L’armée de Terre insiste sur l’importance des traditions pour forger « l’esprit guerrier » chez ses soldats

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

73 contributions

  1. Robert dit :

    Tradition veut dire transmettre, on transmet un héritage, une filiation.
    Peut-on parler aux jeunes de transmission dans une société de clivages idéologiques, de rupture permanente avec le passé à travers des repentances permanentes ?
    Peux-on transmettre un héritage à ceux qui viennent d’un autre héritage sans leur demander de préférer le notre pour le servir et l’aimer?
    Peux-on transmettre ce qui a de la valeur, raccroche à une histoire, à l’héritage des anciens, en enlevant par ici ce qui dérange le régime en place, là ce qui gêne l’idéologie dominante ?
    Ce sujet est très intéressant, nous sommes dans le réel de notre histoire, déchirés pour certains entre la fidélité à une transmission et une modernité qui a la tentation de tout remplacer.
    Espérons que nous soyons capables de distinguer pour unir ce qui est bon dans la tradition et dans la modernité et de donner envie à ceux qui nous rejoignent venant d’ailleurs d’adhérer à cette filiation spirituelle.

    • Le Breton dit :

      « Peux-on transmettre un héritage à ceux qui viennent d’un autre héritage sans leur demander de préférer le notre pour le servir et l’aimer? »

      Depuis la Révolution, on ne devrait plus entendre cela en France, toute personne qui se dit française a pour seule et unique héritage la France (il en va de même pour la religion évidemment) et quand on voit la situation de la société française aujourd’hui, je n’ai jamais été aussi d’accord avec les jacobins sur ce point.

      • felipe dit :

        @ >Le breton, votre réaction n’est pas antinomique de celle de Robert. je pense que vous dites la même chose avec des mots différents. sa référence à l’héritage de la France débute bien avant la révolution. vous la débutez à la révolution. or, considérer que la France d’aujourd’hui ne s’est créée qu’à partir de 1789 est un contresens historique.
        la France en tant qu’entité culturelle s’est formalisée avec la création d’un royaume des francs et Clovis. elle est devenue un état moderne grace à LouisXi, Richelieu et Louis XIV qui en ont fait progressivement fait une nation. lors de la guerre de succession d’espagne alors que la france se battait contre toute l’europe, le peuple français a pris fait et cause pour le rois de france. la notion d’état s’est exprimée dans l’affirmation d’un pouvoir central supérieur aux intérêts particuliers hérités du féodalisme. ce pouvoir absolu s’est ensuite confronté au siècle de la raison avant la révolution. etc. mais la révolution n’a pas effacé les origines de la nation.la propriété, la religion, l’attachement à la terre, les référentiels juridiques n’ont pas été remis en question, etc.
        ce jacobinisme comme vous dites est consubstantiel à la France. c’est tout le problème de la centralisation et de la décentralisation. ce pays n’a jamais été aussi fort que lorsqu’il était très (trop ?) centralisé. il n’a jamais été aussi faible que lorsque les intérêts particuliers l’emportaient. autrefois, les grands du royaume, les fermiers généraux, plus recemment, les mauvais aspects de la décentralisation, aujourd’hui les revendication minoritaires indigénistes, post coloniaux, racisés,
        et c’est bien à travers cette histoire que la france s’est construite, souvent les armes à la main. d’où la relation forte de notre armée à l’histoire de france, à cette culture qui n’a pas changée mais a évolué avec un seul maître mot : unification, assimilation.
        sans cette volonté farouche, la france ne serait qu’un gigantesque carrefour entre le nord et le sud de l’europe , entre l’est et l’ouest.
        l’héritage de la france c’est son histoire et toute sa complexité. c’est cette complexité faite d’agrégats successifs (mais de cultures fondamentalement grecque, romaine et chrétienne) qui fait notre pays. elle ne peut débuter à 1789. la aussi, la preuve dans l’armée de terre, les références aux origines des régiments, les références aux symboles et aux vertus avancées par les patrons d’armes.

      • cedivan dit :

        « toute personne qui se dit française a pour seule et unique héritage la France  » : c’est un voeux pieux….

      • Robert dit :

        Le Breton
        Vous pouvez développer votre affirmation ?
        Une personne deviendrait héritière d’une transmission par la simple pensée magique de l’universalisme jacobin révolutionnaire ?
        Vous pouvez nous donner des exemples précis ?
        C’est bien de formuler des phrases, mais c’est encore mieux de les appuyer sur un raisonnement.
        Je sens que ce lien va devenir intéressant.

