CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Babcock et Thales ont été retenus par Londres pour livrer cinq frégates de type 31e à la Royal Navy

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. scud dit :

    « Affichant un déplacement de 2.000 tonnes » Il est indiqué 5700 tonnes dans la brochure.

  2. Aymard de Ledonner dit :

    Quelqu’un sait pourquoi avec 120 mètres de long la Arrowhead 140 n’a qu’un faible déplacement de 2000 tonnes alors que la FTI/FDI de longueur similaire jauge plus du double avec 4200 tonnes?

  3. PK dit :

    Bientôt, on appellera frégate un navire de 500 tonnes avec une tourelle en 7.62 en frontal avant armé par 30 marins… Courage, on y est presque !

  4. Plusdepognon dit :

    Je n’ai jamais compris l’histoire de la baisse du nombre de FREMM et le financement d’une étude/développement des FTI, autrement que par un soutien déguisé pour soutenir l’activité de certains bureaux d’industries en difficulté :
    https://www.meretmarine.com/fr/content/fremm-chronique-dun-incroyable-gachis

    https://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/limmense-gachis-des-fregates-francaises

    Si le Royaume-Uni veut faire la même erreur, c’est certainement pour les mêmes raisons.

    • Euclide dit :

      J’ai cru lite aussi qu’entre les premières FREMM et les dernières il n’y a pas le meme équipement standard .

    • rafi77 dit :

      vous avez parfaitement compris l’histoire de la réduction de commande de FREMM……Notre cher sinistre de l’époque, Le drian pour ne pas le nommer, a fait passer les désirs de l’industriel avant ceux de la Marine. Lobbying…..Lobbying…….Et oui pathétique

      • Alpha dit :

        Les étalements des commandes de FREMM puis la diminution de la cible ont été actés en 2008 et 2009…
        Et à l’époque, le MinDef était … Hervé MORIN… Pas LE DRIAN !
        https://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/limmense-gachis-des-fregates-francaises

        • rafi77 dit :

          Faux …..en partie. Le passage de 17 à 11 frégates a été l’oeuvre du duo Sarko / Morin, tout le monde le sait et tout le monde s’en doutait à l’époque, lors du lancement du programme en 2005 CHirac et Alliot Marie avait vendu du rêve….un rêve irréalisabe…..La suppression des frégates 9, 10 et 11 est l’oeuvre du duo Hollande / Le Drian en 2015 pour pouvoir lancer le programme FDI plus tôt…..Donc je maintiens.

      • NRJ dit :

        @rafi77
        A l’époque Naval Group ne se portait pas aussi bien qu’aujourd’hui. Ils faisaient des licenciements et fermaient des chantiers. Ce contrat leur offrait la possibilité de conserver leurs compétences, une certaine charge de travail, et pourquoi pas des ventes à l’export (le fait que les anglais fassent de même indique que ce choix n’est pas forcément logique.

        Pour faire une marine on a autant besoin de marins que d’ingénieurs et de techniciens. En outre, Naval Group est une boite dont le principal actionnaire est l’État francais.

    • Math dit :

      Il semble que les fti aient été vendues. 1+1= 4. Cdt…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Les FREMM sont trop grosses et donc trop chères pour être exportées. L’Egypte et le Maroc en ont acheté une chacun, essentiellement pour des raison de prestige, pour en faire leur navire amiral.
      Les FDI, malgré leur format plus petit, disposent d’un équipement équivalent aux FREMM, sauf en ce qui concerne le SCALP naval. Donc dire que les intérêts de la marine n’ont pas été pris en compte est erroné. Et la construction n’a pas encore commencé que l’on parle déjà d’une vente de deux exemplaires à la Grèce…
      Il faut bien avoir à l’esprit que l’export est vital pour notre armée. Un matériel exporté veut dire un matériel dont la RD est amortie sur plus de matériels. Donc le matériel revient moins cher pour nos forces ce qui dégage des moyens.
      Le programme FREMM est une caricature : des navires certes superbes mais très peu exportés et chers donc le nombre de navires est réduit à la baisse sans que le coût global ne diminue (on a simplement étalé la facture).
      C’est bien joli de vouloir tout tout de suite, mais si c’est pour se retrouver à poil après…
      La marine veut le meilleur matos le plus vite possible.
      La DGA doit fournir le meilleur matos aujourd’hui mais aussi demain, et ce au meilleur prix. Donc oui l’export est un paramètre à prendre en considération.

