CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le drone de combat russe Su-70 Okhotnik-B a effectué son premier vol

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

80 contributions

  1. moripo dit :

    ll semble qu’il y ait une partie « vitrée » à l’avant. Un pilote est-il derrière ?

    • Khay dit :

      Vous voulez dire la prise d’air du réacteur ?
      Bel engin. On a les dimension? Il y a une photo qui traine avec un vehicule tracteur a coté, j’ai l’impression qu’il est franchement gros. Ce qui est pas déconnant si il a une distance franchissable de 6000km sur son carburant interne. Du coup ça fait pas forcément une charge de bombe énorme, en comparaison. Mais bien assez sans doute pour une mission SEAD/DEAD chez les voisins de l’Ouest^^

      • Khay dit :

        EDIT: à prendre avec des pincettes mais 20 mètres d’envergure et 20 tonnes à vide, d’après wikipedia. Ouais, belle bête.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Je pense que ce que vous prenez pour une partie vitrée soit en fait l’entrée d’air du turboréacteur

    • Gégétto dit :

      Ce qui vous semble être une partie vitrée, n est rien d autre que l entée d air du réacteur.

      • Gégétto dit :

        En fin de compte, les Russes comme les autres grandes nations mettent le paquet pour posséder leur SCAF.
        Il semble bien qu ils possèdent une belle avance sur les Européens.

        • ThomasL08 dit :

          Les Européens ne sont pas a la traine dans le domaine.
          Dixit neuron et taranis.

        • FredericA dit :

          @Gégétto : « Il semble bien qu ils possèdent une belle avance sur les Européens »
          .
          Euh… Non. Le démonstrateur Neuron a volé pour la première fois en 2012. Ce prototype d’UCAV est issu des travaux menés par Dassault depuis 1999 (projet LogiDUC qui aboutira aux Petit DUC et Grand DUC). Plus de détail sur wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_Neuron 😉

          • Gégétto dit :

            @fredericA,ThomasL08,
            Je ne parlais pas du drone en lui même; je n oublie pas que Dassault et BAE systems ont aussi construit des drones furtifs.Neuron et Taranis
            Mais du SCAF avec le concept de « loyal wingman ». Un avion de chasse+drone(s)
            il semblerait ,pour l avoir lu bien sûr, que le Su-70 « Okhotnik-B » opérera de conserve avec le SU-57.
            Nous ,il nous manque le Tempest pour les Anglais (Je ne sais plus s ils sont européens!!)
            Et le NGF Franco-hispano-germanique.
            Je ne pense pas que le Rafale F4 opérera le Neuron?
            Ni les Typhoon anglais le Taranis?.Cordialement.

          • NRJ dit :

            @Gégétto
            Tout dépend de ce que le concept de loyal wingman signifie. Si le drone est contrôlé depuis le sol et vole à côté de l´avion, ca fait des années que le concept existe (ca a même valu aux américains de se faire détruire un drone Reaper en 2003 par un Mig 29 irakien). Il n´y actuellement aucune difficulté technique.

            Après la difficulté réside d´une part dans l´autonomie du drone, que cette autonomie soit unitaire (le fait de tout simplement rester en l´air, voire de décoller et d´atterrir seul) et collective quand le drone vole en essaim. La deuxième difficulté tient à la fusion des données (ce qui est un problème généralisable à tous les avions de 5ème génération). Le but de faire voler le drone en essaim est d´augmenter la portée des capteurs et des armements de l´avion ce qui impose d´avoir une liaison constante avec l´avion.

            Dans les deux cas, le S-70 Okhotnik-B n´est pas encore au point. Cela demandera effectivement des compétences de pointe en informatique et électronique, notamment en IA, et pas mal de temps pour rendre le S-70 opérationnel en mode autonome. A moins qu´il soient intégralement contrôlé depuis le SU-57 à la manière des drones commandés par les hélicoptères Tigre mais dans ce cas il ne pourra y avoir qu´un S-70 par SU-57. Mais cette configuration sera rendue impossible par le fait qu´il n´y a qu´un seul pilote dans le cockpit du SU-57.

      • Gégétto dit :

        Oups : entrée d air

    • anon dit :

      ou juste l’entrée d’air ??

