CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

L’opposition vénézuélienne balise la voie pour une intervention militaire étrangère

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

118 contributions

  1. Le Glaive dit :

    « Il était une fois le Vénézuela sous Maduro » , ou la fable qui a cours en occident sur cette période , fable qui trouve sesorigines aux USA et qui est consciencieusement relayée dans notre pauvre pays entièrement américanisé…rien d’étonnant, : les fables ont la vie dure, mais il est quand même important de rappeler qu’elles s’adressent aux enfants, ou à ceux dont le niveau de formation politique ou géostratégique ne dépasse pas celui d’un enfant du primaire . La vérité , c’est quand même d’autres choses, parmi lesquelles les faits précis sont primordiaux.
    Mr Guaido par exemple, : celui qui appelle à la rescousse les armées étrangères contre son pays, qui incite à la porte des casernes, les soldats à s’insurger, ce brave Mr Guaido dont on évite bien de rappeler la biographie complète !
    Imaginons en France , par exemple J.L. Mélenchon, lançant publiquement des appels à la Russie ou à la Chine , d’intervenir militairement en France pour chasser le Président ! ou se rendant à la porte de telle ou telle caserne de Paris ou des environs, pour exhorter les miltaires à chasser le même Président ! je n’ose même pas imaginer les réactions ici et ailleurs, dans l’OTANosphère !
    Allez, du factuel, pour changer !
    Mr Guaido, le « libérateur  » du Vénézuéla, enfant de la bourgeoisie, a fait un long séjour à l’Université « George Washington », dans la ville du même nom, à quelques encâblures de la Maison Blanche, entre 2009 et 2011… Cette université est une université politique, idéologique; elle a formé un certain nombre de gens qui ont exercé du pouvoir ensuite aux USA .. et ailleurs..
    Made In America : la garantie d’avoir des gens à sa botte ! Investissement à longue échéance ! Et, ô surprise, Mr Guaido est ressorti de son « boot camp » américain, virulent opposant au Chavisme et décidé à organiser l’opposition ( avec ses copains d’Université, probablement ) ..
    Voilà d’où sort Mr Guaido, qui , si le Vénézuéla était une dictature, aurait été fusillé depuis longtemps pour atteinte à la sûreté de l’état, aute trahison et entente avec l’ennemi …
    Alors, la fable Vénézuélienne dans laquelle l’homme masqué , qui cache un couteau dans son dos, et qui est présenté comme le Prince Charmant , ça peut éventuellement endormir ou enfumer un gamin : ça tombe bien, il y en plein par ici ..et qui heureusement pour notre pays, n’ont pas plus de pouvoir qu’un gamin qui joue à la guéguerre dans un terrain vague , avec le bruit du sac de billes.. le sac de bille qui est, non pas dans la poche, mais dans la tête !

    • Mario dit :

      Jet fuel can’t melt steal beams…

    • Fralipolipi dit :

      @le Glaive
      Votre blanquette … euh « moquette » … est-elle bonne ?

    • Emmanuel dit :

      L’Université Georges Washington est une des plus reputées du pays et n’a rien d’une « université politique et ideologique » (ce n’est pas Sciences Po).
      Il n’y a pas besoin de faire un boot camp americain pour devenir opposant au Chavisme mais simplement regarder ce qui se passe dans le pays. C’est penser le contraire qui est inquietant.
      De tout temps dans l’histoire, les acteurs politiques ont sollicité l’intervention de puissance etrangeres pour les debarasser de regimes qu’ils consideraient totalitaires, rien de nouveau sous le soleil.

      • jean dit :

        Je demande l’intervention étrangère pour nous libérer du Macronisme liberticide, qui détruit notre nation à petit feu, qui utilise la force publique et la justice contre nos concitoyens qui ne font qu’exprimer leur opinion.
        Vous ne trouvez pas que notre régime ressemble de plus en plus à un régime fasciste ? L’image est encore floue, mais on s’en approche à grand pas. Regardez la comédie de l’assemblée qui ne décide de rien, le parti LREM réactionnaire, idéologiquement dépassé et figé dans ses idées quasi moyenâgeuses de l’économie libérale, désastreuse pour l’environnement et nuisible pour le bien être de la population.
        Ce gouvernement est la honte de la république, honte pour nos valeurs fondatrices que sont Liberté, Égalité et Fraternité. Ces valeurs ne sont pas réservées à quelques uns, c’est notre bien à nous tous !

        • Lechavenois dit :

          à Jean :
          .
          « …Vous ne trouvez pas que notre régime ressemble de plus en plus à un régime fasciste ? L’image est encore floue, mais on s’en approche à grand pas. …. »
          .
          Vous savez ce qu’est le droit de vote ?
          .
          Elections municipales, cantonales, législatives, sénatoriales, présidentielles, européennes ! Cela vous parle ?
          .
          Il est vrai que ça oblige l’électeur français de se  » bouger le c_l  » deux dimanche de suite pour aller voter . Mais cela ne vaut il pas le coup ?
          .
          Alors, si un jours la France épouse un régime fasciste liberticide, c’est que son peuple l’aura ardemment souhaité.

          • didixtrax dit :

            le droit de vote ne forme pas preuve de démocratie –il est d’ailleurs aussi pratiqué au Vénézuela, en plus sous la surveillance d’organisationq étrangères dont une US.

            La question de la démocratie –Demos Cratos = pouvoir du peuple, c-est-à-dire exercé souverainement par lui– est que les élus et non-élus (indirects ou technocratie p.ex.) n’ont de cesse de s’accaparer le pouvoir par la loi, quitte à l’interpréter par leurs amis (complices) des milieux autorisés, mais sans légitimité.

            La « démocratie » moderne consiste en ce que la moins petite minorité devienne majoritaire et ne se prive pas d’appliquer ses idées pour ses intérêts –indépendamment des promesses électorales non contraignante du mandat *non impératif* obtenu.

            Le prospectus publicitaire conçu par des agence de com’ proposé à l’électeur se nomme d’ailleurs « profession de foi », expression religieuse n’ayant rien à voir avec un contrat. Du coup un élu peut même faire le contraire de sa promesse, il n’en est pas virable pour autant. Le con-sommateur est protégé contre les annonces mensongères, pas le con-citoyen.

            Par ailleurs la démocratie n’est pas nécessairement le choix idéal ni même celui souhaité par les citoyens. Voir tous les régimes politiques possibles, en fonctions des cultures.

        • Bawogava dit :

          Il y a quand même une différence entre
          1) un appel à l’aide internationale visant à déloger un homme (et avec cet homme tout un système corrompu et inique, voir cartel des soleils etc) qui refuse toute critique démocratique au point de créer de lui-même un second « parlement » à sa botte afin de museler l’ancien une fois les législatives perdues par le « parti » chaviste et
          2) un président et un parlement qui ont été élus par le peuple (sans réel programme, certes, mais on conseille généralement de réfléchir avant de voter) et qui choisissent de réprimer la manif des mécontents du samedi quand ceux-ci se font infiltrer par des casseurs (qui n’ont d’autre objectif que de casser ce qu’ils peuvent pour extérioriser leur frustration, quitte à casser du flic si y’a moyen), ce qui peut parfois occasionner des débordements du côté des forces de maintien de l’ordre également (à sanctionner, tout comme les casseurs).

          Ce n’est pas parce que votre candidat(e) chouchou a perdu une présidentielle (si candidature il y avait) et une législative qu’il faut automatiquement jouer les petits enfants-rois qui ne supportent pas la contradiction. La démocratie c’est parfois nul, je sais, mais c’est pas nouveau.

          • didixtrax dit :

            (i) nous avons connu la « cohabitation » ce n’est pas pour cela que les députés ont appelé à renverser le Pdt.

            (ii) élus par une minorité, la moins petite certes. Si un referendum révocatoire était tenu pensez-vous que Macron et ses députés (et ceux d’autres partis d’ailleurs) ne seraient pas virés par la majorité — surtout que dans les votes « Macron » il y avait des « contre Le Pen » ?

            encore une fois il ne faut pas parler de démocratie (ni de dictature d’ailleurs, le spectre des régimes politiques est large), mais d’un régime de représentation très imparfaite, qui, à mon sens, s’éloigne de plus en plus de la démocratie.

        • tschok dit :

          Perso, je trouve pas que notre république ressemble de plus en plus à un régime facho.

          Mais ce que je constate, c’est que de plus en plus de fachos se font passer pour des démocrates.

          Finalement, elle a un beau cul, Marianne. Elle attire les tartuffes en guêpière.

        • Olivier dit :

          Quel discours de Bisounours… « être méchant, c’est mal ». Si pour vous, saccager nos sanctuaires historiques, commerces et tout le reste est « l’expression d’une opinion », alors je vous invite à réviser la définition du fascisme. Peut-être le fascisme de ce que sont devenus les gilets jaunes? En fait, ce gouvernement fait le peu qu’il veut car les français sont le peuple, en 2019, le plus pleutre, fragile et lâche du monde. Il ne mérite qu’un gouvernement paramilitaire, un coup de pied au cul pour se remettre au travail et découvrir les joies d’être vraiment dirigé. Une démocratie comme la notre, je n’en veut pas non plus, pas pour les même raisons ! J’ajoute que je ne suis pas un geek rageux derrière un écran, mes 27 ans de service me permettent de tirer un petit bilan de notre nation. 😉

        • Alpha dit :

          @jean
          Ouais, bon, « nos concitoyens qui ne font qu’exprimer leur opinion » ils n’ont pas fait que ça…
          Et ils méritent quand même des baffes, certains…
          Car ça nous a coûté un max « l’expression de leurs opinions » !…
          Et plus de 70 000 personnes se sont retrouvées au chômage suite aux manifs « Gilet Jaunes »…
          http://www.lefigaro.fr/conjoncture/degradations-emploi-tourisme-le-lourd-cout-de-la-mobilisation-des-gilets-jaunes-20190717
          Sans parler de l’offense faire au pays lors du saccage de l’Arc de Triomphe…
          Car pour le coup, les fascistes, c’était bien les « Gilets Jaunes » (certains, beaucoup…) et leurs comparses Black Blocs et autres voyous, qui agissaient comme de vulgaires S.A. , saccageant des commerces ou enseignes jugés « riches » et s’attaquant aux symboles de l’Etat, Forces de l’Ordre en premier lieu !!!
          Aussi, je ne défendrais jamais les casseurs et agresseurs des forces de l’ordre, fussent t’ils désespérés !
          Après, pour le reste, vous avez raison « l’économie libérale, désastreuse pour l’environnement et nuisible pour le bien être de la population », je crois effectivement que nous avons atteint les limites et qu’il faut passer à autre chose. Mais voilà, ce « autre chose » reste à inventer… 🙁
          Et force est de constater que la classe politique actuelle, et dans son ensemble, parait totalement incompétente à trouver des solutions innovantes…
          Et pour l’instant, c’est Macron qui est là, et qu’on le veuille ou non, il a été élu, il faudra donc attendre quelques années pour voir son successeur…
          Qui ne plaira évidemment pas, lui non plus, à tout le monde.
          Alors, nous verrons arriver un autre Jean, qui se plaindra lui aussi du nouveau président, qui jugera sa politique fasciste, dont le gouvernement sera la honte de la République, etc, etc…

          • tschok dit :

            @Alpha,

            Je prêche un peu dans le désert, mais l’économie libérale, c’est pas le système dans lequel on est. Et surtout pas en France.

            En fait, en France, on emploie les mots « libéral » ou « libéralisme » pour décrire des choses qu’on n’aime pas. Mais, dans le fond, peu savent ce que c’est. C’est un mot épouvantail. C’est le placard au fond du couloir où on range le bordel.

            C’est finalement normal et il n’y a pas lieu de s’en plaindre excessivement (on a tous besoin de nos épouvantail, alors, pourquoi pas le libéralisme?).

            En revanche, il y a un truc qui est beaucoup plus chiant: si on se contente de cette facilité langagière, on ne comprend pas le système dans lequel on est. Quand on ne sait pas correctement nommer les choses, on se goure. Donc, on est perdu, après.

            Nous, nous sommes dans une économie capitaliste, financiarisée. On a trois stades possibles du capitalisme:
            – le capitalisme marchand (celui des premiers libéraux)
            – le capitalisme industriel (celui de Marx)
            – le capitalisme financiarisé (celui dans lequel on est)

            Les analyses sont complètement différentes, à chaque fois. Parce que la forme de capitalisme est différente.

