CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

« Fulgurance et actions dans la profondeur » sont au menu de l’exercice annuel de l’Aviation légère de l’armée de Terre

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Bob dit :

    Sur la photo, nous voyons un environnement urbain qui ne semble pas correspondre à un entraînement de projection dans la profondeur. Mais un entraînement plus qu’utile de conception soviétique.

  2. Plusdepognon dit :

    L’armée professionnelle n’est même plus capable de faire les exercices sur ses propres sites, sans une énorme préparation en matériel et en personnel. Sans parler du budget.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/info/1400-militaires-pour-un-exercice-aerien-75740246.html

    http://rpdefense.over-blog.com/article-un-bilan-prometteur-pour-l-exercice-airex-bapex-volcanex-111862330.html

    https://www.bruxelles2.eu/2012/10/26/airex-bapex-et-volcanex/

    Mais continuons…

    • dompal dit :

      @ Plusdepognon,

      Je n’ai pas lu vos liens mais réagit à vos propos.

      Si on part faire une séance de tir sur le pas de tir du coin, effectivement cela ne demande aucune préparation……mais si on fait un exercice inter-armes et inter-armées cela en demande un peu plus.

      Pour rappel, on est parti dans le Golfe en septembre 90′ après un top départ 48h auparavant !
      Vous trouvez cela trop long pour projeter plusieurs centaines de pax et de vhl !?!??

      Vous ne devez pas vivre sur terre ou alors n’avez aucune expérience des opex !!!??? 🙁

    • Plusdepognon dit :

      @ dompal
      Si je mets des liens, c’est pour étayer…
      Selon mon phrasé, l’armée française d’appelés en 1991 a engendré la décision de passer à une armée professionnelle.
      Pourtant celle-ci est incapable de faire ce qui était fait en manœuvre à l’époque, car il n’y a plus d’effectifs et c’est bien souvent le matériel présent dans ces années qui sert encore (panne, vieillissement, vétusté).
      Donc en fait, je ne vois pas l’objet de votre ire.

      L’important c’est pas de partir, mais dans quoi on arrive !
      Monter des structures, établir des liaisons, respecter les lois notamment en termes de convois et de rejet des déchets (eh oui…) font qu’une préparation longue en amont est nécessaire pour ces beaux exercices. Parfois un an de préparation, souvent le montage du camp est fait… pour que l’essentiel se passe.

      Quand à mon expérience, sans être plus vieux que mon grand-père, j’ai participé et assisté à beaucoup de « réussites ».
      Sangaris a été à cet égard un révélateur catastrophique. Ceux qui ont participé à cette improvisation auront toujours ma gratitude.

  3. Fralipolipi dit :

    Pour simuler du combat en zones arides (Moyen-Orient ou Afrique sub-saharienne), et allant de pair avec l’implication des Espagnols, on pourrait peut-être profiter aussi de la large zone d’entrainements dans le désert des Bardenas Reales, juste de l’autre côté des Pyrénées, entre Pampelune et Saragosse.
    D’ailleurs, il me semble que les Tigre HAD espagnols ne sont pas basés bien loin de là (et le 5ème RHC guère plus loin).

  4. PK dit :

    Rappel : la dernière grosse manœuvre russe a rassemblé… 100 000 hommes (bon, ils ne comptent pas comme nous, mais ça faisait du monde quand même).

    On peine en raclant à rassembler 1500 hommes provenant de 50 unités différentes… soit 60 bonshommes par unité.

    C’est là qu’on pense qu’il y a comme un os… S’entraîner à la haute intensité avec une faiblesse de ce genre montre qu’on a bien compris où on allait : droit dans le mur.

    Merci Macron 1er (et les prédécesseurs).

    • SCAtastrophe dit :

      @ PK
      Les « camps regimentaires », hors les mises en conditions opérationnelles des unités qui vont partir, ont du mal à atteindre les 100 bonhommes depuis des années. Depuis 2015, c’est encore plus dramatique.
      D’où l’importance de faire remonter en puissance les manoeuvres, car les personnels ayant l’expérience se barrent.
      Et ceux qui les remplacent ne font qu’un contrat de 5 ans pour 60% d’entre eux, après plusieurs « Sentinelle ».

