CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Bell dévoile le 360 Invictus, un nouvel hélicoptère d’attaque et de reconnaissance pour l’US Army

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. Bill et John dit :

    On ressort le Comanche des cartons?

  2. Vlad dit :

    Faites un hélicoptère qui doit faire son rôle d’hélicoptère… commencez pas à rajouter des drones et des mettre aquariums dans le cockpit ou je ne sais quoi d’autre qui sera à un prix abordable…

  3. Raymond75 dit :

    Très bien : grâce à ce nouvel hélicoptère, les US vont pouvoir gagner la guerre en Afghanistan, et reprendre pied en Somalie.

    • Plusdepognon dit :

      @ Raymond 75
      Ça c’est de la provocation ! 🙂

      Les dirigeants US et surtout leurs sponsors financiers sont loin d’être bêtes. Ils se servent de l’armée comme un moyen de pression pour permettre à leurs multinationales de s’imposer. Et ce n’est pas moi qui le dit, mais monsieur Alain Juillet :
      https://youtu.be/uy0O3cpybQM

  4. Fralipolipi dit :

    Le brevet « Airbus » (Aerospatiale) de l’anti-couple de type « Fénestron » (vu la 1ère fois sur Gazelle) étant vraisemblablement tombé dans le domaine public, il est joyeusement repris ici par Bell.
    Mais au delà de ça, il me semble que l’inclinaison de ce Fénestron rappelle beaucoup celle du tout nouveau H160M … inclinaison diagonale qui devrait pourtant être protégée par quelques brevets Airbus bcp plus récents ? (je me trompe ?).
    .
    Par ailleurs, on notera l’habillage aérodynamique du rotor principal qui ressemble trait pour trait à celui de l’Airbus X3 tel qu’il en était équipé lors de sa tournée de présentation aux US …
    .
    C’est à se demander si Airbus ne devrait pas présenter là une version allégée du H160M … même s’il est certain qu’un hélico européen (et a fortiori venant d’Airbus) n’a aucune chance de remporter ce marché US.

    • Fred dit :

      @ Fralipolipi
      Il y a belle lurette que le CH-53 par exemple, possède un rotor anti-couple classique mais incliné donc très antérieur au H160. Pas évident d’ailleurs que le concept soit brevetable …

    • ScopeWizard dit :

      @Fralipolipi

      N’ oublions pas que grâce à l’ ami Tom Enders , l’ ami de naissance Soviétique , Paul Éremenko de la DARPA , est resté quelque temps chez AIRBUS ……………..

      À l’ époque , je me rappelle avoir fait des bonds de 3 mètres un peu partout mais vu que tout allait si bien messieurs les Marquis ……………

      Or , apparemment , il y a eu du « transfert » dans l’ air …………. 😉

  5. Lucide dit :

    En tout cas il a de la gueule : https://www.military.com/daily-news/2019/10/02/bell-unveils-new-360-invictus-attack-helicopter-armys-future-wars.html

    Je pensais que 30 millions c’était chère mais en fin de compte ça reste même plutôt dans la moyenne. A voir si le coût du prix unitaire ne va pas s’envoler avec x retards et complications.

    • John dit :

      L’avantage de Bell est de reprendre une approche qui a déjà porté ses fruits:
      – développement du AH-1 Cobra basé sur le UH-1 Huey
      – Invictus basé sur le Bell 525.
      Les technologies existantes devraient simplifier la conception, et surtout réduire considérablement les risques de dépassement de budget et les retards.
      Ajouter une aile est une solution relativement simple à la fois pour augmenter le rayon d’action, augmenter la maniabilité à grande vitesse, installer l’armement.
      Boeing / Sikorsky ont choisi une autre approche avec une hélice de propulsion à l’arrière, et pas de rotor de queue grâce aux hélices contrarotatives. Le problème de Boeing c’est que leur solution signifie d’augmenter la quantité de pièces mécaniques, forcément plus sujettes à problèmes / pannes. D’autant plus quand cette combinaison technique est une première.
      Ici Bell ajoute simplement une aile pour répondre à ces mêmes problématiques. Une aile est un réservoir de carburant très pratique, et c’est un élément non mécanique dont la conception n’est pas si compliquée surtout au vu de l’envergure…