  2. wawa dit :

    C’est marrant comme la silhouette ressemble au bombardier furtif B2B spirituel. Copie ou convergence évolutive?

    • NRJ dit :

      Simplement les besoins de la furtivité. Le Neuron et le X-47 ont également la même forme.

    • wagdoox dit :

      c’est marrant comme le B2 ressemble au HO 229…

      • Michel ARMAND dit :

        Faut superposer les deux en photo, à ce moment là on a l’impression d’avoir affaire à des clones !!! au moins sur la forme extérieure bien sûr !

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      C’est un peu des deux.
      Comme le note Justine dans un commentaire plus bas, la forme de l’aile est très proche de celle du F-117. On peut facilement imaginé que les ingénieurs Russes se soit inspiré de celui qui a été descendu aux Balkans.
      Cependant, et comme vous le notez aussi, la forme est la mieux adaptée à la furtivité. C’est pour ça qu’elle est reprise par tous les drones et bombardiers furtifs: B-2, futurs B21, nEUROn, Taranis etc.

    • Stoltenberg dit :

      Moi je crois plutôt qu’il resselble au F117.

      • batgames dit :

        alors là pas du tout le F117 a des arrêtes vives anti radar ,le drône russes est plutôt ressemblant au neuron Français et X47 américain car il n’ont pas d’arrêtes vives mais que des formes rondes

        • ScopeWizard dit :

          @batgames

          Je confirme ! 🙂

          Vu de dessus ou de dessous , effectivement il y a un dessin d’ aile en flèche proche de celle d’ un F-117 ; en revanche , selon moi la comparaison s’ arrête là .

          Le F-117 est notamment furtif à la détection RADAR grâce à de nombreuses facettes car les ingénieurs , à l’ époque , l’ avaient surtout conçu autour de formes angulaires aux arêtes vives qui sont le signe même de sa furtivité compte tenu du fait que les systèmes informatiques n’ offraient qu’ une puissance limitée .
          C’ est là une contrainte dont plus tard ils ont pu s’ affranchir car les systèmes informatiques ont considérablement gagné en puissance de calcul ce qui a autorisé de concevoir les nouveaux « furtifs » en fonction de ce gain de puissance et , par exemple , plutôt que de renvoyer via un grand nombre de facettes de forts échos dans une quinzaine de directions différentes comme sur le F-117 , de n’ en présenter plus que quatre sur le B-2A Spirit quant à lui conçu autour de formes beaucoup plus courbes et aérodynamiques…………..

    • Hermes dit :

      On partage tous les mêmes lois de la physique.
      Ceci explique cela.

  3. OTOOSAN dit :

    On dirait un Gotha 229 modernisé… »revêtements spéciaux censés réduire sa signature radar » ….du contreplaqué recouvert de poussière de charbon comme le faisait Horten ?

  4. frederic66 dit :

    Belle copie des drones de l’OTAN sauf le gros booster dernière ne fait pas trop furtif, belle cible pour les missiles sol air pour l’instant.
    les russes et chinois devraient méditer sur ce proverbe « ne jamais oublier que le canon à merde explose par la culasse »

  5. Fred dit :

    Intéressante cette compétition de drones de combat.

    • patrick sergeat dit :

      Ce qui est aussi intéressant est la vision où l’homme reste dans la boucle :ce ou ces drones seront en essaim autour du S70,il semblerait que notre armée de l’air suive la même philosophie.J’ai lu que les US préfèrent pour leurs drones de combat enlever l’homme de la boucle et de laisser l’homme à terre avec un joystick peut on m’éclaircir sur ces 2 visions?

      • Plusdepognon dit :

        @ Patrick sergeat
        Les américains payent leurs soldats de la même manière qu’ils soient en opération extérieure ou sur le territoire national(mieux payés qu’un militaire français). Donc faire le job depuis les USA et rentrer à la maison tous les soirs semblait plus tenable au niveau de la ressource humaine, vu la mentalité de l’américain moyen et beaucoup moins embêtant en termes de logistique de faire tourner les effectifs sur les divers théâtres et le fameux concept du « zero mort ». Ce qui n’empêche pas les syndromes post-traumatique. D’où l’idée d’automatiser la décision de tirer. Avec les fonds idoines et les sociétés multinationales qui vont bien, cela a été fait.

