Le pilote qui a perdu la vie aux commandes d’un Tracker S2F de la Sécurité civile était un ancien de l’armée de l’Air

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

46 contributions

  1. Robert dit :

    Paix à son âme et condoléances à sa famille et ses camarades.

  2. frederic66 dit :

    RIP à ce pilote, j’ai eu des collègues au sol au tph, ce qu’il faut savoir c’est que le vent était tourbillonnant à 60 km/h , le tracker est passé dans une épaisse fumé noire, il se peut qu’il y est eut un arrêt moteur droit suivie par le décrochage.
    quoiqu’il en soit le tracker que ce pilote courageux pilotait aurait du être retirer du service depuis longtemps (11 ans) même si l’avion avait été modernisé, cela me rappelle les VAB obsolètes sur tous les théâtres d’opérations de l’armée française.

    • lym dit :

      Je ne pense pas que les Trackers, surpuissants et solides, soient mal aimés de leurs cochers malgré qu’ils soient connus pour instantanément pouvoir placer le pilote devant une situation sans solution (il déclenche sur ressource en virage très incliné) à basse altitude. Mais pour le job d’attaque initiale s’il est là depuis si longtemps ce n’est pas un hasard.
      Le DASH8 avait lui été très contesté dès le départ, au sein même de la sécurité civile. Déjà c’est pas le même format et sa limite en facteur de charge aurait en toute logique du lui interdire ce job. Et payer si cher des avions neufs (les bombardiers d’eau ont jusque là toujours été d’anciens avions issus de surplus et transformés), peu susceptibles par leurs caractéristiques d’approcher le feu partout (relief…) pour au final en avoir très peu fut pour le coup vu comme un gaspillage budgétaire assez incompréhensible.

      • ScopeWizard dit :

        @lym

        Perso , j’ aime beaucoup ce bon vieux Grumman Tracker ; toutefois , concernant la lutte incendie broussailles et feux de forêt , je considère -peut-être à tort- que le meilleur avion que nous avons est de loin le bombardier d’ eau amphibie à turbopropulseurs CANADAIR CL-415 ( pouvant déverser 6150 litres d’ eau ) , à présent du constructeur Canadien Bombardier .
        N’ en avoir en tout et pour tout que 12 m’ a toujours paru trop peu même s’ il a un temps fait doublon avec les 15 CANADAIR à moteur à pistons CL-215 ( capacité 5500 litres ) .
        Le DASH 8 est sans doute plus gros mais je ne le trouve pas du tout conçu afin de pouvoir être adapté à ce type de mission compte tenu des exigences requises en matière de prise de risques , je crains que cet avion soit « sensible » ……………

        Ceci est un simple avis …………

  3. Gégétto dit :

    Respect pour cet homme ;sincères condoléances.
    Aperçu dans un extrait de reportage devant passer sur France2 en Septembre.

  4. ScopeWizard dit :

    Requiescat in pace

    Je n’ ai pas de mots ; juste BRAVO et MERCI ! 🙂

    Très sincères sympathies et courage , à la famille , aux proches , aux copains ………..

  5. Plusdepognon dit :

    Vous avez bien fait de faire un article sur ce pilote:
    http://lemamouth.blogspot.com/2019/08/un-pilote-tue-dans-son-tracker.html

    Il a un autre article d’aujourd’hui sur le blog « le mamouth », mais il reprend les éléments exposés ici par monsieur Lagneau.
    Pensées pour lui et tous ceux qu’il aimait.

  6. Castel dit :

    Hommage à cet homme courageux, qui, comme un grand nombre de ses collègues, continuent à aider le pays même après avoir quitté l’armée…..
    Paix à son âme, et condoléances à sa famille, ses proches et ses collègues qui ont perdu en plus, un ami…..

  7. Thaurac dit :

    Respect au pilote et pensées émues à sa famille.

  8. werf dit :

    RIP et condoléances aux familles. C’était un ancien pilote de chasse sur Mirage et le reportage fait par une chaîne français sur l’homme il y a quelques mois est très émouvant. Bravo à tous ceux qui luttent contre des incendies bien souvent d’origine criminelle.

  9. heaume44 dit :

    RIP à Franck Chesneau (Chesnau ?), avec tout mon respect posthume.
    Sincères condoléances à ses proches.
    Réconfort à ses camarades.
    Bravo à ceux et celles qui, comme lui, risquent leur vie dans l’intérêt de tous.

  10. Censuros dit :

    Le hasard a voulu qu’un équipe de journalistes de France 2 le suive quelques jours avant le drame. C’est à 4m55s : https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/1038089-journal-20h00.html
    Respects et hommages à lui. Courage à ses proches et ses collègues. Merci pour leur dévouement on ne le dira jamais assez.

