L’Iran est soupçonné d’envoyer de faux signaux GPS dans le détroit d’Ormuz

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Il faut dire que Bahreïn dont la population est à grande majorité chiites est complètement sous la coupe de l’Arabie saoudite, qui a fait mieux que la Chine a Hong-kong pour preserver les dirigeants sunnites au pouvoir (version Tien an men au Proche-Orient):
    https://youtu.be/veK6uzb6lTs

    De toute manière, comme tous les embargos, nous sommes dans une histoire de faux-culs et nous ne devrions pas nous en mêler.
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/la-chine-defie-les-sanctions-americaines-contre-le-petrole-iranien-20190805

    Donner la bombe atomique à l’Arabie saoudite, Trump est un grand taré !

    Depuis Osirak, personne n’avait été aussi idiot.
    https://youtu.be/QCKnxUmjaMk

    Ah si, en Syrie justement.
    https://youtu.be/iVYptu-rQsA

    L’humanité progresse…

    • Plusdepognon dit :

      Pour ceux qui seraient intrigués par les attentats contre les français et les marines américains, mais qui sont trop jeunes pour s’en souvenir:
      https://youtu.be/KD4TNzeEGWY

      https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/comment-liran-nous-vaincus-petit-retour.html

      • pod dit :

        @Plusdepognon
        https://lavoiedelepee.blogspot.com/2019/06/comment-liran-nous-vaincus-petit-retour.html
        effectivement, vous avez raison, tout y est dit..
        marsouinparamicalement.

        • Plusdepognon dit :

          @ pod
          Bien à vous également, fils de Saint Michel.
          Et vive la coloniale !

      • Poney dit :

        Étonnant qu’un pays dont on vole les ressources et arme son pire ennemi dans la guerre qui l’y oppose se permette d’y répondre par des actes de violence avec les moyens qui sont les siens. D’autre part ça fait 40 ans maintenant…dans le même registre voire pire on a réussi à tourner la page avec les allemands. Entre temps…nos bons amis américains se sont juste permis d’abattre un avion civil Iranien avec +200 civils à bord sans une once de remord.

        • Plusdepognon dit :

          @ Poney
          Un arbre a des racines.
          Croyez-vous que les iraniens oublient l’histoire du 20ème siècle, entre les anglais et les multinationales du pétrole d’origine US ?
          https://youtu.be/VUKv1of1QwY

          https://youtu.be/L-_aBmXXt3c

          https://youtu.be/-iX_jhdlmTw

          Donc mettre en perspective historique permet de comprendre certaines réactions.

          Concernant les américains ne se voient que par le miroir déformant d’Hollywood: ce pays est le meilleur du monde et celui qui dit le contraire est un jaloux, un ennemi ou un traître.
          https://youtu.be/luJBZfVWhXM

          Dans le jeu de la domination mondiale, il n’y a pas d’ami seulement des partenaires.

        • Barrois dit :

          Il me semble que la réponse de l’Iran à l’avion civil abattu fut l’attentat de Lockerbie, faussement attribué, en toute connaissance de cause, à la Libye.

    • Thaurac dit :

      « Donner la bombe atomique à l’Arabie saoudite, Trump est un grand taré !  »
      Mais laisser l’Iran l’avoir, qui ne se privent pas pour menacer le monde, serait d’une sagesse infinie!

      • Plusdepognon dit :

        @ Thaurac
        La bombe sunnite existe déjà:
        https://youtu.be/6EKyDrR5HkI

        S’il y a bien un endroit au monde où il y a des gens assez dingues pour s’en servir, c’est bien en Arabie saoudite.

        • Thaurac dit :

          Mais malgré ses menaces, pas l’iran ? ( où quand l’idéologie rend aveugle..)

          • Plusdepognon dit :

            @ Thaurac
            Vu qu’Israël a environ 200 bombes nucléaires en réserve et que nous n’y sommes pas pour rien (ni les allemands d’ailleurs), la situation actuelle est directement liée à ce rapport de force.
            https://youtu.be/jKnd1rIBWsA

            Et une bombe atomique, ce n’est pas simple à fabriquer. Tous les pays en ayant ont bénéficié de transfert de technologies.
            Donc qui l’aurait donner à l’Iran ?