        Les soldats français sont mieux payés en opération extérieure (non imposable) et nous n’avons pas le budget des USA pour faire des recherches aboutissant rapidement aux drones américains ou israéliens et encore moins à l’automatisation de la décision de tirer (idiotie industrielle, militaire et politique qui ont volontairement raté le coche et se trouvent bien marris, cachée sous le voile pudique de « l’ethique » de la place de la décision humaine de tuer).
        http://lemamouth.blogspot.com/2019/07/un-male-des-maux.html

        Donc nous aurons des hommes au sol, parce que si vous les payez comme en métropole (imposable) et sans prime à l’air, vous n’allez pas trouver beaucoup de volontaires, même pour piloter un joujou qui permet des cartons sans vous mettre directement en danger.

        https://youtu.be/dzCmhUAzseI

        Ces explications n’engagent que moi. Si vous voulez des liens plus sérieux :
        https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2013-3-page-105.htm

        http://www.strato-analyse.org/fr/spip.php?article390

        https://croixdeguerre-valeurmilitaire.fr/2017/06/01/drones-preparer-le-combat-aerien-de-demain/

  6. NRJ dit :

    L’armée de l’air russe est bien partie pour rester un adversaire coriace. Ils auront probablement moins d’avions à terme, mais ils seront des capacités supérieures que ce soit par cette combinaison défensive drone furtif-avion ou la combinaison défensive avion/système AA. Je doute que le F-35 soit capable de faire face.

    • ruffa dit :

      Oh la la ! Faut te calmer les avions furtifs russes sont très loin d’être opérationnels et ils ont un gros retard technologique sur les F22 F35 B2 X47 (les budgets de recherches sont 10 fois moins élevés)

      • PK dit :

        UN avion en retard sur le F-35, c’est quoi ? Un truc sur plan ?

      • batgames dit :

        pouh ….blabla encore tu n’en sais rien ,en 43 les allemands ont été surpris par le T34 ..et leur char panther surtout en ont fait les frais ,sois tranquilles les russes travaillent ,en 57 ils devancent les amerloques dans l’espaces et vont les devancer jusqu’à ce que la fusée russe destiner à la lune n’ai des ennuis …mais ils enverront cependant deux sondes sur la lune et récupéreront des échantillons de lune comme les amerloques avec leur apollo et lem ,au final même résultat pour moins cher ..méfie toi des russes …de plus ce peuple ne cherchent pas la guerre mais se protége ….les amerloques sont partout dans le monde pour imposer leurs lois µ…regarde comment ils ont pris le contrôle d’Alsthom ,nous ne sommes plus indépendant énérgétique si ils ne nous envoie pas de pièces détachés de la turbine que nos propres ingénieurs ont mis au point …merci mlacron et Hollande d’avoir vendu la partie turbine d’alsthom donc aussi la même turbine que celle du Pa Charles de Gaule ,c’est intelligent,des traîtres nous dirigent ,on a pas besoin de nous attaquer ,on se saborde nous même c’est une tradition (Trafalgar …aboukir ,flottes de Toulon ….on est doué pour avoir des idiots qui gouvernent ,on, fait peur à personne

        • NRJ dit :

          @batgames
          Euh faut pas raconter des bêtises. L´industrie spatiale russe n´arrivera jamais à dépasser l´industrie erospatiale américaine. Ils n´ont ni la technologie ni les moyens financer de la développer ou de la produire. Ils sont d´ailleurs plutôt en train de regarder du côté de la Chine pour le futur de leur industrie spatiale (je vous invite à lire cet article pour plus de précision https://www.areion24.news/2019/01/25/le-partenariat-strategique-chine-russie-une-alliance-durable/3/).

