur les Américains, économiquement ultra-belliqueuse, et prête à faire couler le sang sans aucun problème si la chose lui tient à coeur. Excusez moi mais l’opération fer à cheval, c’est un peu l’équivalent d’un Colin Powel allemand qui agite une fiole par qu’il a vraiment envi d’avoir un prétexte pour faire une guerre.

  10. Alain d dit :

    Bon, donc on a un signature, mais reste à savoir si cela suffira et si cet accord tiendra dans le temps.
    Et il faudra aussi tenir compte des autres partenaires, Espagne ou plus, mais cela m’inquiète moins.
    Merkel semble bien avoir comprise l’intérêt du deal pour sa souveraineté !
    Mais que vont faire ses politiciens du Bundestag?
    Pour rappel les blocages servent deux entreprises pilotées par des fonds américains, MTU et Rheinmetall.
    MTU est un peu moins vampirisée, et c’est le même fond de Boston, qui est a la tête des deux entreprises : Fidelity Management & Research Co.
    Les lobbyistes qui bloquent jouent donc pour ce fond.
    Raison pour laquelle le processus de blocage lie les deux programmes franco-allemands.
    Oui, j’aime bien insister sur les points où ça fait mal !
    Parce que nos politiciens, les français aussi, font souvent l’autruche pour ne pas regarder la réalité en face.
    Puisque depuis quelques semestres la souveraineté et la défense de l’Europe sont au menu, autant avoir une vision claire de la situation afin d’empêcher qu’elle se dégrade encore plus !

    • NRJ dit :

      Après les USA ne sont pas la Chine. Ce fond obéit d’abord à son intérêt avant d’obéir à l’intérêt américain. Et le lancement des programmes SCAF et MGCS est dans leur intérêt.

      • Alain d dit :

        @ NRJ
        Bah perso, je ne faits pas de distinctions entre les fonds chinois, américains et japonais.
        C’est plutôt sur leurs cibles, leurs motivations, leurs plans et managements qu’on peut tenter de les classifier !
        Mais je vois que vous connaissez bien les motivations de ce fond, bravo !
        Le problème n’est pas le financier, mais les technologies.
        Enfin, le financier aussi, parce qu’à chaque fois qu’on vendra un avion ou un char on engraissera les Etats-Unis, parce que recettes sur investissements + dividendes.
        Mais c’est surtout le problème de l’Allemagne qui se fait flinguer par Trump pour ses exportations et qui finance les fonds américains. Mais pourquoi ne vire t’elle pas ces fonds US, puisqu’il faut rééquilibrer d’après Trump, rééquilibrons pour tout et dans les deux sens !
        Je n’ai jamais écris que ces fond US voulaient couler les programmes.
        Que l’Allemagne et la France se chamaillent pour établir les partages des responsabilités, et pour grappiller plus, c’est logique, et on connaît les roublardises allemandes, mais ça ne sort pas de la maison européenne !
        Mais si Safran doit donner des technologies sur les « parties chaudes » des motorisations à MTU, qui est piloté par un fond américain, ça ne poserait pas problème?
        Etre le premier actionnaire d’une société donne accès à de nombreuses informations, un droit de regard, de pilotage, d’orientation, de management, etc.
        Le patron de MTU et Rheinmetall est un même fond américain, un détail !
        C’est pourtant ces deux sociétés qui ont freiné les deux programmes en les liants par un chantage pour grappiller plus, voir piloter des entreprises françaises !
        Bah, oui, vous avez la mémoire courte, pendant plusieurs trimestres, Rheinmetall a exigé 50% du char et son pilotage !
        Et les intérêts financiers n’empêchent pas l’espionnage technologique, mais c’est vrai qu’avec les américains, on ne risque rien, ce n’est pas le genre de la maison.
        Le volet financier, ne les empêchera pas de tenter d’orienter un programme à l’encontre des intérêts des besoins français et (ou) allemands, pour viser des exportations qui ne seraient pas des cibles prioritaire pour le couple franco-allemand, justement pour le fric.
        A partir du moment où des américains (fond ou entreprise) sont à la tête d’entreprises étrangères, , rien ne les empêchent de tenter de privilégier des sous-traitants US ou d’autres entreprises européennes où ils auraient aussi des participations, ou des composants fabriqués aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.
        Ca peut se faire très insidieusement, par exemple pas forcement au départ du développement ou de l’industrialisation. Des évolutions de ce type ce se sont déjà produites en France.
        Arrêter de me prendre pour plus con que je suis, merci.
        Parce que forcement des entreprises US poussent pour faire des affaires avec ces deux entreprises vampirisées.
        Et surtout avec l’Allemagne, qui enterre ses blindés et laisse ses avions dans les hangars, et qui est principalement intéressée que les retombées industrielles, donc le fric et les emplois.
        Il me semble que le minimum c’est d’être fortement méfiant à l’encontre de ces fonds et de faire très attention à ce qu’on va leur lâcher.