            Maintenant, je vous dis ça, mais soyons clairs: si le mot épouvantail vous convient, alors gardez l’épouvantail. Sachez seulement qu’il ne vous facilitera pas la tâche quand vous voudrez réfléchir plus en profondeur.

            En fait, vous devrez détruire votre épouvantail. Ca vous compliquera la vie. C’est une « friction ».

          • Alpha dit :

            @tchok
            Notez que j’ai mis le mot « liberal » et la phrase qui va avec entre guillemets, car cela ne vient pas de moi…
            Ensuite, avec cette facilité langagière d’utiliser « liberal » comme vous dites, tout le monde comprend tout de suite…
            Certes c’est un épouvantail, mais cela convient très bien à ce site, où il est surtout question de sujets militaires et géo-stratégiques, et si cela vous chante de développer, tant mieux pour vous !… Ça en intéressera surement certains, j’en suis, même si je ne rebondirai pas sur le sujet, alors que d’autres passeront leur chemin, et encore d’autres vous enverront carrément sur les roses…

        • John dit :

          tellement d’irrespect pour les victimes du fascisme…
          Vous n’avez donc absolument aucune idée de ce que c’est !
          Personne n’est pris chez lui au milieu de la nuit pour disparaître sans laisser de trace. Personne n’est arrêté pour ses opinions (ne pas respecter la loi pour les exprimer, c’est autre chose). Personne n’est tué par l’état à cause de sa religion.
          Il n’y a pas de camp de la mort.
          Il y a des élections libres.
          Vous n’avez pas peur que votre voisin vous dénonce.
          Vous n’avez pas peur d’une police d’état…
          La politique de Macron est celle pour laquelle il a été élu.
          Et quand un pays a un système comme celui de la France, l’opposition n’existe pas.
          Les élections présidentielles et parlementaires qui se suivent amènent forcément aux mêmes résultats…Tant que toute la France ne sera pas représentée au parlement et au gouvernement, pas d’amélioration possible.
          Il n’empêche que Macron ne fait rien de plus ou de moins que les présidents avant lui…
          Vous voulez parler de fascisme? traversez l’Atlantique, avec la haine déversée, avec l’absence de séparation entre le judiciaire et l’exécutif / le législatif….
          L’immigration aux USA a arrêté Francisco Erwin Galicia, un citoyen américain, né à Dallas. Il a perdu 13 kg en 23 jours, pas de douches, etc…
          23 jours à l’immigration (donc pour le renvoyer) sans accès aux avocats, sans juge pour libérer ce citoyen américain, sans flic pour vérifier qu’il est citoyen !?!?
          C’est cela qui ressemble à un début de régime pas net, surtout après avoir répété encore et toujours que les latinos sont des criminels et des violeurs et des trafiquants de drogue… Un Norvégien illégal aux USA ne subirait pas ça…
          Bref, redescendez sur terre, et utilisez ces termes lourds de sens à bon escient…

          • tschok dit :

            @John,

            Effectivement, jean confond la présidentialisation du régime de la Vième république et le fascisme.

            J’ignore ce qu’il en est chez vous, mais nous, en France, on a un peu merdé sur le principe de la séparation des pouvoirs de Montesquieu.

            C’est un principe qui supposait qu’on sépare les pouvoirs (ça, ok, on l’a fait) pour faire en sorte que « le pouvoir arrête le pouvoir », mais pas seulement: pour que les différentes branches soient capables de dialoguer.

            Donc, la séparation des pouvoirs impliquait la construction de contre-pouvoirs et la mise en place d’un système collaboratif.

            Nous, on n’a pas fait ça du tout en France: on a saucissonné le pouvoir. On a rendu les gens impuissants et surpuissants en faisant en sorte que, dès que quelqu’un veut faire quelque chose, il ait besoin de trois formulaires à faire signer par trois autres personnes que lui.

            Du moment que le mec a ses trois signatures, il peut faire toutes les conneries qu’il veut, sans contre-pouvoir. Et s’il ne l’est a pas, il ne peut rien faire.

            C’est ça notre système. Nous, on saucissonne.

            Ce système est en train de se casser la gueule. En fait, on apprend la vraie démocratie. On tâtonne, forcément. La démocratie est jeune en France.

        • Carin dit :

          @jean
          Pour info: la différence entre un régime facho et la république française… c’est que vous pouvez insulter l’une (comme vous venez de le faire), et pas l’autre sous peine d’emprisonnement ou 30 ans après vos parents demandent toujours ou vous êtes!

    • MD dit :

      Ce que vous dites au sujet de Mélenchon est fort peu crédible. Car ce candidat présidentiel qui se disait prêt à rejoindre l »’alliance bolivienne  » ignore tout de la réalité vénézuélienne . Par exemple que les officiers de la glorieuse  »armée bolivienne  » du Vénézuela sont des trafiquants de drogue semble ne pas l’avoir dérangé dans le passé , pas plus que maintenant . Alors il peut bien dire ce qu’il veut, en France, on peut encore le faire. Personne ne l’en empêche de toute façon , ni le prend au sérieux, mis à part les naïfs ou illuminés qui le suivent .
      Donc imaginer que Jean-Luc lance publiquement des appels à la Russie ou à la Chine pour intervenir militairement en France ? Mais justement il pourrait bien le faire! Et si tel n’a pas été le cas jusqu’ici, c’est bien tout simplement parce que l’état et la situation de nôtre pays, quelle qu’en soit l’opinion qu’on s’en fasse, ne lui a pas donné l’occasion de le faire sans se ridiculiser une fois de plus ( quoique pour çà, il ne faut peut-être pas désespérer ) .
      Par ailleurs il est inutile de lui suggérer d’autres idées tout aussi farfelues. Il les trouvera bien tout seul: des personnes (si, si , j’en connais très bien plusieurs, si étonnant que cela soit ) qui l’ont approché de près ont essayé ( bien naïvement ) de lui soumettre quelques-unes qui étaient très pertinentes et même très bonnes pour son programme. Très souriant, il a feint de s’y intéresser. Mais ses interlocuteurs ont compris par la suite, plus ou moins vite suivant le cas, qu’il n’y comprenait rien. Ce qui doit être bien difficile pour quelqu’un d’aussi intelligent que lui. Ou, celui est plus vraisemblable, qu’il s’en foutait complètement . Il préfère se donner en spectacle. Il est dommage que vous n’ayez pas choisi un meilleur exemple.
      Guaido, lui, n’est pa sun clown. Il est tout de même bien suivi par plus de la moitié de son peuple, sans compter ceux qui ont émigrés, et quelques 50 pays étrangers , dont plusieurs sont voisins du Vénézuela, l’ont reconnu comme chef d’état légitime . qu’ils se trompent tous sur son compte, peut-être . Mais c’est un personnage d’une autre classe que Jean-Luc

      • jean dit :

        La réalité, c’est que l’amérique du sud est le pré-carré des USA. Il est hors de question qu’un tel gouvernement s’impose dans l’amérique du sud. Le « problème » Lula/Roussef étant réglé, on s’occupe bien du Vénézuella, tant mieux s’il y a une crise du pétrole, c’est tout bon pour les USA qui peuvent pousser leurs pions et tant pis si cela crée un drame humanitaire.7
        Ceci étant dit, les forces progressistes n’ont pas dit leur dernier mot. Lula n’est pas mort.
        A vénézuella, la situation est plus délicate. Le chavisme consistait principalement à faire réellement profiter la population de la manne du pétrole. Le problème a été la baisse brutale des cours. Mais ce n’est pas le seul. Ils n’ont pas bien anticipé le fait que les réserves au Vénézuela sont en train de s’épuiser…

        Quant à l’adhésion à l’association bolivarienne qui était proposée, l’idée c’est un accord commercial pour que la guyane puisse échanger avec ses voisins immédiats, plutôt que la métropole. Avec le changement climatique, il faut localiser les échanges à tous les niveaux possibles. Ce doit être la fin du déménagement du monde. Je crois que vous n’aviez pas saisi le sens de cette proposition.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Ils n’ont pas bien anticipé le fait que les réserves au Venezuela sont en train de s’épuiser… » N’importe quoi! Les réserves du Venezuela sont immenses mais il y a un « hic » , le pétrole vénézuelien est particulier. Le Boscan et le Bachaquero qui compose le gisement célèbre du lac Maracaibo sont des pétroles « très lourds » dont l’extraction ainsi que le raffinage sont d’un coût non négligeable par rapport à d’autres brut comme le Brent de mer du nord, l’Arabian light ou le West Texas Intermediate! L’autre problème est que les installations pétrolifères du Venezuela sont en quasiment en ruines d’où une extraction faible! Les réserves sont là mais il n’y a pas grand chose qui sort du robinet.

          • John dit :

            Exactement…
            A noter que l’état des installations est dû à un gouvernement qui a voulu exploiter ces richesses sans vouloir investir dans le maintien / l’amélioration des installations existantes et dans l’ouverture de nouveaux sites….
            Et ça, ce n’est absolument pas la faute d’une éventuelle interférence externe.

        • Alpha dit :

          @jean
          « Ils n’ont pas bien anticipé le fait que les réserves au Vénézuela sont en train de s’épuiser… »
          Non, pas du tout !!!…
          Les problèmes viennent de :
          – la nature même du pétrole vénézuélien, plus lourd et donc plus long à extraire et plus cher à raffiner
          – les investissements qui ont été quasi inexistants pour entretenir et moderniser les installations pétrolières (voyez ce qu’est devenu « Petróleos de Venezuela SA », ou « PDVSA » dont les graves problèmes sont bien antérieurs aux sanctions américaines !!!)
          – la mise sous tutelle politique de PDVSA en 1999 par Chavez, qui voulait que la manne pétrolière serve sa politique sociale
          – et bien sur, la corruption, Chavez et sa clique, dont Maduro, s’en mettant plein les poches au passage…

          • John dit :

            En soi, l’idée que la population profite de l’argent du pétrole est très juste… Ces ressources appartiennent en qque sorte au pays.
            L’erreur c’est d’avoir voulu drainer trop de liquidités pour cette politique sans garder un minimum pour des investissements nécessaires au maintien de l’exploitation et du débit.
            Et en effet, la corruption explique très probablement l’absence de maintenance sérieuse des installations.
            On peut éventuellement mentionner l’absence de compétence dans le domaine. La nationalisation a fait fuir le capital humain fortement qualifié. Donc les personnes restantes ne sont plus forcément à même de mener des installations très complexes.

          • tschok dit :

            Donc, vos analyses convergent.

            Le pouvoir vénézuélien a construit intellectuellement les puits de pétrole comme une rente, donc un truc qui rapporte, sans coûter.

            Le problème, c’est que bien évidemment le marché pétrolier est très concurrentiel, et qu’en plus un puits de pétrole n’est pas exactement un robinet à pétro-dollars qui fonctionne comme une douche à pognon ad vitam aeternam: il faut maintenir des investissements à un niveau élevé, avoir de la matière grise (des techniciens) de la logistique pour transporter ce pétrole, des industriels pour le transformer, des marchands pour le distribuer, des banquiers pour financer le tout.

            Les mecs se sont comportés comme des gauchistes arrivistes: ils se sont dits que c’était le trésor de Toutankhamon et qu’il suffisait de puiser dedans pour rendre les gens heureux, et pivala. Ils comptaient rentrer dans l’histoire comme des Robin des Bois intelligents.

            Et ça a merdé lamentablement, parce que le pétrole c’est très capitalistique comme domaine, donc il ne faut surtout pas avoir une mentalité de gauchiste arriviste.

            Je ne dis pas qu’il faut être un salopard. Mais, en tout cas, cette mentalité ne convient pas.

          • Alpha dit :

            @John
            Et oui, et pour votre conclusion, je crois -de mémoire- que les grèves géantes de 2002 et 2003 ont entraîné le « licenciement » de 16000 personnes chez PDVSA…
            Il est clair que le manque d’investissement lié à la pénurie de personnel qualifié a fait se casser la gueule à cette société…

    • vrai_chasseur dit :

      @Le Glaive
      La vérité factuelle c’est surtout que les vénézuéliens ne peuvent même plus s’acheter 100 grammes de viande pour manger.
      Même les gamins ne se font pas enfumer sur cette triste réalité du Made In Maduro.

      • Auguste dit :

        Parce qu’avant Chavez,quand régnait la clique à Guaido,c’était le paradis?.