  11. vieux margi dit :

    Respect et condoléances à sa famille et à ses proches.
    Il avait gardé l Esprit guerrier. Son ennemi le feu..que des en……… allument on ne sait pourquoi ou des c… par insouciance…
    Un héros…pas la peine de le préciser Mr le Président..On le sait .. comme ses camarades des autres armes, comme les pompiers pro ou volontaires…..
    Il a sauvé des vies . C était déjà son engagement avant dans l Armée de l Air..
    Arrêtons de faire du neuf avec du vieux….il faudra combien de morts pour enfin décider à renouveler la flotte des bombardiers d eau…

  12. nimrodwing dit :

    Toutes mes condoléances a sa famille et ses proches comme a ses collègues.
    Plein courage a vous tous.

  13. batgames dit :

    on a vu à la télé le virage qu’il fait juste avant le crash …il est penché totalement en gauchissement les ailes sans portance à part l’élan cinétique ,soit il a eu un trou moteur lorsqu’il sort du virage auquel cas il tombe comme une pierre dans cette position ou un vent rabattant l’a plaqué vers le sol ;dans ces incendies les vents sont très perturbés ,mais son virage était je trouve un peu trop type chasseur et ces avions sont pas des chasseurs…en .a t’il fait un peu trop ou a t’il eu peur de quelques choses en virant trop sec …toutes la lumière sera faite,mais est ce qu’il communiquerons ??

    • batgames dit :

      les hélices sur ce type d’appareil sont certainement à pas variable ,là aussi si une des hélices se met à poser problémes à cette altitude c’est même pas la peine ,Pensées pour lui et tous ceux qu’il aimait.

    • lym dit :

      Comme je le disais dit ci dessus, le Tracker est connu depuis l’origine pour déclencher (comme pour le « tonneau » dit déclenché en voltige) si on ajoute une ressource à un virage prononcé. Les pilotes le savent et connaissent bien les limites, mais malheureusement une perte de puissance d’un moteur, l’aérologie ou la vue de l’horizon compliquée si proche du feu… cumulé à une prise de risque sans doute plus élevée avec des vies en jeu en dessous… et le défaut pourtant connu du type se concrétise malgré l’expérience et ne pardonne pas, aussi bas.
      Malheureusement, à la sécurité civile, avion ou hélico les conditions d’intervention sous souvent limites et les décollages précipités. C’est vraiment un métier à haut risque.

  14. breer dit :

    Condoléances à la famille de ce pilote. Les incendies risquent d’ être malheureusement de plus en plus fréquents, du fait de la conjoncture d’évènements les favorisants : chaleur, sécheresse, population croissante et habitations de plus en plus éparses, inconscients, criminels et névropathes…
    L’état devrait investir largement plus dans du matériel récent et dans une prévention stricte…

    • batgames dit :

      oui vous dites L’état devrait investir largement plus …..HUM j’ai peur de vous paraître un peu déplacé ,mais tous les plus riches Français ne veulent plus payer l’impôts et les libéraux n’arrêtent pas de dire sur BFM Business et ailleurs que l’etat doit se réformer et cesser ses dépenses …cela fait 30 ans que ces gens là sont au pouvoir à chaque fois par le truchement du antiVote lepen et qu’au second Tour on se récupére ces libéraux qu’ils soit légèrement de gauche ou de droite ,cela revient au même ,la France est prise en otage …les gens ont voter macron au second Tour pour éviter Le Pen ,la LREM crois ainsi pouvoir appliqué son programme ,hors tous ceux qui ont voté Macron ne l’on pas fait pour çà …résultat assez pittoresque ,nous avons des écolos et de la France insoumise qui se plaint de la signature du CETA et bientôt de l’accord des pays d’am SUD ,alors que ce sont eux qui l’ont fait élire …
      et ils continuent de détruire l’etat ,notamment dans les Hôpitaux ,tous les rois ou chefs des services sont des tueurs de budgets en série ..
      si la sécurité civiles se farci encore des trackers c’est à cause essentiellement de cette idéologie libérale….si il s’avère que c’est une panne avion par vétusté ,ces décideurs depuis 30 ans pourront se dire qu’ils ont la mort du pilote sur leur conscience ….les Trackers sont issu d’un type d’avion qui a eu beaucoup de variantes ,le Grumman vous vous rendez compte ,dans l’US Navy ce type d’avion faisait suite à un autre vétéran de la seconde guerre mondiale le Guardian http://airvectors.net/avtraker_03.jpg son successeur faisait partie du lot des avions des années 50 ,certains équipés d’un RADOME supérieur servait à la protection des porte avions du Type ESSEX Oriskany ,voir Photo http://airvectors.net/avtraker_08.png
      http://airvectors.net/avtraker_09.jpg

      http://airvectors.net/avtraker.html
      Le Guardian était un avion intérimaire dans le rôle de transporteur ASW; la marine avait commencé à travailler sur un successeur bien meilleur avant même que l’AF n’entre en service opérationnel. Le 30 juin 1950, l’US Navy a attribué à Grumman le contrat de développement d’un avion transporteur bimoteur capable de remplir toutes les fonctions du duo Guardian.

      Le contrat spécifiait le développement de deux prototypes du « Modèle 89 » de Grumman, avec la désignation militaire initiale de « XS2F-1 Sentinel ». Le XS2F-1 devait transporter une gamme complète de capteurs et d’armes ASW et voler à une bonne vitesse de croisière sur une distance maximale de 1 600 kilomètres.