        • NRJ dit :

          @Alain d
          Difficile de savoir à quel point les actionnaires ont un droit de regard sur des choses confidentielles. Le moins qu’on puisse dire est qu’un secrétaire regardant des détails techniques, ça poserait quelques questions. Par ailleurs quelle est la part de ce fond américain dans le partenariat ?

          Par ailleurs le but de cette coopération est de faire un char er un système d’avion, et si les actionnaires sont contents, tant mieux pour eux. Et malheureusement je doute que l’Allemagne ne puisse nationaliser de la sorte une entreprise privée pour Jennifer un actionnaire (faut savoir qu’ils n’ont pas les mêmes règles ni la même culture qu’en France).

          Par ailleurs ce n’est pas le fond qui a freiné le programme mais 2 entreprises qui l’ont fait, estimant qu’elles y gagneraient plus de la sorte.

          Enfin l’Allemagne fait plutôt monter son parc blindé avec 328 chars Léopard 2a7. Quant à ses avions, son aviation doit en avoir à peu près autant que nous. Et je ne vous prends pas pour un con, mais faudrait que vous sachiez que le fric et les emplois, ce sont les 2 sujets majeurs quand on parle coopération.

          « Il me semble que le minimum c’est d’être fortement méfiant à l’encontre de ces fonds et de faire très attention à ce qu’on va leur lâcher. » Oui effectivement. De toute façon Safran ne va pas donner à MTU les moyens de le concurrencer sur d’autres marchés.

          • NRJ dit :

            Dans l’actionnariat pas le partenariat. Et c’est virer pas Jennifer. Dsl j’essaierai de me relire.

          • Alain d dit :

            « Par ailleurs ce n’est pas le fond qui a freiné le programme mais 2 entreprises qui l’ont fait »
            Ouais là, vous prenez vraiment les gens pour des cons en insistant ?
            C’est cela, bien sur, faites gaffe, le sable dans les oreilles, c’est difficile à nettoyer.

  11. Pierre dit :

    C’est plutot positif mais la route semble encore longue.

  12. Toto dit :

    Ah quand même il était temps qu’ils se bougent !!!! En espérant qu’il n’y ai pas de soucis en fin de montage du véhicule comme sur l À 380

  13. Clavier dit :

    Pas besoin d’être bien malin pour comprendre qu’il vaut mieux anticiper une rupture de livraison de la part d’un partenaire peu loyal que se retrouver le bec dans l’eau
    Dassault a compris depuis longtemps et c’est pourquoi le Rafale est 100% fait maison .
    Si un embargo survient on peut prévoir un plan B, ce n’est pas interdit

  14. cipal dit :

    belle démonstration d’enfumage de la part de nos zélotes zélites
    nous ne sommes qu »au début de fiasco programmé par les teutons, chassez le naturiste il revient au bungalow !

