CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le Service de santé des Armées lance un « appel urgent » aux donneurs de sang

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. cedivan dit :

    Aberrant que les armées n’aient pas droit à des dons de « civils ». En ces temps de chasse tous azimuts aux discriminations, en voilà une belle. Les soldats bossent pour tout le monde !

  2. Faublas dit :

    J’ai toujours été volontaire, mais ayant la mauvaise idée de voyager entre Afrique et France, je me suis toujours vu refuser le droit (et le devoir associé) de donner mon sang vu que je reste moins de 6 mois en métropole.
    Qu’on lève cette règle, et je serai le premier à me porter volontaire au vampire.

  3. Frank dit :

    @cedivan C’est un distinguo administratif dont la France a le secret.
    Chacun sa boutique, et ses mesquineries, le SSA n’y échappe pas.
    Mais n’ayez crainte, dans les faits, il y a des protocoles, et des passerelles, une pénurie dans ce domaine, en temps de paix, est inimaginable.
    Cest un problème global et saisonnier, le don de sang, mais qui est résolu dès qu’un besoin est révélé médiatiquement.
    Ce dont on doit se réjouir.
    Après, si seul le sang d’un militaire peut être transmis par perfusion administrative à un autre militaire, je vous laisse juger de l’idiotie de la situation.
    Mais comme depuis 1789, et la Nation en armes, et comme dans tout militaire se cache un civil, et réciproquement, je l’espère, le « sang versé » est rapidement remplacé.

  4. dompal dit :

    Quand j’étais bidasse, tous les ans un camion de l’EFS venait au régiment mais comme nous étions une « population à risques » (séjour OM, partenaires sexuels multiples, etc…) il n’est plus venu.
    C’est un peu le serpent qui se mord la queue, non !???
    Qu’en est-il du CTSA ? Applique-t-il les mêmes conditions de prélèvement ?

    • Robert dit :

      Dompal,
      Ou est le problème ?
      Durant les premières années après la découverte du SIDA et l’apparition d’un test de dépistage, tout le monde pouvait donner son sang.
      Vous avez du entendre parler du scandale du sang contaminé, des lots contaminés étant distribués. A part Garetta qui a été le lampiste, aucun responsable n’a été en prison, ni Fabius ni Dufoix, un peu Hervé, alors que des centaines de personnes malades étaient mortes d’avoir été transfusées. C’est vrai que la présence de la franc maçonnerie à tous les niveaux de ce dossier a assuré des protections et des indulgences. Sauf pour les victimes.
      Pourtant, il y a eu encore pire, car cela s’est arrêté officiellement en 1985 mais jusqu’en 1989, en échange de remises de peine, le sang a continué d’être prélevé à un rythme plus soutenu dans les prisons, une population particulièrement à risque, drogues, prostitution, pratiques sodomiques. Résultat, la contamination a continuée.
      Que des populations à risque soient écartées du don est une mesure sanitaire positive, ne pas les écarter, même chez ceux qui sont hautement à risque, au nom de l’égalité est une mesure criminelle et démagogique.
      Donner son sang n’est pas un droit, mais un geste de solidarité pour aider à sauver des vies. Prétendre y avoir droit alors qu’on a des pratiques très dangereuses est contraire au bien commun et relève de l’égoïsme.

      • Robert dit :

        Dompal,
        Il y avait un dépistage systématique il y a quelques années au retour d’OPEX, non ?
        Pourquoi a-t-il été supprimé ?
        Même hors de cet affaire de don du sang, les soldats ont des conjoints, des copines, des amis, je pense aux sports de combat. Cela aurait été bénéfique pour tous de savoir ou on en est, surtout qu’on soigne très bien les MST et le SIDA.

