CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La Légion étrangère veut augmenter significativement le nombre de légionnaires francophones

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

78 contributions

  1. Clavier dit :

    Bizarre comme raison invoquée…… car l’apprentissage d’un matériel ne nécessite pas une connaissance approfondie du français surtout écrit…..on trouve aussi des manuels en anglais encore plus facile à comprendre et ces deux langues sont courantes dans le monde où nous vendons de l’armement !
    S’ils veulent plus de Belges, ils n’ont qu’à changer les paroles du Boudin….

    • Selwyn dit :

      Bon nombre de fonctions des matériels pourront être activées par commande vocale sûrement que le français sera la seule langue reconnue(pour notre matériel)… L enseignement du français sera forcément renforcé (les chouf schnek ect…pas sûr que ça passe avec ce matos)

  2. Daniel BESSON dit :

    Un journal présente cette tournée de recrutement sur un autre aspect moins  » consensuel  » et  » neutre  » : Le  » public  » ciblé semble-être les marlous du 9-2 et du 9-3 en villégiature sur les plages de la Mer du Nord et de La Manche , et le pire d’après les propos de l’officier ou du sous-officier recruteur interviouvé c’est que ce choix est fait en connaissance de cause .
    On a eu droit aux  » filières de la réussite  » il y a quelque années pour l’ENA et on commence à voir proliférer l’  » esprit banlieue « ©™ – dans ce qu’il a de pire – dans les cabinets préfectoraux et ministériels .
    Penser que La Légion va transformer des milliers de jeunes recrues en voie de désocialisation en citoyens respectueux relève d’une idéologie mortifère pour le reste de la société car elle va donner l’accès à la connaissance des armes à des personnes qui sous le régime des dernières années du SN en auraient été privées .
    C’est un peu ce qui s’est passé au début des années 2000 au Brésil avec des recrutement par discrimination positive dans les favelas : Une fois leurs contrats terminés , les recrues sont devenues des formateurs des gangs .
    Il ne faudra d’autre part pas s’étonner de  » bavures  » en OPEX de la part de ceux qui viennent du monde des  » tournantes  » .
    L-A politique à adopter c’est de recruter des personnes intégrées , ne serait qu’en éliminant les déscolarisés , les condamnés pour petits trafics ou les personnes victimes de troubles du comportement , quelqu’en soient les causes y compris sociales .
    On nage en plein cauchemar … Ce pays est devenu un asile à ciel ouvert !

    • Czar dit :

      Commentaire effroyablement lucide.

      • Carin dit :

        Vous trouvez que ce commentaire est lucide?? Renseignez-vous sur les pas si anciens recrutements de la légion étrangère et vous vous apercevrez que 98% des gars qui s’y sont engagés en son sortis grandi et loin des petites frappes des quartiers dont parle Daniel BESSON. Ils en étaient pour la plupart pourtant issus.
        Moi ce qui m’étonne c’est cette recherche de francophones… tout les officiers sont français… et les sous off qui mènent la troupe comprennent parfaitement notre langue! Les autres apprennent très vite( nécessité fait loi). Dans ma carrière j’ai eu affaire à plusieurs légionnaires du rang et tous sans exception parlaient en comprenaient le français, même s’ils répondaient avec un fort accent. Nous ne sommes pas meilleurs lorsqu’on s’exprime en anglais. Le problème vient probablement des ordres donnés aux portatifs qui sont difficiles à comprendre même pour un français de France (comme disent nos amis québécois).

    • ji_louis dit :

      Vous oubliez que depuis l’origine ou presque, la Légion Étrangère offre une seconde chance à tous ceux qui s’engagent. Si il y a longtemps, certains juges ont proposés à des condamnée « la prison ou la légion », depuis celle-ci n’accepte plus les casiers avec crimes de sang, voire fait la fine bouche. Alors si les marlous s’engagent et tiennent au moins 5 ans, légionnaire un jour, légionnaire toujours, et je ne leur reprocherai pas d’avoir risqué leur peau pour la France.

    • roissard dit :

      Quel journal ? Quelles sont vos sources ? Merci !

    • Samorix dit :

      Je partage aussi l’avis de ce commentaire. C’est la fin de la légion avec ces recrutements. Ça fait un moment que des forces sont à l’œuvre pour détruire nos forces armées. L’injection de ces Français de papiers, qui portent en eux des ressentiments fabriqués et alimentés à dessein, ne fera qu’accélérer le processus de délitements et de pourrissements.

      C’est extrêmement pervers. On le voit à l’œuvre partout. Dans l’éducation, la fonction publique, partout.

      Ce pays est pire qu’un asile. Il est mort. Ce n’est plus qu’un réservoir et un supplétif dans lequel des fores piochent et au dessus duquel elles ordonnent en fonction de leurs intérêts particuliers. Et ces forces sont rarement françaises, et encore moins gauloises.

  3. Électeur dit :

    Recrutement francophone, ça signifie que l’on rejette les ressortissants d’Europe Centrale et d’Europe de l’est au profit de ceux de nos anciennes colonies ?
    Complètement à l’inverse de ce qui motiva la création de la Légion au 19ème siècle : un recrutement européen pour l’armée (française) d’Afrique.
    .
    L’on doit se demander ce que cache ce revirement et par qui il a été suggéré.