    • FredericA dit :

      @cipal : Vous avez des liens vers des sites qui détaillent le « fiasco programmé » ?
      .
      Je parle de sites sérieux, hein ? Pas ceux qui critiquent tout et n’importe quoi puis passent rapidement à autre chose quand leurs prédictions s’avèrent erronées 😉

      • Math dit :

        Oui, on a le tigre et le NH90. On a aussi l’eurofighter et l’A400.
        Ceux ne sont pas les réussites espérées. Le rôle des allemands dans les difficultés a été majeur. Là encore il est flagrant.
        On nous parles de Rheinmetal, je veux bien. Il me semble que celui de Thalès est complètement ignoré sur le char, non?

        • Plusdepognon dit :

          @ Math
          Le capitalisme des copains est un jeu de chaises musicales :
          https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/10/16/safran-une-succession-sous-haute-surveillance_6015712_3234.html

          C’est comme ça.

        • John dit :

          Donc les Allemands pourraient aussi mettre la faute sur la France? Quand ils collaborent avec la France ils ont des problèmes, quand ils sont seuls, tout va bien…

          La réalité c’est que les programmes internationaux avec des besoins non contradictoires, cohérents et clairs ont été des succès (Transall, Alphajet). Et lorsque la complexité augmente et que chacun se bat pour ses caractéristiques sans vouloir faire de concession, voilà le résultat.
          La solution simpliste est de s’isoler. La solution intelligente est de tirer à la même corde.

          • EchoDelta dit :

            Un petit bémol sur l’alphabet qui a connu des début difficile avec un équipementier hydraulique allemand,. A l’époque les avions n’étant pas trop compliqués cela ne s’est guerre vue, mais cela participait déjà à l’ambiance actuel : Allemagne veut capter les technologies des français pour les industrialiser à son propre profit. En sois cela se comprend, mais c’est à nous de résister farouchement à cette envie déraisonnable de notre point de vue.

          • Plusdepognon dit :

            @ John
            Vous connaissez peut être la citation de Trosky:
            « On peut expliquer la chose la plus compliquée à l’homme le plus bête du monde en prenant le temps de le lui expliquer. Mais on ne peut pas apprendre la chose la plus simple à un homme intelligent lorsqu’il est persuadé de tout connaître sur la question « .

            L’égo est indispensable pour réussir, mais il s’agit souvent de l’obstacle le plus important dans la réussite d’un projet.

          • John dit :

            @EchoDelta,
            Ca je l’entends bien, et cet argument est honnête et compréhensible.
            Entendre ce genre d’argument qui est fondé, de bonne foi, je peux comprendre que des opinions aillent à l’encontre des choix politiques.
            Mais quand on dit que les problèmes, c’est l’Allemagne, c’est ridicule. Il n’y a d’ailleurs que rarement des exemples qui démontrent cet état de fait…

            @Plusdepognon,
            Je ne la connaissais pas, mais elle résume bien la situation.

          • Plusdepognon dit :

            @ John
            Les politiques allemands ont fait des choix cruels qui ont porté.

            Les politiques français ont acheté une paix sociale à crédit.

            Cela fait très longtemps que la puissance industrielle allemande dépassait la nôtre. Ce qui est nouveau depuis quelques années, c’est qu’en industrialisant leur agriculture, ils nous larguent aussi…

            Je me souviens très bien du coût de la réunification :
            https://www.lepoint.fr/monde/la-reunification-allemande-a-coute-2-000-milliards-d-euros-06-05-2014-1819454_24.php

            https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2009/11/09/04016-20091109ARTFIG00373-l-allemagne-a-paye-cher-sa-reunification-.php

            D’où la réaction très rude contre les « pays du club med », dont la France fait partie. Même si tous les pays du monde ne peuvent pas être exportateurs et avoir une magnifique balance commerciale, sinon qui achèterait ?
            https://www.rtl.fr/actu/international/allemagne-vers-un-bouleversement-du-modele-economique-7798353846
            Mais lorsque tout le monde dit la même chose, c’est que personne ne pense… 😉