      Le premier XS2F-1 a volé le 4 décembre 1952. Il s’agissait d’un monoplan à ailes hautes avec un fuselage arrondi et spacieux, propulsé par des moteurs radiaux à 9 cylindres Wright R-1820-82WA Cyclone à refroidissement par air de 1 120 kW (1 500 HP) chacun monté dans de longues nacelles sur les ailes. Les longues ailes et les puissants moteurs de la XS2F-1 lui ont permis d’opérer à partir de petits transporteurs et d’aérodromes courts. Les ailes repliées hydrauliquement au-dessus de l’avion, le repli étant « incliné » de sorte que les deux ailes se chevauchent lorsqu’elles sont repliées. Le XS2F-1 était équipé d’un train d’atterrissage à trois roues, d’un train avant à deux roues et d’un train principal à une roue rentrant dans les nacelles du moteur. L’avion était équipé d’un crochet d’arrêt de type Stinger, précédé d’une petite roue de queue servant de pare-chocs lors des atterrissages.

      L’ajustement ASW du XS2F-1 incluait des tubes d’éjection de sonobuoy, dont huit intégrés à l’arrière de chaque nacelle de moteur, et tiraient à l’arrière; un projecteur de 70 millions de chandelles monté sur l’aile droite; un radar de recherche AN / APS-38 dans un radôme «poubelle» ventral rétractable, derrière la soute à armes; une antenne AN / APA-69 électronique de contre-mesures électroniques dans un carénage en goutte d’eau au-dessus du cockpit; et une flèche AN / ASQ-10 MAD rétractable dans la queue.

      Le XS2F-1 embarquait un équipage de quatre personnes, le pilote à gauche, le copilote / navigateur à droite et deux opérateurs de systèmes à l’arrière. Le XS2F-1 avait une capacité de carburant interne de 1 970 litres (520 gallons américains). La charge totale en armes s’élevait à 2 180 kilogrammes (4 800 livres), y compris une seule torpille à tête chercheuse dans la baie, ainsi que des charges de profondeur, des roquettes, des bombes ou d’autres magasins équipés de six pylônes situés sous les ailes.

      * À la suite d’essais de 15 machines d’évaluation du service « YS2F-1 », la production « S2F-1 » est entrée au service de la US Navy en février 1954 avec l’escadron VS-26. Le S2F-1 ressemblait beaucoup aux prototypes XS2F-1, mais il avait augmenté les cyclones fournissant une puissance de 1 138 kW (1 525 HP). Après l’introduction du service, le type a été renommé « Tracker ». Bien que les surnoms d’aéronefs soient un sujet perfide et qu’ils soient parfois fabriqués bien après, il semble que le Tracker soit finalement devenu le « Stoof », une corruption de la désignation « S-Two-F ».
      Un total de 740 S2F-1 a été construit par Grumman, sans compter les machines d’évaluation YS2F-1, et De Havilland du Canada (DHC) a construit 43 « CS2F-1 » supplémentaires, avec des différences mineures d’ajustement des équipements. Le S2F-1 / CS2F-1 a été construit en plus grande quantité que toutes les variantes et dérivés successifs du type combiné.

      * L’US Navy s’est beaucoup appuyée sur le Tracker pour la défense de sa flotte et a pris des mesures pour le maintenir à jour. De nombreux trackers USN ont été équipés du système de recherche acoustique ANNA-AQA-3 « Jezebel » (sonar passif) et du système de sonorisation « Julie » (sonar actif), et de la nouvelle désignation « S2F-1S ». Le système Julie impliquait de monter des tubes éjecteurs pour l’écho des charges explosives au fond du fuselage arrière.

      Le modèle de production suivant, le « S2F-2 », comportait une baie d’armes saillante et décalée pour accueillir une charge de profondeur nucléaire surdimensionnée, ainsi qu’un empennage élargi pour compenser les changements aérodynamiques résultants. La baie d’armes gonflée donna au S2F-2 un aspect légèrement enceinte. Un total de 77 S2F-2 a été construit par Grumman, avec 57 machines similaires « CS2F-2 » similaires construites par DHC.

      * Le « G-121 / S2F-3 » vola pour la première fois le 21 mai 1959 et comportait:

      Le fuselage s’étendait de 12,88 mètres (42 pieds 3 pouces) à 13,26 mètres (43 pieds 6 pouces).

      L’envergure est passée de 21,23 mètres (69 pieds 8 pouces) à 22,12 mètres (72 pieds 7 pouces).

      Un tailplane encore plus grand.
      La S2F-3 était globalement plus grande pour offrir plus d’espace d’équipage, de capacité en carburant et de charge d’équipement. Le S2F-3 est entré en service en mai 1961.