    • GHOST dit :

      Électeur@
      La France devrait s´inspirer de l´armée britanique avec le recrutement des Ghurkas. Recruter dans les ex colonies est une option plus « rentable » quand une grande partie des missions de la Légion se concentrent en Afrique. Ces africains qui devraient-être des ex militaires offrent plus de fiabilité car pouvant économiser du temps dans l´apprentisage de la langue. Les ex colonies sont plus proches de la France que les ressortissants de l´Europe Centrale ou de l´Europe de l´Est. Si la France souhaite garder son influence en Afrique, le % des Légionaires devrait aussi augmenter sensiblement.

      • Pravda dit :

        Depuis la rétrocession de Hongkong, les effectifs de Gurkhas baissent dans l’armée britannique, ils sont environ 4000 aujourd’hui (stable) .Au point qu’une centaine de ces excellents soldats se présente au recrutement de la légion chaque année.
        Concernant la « fiabilité » des soldats africains, ce n’est pas une généralité.

    • Thaurac dit :

      Relit l’article, il n’est pas dit cela, seulement augmenter le recrutement francophone, mais il y a de la place pour les autres!
      Quand à la francophonie des banlieues on va bien se marrer sur les ondes, l’ennemi devra employer des casseurs de code, un peu comme les japonais avec les indiens dans le pacifique 😉
      @ Daniel Besson
       » Le » public » ciblé semble-être les marlous du 9-2 et du 9-3 en villégiature sur les plages de la Mer du Nord et de La Manche »
      C’est les assignés à résidence, ou les porteurs de bracelet,pour leurs grands frères c’est l’espagne, thailande, ….;)

    • ji_louis dit :

      La démographie aussi s’est inversée…

  4. Lucien dit :

    Quand on parle des chiffres dans la Légion étrangère, on ne précise jamais -à tort !- de quels grades on parle.

    Quand on dit que « 11% des 9000 Légionnaires sont francophones », parle-t-on uniquement des soldats du rang et des sous-officiers ou est-ce que cela inclut aussi les officiers ? Parce que ça change tout quand même ! Je ne sais plus où j’avais lu ça (et donc, merci à ceux qui me corrigeront, si besoin est), mais je me souviens qu’il y avait grosso modo 90% des officiers de la Légion venus du parcours classique, donc des Français (Saint-Cyr essentiellement) et 10% qui étaient d’anciens sous-officiers qui étaient montés en grade au sein de la Légion (et donc là, on peut imaginer des non-Français).

    Du coup, statistiquement, 11% n’a plus le même sens si on ne parle que des soldats du rang et des sous-officiers ou si on inclut une population d’officiers essentiellement composée de Français qui remonterait significativement la proportion jusqu’à 11%.

    • Thaurac dit :

      Comprendre qu’il n’y aura pas que des officiers en charge d’utiliser ce matériel pointu..

  5. golf dit :

    Le français est devenu une langue étrangère en pays gaulois.Les nouveaux équipements de l’armée Française sont élaborés en Anglais.Quel est le problème ?

  6. tartempion dit :

    En finir avec le statut des militaires servant à titre étranger doit devenir une préoccupation politique , les soldats possédant la nationalité française qui sont issus de la composante nationale sont considérés à la légion comme des moins que rien et font souvent l’objet de brimades .Par ailleurs , le blabla des sergents recruteurs reste inchangé , la légion n’abandonne jamais les siens …..Voila juste un exemple qui devrait en faire réfléchir plus d’un .https://www.lepoint.fr/societe/exclusif-quand-l-armee-abandonne-ses-fils-31-05-2013-1674875_23.php

    • Indicatif 93 dit :

      héhéhé ça sent le vécu ou … le mytho !

      • felipe dit :

        j’ai envie de dire… le mytho , ou plutôt celui qui ne connaît pas bien le système. la somme des cas particuliers ne fait pas le cas général.
        dans le cas présent, c’est tout simplement , un souci d’équilibre entre francophones et non francophones pour réussir notamment l’intégration des non francophones dans le système legion.
        la qualité et la quantité sont au RDV pour les non francophones mais pas pour les francophones, notamment les français. au résultats un ration insuffisant pour assumer le rôle de répétiteur au cours des premiers mois essentiels de formation.
        l’apprentissage du français reste la priorité des priorités au cours de la 1ère année. après les non francophones, qui sont meilleurs, trustent les postes d’encadrement. sauf qu’à moyen terme, le renouvellement des équipements, exigera des gens qui maîtrisent mieux le français. il faut donc garantir le niveau des non francophones en français.
        pour le coup de l’article de 2013 , hélas récurrent mais rien de plus que d’habitude. et pas davantage que dans la régulière.

    • Daniel BESSON dit :

      Pour ceux que ça intéresse je les invite à lire l’article qui est l’ordre de mission envoyé aux MINDEF Européens pour la politique de recrutement dans les années à venir .
      C’est celui de Foreign Policy – ÉffPi pour les initiés – du 18 avril 2018  » Army service could be the answer to Europe’s integration problem . The EU’s defense forces are struggling to recruit , and immigrants are often eager to serve  »
      En clair : Recrutez plutôt des racisés immigrés que des indigènes .
      Bonne lecture .

      • Ah Ca ! dit :

        C’est une vielle idée qui revient de temps à autre et, surprise, en grande partie dans la bouche des socialistes et affiliés…
        Mauvaise idée…

  7. PK dit :

    C’est très discriminant comme approche tout ça. Ça manque de femme, de demi-homme, de quart de débile et autre « jechoisismonsexe.com ».