    • Polymères dit :

      Vous avez raison, les russes ne comptent pas comme nous et leurs exercices regroupent des régions complètes, ou tous les personnels présents sont « impactés », donc comptés. Mais dans la pratique, il n’y a pas 100 000 hommes qui se déplacent et font clairement l’exercice, des participants inactifs qu’on rassemble dans les bases pour faire actes de présences et ou l’essentiel des déplacements sont fictifs, ou les chefs de chaque unité simule une mobilisation et un mouvement.
      Dans les faits, sur le terrain, là ou il y a les caméras, il n’y a que quelques unités qui sont actives et font des démonstrations, font des mouvements selon quelques scénarios, vous pouvez regarder autant que vous voulez, vous ne trouverez pas de vidéos d’exercices massifs, globalement il y a 10 000 hommes et leurs matériels qui vont sur une zone, quelques aéronefs qui viennent faire une démonstration programmée, avec les chinois à côté (pas nombreux non plus dans les faits par rapport à ce qu’ils ont).
      Attention donc à ne pas succomber à l’effet de masse de l’armée russe, cela fait partie de sa propagande de dissuasion, s’il faut rajouter 50 000 hommes fictifs à un exercice pour impressionner l’occident, ils le feront, personnes pour contrôler, personnes qui critiquera un mensonge et une manipulation de l’état.

      Chez nous, au moins, les chiffres sont corrects. Cet exercice là est un exercice pour l’Alat et non pour la masse humaine au sol afin d’impressionner les russes.
      L’armée de terre russe c’est 350 000 hommes, une armée de conscrits qui n’est pas parvenu à tenir sa « masse » en essayant il y a quelques années un début de professionnalisation. On parle d’une masse de réservistes pour ce pays, mais ce ne sont pas des réservistes opérationnels de premier niveau comme chez nous, ce sont les anciens conscrits qui ont l’obligation de figurer sur la liste pendant x temps. Donc ne faîtes pas un parallèle entre leurs 100 000 hommes et nos 1500 en laissant entendre que l’armée russe aurait un rapport de 1 à 100 par rapport à nous, je le redis, nous ne faisons pas des exercices militaires massif juste pour envoyer un message dissuasif, nous le faisons pour former les personnels et non pour offrir des images et des chiffres à la propagande.
      Chez eux comme chez nous, s’il doit y avoir une guerre massive, la conscription amènera la masse, arrêtez de croire qu’on doit avoir une armée hyper nombreuse en temps de paix pour pouvoir faire une guerre nécessitant de grosses ressources

      • PK dit :

        « Chez eux comme chez nous, s’il doit y avoir une guerre massive, la conscription amènera la masse, arrêtez de croire qu’on doit avoir une armée hyper nombreuse en temps de paix pour pouvoir faire une guerre nécessitant de grosses ressources »

        Vous êtes toujours imbu de votre prétendue vérité absolue. Ce n’est pas moi qui dit que nous sommes dramatiquement en sous-effectif, mais le CEMA en personne (celui qui vous donne des ordres justement. Vous en êtes encore à la décennie précédente : va falloir vous adapter plus rapidement).

        La conscription ne donnera rien du tout. Premièrement, la conscription n’existe plus. Donc on va devoir former des gens DEPUIS ZÉRO.

        Ça veut dire : 4 mois minimum pour un bidasse lambda, sans qualification excessive (un fantassin de base). Faut ajouter 4 à 6 mois pour en faire un petit spécialiste.

        Ça veut dire un an pour un sous-officier (on est en déficit chronique).

        Ça veut dire un an minimum pour un officier subalterne (idem)

        Et des années pour des officiers supérieurs ou généraux (mais ça on a, donc pas de souci).

        Bref, après mobilisation générale, on va mettre entre 6 mois et un an à avoir un peu de monde…

        L’Allemagne a mis la France à genoux en cinq semaines…

        On vous remercie d’avoir joué.

        • Plusdepognon dit :

          @ PK
          Pour faire un trinôme efficace en infanterie, il faut 4 ans.
          60% des EVAT s’en vont au bout de 5 ans. Je vous laisse imaginer la perte de savoir-faire qui est en cours.