          • Plusdepognon dit :

            Je ne sais pas si vraiment l’Europe intéresse ceux qui sont censés la faire.
            https://www.lefigaro.fr/vox/monde/trump-et-johnson-fragilisent-le-modele-allemand-tant-mieux-pour-la-france-et-l-europe-20190812

            Personnellement, je pense que l’euro implosera, tout simplement parce que l’Allemagne n’aura plus d’intérêts d’y être dedans. Ça ne sera pas agréable.
            Et là, vu la guerre commerciale USA-Chine, tout est possible…

  15. Tremah dit :

    Je ne veux pas avoir l’air excessivement cynique, mais tout ce qui n’est pas directement approuvé par le parlement allemand est par définition susceptible d’être remis en question par le Bundestag et n’est donc pas « juridiquement contraignant ». La signature d’un chancelier allemand, en particulier d’une dirigeante en bout de course et passablement délégitimée dans son pays, n’engage pas le parlement, qui pourra toujours remettre en cause l’accord ultérieurement ou le suspendre de manière unilatérale.
    On se souvient du pseudo-traité d’Aix-la-Chapelle signé en grande pompe en début d’année par Macron et Merkel mais dont le contenu fut désavoué quelques semaines plus tard par Annegret Kramp-Karrenbauer, patronne de la CDU ainsi que par Merkel elle-même, notamment sur la question du siège français à l’ONU que Berlin proposait de mettre en partage au niveau de l’UE, en contradiction avec les termes du traité, manière pour Berlin de signifier à Paris que ce traité était déjà caduc et n’engageait pas l’Allemagne à suivre une politique vis-à-vis de la France.
    C’est la même chose pour le SCAF, tant que le Bundestag n’a pas donné son accord, cela reste un simple projet à l’étude suspendu à la décision souveraine du parlement et qui peut donc être abandonné ou remis en cause par les députés allemands.

    Mais voilà, les Français sont friands de ces images d’Epinal entre chefs d’Etat qui permettent aux journalistes d’éditorialiser sur la « relance du couple franco-allemand », ce terme sentimentaliste, à usage strictement franco-français qui devrait être proscrit du vocabulaire politique.

    Il n’y a aucune raison de se méfier des Allemands ou de ne pas chercher à coopérer avec eux mais il faut cesser de faire comme si une chancelière allemande et un président français avait le même statut. Quand Macron se met d’accord avec Merkel, il s’entend avec un chef de gouvernement dont les décisions n’engagent pas le parlement allemand qui est le seul dépositaire de l’autorité publique dans le système allemand. En réalité, le chef du parlement allemand a un rang plus élevé que le chancelier dans la hiérarchie protocolaire, exerçant la deuxième charge de l’Etat.

    Bref, tout cela ressemble quand même à un étalage de bonne volonté de la part de Berlin pour arrondir les angles et arranger les affaires de Macron, sans portée réellement « contraignante » sur le plan juridique.

    • Math dit :

      On a fait des grosses régions. Et si les allemands faisaient un vrai chancelier?

    • Aymard de Ledonner dit :

      Merkel a bombardé Annegret Kramp-Karrenbauer ministre de la Défense ce qui est très fin de mon point de vue.
      Car AKK a des ambitions et veut devenir chancelière. En tant que ministre elle ne peut pas désavouer la politique de sa chancelière et si elle veut devenir chancelière elle va devoir convaincre le parlement allemand. On ne voit pas comment quelqu’un qui manque tellement d’autorité qu’un projet majeur pour l’Europe et l’Allemagne a été mis en péril, pourrait devenir chancelière.
      Je ne connait pas cette dame et sa sortie au sujet du siège de la France au conseil de sécurité, du porte avion européen etc… m’a largement refroidi.
      Mais je compte sur son ambition et ses qualités de politicienne pour qu’elle réussisse à convaincre le parlement allemand.