    Faudrait pas que les ligues de la pensée et de la vertu LGBT-PQRSTUVWXYZ s’en aperçoivent, car ça va chauffer pour leurs matricules 😀

    • Thaurac dit :

      Parait il qu’il y a aussi les NG, pas de genre….Où va t’on?
      Des mouvements de plaque ont été observés sur la tombe du Général De Gaulle, il a du se retourner…

  8. Buburoi dit :

    C’est nécessaire de recruter plus de francophones, de préférence pas trop bronzés et pas trop musulmans. Seulement, il faut que les missions soient intéressantes, c’est à dire des Opex et pas des missions sentinelles. C’est aux centres de recrutement de faire le tri.

    • GHOST dit :

      Les « trop bronzés » ne sont pas souvent de « trop musulmans ».. Dans les ex colonies, l´islam ne semble pas avoir beaucoups d´influence selon les statistiques. Ils étaient nombreux dans la Légion pendant la guerre en Indochine.. Mieux ? Pendant la seconde guerre mondiale, les plus « bronzés » étaient en première ligne pour liberer la France. lol
      Legio, patria nostra.. C´est comme Semper Fi.. lol Une fois dans la Légion, bronzé et moins bronzé, on a la Légion comme « patrie »

      • roissard dit :

        Etes vous sûr qu’il y ait eu des non-européens dans la Légion en Indochine ? Je ne le pense pas, mais je ne me base que sur de (nombreuses) photos.
        Merci pour toute info supplémentaire à ce sujet.

      • PK dit :

        Faux. En Indo, la Légion était très peu composée de musulmans. D’Allemands, oui, très nombreux.

        D’ailleurs, beaucoup de chants de marche français ont été piqués aux Allemands et francisés, ce qui fait qu’on voyait des compagnies de Légion chanter ces chants ex-allemands en français avec l’accent… allemand. Ça devait être bien perturbant 😉

        • Bangkapi dit :

          @ Roissard et PK
          C’est vrai en Indochine il y avait surtout des européens dans les rang de la Légion.
          Mais tous les témoignages des anciens ainsi que les chiffres officiels de l’époque nous disent qu’il y avait des musulmans et aussi des américains, africains et asiatiques.
          Jusqu’à la chute du rideau de fer et l’arrivée des candidats extra-européens à peu près à la même époque, le recrutement a été surtout européen de l’ouest.
          Quand j’y servais on était environ 50% de francophones ( français, belges, suisses et nord-africains ) et beaucoup disaient que c’était trop.
          Maintenant cela c’est inversé et le commandement semble penser qu’il faut remédier à cela. Cela va pas être facile car les possibilités de carrière sont les mêmes dans la  » régulière « .
          Et surtout très peu de légionnaires étrangers restent après leur premier contrat.
          Ce n’est plus : https://www.youtube.com/watch?v=q8zbGaav548

    • Daniel BESSON dit :

      Le centre de recrutement recrutera le  » public  » qu’on lui demandera de recruter et avec des résultats chiffrés , le petit doigt sur la couture du pantalon mon adjudant . Lorsque l’on envoie des missions de recrutement dans les banlieues du 9-2 ou du 9-3 au printemps et des missions de recrutement sur les plages de la Mer du Nord ou de La Manche en été au lieu de les envoyer sur les plages de l’ Atlantique et de la Côte d’Azur c’est que l’on a  » choisi  » ce  » public  » .
      Surtout lorsqu’en plus on médiatise – avec un brin de fierté – ces missions .
      Pareil lorsqu’aucune mission n’est envoyée dans les lycées privés Catholiques des villes moyennes ou des bourgs de province .
      Le dernier rapport sociologique sur le recrutement que j’ai pu lire datait de 2011 de mémoire . Il montrait une prépondérance de jeunes issus des classes moyennes de villes moyennes et même de la ruralité .
      On veut le  » diversifier  » , dont ‘acte ! La seule chose qui nous reste en temps que citoyens intéressés par les question de défense et de sécurité c’est de crier  » STOP ! HALTE !  »
      Tout le reste n’est qu’illusoire et il faudra apprendre à vivre avec des  » racailles  » au sein de l’armée Française .
      Après tout , il parait que dans certains cabinets préfectoraux elles ont apporté  » un sang neuf  » .

    • Namroud dit :

      En gros ce que vous suggérez c’est tout simplement de la ségrégation raciale et religieuse. Waw c’est fou d’entendre ce genre de propos en 2019 en France le pays des droits de l’homme. Quand je pense qu’un pays comme l’Afrique du Sud a tourné la page de l’apartheid et les USA la même chose. Pour rappel des Soldats Africains et Musulmans sont morts en 1914/1918 et en 1939/1945 ( bien sûr je ne dis pas qu’ils étaient les seuls faut pas oublier les pieds noirs, les résistants, les Français libres et les Alliés ) pour que puissiez vivre dans un pays libre.

      • Renard dit :

        L’apartheid en Afrique du sud est encore très très marqué.

      • Thaurac dit :

        Ségrégation par la nuisance sociétale, pas raciale, maintenant si les stats disent que….c’est pas ma faute…

      • Daniel BESSON dit :

        Bonjour ,
        Lisez l’article du FT qui suggère une  » ségrégation posirive  » lui comme politique de recrutement !
        Cela ne vous choque pas par ce que cela soit du  » FT  » qui réclame un recrutement massif de migrants et qu’un Daniel BESSON suggére le contraire , c’est à dire le statu quo ante des années 2010 cela vous choque ?
        Jusuq’à preuve du contraire on assiste bien désormais à une  » discrimination  » dans le recrutement et c’est pas celle que vous croyez !