      • Desty dit :

        La différence entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, qui sont bonnet blanc et blanc bonnet de leurs mœurs locales, c’est que l’Arabie Saoudite ne conteste pas l’ordre mondial et ne menace jamais nos intérêts vitaux. Parti de là, il n’y a aucune raison de leur être hostile et de les harceler à cause du mode de vie qu’ils se sont choisis.

  2. v_atekor dit :

    Un grand classique, prévu de très longue date, et mis en œuvre depuis tout aussi longtemps, en particulier par l’Iran… On balance un signal GPS depuis la terre (donc nettement plus puissant que l’original, donc mieux capté, et on décale peu à peu la position réelle dans le sens qui convient de façon à ce que le navire ou l’avion suive une autre route. Classique dans la défense, mais s’attaquer à des navires marchands, c’est nouveau. Bon, on va compter des adeptes de Galileo et de son signal signé en dur…

  3. Ah Ca ! dit :

    Ça doit être l’effet des vacances…
    Mais bon, la navigation maritime à due commencer avec l’arrivée du GPS…. Tiens, à quoi peut donc servir une carte marine et un sextant…. ? Et une boussole ça sert à quoi ?
    Les sémaphores font partie du passé, mais aussi les repères, phares et règles de navigation…
    Pas besoin de drapeau non plus, nous avons l’AIS…
    L’AIS, on l’achète sur étagère et on y rentre ce que l’on veut et c’est très bien comme cela….
    .
    Faut arrêter de prendre les oies pour des canards sauvages!

    • themistocles dit :

      Et le radar; et les centrales inertielles et la radionavigation, et une paire de jumelles et le relevé de 2 amers et l’alignement de la pointe de la mosquée par le dernier mouton à droite dans le champ du mollah…. Le Inch’allah GPS, même quand il fonctionne bien, ça donne un NGV italien sur un caillou ou un chimiquier qui monte sur Clipperton, alors qu’il avait 500 nq d’océan vide a tribord et plusieurs milliers à bâbord….. C’est comme pour une arme, en soi ce n’est pas dangereux, par contre, le type qui la tient ce n’est pas pareil…

    • Fred dit :

      @ Ah Ca !
      Je te suggère dorénavant d’envoyer tes communications à tous les lecteurs du site par courrier postal ;o)
      Plus besoin de firewall, plus d’attaques par déni de services, hameçonnage et autres joyeusetés … La sécurité absolue !

  4. mich dit :

    Excellent la phrase :  » en cas de problème contacter la Ve flotte  » , je ne sais pas si certains oseront le canular téléphonique façon faux appel aux pompiers.

  5. HBOB dit :

    Belle prouesse technologique des perses que la capture du RQ 170 en 2011 dans l’espace aérien iranien. Obama s’était couvert de ridicule en demandant sa restitution.

  6. Desty dit :

    « Le gouvernement de Bahreïn ne devrait pas faciliter les voeux et plans d’ennemis communs dans la région » « Il n’est pas possible que [certains pays de la région] soient en sécurité aux dépens des autres. Il est attendu des pays de la région qu’ils évitent l’escalade dans l’intervention de pays étrangers en se montrant prudents et prévoyants »
    Décidément plus ça va plus je réalise que les Iraniens ont la langue fourchue et aucune pudeur en matière d’hypocrisie. Je doute que le gouvernement de Bahreïn puisse considérer un jour Téhéran comme un ami attendu qu’elle a déjà tenté plusieurs fois de renverser ledit gouvernement en instrumentalisant la démographie locale. Nul doute que le sultan redoute de terminer comme l’ex-président Saleh si il perd le contrôle de sa population.
    Pour ce qui est du reste, n’est-ce pas l’Iran qui menace le commerce maritime régional pour qu’on le laisse se doter de sa bombe atomique et renverser tout les régimes régionaux qui ne lui conviennent pas ?

    Un article sympa, clair et précis sur ce qui arrive actuellement dans la région et pourquoi les gens ne s’entendent pas avec les Iraniens: https://lphinfo.com/la-profondeur-strategique-de-liran-par-michael-segall/
    L’auteur s’appuie sur des citations officielles et des faits concrets pas des impressions, des sentiments, ou des préjugés culturels. Et ça nous change.

