CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Un gendarme de l’Oise a accidentellement perdu la vie alors qu’il partait en intervention

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. Robert dit :

    Paix à son âme et condoléances à sa famille.

  2. heaume44 dit :

    RIP au gendarme Sébastien Berger.
    Condoléances aux proches, soutien aux camarades.

  3. Le Glaive dit :

    Un accident du travail, c’est toujours regrettable et dramatique, et ça frappe toutes les professions sans exception, hélas . Ainsi ce matin aussi, un intérimaire est-il mort sur le port de St Génolé, sous son élévateur. Il était, lui aussi, au travail : les détails ici :

    https://www.letelegramme.fr/finistere/penmarch/port-de-saint-guenole-il-meurt-sous-un-chariot-elevateur-14-08-2019-12360607.php

    • dompal dit :

      @ Le Glaive,
      Merci de rappeler la réalité.
      Tous les jours des personnes meurent sur leu lieu de travail !:-(
      Doit-on s’émeuvoir qu’un gendarme meure au cours d’une intervention alors que nombre de personnes du BTP meurent tous les jours !!!!!
      Y a-t-il un degré de compassion de la mort au travail !???

      • Pascal (l'autre) dit :

        Tous les jours des personnes meurent sur leur lieu de travail! Hélas oui! Cependant ce gendarme partait certainement en mission pour protéger et parfois au péril de sa vie! Bien sur qu’il n’y a pas de graduation de la mort mais par un exemple la mort du pilote de tracker par rapport à un pilote de tourisme qui se crashe dans le cadre d’un loisir c’est toujours une mort mais l’un y est resté en portant secours l’autre dans le cadre d’un loisir.
        Et que pourrait on dire du battage médiatique lorsqu’un « people » disparait. Rappelez vous de la mort de Johnny Hallyday ! Il a donné certainement beaucoup de bonheur à ses fans mais ce n’était jamais qu’un ………… chanteur!

      • Olivier 15 dit :

        Il y en a un: dès lors qu’une mort au travail est due au sacrifice pour les autres. Il y a une hiérarchie, et les morts n’ont pas les même valeurs. c’est comme ça. Celle d’un intérimaire n’intéresse que sa famille, celle d’un soldat – pompier – gendarme ou policier intéresse toute la nation.

        • Robert dit :

          Exact, Olivier, et cela ne veut pas dire qu’on méprise la mort des autres.
          Simplement, un militaire ou un membre des forces de l’ordre, même s’il décède accidentellement en mission, est mort pour nous protéger et cela mérite un respect particulier.

      • John dit :

        En même temps, ce blogue / site s’intéresse au monde militaire dont fait partie la gendarmerie. Et on ne peut pas reprocher la ligne éditoriale à cette personne qui à chaque décès militaire notamment prend le temps d’écrire à leur sujet.
        Ici il s’agit d’un homme qui est mort, et dont le métier est de protéger les autres. Comprenez que pour certains il est important de le mettre en avant.

    • mich dit :

      @Le Glaive et @dompal : vous faites une belle brochette tout les deux !
      Condoléance à la famille

    • Robert dit :

      Le glaive,
      Je connais ce métier de cariste, ça a été le mien.
      L’appareil qui est montré n’est pas complexe, il ressemble aux plus stables alors que certains sont réservés à un sol très égal sans défaut, comme dans les usines et sinon risquent d’être déséquilibré. Autrement dit, si vous utilisez ce genre d’appareil sur un sol inadapté, il perd son adhérence et sa stabilité.
      Ce genre d’accident peut être lié à un mauvais usage de l’appareil, un non respect des règles de sécurité, trop grande vitesse, vous prenez un virage en allant vite et vous perdez de la stabilité, vous roulez avec une charge en hauteur ce qui est interdit mais que certains font pour gagner du temps, vous n’êtes pas assis correctement et vous perdrez l’équilibre et l’appareil échappe à votre contrôle, etc.
      En usage normal, la sécurité est bonne pour pouvoir l’utiliser dans certaines conditions définies sans risque pour vous, mais si vous vous croyez trop sûr de vous, ou pressé, vous perdez l’avantage. Avec l’appareil plus la charge, il y a des angles morts et vous devenez dangereux si vous n’êtes pas très prudent.
      Des conducteurs boivent ou prennent des stupéfiants, sont trop sûrs d’eux et prennent des risques, volontairement ou par inconscience. Pour se faire renverser l’appareil sur soi, il a fallu un sacré dérapage ou une belle erreur. Un collègue avait fait le con, et pas une fois, il se croyait invincible, l’appareil s’est retourné, mais il est resté indemne dans la cabine.
      Comme pour les gendarmes, la routine peut devenir dangereuse.
      Mais je ne vois pas, en situation normale sur un sol stable, ce qui peut provoquer un tel accident.
      A la différence, le policier du PSIG doit prendre régulièrement des risques de circulation, de vitesse, de lieux de conduite inadaptés, en situation de stress. Si dans les deux cas, l’accident est évitable, le cariste peut et doit rester dans l’évitement par une conduite apprise en formation alors que le policier doit prendre des risques pour que son travail soit fait comme les conditions l’exigent. Et je pense sans chercher délibérément à prendre des risques là ou la situation d’intervention ne l’exige pas.
      Pour le cariste, même s’il a commis une faute grave, cela sera considéré comme un accident de travail. Pour le gendarme, des lors qu’il n’a pas commis de faute volontaire grave sans nécessité, l’accident fait partie des risques du métier d’une façon plus courante que le cariste.