      • Robert dit :

        Namroud,
        Vous connaissez la situation actuelle en AF ?
        Les métis se rapprochent de la communauté blanche victime d’assassinats et de discrimination officielle.
        Et même entre les noirs, ceux qui sont les plus radicaux et certaines ethnies tenues à l’écart du pouvoir, cela ne marche plus comme au début.
        Pendant ce temps-là, les meurtres et les viols, y compris racistes mais de celui qui n’existe pas car il vise les blancs, ne cessent d’augmenter. Des pays continuent de refuser l’asile aux blancs d’AF et la misère ne fait que grimper dans l’Afrique du Sud enfin libérée de l’abomination du pouvoir par les blancs.
        Les blancs ont construit et inventé l’AF, sans esclavage, et quand ils ne sont plus au pouvoir c’est la situation actuelle.
        Le racisme rend fou, n’est-ce pas ? Et con en plus !

    • Militaire025 dit :

      Buburoi Pourquoi pas trop de musulman et pas trop bronzés en quoi sa te derange

      • Thaurac dit :

        Exact, il ne faut pas mélanger Racailles ou Radicaux Musulmans, avec des Français musulmans, qui sauront se tenir auprès de la francs en cas de conflit contre des coreligionnaires.

      • Buburoi dit :

        Il faut manger du boudin, et donc du porc. Pour les engagés originaires des anciennes colonies et des DOM TOM, il y a les troupes de marine qui du temps du général de Gaulle s’appelaient les troupes coloniales. La Légion, ce n’est pas le mème recrutement que les troupes de marine, c’est l’histoire et la tradition.

    • Michel54 dit :

      Ce genre de commentaire nauséabonde. Complètement honteux
      Et bien heureusement que les musulmans sont la en nombre pour venir étoffé les compagnie et escadrons de combats et pour battre les records en sport et les notations des principaux CFIM. Eux au moins ne désertent pas ou ne dénoncent pas leurs contrats au bouts de 6 mois.
      Heureusement qu’ils étaient la aussi pour participer à la libération de la France et représenter plus de 60% des troupes en 44, et 90% des unités de combat.
      signé un non musulman dont les frères d’armes étaient pour la plupart des musulmans ou des soldats de toutes les couleurs

      • Frisou63 dit :

        Autant on peut être d’accord sur le caractère segregatoire du commentaire critiqué, autant votre délire sur le taux d’attrition plus faible des musulmans ou gens de couleurs, leurs meilleures performances et dévouement exceptionnel relève tout simplement du racisme. Et stigmatise ceux qui ont le tort selon vous d’être nés blancs.

      • revnonausujai dit :

        vos sources ?
         » A partir de cette opération Dragoon d’août 1944, environ 260 000 hommes, dont 5 000 auxiliaires féminins, vont débarquer en Provence. Cette armée est composée pour 82 % de soldats provenant d’unités de l’Armée d’Afrique (50 % de Maghrébins et de 32 % de Pieds-Noirs qui ont eu un taux de mobilisation de 18 %), de 10 % d’Africains noirs et de 8 % de Français de métropole. »
        le cas de la 2° DB, débarquée en Normandie, est différent.
        A noter que, dès octobre 44, compte tenu du climat vosgien et de la nécéssité politique d’incorporer un max de FFI, la plupart des unités indigènes ont été « blanchies » ou retirées du front.
        quant à votre appréciation  » Eux au moins ne désertent pas ou ne dénoncent pas leurs contrats au bouts de 6 mois. », comment dire ? ça ne correspond pas aux études DRSD sur le sujet :
        « le rapport cité par Le Monde Diplomatique explique en outre que « les JFOM commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d’obéissance, 6 fois plus d’outrages à supérieurs et 8 fois plus d’insoumission ».
        nice try !

        • Auguste dit :

          Le climat vosgien n’y est pour rien.En 14-18 le climat était le même.On a blanchi les troupes:1) C’était la condition pour bénéficier du matériel américain.2) Une France libérée par des troupes coloniales,ça collait pas trop avec le discours du Général De Gaulle à Paris.Pas très jojo ce qu’on a fait aux Africains,aussi bien en 40 qu’à la Libération.
          PS:Témoignage de Michel Jobert,ministre des affaires étrangères sous Pompidou.Officier de Tabor,il ouvre un bureau de recrutement à Lyon:1 seul s’est présenté.Par contre si on devait compter tous les « Résistants » d’après guerre…….On distribuait encore des médailles de la résistance dans les années 70,au grand étonnement de la population.(du vécu)

          • Czar dit :

            Tu peux nous épargner ta tirade larmoyante, gugusse : qu’est-ce que tu n’as pas compris dans la nécessité pour l’état-major, mesquinement insensible à la haute nécessité de l’antiracisme de choc, de pratiquer « l’amalgame » avec les unités FFI?

            quant au témoignage de Jobert : depuis quand on recrutait des Français dans les tabors marocains ?

          • revnonausujai dit :

            vous avez surement remarqué que je parlais de nécessité politique; ceci étant, lisez le numero spécial 190 de mai 1994 d’armées d’aujourd’hui consacré au 50° anniversaire de la Libération; il précise bien qu’en dehors de ces considérations politiques, les BTS( troupes noires) ont été aussi relevées pour des raisons objectives ( climat,fatigue morale,..), ce qui n’est pas le cas des goums et RTA, originaires de contrées accoutumées au froid .
            quant au matériel US, rien à voir avec les Vosges , octobre 44, l’équipement s’est fait alors que les divisions du CEF étaient encore en AFN et les troupes indigènes en ont bénéficié au même titre que les autres; le port, dans un premier temps, du casque français Adrian et de la djellabah était voulus par l’encadrement pour afficher un caractère national.