          Par ailleurs non les russes ne cherchent pas simplement à protéger leur territoire. On n´a pas un budget représentant 4% du PIB quand on cherche simplement à défendre son territoire. Ou on ne prévoit pas d´acquérir 2300 chars de combat (les T-14 Armata) pour faire face simplement à des terroristes tchétchènes. Par ailleurs, c´est grâce à la Russie que les pays européens ont repris les armes. Jusqu´en 2014 tous les pays européens se désarmaient petit à petit et les américains quittaient leurs bases européennes. Mais après 2014 bizarrement ils sont revenus et des budgets européens sont passés en un temps record à 2% du PIB voire plus (Estonie, Pologne), les autres pays européens suivant l´exemple bien qu´étant plus lent à la réaction. Qu´est-ce qui s´est passé ? Une certaine crise en Ukraine dans laquelle les russes ont massivement soutenu, armé, formé et augmenté les rangs des séparatistes prorusses. C´était la faute de l´OTAN.

          Cela ne fait pas des américains nos amis. On est dans une guerre économique de premier ordre avec eux, et seule une union des pays européens nous permettra de faire face.

          • ScopeWizard dit :

            @NRJ

            Je vous la fais courte …..

            Nombre de pays de l’ ancien bloc de l’ Est qui pour X raisons désirent passer à l’ Ouest risquent de rentrer dans l’ OTAN , c’ est à dire d’ encercler la Russie sachant que tout pays de l’ OTAN est tôt ou tard susceptible d’ installer sur son propre sol des armes nucléaires tels que des missiles à longue portée pouvant être pointés sur Moscou ……….

            Par exemple , si de tels missiles avaient été déployés en Crimée cela les mettait à une distance comprise entre 1200 et 1300 km de la capitale Russe , ce qui est très peu .
            Pour vous donner une idée , lorsque en réponse aux déploiement de tels missiles en Italie ou des PGM-19 Jupiter US en Turquie tous à tête nucléaire , les Soviétiques ont décidé de faire de même à Cuba soit à 150 km des côtes Américaines , cela plaçait la capitale des USA à moins de 1800 km d’ une possible frappe atomique , ce que , dès qu’ ils l’ ont su via les vols de reconnaissance à très haute altitude effectués entre-autres par les avions-espions U-2 , les Américains , le Président JFK en tête , n’ ont pas accepté ne serait-ce qu’ une demi-seconde , ce qui a déclenché la fameuse crise des missiles de Cuba d’ octobre 1962 qui durant treize longues journées a fait trembler le Monde entier faisant craindre le pire , l’ imminence d’ un affrontement conventionnel pouvant dégénérer aussitôt en une guerre nucléaire que tous redoutaient …………

            Donc , pour quelles raisons , même après tant d’ années , voudriez-vous que la Russie accepte ce que les USA ont refusé 50 ans plus tôt sachant qu’ entre-temps la technologie a considérablement évolué tant en puissance , qu’ en guidage , qu’ en précision , qu’ en portée , qu’ en vitesse ?

    • Pourquoi tu doutes ? Explications techniques (si tu en as …) !

      • NRJ dit :

        C’est plutôt une explication logique. Les forces aériennes ont deux objectifs : protéger le territoire, mission assurée par la combinaison S-400 pour concentrer et repérer les attaques ennemies et les SU-57 en embuscade car les avions tout aussi furtifs soient ils seront rendus vulnérables par les simples missiles qu’ils enverront. L’impact est donc plus tactique que technique, d’où le fait que je dise que le F-35 n’est pas le plus indiqué pour faire face, car il aura probablement déjà épuisé ses munitions sur les S-400 avant de devoir faire face au SU-57.
        Pour l’attaque de sites A2/AD, les russes ont donc le SU-70. Contrairement au f-35 et F-22 il s’agit d’un avion optimisé pour la furtivité radar (et probablement infrarouge à terme) et non d’un compromis. Donc on a un système beaucoup plus discret protégé d’éventuels sentinelles ennemies (des avions cela s’entend) par les SU-57. En d’autres termes, le fait d’avoir une combinaison de 3 éléments différents dans leur conception permet de soumettre l’adversaire des russes à une série de dilemne bien mieux que ne le permet que dans une bien moindre mesure le F-35.

        On a donc une nouvelle doctrine de combat. On peut faire le parallèle avec Napoléon quand il a créé les divisions, assemblage interarmes inédit qui permettait de soumettre les adversaires à une combinaison d’armes et donc à des dilemnes insolubles (Typiquement les carrés d’infanterie optimisés contre la cavalerie mais très vulnérable à l’artillerie).