    • précision dit :

      mdr. Un article israélien qui ne s’appuie que sur des déclarations caviardées (iraniennes et américaines), alors que les déclarations irannienes sont connues depuis des siècles pour être outrancières, à l’inverse de leur politique généralement bien plus nuancée.
      Des tas de formules vagues et de lieux communs. On n’y apprend rien de concret. On fait mieux, comme analyse de la géopolitique de la région.
      J’espère que c’était ironique, le « des faits concrets pas des impressions, des sentiments »… Quitte à citer les positions israéliennes face à l’iran, il y a bien des articles plus intéressants (Haaretz?)

      • Desty dit :

        Bah oui forcément caviardées les déclarations des Iraniens, elles le sont toujours depuis le sale coup qu’on a fait à Ahmaninedjad. Alors les déclarations outrancières de Soleimani vous pensez bien…
        Israël vient d’annoncer sa participation à la coalition des Américains pour sécuriser le trafic pétrolier dans le Golfe. Les Iraniens ont réagi violemment et leurs déclarations ont encore été caviardé voir déformé !
        Mon article décrit la réalité réelle: les Iraniens sont en train de prendre du Yémen, tout comme ils financent et arment leurs milices privés à Gaza et au Liban depuis des années. Le but est de faire pression sur les occidentaux en menaçant tout les points de passage du commerce pétrolier et du commerce avec l’Asie. L’objectif premier est qu’on lâche Israël, un petit porte-avion avancé au fond de la mer Méditerranée, mais quand ils contrôleront tout le moyen-orient rien ne nous garantis qu’ils s’arrêteront là: la constitution de la République Islamique dit que la Révolution Islamique doit être mondiale. C’est un fait pas une déclaration caviardée.
        Une nouvelle qui fera plaisir à tous les dhimmis des mollahs: ce matin les Saoudiens ont réussi à éclater le frère du Houthi en chef. Il fait un peu la tronche notre glorieux moudjahidine mais en même il faut bien que tout le monde paie le conflit du Yémen déclenché par les ambitions iraniennes.

        • précision dit :

          des « milices privées », un « porte-avion »… on est loin de la réalité réelle.
          Et non, je ne vois pas pourquoi tout le monde devrait payer pour aider les saoudiens à mettre au pas leur voisin qui a l’outrecuidance de ne pas leur obéir.

      • fabrice dit :

        Haaretz fait 3% de part de marché. Son propriétaire Schocken a appelé ouvertement a voté Meretz, un petit parti d’extrême gauche qui fait 3% des voix et qui a 4 députés (c’est la proportionnelle en Israël). Il est connu pour payer des journalistes ouvertement antisionistes et pro palestiniens (et pas qu’un peu, ça va jusqu’à l’appel au meurtre et à la justification de crimes) comme Amira Hass et Gédéon Lévy. C’est un journal ouvertement « politique », d’opinion, condamné à de X reprises pour diffamation, manipulation etc….
        Ce ne sont pas mes opinions, mais des faits.
        C’est comme si un Israélien disait, pour être bien au courant de ce qui se passe en France, il faut lire l’Huma, le seul journal valable français….ça fait bien rigoler, Haaretz est moins lu que l’Huma et l’Huma est un journal centriste et « mainstream » par rapport à Haaretz…
        Lire Haaretz ne vous donne pas les « positions israéliennes » mais la position de groupuscules antisionistes.
        Il est très facile de vérifier ce que je dis.

  7. werf dit :

    Pour tous ceux qui naviguent, tout cela c’est du pipeau car on ne doit pas faire confiance au GPS pour de multiples raisons que je ne développerai pas ici. Mais bon, cela fait croire que les appareils électroniques sont, avec l’IA, l’avenir. Quand on connaît les personnels de quart sous-payés sur les pétroliers et leur formation plus que réduite on comprend que le danger est partout, pas seulement du côté des iraniens…

    • Plusdepognon dit :

      @ werf
      Oui, les philippins représentent 30% des marins dans la marine marchande dans le monde et ce sont bien des conditions de vie atroces qui ont rendu une telle proportion possible. Qui accepterai de travailler ainsi, sinon des gens désespérés ? De l’esclavage par et pour les armateurs multi-milliardaires.
      https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/avis-de-gros-temps-pour-les-marins-philippins-1003320

    • v_atekor dit :

      Mouais, enfin côté Iran faire joujou avec le GPS et les drones (US et autres) est un sport de masse. Personne n’a dit que des bateaux s’étaient fait prendre, mais il y a pas que les navires.