      • Buburoi dit :

        Il n’est pas possible de faire le ramadan dans la Légion. Il y a des unités pour les musulmans: les zouaves, les tirailleurs, les spahis les goumiers et les compagnies sahariennes. Du temps du général de Gaulle, il n’y avait aucun musulman dans la Légion, ce qui n’empèchait pas l’armée française de compter des harkis dans ses rangs.

        • Bangkapi dit :

          faux, inutile de l’expliquer.
          Et dès le création de la Légion en 1831 il y a eu des musulmans.
          Et quand j’y servais il y en avait. Peu certes , pas pratiquant c’est vrai mais il y en avait.

          • Daniel Chollet dit :

            Il y avait pourtant en 1967 au Bas Fort St Nicolas une note pour les chefs de poste qui signfiait que l’engagement était interdit aux noirs, aux arabes et aux gens en état d’ivresse, pour la dernière catégorie, chance ou pas pour eux, le lendemain, ils n’étaient plus noirs. Toute règle a bien sûr ses exception sinon le Timbalier noir du 1er REC ne serait pas devenu une « célébrité », comme vous j’ai également connu quelques « musulmans » baptisés Turcs car nous disait on une partie de la Turquie était en Europe , Europe d’où venait à l’époque la grande majorité des engagés. Je vous rappelle qu’en Indochine lors du « jaunissement » de la Légion, les autochtones n’avaient pas droit au Képi Blanc, heureusement l’un d’eux depuis a eu l’honneur de porter la main du Capitaine Danjou comme quoi la Légion sait reconnaître ses erreurs

  9. Bob dit :

    Peut être que l’armée d’Afrique n’existe plus et que la colo n’est plus très colo depuis le blanchissement à la libération.

  10. Bob dit :

    L’armée le fait déjà bien, un cas social du 93 ou du Nord ou de l’Est, même combat. On arrive à sortir des personnes d’un avenir par forcément radieux.
    Merci de garder votre langue de p… Et votre mauvaise esprit pour vous et les nostalgiques d’une époque qui n’a jamais existé.

    • Czar dit :

      C’est quoi cette « époque qui n’a jamais existé », crasseux : celle où tu étais capable d’écrire un commentaire en français ?

      • Bob dit :

        Celle que tu souhaites bichette. Tu pourras t’occuper de ma crasse avec ta langue, on dirait bien que tu as de la maîtrise.

        • Czar dit :

          Dans la famille, on s’occupe des crasseux de façon plus expédiente autant qu’expéditive.
          On n’a, hélas, jamais été bien sensible au folklore merguez, Baube.
          Je te recommande d’aller faire mumuse avec Okapi : à vous deux vous arriverez peut-être à produire un commentaire qui soit compréhensible et en relation avec ce que j’avais écrit de prime abord.

          • Bangkapi dit :

            Des nazillons comme toi on en a vu arriver à la Légion.
            Et après avoir du vivre , manger, dormir, chier et en chier avec des étrangers qui en plus peuvent te sauver la peau en cas de grosse merde et qui sont parfois meilleur que toi , crois moi tu change d’avis.
            C’est du vécu, mais cela ne risque pas de t’arriver car les cranes rasés dans ton genre c’est que de la gueule mais cela n’a pas les c…. de s’engager.

          • Bob dit :

            Aucun doute que vous faites beaucoup de choses en famille… après les goûts et les couleurs !

      • Bangkapi dit :

        Ha ça ou Czar.
        Celle où en France il n’y avait que des blonds au yeux bleus hurlant  » HH « .

    • Bangkapi dit :

      C’est vrai Bob, la Légion réussi à sortir des racailles et des cas sociaux de l’avenir peu brillant qui les attend.
      C’était vrai lorsque ces mauvais garçons étaient parisiens, marseillais, immigrés d’ici ou d’ailleurs.
      Il n’y avait pas que des réussites mais certaines étaient flagrantes et les intéressés rentraient dans le rang d’une vie honnête et normales.
      Et puis il y avait des échecs, les légionnaires en question après un moment retombaient dans la délinquance avant d’avoir quitter le service ( cf Sulac ).
      Mais en quoi la Légion était responsable. En rien : elle avait fait son boulot c’est à dire former des bons soldats et leur avait appris la discipline et le droiture mais si un individu ne veut pas changer elle n’y peut rien.
      Bien d’autres échouent.
      Si une société était parfaite cela se saurait.

  11. Marsouin dit :

    La légion est une belle troupe dont l’efficacité ne s’est jamais démentie.
    Néanmoins, et sans remettre en cause cette belle institution, il faut reconnaître que l’absence de francophones en nombre suffisant dans une section, une compagnie ou un GTIA cela pose problème. Je l’ai personnellement vu et vécu en exercice ou en mission.
    Avec l’arrivée de Scorpion et le combat collaboratif la question de langue se posera. Sinon cela pourrait revenir à ne pas tirer toute la pleine plus value de Scorpion.

  12. Robert dit :

    Daniel,
    Je ne sais pas si vous avez raison, mais vu l’état d’esprit à la Légion, on a du leur forcer la main. De toutes façons, s’ils font les cons une fois intégrés, et encore faut-il l’être je pense entre autre à la stricte discipline légionnaire, ils se feront éjecter manu militari.
    Le problème, c’est que la discrimination positive a partout portée ses fruits empoisonnés et pourtant on retrouve des ministres ou directeur du renseignement issus de cette discrimination qui font ouvertement la promotion du communautarisme.
    La méthode de mixité sociale et d’intégration de la légion vaut beaucoup mieux en réussite que la démagogie politicienne et les membres de ces minorités soit sont compétents et postuleront ailleurs soit sont moitié analphabètes et ne serviront à rien pour la Légion.
    Je pense qu’ils recherchent plutôt ce qu’ils appellent eux mêmes des gaulois pour apprendre le français aux recrues afin qu’elles comprennent les ordres.
    Si cette démagogie est mise en oeuvre, son échec comme à chaque fois, sera mis sur le compte du racisme, de la discrimination et la pensée correcte retombera sur ses pieds sans se remettre en cause.
    Franchement, faire ça à la Légion, c’est lamentable.