      • aleksandar dit :

        40 millions de citoyens US ne mangent a leur faim que grâce aux bons d’alimentation.
        1 sur 7.
        Ces américains ne peuvent même plus s’acheter 100 grammes de viande pour manger.
        A quand une intervention militaire pour faire cesser ce scandale ?
        Sinon au Venezuela, il existe un programme gouvernemental, le CLAP, qui distribue de la nourriture.
        Contrairement a ce qu’affirme la propagande neo liberale, personne n’a faim au Venezuela.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Contrairement a ce qu’affirme la propagande neo liberale, personne n’a faim au Venezuela. » C’est pour cela que 6 millions d’habitants auront quitté leur pays fin 2019 (source O.N.U. Mais à vos yeux certainement des fachos, réactionnaires qui risqueraient de mettre à mal la super démocratie à la Maduro!!

          • Auguste dit :

            Et bien entendu,les sanctions,l’embargo, c’est pour leur venir en aide.C’est fou le monde qui s’inquiète du sort des Vénézuéliens sous Madouro et quand ils se faisaient massacrer par la clique à Guaido,silence des grandes âmes et pas une ligne dans les journaux.
            Pour ce qui est des fachos et réactionnaires,vous ne croyez pas si bien dire.Les deux responsables et initiateurs de la destabilisation de Madouro sont Elliot Abrams et Chrystia Freeland.L’un est suprématiste accusé de crimes de guerre et l’autre adore et partage les idées de son pépé,le nazi Mickael Chomiak.

        • tschok dit :

          @aleksandar,

          J’ignore si la propagande néo-libérale affame les gens, mais la vôtre n’est guère roborative.

          Vu le nombre de gens qui se tirent du pays en invoquant des motifs liés à la survie immédiate et à leur épuisement, je pense qu’on peut raisonnablement se dire que ce n’est pas une histoire de propagande.

          Il y a clairement des gens qui se tirent parce qu’ils ne peuvent bénéficier de conditions de survie simplement supportables. A côté de cela, et la complexité de la situation est sans doute là, une autre partie de la population n’éprouve pas de telles difficultés. Pour cette partie, rester au pays ne pose pas de problème insurmontable.

          En somme, il y aurait les choyés du régimes, et les autres.

          Donc, si on analyse le truc de loin, ce qui est notre cas, il faut voir où passe le scalpel: quelle est la partie de la population dont le régime se débarrasse, quelle est la partie de la population qui reste.

          Garder sous le coude l’idée qu’il n’y a pas nécessairement un choix idéologique derrière ça, mais seulement une contrainte de pénurie: le Venezuela laisse partir, ou chasse la partie de la population qu’il ne peut plus assumer, mais sans viser particulièrement un corps social ou politique. Il veut juste moins de gens.

          Donc un comportement d’Etat en faillite.

        • Alpha dit :

          Ouais, ben au Venezuela, actuellement avec les 6/7 M de personnes (sur 31 M) qui ont fuit la pays, et beaucoup de pauvres restés sur place, les 1 sur 7 sont largement dépassés…
          Quant au CLAP… Gros MDR alek !…
          La plupart des produits distribués par ces comités, provenaient de l’importation de… USA, Canada, Mexique, Brésil,… Et désormais, avec les sanctions il ne reste plus grand chose à distribuer…
          Sans parler du fait que, là aussi, la corruption sévissait et beaucoup des produits ne sont jamais arrivés à leurs destinataires…
          Allons alek, restez sérieux (ce qui n’est jamais arrivé au demeurant…) , je veux bien croire que Guaido ne fera pas mieux et qu’il est à la solde des US, mais ne faite pas de Maduro un bon samaritain…

      • HBOB dit :

        Crise économique déclenchée, entretenue et aggravée par les américains et les anglais. Les anglais refusent de restituer l’or du Venezuella. Embargo et mesures d’étranglement US. Arrêtons de nous prendre pour des imbéciles et bravo à « Le Glaive »

      • Robert dit :

        vrai chasseur,
        Sauf les proches du régime qui ont de quoi vivre et donc soutiennent encore Maduro. Mais en cas d’agression étrangère, la situation changerait.

    • Lechavenois dit :

      à Le Glaive :
      .
       » … « Il était une fois le Vénézuela sous Maduro » , ou la fable qui a cours en occident sur cette période ……  »
      .
      Et si on arrêtait les fables et qu’on en vienne un peu aux faits ; voici le vrai visage de la dictature vénézuélienne :
      .
      Corruption, trafics, inégalités sociales, pauvreté galopante, analphabétisme… Le vrai bilan des années Chávez et Maduro est sans appel.
      .
      https://www.lepoint.fr/debats/laurence-debray-comment-chavez-a-ruine-le-venezuela-30-11-2017-2176435_2.php
      .
      María Gabriela Chávez, la fille de feu Hugo Chavez, est la personne la plus riche du Venezuela. Sa fortune est évaluée à 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros), dont la majorité est placée sur des comptes bancaires aux États-Unis et en Andorre.
      .
      https://fr.express.live/la-fille-dhugo-chavez-est-la-personne-la-plus-riche-du-venezuela/

    • B21raider dit :

      voila le vrai visage de celui que tu défends : https://www.youtube.com/watch?v=yWCVMPTkPeA

      • BCh dit :

        Vous étes sérieux ?
        Alors que l’on sort a peine de l’affaire De Rugy, de ses repas privés a plusieurs dizaines de milliers d’€ vous nous balancez une vidéo ou l’on vois Maduro se faire préparer de la viande ?

    • bobo dit :

      @Le Glaive je suppose que vous êtes payés en dollars pour écrire tout ça ? Le Bolivar « Fort » ne vaut plus grand chose …

    • fabrice dit :

      En gros Guaido a fait des études dans une université aux USA…c’est un peu léger comme indice d’une preuve comme quoi c’est un agent de la CIA… la fille de Maduro a fait aussi des études dans une fac US à New York…elle travaille aussi pour la CIA ? Je suis sur que là bas elle a été en relation avec un Juif ou une Juive (10% des habitants de New York sont juifs) elle doit être aussi un espion du Mossad…J’ai un iphone, je suis un espion US ? Ma soeur a acheté un sac Hermès, peut être qu’elle travaille pour la DGSE ?
      Avec vos regroupements « d’indices » je peux prouver n’importe quoi. Ce n’est pas sérieux.
      « L’université a formé des gens qui ont eu après des postes de pouvoir » ben heureusement, c’est quand même le but d’une fac….de toutes les facs…
      Franchement vue l’état catastrophique du Vénézuela sous l’administration Maduro, y a pas besoin d’être un agent de la CIA pour se dire que ce serait bien qu’il démissionne, juste être un citoyen inquiet et concerné… maintenant que les vues de Guaido concordent avec les souhaits de Trump n’en fait pas un agent de la CIA…Les vues de De Gaulle concordaient avec celles de Churchill en 1940, il n’était pas un agent du MI6.
      Guaido est un patriote vénézuélien qui veut que son pays et son peuple deviennent prospères et sortent du cauchemar marxisto bolivarien. Si la CIA l’aide, tant mieux. Si la DGSE pouvait l’aider aussi, ce serait bien.

      • PK dit :

        « J’ai un iphone, je suis un espion US ? »

        Peut-être pas, mais en tout cas, y’a 100% de chance que la NSA puisse vous écouter et suivre tous vos petits secrets.

    • Alain d dit :

      Des millions de vénézuéliens ont fuient le pays en quelque mois, du jamais vu pour une nation qui n’est pas en guerre, ni en insurrection. Ce qui a évidement déstabilisé toute la région. Ceux qui sont resté au pays ne se nourrissent plus. Un des plus gros producteur d’hydrocarbure, avec un gros domaine maritime, bien positionné géographiquement, plus affamé que les déserts d’Afrique. Une vraie réussite, et c’est là qu’il faut rajouter : c’est de la faute des occidentaux. Le parallèle avec Mélenchon est risible puisqu’on trouve encore des énergumènes, tel que Mélenchon et vous, pour encore défendre cette nullité de dictature (contre les méchants occidentaux).
      Et les affaires russes au Venezuela, comment se portent-elles?

    • BCh dit :

      Globalement pas faux, malheureusement …

      Ajoutons a cela le FAIT que l’administration US depuis Chavez (2002) s’investi massivement (financiérement et par d’autre moyens) pour prendre le controle de ce pays et surtout de ses rescources et l’on a fait le tour du paysage.

      11-04-2002 : Coups d’état contre Chavez piloté par les proches de Bush : https://www.theguardian.com/world/2002/apr/21/usa.venezuela

      21-06-2010 : Comment les US et l’Europe financent l’opposition a Chavez via la NED, USAID et tout un panel d’ONG . http://fride.org/descarga/IP_WMD_Venezuela_Eng_jul2310.pdf // https://venezuelanalysis.com/analysis/5441

      02-10-2010 : Comment les US ont acheté la presse au Venezuela afin « d’orienter le journalisme » :
      http://www.archive-research.com/DRL-PADF
      https://nacla.org/article/full-disclosure-buying-venezuela%E2%80%99s-press-us-tax-dollars

      18-02-2014 Des voix s’élèvent aux US pour protester contre le support de l’administration au changement de régime au Venezuela .
      https://www.theguardian.com/commentisfree/2014/feb/18/venezuela-protests-us-support-regime-change-mistake

    • v_atekor dit :

      Il faut des sous pour être un élu sud américain. La plupart des personnes riches en AL font leurs études à l’étranger, et l’étranger ce sont les États-Unis et l’Espagne (La France ou l’Allemagne ils ont vu que ça existe, qu’il y a des universités, mais où on parle Français et Allemand ; sauf exception, c’est une caractéristique rédhibitoire)
      .
      Donc en gros le fait que ce gars ait fait ses études aux US signifie simplement qu’il est riche, ce que tu pouvais savoir simplement en considérant qu’il est député.

    • Aydara dit :

      BRAVO BRAVO BRAVO ET RE-BRAVO.

  2. Mario dit :

    Jet fuel can’t melt steal beams…

  3. v_atekor dit :

    Merci pour cet article. J’espère que certains le liront. Ah, et petit détail, si on considère l’Amérique entière, les seuls à ne pas être dans le groupe sont les USA (qui avalisent cependant, idem UE), la Bolivie, le Nicaragua… et Cuba (usual). Et contrairement à ce que dit Wikipédia l’Equateur l’a rejoint en septembre dernier (mais s’opposait jusqu’à récement à une intervention) , l’Uruguay n’en fait pas partie mais soutien une intervention via l’OEA. Bref, quand on parle d’unanimité du soutien sauf côté Trump, ce n’est pas une vue de l’esprit. S’il y a une intervention, je ne crois pas qu’elle soit poussée par Trump. Par la Colombie éventuellement.

    • aleksandar dit :

      La Colombie, premier producteur mondial d’héroïne………
      Belle référence.

      • v_atekor dit :

        De cocaïne et c’est le cœur du litige avec le Vénézuela. La cocaïne est produite essentiellement en support des Farcs (qui ont renoncé, mais à la Corse : il y des dissidents…), les Farcs cherchaient à renverser l’autorité du gv Colombien qui s’est allié pour se défendre avec les USA. Et les Farcs se sont appuyés un peu su Chavez au début (arce que c’était la gauche radicale, mais pas trop car c’était compliqué avec la drogue). Après avoir perdu massivement du terrain après un très long conflit, les Farcs (et surtout les narcos) se sont rabattues sur un endroit où le business est plus simple qu’en Colombie : le Vénézuela.
        .
        Du coup tu as un beau litige frontalier avec un package territoires hors de contrôle gouvernementaux, trafics de drogues et trafic d’armes, et avec en plus quelques millions de réfugiés pour faire bonne mesure.

      • Bawogava dit :

        C’est vrai que le quasi narco-Etat du Venezuela est bien mieux. Je sens que cette course à l’état référence va être intéressante.
        De plus, il me semble que ce soit la cocaïne qui soit la spécialité colombienne, le pavot (utilisé pour héroïne ou opium) resterait largement l’apanage de l’Afghanistan (et une partie des labos de transformation se trouverait en Turquie et au Pakistan, pour la petite histoire).

      • Plusdepognon dit :

        @ aleksandar
        Il va être tres compliqué de faire le distinguo entre narcos et hommes politiques en Amérique du sud. Puisque « el chapo » vient d’être condamné ajoutons le Mexique:
        https://youtu.be/hT_ljyHiCs4

        L’argent comme seule valeur entraîne ce glissement dans tous les pays du globe.