    • John dit :

      C’est le système allemand et il explique entre autre le succès de l’Allemagne.
      La Suisse tout comme l’Allemagne ont un exécutif faible comparé à la France.
      Et si l’exécutif français est puissant, c’est aussi parce qu’il a systématiquement la majorité…

      Donc oui, l’exécutif négocie, et soumet au vote ensuite. Bref, la démocratie…

  16. Matou dit :

    Ce n’est pas gagné mais pour l’instant cela avance. Je m’interroge sur ces 20% et leur traduction sur un plan industriel viable dans un cadre souverain… Ce genre d’indicateur ou de seuil est un excellent moyen de complexifier à outrance la tâche des acteurs de terrain. A suivre.

  17. wagdoox dit :

    Quelle blague, les idéologues vont encore applaudir alors qu’un traité existait et a été violé par l’Allemagne.
    Les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient.
    Les memes dans 30 ans quand on aura fermé dassault et nexter viendront nous dire que c’est pas de la faute des allemands ou du gouvernement fr mais celle des Français fainéants. D’un ridicule…

    • John dit :

      Pouvez vous relire les termes de l’accord en réalité non-violé?
      Il y a le mot collaboration qui a un sens juridique qui change totalement l’interprétation.

  18. Albatros24 dit :

    Le Bundestag légifère donc les industriels allemands et maintenant français

  19. marny dit :

    20% !!!! Avec ce pourcentage les teutons peuvent bloquer tout ce qu’ ils veulent !!! bonjour a tous .

  20. Bloodasp dit :

    Soyons pragmatique, nous avons la capacité de réaliser tout seul ces deux programmes, pas les ALLEMANDS. Nous notre principal objectif étant qu’ils mettent au pot, l’objectif est atteint. Après qu’ils ne respectent pas la clé de répartition telle qu’elle a été définie initialement, ça n’est pas bien grave. Nous avons la possibilité d »en faire autant! Enfin le canon de 130 MM présenté par Rheinmetall, il existait bien avant le lancement du projet MGCS, charge à Nexter d’en proposer un plus innovant et plus performant, d’ailleurs je suis sur qu’il en ont un de prêt, de 140 MM si je ne m’amuse, tout va maintenant dépendre des spécifications du nouveau chars. Faut arrêter de faire passer les allemands pour des fourbes, nous le sommes tout autant qu’eux dés qu’il s’agit de nos intérêts.

  21. Math dit :

    20% de composants allemands = autorisation d’exportation automatique.
    Le scaf et le Mbt sont à 50/50. Cela signifie droit de veto automatique. N’avait-on pas besoin de les exporter?
    Bizarre cette victoire.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Sur le Scaf, il y a aussi les espagnols. Par ailleurs on va assembler des rafales en Inde. Dans le cas d’un contrat export sur le Scaf, on pourrait peut-être utiliser les offsets pour faire baisser la part des allemands sous les 20%.
      Concernant le char, on peut se souvenir que si le leclerc est un excellent char, la seule fois où on l’a vendu, on a failli couler nexter donc on ne pourra que difficilement faire pire…

    • Desty dit :

      C’est exactement ça. En dessous de 20% rien à dire, mais pour les programmes actuellement en chantier droit de veto.
      Il faut allez voir la part allemande dans certains missiles à haute valeur ajouté comme le meteor, si c’est moins de 20%, on aura pas fait une trop mauvaise affaire, mais sinon c’est une énième capitulation en rase campagne de nos politiciens lâches et veules qu’on essaie encore de nous présenter comme un brillant avancement.
      A quoi cela a-t-il servi de proclamer en grande pompe mettre en oeuvre des moyens de contournement du ITAR américain pour se placer immédiatement après sous la coupe du bon vouloir de Berlin ? C’est humiliant !
      Rappelons les conséquences funestes que peuvent avoir ce genre de coopération: aujourd’hui en bloquant par exemple les exportations de missile scalp (usa) ou metor (allemagne) dans un pays comme l’Inde sous un prétexte fallacieux (comme la situation au Cachemire ou je ne sais quoi), nos partenaires peuvent potentiellement faire capoter un contrat à 15 milliards d’euros pour la livraison de 150 avions de combat. La chose s’est vu chez nos malheureux amis anglais en Arabie. On coopère pour économiser un peu d’investissement, on prend moins de risques financiers à la conception de l’ouvrage, et à terme on peut potentiellement perdre plusieurs dizaines de fois la somme qu’on s’est éviter d’investir au départ sur le seul mauvais vouloir de nos partenaires.