      • Thaurac dit :

        Ce petit jeu se retournera contre ce pays, car il n’est pas exclus d’utiliser des missiles EM contre le pays en cas de conflit, alors plus moyen d’allumer leurs cigarettes avec un briquet électronique dans tout l’iran, restera l’amadou (ron, ron 😉 )

  8. vrai_chasseur dit :

    Les navigateurs phéniciens, yéménites savaient très bien où ils étaient quand ils croisaient dans ces eaux il y a des siècles.
    Personne n’a encore réussi à faire changer les étoiles et le soleil de position…

    • vrai_chasseur dit :

      …Et quant au spoofing de GPS, il suffit d’avoir visité le salon auto de Genève en mars 2019. Toutes les belles berlines, les peugeot, mercedes, bmw, etc etc affichaient toutes une position GPS à Buckingham, en Angleterre, en l’an 2036…petite facétie de la société anglaise Racelogic. Elel voulait mettre l’accent sur les dangers du spoofing GPS en matière de navigation auto.
      Gros signal de fin de récré pour les constructeurs automobiles.
      cf https://www.secureworldexpo.com/industry-news/geneva-auto-show-gps-spoofing-stunt

    • didixtrax dit :

      Mais quelle densité d’échouages et autres erreurs de navigation ? les systèmes type GPS apportent surtout la précision, surtout quand on veut ou doit naviguer sous pilote automatique.

    • Thaurac dit :

      Bon, ils ne risquaient pas aussi de se prendre un tanker de 500 000 tonnes de brut dans la tronche 😉

  9. Robert dit :

    Ils ont créé cette situation de conflit et ils s’étonnent que la victime de cette situation se défende.
    Ils n’ont qu’à naviguer aux instruments, à l’ancienne, quand ils sont dans cette zone.
    Mais faire la guerre pour d’autres en succombant au matraquage de propagande, désolé mais ça ne prend pas.

    • précision dit :

      Je dois dire… on n’entend presque plus parler du quasi embargo sur le pétrole iranien depuis des mois. Parce qu’il a échoué, ou parce que l’on ne voudrait pas que les opinions publiques le mettent en parallèle avec l’enlèvement de pétroliers dans le détroit d’Ormuz?
      D’ailleurs je n’ai pas encore vu de journal m’expliquant pourquoi une législation de l’UE interdisant les livraisons de pétrole à la Syrie devrait être respectée par un pétrolier iranien traversant le détroit de Gibraltar.

  10. Auguste dit :

    C’est les mêmes interférences,attribuées aux bases russes en Syrie, dont se plaignaient les avions civils israéliens?.Il y a eu,il y a quelques jours, accord militaire entre Russie et Iran.Un petit transfert de technologie?

  11. VinceToto dit :

    Il semble évident que ceux qui mettent la m., cherchent à mettre la m. dans cette zone c’est le gouv. US et ses alliés.
    De plus si c’était un simple brouillage par « spoofing » je n’ai pas beaucoup de doute que l’US Navy et autres puissent localiser la source des signaux, de façon très fine et nous donner leurs conclusions/preuves.
    Cela fait honte d’avoir marqué « nationalité française » « UE » sur ses pièces d’identité dans de telles circonstances.

    • Thaurac dit :

      Va les changer, devient persan , tes généreux nouveaux protecteurs sauront bien te remercier…

  12. MERCATOR dit :

    Tiens j’en profite pour donner les dernières nouvelles de l’impayable F 35.

    The F-35 Joint Strike Fighters in the operational test fleet at California’s Edwards Air Force Base are suffering from low readiness rates that may threaten the successful completion of the crucial combat-testing phase of the program, as shown in a chart created by the Joint Program Office’s Integrated Test Force and obtained by the Project On Government Oversight (POGO).

    The 23 aircraft in the test fleet achieved an abysmal “fully mission capable” rate of 8.7 percent in June 2019 according to a chart obtained by POGO.

    The revelation that the F-35 program is struggling to overcome the last hurdle before it can legally move into full-rate production follows numerous recent reports, including by POGO as well as the Government Accountability Office, indicating the most expensive weapon system in history is far from ready to face current or future threats.

    The 23 aircraft in the test fleet achieved an abysmal “fully mission capable” rate of 8.7 percent in June 2019 according to the chart, which covers December 2018 through mid-July 2019. A fully mission capable aircraft can perform all of its assigned missions, a particularly important readiness measure for multi-mission programs such as the F-35. The June rate was actually an improvement over the previous month, when the fleet managed a rate of just 4.7 percent. Since the beginning of operational testing in December 2018, the fleet has had an average fully mission capable rate of just 11 percent.