      Depuis que des charges nucléaires plus compactes ont été développées, la soute à armes a été ramenée à sa taille originale. Le carénage de l’antenne de l’ECM au-dessus du cockpit a été supprimé. Il a été remplacé par un système amélioré d’ECM utilisant des antennes intégrées aux extrémités des ailes, et la plupart des autres systèmes électroniques ont également été modernisés. Les pylônes des magasins ont été renforcés et les compartiments sonobuoy situés à la fin des nacelles ont été sensiblement agrandis pour augmenter la capacité de sonobuoy de 8 à 16 dans chaque nacelle. 100 S2F-3 ont été construits en tout.

      GRUMMAN S2F-3 TRACKER:
      _____________________ _________________ _______________________

      anglais métrique
      _____________________ _________________ _______________________

      envergure 22,12 mètres 72 pieds 7 pouces
      surface de l’aile 46.08 sq_meters 496 sq_feet
      longueur 13,26 mètres 43 pieds 6 pouces
      hauteur 5,05 mètres 16 pieds 7 pouces

      poids à vide 8 500 kilogrammes 18 750 livres
      poids max chargé 13 220 kilogrammes 29 150 livres

      vitesse maximale 426 KPH 265 MPH / 230 KT
      plafond de service 6 400 mètres 21 000 pieds
      plage 2 090 kilomètres 1 300 MI / 1 130 NMI
      endurance 9 hours
      _____________________ _________________ _______________________

      La variante de production finale du Tracker était le « S2F-3S », essentiellement un S2F-3 avec équipement Julie-Jezebel et un système de récepteur de balise de radionavigation TACAN. Le dernier des 252 S2F-3 a été livré en 1968. Il s’agit du dernier d’un total de 1 284 Trackers construits aux États-Unis et au Canada.

      Un certain nombre de suiveurs S2F-3S ont ensuite été équipés de l’équipement de traitement de sonobuoy AN / AQA-7 et de la nouvelle désignation « S-2F ». Apparemment, de nombreux avions S2F-1S ont été mis à jour avec les mêmes spécifications ou une désignation similaire et ont reçu la même désignation S-2F. . Une mise à niveau de 50 machines S2F-3S portant la désignation « S-2G » a également été mise en place pour lui permettre de transporter une paire de missiles air-sol radio-guidés « Bullpup » AGM-12. Le copilote les a guidés à l’aide d’une manette de commande et a observé une fusée éclairante sur la queue du missile.

      * Au total, 20 escadrons de la US Navy ont finalement été équipés du Tracker. Le type s’est également très bien comporté sur le marché international, avec l’aide du programme américain d’assistance militaire, aux pays suivants: Argentine, Australie, Brésil, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Taiwan, Thaïlande, Turquie et Uruguay.
      En 1955, Grumman pilotait le prototype du dérivé « transporteur à bord » (COD) « G-96 / TF-1 Trader » du Tracker. Le Trader présentait un fuselage modifié, mais était par ailleurs compatible avec le Tracker. Le Trader pourrait être équipé de sièges facilement démontables pour neuf passagers et inclure des cloisons coulissantes avant et arrière montées sur des rails, ainsi que des montants amovibles, pour sécuriser le fret pour les atterrissages des transporteurs. La capacité de chargement maximale était de 3 855 kilogrammes (8 500 livres). Des radeaux de sauvetage ont été installés à l’arrière des nacelles.

      Grumman TF-1 (C-1A) Trader
      Le premier vol du Trader a eu lieu en janvier 1955 et la prestation de services initiale en 1957. Entre 1955 et 1958, 87 bâtiments ont été construits, dont quatre équipés pour le rôle de MCE et désignés par le sigle « TF-1Q ». En 1962, la TF-1 reçut la nouvelle désignation « C-1A » et la TF-1Q fut rebaptisée « EC-1A ». Le Trader a servi avec trois escadrons de soutien logistique et de transport de la Marine américaine – mais il s’agissait d’un type strictement intérimaire, remplacé par le Grumman C-2 Greyhound.

      Certains commerçants ont fini par appartenir à des civils et, en 2011, la marine brésilienne a acheté huit C-1A pour les rôles de DCO et de pétroliers du transporteur SAO PAULO, ces machines ayant apparemment été achetées à partir d’aéronefs immobilisés. Ils devaient être remis à neuf, avec une avionique modernisée et reconfigurés avec les turbopropulseurs Honeywell TPE331 entraînant des hélices à cinq pales. Le programme était bloqué – mais en 2015, les travaux de mise à niveau de quatre machines ont débuté. Marbit Aviation a modernisé les moteurs, tandis qu’Elbit of Israel a fourni un cockpit en verre, un kit de communication et de navigation moderne ainsi qu’un nouveau système de contrôle de l’environnement. Les « KC-2 », comme on les appelle, ont une capacité de ravitaillement en vol et peuvent jouer le rôle de pétroliers avec leurs services de transport contre remboursement. Le programme de mise à niveau devrait être achevé d’ici à 2020. Ils décolleront du transporteur SAO PAULO.