  2. J.C dit :

    Ce qui est triste c’est qu’il faille rappeler ce genre d’évidence.

    • ji_louis dit :

      Dans les temps plus anciens, le statut de soldat était valorisant (un peu comme l’instituteur ou le médecin de famille) et valorisé. Ce n’est plus le cas, ni dans les moeurs, ni dans les bourses (ou porte-feuilles).

  3. Vroom dit :

    Pourtant mili depuis 26 ans, je dois admettre que ces traditions….. me fatiguent au plus haut point….
    Ras le bol de tous ces chichis féodaux, de ce folklore. Je suis pourtant un spécialiste professionnel, je ne me reconnais plus dans ce système moyenâgeux seigneurs/vassaux/serfs. Un glaive….encore une lubie d’officiers généraux, nostalgiques des charges à cheval.
    Comment se comparer à ces soldats courageux ( et qui n’avaient pas le choix de toute façon), ils ont été héroïques en leurs temps, mais comment nous rapporter à leurs histoires ??? « Oui, mon escadron ne recule devant rien ! » Bien gamin, il n’a pas reculé il y a longtemps, en feras-tu de même ? Même en portant son patch ! »
    Jamais nous ne referons ce qu’ils ont fait, jamais nous ne pourrons être leurs égaux. Les charges pour se faire dépiauter par une mitrailleuse, les combats aériens les yeux dans les yeux….
    Mes diverses unités avaient peu ou pas d’histoires, quelle importance ? le travail était/est fait H24, 7 jours sur 7, toute l’année. Et parfois un chef avait une lubie, « et si on faisait un fanion ? si on avait un nom officiel ? Il nous faut une tradi ! » Quel intérêt….
    ça me fatigue tout ça.
    L’important, c’est l’entrainement, la maitrise de son outil et la cohésion. Et cette dernière ne s’obtient pas en louchant sur un fanion, elle s’acquiert dans la douleur des « classes », douleur devenu insupportable pour nos jeunes recrues, et inapplicable par les instructeurs, pour éviter la déflation de ces mêmes jeunes recrues individualistes et sensibles.
    Sans oublier un commandement qui ne serait pas issu de la DRH France télécom, tout en étant obnubilé par la marche suivante de sa carrière.
    Malgré tout ça, je vous rassure, je reste accro à mon travail ! 😉

    • felipe dit :

      vous ne referez jamais ce que vos anciens ont fait mais vous ferez d’autres choses !!!
      raconter l’histoire fait rêver et apprend à se dépasser parce que cela donne du sens et aide à se dépasser; comment croyez vous que les jeunes officiers de 1418, de 3945 ou d’indo aient pu tenir et entraîner leurs hommes. pas de glorioles la dedans ,ni de fatalismes. ce n’étaient pas des gladiateurs.
      c’est le principe même du soldat citoyen

    • roissard dit :

      C’est vrai qu’il faut veiller à ne pas tomber dans le folklore et la limite est parfois floue : la photo qui illustre l’article est révélatrice à cet égard.
      Quant au glaive, mon Dieu… quel intérêt ?
      Retenons l’essentiel que vous résumez ainsi  » L’important, c’est l’entrainement, la maitrise de son outil et la cohésion « .

    • Boss dit :

      Tout a fait d’accord …rien a ajouter

    • ScopeWizard dit :

      @Vroom

      Fais pas le con , hein ? Qu’ on soit pas emmerdés ……….. 😉

      • Vroom dit :

        Meuh non 😉

        • ScopeWizard dit :

          Parfait !
          Donc me voici à présent pleinement rassuré ! 🙂

          • Robert dit :