  4. Christophe dit :

    Le glaive STP merde! arrêté d’insulté toutes le monde. Tu as une bonne argumentation mais tu casses tout comme d habitude avec « excusez-moi » une arrogance incroyable « vous etez des enfants j est raison etc etc « et ton message ne passera pas. Dommage! Pour ma part je vais me renseigner sur cette université que tu parles tu as piqué mon intérêt. parceque j est fait abstraction de tes remarques désagréables et uniquement fait attention aux informations intéressantes. Stp mes de l eau dans ton vin.

    • Parabellum dit :

      Il y aurait nombre de cubains et de russes pour aider et protéger Maduro…que feraient ils en cas d attaque par les voisins ou les américains…T dumpings est clairement sur une ligne extérieure conforme à la doctrine de Monroe c est dire isolationniste sauf en Amérique du Sud considérée comme une chasse gardée Us d ou l hostilité à cuba et autre…attendre et voir mais il. Est pas impossible que l’on y voit un truc à la Clint Eastwood mais en plus hard…madura irait se réfugier à cuba…

  5. Pascal (l'autre) dit :

    Le Venezuela ce sont des réserves de plus de 300 milliards de barils! Que Mr Guaido soit pour le moins « louche » en restant poli Ok néanmoins qu’ont fichu Mrs Chavez et Maduro pour que le Venezuela devienne probablement l’état le plus prove de l’A.L.

    Certains n’hésiteront à pointer un doigt accusateur vers les « gringos » qui dès qu’ils reniflent de « l’oïl » commencent à s’agiter mais les politiques vénézuéliens sont vraiment des incompétents de première. Dans la situation actuelle le Venezuela est devant le fait suivant: La peste ou le choléra!

    • Pascal (l'autre) dit :

      l’état le plus pauvre de l’A.L. Vous aurez rectifié!

      • aleksandar dit :

        L’état le plus pauvre d’Amérique Latine.
        Vous devriez consulter les statistiques, ONU, Banque Mondiale etc avant d’écrire de telle inepties.

        • Lechavenois dit :

          à Aleskandar :
          .
          « ……L’état le plus pauvre d’Amérique Latine.
          Vous devriez consulter les statistiques, ONU, Banque Mondiale etc avant d’écrire de telle inepties…. »
          .
          Il est vrai , aleskandar, les instances internationales reconnaissent, et applaudissent toutes, la formidable réussite socio-économique du  » Chavisme  » :  » Le Venezuela de Maduro ou l’esquisse du paradis terrestre pour l’espèce humaine qui attire les foules « …
          .
          Mais il faut, hélas, revenir sur terre :
          .
           » les enfants, nouvelle réalité de l’exode vénézuélien » :
          .
          Sur les chemins entre le Venezuela et la Colombie, destination choisie par 1,3 million d’exilés pour fuir la crise, de plus en en plus de familles au complet font le voyage à pied.
          .
          https://www.lemonde.fr/international/article/2019/07/23/les-enfants-nouvelle-realite-de-l-exode-venezuelien_5492484_3210.html

        • v_atekor dit :

          En Pib par habitant, sur l’année 2018, il n’y a que la Bolivie et le Guyana qui sont en dessous du Vénézuela (C’est à dire un des pays les plus pauvres en terme territorial et de climat). Les Pib/capita étaient de 10968$ pour le vénézuela et de 7943 pour la Bolivie et de 8524 $ pour le Guyana.
          .
          Sur 2019 les courbes sont sur une perte d’encore 25% de pouvoir d’achat pour les vénézuéliens… Donc ta remarque est encore juste d’un cheveu, jusqu’aux statistiques de décembre…

        • Pascal (l'autre) dit :

          La même O.N.U. qui déclare qu’il y aura environ 6 millions de migrants et réfugiés qui auront quitté le Venezuela en fin d’année!!!! Probablement que l’air du pays ne leur convient plus!! De plus donner en référence la banque mondiale (dont le siège est à Washington!) c’est du lourd! En matière d’inepties vous vous posez là!

    • v_atekor dit :

      Ces réserves déclarées sont assez théoriques car ça été déclaré à la suite d’un coup de menton de feu Chavez. Mais en effet, le Vénézuela qui était l’état d’AL le plus riche il y a 20 ans est aujourd’hui le plus pauvre.

  6. Robert dit :

    Quoiqu’on pense de Maduro, une intervention étrangère aurait pour effet immédiat de solidariser les nationalistes et la gauche autour du président actuel contre l’envahisseur.
    Ce qui a provoqué la situation actuelle, c’est l’idéologie marxiste à la sauce latino de Chavez puis Maduro, mais aussi l’embargo contre ce pays. Je rappelle que les USA achètent leur pétrole au Vénézuela, on comprend qu’ils préfèreraient le payer moins cher.

    • v_atekor dit :

      L’embargo est récent, quelques mois. Et le pétrole n’a pas été concerné pendant longtemps. Les US sont le premier producteur mondial de pétrole, et leur meilleur allié est l’Arabie saoudite, donc ils se fichent de celui du Vénézuela.
      .
      Par contre le maque d’entretien et d’investissement (par Chavez déjà) dans les infrastructures pétrolières fait qu’aujourd’hui, son infrastructure pompe de moins en moins, et est en panne presque tout le temps. Le Vénézuela est un importateur net de pétrole.
      .
      Vue la mauvaise qualité du pétrole extrait, il n’est pas sûr qu’il y ait un jour un investisseur pour réparer. Le vénézuela aurait d’autres richesses nombreuses… S’il ne les avaient pas laissé tomber pendant 20 ans. Le Vénézuela a une dette colossale envers les Russes et Chinois qui mériterait à être plus souvent mentionnée que le pétrole que l’on extrait plus de ce pays.

    • EchoDelta dit :

      Le vrai problème est la crise économique et sanitaire sur place. Un pays pétrolier même sous embargo ne peut pas connaitre de crise aussi aiguë sans une gestion désastreuse. Même l’Iran n’est pas dans ce marasme économique. Et en passant les USA ont aucun intérêt à voir le cour du pétrole baisser, puisqu’ils sont passé de gros acheteur à vendeur. ET k’extraction de leur pétrole coute cher, donc si le prix baisse leur dépendance augmente.

    • wagdoox dit :

      Je ne crois pas, le système économique mise en place par Maduro, c’est piller les pauvres pour que les riches (et surtout les puissants) ne voient pas la différence. et garder le contrôle du pays. Quand les gens crèvent la faim (et je rappels que les animaux des Zoo ont été bouffé, il y a déjà un long moment), ils se foutent d’une intervention étrangère soutenu par le parlement. Sauf bavure énorme des forces US, ils seront bien reçu (du moins au début).
      Autant Chavez avait fait du bien à la population autant Maduro est une …. qui fait du mal à ce peuple.
      Absolument pas sur qu’un nouveau gouvernement proche de Washington fasse mieux mais il aura sa chance.

  7. Plusdepognon dit :

    Le Venezuela a des réserves de pétrole énormes (sans trop de surévaluation peut être).
    C’est un pétrole lourd, qui est raffiné aux USA. Et oncle Sam adore son arrière-cours. Rappelez vous avec Chavez.
    https://youtu.be/A49_IuN7VL0

    La puissance médiatique US est juste hallucinante !

  8. jyb dit :

    Photo : Jaime Guaido au milieu de ses partisans (c) sputnik of America

  9. Alpha dit :

    Bien sur que Guaido est téléguidé par Washington… Tout comme Maduro l’est par Moscou… Tout le monde le sait !…
    Et les fables sur Guaido sont aussi vraies que celles sur Maduro… Avec un détail qui a son importance, le premier n’est pas au pouvoir, le second l’est, et a ruiné son pays, s’en mettant plein les poches au passage…
    Mais vous, avec votre morgue et votre suffisance (sans parler de votre complexe de supériorité…. supériorité Ô combien usurpée…), comme à l’accoutumée, vous enfoncez ne nouveau des portes ouvertes en tentant, bien maladroitement, de vous faire passer pour l’érudit de service ou le géo-stratège pour qui qui les rouages de ce monde n’ont aucun secret.
    Seulement voilà, personne n’est dupe ici, et votre anti-américanisme primaire et aveugle, ainsi que votre pauvre pensée binaire montre que vous n’êtes seulement qu’un sot…
    « Un sot se croit supérieur à tout le monde, et se complaisant dans cette idée, s’y enveloppe d’une telle manière que rien ne peut plus l’en détacher.  »
    C’est bien vous, ça, Le Glaive ?… 😉

    • Auguste dit :

      Guaido c’est, en tout premier lieu,le représentant de la clique de corrompus qui était au pouvoir avant Chavez.Les Vénézuéliens ont voté Chavez justement pour lutter contre cette corruption,il y en a encore qui doivent s’en souvenir des « belles années » de la République bananière de la clique à Guaido.

      • Alpha dit :

        @Auguste
        Oui, et ???…
        Est ce que je dis le contraire ?
        Je dis bien que Guaido est téléguidé par les USA, non ?
        Dites donc les « louloutes », les HBOB, auguste et autres jean, va peut être falloir à un moment lire les coms envoyés et pas seulement les pseudos… Les comprendre aussi, ça ne serait pas du luxe…
        Et puisque on est dans les citations, ça me fait penser à : « Un groupe de loups, c’est une horde. Un groupe de vaches, c’est un troupeau. Un groupe d’hommes, c’est souvent une bande de cons. »
        Mais attention, sans aucune animosité de ma part !… 😉

    • HBOB dit :

      C’est un délice que d’être pris pour un c** par un imbécile. Le Glaive doit se délecter…, Mr Alpha.

      • Alpha dit :

        Ah ! Ça je l’ai déjà sorti !… Et surement au Glaive en plus !… 🙂
        Sinon, en gros M. HBOB, on en est au « c’est celui qui dit qui est ? »
        Pouvez pas mieux faire ?…
        Comme : « Rien n’est plus voluptueux pour un pas con que d’être pris pour un con par un con. »
        Plus subtil, non ?… 😉

        • HBOB dit :

          Mr Alpha, il eut été plus subtil de rendre à César ce qui appartient à César. »
          Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. (Georges COURTELINE) » . Vous dormirez moins c** ce soir.

          • Alpha dit :

            @HBOB
            Déçu…
            Votre seconde citation n’est que du réchauffé de la première… 🙁
            Osez, que diable !
            Après tout, c’est bien connu, les cons ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît !…
            Et puis vous savez, sur les cons, ne vous offusquez pas, après tout, nous sommes tous le con de quelqu’un d’autre…
            Tenez, vous par exemple… Un indice ? 😉

        • HBOB dit :

          « Les c** ça osent tout » , c’est du Michel Audiard. Et certainement pas de vous. Grâce à moi, vous devenez moins c***. Mais il reste beaucoup de marge. Ne vous inquiétez pas

    • jean dit :

      Vous avez le droit de ne pas être d’accord, tout comme moi j’ai le droit de l’être.
      Cela ne sous entend pas que l’un est supérieur à l’autre. C’est un choix politique que vous faites et c’est votre droit. Vous avez le droit de prôner une économie libérale qui rend au final impossible la vie de l’homme sur Terre. Regardez l’épisode que l’on vit en ce moment en métropole : c’est bien parti. Et on ne fait rien. Ah si, on vient de voter le CETA … prévision basse: 3M de tonnes de co2 en plus par an…on fonce dans le mur et nos politiques accélèrent.
      Il faut en finir avec le pétrole: en tous cas, il faut s’y préparer. Que fait-on ? Rien.
      Il faut laisser faire le marché… mais il avance à la vitesse de l’escargot, le marché.
      Il nous faut une planification écologique. Nous avons 12 ans pour éviter le dérèglement total, hors de notre contrôle. Le changement climatique, on l’a déjà. Ce que l’on peut encore éviter c’est d’aller au delà de la zone critique où tous les modèles disent : cela devient cahotique, la situation explose dans tous les sens, on ne sait plus prédire.
      Première mesure à prendre ? Commençons par la règle verte à inscrire dans la constitution : ne pas prendre plus à la planète qu’elle ne peut reconstituer.
      Toutes les autres lois doivent ensuite s’y conformer. Là on a peut-être une chance. Si un grand pays montre l’exemple, ça peut le faire.
      Ça pourrait bien être les USA. En tous cas, c’est le prochain qui a une chance de basculer, si Bernie Sanders devient le candidat démocrate. Il faut suivre cela de près.