        • Polymères dit :

          Ce n’est pas « ma » vérité, c’est une vérité que vous ne voulez pas accepter.
          La conscription a été suspendue et elle peut être remise en place, je cite:
          « << Art. L. 112-2. – L'appel sous les drapeaux est suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978 et ceux qui sont rattachés aux mêmes classes de recensement.
          << Il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l'exigent ou que les objectifs assignés aux armées le nécessitent."
          Donc la conscription "existe" toujours. Le recensement qu'effectue chaque jeune sert de liste.
          La conscription est je le rappel, le devoir des citoyens à servir un temps dans l'armée et ils ont toujours commencés depuis zéro, c'est pareil chez les conscrits russes ou autres. Vous semblez confondre avec une mobilisation générale qui fait appel à tous les anciens ayant réalisés leur réalisé leur service.
          Alors certes, on peut dire qu'avant, les gars étaient déjà passés par l'armée, mais si vous me prêtez de vivre 10 ans en arrière, vous vous semblez vivre 100 ans avant à imaginer que le monde n'a pas changer avec l'arme atomique et que nous sommes dans le même péril d'invasion rapide dans laquelle nous n'aurions pas le temps de faire face.
          Réveil, ce temps là n'existe plus, l'arme nucléaire sanctuarise notre territoire et aucun ennemi ne sera stupide pour envahir un pays avec cette arme, que ce soit nous, les USA, la Russie, la Chine, arrêtons de faire comme si tout cela n'existait pas et à prendre mai 40 comme un risque crédible.

          Nous faisons les guerres que nous choisissons de faire, on peut gagner ou perdre, mais la France ne sera pas envahit, notre effort de guerre, de mobilisation d'hommes ne sera pas perturbé. La France n'est pas non plus une île entouré d'ennemis, nous sommes entourés d'alliés et nous avons de nombreux alliés qui sont puissants, ça peut vous énerver, mais les alliances sont des forces, depuis toujours, nous n'avons pas des alliés par faiblesse comme certains qui ont le complexe d'infériorité face aux américains aiment à le penser.
          Ce monde là, il faut bien le comprendre et plutôt que de critiquer ma vérité que vous sous-entendez fausse, cessez plutôt de créer un monde qui n'existe pas, avec des menaces, des risques qui n'existent pas avec des exemples du passé qui ne sont plus reproductibles dans la réalité nucléaire d'aujourd'hui.

          Sachez également que la durée de formation en temps de guerre n'est pas celui du temps de paix, que tout peut se réduire, idem pour les matériels qui sont indispos dans un rythme de paix seront poussés à la disponibilité en temps de guerre, en négligeant des visites, certaines réparations et autres, le besoin militaire passera avant le besoin sécuritaire, on prendra des risques, on négligera des opérations, comme partout dans le monde en de telles circonstances. De plus, est-ce le manque d'hommes qui a fait notre défaite contre les allemands? Non, la tactique et l'impréparation à un nouveau style de guerre.

          Comprenez également qu'avant d'entamer la conscription, il y a la réserve opérationnelle de niveau 1 soit 30 000 hommes qui sont engagés puis la réserve de niveau 2 d'environ 100 000 hommes qui sera appelée derrière
          Cette masse humaine qui a de l'expérience et qui regroupe du militaire du rang à l'officier (pas que des généraux, d'ailleurs faut-il répéter que les généraux de deuxième section sont des retraités non actif dans les armées ou alors vous avez encore à l'idée que nous avons des milliers de généraux? Les vieux clichés ont la vie dure, mais quand la méconnaissance rencontre l'ignorance, ça ne donne pas grand chose) s'avère être d'un appui fondamentale en cas de retour à une conscription importante, pour la formation ou autres.

          Alors votre défaitisme de l'impossible et de l'invasion allemande imminente qui va nous surprendre gardez la pour vous, car vous vivez dans un autre siècle. Si demain l'état décide de rétablir la conscription, ben il peut le faire, qu'il y ait des problèmes ce sera certain et alors? S'il faut faire un forcing industriel ou créer des réquisitions pour tout équiper, il peut le faire, faut le savoir, sortez vous de la tête qu'on fait et qu'on fera dans le rythme et les moyens qu'on a actuellement. Mais bon, encore une fois, nous ne sommes plus en 40

      • NRJ dit :

        @Polymères
        Après ne surestimez pas la capacité de nos réservistes opérationnels. Le sport a été arrêté pendant les formations initiales car bien sur on ne doit pas montrer une mauvaise image de l’armée. Le Parcours Opérationnel n’est même pas fait intégralement car l’armée ne veut pas payer pour d’éventuels blessures. Et l’entrainement militaire se résume à quelques week-end de tir où les réservistes valident des séances basiques de tir et des « manoeuvres » d’infanterie.