  5. Le Breton dit :

    « L’une des difficultés du CTSA est qu’il n’est autorisé à collecter du sang uniquement en milieu militaire. Les dons peuvent se faire dans les hôpitaux d’instruction des armées « Percy », à Clamart, et « Saint-Anne », à Toulon. Des collectes vont être organisées en septembre dans certaines unités militaires »

    ll y a des millions de français qui seraient sans doute prêts à donner à ceux qui les protègent, pourquoi ne pas laisser faire ? Les liens entre le peuple et l’armée sont de moins en moins présents en dehors de la journée jdc, si les citoyens ont de moins en moins l’occasion de donner une poignée de main à leurs soldats, ils donneraient volontiers (à commencer par moi), j’en suis sur, un peu de sang.

    • FredericA dit :

      @Le Breton : « ll y a des millions de français qui seraient sans doute prêts  »
      .

      Et bien non, malheureusement. L’Etablissement Français du Sang lance des campagnes de pub en permanence car le nombre de dons est insuffisant. Les donneurs de sang ne sont pas forcément disponibles ou apte (maladie, absence…) à donner leur sang à chaque sollicitation. Ce faisant, il faut un grand nombre de donneurs pour assurer à l’EFS, une rentrée régulière et suffisante de sang.

  6. albatros24 dit :

    Encore une conséquence négative de la suspension du Sn par l’opportuniste Jacques Chirac.
    Le Sn était criticable et au lieu de l’améliorer et de le rendre plus juste, on le suspend tout simplement….pratique.
    A l’époque du SN il y avait don du sang obligatoire et (pour ma part j’avais commencé à en donner au lycée : ces deux lieux permettaient un afflux très important de sang frais.

  7. Rascasse dit :

    Il faudrait que le SSA s’adresse à une base de donneurs bien plus large que le seul personnel des armées ou du ministère des armées. La population française serait dans sa grande majorité réceptive à un appel, car les citoyens sont sensibles aux risques que prennent les soldats, et sont prêts à participer à l’effort. Pourtant, le SSA semble se cantonner à la famille de la défense. C’est dommage.

  8. lym dit :

    A regarder le planning, il y a quand même quelques centres en dehors de Clamart/Toulon: Issy, Versailles…
    Le problème 1 c’est qu’on n’y voit aucune info pratique donnée, pour des civils, sur des accès qui ne seront pas ceux d’un moulin (enregistrement préalable requis?). Le second, c’est que ceux qui bossent dans le secteur et pourraient se libérer, au hasard, sur l’heure de midi trouveront porte close. Certains créneaux n’ont même pas l’heure de fin l’a.m. faute de place dans la case du document!!!
    Bon, au pire l’EFS subviendra aux besoins, mais une meilleure information et idéalement ne pas fermer le midi seraient à envisager.

  9. saucisson furtif dit :

    Il serait temps de réhabiliter le sérum de Quinton, histoire d’utiliser par la même occasion une découverte bien francaise.

  10. FUSCO dit :

    Le problème est finalement assez simple : Il n’y a pas assez de sites de collecte tout simplement parce qu’il n’y a pas assez d’équipes de collecte (cf le calendrier joint avec l’article)
    Il reste fort heureusement de nombreuses garnisons et il n’est pas normal qu’au moins une fois par an celles-ci ne puissent accueillir une collecte ouverte à tous.
    Les français dont je fais partie sont certainement prêts à donner pour nos blessés militaires, encore faut-il mettre les moyens en face. On en revient toujours au même point.

  11. Thaurac dit :

    Bon à la fin de l’été, il doit bien me rester un peu de sang dans le rosé et le pastis.
    Clin d’œil aux (jolies)infirmières de Marseille (les vampires) qui me réveillaient d’un gentil sourire à l’infirmerie de Carpiagne..;)

  12. Thaurac dit :

    Quid des recherches sur le sang artificiel, j’ai cru comprendre qu’on s’en approche de plus en plus!