      • Alpha dit :

        Hey Jeannot, relis mon post !…
        « Cela ne sous entend pas que l’un est supérieur à l’autre. »
        C’est pourtant ce Le Glaive laisse entendre par ses commentaires, avec un son pédant… Il s’y croit, le vieux !… Et ce n’est pas seulement que mon impression, vu les volées de bois vert qu’il se prend tous les jours… 🙂
        « C’est un choix politique que vous faites … »
        Justement non !… Je ne fais aucun choix sur ce sujet !
        Je dis bien que l’un est à la solde des russes, quand l’autre est à la solde des américains…
        Pour le reste, la fin du pétrole, le changement climatique, etc…, ouais, d’accord…

  10. Auguste dit :

    Malgré les menaces,les sanctions et les chantages,l’armée est restée fidèle à Maduro.Une intervention étrangère peut se transformer en guerre patriotique contre le gringo américain.Les bombardements n’auront qu’une efficacité limitée,va falloir se battre dans la jungle.Les défoliants et le napalm,ça risque de ne plus passer.C’est une guerre qui peut durer et c’est pas les Uruguayens qui vont s’y mettre (symboliquement au plus).Le Brésil et la Colombie ne sont pas très chauds, le Mexique est contre et Poutine a dit non.Trump et la nazie canadienne risquent encore une fois de se retrouver le bec dans l’eau.

  11. Kevin dit :

    Les types s’en foutent si ça se termine comme en Syrie! L’homme est très con par nature, et contrairement aux apparences, il n’y a pas forcément de logique stratégique ou économique, voir religieuse, mais de vrais problèmes de libido et de frustration, d’égo et de fierté mal placé. Les gens aux pouvoirs ne savent pas toujours ce qu’ils font ni ce qu’il se passe, car on maitrise les techniques ou les hommes, mais jamais les milliards de paramètres, c’est du flan! Suffit de regarder les guerres d’Afghanistan, de Syrie, de Libye qui ne cessent plus, comme des réacteurs nucléaires qui ont fondus et qu’on arrive plus à contenir. Où il est facile de programmer une guerre, mais factuellement impossible de la gagner. C’est sûr que quand on regarde tous les services de renseignement américains, il faut bien leur trouver un pays ou deux à entuber pour les occupés et pour rendre des comptes de tous ces milliards dépensés en mystères de l’empire… Les français sont achetables, mais peut-on avouer aux français que leurs dirigeants sont des tire-au-flanc? Les carrières sauteraient de partout! Donc on subit, on écoute Parly en mangeant des petits biscuits incrustés de confitures trempés dans un thé earl grey. On s’invente des guerres que l’on a dû surement gagné, alors qu’on pas voulu en réalité y succomber, on y a envoyé les autres… On sait pas, on sait plus rien. Les français n’ont plus droit au chapitre on leur cache les raisons stratégies, le sens des opex, des guerres, en leur disant: « Mais si! C’est la bonne solution, il faut renversé Hussein, Kadaf ou Bashar, puisque c’est Langley qui le dit. » A contrario on a les adorateur de la grande Russie. Mais rarement, on a très rarement une position souveraine qui passe par la non-ingérence sur des territoires qui ne nous appartiennent pas. Le désert ça va, il est pas trop revendiqué, et sur la carte ça fait vachement bat de voir la France sécuriser toute cette grande superficie qu’est le Sahara. Bon à Madama les mecs commencent à se demander qui ils attendent, car l’adversaire pas si con, ne vient pas se frotter directement aux forces de l’occident, les Afghans l’on déjà parfaitement démontré tout au long des siècles et encore aujourd’hui. Le type habillé en Boss sortit de ses formations d’agents hautement spécialisé en tromperie, devrait lui aussi être surveillé, surtout à l’ère nucléaire… Peace!

  12. Ajm. dit :

    Téléguidé ou pas, Maduro est un gros con totalement nul, comme Chavez, qui a détruit la poule aux œufs d’or, à savoir la compagnie nationale PDVSA, qui, autrefois, avait une très bonne réputation parmi les pétroliers et banquiers ou négociants spécialisés. Mais c’est de l’histoire ancienne, le pays est maintenant en faillite totale, pire que l’Iran, et les Chinois ne voudront pas y investir un yuan. Les Russes , eux, sont pauvres , et ont déjà du mal à financer leurs méga projets en Sibérie arctiques dont les seuils de point mort sont très élevés .

  13. Fred dit :

    Maduro se revendique héritier de l’ultra-populaire Chavez (ré-élu trois fois successivement haut la main), mais sa politique n’a rien à voir avec celle de son prédécesseur. Il s’est entouré et s’appuie sur une clique de profiteurs/souteneurs, comme Staline le fit.

    Mais cela ne fait pas de Guaido un chevalier blanc : bonnet blanc et blanc bonnet, mêmes méthodes, clique symé-trique.

  14. Math dit :

    À l’origine des déboires du Venezuela, il y a eu un élément simple: le régime de Chavez a désiré reprendre le contrôle de la manne pétrolière et a mis dehors les majors. Les pb technologiques du pays ont rendu l’extraction de plus en plus compliquée a mesure que les équipements en place se sont dégradés.
    Gaido soutien le retour des pétroliers US. Chavez est contre.
    L’histoire du Venezuela comprend une grande guerre civile (Simon Bolivar). Tous les acteurs l’ont bien en tête. C’est ce qui retient le bras des parties dans cette confrontation. Les 2 camps semblent en mesure d’accéder à l’armement nécessaire.

  15. delta dit :

    un petit hs , mais vu le contexte je donne car ça concerne aussi un élément de l’ensemble du fond du tableau du sujet .
    Combien d’énergie pour produire de l’énergie ? :
    https://www.researchgate.net/publication/334283125_Combien_d'energie_pour_produire_de_l'energie?fbclid=IwAR1UszaDpe6gSYdYK0AEMpVFrZGxceNOZ1RXP0F0Pcm5vnVzyK_pEMG6pAA

  16. v_atekor dit :

    Etrange que les anti US professionnels qui hantent ce forum nous rappellent chaque fois « les premières réserves de pétroles mondiale » du vénézuéla (même bien du monde pensent qu’elle ont été déclarées pour des besoins politiques plus que sur la géologie) mais personne ne rappelle les dette, presque aussi énormes, du Vénézuela à la Russie et la Chine, sur des crédits octroyés sur la base de ces réserves et qui ne seraient peut être pas payées en cas de changement de régime.
    .
    200 milliards de $ de dette, ça vaut le coup de maintenir un régime contre vents et marées.

  17. DVA dit :

    lol…Juste que les alliés de Guido réclament de l’aide humanitaires pour sauver le peuple…tout en décrétant des embargos sur les produits de 1ère nécessité ou autres médocs…

  18. Noël BERGON dit :

    avec la somme incalculable d’érudits qui naviguent ici,j’ai peur de me faire manger tout crû…mais tant pis…j’essaye. Si nous prenions le problème par le côté historique de l’Amérique du sud…il y a t il un seul de ces pays qui n’est pas eu à « bénéficier » de l’intervention des Américains ?…pourquoi ?…comment?… il y a t il un seul pays au monde qui n’est pas eu à  » bénéficier » de l’intervention des Américains ?…pourquoi ?…comment ?…Et pour conclure ,pourquoi De Gaulle a t il décidait de les virer de France ?…Voilà…à vous !

    • didixtrax dit :

      Ah ! le plan Condor ! j’en ai rencontré des « bénéficiaires » de la démocratie made in USA– à jamais marqués dans leur chair et leur âme lorsqu’il y ont survécu …

    • Plusdepognon dit :

      Ben aucun, ils suivent la fameuse « doctrine Monroe » pour l’Amérique latine… mais ne sont plus isolationnistes depuis 1917…
      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Doctrine_Monroe

      Petite liste non exhaustive des interventions d’oncle Sam (il y en a beaucoup, beaucoup d’autres):
      https://youtu.be/ujN7KOLrYXc

      https://youtu.be/V5OkyFHUbDQ

      https://youtu.be/lDwHgYmEJg8

      https://youtu.be/Y0XbX2CaSbo

      https://youtu.be/V6HGKiH704c

    • De Gaulle gardait une vision un peu « Bonapartiste », « je bombe le torse » de la France, une France impériale, ne supportant pas le monde anglo-saxon de surcroit dominer après la 2e guerre, qui par 2 fois avait sauvé le cul de son pays pourtant … Si De Gaulle à « virer » l’Amérique comme tu dis, d’autres en Europe firent des pieds et des mains afin que les américains ne partent pas ! Alors comme disait Coluche ; choisis ton camps camarade !!!!!!!!!!!!!!! (car de l’autre côté du rideau de fer au temps de De Gaulle, personne n’a viré personne ……)

      • Plusdepognon dit :

        @ Souvenir d’Asie centrale soviétique
        C’est vrai que l’histoire est loin d’être simple:
        Cependant, 80% des dépenses de la guerre d’indochine ont été financé par les USA.
        Sans compter la création du syndicat « force ouvrière » issue d’une scission d’avec la CGT (financement de la CIA) pour affaiblir les communistes.
        Ou le fameux « service action civique » pour créer des réseaux d’une future résistance derrière les lignes soviétiques.

        L’armée américaine est partie, mais les USA ont toujours été là depuis la deuxième guerre mondiale. Et je ne parle pas de leurs liens avec le patronat…

  19. Breer dit :

    Les pays d’Amériques latines n’ont qu’a se mobiliser pour envoyer une force multinationale de militaires sud américains, à moins que les dirigeants de ces pays aient une confiance relative en leurs militaires….. Pourquoi faire intervenir les « gringos » et d’envenimer encore plus la situation internationale, sachant l’état d’esprit de Trump et ses sbires, et l’effet qu’ils produisent sur le monde actuellement…

  20. Anaxagore dit :

    Le Glaive, vous êtes un cuistre…

    • Le Glaive dit :

      @ Anaxagore : oui, et mis à part ça ? …

      • Alpha dit :

        Ben…….. Vous tenez vraiment à ce que l’on développe ?… Même pas une petite idée ?… 🙂

    • Le Glaive dit :

      @ Anaxagore : les attaques personnelles plutôt que les idées et les arguments : non seulement c’est digne d’un gamin incompétent qui a la lâcheté de ne même pas essayer de faire face, mais ça révèle qui vous êtes : pas de doute, vous avez les pré-requis pour être parmi les NATO-lobotomisés de ce « forum »

      • Alpha dit :

        Deux réponses à @Anaxagore pour une toute petite affirmation..
        1/ le 25/07 à 13:48
        2/ le 26/07 à 10:55
        La sieste a été longue Pépé !… 🙂
        On dirait ce pauvre Maréchal de France qui pendant l’Occupation n’avait que quelques instants d’éveil et de lucidité dans la journée, et qui parfois voyait un éclair, une idée, jaillir de sa pauvre tête fatiguée…
        Ah ! Les ravages de l’âge………….. 🙁

  21. Reality Checks dit :

    D’abord une petite observation, qui se veut constructive, sur le contenu de cet article:

    Le SG de l’OAS Luis Almagro ne s’est PAS prononcé en faveur d’une intervention militaire étrangère, lorsqu’il a tenu les propos relatés dans cet article il faisait référence a un possible coup d’état militaire au Vénézuela, par des militaires vénézueliens, parmi les scénarios plausibles à venir (il s’en est lui même expliqué a posteriori).
    .
    Quant au groupe de Lima, il s’est constitué pour (je cite) trouver une « issue pacifique » à la crise au Vénézuela. Dès lors il est évident que l’intervention militaire est exclue de son champs d’action et qu’il ne saurait soutenir une telle aberration au regard de sa propre charte de travail.
    .
    ————————–
    .
    Plus généralement sur le Vénézuela:
    .
    L’erreur fatale du Venezuela c’est son recours excessif aux crédits extérieurs.
    Sa dette extérieure a explosé alors même que les prix du pétrole (et donc ses revenus) explosaient aussi (avant le contre choc).
    .
    https://www.ceicdata.com/en/indicator/venezuela/external-debt
    .
    Chavez a eu une politique volontariste dans le domaine social, mais les progrès réels enregistrés dans la lutte contre la pauvreté et les IDH ne peuvent pas occulter le fait que sous son règne la commande publique généreuse arrosait aussi l’oligarchie et les MNC dans le même temps que s’opéraient des nationalisations coûteuses, ce qui était intenable dans la durée, car cela a produit un endettement débridé. Le contre choc pétrolier ayant fait imploser une économie qui n’était pas gérée avec des règles prudentielles élémentaires.
    .
    Cette situation n’est pas sans rappeler un peu à celle de 1902-1903, lorsque le Venezuela a subi un blocus naval européen du fait de ses dettes, ce qui a entraîné une intervention américaine qui a placé le Vénézuela dans une sorte de curatelle, matérialisée par le dit Traité de Washington.
    .
    https://es.wikipedia.org/wiki/Bloqueo_naval_a_Venezuela_de_1902-1903
    .
    A travers ce traité, les américains réalisaient l’un des objectifs essentiels de la Doctrine Monroe, celui de mettre toute la zone des Caraïbes sous domination US et de s’en servir comme tête de pont pour contrôler l’ensemble du continent sud américain (ce que les américains appellent « notre hémisphère »).
    .
    Ce à quoi on assiste aujourd’hui c’est la résurgence de cette volonté de domination directe, qui a toujours existé mais a subi un passage a vide dans les années 1990/2000, dans un contexte post guerre froide, avec l’accession (temporaire) au pouvoir en Amérique latine de nombreux gouvernements qui avaient la volonté de s’affranchir de la tutelle yankee.
    .
    Donc aujourd’hui le Vénézuela fait l’objet d’une guerre d’usure sur tous les plans, qui vise à l’affaiblir jusqu’a ce qu’il retombe sous curatelle américaine comme en 1903.
    .
    Il est vrai que Chavez puis Maduro ont prêté le flanc à cette guerre d’usure du fait d’un recours trop important à la dette extérieure.
    .
    Mais il ne faut pas perdre de vue que le Venezuela est dans le crosshair des USA depuis plus d’un siècle, et ce qui se déroule aujourd’hui n’est pas nouveau, ni en lien étroit avec la personne de Trump ou de Maduro ou leurs prédécesseurs Obama et Chavez.
    .
    Le Venezuela est devenu un des théâtres sur lesquels le « grand jeu » géopolitique actuel se manifeste le plus violemment, tout comme l’ont été la Syrie et la Libye ces dernières années. Et qu’on le veuille ou non, la présence de réserves considérables d’hydrocarbures onshore ou offshore n’est pas une simple coïncidence dans le choix de ces cibles.
    .

    • v_atekor dit :

      Merci pour ton retour à une analyse un peu plus sérieuse. Ce n’est pas tout à fait la seule erreur du vénézuela, mais celles que tu listes sont parmi les erreurs majeures.

      une autre est de n’avoir jamais utilisé un sous pour moderniser l’infrastructure, de telle façon que non seulement il y a eu un contre-choc pétrolier, mais l’infrastructure déliquescente n’a pas pu s’adapter à la reprise. En même temps, le pays était alors dans un sale état avec un niveau de corruption qui aurait du inciter à changer de stratégie…
      .
      Pas en lien avec Chavez et Maduro… Un tout petit peu quand même 😉 Il se dit en AL que Chavez était tellement haineux de mourir de cancer sur un quasi échec qu’il a refilé le bébé… au plus bête de tous. Toujours est il que Maduro n’a pas eu le charisme d’un chavez pour libéraliser à la marge l’économie comme Chavez l’a eu fait plusieurs fois lorsque les choses se tendaient économiquement…

      • Reality Checks dit :

        @v_atekor
        .
        Mais j’étais très sérieux aussi lors de notre échange précédent.
        .
        Je ne prétends pas te convaincre si tes opinions sont arrêtées mais sinon considère les faits suivants:
        .
        Le gouvernement américain a confié la gestion du dossier vénézuélien a un ‘czar’ (c’est le qualificatif utilisé là-bas pour désigner un plénipotentiaire qui coordonne tous les efforts du USG avec emprise sur toutes les agences gouvernementales).
        .
        Son nom est Elliott Abrams.
        .
        C’est le chef de la diplomatie US Rex Tillerson (ex CEO de Exxon) qui a choisi cet Elliot Abrams pour gérer le dossier vénézuelien……
        .
        Exxon qui avait du quitter le Vénézuela après les nationalisations de Chavez, car Rex Tillerson a refusé de céder le contrôle des actifs vénézueliens de Exxon à PDVSA lorsqu’il était patron de cette major pétrolière…..
        .

        Donc le czar choisi par Tillerson et nommé par Trump pour s’occuper du Venezuela s’appelle Elliot Abrams.
        .
        Or ce dernier a été jugé et condamné par la justice *américaine* pour sa participation à l’affaire Iran Contra…. Puis il a été gracié par le président George HW Bush (ex CIA Director) en 1991.
        .
        Ainsi il me parait tout à fait pertinent de se remémorer cet épisode dans lequel la CIA a été financé , armé et formé des escadrons de la mort au Nicaragua tout en coopérant avec des cartels de trafic de cocaïne, dans le contexte d’opérations de changement de régime.
        C’est pertinent dans la mesure où Elliott Abrams, acteur central de ce scandale avéré est maintenant en charge du dossier vénézuélien pour le compte des USA.
        .
        https://www.theguardian.com/us-news/2019/jan/26/elliott-abrams-venezuela-us-special-envoy
        .

        Pour la petite histoire l’enquête parlementaire sur cette affaire de trafic de cocaïne et de death squads impliquant la CIA et Elliot Abrams avait été confiée au sénateur John Kerry, futur candidat à la maison blanche puis chef de la diplomatie sous Obama.
        Et le jeune journaliste américain qui a dévoilé le scandale (Gary Webb) est mort de deux balles dans la tête (un suicide, d’après les autorités).
        .
        Scabreux n’est ce pas?….
        .
        ———–
        .
        Pour ce qui est de l’industrie du pétrole: je comprends ton point. Comme tu le sais nous aussi avons une industrie pétrolière et disons que je l’ai un peu pratiquée sur le plan professionnel. Assez pour avoir un regard plus indulgent que le tien sur l’aspect technologique.
        .
        Lorsqu’on nationalise on doit évaluer l’impact et il est souvent coûteux. Clairement la politique de prise de contrôle de Chavez n’a pas été planifiée avec suffisamment de lucidité.
        .
        Mais en même temps il faut bien prendre en compte que les technologies nécessaires dans ce secteur, et en particulier dans le cas du pétrole lourd vénézuélien, sont contrôlées directement ou indirectement par les majors qui ont refusé la restructuration proposée par Chavez (Exxon et Conoco) ainsi que celles qui ont vu leurs parts réduites à une portion congrue (Total, Chevron, Statoil, BP).
        .
        Alors certaines de ces majors se sont se fait un plaisir de faire obstacle aux modernisations nécessaires de PDVSA…. dans l’espoir de revenir au status quo ante….
        .
        Encore une fois ceci est une démarche qui n’est pas sans rappeler celle de 1903 …. et Maduro, Chavez, Trump ou Obama n’étaient pas nés……..
        .

        • v_atekor dit :

          Au niveau des drogues : je sais ces histoires. Il y en a même des films. Les USA ont mis de l’ordre chez eux (ou pas) peu importe. Si la drogue entre c’est qu’il doit rester quelques corrompus bien placés pour fermer les yeux. Mais peu importe, ce n’est simplement pas le sujet dans ce contexte. Il y a un risque de guerre élevé avec la Colombie, et les USA n’y sont pas partie. Ils twittent et c’est tout ce qu’ils savent faire. C’est comme si demain la situation se tendait entre l’Algérie et le Maroc avec une immigration massive vers l’un des deux et un trafic de drogue institutionnalisé, que tu me parlais du rôle de la France où des policiers ont financé leurs opération avec de l’argent de la drogue.
          .
          Sur le pétrole, je veux bien que tu aies plus de compétences que moi sur le sujet. Mais je ne parle pas de technologie, d’avant-garde ou je ne sais quoi. Je parle de simples opérations de maintenance. Si tu reprends l’histoire (c’est à dire les titres de journaux…) de ce que Chavez a financé sur le pétrole et bien non seulement il n’y en avait pas assez pour faire la maintenance de ses installations, mais encore il y a une sacrée dette… Alors d’accord les majors occidentales ont sans doute mis des bâtons dans les roues, en même temps l’allié Russe et Chinois a permis a Chavez de passer outre ces manigances pendant 20 ans. Les conflits d’intérêt ce n’est pas nouveau, ce qui est nouveau c’est que malgré l’aide de la Russie le pays se soit effondré au dessous de l’Iran. Et côté embargo, les trafics en gros via le Guyana, la Colombie et le Brésil ce n’est pas ce qui manque… Déjà que quand les pays d’AL sont motivées les frontières sont poreuses, lorsqu’elle s’en f* ce sont des autoroutes.
          .
          Heureusement ou non, les USA ont tendance à ignorer (et mépriser) l’AL depuis la fin de la guerre froide. Peut être qu’elle redeviendra un jour l’arrière cour des USA (pour le meilleur ou plus sûrement pour le pire) mais en ce moment ; ils s’en foutent, autant Obama que Trump.

          • Reality Checks dit :

            Une installation pétrolière c’est très « capital intensive’.
            Beaucoup de matériels, et plus tu avance dans le cycle de vie d’une zone de forage, plus tu doit faire évoluer tes technologies pour maintenir ton puits des niveau de production acceptables.
            .
            Les installations sont en bonne partie ‘custom made » et tu as bien raison sur la maintenance qui doit être continue, mais cela ne suffit pas du tout, malheureusement, la technicité requise évolue dans le temps.
            .
            Si PDVSA se voit confier le contrôle d’une installation prise a Exxon (par exemple) contre son consentement, Exxon se barre avec les plans de maintenance, le stocks de pieces de rechange et le personnel.
            .
            Ensuite Exxon, qui se redéploie ailleurs, recrute tous les talents de PDSVA a des salaires impossibles a pratiquer dans secteur public vénézuélien.
            .
            Alors pour arrêter l »hémorragie PDVSA essaie de contracter un acteur externe spécialisé dans les services pétroliers comme Schlumberger par exemple pour maintenir l’existant hérité de Exxon et-ou le refitter, et devines quoi?
            .
            Le PDG de Schlumberger reçoit un coup de fil de Rex Tillerson, et les cadors de PDVSA sont foutus.
            .
            Après ils peuvent tenter leur chance avec Halliburton, mais tu imagines la réponse de Dick Cheney.
            .
            Ou Technip, mais pas de bol les Frenchies se sont fai racheter par l’américain FMC, qui ne laissera pas tomber Exxon, BP, Cocono, Statoil pour les beaux yeux de Chavez.
            Sans compter qu’il ne veut pas de problèmes avec l’oncle Sam.
            .
            Alors PDVSA tente la coopération sud sud, avec son équivalent algérien la Sonatrach, par exemple, mais les nôtres étaient déjà a flux tendus, donc ce n’est pas simple.
            Pour la petite histoire les venezueliens nous ont proposé d’exploiter des champs énormes via des JV chez eux, mais ce n’est pas si simple… Nous avions déjà des projets au Pérou, et ailleurs….
            .
            Reste les chinois et les russes, qui ne sont pas plus des enfants de chœur que les yankees.
            .
            L’industrie pétrolière je pense que s’est comme cela aussi dans l’aéronautique, c’est un petit milieu ou les acteurs sont imbriqués.
            .
            Donc est ce que PDVSA aurait pu faire mieux post restructuration? Sûrement notamment en matière de rétention des talents.
            Mais suffisamment non, ils se sont mis trop de monde a dos, ils avaient une main perdante.
            .
            C’est surtout la restructuration, les nationalisations qui auraient du être menées différemment, avec moins de flamboyance et plus de prudence.
            .
            On peut respecter les intentions de Chávez qui étaient louables. Mais gouverner c’est prévoir, Chávez a eu la naïveté de croire qu’il pourrait faire ceci, et tout le reste en même temps, c’était juste imprudent.
            .
            ————–
            .
            Pour le reste chacun son avis. Mais il ne faut juste pas se tromper de débat, on ne parle pas de cas isolé de fonctionnaire indélicat, on parle d’une vaste opération clandestine qui a duré une longue période dans une agence gouvernementale extrêmement complexe, dotées de moyens considérables et très secrète de par ses missions particulières……
            .
            Le fonctionnaire en question n »était pas indélicat corrompu, il était en service commandé, c’est pour cela qu’il a été gracié, réhabilité, et qu’il est aujourd’hui le czar du dossier Venezuela 🙂

  22. aleksandar dit :