      * Le Trader a conduit à son tour à un autre dérivé du Tracker, la variante d’alerte avancée aéroportée « G-117 / WF-2 Tracer ». Le Tracer a commencé sa vie comme une proposition à la Marine en 1951 pour le « XWF-1 », ce qui a abouti à la signature d’un contrat pour deux prototypes d’une machine AEW basée sur le Tracker. annulé en 1953. Le programme a été relancé en 1955, Grumman proposant un avion AEW basé sur le Trader au lieu du Tracker. Un Trader était utilisé comme prototype aérodynamique et effectuait son vol initial le 17 décembre 1956. Le premier WF-2 de série effectuait son vol initial le 1er mars 1958, avec un total de 88 unités construites en 1961.

      Grumman WF-2 (E-1B) Tracer
      Le Tracer comportait un grand radôme « soucoupe » dorsal en fibre de verre alvéolée, mesurant 6,1 x 9,14 mètres (20 pieds sur 30), destiné à recevoir l’antenne de son radar de recherche Hazeltine AN / APS-82, ainsi qu’un nouveau trois aiguillages pour compenser l’interférence de sillage du radôme. Comme le radôme empêchait les ailes de se replier vers le haut, elles ont été redessinées pour se replier en arrière le long du fuselage à la manière classique de Grumman.

      GRUMMAN WF-2 TRACER:
      _____________________ _________________ _______________________

      anglais métrique
      _____________________ _________________ _______________________

      envergure 22,12 mètres 72 pieds 7 pouces
      surface de l’aile 46.08 sq_meters 496.0 sq_feet
      longueur 13,82 mètres 45 pieds 4 pouces
      hauteur 5,13 mètres 16 pieds 10 pouces

      poids à vide 9 535 kilogrammes 21 025 livres
      poids max chargé 12 230 kilogrammes 26 970 livres

      vitesse maximale 385 KPH 240 MPH / 205 KT
      vitesse de croisière 265 KPH 165 MPH / 140 KT
      plafond de service 4 800 mètres 15 800 pieds
      plage 1 665 kilomètres 1 035 MI / 900 NMI
      endurance 6.8 hours
      _____________________ _________________ _______________________

      L’appareil comportait également un interrogateur ami identifiant ou ennemi (IFF) chargé de déterminer si les cibles étaient amicales ou hostiles, ainsi qu’un système «Bellhop» permettant de transférer les données radar vers un navire de surface et un transpondeur à relais de communications. Le Tracer comptait quatre membres d’équipage, dont un pilote, un copilote et deux opérateurs de radar

      Le traceur était surnommé « Willie Fudd » par les équipages, en référence à son code de désignation, et parfois sous le nom de « Stoof With A Roof ». Le WF-2 a été rebaptisé « E-1B » en 1962. Comme le Trader, le Tracer était un type provisoire; il a été remplacé par le Grumman E-2 Hawkeye à la fin des années 1960. Willie Fudd a pris sa retraite à la fin de 1977.

      RETOUR AU SOMMET
      [5] COMMENTAIRES, SOURCES ET HISTORIQUE DE RÉVISION
      * Le tableau suivant indique les variantes de Tracker / Trader / Tracer et les quantités de production:

      variante construite mod notes
      ____________________________________________________________________

      XS2F-1 2 initial prototypes
      YS2F-1 15 service evaluation machines
      S2F-1 (S-2A) 740, variante de production initiale et principale
      CS2F-1 43 S2F-1 construit par DHC
      S2F-1S (S-2B) -? S2F-1 avec kit ASW amélioré
      S2F-2 (S-2C) 77 bombé bombé pour des accusations de profondeur nucléaire
      CS2F-2 57 S2F-2 construit par DHC
      Tracker S2F-3 (S-2D) 100 « étiré »
      S2F-3S (S-2E) 255 S2F-3 avec kit ASW amélioré

      S-2F -? S2F-1 et S2F-3S avec nouvelle avionique
      S2F-1T (TS-2A) – Entraîneur multimoteur S2F-1 200
      US-2A – 51 remorqueur de transport / cible S2F-1
      US-2B – 75 avions utilitaires S2F-1
      S2F-2P (RS-2C) – 1 S2F-2 photo-reconnaissance conversion
      S2F-2U (US-2C) -? Conversions de transport S2F-2
      S2F-3U (US-2D) – 54 conversions de transport S2F-3
      ES-2D – 7 S2F-3 range control conversions
      S-2G – 50 S2F-3S avec capacité Bullpup ASM
      CP-121 -? Mises à jour de Canadian Tracker
      ____________________________________________________________________

      somme 1,289
      ____________________________________________________________________

      TF-1 (C-1A) 83 avions Trader COD
      TF-1Q (EC-1A) 4 avions Trader EW
      ____________________________________________________________________

      somme 87
      ____________________________________________________________________

      WF-1 1 Tracer AEW prototype
      WF-2 (E-1B) 88 production Tracer
      ____________________________________________________________________

      somme 89
      ____________________________________________________________________

      TOTAL 1 465
      ____________________________________________________________________

      Comme d’habitude, il peut y avoir des divergences mineures dans ce décompte, mais on peut aussi en tenir compte dans le stade.