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      De mon coté, je doute que les Russes soit capables de faire avec ce drone la moitié des choses qu’ils ont annoncés qu’il fera.

    • Chef Chaudart dit :

      Faire une cellule de drone ne pose pas de problème particulier à un pays disposant d’une industrie aéronautique, et la Russie possède l’une des meilleures au monde.

      La grande difficulté est plutôt de concevoir des capteurs adaptés, un système de communication à la fois fiable et protégé, un guidage laissant une grande place à l’autonomie, à l’intelligence artificielle. Sans cela, on ne parle pas d’un drone mais d’un avion télécommandé.

      Bref, l’aspect de ce drone est très futuriste, je ne doute aucunement qu’il volera bien, sera furtif, mais c’est ce qui n’apparait pas ici qui en fera un appareil tactiquement supérieur.

      Et on n’a pas beaucoup d’infos sur ce point pour le moment.

      • Vine dit :

        L’ingénerie logicielle est en tous cas un des domaines où la Russie est en pointe.

  7. Justine dit :

    A noter la ressemblance entre le F-117 et le Su-70:
    https://twitter.com/SlavaTheThird/status/1159126571803906048

  8. Mike dit :

    @Wawa : c’est une aile volante, comme on en fait depuis les années 1930, avec un peu toujours le même profil. L’avantage est à la fois furtif et aérodynamique.

    • Ion 5 dit :

      @Mike
      L’aile volante subsonique des années 30 n’à pas le même profil que le Neuron ou le Su-70.
      En matière d’aérodynamique elle ne présente aucun avantage, sur une configuration classique (sauf peut-être au dessus de M:2), sinon il n’y aurait plus que ça…

  9. Barfly dit :

    J’ai cru voir un B2 au premier regard.

  10. Auguste dit :

    Ce serait bien de réduire sa signature sonore aussi.C’est bien la peine de réduire sa signature radar si on l’entend arriver à 30km.

  11. borok83 dit :

    Que connaissez- vous du F35???

  12. didixtrax dit :

    la sortie réacteur sera probablement carénée dans le futur, si besoin car de face elle est déjà peu détectable. Ce genre d’engin me semble conçu pur une attaque secteur frontal

  13. dakia dit :

    A quoi sert d’associer un drone de combat et un avion de chasse?

  14. John dit :

    A lire certains sur ce blog, la furtivité est dépassée.
    Pourtant chaque conception de nouveaux appareils démontre que c’est la conception standard actuellement et de la part de tous.

    • Flanker dit :

      Ca dépend contre qui on compte se battre…. Si on mise sur la furtivité contre les russes on a tout faux car ils disposent de radars pouvant les détecter mais pour les russes c’est intéressant car en occident on a rien développé pour contrer les avions furtifs (après tout ils étaient de notre côté jusqu’à maintenant). La réponse dépend des moyens de détection de l’adversaire.

      • batgames dit :

        des radars Français spécifiquement utilisés ont justement détecté des F117 amerloques lors d’un exercices de l’otan ,tu ne savait pas …c’est dommage je ne retrouve plus l' »article scientifique sur le sujet mais je peut le chercher

        • Flanker dit :

          Si c’est le radar GRAVE de l’ONERA mais dans ce cas on est face à un radar OTH très bas en fréquence donc par nature très imprécis à la fois sur la mesure distance et angulaire. Ce genre de radar ne permet pas de guider une arme. Les russes utilisent des radars dans des bandes de fréquence plus haute donc avec une précision compatible avec le guidage des armes.

          • Vinz dit :

            Ca ne permet pas en effet de guider de bout en bout ; mais ca permet soit de guider jusqu’à ce que le capteur ou radar intégré de l’arme prenne le relais, soit d’indiquer à des radars plus précis une zone où centrer la recherche.