      Bref, Bell a choisi l’option économique mais pas moins qualitative pour autant. Donc si il y a un participant à cette compétition qui pourrait même voir son coût unitaire en dessous de la barre fixée par l’US army, je pense que c’est l’Invictus

  6. Titeuf dit :

    L’invictus…. Le programme qui sent bon !!!
    Bon après, techno maîtriser, coût faible…
    Hum.. Çà sent pas bon finalement…

  7. rafi77 dit :

    Espérons qu’ils ne répèteront pas les mêmes erreurs qu’il y a une vingtaine d’années avec la conception du « Comanche », hélicoptère léger de reconnaissance armé qui était beaucoup trop sophistiqué et donc extrêmement couteux….. Des millions de foutus en l’air, même si certains développements ont pu servir aux diverses évolutions de l’Apache notamment.

    • Fred dit :

      @ rafi77
      Les commandes militaires, y compris inabouties, permettent de pratiquer un dumping (dans le sens « vente à perte ») inattaquable par l’OMC …

      • John dit :

        Malheureusement, car les US utilisent les forces armées pour offrir des subsides à Boeing pour les avions et à tous les hélicoptéristes.
        Et pareil pour la NASA qui fait appel à Boeing pour des projets de R&D , et ensuite, Boeing utilise ces technologies sur ses appareils. Bref, clairement des subsides.

    • NRJ dit :

      @rafi77
      « Des millions foutus en l’air ». Euh non le Comanche c’est 14 milliards de dollars dépensés en pure perte (ou presque. Certains éléments ont été repris pour les versions de l’Apache).

  8. F_lanker dit :

    Je lui trouve un petit faux-air de RAH-66 Comanche…

  9. Gandalf dit :

    Il a de la gueule cet heli .
    Mais c’est un peu cher pour remplacer des Kiowa, et c’est pas vraiment dans la categories des Apache. Le cul entre 2 chaises. Pour de la reco en terrain hostile les drones basiques me paraissent une solution avec plus d’avenir car plus petits et discrets, moins chers et pas d’equipage en peril. L’endurance me parais plus important que la vitesse pour la reco

    • Montaudran dit :

      A tort ou a raison l’état majors de l’armée de terre estime que la survavibilité passe par la vitesse. Ils estime que le Kiowa n’est plus apte à survivre sur un champs de bataille fortement contesté.
      les armées US recommence à penser conflits violents et ennemis de haut vol.

  10. Patatra dit :

    Il ressemble de prêt au RAH Comanche c’est oiseau là.
    Armement en soute, forme adaptée pour une certaine certaine furtivité, rotor de queue caréné légèrement incliné, tuyères prolongées dans la queue, etc…

  11. batgames dit :

    ah ,ils ont morflé aussi les amerloques hein .en 2004 …… https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing-Sikorsky_RAH-66_Comanche

    Comanche abandonné …..mais Comanche de retour dans une nouvelle robe

    • Plusdepognon dit :

      @ batgames
      C’est vraiment hors de prix comme jouet. Comme toutes les dernières nouveautés américaines.

      Le « privilège du dollar » permet aux USA bien des fantaisies, mais leur complexe militaro-industriel les a pompé jusqu’à bientôt détruire le pays, voire la finance mondiale.
      Et en général, faillite financière mondiale = guerre. Il y a des gens qui ont pensé dans les buildings…

  12. Gégétto dit :

    Il semblerait que la furtivité soit mise en avant sur cette machine.
    missiles dans des soutes latérales et lorsque la furtivité n est plus nécessaire ,missiles divers dans moignons d ailes.

  13. Titi74 dit :

    Commanche versus 2.0, merci Boeing et l’Europe.
    Il faut reconnaitre qu’ils sont sympas les blacks projects payés par les européens! Dommage que l’on ne puisse pas en profiter en Europe … 😉

  14. Dgut dit :

    Un rayon d’action de 135Nm pour un hélicoptère d’attaque! Cela semble vraiment peu et demanderait une base avancée près de l’ennemi.