      * L’un des éléments les plus louables de l’histoire de Tracker était la considération de son utilisation comme vaisseau de combat au Vietnam. L’idée n’était pas ridicule, le Lockheed P2V Neptune en ayant vu un certain nombre utilisé comme « combattant de la jungle » dans le conflit. L’armée de l’air cherchait une plate-forme «Attaque de nuit autonome (SNCA)» capable de localiser elle-même des cibles et de les engager; le Tracker semblait avoir la capacité de charge utile pour faire le travail.

      Le pisteur de combat devait être désigné « AS-2D ». Il devait être équipé d’imageurs « infrarouges à l’avant (FLIR) » et « téléviseurs à faible niveau de luminosité (LLLTV) » pour acquérir des cibles, avec le projecteur standard de Tracker asservi au LLLTV. Les armes devaient consister en des distributeurs d’armes à sous-munitions installés dans la soute à bombes et des magasins transportés sur les pylônes situés sous les ailes. Deux machines d’évaluation « YAS-2D » étaient prévues, mais des difficultés techniques et organisationnelles se posaient, l’armée de l’air ayant interrompu l’exercice au début de 1968. Il aurait été intéressant de voir à quoi ressemblerait le Tracker dans la jungle. camouflage.
      http://airvectors.net/avtraker_10.jpg
      * Sources include:

      L’encyclopédie illustrée des armes et des guerres du XXe siècle, dirigée par Bernard Fitzsimons, édition de 1978.

      GRUMMAN AF GUARDIAN de Steve Ginter, Naval Fighters Series (n ° 20), 1991.

      L’encyclopédie de l’aviation de Jane, édition de 1996, Crescent Books.

      L’encyclopédie complète de World Aircraft, édité par David Donald, Barnes & Noble, 1997.

      « Turbine Tracker For 1990 ». JOURNAL MONDIAL DE LA PUISSANCE AÉRIENNE, été 1994, 22h23.

      il restait encore des Trakers AEW lorsque les très grands Porte avions Type Forrestal (qté 4) ont commencé à arriver en opération ,mais très vite ce fût l’avion Hawkeye qui le supplantera

      et certains pays continuent d’utiliser en bientôt 2020 la version Bombardier d’eau parc e que des gens haut placé dans les ministères décident de faire des coupes sombres depuis 30 ans dans les Budgets de l’ETAT ,voilà nos réalités actuelles ,un chômage de masse ,des paradis Fiscaux et des élus corrompus …

      pensées à ce Pilote et à sa famille en espérant que ce drame ne viennent pas de la vétusté du matériel ,çà rajouterait encore à la douleur .

    • batgames dit :

      ci dessous c’est une traduction de l’anglais par Google …le mot Transporteur veut en fait Dire PORTE AVIONS en Français bien traduit

      • Clavier dit :

        Merci ..on sait aussi se servir de wikipédia et de la doc ….pas la peine de tout recopier.

      • Richard dit :

        Batgame
        Vous allez nous gaver pendant combien de temps?

      • Gamon dit :

        Batgames arretez de nous imposer votre vision politico-conspirationniste pleine de fautes d’orthographe. Sur ce post on rend avant tout hommage à un homme disparu dans l’accomplissement de sa mission…
        RIP pensées à sa famille et à ses proches.

        • ScopeWizard dit :

          @Richard @Gamon

          En quoi @batgames vous « gave » t-il ? En quoi vous impose t-il sa vision ( le fond ) dont vous ne semblez retenir que le fait que le texte qui la défend comporte des erreurs , des fautes d’ orthographe ( la forme ) ? En rien .

          Il exprime une opinion et essaie de comprendre les raisons de l’ ancienneté du Tracker en tant qu’ avion de lutte anti-incendie toujours en service opérationnel dans notre beau pays en substance soit-disant si riche et soucieux de « progrès » ; selon lui , les raisons sont avant-tout politiques par rapport à un système bien particulier qui ne cesse d’ orienter et d’ influer toute notre gouvernance , ce qui lui prend en tout et pour tout une vingtaine de lignes .

          Tout le reste étant consacré au modèle de l’ avion .

          Donc , soit vous considérez qu’ il n’ avait pas à exprimer une opinion quelle qu’ elle soit , ce qui peut tout à fait se comprendre étant-donné les circonstances , soit vous considérez que c’ est celle qu’ il a exprimé qui pose problème , peu importe sauf que dans ce second cas nous voici dans une vision « partiale » ; en attendant , soyez vous-même un minimum logiques et reconnaissez que nul ne vous oblige de quelque façon que ce soit à lire un post qui a de surcroît reçu peu ou prou l’ approbation de notre hôte qui dans son quotidien de « modérateur » a estimé qu’ il pouvait le valider .

          Après , moi ce que j’ en dis ………..

          • ScopeWizard dit :

            Hmm………..

            Bof !

            Reprenons ……….

            Ici , il manque ………

            « selon lui , les raisons sont avant-tout politiques par rapport à un système bien particulier DEPUIS FORT LONGTEMPS ÉTABLI qui ne cesse d’ orienter et d’ influer toute notre gouvernance , »

            Et là , c’ est le terme employé qui ne va pas ……….