    The Pentagon’s operational testing director has stated that the test fleet needs an 80 percent availability rate to meet the demanding schedule of the program’s test and evaluation master plan.

    Aircraft mission capability statuses can be degraded for reasons including a lack of spare parts or a failure in a mission system like the radar or electronic warfare instruments. According to sources within the F-35 program, a frequently failing component is the Distributed Aperture System. This system provides the pilot warnings of incoming missiles and generates the imagery for the $400,000 helmet that the pilot wears. The F-35 can still fly with problems like this, and, using the data links between aircraft, some of the information from a functioning system on another F-35 can fill in a blind spot in a degraded one. But this only works up to a point, and to fully test the program’s capabilities, all systems must function properly.

    Pentagon officials declined to comment on this report.

    The operational test fleet’s low readiness rates are surprising, considering the high-profile nature of the fleet’s mission. Under federal law, a major defense acquisition program cannot legally proceed to full-rate production until the director of operational test and evaluation (DOT&E) submits a final report to the secretary of defense and Congress following the conclusion of the testing process. Because of this, the operational testing fleet receives extra support in the form of larger maintenance crews, and is presumably higher on the priority list to receive spare parts.

    The operational test fleet readiness chart shows that aircraft being used for operational testing are actually performing worse than the rest of the F-35 fleet, which could achieve only a 27 percent fully mission capable rate, according to the latest available figures.

    F-35 Far from Ready to Face Current or Future Threats, Testing Data Shows
    The Pentagon’s operational testing office reports that as of 2018, the F-35 program still has not fixed cyber vulnerabilities found in past years.

    This comes on the heels of a recent Air Force Times report showing that readiness figures across all of the Air Force’s aircraft programs have steadily decreased over the past eight years. In 2012, all 5,400 aircraft averaged a “mission capable” rate of 77.9 percent. By 2018, that figure had slid to 69.97 percent. A mission capable aircraft can perform at least one of its assigned tasks.

    Last September, recognizing the brewing aircraft-readiness crisis, then-Secretary of Defense James Mattis issued a directive ordering the services to achieve an 80 percent mission capable rate by the end of September 2019. The Air Force figures indicate the service is unlikely to meet that goal.

    While the former secretary’s directive was a step in the right direction, he set a relatively low bar for the services. He stipulated a goal for mission capable rates, rather than for fully mission capable rates, the far more relevant measure of a fleet’s readiness for combat.

    The Air Force provided several explanations for the poor rates. A spokesman told the Air Force Times the main reason for the declining rates is the age of the fleet, currently an average of 28 years. A perusal of the figures in the Air Force Times article casts doubt on that claim. Newer aircraft like the F-22 and F-35 are averaging lower mission capable rates than the legacy aircraft they are slated to replace. For example, the F-22 fleet had a mission capable rate of 51.74 percent in 2018, while the older F-15E had a rate of 71.16 percent. The F-35A fleet averaged a mission capable rate of 49.55 percent, while the F-16D had a rate of 66.24 percent, and the A-10C had a 72.51 mission capable rate.

    The operational test fleet readiness chart shows that aircraft being used for operational testing are actually performing worse than the rest of the F-35 fleet.

    Colonel Bill Maxwell, head of the Air Force’s maintenance division, also attempted to allay concerns, telling the Air Force Times that the Air Force’s overall mission capable rate is just a “snapshot in time.”

    Be that as it may, the F-35 operational test fleet readiness chart POGO obtained clearly shows six months’ worth of data for the aircraft program at the center of all the services’ future plans. It shows fluctuations in the relative rates throughout the reporting period, but the readiness rates during this critical combat-testing process have been consistently bad.

    The Pentagon is expected to decide in October whether the F-35 program is ready to move to full-rate production. In light of the disclosure of the testing fleet’s struggles, it is difficult to see how the current testing program can be completed on time.

    This could be a revealing moment for Robert Behler, the operational testing director. He could, in order to meet the Pentagon’s arbitrary schedule, call a halt to the tests and give the go-ahead to move to full-rate production without completing the approved testing plan. But such a move would call into question the integrity of the testing process and the purpose of his office. And the troops who must trust their lives to this aircraft would have reason to question its combat-worthiness, while the American people would have all the more reason to doubt that a program they have funded for the past 17-plus years can actually perform as advertised.