    • Daniel BESSON dit :

      Cher Robert , Merci pour votre réponse .
      Je vous renvoie , pour appuyer vos propos , à l’article du FT que j’ai donné en référence .
      En gros : Les armées nationales Eururopéennes , au premier rang desquelles la Bundeswehr car Mme. Merkekl y est interpellé personellement , doivent devenir de  » Super Légion Etrangères  » en intégrant massivement des migrants ou es ‘indigènes  » issus de la diversité  » . Le recrutement n’étant pas extensible cela sifginfie que le recrutement des indigènes d’origine Européenne doit être fortement réduit . Il est clair que se pose la question des cadres .

  13. Weld dit :

    Excusez moi mais quel mal y a-t-il à ce que des jeunes de quartier s’intègrent en s’engageant ? Ils y apprendront la disciplines, les valeurs de la Nation et le vivre ensemble.
    Votre commentaire relève au mieux de la bêtise.

    • Frisou63 dit :

      Le problème est dans la démarche, et pas autre chose. La légion réussit assez bien à intégrer tout type de population (pourvu que les recrues aient le niveau ET SE DONNE LA PEINE), sauf qu’il pourrait avoir deux problèmes rencontrés dans la régulière :
      1) l’effet de meute, en nombre trop important lié à un effet d’aubaine (discrimination positive)
      2)une bienveillance segregatoire qui fissurerait les principes d’égalité entre les différents légionnaires.
      Les directives à caractère idéologique, quand elles arrivent dans des institutions qui fonctionnent, ne produisent jamais d’effets positifs, car elles sont mues par une logique déconnectée de la réalité « du terrain ».
      Je déplore quelque chose depuis de nombreuses années dans les armées : on fait de moins en moins confiance à l’intelligence « d’en bas » on verrouille tout, et ça théorisé de plus en plus fort en haut…

    • jean pierre dit :

      « vivre ensemble » ça y est la formule magique est lancée… au fait le veulent -ils ? vous deviez lire la psychologie des foules de Gustave Lebon..
      A partir d’un certain nombre l’assimilation « le vivre ensemble » comme vous dites ne marche plus que dans un sens à savoir le vivre ensemble entre nous de la même communauté…ce n’est pas une critique, c’est humain. Rajoutez y une religion qui prone l’Oumma c’est à dire justement la collectivité au delà des frontieres et vous avez tout gagné…….

      • Robert dit :

        Jean Pierre,
        Si, ça marche, mais alors c’est la majorité qui s’adapte, modifie ses lois, interdit de nommer les choses si ça contrevient au « vivre ensemble. »
        C’est notre société qui donne le pouvoir à des minorités, et même des minorités de minorités, comme islamistes et LGBT, en obligeant la majorité à devenir témoin passif à défaut de converti convaincu.

    • Thaurac dit :

      Ils y apprendront la disciplines, les valeurs de la Nation et le vivre ensemble.
      Au pire,s’ils ne l’apprennent pas volontairement pour x raison, on saura les reconnaitre.

  14. Daniel Chollet dit :

    explique le sous-officier. Seulement, pour ce dernier, le problème est que les candidats français « échouent plus souvent aux tests.
    Alors pourquoi vient il recruter sur les plages françaises, il pense y trouver des migrants francophones venus d’Afrique ? Comment explique t il que malgré une sélection plus sévère le taux d’attrition est sensiblement la même que pour la « Régulière » ? Je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement de candidats français ?

  15. Plusdepognon dit :

    Bon, personne n’a mis la chanson de Gainsbourg ?
    Du coup, voici un lien plus en rapport avec ce que regarde parfois la jeunesse:
    https://youtu.be/2xYSuVLBXxA

  16. Buburoi dit :

    La Légion, ce n’est pas l’armée de l’état islamique, donc il est préférable d’écarter un certain nombre de musulmans pour des raisons de sécurité. On ne va pas recruter de futurs traitres, qui poseront des problèmes en raison de leur religion, c’est évident. Comme les descendants de gaulois ne veulent pas s’engager, il faut trouver des candidats et ils sont en Seine Saint Denis, mais pas besoin de fichés S, et ce n’est pas du racisme.

  17. Daniel BESSON dit :

    Si M.Lagneau ne m’en veut pas trop de m’exprimer largementr !
    Je rapelle à tous ceux qui m’interpellent en s’indignant que j’ai constaté au travers d’articles de presse – dithyrambiques – que l’armée Française mène une politique de recrutement ciblée – Je la considére discrimintaire pour d’autes – qui semble privilégier un  » public  » , celui des banlieues du 9-2 et du 9-3 . Que ce recrutement est fait en connaissance de cause et donc dans le cadre d’une politique assumée . On peut être en désaccord avec cette politique , l’assumer et l’écrire !
    Je n’ai à AUCUN moment évoqué une relgion ou un ressenti d’appartenance . Relisez avant de commenter !