            Le légitime héritage d’exemple d’actes posés par des hommes ou femmes à un moment de l’histoire peut inspirer nos jeunes aujourd’hui et l’héroïsme ou l’abnégation dont ils ont fait preuve peut se transposer dans des situations différentes hier, aujourd’hui comme demain.
            La charge de Krojanty en Poméranie est menée par la cavalerie polonaise au soir du 1er septembre 1939 contre un bataillon d’infanterie allemand. Après avoir réussi à disperser les fantassins, la cavalerie polonaise se retrouve face à des blindés allemands qui vont mettre fin à la charge dans un bain de sang. Les polonais peuvent être légitimement fiers de leurs anciens et le transmettre aux jeunes soldats. Maintenant, personne ne va suggérer de les imiter ni considérer cela comme une victoire militaire. Comme les cadets de l’Alcazar de Tolède quand le colonel Moscardo refuse de livrer l’école aux Rouges, qui assassineront son fils qu’ils avaient pris en otage, laissant ainsi le temps aux troupes venant les sauver d’arriver jusqu’à eux. Comme les 550 élèves aspirants de Saumur avec leur encadrement ainsi que d’autres troupes présentes qui feront barrage aux troupes allemandes, au total 2500 hommes, qui bloqueront sur la Loire deux divisions allemandes, et à qui les allemands rendront les honneurs avant de laisser les survivants rejoindre la ligne de démarcation.
            Comme Camerone et tant d’autres. Comme d’Estienne d’Orves et ses camarades qui refuse d’être vengé de celui qui les avait trahis et pardonne à celui qui va les fusiller. Tout cela peut paraitre inutile, voire malsain car souvent on exalte des situations tragiques, mais le sacrifice est le contraire du calcul entre avantages et inconvénients et on enseigne aux soldats et officiers qu’ils peuvent, en certaines circonstances, être confrontés à ce choix douloureux. Et il n’y a pas mieux que l’exemple pour l’imprimer dans les esprits.
            Mais je comprend qu’un attachement à des signes, des symboles, puisse être considéré comme passéiste, surtout s’ils ne sont pas reliés à une histoire vivante et complexe.
            Mais la tradition, c’est aussi et surtout tout ce que nous avons appris dans tous les domaines, histoire, philosophie, agriculture, architecture, souvent à travers des erreurs, et que ceux qui étaient avant nous nous ont transmis. C’est du vain orgueil de prétendre ne pas avoir besoin de ces enseignements ou d’avoir tout inventé et compris ce qui nous est utile par nous mêmes. Et ceux qui prétendent ne pas avoir besoin de cette transmission, tout savoir ou la voir comme une faiblesse indigne d’eux, sont parmi ceux qui, à toute époque, en prétendant devenir des maitres avant d’avoir été disciples, répètent les mêmes erreurs qui se terminent souvent en tragédies pour les autres, conséquence de leur orgueil.
            Nous avons été créés, accueillis et aimés, nourris, éduqués, et nous devons tout à d’autres à qui nous ne pourrons jamais le rendre sinon en ne reniant pas cet héritage. Les progressistes détestent cette filiation parce qu’ils veulent tout réinventer à chaque époque en s’affranchissant de toute piété filiale, l’avortement et l’euthanasie de masse en sont des exemples brulants, et qu’admettre qu’ils ne seraient rien sans d’autres renvoie leur égoïsme orgueilleux à ce qu’il est.
            « Et qu’as-tu que tu n’aies pas reçu ? Et si tu l’as aussi reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu ? 1 Cor. 4,7

          • ScopeWizard dit :

            @Robert

            Certes !

            Sauf que tout n’ est pas à égalité et que tout va dépendre de ce que l’ on transmet , dans de nombreux cas c’ est effectivement ce qu’ il convient de faire , dans d’ autres non ou moins .
            Sachant que selon moi , être à 100% conservateur ou au contraire 100% novateur , par rapport à notre société , cela n’ ira jamais , il faut impérativement un équilibre entre les deux .

            Concernant notre Armée , il est vrai que cette dernière fonctionne énormément par la transmission d’ exploits passés .

          • Logos dit :

            @Robert
            Quel paradoxe et quelle erreur de vouloir utiliser le gars Paul pour valider les notions de singularisation d un groupe, par rappel d un passé épique du groupe en question.
            Ben oui, l une des grandes idées de Paul etait « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. » (Ga 3, 28).
            Les hommes ne se représentent plus en des communautés divisées /singulières mais devient un corps mystique uni et unique (Ep 1, 23 ; Col 1, 24).
            Du coup, se castagner les uns les autres, réputés frangins sous l oeil d un pere aimant’ fusse au nom d une devise ou d un fait d arme de 400ans d age, bof bof ^^

          • Robert dit :