            « peu importe sauf que dans ce second cas nous voici dans une APPRÉCIATION « partiale » ; »

            Voyez , n’ importe qui peut se planter que ce soit en syntaxe , en sémantique , en orthographe ; le Français n’ est pas facile et nul n’ est à l’ abri y compris des sommités telles que Bernard Pivot ou feu Maître Capelo ! 😉

      • ScopeWizard dit :

        @batgames

        Hé bien !
        Merci ! 🙂

        Essayez tout de même de faire un poil plus concis ; je sais pertinemment que ce n’ est pas ce qu’ il y a de plus facile mais cela présenterait l’ avantage d’ être plus « confortable » pour les lecteurs que nous sommes .

        • Euclide dit :

          @ Scope! Hi! Hi
          Ce que vous avez posté ci-dessus , en psychanalyse cela s’appelle  » une projection  » Car voyez- vous , aussi, il vous arrive de tartiner un texte. Comme tout le monde , vous possédez un inconscient et qui s’exprime.
          Au passage, recevez toute ma sympathie pour vos analyses aéro.

        • ScopeWizard dit :

          @Euclide

          Euclide , je vous sens d’ humeur taquine ! 😉

          En tous cas , merci ! 🙂

          Cela étant , ne vous leurrez pas ; en rédigeant ces quelques mots , j’ étais pleinement conscient de ce qui pouvait m’ être rétorqué , je m’ étonne du reste que vous soyez le seul car en gros cela pouvait -plutôt de façon logique et à juste titre- être interprété comme « l’ hôpital qui se moque de la charité » , raison pour laquelle j’ avais bien précisé « je sais pertinemment que ce n’ est pas ce qu’ il y a de plus facile mais » …………….

          Pour vous donner une idée de la relative complexité des choses , avez-vous lu le long post ( exposé ) sur les divers principaux avions du SAC ( Strategic Air Command ) depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale sur le fil correspondant au Rockwell B-1B qui avait pour but d’ en résumer l’ Histoire ?

          Étant-donné que je connaissais suffisamment le sujet , que je savais comment m’ y prendre et d’ où le faire partir par rapport aux références choisies qui me paraissaient les plus représentatives , toute la partie écrite ne m’ a guère pris plus d’ une heure et quart voire une heure vingt à taper et mettre en forme d’ autant plus aisément que je maîtrise suffisamment le Français pour me sentir ET en capacité ET à l’ aise ………….. bref , je pouvais sans éprouver de gêne ou rencontrer de problème particulier me lancer dans une telle entreprise , bien que complexe , elle était à ma portée…………..

          En revanche , toute la partie illustrée faite de nombreux liens tels photos , dessins , vidéos , entre le temps consacré à la recherche , au choix , à la qualité , à la viabilité de chacun des liens , toute cette seconde partie qui n’ a pourtant
          l’ air de rien m’ a en fait demandé plus d’ une bonne heure et demi ; en gros , le film « Le Jour le plus Long » commence que je ne mets un point final au post sur l’ Histoire du B-1 que quand le film se termine , en encore même pas sûr ……………

          Ce que je veux dire , c’ est que tout en évitant au maximum tout baratin excepté peut-être celui destiné à arrondir les angles voire à enjoliver le discours , ou en s’ efforçant d’ éviter d’ éventuelles excessives digressions qui seront de toute façon sujettes à interprétation des plus subjectives , selon le sujet abordé il sera bien difficile de faire court et concis , raison pour laquelle j’ essaie d’ aérer et d’ éviter une présentation en « pavé » aussi lourde que compacte que rébarbative , d’ autant que bien souvent la synthèse n’ est pas mon point fort .

          Notre ami @batgames , que pour ma part je lis régulièrement car ses posts sont souvent plus intéressants et instructifs qu’ ils n’ en ont l’ air de prime abord , au vu de celui ci-dessus semble avoir tenu compte de mes remarques à propos de la présentation « aérée » selon moi indispensable dès lors que ce que l’ on propose est long voire complexe à saisir …………..

          C’ est pourquoi le mot « tartine » , que tant d’ intervenants semblent prendre plaisir à employer , me paraît un poil caricatural , la réalité est qu’ il peut y avoir un sacré paquet de boulot derrière la tartine ……………..

          Il ne faut jamais perdre de vue que ce que vous avez sous les yeux est un résultat soit une somme de parties finissant par former un tout .

          Étant ouvert au débat et n’ ayant aucune espèce de problème avec la liberté d’ expression du moment qu’ il y a évident souci de veiller à un respect minimum des idées de chacun et surtout de la personne de chacun , sentez-vous libre de me donner votre sentiment quitte à être en contradiction , c’ est comme ça que l’ on progresse . 🙂

      • Optimist dit :

        Ca va bien? vous êtes pas gêné de transformer ce qui devrait être à la base une forme d’hommage posthume en tribune politicarde dont on a rien à cirer? Le respect pour un homme qui a perdu la vie et sa famille ça vous parle?
        Votre rhétorique est généralement indigeste, mais là elle devient assez indécente. Gardez ça pour « jeuxvideos.com »
        Par ailleurs, ça serait sympa de nous éviter les copier coller pour donner de la consistance (pensez-vous) à vos posts. L’immense majorité des lecteurs ont le niveau intellectuel pour cliquer sur un lien, pas la peine d’en mettre des tartines pour vous faire mousser.
        La culture c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale.
        Ceci dit, un soldat du feu nous a quitté, paix à son âme et une pensée pour ses proches. Et soutien à ses collègues, qui doivent avoir le cœur lourd.