    • Robert dit :

      Daniel,
      Je voudrais préciser certains aspects.
      La république a mis toutes ses forces à essayer d’amenuiser voire de faire disparaitre tous les particularismes et identités locales et régionales, langues, patois, coutumes, quand à ses yeux ils risquaient de perturber son souci d’unité nationale. Depuis la 3eme régnante, rien ne doit dépasser, tous sont français sans différences au nom de l’égalité.
      Et arrive par la vertu du marché roi de nouvelles populations bien différentes des bretons, picards, provençaux, qui s’installent et voient leur nombre augmenter an après an.
      Comment pouvait-elle appréhender des moeurs et civilisations qu’elle n’avait pas essayé de combattre et d’imiter pour prendre sa place, comme elle l’avait fait avec le christianisme? Le modèle républicain n’est pas transposable à d’autres civilisations puisqu’il imite et prétend supplanter la civilisation chrétienne, pas musulmane ou bouddhiste.
      Les tenants du cosmopolitisme, nouveau déguisement de l’idéal républicain, ont trouvé la victimisation des uns et la diabolisation des éventuels contestataires.
      Quarante ans plus tard, cela donne la situation délirante et révoltante ou nous sommes.
      Dans une banlieue de grande ville, tous devraient être mis sur un pied d’égalité. La Légion recrute, chacun peut y tenter sa chance, certains le font bien depuis l’autre côté de la terre. La véritable égalité de droit à tenter sa chance, sans passe droits ni privilège, cela existe déjà y compris avec les francophones d’origine immigrée habitant en France.
      De ce point de vue-là, je ne vois pas ce que la Légion a à apprendre de nos gouvernants.
      Faire de la retape en banlieue, je l’ai vu dans un super centre commercial de banlieue parisienne de la part de régiments d’élite. Qu’apporter de plus, chacun est invité à tenter sa chance, il réussit ou pas.
      Jusque-là nous sommes d’accord. Je n’ai parlé ni de race ou d’ethnie ni de religion car le problème n’est pas de cet ordre.
      Les gouvernants de nos pays, Allemagne, Grande Bretagne, France, veulent ouvrir le recrutement à des étrangers, après avoir très largement ouvert les portes de l’acquisition de la nationalité au monde entier. Mais le sentiment national, l’amour inconditionnel d’un pays ne s’acquiert pas comme une carte d’identité. Or, c’est justement ce qui permet de penser que le candidat, s’il satisfait à toutes les conditions, ne retournera pas sa veste et ne vient pas que pour la soupe, les papiers et les droits qui vont avec.
      A être allé au devant de présumés sentiments d’amour patriotique chez des millions de néo nationaux, nous ne leur avons pas laissé les moyens de faire leurs preuves, en un mot de choisir la France avant leur ancien pays, même de coeur pour ceux nés en France de parents étrangers. Nous avons décidé à leur place qu’ils aimaient la France, et même forcément mieux que nous car la démagogie masochiste n’a pas été en reste. Et les moutons bêlants qui viennent ici nous distribuer des admonestations n’ont jamais réussi à me fournir un seul argument que cela était faux.
      Nous arrivons à la croisée des chemins, les immigrés naturalisés aimant la France AVANT TOUT AUTRE PAYS, se sont vus mettre dans le même sac que ceux pour qui nous aimions la France sans qu’ils aient eu à le prouver. A quoi bon aimer la France plus que tout si d’autres vous en épargnent le souci ?
      Je trouve cela injuste et raciste, vos origines obligent à vous fournir des avantages, des a priori bienveillants, parce que vous pourriez avoir du mal à faire ce choix par vous-même.
      Et si on n’ose pas nommer les choses, les publics visés par cette discrimination sont les immigrés d’origine maghrébine ou sub saharienne. Comme s’ils n’étaient pas capable de franchir la porte d’un centre de sélection eux-mêmes, qu’une force obscure, la méchante « stigmatisation » les empêchaient de faire cette démarche. Ils ont besoin qu’on aille leur tendre la main.
      J’arrêterais là, mais si on veut faire des français, c’est peut-être pas le bon chemin à prendre. A moins que cette armée à venir soit en vitrine celle de la France, mais en réalité une armée du monde ou il faudra son contingent de chaque nationalité pour qu’elle soit égalitaire, « anti raciste » et LGBT.
      Je me souviens de Max Frérot, artificier d’Action Directe dernière époque, formé par son service national au 1er Rpima. Il était français d’origine, mais formaté par l’idéologie d’AD. Un cas comme ça peut passer de temps en temps sans être repéré, mais si on va inventer des patriotes parce qu’on veut absolument ces profils, ethniques disons les choses, on se prépare des nuits blanches.
      N’est ce pas tromper tout le monde ?
      Et pour quels véritables intérêts ?

  18. felipe dit :

    Commentaire partiel parce qu’il ne retient pas le point clef : l’apprentissage du français. Il est vital pour la légion d’avoir un francophone pour trous ou quatre non francophones au cours des six premiers mois de formation notamment. Le français prime sur tout.
    Pour le reste le niveau général des non francophones, la sélection actuelle permettant de faire le tri au plan physique et psy, est déjà supérieur au niveau des candidats francophones.
    L’encadrement actuel découle de ce très bon niveau d’ensemble.
    Il s’agit simplement de passer de 120 francophones par an a 300 ou 350 pour 1500 a 1600 légionnaires a former.
    Le système de formation étant ce qu’il est, le petit caïd qui pense faire ce qu’il veut en s’engageant sera cerné a la fois par des camarades etrangers aux motivations plus solides et par l’encadrement.quand a recruter des candidats intégrés, allez demander a un finlandais, un nord coréen ou un ouzbech, s’il est intégré. C’est la légion qui l’intègre

  19. Robinson dit :

    Le propre de la Légion étrangère est d’être composée d’étrangers qui quasiment par définition ne maîtrisent pas le français ; attendre qu’ils l’apprennent de leurs camarades francophones, par une sorte de phénomène d’osmose, ressort d’un certain fatalisme, d’une passivité, a priori peu dans l’esprit Légion.
    Il y a ce qu’on appelle des professeurs de français, des manuels, des méthodes audio-visuelles ; que la maîtrise du français devienne un élément d’instruction (presque) aussi important que le maniement d’armes, et les légionnaires l’auront vite.