        • Gégétto dit :

          Il semblerait que l’ histoire du F117 détecté par un radar d une batterie de missile air-sol Française soit un
          vieille légende.Les F117 détectés étaient équipés de systèmes réfléchissant les ondes radar afin de les rendre détectables pour les suivre dans le trafic.Par contre de très anciens radar Russes P-18 Spoonrest et P-15 (1950-1960)fonctionnant en VHF étaient capables de les détecter.
          En outre le radar Français Nostradamus, radar transhorizon aurait détecté des bombardiers B2 en 1998.
          C est le retour des radars UHF-VHF, et d’ autres systèmes radar passifs qui utilisent les ondes civiles:radio FM, TV numérique, Téléphonie mobile;Les ondes courtes infrarouge (SWIR),mise au point de radars quantiques…(DSI hors série 66).Cordialement.

        • John dit :

          Les radars français ont-ils été capables de cibler les F117 ?
          Repérer est une chose, mais les cibler en est une autre.
          Ensuite, le F117 est déjà une ancienne technologie, utilisant d’anciens matériaux.
          Et « last but not least », lors d’un exercice, en général, les radars sont au bon endroit au bon moment. C’est la routine qui a notamment permis d’abattre le F117 en Serbie, et c’est ce qui a failli coûter des F117 au dessus de Bagdad lors de la guerre du Golfe. Les F117 étaient envoyés à la même heure pour bombarder Bagdad et ses protections anti-aériennes.

          Et avec ce commentaire, je reste neutre vis-à-vis de la furtivité. Les degrés de furtivité varient d’un appareil à l’autre, ainsi une aile volante semblerait être optimale, un chasseur moins.
          Et selon la fréquence radar choisie, un appareil furtif est facilement détectable, mais il est impossible de le cibler.
          Les développements offensifs sont suivis d’efforts défensifs avec des radars adaptés. Et seuls les pays « riches » ou puissants militairement, scientifiquement et technologiquement auront la capacité de lutter contre la furtivité à terme.

      • John dit :

        Je suis entièrement d’accord avec vous sur le constat de l’ennemi.
        Toutefois, il ne faut pas surestimer les capacités des uns et sous estimer les capacités des autres.
        Et ce commentaire tient à la fois sur le niveau de la furtivité que les moyens pour la détecter.
        En ce moment, l’occident est en train de développer des systèmes de remplacement à la défense aérienne.
        En termes de missile, pas grand chose de nouveau, mais les radars sont améliorés, et des radars AESA sont mis en service avec ces systèmes. Le SAMP/T reçoit un nouveau radar.
        Ensuite, bien que les radars AESA aient de meilleurs capacités que les radars à antenne mécanique, la furtivité conserve un intérêt sérieux, il faut juste être prudent et ne pas se croire invincible.

        • Flanker dit :

          Peut importe que le radar soit AESA ou pas, ce qui fait qu’un radar peut détecter une cible furtive dépend de sa longueur d’onde pas du type d’antenne. En occident nous utilisont essentillement des radars haut en fréquence pour la précision c’est à dire souvent au dessus de 5 GHz mais qui ont le plus grand mal à traiter les cibles « furtives ». Les russes, mais aussi les chinois utilisent des radars entre 150 MHz et 3 GHz c’est à dire sur des bandes de fréquences où les techniques de « furtivités n’ont plus beaucoup d’effet.

  15. Joris dit :

    Quoi qu’il en soit toujour pour tuer triste monde ! DIEU est Grand chers amis

    • batgames dit :

      c’est pour çà qu’il est trop idiot pour intervenir sur sa propre création

  16. Thaurac dit :

    Question aux spécialistes
    La sortie de tuyère est directionnelle sur pas mal d’avions russes, est ce que c’est possible de la caréner mais de garder cette utilisation (agilité pas trop primordiale pour un drone)?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Sans être spécialiste:
      -Avec une entrée d’air sur le dessus, il n’est pas fait pour être manœuvrant, comme un B2 ou un F-117.
      -Partant de ce constat, j’en déduirais que le besoin de manœuvrabilité est assez faible
      -Du coup, je vois assez peu l’intérêt de se compliquer la vie avec une tuyère à géométrie variable 3D pour cela

      • John dit :

        Je tenterais d’être un peu plus détaillé. Il est possible d’utiliser la poussée vectorielle même avec une prise d’air sur le dessus, seulement elle n’agirait qu’en G positif. C’est-à-dire que la tuyère pourrait s’orienter vers le haut, ce qui n’endommagerait pas le revêtement. Dans les autres directions ça me semble difficile.