    • Robert dit :

      Breer,
      Dans ce cas, les autorités cherchent clairement un ou plusieurs incendiaires. Espérons qu’ils les trouvent et qu’ils prennent une peine incluant la mort du pilote. Mais je ne rêve pas.

    • v_atekor dit :

      @breer : il y a aussi un lien difficile à assumer entre les incendies et le tourisme. Bien entendu qu’il y a des inconscients, des pyromanes et des voisins jaloux parmi les populations locales, mais si on fait le décompte des départs de feux (… et pas que le départ…) qui se sont produits le long des autoroutes et des routes « touristiques », on explose clairement les comptes.

  15. Hh dit :

    Parti en fumée !
    C le risque arrêtez de chialer les filles

    • Auguste dit :

      Un « dur »?.Pas à se lever le matin j’espère.

    • Thaurac dit :

      Hh pourquoi donc changer de pseudo pour une telle remarque?

    • Castel dit :

      Une chose est certaine :
      Il y aura probablement beaucoup plus de gens pour pleurer ce pilote, qu’un individu de votre espèce, le jour ou vous passerez l’arme à gauche !!!!!

    • Spls dit :

      Et vous Hh, en parlant de risques, vous risquez pas de paraître intelligent ou bienveillant envers votre prochain (si vous comprenez le vocabulaire que j’utilise.,.).

    • Gamon dit :

      Beati pauperes spiritu

    • Janot98 dit :

      @Hh : vous faites parti de ceux qui considèrent que, si un soldat meurt, c’est normal, cela fait parti du contrat et qu’il le savait ?
      Vous vous trompez.
      Le statut général des militaires dit : « L’état militaire exige en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité. Les devoirs qu’il comporte et les sujétions qu’il implique méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation ».
      Le soldat part au combat en ayant conscience du risque et en prenant toutes les mesures pour en atténuer les conséquences. La mort n’est jamais un choix personnel ou une hypothèse de planification des opérations.
      Éviter de perdre des hommes au combat est une responsabilité individuelle (entraînement, état physique et moral, connaissance de la mission, esprit d’équipe, obéissance, …) et collective (préparation des actions, connaissance des dangers et des risques, mise en place des mesures d’atténuation, confiance, organisation du commandement, …).
      Et c’est parce que ces soldats, de tous grades, qu’ils soient terriens, marins ou aviateurs, savent que tout est mis en œuvre pour que leur vie ne soit pas engagée, et qu’ils méritent le respect des citoyens et la considération de la nation, qu’ils partent au combat. Je ne sens pas beaucoup de respect de votre part pour ceux qui ont l’esprit de sacrifice…
      Un pilote de la sécurité civile, lui, ne doit pas aller jusqu’à donner sa vie, même s’il a été pilote de chasse. Il est mort pour une raison technique (au sens large) et l’enquête du BEA permettra de trouver pourquoi, comment, et d’éviter que cela ne se reproduise.

    • ScopeWizard dit :

      @Hh

      Oui , si on veut …………

      Bien que je pense comprendre ce que vous cherchez à faire passer , ne croyez-vous pas que le moment se prête davantage au recueillement , aux élans solidaires voire fraternels , qu’ à la brutale expression d’ une évidence qu’ il serait nécessaire de constamment rappeler ?

      Ce que vous nous dites est certainement très vrai , sauf que ce n’ est pas le moment car il y a mort d’ Homme donc en toute logique famille en deuil , enfants , etc , camarades et proches profondément attristés voire sous le choc ………..

      Si le pilote s’ en était à peu près bien sorti , là je ne dis pas , disons que cela aurait été moins inopportun que dans le cas présent ……………….

    • John dit :

      Techniquement oui…
      Il n’empêche que c’est un site d’information, et c’est une information.
      Et il n’empêche que ces personnes risquent leur vie (souvent sous-estimé) pour protéger des personnes lambda.
      Être doté d’empathie, ce n’est pas un défaut.
      Et on pourrait noter le sexisme de cette dernière remarque… Bref pas très malin…

  16. Vroom dit :

    « En général, ils sont utilisés pour des missions dites GAAR [guet aérien armé], c’est à dire qu’ils assurent des patrouilles aériennes »
    .
    Comment peut-on assurer du guet aérien, sa sécurité vis à vis du relief ou du ciel, en étant seul à bord d’un bombardier d’eau ? C’est quand même une mission particulière.
    Les équipages des autres moyens sont bien deux il me semble ?
    .
    Pensées à la famille de ce pompier du ciel.

  17. wagdoox dit :

    Honneurs aux braves.

  18. Sempre en Davant dit :

    Toutes mes condoléances à sa famille et à ses camarades !