    • Bangkapi dit :

      Bien sur et la méthode du binôme a fait ses preuves depuis longtemps.
      A la sortie de l’instruction beaucoup maîtrisent déjà pas mal le français et en un an le résultat est assez satisfaisant.
      Bien sur ce n’est pas un français littéraire et parfait mais suffisant pour comprendre les ordres et en donner de simples.
      Il y a des légionnaires qui des années durant ne saurons jamais bien maîtriser le français mais c’est une minorité.
      Après pour faire des cadres, même si la connaissance parfaite du français n’est pas importante dans toutes le spécialités elle reste sans doute primordiale dans notre monde connecté.
      Et c’est pour cela qu’un minimum de francophone est utile dès le départ. Peu importe qu’il soient français de France où qu’ils aient appris notre langue à l’étranger ou dans nos écoles.
      Il faut aussi noter que pour le commandement et ce depuis toujours ( enfin depuis l’amalgame ) une trop grande quantité de légionnaires de même origine n’est pas souhaitable.

    • felipe dit :

      @robinson
      visiblement, vous ne connaissez pas trop la conception de la formation initiale des jeunes engagés étrangers; le français est la priorité absolue de la formation des quatre premiers mois (voire même de la 1ère année). avec l’apprentissage des règles de vie en collectivité et du règlement militaire de base, l’apprentissage du français occupe l’essentiel du temps des premières semaines pour une raison bien simple : pas de français = pas de compréhension des ordres. le chef de section dispense 4 heures par jours pendant les quatre premières semaines , avec des répétitions assurées par les francophones (d’où l’importance des francophones). le concept d’apprentissage a été formalisé depuis une bonne trentaine d’années. il se base sur la phonétique avant l’écriture, avec à la clef un vocabulaire « de survie » qui permet au légionnaire de s’insérer en unité opérationnelle et de poursuivre ses efforts d’apprentissage. et cette méthode devrait être largement répandue dans les centres de formation
      et c’est bien parce que l’effort est fait sur le français que les cadres d’origine étrangère réussissent si bien aux examens professionnels de l’armée de terre. l’intelligence, la volonté, l’esprit de corps (comprendre le souci de finir parmi les meilleurs) et le français expliquent tout cela.
      je dis ça, je dis rien : simplement officier pendant quatre années dans une compagnie d’instruction du 4e RE. toujours bluffé par cette capacité d’intégration qui donne visiblement de bien meilleurs résultats que dans de nombreux établissements publics de la république.

      • Robert dit :

        Felipe,
        Merci de votre témoignage.
        Je crois que c’est ce que plusieurs ici essaient de dire chacun à leur façon.

  20. Pluton dit :

    je ne voispas trop pourquoi des commentaires ici chouinent sur les choix de selection dans le recrutement.
    Que ca fasse plaisir ou non, les armees modernes ont toujours plus ou moins recruter dans ce qui etait considerer socialement comme les « fonds de tirroir » de la societe, des individus senses faire parti des categories indigne de confiance. Faut sortir un peu de ses « reves eveilles », la realite a ses contingences dont il faut tenir compte.

    On ne nait pas soldat, c’est l’armee qui fait des individus des soldats, du coup, on peut essayer de faire confiance en l’institution.

  21. Plusdepognon dit :

    Certains ont déjà réfléchi à l’élargissement de ce recrutement à l’armée « régulière » (hors legion étrangère) pour pallier à la crise du recrutement:
    https://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/defense-faut-il-elargir-le-recrutement-aux-volontaires-europeens-et-etrangers

    Et nos voisins européens ont commencé il y a quelques temps.

  22. Plusdepognon dit :

    L’erreur de penser que l’armée peut se substituer à la volonté de l’individu à croire en des valeurs qui ne sont pas les siennes, c’est clairement la même idéologie creuse à l’oeuvre pour le service national universel.
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/comment-reduire-la-cohesion-nationale.html

    La posture se révèle être une imposture.

    Ceux qui veulent s’engager dans la légion y vont parce qu’ils savent ce qui les attend. Les autres ne viennent pas, tout simplement.

    Le combat des valeurs se fait par l’éducation des parents et l’instruction de l’école de la république.
    https://claude-rochet.fr/11842-2/

    C’est bien là que nous avons un problème. Les valeurs d’universalité prônées par la philosophie des lumières sont considérées comme inatteignables, hypocrites et sont remises en cause au nom de croyances plus ou moins dangereuses (terre plate, charia, fake news, lobbies, finance dérégulée,…).

    La séparation des pouvoirs, la même justice pour le pauvre comme pour le riche, l’égalité des droits, la liberté de conscience, la dignité humaine… cela fait au mieux tirer des sourires crispés, quand ce n’est pas l’hilarité et les noms d’oiseaux.
    Pourtant, ce qui est proposé ailleurs ne me tente pas du tout (le veau d’or et la loi du plus fort se cachent de toute manière derrière tous les discours).