    Les types genre Guaido les venezueliens les connaissent bien, ils n’ont pas oublié le Caracazo.
    Donc il y a eu des élections qui ont amené au pouvoir une assemblée de droite.
    Cette assemblée a dès son installation essayer de chasser le président en usant de violences et en essayant de créer une petite révolution de couleur.
    Le président Maduro a contre attaqué, a dissous l’Assemblée et convoquer une assemblée constituante.
    Comme la constitution lui en donnai le droit
    Tout cela est parfaitement légal
    Conclusion, l’assemblée dont Guaido se proclame le chef n’existe plus et ses décisions sont nulles.
    Election donc d’une assemblée constituante a la suite d’élections libres et démocratique.
    Victoire sans appel des chavistes pour 2 raisons :
    – Beaucoup avait voté pour la droite en espérant une amélioration de la politique économique de Maduro, assez désastreuse c’est un fait dans le cadre d’une cohabitation. Cette cohabitation n’étant pas possible , ils ont recommencé a voter chaviste.
    – La politique prônée des son arrivée au pouvoir par cette droite néolibérale visait a détruire tout ce que Chavez avait mis en place : programme alimentaires, gratuité des études, gratuités des soins, le programme de construction de logements pour les pauvres ( plus de 2 millions de logement ) etc.
    Pour une population qui se vante d’avoir le plus fort taux d’alphabétisation de l’amerique latine, la remise en cause de la gratuité des études est un suicide politique.
    Sans compter les liens de cette droite ultra riche et raciste avec les USA.
    Concernant la ruine de l’économie du Venezuela par les sanctions
    https://www.independent.co.uk/news/world/americas/venezuela-us-sanctions-united-nations-oil-pdvsa-a8748201.html
    L’expérience du chavisme , celle d’un etat d’Amerique du sud ou la richesse ne profitent pas qu’aux riches est bien évidemment une catastrophe pour les USA et ses compagnies pétrolières.
    Cela pourrait donner des idées a d’autres peuples d’Amerique latine.
    Il faut donc l’arrêter par tous les moyens.
    Une intervention militaire ?
    Il suffit de regarder une carte du Venezuela pour s’apercevoir que c’est extrêmement difficile, il n’y a comme voie d’accès que par la Colombie ou par la mer. Ce ne sera pas une promenade de santé.
    Faut pas compter sur le Brésil qui a déjà dit non par la voix de son homme fort et quasi porte parole de l’armée Antonio Hamilton Mourao
    Surtout avec en face 5 millions de chavistes prêt a défendre leur pays et a buter du gringo.
    Mais bon, le patriotisme, il suffit de lire les commentaires est une notion oublié par les petits blancs.
    Dernière chose, les médias parlent beaucoup de l’émigration vénézuélienne en ce moment.
    Dommage qu’ils oublient de parler des 2 millions de colombiens qui vivent au Venezuela et qui ont quitté le paradis CIA/Cartels de la drogue/répression colombien.
    Il est évident que ce commentaire ne s’adresse pas aux habituels naïfs qui cherche encore des ADM en Irak.
    Il y a des gens qui n’apprennent jamais rien.

    • v_atekor dit :

      « Tout cela est parfaitement légal »
      Vu la quantité d’ineptie que tu as sorti depuis quelques jours sur le sujet, je crains que tu ne le crois vraiment. Du pas légal du tout, il y en a eu, très stratégique et bien placé pour filer à Maduro tous les pouvoirs.
      .
      Légal ou pas, un pays où tous les pouvoirs sont tenus par une même personne et sans opposition est une dictature. Tapes sur les USA tant que tu veux, tu te fais plaisir parce que tu veux absoluement présenter le Vénézuela comme au coeur de l’affrontement US-Russie. Là tu t’aveugle.
      .
      Quant aux autres pouvoirs de gauche en AL, il y en a ou il y en a eu plusieurs. Aucun parmi ce qui sont partis ne l’ont fait de bonne grâce, mais aucun n’est arrivé à ce niveau de dictature. Quant au conflit, il aura probablement lieu, et ce sera un conflit frontalier classique. Tu voudras voir la patte des USA (qui livreront des armes, les français aussi) mais ce ne sera pas leur combat. En fait la Russie se serait autant fichue du Vénézuela que des autres pouvoirs anti USA (dont beauocup sont tombés naturellement) si ce pays n’y avait pas une dette de 200 milliards envers la Russie et la Chine.
      .
      Poutine ferait mieux de laisser filer Maduro et de garantir ses créances ce serait plus efficace pour tout le monde.

    • v_atekor dit :

      @Alkansar : comment peut-on réellement être aussi aveugle et ne pas voir le désastre humain qu’est le vénézuela depuis 5 ans ?

  23. Ajm dit :

    PDVSA a servi de cash machine pour Chavez et ses successeurs :
    1- pour payer les dépenses sociales permettant de satisfaire sa base électorale bien au-delà de ce qui se faisait avant, c’est-à-dire la collecte normale des dividendes de cette entreprise d’état .
    2- Il a installé des incompétents, généraux ou officiers supérieurs de l’armée , amis politiques ne connaissant évidemment rien à l’industrie pétrolière, pour remplacer les milliers de cadres de la compagnie qui avaient osé protester contre cette main mise politique.
    3- Ces incompétents, en plus de leur incompétence coûtaient très chers et vivaient luxueusement sur la bête.
    4- le  » free cash- flow » de l’entreprise, disponible pour l’investissement interne est devenu squelettique « : pas de renouvellement des réserves existantes, détérioration très forte de l’outil de production, manque de compétences techniques à tous les niveaux et, in fine, baisse très forte de la production et dégâts dramatiques, y compris environnementaux.
    5- En plus, baisse des prix du pétrole ( le brut Vénézuélien est en plus très  » lourd » et nécessite des traitements spécifiques , la demande mondiale étant tirée surtout par les produits légers , gasoil, essence et kerozene ou jet fuel) et concurrence des gisements US de gaz et pétrole de schistes, les USA étant traditionnellement un client majeur, avec , sur place ( à Houston) la plus grande filiale de raffinage de PDVSA, équipée d’unités de  » conversion profonde  » permettant de traiter le brut lourd Vénézuélien .
    En conclusion, ce sont Chavez et sa clique qui sont les responsables a 90% de la situation de leur pays.
    C’est , de toute façon, toujours le même topo à chaque fois qu’une économie socialiste s’écroule, ce qui est leur destin habituel. Les responsables c’est toujours les autres , les USA, les petits satans vassaux des US, les juifs et Israël évidemment, les banquiers internationaux, les marchés, l’ultra libéralisme et autres boucs émissaires répertoriés et homologués

    • v_atekor dit :

      Bon résumé. Ajoute à ça que pour compenser les pertes de revenu du pétrole, Chavez s’est endetté à un niveau stratosphérique auprès de la Russie et de la Chine, et tu vois ces deux pays le maintenir coûte que coûte au pouvoir, exigeant de se faire payer en $ quand l’inflation a ruiné toute la population.
      .
      Et maintenant que les installations pétrolières presque sont complètement à l’arrêt (sauf pour la contrebande) les généraux fricotent avec les narcos colombiens pour faire rentrer les sous.
      .
      Mais bon, certains partent du présupposé que c’est la faute aux autres (t’as oublié les franc-maçons dans la liste des coupables)

  24. Ajm dit :

    L’assemblée  » constituante  » de Maduro est une pantalonnade, organisée à partir des comités de quartier mis en place par le régime en reprenant le savoir-faire Cubain, belle exemple de démocratie de type Soviétique.

  25. Ajm dit :

    Le régime Vénézuélien a des liens avérés avec les cartels de la drogue . Il ne faut pas oublier que les gentils révolutionnaires Colombiens aidés et soutenus par Chavez vivaient largement de ce traffic il y a quelques années. Ce traffic constitue actuellement la seule source de devises du régime Maduro, les rentrées financières du pétrole étant actuellement pratiquement nulles et, de surcroît, ce qui reste d’ économie Vénézuélienne est à l’arrêt, faute de carburant.

  26. Ghostrider dit :

    @ aleksandar, j’ai les yeux qui piquent à vous lire. avant d’ écrire des choses, est ce que vous assurer du bien fondé de celle ci ?

     » Sinon au Venezuela, il existe un programme gouvernemental, le CLAP, qui distribue de la nourriture.
    Contrairement a ce qu’affirme la propagande neo liberale, personne n’a faim au Venezuela. »

    Le programme alimentaire CLAP est en grande partie détourné au profit de l’entourage du régime dont 3 beaux fils de Nicolas Maduro et principalement d’un homme d’affaire colombien, Alex Saab. Ce gigantesque réseau de corruption est connu depuis longtemps mais pas de vous.

  27. keuta dit :

    Allez, une liste des mesures coercitives imposées par le isa sur le Venezuela.
    J’aimerais savoir comment n’importe quel pays du monde se debrouillerait pour avoir une économie florissante dans ce cadre :
    1.

    Le 9 mars 2015, le président des EU Barack Obama, dans le prolongement des sanctions imposées par le Congrès le 10 décembre 2014, a signé un décret déclarant que le Venezuela était une « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis ». En conséquence, il a ordonné des sanctions économiques et coercitives contre les principaux responsables du gouvernement vénézuélien et progressivement contre le pays dans son ensemble.

    Selon les explications de l’administration Obama à l’époque, les sanctions répondaient à l’“engagement” de « faire progresser le respect des droits de l’homme, de protéger les institutions démocratiques et de protéger le système financier américain des flux financiers illicites issus de la corruption publique au Venezuela [sic] »

    Ce décret, année après année, a été prorogé par le gouvernement de Barack Obama et par le gouvernement de Donald Trump, ce qui constitue un prétexte pour sanctionner et bloquer l’économie vénézuélienne et limiter les déplacements des fonctionnaires du gouvernement vénézuélien.

    Le décret qu’a publié Barack Obama en 2015 représente une agression qui mine le développement et la paix des Vénézuéliens. Ce décret est à la base à l’élargissement des sanctions contre les entreprises et les fonctionnaires vénézuéliens. Il a servi de prétexte pour interrompre les transactions et les négociations commerciales et financières effectuées par le Venezuela.

    2.

    En décembre 2017, le président Nicolás Maduro a annoncé la création d’une cryptomonnaie, le Petro. Il a annoncé parallèlement la création officielle de l’Observatoire de la chaîne des blocus du Venezuela [Observatorio Blockchain de Venezuela].

    Nicolás Maduro a déclaré aux médias : « Le Venezuela annonce la création d’une cryptomonnaie qui s’appellera le Petro (…). Elle nous permettra d’avancer et de trouver de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays (…). Le Petro sera soutenu par les réserves d’or, de pétrole, de gaz et de diamants du Venezuela ».

    Le 19 mars 2018, le gouvernement des États-Unis a publié un décret exécutif qui interdit aux citoyens de son pays et aux personnes se trouvant sur son territoire d’acquérir ou de négocier toute monnaie ou tout bien numérique émis par le gouvernement du Venezuela.

    3.

    Le 4 août 2018, le président vénézuélien Nicolás Maduro a subi une attaque terroriste lorsque deux drones chargés d’explosifs ont explosé près de la tribune présidentielle [lors d’un défilé militaire]. Bien que des images aient été tournées par les médias présents, qu’il y ait eu des blessés, des dégâts infligés à des habitations et que les auteurs de l’attentat aient été arrêtés, de nombreux gouvernements ont déformé les faits et mis en doute que l’attaque aurait pu provoquer la mort du président vénézuélien et des hautes personnalités qui étaient présentes ce jour-là.

    L’attaque a été repoussée grâce à l’action opportune de la garde d’honneur présidentielle qui a utilisé un équipement inhibiteur de signaux, ce qui a réussi à désorienter les drones et à les faire exploser en dehors du périmètre prévu. Cependant, cela n’a pu empêcher certaines personnes d’être blessées. Une maison frappée par l’explosion de l’un des drones a subi de graves dégâts.

    Le New York Times du 8 septembre 2018, a révélé que le gouvernement de Donald Trump s’était entretenu secrètement avec d’anciens militaires vénézuéliens. Les discussions ont porté sur des plans pour renverser le président Nicolas Maduro, ce qui démontre le lien de ces réunions avec cette attaque qui n’est ni la première et qui ne sera pas sans doute la dernière

    Les médias étasuniens comme CNN ont diffusé un reportage qui prouverait qu’un groupe de déserteurs de l’armée vénézuélienne était derrière l’attaque du drone pour assassiner le président vénézuélien Nicolás Maduro en août 2018.

    Quelques jours après la révélation de CNN, un porte-parole du département d’État américain s’est contenté de rappeler à la chaîne étasunienne que la politique de son pays était « de soutenir une transition pacifique au Venezuela ».

    4.