            Scope,
            Effectivement, il faut tout assumer tout et distinguer pour garder ce qui est bon et rejeter ce qui est mauvais. On peut être pour le progrès ou conservateur selon ce dont il s’agît. Certains progrès sont bénéfiques et entièrement positifs, comme les soins médicaux qui respectent le patient et ont beaucoup progressé, mais le culte du progrès appelé progressisme a tellement divinisé la science que la médecine a été détourné de ses buts, soigner et sauver sans nuire, pour tuer des innocents, des malades et des handicapés.
            Quand au conservatisme, s’il s’agît de préserver les fortunes illicites des dynasties bourgeoises, qui sont directement issues du vol des biens nationaux à la révolution, je ne suis pas conservateur du tout.
            S’il s’agît de revenir au droit d’ainesse dans le monde paysan, aboli par la révolution, qui permettait de ne pas diviser les domaines, sa suppression a entamé la disparition de la paysannerie, et de ce point de vue, je suis conservateur.
            A chaque fois, il faut décider en fonction du bien ou du mal qui s’y trouve. En certains domaines, il fallait évoluer voire bousculer les habitudes, en d’autres cette évolution a été mauvaise. C’est la conscription de masse qui a permis les grands massacres des deux guerres mondiales, je suis pour l’armée de métier et un service national adapté pour les jeunes.
            Les traditions militaires sont plutôt une volonté d’enraciner l’armée qui défend une terre charnelle. Certain folklore, c’est à dire l’ensemble des productions collectives émanant d’un peuple et se transmettant d’une génération à l’autre par voie orale et par imitation, est nécessaire pour donner un exemple de filiation, demandez aux irlandais que la culture a sauvé de la domination anglaise et de l’exil. Mais savoir que l’on suit une génération qui a produit de grands hommes et femmes ne peut qu’apporter fierté à ceux qui vont consacrer leur vie au service de la patrie, peut-être jusqu’au sacrifice ultime.

    • dompal dit :

      @ Vroom,
      Entièrement d’accord avec vous.

      Je doute fort que les cavalos, les marsouins ou les légionnaires pensent aux charges « héroïques » napoléoniennes, à Bazeilles ou à Camerone quand ils se font accrochés ici ou là, que ce soit hier ou aujourd’hui ?
      Bien sûr, il y a toujours dans une section/peloton ce que j’appelle « l’idiot du village », le fanatisé mais il y en a tout de même peu, même si chez les cavalos et les paras leur nombre n’est pas négligeable ; quant à additionner cavalo+légion ou para+légion…….no comment ! 😉

    • Intox dit :

      En refusant les traditions, n’avez vous pas l’impression de devenir un soldat hors sol ? Les traditions militaires sont inhérentes à l’histoire militaire de la France et à l’histoire de France tout court. Vous êtes comme Macron, la France n’a pas de culture, pas d’histoire, à quoi bon nous emmerdez avec. Vous pourriez aussi bien vendre vos services à l’étranger, pourvu qu’on vous paye plus, et qu’on vous fournisse du bon matériel, mais surtout aucune forme de traditions. Qu’êtes vous allez foutre dans l’armée française ? Pour y défendre quoi ? Pourquoi n’allez vous pas vendre vos services à une entreprise de mercenaires ? Vous serez mieux payé, mieux armé et on vous emmerdera pas avec les traditions, ni l’histoire de France.

      • Vroom dit :

        Alors, vous pouvez répondre ce que vous vous en pensez de votre côté, mais surtout, surtout, ne venez pas me dire ce que je dois faire, et estimez savoir ce que je pense de mon pays et de son histoire. Merci. Je passe également sur l’insulte macron.
        Je ne me reconnais pas dans les exploits passés d’un Guynemer par exemple (d’ailleurs, je ne porte la cravate que pour les cérémonies et uniquement pour elles parce que c’est la tenue), quand on sait qu’un autre aviateur a été plus performant mais évincé des traditions car politiquement incorrect, quelle valeur suis-je censé suivre ? les faits ou ce qui a été décidé sur des tapis rouges.
        L’historique d’un Normandie-Nièmen m’intéresse mais quel rapport entre ce qui a été fait et ce qui se fait maintenant ? ça ne veut pas dire qu’on oublie le passé.
        Je fais mon travail pour que les pilotes puissent faire le leur, et l’unique objectif est là, que les avions volent pour exécuter les missions qui leur sont ordonnés.
        Alors, si la réincarnation existe et que je me retrouve dans la peau d’un militaire d’un autre pays, on en rediscutera pour savoir s’il y a une différence.
        Et puis, être dans l’AdA et être hors sol comme vous dites, c’est un peu normal non ? 😉