    • Plusdepognon dit :

      @ Thaurac
      Il y a eu un grand espoir en 2017. Depuis les articles sur le sujet se font très rares:
      https://www.science-et-vie.com/archives/sang-artificiel-les-cellules-souches-relancent-l-espoir-16005

    • vrai_chasseur dit :

      On ne produit pas encore du sang artificiel mais du plasma lyophilisé. Comme le café soluble, on reconstitue du plasma en rajoutant de l’eau stérile au produit en poudre et on transfuse directement sur le terrain – ce qui sauve des vies. 67% des blessures mortelles au combat sont dues à des hémorragies non jugulées lors de la première heure.
      Le PLYO (c’est son nom) est produit par le CTSA à Clamart. En France ce sont les unités FS qui l’utilisent.
      L’US Army le trouve tellement bien qu’elle nous l’achète.
      cf https://www.army.mil/article/174904/usammda_and_freeze_dried_plasma_a_story_of_success
      Bien entendu, ce PLYO est produit à partir des dons de sang. D’où leur importance.

      • Thaurac dit :

         » plasma lyophilisé »
        Oui c’est pas récent 😉 mais il y a une annonce que j’ai survolé, au sujet du sang artificiel, capable de transporter les nutriments, l’oxygène…etc

        • Robert dit :

          Un nouveau scandale en perspective après celui du sang contaminé, celui des appareils de marque Amonetix utilisés pour les dons de plaquette et le plasma sanguin. D’importantes défaillances de ces appareils entrainent des risques d’infection pour les donneurs et les receveurs.
          Cela ne risque pas de redonner confiance aux donneurs, comme cela était déjà arrivé après le scandale du sang contaminé.
          Ecoutez cette enquête dans le journal du 30 aout à partir de 5’26 ».
          https://www.tvlibertes.com/

  13. Piliph dit :

    Et l’hôpital Laveran, de Marseille, ce n’est plus un hôpital militaire?

    • Robert dit :

      Piliph,
      Pour les prélèvements oui, mais pour le reste dont certains traitements particuliers, il existe des services spécialisés dans chaque grande ville seuls formés à ce genre de malades et maladies. A Lyon par exemple, il n’y a qu’un service pour toute la ville. Si vous nécessitez un suivi de début de prise en charge ou avec des complications, que vous nécessitiez un isolement, le service devient vite embouteillé.
      Je pense aussi que dépister tout le monde a été envisagé, ce qui peut se concevoir et que le service national aurait pu aider, comme au cours du processus de régularisation des étrangers, mais cela nécessiterait d’ouvrir des lits et de former des médecins à ces pathologies. On doit être à plusieurs centaines de milliers d’infectés non dépistés et cela ne va faire qu’augmenter. L’avenir ne sera pas forcément enthousiasmant.

    • Plusdepognon dit :

      @ Piliph
      Si.
      Il a d’ailleurs dû son salut grâce à une « spécificité locale ».
      https://lessor.org/societe/kalachnikov-grande-faucheuse/

      • Robert dit :

        En dehors des victimes collatérales comme à Ollioures, cela relève de la sélection naturelle inversée, ne survivent pas les meilleurs mais les pires.

  14. Colibri dit :

    Bonjour,

    J’habite entre Rennes et Nantes.
    J’ai peu de moyen financier et aller à Paris est hors de prix pour moi.
    Je suis O quelque chose + ou -, je ne sais plus.

    Je suis porte drapeau pour une association de soutien aux militaires. Le devoir de mémoire est important pour moi.
    Je répète sans cesse : « L’armée est la branche sur laquelle la France est assise », parce que de moins en moins de gens en ont conscience.

    Si je peux donner mon sang aux vivants, je le sens comme du préventif pour éviter d’alourdir le devoir de mémoire.
    Un militaire transfusé, c’est une sonnerie au mort de moins : ce que nous voulons tous !
    En tout cas, je suis civil et volontaire.

    De temps en temps je vais sur Coëtquidan.
    C’est possible par là ?
    Parce que les anciens combattants de Bretagne que je connais seront quasiement tous volontaire,
    En tout cas au sein de 3 associations que je connais bien dont la mienne.

    Si c’est possible de donner en Bretagne, je communique à réception de la réponse aux 3 présidents ?

    Vous avez tout mon respect pour ce que vous accomplissez.

  15. Thaurac dit :

    Laveran oui c’était (c’est ?)un hôpital inter armées,