    Le 23 janvier 2019, Juan Guaidó, député d’une Assemblée nationale déclarée en desacato, c’est-à-dire en situation d’outrage à la Constitution par les plus hautes instances juridiques du pays, a tenté d’usurper les pouvoirs publics. En présence de quelques partisans du parti Volonté populaire (extrême droite fascisante), il s’est proclamé président de la République bolivarienne du Venezuela. Cette action rappelle le coup d’État contre Hugo Chávez en 2002, lorsque Pedro Carmona Estanga, figure de l’opposition et président de la Fédération patronale de chambres et associations de commerce et de production du Venezuela (Fedecámaras), fut investi comme président du Venezuela.

    Quelques minutes après la prestation de serment de Juan Guaidó, le vice-président Mike Pence et le président américain Donald Trump l’ont reconnu en tant que “président par intérim” du Venezuela. À cette occasion, Trump a déclaré :

    Aujourd’hui, je reconnais officiellement le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaidó, comme président intérimaire du Venezuela. Assumant son rôle de seule instance légitime de gouvernement dûment élu par le peuple vénézuélien, l’Assemblée nationale a invoqué la Constitution de son pays pour déclarer l’illégitimité de Nicolás Maduro et décréter, par conséquent, qu’il y avait vacance de du pouvoir présidentiel

    .

    Dans le même discours, Donald Trump a dit ouvertement qu’il aurait recours à « toute la puissance économique et diplomatique des États-Unis pour restaurer la démocratie au Venezuela » et il a invité les autres gouvernements du continent à reconnaître Guaidó comme seul président légitime.

    5.

    Dans le cadre des mesures coercitives imposées contre le gouvernement de Nicolás Maduro et le peuple vénézuélien le 1er février 2019, les États-Unis, par l’intermédiaire du Département du Trésor, ont émis une nouvelle ordonnance interdisant de négocier les obligations de la République du Venezuela sur le territoire américain. L’ordonnance s’applique notamment aux citoyens américains qui participeraient à ce type d’opérations.

    Cette même résolution stipule que les obligations et titres analogues peuvent continuer à être négociés « à condition que toute liquidation des actifs vénézuéliens sur le marché obligataire, toute aide à leur négociation, transfert ou autres activités du même ordre », soient effectués hors du marché étasunien.

    Le président Donald Trump avait déjà signé le 24 août 2017 un décret exécutif qui interdisait de nouvelles négociations sur la dette émise par le gouvernement vénézuélien et sa compagnie pétrolière d’Etat : PDVSA. Il avait également interdit les transactions sur certaines obligations existantes appartenant au secteur public vénézuélien, ainsi que le versement de dividendes au gouvernement de Nicolás Maduro.

    La nouvelle mesure de février 2019 est un ajustement de la résolution d’août 2017 ainsi que d’autres résolutions coercitives ayant été prises dans le domaine économique et commercial pour limiter les négociations et les entrées de devises dans l’État vénézuélien.

    Plus récemment des sanctions extraterritoriales étasuniennes ont touché le Venezuela. Ce sont des mesures illégales qui font partie d’une série de “délits de lèse humanité”. C’est ainsi que le Département du Trésor étasunien a émis le 17 avril 2019 de nouvelles sanctions contre la Banque centrale du Venezuela (BCV), qui l’empêchent d’obtenir des fonds en dollars, de les transférer ou de négocier dans cette monnaie. Plus précisément, comme l’a déclaré John Bolton, conseiller pour la sécurité nationale, l’objectif vise à « à limiter les transactions nord-américaines avec cette banque et à lui fermer l’accès aux dollars EU ».

    Cette mesure, de même que d’autres précédemment imposées, porte atteinte au développement social, éducatif, économique et humain de tous les Vénézuéliens.

    6.

    Le 23 février 2019, les États-Unis ont tenté d’introduire au Venezuela une prétendue “aide humanitaire” depuis la Colombie sans l’autorisation du gouvernement du président Nicolás Maduro et sans la participation des Nations Unies, seule organisation à avoir les services et les moyens pour faciliter l’acheminement d’une véritable “aide humanitaire” et seule habilitée à le faire en fonction du ou des pays bénéficiaires.

    Des organisations très peu crédibles comme l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et l’entité colombienne qui est préposée aux risques de catastrophe nationale (Unidad Nacional para la Gestión del Riesgo de Desastres colombiana) étaient chargées d’administrer, de contrôler et de gérer le fonctionnement du centre de collecte.

    Incapables d’introduire l’“aide humanitaire” sur le territoire vénézuélien, les manifestants ont choisi de brûler le contenu des trois camions qui étaient en tête de convoi du côté colombien de la frontière.

    Quelques jours après l’événement, les États-Unis ont convoqué le Conseil de sécurité des Nations Unies pour examiner le cas du Venezuela.

    Le 10 avril 2019, l’administration Trump, pour la deuxième fois consécutive, est revenue sur la question vénézuélienne lors d’une session du Conseil de sécurité, le but étant d’imposer une résolution qui permette d’intervenir dans les affaires intérieures du Venezuela ou même de lancer une intervention militaire.

    Le même jour, le Président Nicolás Maduro a tenu une réunion avec le Président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer. Ils ont convenu de l’entrée d’une aide humanitaire au Venezuela.

    7.

    Le 7 mars 2019, le gouvernement vénézuélien a rendu compte de l’attaque contre le système électrique vénézuélien, en particulier contre El Guri, la principale centrale électrique, qui a laissé le pays entier sans électricité pendant cinq jours. L’attaque s’est déroulée en trois phases :

    a) une cyber attaque contre le système automatisé de la centrale hydroélectrique d’El Guri

    b) une autre attaque électromagnétique en se servant d’équipements mobiles à haute fréquence

    c) ; enfin, une attaque physique contre des sous-stations et des centrales électriques sensibles.

    Cette situation s’est répétée à la fin du mois, avec l’introduction de virus dans les systèmes informatiques qui régulent le service électrique. Cela s’est accompagné de plusieurs attaques physiques avec des armes de guerre sur les lignes de transport de l’énergie électrique.

    Ces agressions, aux caractéristiques multiformes, ont produit des effets importants qui ont causé la destruction de plusieurs équipements. Elles ont aussi provoqué l’interruption des processus couplés à l’approvisionnement en d’électricité, processus qui sont nécessaires pour que différents services puissent continuer à fonctionner.

    Forbes, un magazine publié aux États-Unis, spécialisé dans le monde des affaires et de la finance, a déclaré que non seulement que cette cyber attaque était possible mais qu’elle avait bien eu lieu contre le système électrique : « l’idée qu’une nation étrangère manipule le réseau électrique d’un adversaire pour imposer une transition gouvernementale est très réelle ».

    Le 26 mars 2019, le président américain Donald Trump a signé un décret pour défendre les EU contre des attaques ou des événements utilisant des impulsions électromagnétiques qui pourraient perturber, dégrader et endommager la technologie et les infrastructures nord-américaines. Les impulsions électromagnétiques d’origine humaine ou naturelle peuvent en effet affecter de vastes zones géographiques, modifier des éléments essentiels à la sécurité et à la prospérité économique d’un pays. Elles sont susceptibles d’avoir des effets négatifs sur le commerce et la stabilité mondiale.

    8.

    Le 9 avril 2019, l’Organisation des États américains (OEA) a approuvé le “remplacement” du représentant légitime du gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela par un opposant propulsé par les États-Unis. Or il faut savoir que le Conseil permanent de l’OEA n’a pas le pouvoir de reconnaître des gouvernements, ni de choisir ceux qui doivent représenter un pays au sein de cette organisation multilatérale, puisque nul ne peut imposer à un État de reconnaître un autre État ou un gouvernement. Il s’agit d’un droit souverain auquel on ne peut déroger.

    Dans aucun des articles de la Charte de l’OEA, il n’est stipulé qu’une autorité légitimement nommée par un gouvernement souverain puisse être remplacée par une décision du Conseil permanent ou par une “résolution” soumise au vote de la majorité de ses membres pour approbation. Ce type de substitution ne saurait être accepté en droit ni être avalisé par l’OEA. De plus, aucun article ou document émanant de cette organisation n’autorise la reconnaissance d’un président “autoproclamé”.

    A ces pressions et ces agressions, s’ajoutent à tous les autres ingrédients de la guerre de basse intensité qui ont été expérimentés pour renverser le gouvernement légitime du président Nicolas Maduro.

    Heureusement, le 27 avril 2019, le Venezuela a décidé de cesser d’appartenir à cette organisation multilatérale selon une procédure que ce pays avait initiée en 2017 avec la dénonciation de la Charte de l’OEA.

    Ce n’est pas Chávez qui empêche son peuple de se nourrir mais les mesures américaines…

    • keuta dit :

      D’ailleurs si l’industrie pétrolière est si moribonde, c’est parce que les sanctions interdisent au Venezuela d’importer les pièces nécessaires a l’entretien de ses machines…
      Quant à la famine je vous laisse lire le rapport de Zayas ex rapporteur de l’ONU

      https://www.legrandsoir.info/les-sanctions-sont-une-forme-de-guerre-contre-les-peuples.html

      • Alpha dit :

        @keuta
        Ah bon ?…
        Sauf que la crise au Venezuela, c’est depuis 1999, aggravée en 2012…
        Alors que les premières sanctions datent de… 2015 !… Et encore, au départ elles ne concernaient que certains hommes clés du pouvoir…
        Les sanctions n’ont fait qu’accentuer la crise dans l’industrie pétrolière de ce pays, mais elles n’en sont pas la raison ou les causes…
        Revoyez les commentaires plus haut…

        • Reality CHecks dit :

          Mon Cher Alpha,
          C’est votre désapprobation des autorités élues du Vénézuela qui date de 1999.
          La crise elle, a réellement démarré avec le contre choc pétrolier.
          Auparavant le Vénézuela a connu une période positive dans bien des domaines, notamment en matière de justice sociale.

  28. lxm dit :

    Il faut absolument que les civils résolvent leurs problèmes par eux-mêmes, avec leurs propres moyens, et que l’armée ne se préoccupe que de protéger le pays d’une invasion étrangère. Alors forcément quand les 2 camps deviennent les pauvres( nationalistes par nature) du vénézuela qui ne bougent pas contre les riches( internationalistes par nature) en fait à la solde de washington, l’armée est obligée par nature de s’opposer au second type. Vous le voyez bien cette opposition, elle devient visible partout, dans tous les pays, relisez l’histoire avec cela en tête: Les forces de ceux qui sont attachés à la préservation de leur terre contre les forces de ceux qui veulent juste l’exploiter( avant de partir ailleurs). Même en remontant sur des millénaires, on retrouvera toujours la même opposition fondamentale, celui qui a l’habitude de donner des ordres comme un bébé qui fait accourir sa mère et veut tout tout de suite, et celui qui ancien esclave se rebelle contre l’autorité, massacré et opprimé et qui ose une fois de temps à autre relever la tête, alors oui il part de loin il apprends les responsabilités, cela ne le délégitimise pas pour autant, on pourrait même dire que c’est lui l’humain, comme l’humain face à la nature, celui qui est forgé par la fortitude. On est toujours un rebelle face à une autorité, et dès que l’humain a créé le feu il a été rebelle au soleil.
    En chine, après guerre ils ont viré tous les anciens cadres et bourgeois( passé à taiwan)et les ont remplacé par des pauvres, partant de 0, faisant des erreurs, mais en 2 générations tout est devenu comme avant, avec presque les mêmes extrémité, enfants de riches se permettant de se moquer, de traumatiser des employés.

  29. Ghostrider dit :

    @Keuta … votre argumentaire est certes très documenté mais beaucoup trop long, malheureusement beaucoup trop partial, et donne l’impression d’être écrit par légiste franco-vénézuélien du régime Maduro.

    A vous lire le régime Maduro est exempt de tout reproche et toute les fautes incombent à la politiques US ou à une opposition qui ne file pas droit. Monsieur, ce site est hébergé dans un pays dont la liberté d’expression et de la presse est ( encore) classé 37éme sur 180. pour information le venezuela est classé 148éme juste avant la russie ce qui est un piteuse référence.

    Bref ici l’accès à l’information est ouverte, riche même dans l’opposition. Vous ne pouvez empêcher de constater que le régime vénézuélien est un régime mafieux institutionnalisé dont la triangulaire narco trafiquants – armée & colectivos – Régime en place, presse comme un citron et fait mourir à petits feu la société vénézuélienne et son économie. Aller chercher exclusivement dans le blocus US ou sa politique est malhonnête et foutage de gueule. merci