Otan : M. Stoltenberg juge « ridicule » le moratoire sur les missiles de portée intermédiaire proposé par la Russie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Totorino dit :

    -Stoltenberg est grassement payé pour raconter des conneries. Seulement les potentiels missiles de l’Ours-russe ne tomberont pas sur lui et sa famille.
    Dans cette UE-Otan, il n’y a en vraiment aucun pour relever l’autre.

  2. Ah Ca ! dit :

    Odieux et ridicule s’appliquerait plutôt à la partie qui est sortie du traité ainsi que de tous les autres traités qu’ils signent… ce pas à un nom…. ce sont les EUA les États Unis d’Amérique…
    En l’occurrence celui qui se ridiculise au passage avec de tels propos c’est Jan Stoltenberg…. nous connaissons bien sa pensée, son sosie commente ici même..
    Et toujours les mêmes rengaines envers ceux qu’ils veulent diaboliser…. Il faut être un mouton pour encore les croire après des décennies et milliers de mensonges….
    Je vois que Pompeo a remis la machine à propagande plein pot …. Les européens vont ils encore avaler des histoires de basse court comme des moutons de Panurge ?

    • Thaurac dit :

      Toujours en train de faire l’article pour un pays qui enferme à tour de bras les opposants électoraux potentiels, pour une république mafio-bananière, qui nettoie la route pour un quatrième mandat d’un dictateur?

  3. Le Glaive dit :

    On n’en finira jamais avec les histoires du  » c’est pas moi qui ai commencé, c’est l’autre », qui se répètent trois fois par semaine et qui maintiennent cette ambiance de cour d’école et de comportements qui vont avec ..Tous les sujets sont prétextes à ce que les deux camps se renvoient la balle, et tout ça devient profondément lassant et totalement vain.
    Il y a une évidence: deux camps s’opposent et ne sont d’accord sur rien. Deux camps qui ont chacun leurs partisans et leurs adversaires ici en France aussi . Irréconciliable fracture. Comment passer à autre chose ? Peut-être en n’attachant plus, ou presque plus, d’importance aux prétentions et déclarations martiales des uns et des autres car ça n’en finira pas .
    Peut-être, ne se concentrer que sur les faits vérifiables et vérifiés, et juste à la fin une ligne pour rappeler le point de vue de l’un puis celui de l’autre. Point, barre. Les arguties à n’en plus finir et l ‘histoire refaite sans cesse, ça ne mène à rien de toutes façons.
    Dans l’exemple de cet article , les état d’âme de Mr Stoltenberg, qui est payé pour être antirusse H24, n’ont pas plus d’intérêt que les propos de celui d’en face qui est payé aussi mais pour dire l’inverse.
    Par contre , les faits indubitables sont bien plus parlants que ce blabla stérile de gamins .

  4. Plusdepognon dit :

    Les États-unis semblent avoir perdu toute notion de cohérence avec ce bougisme dans les déclamations imperatives et péremptoires:
    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/trump-menace-de-relacher-les-djihadistes-europeens-prisonniers-en-syrie_2092718.html

    La parole d’oncle Sam ne vaut rien.
    Du temps de la crise des missiles de Cuba, en guise de preuves, le général De Gaulle pouvait dire « la parole du président des USA me suffit ». De nos jours, cette phrase serait surréaliste !

  5. Plusdepognon dit :

    Même pour les nominations internes, ce qui est parole d’évangile le 29 juillet est faux le 2 août:
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/trump-annonce-le-retrait-de-son-candidat-pour-diriger-le-renseignement-national-20190802

    Ça va être tres compliqué les relations internationales, même en simple négociation bilatérale !

    • Thaurac dit :

      Mais au moins il y a des « candidats » mot qui a tendance à disparaitre en russie, vu que les candidats sont tous en taule!

      • Plusdepognon dit :

        @ Thaurac
        Vu les défis qui attendent la Russie, je n’y vois même pas un épouvantail. Un homme du FSB, c’est tout dire…
        Il faut dire qu’ Eltsine convenait tellement mieux aux américains.

  6. Goulag dit :

    Une fois de plus les russes payent leur malhonnêteté et leurs mensonges. Finalement c’est l’Europe qui en est la 1ere victime.

  7. Anaxagore dit :

    Les russes ont atteint leur but : augmenter la pression sur les pays européens. Nous sommes les dindons de cette farce poutinienne, et ceux qui défendent le point de vue russe sont ses idiots utiles, ce qui est une manière de trahison.

  8. Szut dit :

    Le dilemme des français:
    La Russie, l’ennemi qu’ils aiment aimer.
    Les USA, l’ami qu’ils aiment haïr.

    • Plusdepognon dit :

      @ Szut
      Il est surtout clair qu’il n’y a pas de cohérence dans les déclamations envoyées ubi et orbi.
      https://theconversation.com/les-etats-unis-au-proche-orient-un-grand-jeu-risque-120174

      Et que ça risque d’être longtemps comme cela.