        • Chimère dit :

          Et pourtant…. bizarrement, dans les troupes dite « D’élite » , les traditions sont omniprésentes : 1er RPIMA ,13eme RDP, Commandos MARINE etc…. les traditions sont fondamentales , car elles permettent de s’étalonner, d’avoir une expérience, d’avoir une éthique, une appartenance à une famille , un pays. Ces valeurs sont dites « transgénérationnelles » et ce sont ces memes valeurs passées qui font les valeurs de nos soldats actuels. Sans traditions, point de culture , et sans culture point de pays.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « quand on sait qu’un autre aviateur a été plus performant mais évincé des traditions car politiquement incorrect,  » Oui le premier as Français de la première guerre mondiale, René Fonck* a qui on a reproché ses amitiés avec Pétain et aussi avec Ernst Udet as allemand qui deviendra inspecteur général de la Luftwaffe avant de se suicider.

          * A l’occasion d’un prise d’arme, alors que j’étais jeune sergent j’avais posé la question du pourquoi la célébration de Guynemer et jamais de Fonck. Il m’avait été répondu d’un ton particulièrement vif que Fonck était un traitre à la Patrie! Ah le formatage de la pensée!!!

  4. Dyst dit :

    On ne peut pas savoir où l’on va si on ne sait pas d’où l’on vient.

    • Logos dit :

      En marin, je te répondrai : il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas ou il va.
      Assez de regarder le passé pour prétendre écrire l’avenir. Nous vivons une époque de disruption (a vos dicos) et les passéistes, qui se gargarisent des exploits d’antan, ne sont pas ceux qui préparent le futur.
      Vroom a bien résumé l’idée… Alors, foin de ces médiévaleries, et piochons /souquons dur pour demain.
      Ou allons nous ? comment s’y rendre ? a quel prix?
      Là sont les questions.

      • Robert dit :

        Logod,
        Donc, vous avez tout inventé et créé ce matin ?
        Avant vous, il n’y avait rien, vous n’avez rien reçu, vous vous êtes fait tout seul ?
        Nous parlons de transmission, en rien de nostalgie passéiste car nous sommes des héritiers.
        Par exemples, les mille ans du Moyen-âge voient disparaître le fatum antique, ce fatalisme.Les monastères qui développent la paysannerie, la pensée réaliste qui humanise Aristote, le développement des cités, nous leur devons plus que nous ne le pensons. Mais eux aussi recevaient et héritaient comme les successeurs du Moyen-âge que nous sommes. C’est un lien fragile et ténu que nous nous transmettons de génération en génération et les rites de transmission n’en sont qu’un petit élément visible.
        Il n’y a pas de demain sans aujourd’hui, ni d’aujourd’hui sans hier, demandez aux paysans et aux parents ils vous expliqueront

    • ScopeWizard dit :

      @Dyst

      Certes et très juste sauf que de nos jours : matérialisme , individualisme , et culte de l’ immédiateté -soit 3 rejetons du Libéralisme- obligent , la plupart s’ en fout complètement .

      • tschok dit :

        @Dyst,

        S, on peut très bien savoir où l’on va sans savoir d’où l’on vient. Mais cette culture n’est pas la nôtre. Nous, on a besoin d’avoir le fil à la patte que vous décrivez. Et c’est très clair puisque vous le répétez comme une évidence qui s’impose d’elle même.

        Mais il faut bien être conscient – pour celles et ceux qui en sont capables – que d’autres systèmes de pensée sont parfaitement concevables.

        Alors, ensuite on va s’engueuler.
        – Vous allez me dire: mais non, il n’est pas possible de sortir de ce que je vous dis
        – Et moi je vais vous dire mais si c’est possible, c’est même très facile

        Il va y avoir une phase de blabla, des injures, des menaces, des anathèmes. Et pis, finalement, on va laisser décanter le truc et laisser les gens faire. Et chacun va faire à son idée.

        A un tout petit détail près: autour, le monde, il bouge.

        Mais je ne vais pas vous engueuler: vous répétez ce que vous avez bien appris. On engueule pas quelqu’un qui s’est fait chier à appendre sa leçon et qui la récite.

        Gardons vous et moi à l’esprit qu’il y a d’autres gens qui ont eux aussi très bien appris leurs leçons, qui eux aussi les ont récitées et qui, à un moment de leur vie, en ont eu marre d’être des singes savants.