        @Thaurac,
        L’agilité peut avoir un certain intérêt pour les drones lorsqu’il s’agira de combattre en air-air, et cela va arriver.
        L’intérêt du drone en combat aérien c’est de ne pas être limité par les capacités du corps humain à subir les G. Seule la technique sera le facteur limitant.
        Ensuite, il ne faut pas oublier qu’on est en phase d’expérimentation, de définition de la doctrine d’emploi, etc, etc…
        Et il y a la possibilité que certains appareils reprennent simplement le moteur, et la tuyère d’un autre appareil (économie d’échelle?)

    • Ion 5 dit :

      @thaurac
      Ben oui: le F-22 dispose d’une poussée vectorielle bidimensionnelle (tridimensionnelle pour les Sukhoï).
      J’ignore s’il est très furtif dans cette config. Au demeurant ce n’est pas grave; s’il fait ça c’est qu’il manoeuvre pour semer un missile ou un autre chasseur qui l’ont de toute manière vu, eux.

  17. Polymères dit :

    Le problème avec les projets russes, c’est qu’ils sont souvent des « réponses » aux produits américains, ils se placent dans un esprit de volonté d’être à la hauteur, au même niveau, ceci pour maintenir un « équilibre » militaire (obsessionnel) avec Washington.
    Ces projets sont ce que les russes veulent qu’ils soient, mais bien souvent ils finissent par ne pas être grand chose et finissent par être presque anecdotiques/symboliques dans leurs armées. Car ils n’ont pas les moyens d’en acheter en nombre, car au fond ça reste avant tout une « image » qui manque de fond et de profondeur. Quand je vois cela, je me demande face à quoi je me trouve, un vrai programme pour équiper l’armée russe ou un simple programme qui veut démontrer que la Russie n’est pas en retard? Est-ce que j’ai en face de moi un vrai drone furtif avec un potentiel ou simplement un drone qu’on dit furtif par ce qu’on lui a donné une forme assimilé à la furtivité? J’ai quand même l’impression que les russes ne se sont pas fait chier, ils ont pris un moteur d’avion de chasse qu’ils avaient déjà et ont décidés tel quel de former une aile volante autour.

    La furtivité n’est pas juste un design, les iraniens aussi peuvent sortir un drone aile volante aux allures futuristes et en disant qu’il est furtif, mais qui veut y croire hormis ceux qui veulent se satisfaire du sentiment que cet avantage de la furtivité n’est pas seulement du côté américain?
    La réalité c’est qu’on en sait rien de la furtivité, qu’il ne s’agit pas d’avoir juste des avions ou des drones qui ont le même aspect pour automatiquement en déduire qu’on en est au même niveau de furtivité.
    Il ne suffit pas de dessiner au crayon sur son ventre des abdos pour en avoir. Parfois j’ai vraiment l’impression de voir chez les russes, les chinois mais aussi les iraniens et d’autres, beaucoup de programmes pour simplement jouer dans une guerre psychologique de la rivalité militaire alors que derrière la réalité de leurs armées, ce n’est pas vraiment ça. Tout cela pour se rassurer, pour rassurer le peuple, pour parfois lui donner de la fierté, pour séduire des clients à qui on transmet le message que les russes ne sont pas en retard technologique, etc…

    Bref comme souvent, j’attends de voir ce que ça donnera au final, loin des déclarations et des perspectives d’avenir dans cette Russie qui a et qui réduit fortement son budget pour faire face à des problèmes économiques qu’elle aime ne pas voir pour ne pas paraitre vulnérable pour l’extérieur.

    • Ion 5 dit :

      @Polymères
      Je n’avance rien mais la furtivité,
      -c’est de la géométrie (vous appelez ça design, pourquoi pas…)
      -des matériaux absorbants

      -éventuellement des brouilleurs (furtivité active), mais c’est un peu hors sujet pour le coup vu la forme de l’engin…

      Les russes savent faire les deux, comme un peu tout le monde dans les grandes puissances industrialisées. Alors pourquoi pas, même si ce n’est pas pour tout de suite?