    TRADUCTION

    Les avions de combat interarmées F-35 de la flotte d’essais opérationnels de la base aérienne Edwards en Californie souffrent de faibles taux de préparation qui pourraient menacer la réussite de la phase cruciale d’essais au combat du programme, comme le montre un graphique créé par le Joint Force d’essai intégrée du bureau du programme et obtenue par le Projet de surveillance du gouvernement (POGO).

    Les 23 appareils de la flotte d’essai ont atteint un taux catastrophique de 8,7% en juin 2019 «pleinement capable de mission», selon une carte obtenue par POGO.

    La révélation que le programme F-35 a du mal à surmonter le dernier obstacle avant de pouvoir légalement passer à la production à plein régime fait suite à de nombreux rapports récents, notamment ceux de POGO et du Government Accountability Office, indiquant que le système d’arme le plus coûteux de l’histoire est Loin d’être prêt à faire face aux menaces actuelles ou futures.

    La carte, qui couvre la période allant de décembre 2018 à la mi-juillet 2019, a atteint un taux catastrophique de 8,7% en juin 2019, ce qui correspond à une capacité totale de ‘mission’. Un avion entièrement capable de mission peut effectuer toutes les missions qui lui sont assignées, Une mesure de préparation particulièrement importante pour les programmes à missions multiples tels que le F-35. Le taux de juin était en réalité une amélioration par rapport au mois précédent, lorsque la flotte avait géré un taux de seulement 4,7%. Depuis le début des tests opérationnels en décembre 2018, la flotte avait un taux moyen de capacité opérationnelle de seulement 11%.

    Le directeur des tests opérationnels du Pentagone a déclaré que la flotte de tests avait besoin d’un taux de disponibilité de 80% pour respecter le calendrier exigeant du plan directeur de test et d’évaluation du programme.

    Les statuts de capacité de mission d’un avion peuvent être dégradés pour des raisons telles que le manque de pièces de rechange ou une défaillance d’un système de mission comme le radar ou les instruments de guerre électroniques. Selon les sources du programme F-35, le système à ouverture distribuée est un composant fréquemment défaillant. Ce système fournit aux pilotes les avertissements des missiles entrants et génère les images pour le casque de 400 000 $ que le pilote porte. Le F-35 peut toujours voler avec des problèmes comme celui-ci et, en utilisant les liaisons de données entre aéronefs, une partie des informations d’un système en fonctionnement sur un autre F-35 peut combler un angle mort dans un système dégradé. Mais cela ne fonctionne que jusqu’à un certain point, et pour tester pleinement les capacités du programme, tous les systèmes doivent fonctionner correctement.

    Les responsables du Pentagone ont refusé de commenter ce rapport.

    Les faibles taux de préparation de la flotte de tests opérationnels sont surprenants compte tenu de la nature de la mission de la flotte. En vertu de la loi fédérale, un programme majeur d’acquisition de matériel de défense ne peut légalement passer à la production maximale tant que le directeur des tests et de l’évaluation opérationnelle (DOT & E) n’a pas remis son rapport final au secrétaire de la Défense et du Congrès à la fin du processus de test. Pour cette raison, la flotte d’essais opérationnels reçoit un soutien supplémentaire sous la forme d’équipes de maintenance plus importantes et est probablement plus haute sur la liste des priorités pour recevoir des pièces de rechange.

    Le graphique de l’état de préparation de la flotte de tests opérationnels montre que les aéronefs utilisés pour les tests opérationnels ont en réalité de moins bons résultats que le reste de la flotte de F-35, ce qui ne permettrait d’atteindre que 27% de la capacité de la mission, selon les derniers chiffres disponibles.

    Le F-35 est loin d’être prêt à faire face aux menaces actuelles ou futures, selon des données de test
    Le bureau des tests opérationnels du Pentagone a indiqué qu’en 2018, le programme F-35 n’avait toujours pas corrigé les cyber-vulnérabilités découvertes ces dernières années.

    Cela fait suite à un récent rapport du journal Air Force Times, qui montre que les chiffres de l’état de préparation de tous les programmes d’avions de la Force aérienne ont régulièrement diminué au cours des huit dernières années. En 2012, tous les 5 400 avions avaient un taux moyen de «mission» de 77,9%. En 2018, ce chiffre avait glissé à 69,97%. Un avion capable de mission peut effectuer au moins une des tâches qui lui sont assignées.