        Ils ont bifurqué.

        Ils sont parmi nous.

        Ils disent autre chose.

        Ils sont parties de nous. Et ils se fichent bien de savoir s’ils sont politiquement corrects ou pas. Ils racontent les choses autrement, pas comme un fil à la patte.

  5. Raymond75 dit :

    « c’est en participant à l’existence d’une collectivité qui conserve les gloires de son passé que le soldat trouve du sens à son action » ; la gloire du passé militaire de la France, pays qui n’a pas été capable de se protéger d’une invasion depuis 1814 est assez faible, alors on l’invente autour de faits ponctuels et magnifiés. En oubliant les erreurs tragiques de gouvernance politique ou de commandement, et oubliant les massacres coloniaux effectués avec un parfait ‘esprit guerrier’.

    L’esprit guerrier doit il être confondu uniquement avec l’agressivité sur ordre ? Pour certains oui, pour la majorité non et heureusement. L’esprit guerrier vient naturellement quand on a la certitude que l’on protège les siens, y compris lors de mobilisation générale ; pour les civils on parlera d’esprit de résistance et d’esprit de résilience.

    La profusion de réflexions de cette nature depuis un certain temps montre qu’il y a une perte de sens évidente en cours actuellement.

    • cedivan dit :

      Vous êtes sévère avec les poilus.

      • Raymond75 dit :

        1 400 000 morts, un homme français sur quatre tué ou blessé, mais le 11/11/18 les Allemands étaient en France !

        Quelle ‘tradition’ ce carnage pourrait il évoquer ?

        • Robinson dit :

          Quelle commune n’a pas son monument aux morts ?

          • Raymond75 dit :

            Le respect pour ces hommes morts de cette guerre ne relève pas d’une ‘tradition’, mais du témoignage d’une infinie tristesse qui n’est pas éteinte 100 ans après.

    • PK dit :

      « ’esprit guerrier vient naturellement quand on a la certitude que l’on protège les siens, »

      C’est faux. Au mieux, c’est le sens du devoir. Et l’agressivité qui apparaissent alors.

      L’esprit guerrier est inhérent au soldat (sens de l’honneur et du sacrifice, justesse de la cause et idéal). Il peut se cultiver quand on le possède, mais doit s’acquérir. C’est tout le sens de l’article justement, fort juste.

    • Robert dit :

      Entreprise coloniale directement issue de l’idéologie universaliste républicaine, comme le racialisme qui va avec.

      • tschok dit :

        Dans ce cas, Charles Quint, qui disait que le soleil ne se couchait jamais sur son empire, essentiellement colonial, devait être un républicain.

        Un lecteur assidu de Robespierre, je suppose…

        Quand vous parlez, vous vous vous exprimez pour les incultes, il semble. Avez-vous du succès, à part chez les débiles?

        Dans l’entreprise coloniale française, la Troisième république doit prendre sa part. Vous en avez d’ailleurs dit qu’elle était « un échange de services » (sans doute un euphémisme pour décrire pudiquement un pur système de domination).

        Mais n’oubliez tout de même pas – dès qu’on parle d’histoire vous êtes décidément très oublieux – la part de l’Ancien Régime et la part impériale.

        N’oubliez pas Haïti par exemple, et la première défaite coloniale française, qui ne relevait assurément pas, dans son esprit, d’un échange de services. Première défaite de l’homme blanc en face du sous homme.

        Un truc qui vous fait mal, pour en parler plus qu’une écharde dans la peau de votre pouce?

        • Raymond75 dit :

          « Première défaite de l’homme blanc en face du sous homme » : un homme qui se bat pour sa liberté n’est pas un sous homme ; un homme qui tue uniquement parce qu’il a reçu un ordre est il un ‘sur homme’ ?

          • tschok dit :

            Oui, Raymond.

            Nan mais c’était juste pour rappeler à Robert que la France avait 4 siècles de colonisation derrière elle, Ancien Régime, Empires et République.

            Donc c’est un peu gonflé de tout mettre sur le dos de la république, quand même. Surtout si on regarde la nature du régime politique des autres empires européens (des monarchies pour la plupart).

            Bon, d’un autre côté, un catho facho identitaire va pas baiser les pieds de Marianne. Il préfère ceux de Philippe-maréchal-nous-voilà. Je rêve pas.

            M’enfin de là à trafiquer l’histoire, encore, c’est vraiment du vice.