    • John dit :

      Vos constatations concernant la furtivité fonctionnent pour tous les pays.
      La France sera-t-elle capable de sortir un appareil réellement furtif passivement?
      Est-il possible que la conception russe soit plus évoluée que sa contrepartie américaine?

      Oui, financièrement, la Russie n’a pas les mêmes moyens.
      Et c’est bien pour ça qu’elle est « réactive ». Elle sait que si elle lance la course à l’armement, la Russie se tire une balle dans le pied (je présume).
      Concernant la recherche et le fait de ne pas tout mettre en service, ça a malgré tout certains intérêts que vous sous-estimez selon moi. Pour commencer, investir dans la R&D comme le fait la Russie permet de maintenir un équilibre technologique. Ensuite, même si tout n’est pas mis en service, la Russie envoie malgré tout le message que si les tensions augmentent, un budget supérieur poussera la Russie à produire.

      Et au final, je pense qu’on ne peut pas tout généraliser. Il y a des zones où la Russie investit beaucoup et produit aussi en nombre, et la priorité a été la modernisation des forces stratégiques. Que ce soit les lanceurs terrestres, les SNLE, etc… la Russie a bien évolué, et elle développe des armes assez inquiétantes (« torpille tsunami »).

      Ensuite, concernant le « jugement » des choix russes à ce niveau, je trouve que vous êtes condescendants. La France a aussi développé son armée et la dissuasion nucléaire pour rassurer sa population.
      En quoi ce facteur psychologique est-il important? Car les investisseurs ont eux aussi des émotions, et qu’un pays puissant évite tout risque de confrontation avec une puissance majeure, et toute puissance étrangère. Et c’est le rôle d’une armée de protéger son peuple. Et honnêtement, avec les rivalités avec l’OTAN, je pense que cette symétrie n’est pas seulement bonne, mais absolument nécessaire.
      Les problèmes arrivent lorsque certains traités à vocation pacifique sont rompus.

  18. Gandalf dit :

    Vu que le drone a toujours ses roues deployees, on peut en deduire qu’ils sont toujours aux premiers tests. Ils ont pas mal de retard a rattraper, meme vis de la France avec Neuron ou le RU avec Taranis.

  19. Dante dit :

    Il y a de quoi douter de sa furtivité quand on voit la tullière arrière saillante qui exciterait n’importe quel missile à guidage infrarouge…

    • batgames dit :

      il est peut être juste équipé d’un réacteur classique pour les tests aéronautique .§.c’est pas forcément la finalité …chez nous aussi des fois on met des réacteurs qui ne seront pas ceux définitif ..le prototype du rafale a longtemps Voler avec un réacteur Américain F404 ,donc cela ne veut rien dire

      • John dit :

        Et il ne faut pas oublier que certains cherchent surtout à optimiser la furtivité frontale, et l’arrière étant moins travaillé / aérodynamique favorisée. Selon la doctrine d’utilisation, un tel choix est possible.

  20. Lbb dit :

    Le drone russe une une copie du RQ-190 capturé par les ingénieurs militaires gardiens de la Revolution iranien. D ou le transfère de tech.sensible russe a ces derniers en échanges de l études du RQ-190 . Et le résultat cvestl okhtnik. Cordialement

    • Ion 5 dit :

      @LBB

      ils ont transféré quoi comme technologie sensible en échange des études du RQ-170?

  21. Lbb dit :

    Le RQ-190 sentinel Américain pour être plus exacte . Pardon pour l orthographe mon tél bug.

  22. Lbb dit :

    C est une copie du RQ-170 sentinel Américain piraté et capturé par les ingénieurs militaires d Iran en 2011. Bravo à eux.

  23. ULYSSE dit :

    @Dante et Polymères. outre la gigantesque tuyère , à noter la multiplication d’écopes diverses, pas très furtives.
    Quant au train d’atterrisage monstrueux, il est bien dans la tradition russe. Décollage et atterro sur piste non préparée ou enneigées ou incapacité à faire light?

    C’est comme le SU54, entre design et opérationnalité, il peut y avoir un monde.

  24. Bob dit :

    Les forces armees russe et leur technologie militaire progressent. Je comprends l’angoisse des pays riverains.