    • PK dit :

      Ce n’est pas le dilemme, mais le fruit d’une contradiction qui prend racine au sommet de l’État.

      Si l’on fait exception de l’ère soviétique, nous n’avons aucune vraie raison de haïr la Russie et toutes nos oppositions dans le passé ont été le fruit d’une mauvaise politique au sommet de l’État (comme quoi, ça ne date pas de Macron).

      Nous serons toujours plus proches de la Russie (hors ère coco) d’un point de vue géographie, culturel, religieux et ethnique que nous ne le serons jamais des Américains (ou des anglo-saxons en général). Les seuls pays plus proches de nous que de la Russie sont les pays latins (européens).

      Mais chut, faut pas le dire : ça indispose beaucoup de gens, car ça fait poser les seules vraies et bonnes questions : qui sommes-nous et que défendons-nous vraiment ?

      • v_atekor dit :

        Sur les anglo-saxons en général : le Royaume Uni, nous sommes plus proches d’eux depuis longtemps aussi.
        .
        Le reste est un problème d’idéologie libérale et d’état de droit en France qui trouve ses origine dans la déclaration de 1789 et qui, après la guerre de 1945, est globalement admise en Europe occidentale. De ce point de vue les USA sont plus proches de nous. Ce n’est pas qu’un détail. Même si les distensions avec les USA ont commencé avant, avec leur tendance impérialiste à la sortie de la guerre froide, c’est précisément parce Trump n’a cure ni de l’état de droit, ni du libéralisme qu’il y a un schisme important entre l’Europe et les USA. Il est évident qu’une réélection de Trump creuserait encore le fossé, mais ça ne voudrait pas dire que l’on se rapprocherait de la Russie de Poutine pour qui le libéralisme et l’état de droit sont des idées obsolètes, dixit l’intéressé.

      • tschok dit :

        @PK,

        Proximité culturelle (ou raciale et religieuse) ne fait pas proximité stratégique.

        Par ailleurs, notre plus grande proximité culturelle avec la Russie, comparativement aux Anglo-saxons qui nous seraient irrémédiablement étrangers, me semble davantage un présupposé qu’une réalité objectivement construite.

        C’est un idée qui est souvent affirmée. Mais quand on demande à ceux qui la soutiennent de la démontrer, la discussion se concentre le plus souvent sur un facteur racial (les Russes sont des Blancs) et religieux (ils sont chrétiens).

        Or, il se trouve que les Anglo-saxons le sont aussi…

        C’est-à-dire que l’idée que nous sommes plus proches des uns que des autres repose en fait sur des facteurs non-discriminants et relève de choix bien souvent arbitraires. Par exemple, vous décidez arbitrairement de sortir de la culture russe la période soviétique. On devine que cela coïncide avec vos orientations idéologiques personnelles.

        C’est un peu comme si je décidais, pour définir la culture française, que tout ce qui concerne la révolution française n’a pas existé. Et hop-là, direct à la poubelle. Je me retrouve donc avec une histoire de France oblitérée d’une partie de ce qu’elle est. Bizarre, non?

        C’est une façon de fonctionner que je retrouve aussi chez Robert: foutre sous le tapis la partie de l’histoire qui colle pas avec le discours. Si vous fonctionnez de cette façon-là, alors je vous confirme que vous aurez effectivement l’impression d’être plus proches des Russes que des Anglo-saxons. Mais c’est un raisonnement téléologique: à la fin, vous atteignez le résultat, parce que c’est celui que vous visiez au départ.

        Mais je veux conclure sur un point positif: la question que vous posez à la fin me semble effectivement celle que pose la stratégie. N’est-il pas dommage de se poser la bonne question avec les mauvais raisonnements?

  9. Max dit :

    Va falloir ressortir les Hadès du placard !

  10. werf dit :

    Les pauvres commentaires sont à la hauteur des « officiels » US et OTAN, nuls. Il ne faut pas rêver, la course aux armements n’a jamais cessé et ce n’est pas un traité qui va l’arrêter. Les gogos de tous les pays sont là pour gober ces déclarations qui justifient le salaire exorbitant de ceux qui les font… Pourquoi croyez vous que les généraux et colonels veulent tous aller à Bruxelles au siège de l’OTAN, pour vous défendre ? Risible, quand on connaît le fonctionnement de l’OTAN. C’est une belle planque de temps de paix!

  11. tschok dit :

    Pourquoi certains commentaires focalisent sur le niveau de rémunération de Stoltenberg, qui est franchement un micro-détail?

    Je veux bien que se développe en France une pensée qui nous pousse à lorgner constamment la gamelle du voisin, pour voir s’il en a plus que nous, mais est-ce le sujet?

    Le salaire de machin truc vous semble plus important que la guerre nucléaire en Europe?

    (je pose la question pour comprendre quelles sont les échelles de valeur de mes contemporains, quelle priorité ils accordent à quelle préoccupation)