  5. Twisted dit :

    Il faut espérer que la Type 31e sera le navire moyen qu’il promet d’être et ne fera pas d’ombre à la FTI/FDI à l’exportation, après que la Type 26 a coiffé au poteau la Fremm malgré des capacités équivalentes voire inférieures.
    Normalement avec le diptyque Gowind/FDI Naval Group se réserve quelques succès…

  6. Czar dit :

    Tiens, HS une colle pour les cracks en khakilogie et autre sigillographie militaire : quelle est exactement la signification de l’étoile présente sur le brevet para, l’insigne des GCM, celui du GIGN, etc. ?

  7. Eric dit :

    Je ne suis pas certain du tout que le calcul soit si bon financièrement. Les américains eux construisent des coques spacieuses en très grande série : 82 (!) pour les destroyers de 9000 tonnes de la classe Arleigh Burke, 27 pour les croiseurs de la classeTiconderoga. Ce qui leur permet d’économiser au maximum sur les coûts de développement et de bénéficier de l’effet de série. D’autre part, avec un déplacement pareil, les navires sont plus faciles à moderniser, et on peut mieux y intégrer de l’armement supplémentaire.
    C’est entre autres l’avantage de la classe Aquitaine et ses 6000 tonnes par rapport aux FDI de 4000 tonnes…

  8. ULYSSE dit :

    Rien à voir avec les FTI .
    Un tonnage similaire certes mais une divergence de prix remarquable: environ 800 M euros pour une FTI et 280 Millions d’Euros pour une F31 , soit le prix approximatif d’un GOWIND 2500 !!!
    Les Brits ont privilégié le nombre de coques en faisant fait le choix d’une frégate utilisant des technologies sur étagère.
    Les français ont fait le choix d’un frégate haute technologie répondant au cahier des charges de DCNS……dans la perspective d’hypothétiques exportations.

    • Aymard de Ledonner dit :

      DCNS ne fait pas de cahier des charges. C’est la DGA qui établi le cahier des charges à partir des besoins des forces.
      Le complot militaro-industriel, ça va bien 5 minutes. En France même s’il y a bien sur du lobbying, c’est l’Etat, pour le meilleur comme pour le pire, qui impose sa volonté. Par exemple DCNS a du remballer son concept Brave car l’Etat a acheté le design italien du Vulcano…

    • TINA2009 dit :

      Bsr ULYSSE !

      Vous avez bien résumé la situation , avec les 2 décisions prises façe à une situation marquante dans ces 2 marines .
      S’y ajoute le pointement de celui qui décide dans les 2 pays : La MARINE respective ou bien le Groupe d’insdustriels et leurs Sbires aux « Places stratégiques ».

      PS : Pour ma part , je trouve cette Frégate F31 particulièrement intéressante … Une frégate au Long Court … Dans sa form autant que certains de ces équipements, elle me rappelle les F125 allemandes … Leurs petites soeurs , en quelque sorte… Soit exactement le type de navire qu’il nous manque pour escorter nos BPC ( PHM , pour les « premiers de la Classe ») et nos 5 futurs et espérés TCDSM( Transport de Chalands de Débarquement et de Soutien Mobile).

    • WaterBoy dit :

      On va rester souple sur le prix avant d’en tirer des conclusions.
      Car le coût réel ne se calcule qu’à la fin du programme. Et des dérapages sont possibles. Ou bien le coût initial peut ne pas avoir été sincère, etc etc.