    En septembre dernier, reconnaissant la crise de préparation des avions, le secrétaire général à la Défense, James Mattis, avait publié une directive ordonnant aux services d’atteindre un taux de réussite de 80% d’ici la fin du mois de septembre 2019. Les chiffres de la Force aérienne indiquent qu’il est peu probable que le service soit respecté. Cet objectif.

    Bien que la directive de l’ancien secrétaire ait été un pas dans la bonne direction, il a placé la barre relativement basse pour les services. Il a fixé comme objectif la capacité beaucoup plus importante de la capacité de la flotte au combat, plutôt que des taux pleinement aptes à la mission.

    L’armée de l’air a fourni plusieurs explications aux faibles taux. Un porte-parole a déclaré à Air Force Times que la principale raison de la baisse des taux était l’âge de la flotte, actuellement en moyenne de 28 ans. Une lecture attentive des chiffres de l’article de l’Air Force Times jette un doute sur cette affirmation. Les nouveaux avions comme le F-22 et le F-35 affichent en moyenne des taux de capacité de mission inférieurs à ceux des avions traditionnels qu’ils sont censés remplacer. par exemple, la flotte de F-22 affichait un taux de capacité de mission de 51,74% en 2018, tandis que la flotte plus ancienne de F-15E affichait un taux de 71,16%. La flotte de F-35A affichait un taux de capacité de mission de 49,55% en moyenne, contre 66,24% pour le F-16D et de 72,51 pour le A-10C.

    Le graphique de l’état de préparation de la flotte de tests opérationnels montre que les aéronefs utilisés pour les tests opérationnels ont en réalité de moins bons résultats que le reste de la flotte de F-35.

    Le colonel Bill Maxwell, chef de la division de la maintenance de la Force aérienne, a également tenté d’apaiser ses inquiétudes, affirmant au Air Force Times que le tarif global de la Force aérienne n’était qu’un «instantané dans le temps».

    Quoi qu’il en soit, la carte d’état de préparation de la flotte d’essais opérationnels du F-35 obtenue par POGO montre clairement que les données pour six mois du programme d’aéronefs sont au centre des projets de tous les services. Il montre des fluctuations dans les taux relatifs tout au long de la période considérée, mais les taux de préparation au cours de ce processus critique de tests de combat ont toujours été mauvais.

    Le Pentagone devrait décider en octobre si le programme F-35 est prêt à passer à la production à plein taux. À la lumière de la divulgation des difficultés rencontrées par la flotte d’essais, il est difficile de voir comment le programme d’essais actuel peut être achevé à temps.

    Cela pourrait être un moment révélateur pour Robert Behler, directeur des tests opérationnels. Il pourrait, afin de respecter le calendrier arbitraire du Pentagone, suspendre les tests et donner son accord pour passer à la production à plein régime sans avoir achevé le plan de tests approuvé. Mais une telle démarche remettrait en question l’intégrité du processus de test et le but de son bureau. Et les troupes qui doivent faire confiance à cet avion auraient des raisons de douter de son aptitude au combat, tandis que le peuple américain aurait encore plus de raisons de douter qu’un programme qu’il a financé depuis plus de 17 ans puisse réellement fonctionner comme annoncé .

    Bon la solution « à la Boeing », on se passe des tests et on passe directement en production, les Belges et les Italiens serviront de cobaye en vol réel !

  13. Thaurac dit :

    Aparté , comme je l’ai toujours dit dans ce forum ou ailleurs, si tu veux être bien vu par la france et sa diplomatie, fait des attentats touchant des français et tu auras des rues , des squares à ton nom (surtout ville cp) …et on fait pareil avec l’iran qui nous a baisé au drakkar par hez et milice interposées

    L’ancien patron du renseignement français a reconnu devant un juge avoir négocié un accord avec le groupe responsable de la tuerie 37 ans après l’attentat de la rue des Rosiers à Paris, a révélé jeudi soir Le Parisien.

    « On a passé une sorte de deal verbal en leur disant : Je ne veux plus d’attentat sur le sol français et en contrepartie, je vous laisse venir en France, je vous garantis qu’il ne vous arrivera rien » a-t-il lancé. […]

    Un pacte oral ignoré des nombreux enquêteurs et magistrats qui se sont succédé durant trois décennies sur ce dossier insoluble. Sur procès-verbal, Yves Bonnet confirme un « engagement donné aux représentants d’Abou Nidal de ne pas être poursuivis en France », rapporte le Parisien.