  22. nexterience dit :

    50% ne compte pas: c’est une quantité de travail potentiellement de second choix.
    Ce qui compte, ce sont les briques technos. Et là, les allemands en auront 6 sur 9.
    Espérons que le SCAF sera une razzia française, malgré un cloud airbus…

  23. Belzebuth dit :

    Londres a la City comme paradis fiscal, mais ce sont bien les entreprises allemandes qui tirent les bénéfices de l’euro et de cette funeste construction européenne » faite contre les populations de ces mêmes pays.
    Les inconnus avaient raison, la bourse est à l’heure allemande (à la fin du sketch, le drapeau allemand flotte sur la bourse de Paris):
    https://youtu.be/inzc1Fh9st4

    Heureusement, il nous reste la boulangerie :
    https://youtu.be/lFxXEN9D-nk

  24. DrLarrey dit :

    @ Plusdepognon
    Donc pour résumer votre démonstration, votre ami travaille dans une grande banque (privée) allemande qui envisage de vendre des mutuelles en France…
    Terrifiant! Du pur impérialisme.
    Pour ma part, je suis ravi de cet accord qui va permettre d’ avancer.

    • Plusdepognon dit :

      @ Dr Larrey
      Pas de vendre simplement une mutuelle.
      Couplé au dossier médical partagé (c’esr bon pour vous, ne vous inquiétez pas), cela permet de faire le tri entre les clients et d’adapter les tarifs en fonction de l’etat de santé du client et des maladies de sa parentèle.

      En remplacement de la sécurité sociale, qui ne prendrait en charge que les cas désespérés. Pour le reste, c’est une mutuelle privée ou vous ne vous soignez pas, à l’anglo-saxonne.

      Si ça vous fait sourire, c’est que vous avez les moyens de vous payer 1 000 euros de mutuelle par mois. Car à terme, cela rend les plateformes numériques et ceux qui les possèdent incontournables non seulement dans le domaine de la santé, mais plus largement sur le marché du bien-être.
      https://www.lopinion.fr/edition/economie/sept-nouveautes-mutuelle-sante-30-119069

      Un vrai big brother tout souriant.
      https://youtu.be/VzeOnBRzDik

      • John dit :

        Mutuelle ou assurance?
        Mutuelle a un but non lucratif… Je doute que des privés investissent dans ce genre d’organisation…
        Et la différence en France entre mutuelle et assurance, c’est en effet le caractère non-social et donc la possibilité de passer par un questionnaire médical.
        Mais l’accès au dossier médical dépend de l’autorisation du client, et donc la responsabilité individuelle existe…
        Maintenant, vous-êtes vous intéressés à ce que la France fait à l’étranger? C’est bien de s’intéresser et de rester conscient de son monde. Mais ici on parle d’un privé qui cherche à accéder au marché des assurances…
        Savez-vous d’ailleurs que le marché des assurances est envahi de liquidités. Les taux d’intérêts bas réduisent les investissements rentables. Et donc l’assurance est l’un des marchés attaqué par des banques, des fonds d’investissement, …
        Et les assureurs français, les banques françaises jouent à ce jeu à l’étranger. Et ils jouent aussi à ça en France. Lorsqu’une assurance française fait la même chose (et elles le font) c’est moins grave?
        Tant que tout le monde respecte la loi, le choix est au client. Et si la loi a des failles, le problème vient de la loi.