      • Blurb dit :

        … Et sur quel socle s’etablirait chez nous la conscription qui amène la masse? Quels équipements , quels sites?

    • Plusdepognon dit :

      @ PK
      Les politiciens ne pensent tout simplement pas que la guerre est possible, puisque le territoire est sanctuarisé par la dissuasion nucléaire. D’où la taille des armées françaises :
      https://www.francetvinfo.fr/france/14-juillet/video-14-juillet-budget-feminisation-drones-l-armee-francaise-en-sept-chiffres_3517341.html

      Tout comme le but d’une administration publique est de pondre des rapports, celle des armées françaises est à présent de faire les VRP des industriels de l’armement :
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/06/17/le-label-utilise-par-les-armees-francaises-decerne-pour-la-p-20306.html

      Un peu comme les labels rouges et autres appellations d’origine contrôlée.
      Ce qui est une erreur fantastique vu les problèmes de notre société. Mais nous ne vivons pas dans le même monde que nos chers guides clairvoyants à la pensée complexe…

  5. Twisted dit :

    N’y aurait-il pas un intérêt à regrouper chaque type d’appareil dans un seul régiment d’hélicoptères de combats?

  6. Carin dit :

    Nos armées sont constituées de diverses « spécialités », permettre à un état major interarmes d’exploiter telle ou telle unité (selon sa spécialité) ou combiner diverses de ces spécialités pour arriver au but fixé sans utiliser une armée pléthorique, (voir les GTIA dans l’Adrar des Iffogas) peu nombreux, mais redoutables d’efficacité… fait que nos armées sont toutes les 3 sur le dessus du panier des meilleures armées du monde. Quand à faire profiter des armées européennes qui par leur implication sont appelées à travailler avec nous (et vice versa) sur divers théâtres d’operation, cela ne peut qu’être positif.

    • Polymères dit :

      Une grande armée n’est pas forcément la plus nombreuse.
      Mieux vaut avoir à ses côtés 1 bon militaire que 2 mauvais.
      L’armée française dispose d’une expérience certaine qui fait sa force, des personnels compétents (même s’il y a tout de même des mauvais) ce n’est qu’en ayant observé d’autres armées dans le monde que l’on comprend cette différence, qu’on comprend pourquoi 1000 français peuvent avoir un effet supérieur à 5000 indiens, africains ou autres.
      Beaucoup restent fixés aux effectifs ou regardent souvent les matériels pour juger de la puissance d’une armée, mais si ça peut aider à faire la force d’une armée, ça ne fait pas tout, voyons les saoudiens au Yémen par exemple.
      C’est pour cela qu’il est important de garder, maintenir, entretenir et transmettre nos compétences, notre expérience. Une Opex ne doit pas être vu comme un fardeau financier empêchant notre armée d’avoir un peu plus d’argent pour de l’équipement, ça entretient les hommes et leurs expériences, cela on ne peut pas l’acheter et ce n’est pas à Suippes ou Mailly qu’on obtiendra la même efficacité.

      • Blurb dit :

        Sans dire que le nombre ou l’eqpt fait tout cela compte … l’histoire est pleine de batailles ou l’effet de concentration ou de masse à été aussi déterminant que la capacité de manoeuvre. Sans se méprendre sur les qualités de l’armée française, l’aspect quantitatif peut être préoccupant pour certaines troupes telles que celles d’infanterie, qui notamment en combat urbain sont celles qui tiennent le terrain… même les drones et le système Félin ne peuvent faire de miracles ….

  7. MAS 36 dit :

    Pour la puissance avec l’Alat nous repasserons. Hélas. Sur 40 hélicos combien de français ?