    L’attentat avait été attribué à un groupe palestinien dissident de l’OLP, le Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, décédé en 2002 dans des circonstances mystérieuses. Les suspects, identifiés grâce à des témoignages anonymes, sont soupçonnés d’avoir appartenu au groupe d’Abou Nidal. […]

    i24
    Print Friendly, PDF & Email
    Chers amis,

    Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote ! Nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

    Si vous pensez que nous faisons un bon travail, s’il vous plaît choisissez l’abonnement qui vous correspond EN CLIQUANT ICI.

    Merci !
    Julien Michel
    Voilà la politique veule de la france, et les allemands ne valent pas mieux, pour avoir la paix ils relâchaient des terroristes en souys main.
    D’ailleurs n’imaginez pas à l’époque attraper un terroriste en france et l’amener devant la justice, on vous mettrez en taule, car cela pouvait amener une prise d’otages pour le faire libérer
    ajoutez cela aux bassesses et pleutreries employées pour préserver la paix sociale envers certaines gens qui eux s’en foutent royalement, et on a le fil politique français, qui c’est certains, pour ceux qui sont un peu de le secret, ne doit pas être reluisant.
    Et , dire qu’il y a encore des c…ds pour critiquer els ricains et Guantánamo….

    • Czar dit :

      tu as parfaitement raison torah, les terroristes faut les arrêter c’est ce qu’on aurait dû faire avec shamir la première fois qu’il est venu en France.

  14. Thaurac dit :

    S’il fallait encore une preuve de « complaisance » à fermer les yeux
     » Et pour eux, maintenir le dialogue avec Téhéran est primordial. Au point même que Paris aurait demandé à ses services de renseignement de mettre en « sourdine » leurs évaluations « critiques » au sujet de l’Iran [C’est ce qu’a en effet affirmé le journal Le Monde], alors qu’Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique du président Macron, enchaîne les visites à Téhéran [il s’y est rendu en juin et en juillet, ndlr]. »

    • Plusdepognon dit :

      @ Thaurac
      En novlangue, l’exode peut être vu comme un mouvement terroriste (exercice de style estival d’un site sans équivoque):
      https://www.lemonde.fr/blog/aboudjaffar/2019/08/07/go-down-moses/

      Concernant la suite de la tuerie des rosiers, je pense bien que les services font leur boulot, mais au vu du nombre d’idiots utiles… Dans la même veine, l’euro de 2016 s’est bien passé, l’année 2016 beaucoup moins. Cela suscite donc aussi des interrogations.
      https://infoguerre.fr/2016/07/que-penser-de-l’incapacite-de-daesh-a-frapper-la-france-lors-de-l’euro-2016/

      Impossible de savoir où se situe la frontière entre la realpolitik et l’incapacité de nuire grâce à des actions forcément discrètes.

      • Thaurac dit :

        L’exode ? tu as picolé?
        C’est la démonstration classique que la france ne semble pas être un allié fiable en cas de conflit contre un pays arabe, tout simplement

      • Fred dit :

        @ Plusdepognon
        Ton premier lien fait référence au BLOG du journal Le Monde.
        On peut y éditer des délires et des hoax, comme sur celui d’Opex, sans que cela ne soit en lien avec l’avis du site … :o)

        • Plusdepognon dit :

          @ Fred
          Le blog « abbou djaffar » est très mainstream (critique dithyrambique du livre de thomas gomart, recommandé par beaucoup de blogs de « defense » et apparemment ce serait un ancien de la DGSE).

          Il est parfois acide, souvent pince-sans rire, mais on peut pas dire qu’il critique les services (à part l’inertie et il y met des guillemets) et encore moins les religions (ses billets sur le terrorisme sont mesurés).

          Mais avouez que selon la citation de Malcolm X: « si vous écoutez les médias vous aimerez l’oppresseur et détesterez les victimes ». Sa blague était un exercice de la novlangue très réussi et léger.
          On dirait de l’ORTF ou du BFM TV… mais bien tourné en dérision.

  15. Plusdepognon dit :

    La Royale n’est pas la seule à avoir des problèmes de contrôle de zone (même avec un signal gps non brouillé):
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/brexit-londres-pourrait-manquer-de-navires-pour-surveiller-ses-eaux-territoriales-20190810