        • Plusdepognon dit :

          @ John
          La santé en France va devenir un produit de consommation et nos hôpitaux publics ne vont pas tarder à être privatisés. C’est cela qui m’a choqué.
          Que ce soit prêt, avec une assurance personnalisée, faite évidemment pour assurer un profit à ceux qui la vende et ne pas assurer les pathologies graves à moins d’avoir des moyens financiers conséquents.

          Désolé, je n’ai pas l’habitude de jouer avec ce terme, car pour voir un médecin, je ne paye pas 600 $ la consultation comme aux USA.

          Je paye une mutuelle santé pour tout ce que la sécurité sociale. Vous pouvez dire assurance.
          Mais si 30% des français ont renoncé à voir un médecin l’année dernière alors qu’ils étaient malades, nous avons un système qui soigne sans demander la carte bleue avant.

          Cela ne va pas durer…

          • Plusdepognon dit :

            Je paye une mutuelle santé pour couvrir tout ce que la sécurité sociale ne rembourse pas.

          • John dit :

            Certes, mais à priori (c’est une opinion), le système de mutuelle va rester performant car il ne cherche pas à faire de bénéfices.
            Donc le risque pour ces investisseurs qui veulent faire des profits, c’est qu’ils vont se casser les dents avec une impossibilité de faire leur marge.
            Ou alors, le seul moyen de faire des marges sera de proposer des couvertures financièrement intéressantes pour les personnes en relativement bonne santé.
            Tant que la possibilité existe de s’assurer auprès de systèmes mutuels, je pense qu’il ne faut pas s’inquiéter.

            Je peux aussi vous parler du système suisse.
            Les assurances sont à 100% privées. C’est un sujet de débat constant. Toutefois, il y a des lois qui protègent les assurés. L’assurance de base est obligatoire, tout le monde doit en contracter, et les prestations minimales sont définies légalement. Et les prix sont aussi surveillés par des organes de contrôle. Il y a régulièrement des questions sur les prix. Mais le coût de la santé en Suisse suit la même tendance à l’augmentation que dans d’autres pays.
            Tout ça pour dire que la privatisation n’est pas l’ennemi, pour autant que la régulation soit très forte derrière! Et à ce niveau, je ne sais pas ce qu’il en est en France.

          • Plusdepognon dit :

            @ John
            En France, on paye de plus en plus pour être de moins en moins bien remboursé.
            Ceux qui bossent payent plus et le pays s’endette plus. Pour moins d’efficacité.
            https://www.letelegramme.fr/france/securite-sociale-des-promesses-qui-pesent-sur-le-budget-2020-21-08-2019-12364919.php

            https://www.lesechos.fr/economie-france/social/securite-sociale-le-gouvernement-renonce-aux-economies-sur-les-arrets-maladie-1129907

            Et ceux qui font la loi ne la respectent pas ou bénéficient d’une impunité judiciaire digne d’une république bananière. Et ça tire sur l’élastique…
            https://youtu.be/cghVETL_Q3Q

            https://youtu.be/8LSOsobZcF8

            Et ne me dites pas que nous votons en connaissance de cause, les poulains sont sélectionnés avant d’être sur le podium:
            https://youtu.be/yEtmZKE5jhw

            Il doit rester deux guillotines en état de marche.
            https://youtu.be/S4n1gmHrp6w

  25. werf dit :

    Ce qu’il faut savoir d’important c’est que cet « accord » devra être approuvé par le Bundestag et par la chambre constitutionnelle allemande car il limite les pouvoirs du parlement allemand… Faire peser une telle menace sur des programmes aussi importants montre que c’est un bricolage juridique qui ne résistera pas dans le temps aux raisons politiques…

  26. Plusdepognon dit :

    En Asie aussi, il y a un projet de char (de 30 à 40 tonnes):
    http://forcesoperations.com/un-successeur-pour-le-k2-black-panther-coreen/