          • ScopeWizard dit :

            @tschok

            Ouais ça va tschok , à force vous nous pompez le système avec votre argumentation d’ apparence humaniste en réalité raciste ……………

            Je vais vous en sortir une bien bonne : si les Noirs d’ Afrique avaient atteint à la place des Européens leur niveau de développement et avaient été confrontés à des Empires à défendre et continuer à développer , ils n’ auraient pas hésité une demi-seconde à faire de même que les méchants blancs et peut-être même bien pire niveau asservissement et cruauté et si vous êtes un minimum honnête et lucide , vous le savez pertinemment .

            Donc , si c’ est pour injurier et insulter alors que vous savez très-bien que ce que vous racontez n’ est que de la connerie aussi gratuite que dégueulasse , franchement on s’ en passe .

            Ou vous êtes capable de dialoguer d’ égal à égal en respectant vos contradicteurs quels qu’ ils soient et dans ce cas en dépit de nos désaccords tout se passera bien , ou vous n’ avez rien à foutre ici que la merde et vomir votre haine et dans cet autre cas je peux vous montrer la sortie car ne vous imaginez surtout pas que me fritter avec vous m’ amuse ou que je n’ ai que ça à faire ……… les conneries , ça va bien cinq minutes et encore !

            « catho facho identitaire » …………. et toi t’ es quoi ? Tu te crois meilleur ? Eh bien , fais-moi confiance tu es super-loin du compte !

            Désolé Laurent , mais ça devient tellement insupportable que le message doit passer d’ une façon ou d’ une autre !
            Vous êtes bien évidemment entièrement libre de ne pas publier , chose que je comprendrai aisément . 🙂

          • Robert dit :

            Scope,
            Vous prenez pas la tête.
            Pour confirmer mon propos, deux liens officiellement non partiaux pour parler de la colonisation, l’un parle de la colonisation d’ancien régime, occuper et développer des terres avec en fond la puissance mais aussi l’esprit chrétien, et l’autre de la colonisation républicaine, piller et faire de l’argent avec une idéologie ouvertement racialiste et un rejet du christianisme. La droite est anticolonialiste. Ce sont des républicains qui, pour la première fois depuis que la colonisation française existe justifie leur colonisation par des motivations racialistes.
            Jules Ferry en 1885 « « Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ».
            Et en 1925, Léon Blum « « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture, et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie».
            Vous ne trouverez aucun politique ni penseur d’ancien régime, en dehors des philosophes des Lumières, à tenir de tels propos racistes pour justifier une entreprise commerciale, car Ferry est un solide affairiste, et Blum n’est pas mal non plus dans ce domaine. Dans les patrons de navires de la traite négrière, il n’y a pas de catholiques et sur le sol du royaume de France, l’esclavage n’existait pas, un noir débarquant en France devenait un homme libre. L’esclavage est une affaire commerciale et devient une affaire idéologique avec un argumentaire mercantile et raciste avec la république.
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_empire_colonial_fran%C3%A7ais
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Id%C3%A9ologie_coloniale_fran%C3%A7aise

    • Plusdepognon dit :

      @ Raymond 75
      Le poisson pourrit toujours par la tête:
      https://www.nouvelobs.com/economie/20190121.OBS8848/en-france-l-evasion-fiscale-c-est-100-milliards-d-euros-par-an-le-budget-de-l-education.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3fEKSfwgvYaLl7GiV5CCxUuRfu7HahmCfhLw6lag3RHc_XMZEDY156_oE#Echobox=1548176591
      Le mot « republique », pour ne pas appeler la France par son nom, ne cache pas le fait que les intérêts privés ne se cachent même plus pour dépecer le bien commun.

    • Plusdepognon dit :

      Donner toutes les clés aux ultra-riches qui ne paient pas d’impôts, c’est tout simplement le retour à la féodalité avec des arbitrages privés :
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/07/23/ceta-comment-le-canada-tente-de-saper-les-normes-europeennes_5492390_3244.html

      Mais avec des moyens du 21ème siècle:
      https://philippesilberzahn.com/2019/04/08/quand-le-digital-retrouve-le-medieval/