    • ji_louis dit :

      Ce blog est dédié aux forces armées, il est normal de na pas y voir les évènements d’autres secteurs.

    • GRADLON et dit :

      Demandez à monsieur Lagneau de ne pas parler non plus des soldats morts en service au Mali car selon votre théorie cela relève du fait divers
      Sans doute les deux commandos morts au Burkina sont ils aussi dans la même catégorie selon vous
      S’agissant ici d’un site évoquant les militaires et les armées merci aux caristes et membres du btp de s’épancher sur leurs sites si ils existent

      • Robert dit :

        Désolé, Gradlon, je remettais juste la réflexion de Glaive en perspective mais pour revenir au sujet du lien.

  4. dompal dit :

    @ L. Lagneau,
    Informez nous comme vous le faites si bien habituellement. 🙂
    Evitez de tomber dans le « fait divers » même si cela concerne un membre des forces armées ! 🙁

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Dompal,

      Quand un drame comme celui ci survient en service, je ne le considère pas comme un « fait divers ».

    • Robert dit :

      La mort d’un gendarme en intervention n’est pas un fait divers. Il allait peut-être en intervention contre des criminels et pour être efficace dans leur mission ils doivent prendre les moyens.
      Il est presque mort au combat pour moi puisqu’il aurait pris une balle une fois arrivé sur le lieu de l’action, cela aurait été le cas. Il a simplement succombé à un accident sur le chemin.
      Respect aux force de l’ordre.

      • Le Glaive dit :

        @ Robert : peut-on rester dans le factuel et le rationnel, et non pas dans l’émotionnel et le pathos ? comme il est rappelé, il s’agit, non pas d’une action de combat, mais du trajet vers « une opération judiciaire programmée », ce qui est déjà d’une autre nature… la mort d’un humain, quel qu’il soit, est une mort, même si certains ici semblent penser que la mort d’un simple cariste « ne concerne que sa famille » .. quelle humanité …

        • Robert dit :

          Le Glaive,
          Il n’y a aucun émotionnel dans mon propos, je précise juste que le policier ou gendarme risque sa vie en faisant simplement son travail, ni en ayant un accident ni en prenant inutilement des risques. Ce qui ne veut pas dire pour autant que je ne respecte pas les accidents de travail civils, mais c’est autre chose.
          Pourquoi mettre en doute mon humanité parce que je n’adhérerais pas à votre parallèle ? C’est là que vous faites dans le pathos.

        • Robert dit :

          Un gendarme vient de se suicider le 13 août à Cruas. Paix à son âme et condoléances à sa famille.
          Vu la recrudescence de suicides chez les force de l’ordre, on peut se demander si, après les paysans, ce n’est pas une population qui est soumise à des pressions particulières liées à son travail.
          https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/suicide-d-un-gendarme-a-cruas-1565863729

          • John dit :

            Sur ce point, la situation est différente.
            Les suicides dans le cadre de certaines activités est une épidémie et montre un problème profond, et systémique.
            En reprenant les termes de Le Glaive, on n’est plus dans le fait divers, mais dans de la véritable information qui pose les yeux sur un problème qui ne semble pas s’améliorer.
            Par contre dans le décès de cette article, il peut être vu comme un décès de n’importe quel usager allant d’un point A à un point B avec un horaire prévu, et non pas une intervention à caractère dangereux.

  5. Olivier 15 dit :

     » Opération Judiciaire programmée « . Donc aucune raison de  » quitter la route « … a part éviter un danger. Dans l’attente, bien sûr des conclusions de l’enquête, il y a fort à parier que l’allure était inadéquate, et ce, en l’absence d’un motif valable ( inter ). Et une famille endeuillée de plus.

  6. vieux margi dit :

    Une pensée pour notre camarade militaire de la Gendarmerie et son collègue . Condoléances à leurs familles amitiés à leurs collègues

    Ce triste événement ne vas pas me remonter le moral, je pense à un camarade officier en mission extérieur dont la voiture avec sa femme, son fils et sa fille a été écrasé par un camion toupie à ciment dans le centre ds Yvelines .Le fils est Delta Charlie Delta…la mère et la fille toujours hospitalisées.
    Notre camarade a embrassé ceux ci dont son fils comme nous toutes et tous en partance pour une mission et il ne pourra plus le faire à son retour.

    Cela a dû être le cas pour notre camarade gendarme…

  7. Robinson dit :

    Les suicides de gendarmes et policiers sont bien plus inquiétants ; black-out sur les motifs : problèmes familiaux ou conjugaux, matériels ou financiers, professionnels, médicaux… ?