  8. Belzébuth dit :

    Ils ont prévu dans le scénario que suite à l’intervention de journalistes, d’avocats et de civils éplorés, ils doivent rapatrier les prisonniers et leurs gentilles familles, qui les auraient zigouillés devant caméra avant de le partager sur internet ?
    Parce que c’est ce qui va se passer dans le futur proche:
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/femmes-et-enfants-retenus-en-syrie-des-familles-portent-plainte-contre-le-drian-20190916

  9. Chalopard dit :

    J’espère que si l’adversaire voulait faire pareil, cet-à-dire une opération en profondeur, on rétamerais ses hélicos en moins de deux avec la dotation en manpad adéquat…
    Je veux dire par là que je suis toujours étonné de la capacité que l’on confère aux hélicos dans une guerre de haute intensité, et surtout dans la profondeur?!! Car qui dit guerre de haute intensité dit A2-AD, ce qui signifie que pour utiliser des hélicos dans un tel environnement de déni d’accès, il faut avoir perdu les pédales! Je ne parle même pas des 1500 hommes, car à la rigueur on envoie les hélicos après un matraquage aérien de l’adversaire, mais si c’est juste pour y envoyer l’équivalent d’un régiment rikiki, cela devient grotesque.

    Soit on se donne les moyens de gagner véritablement (Surement l’habitude du manque de résultats ces dernières décennies.), soit vaut mieux déjà préparer les papiers à signer pour une armistice. La guerre ce n’est pas un télé-crochet on l’on se fait buzzer à Limoges quand on fait une connerie, la guerre c’est aussi quand l’ennemi vient s’installer dans votre maison familial, et qu’il s’assoit dans votre canapé entre votre grand-mère et Médor! On dirait en lisant l’article que c’est un jeu avec des cases limités, et que les règles sont imposés par nos capacités par défaut, et non nos capacités optimisés?!

    On pourrait aussi envoyé un commmmando en hélico kidnapper directement Poutin pendant qu’on y est, ça irait plus vite, même si les marchants d’armes seraient déçus…

    Je comprends parfaitement qu’on envoie les équipes anti-char au devant des régiments blindés ennemis, mais dire que c’est dans la profondeur c’est mal formulé. Il faut au contraire que ces équipes anti-char lourdes soit déjà pré-positionnés plutôt que de prétendre les envoyer au contact, alors que cela sera surement d’avantage un aller pour le massacres dans la profondeur.

    On pourrait aussi prendre l’exemple de nos pilotes pris par les serbes, et où le resco n’ont pu faire de miracles par un déni d’accès qui ne manquera pas si l’on parle bien ici de guerre de haute intensité, sachant que les serbes n’étaient pas non plus une armée extrêmement puissante.

    • MAS 36 dit :

      J’ajouterai pour compléter la prise en compte du ZSU-23-4 SHILKA de 4 canons 23mm , et du TANGUSKA 2 canons jumelés 30mm et missiles . Là ça fait vraiment peur pour les passagers des hélicos.

  10. Gege dit :

    Cela est avant tout une manœuvre d’état-major. Essayer, concevoir, imaginer et valider des concepts, un langage, des procédures, des savoirs faire… Le matériel et personnel sont présents afin d’imposer aux preneurs de décisions leurs temps de déploiement, de déplacements, leur vitesse d’action, de reconditionnement. Pour cela, il suffit juste d’engager dans la manœuvre l’effectif proportionné.

  11. Plusdepognon dit :

    Pour ceux qui croient encore que l’Europe a des armées, regardez les chiffres de cet article :
    https://defencebelgium.com/2019/09/17/les-commandos-introduisent-une-nouvelle-technique-de-combat-lors-dun-exercice-a-la-courtine/

    Et imaginez que le théâtre des actions militaires sera celui-ci :
    https://www.ieif.fr/revue_de_presse/les-megalopoles-sont-elles-lavenir-de-lafrique

    Sachant que nos ennemis aussi s’adaptent à nos manières d’agir :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/08/savoir-ou-sarrete-ce-qui-suffit.html

    Donc tout dépend vraiment du type de combat que nous voulons être capables de mener…

  12. Plusdepognon dit :

    D’ailleurs à propos des belges, petite prise en main découlant du contrat CAMO:
    https://www.bruxelles2.eu/2019/09/17/le-premier-exercice-camo/