  6. Chimère dit :

    La tradition est en effet un socle important d’une armée , même à l’heure du 2.0…..Et la tradition au sein de la République Française ? Tout est remis en question par des apatrides gauchistes qui ne connaissent que les beaux quartiers, la vie facile , politiquement correcte, avec un bon salaire « je ne comprends pas ces gens qui ne veulent pas changer de voiture , faut penser à la planete !! » , les vacances au Cap Ferret , vegan, anti-tout et pro-tout à la fois…..le pays part à la dérive devant la société mondialisée.
    Je rappelle ici , que malgré les errements de notre histoire de 1500 ans, des milliers de guerres, perdues ou gagnées, nous avons quand meme pondus une révolution dont peu de peuples peuvent s’enorgueillir……gardons nos traditions, partageons les avec de nouveaux arrivants et faisons en sorte qu’ils les acceptent. Gardons aussi notre excellence (pas celle de l’ENA et consort ) ,celle qui faisait qu’un fils d’instituteur ou de maçon pouvait obtenir un poste grâce à son travail. Ne tombons pas dans le piège du tout cuit, du facile, du « YOUTUBISÉ » ….ce n’est pas nous ! respectons à la lettre Liberté-égalité-fraternité….respectons nous, respectons nos traditions, nous n’avons pas à rougir.

    • Logos dit :

      S enorgueillir de la révolution qui a massacré plus de français que les debiles nazis en 39/45? Qui ont cramé vifs des femmes et des enfants en France(cherchez l expression cuire le pain de la republique,vendee ) – le pire, ces monstres n ont jamais être inquiétés par la suite et ont pour certains leur nom sur un arc de triomphe ?
      Va et vois.
      Inculte ou malhonnête. .. je ne sais pas. Nous n avons pas a rougir… mais si. Et il faut se dire, chaque jour, plus jamais ça – ni oubli (de ce qui c est passé /de ce dont nous sommes capables), ni pardon.

  7. felipe dit :

    vous ne referez jamais ce que vos anciens ont fait mais vous ferez d’autres choses !!!
    raconter l’histoire fait rêver et apprend à se dépasser parce que cela donne du sens et aide à se dépasser; comment croyez vous que les jeunes officiers de 1418, de 3945 ou d’indo aient pu tenir et entraîner leurs hommes. pas de glorioles la dedans ,ni de fatalismes. ce n’étaient pas des gladiateurs.
    c’est le principe même du soldat citoyen

    • dompal dit :

      @ felipe,
      « comment croyez vous que les jeunes officiers de 1418, de 3945 ou d’indo aient pu tenir et entraîner leurs hommes ».

      Juste un rappel simpliste : pas d’officiers sans troupe à commander !!! Alors arrêtez de nous réciter votre bréviaire du parfait officier ; ça sonne faux à un point que vous n’imaginez même pas ! 🙁

  8. revnonausujai dit :

    on peut noter nombre de déclarations de grandz chefs, d’articles dans la presse interne ou celle des associations d’anciens en faveur du maintien des traditions militaires; y a t-il anguille sous roche ?
    Est ce un contrefeu à intention sousjacente du pouvoir, méfiant à l’égard d’une institution qu’il sent rétive, qui voudrait, à l’exemple teuton, l’ émasculer avec les résultats que l’on voit pour la Bundeswehr ?

    • dompal dit :

      @ revnonausujai,
      Bravo, vous avez réussi à atteindre le point Godwin !!! 😉
      Ne croyez-vous pas être un peu hors sujet à vouloir comparer les tradis de la Bundeswehr aux tradis de l’AF !??

  9. Raymond75 dit :

    Peut être que la ‘tradition’ peut avoir un sens pour des engagés fortement motivés ? Peut être, mais je me souviens de mon service militaire dans le 16ème GCP, un régiment de chasseurs.

    On a eu droit au ‘bleu jonquille’ et à la Sidi-Brahim : une bataille qui s’est soldée par une défaite due à un commandement que l’on va qualifier pudiquement de particulièrement médiocre ! On a visité (obligatoirement) la salle des traditions, fermée en temps normal ; on y a vu des fanions, des drapeaux et des photos. Et vous pensez stimuler des jeunes en 2019 avec de telles âneries ?

    Aujourd’hui, le Sidi Brahim n’évoque qu’une chose : un bon vin très fort que l’on boit avec le couscous 🙂

    Oui, beaucoup d’hommes sont morts à la guerre dans le passé, des engagés et surtout une masse immense d’appelés. Certains ont fait preuve de courage, mais ils furent surtout des victimes qui n’avaient pas le choix et ne pouvaient pas choisir leurs chefs. Cela aurait pu être moi si j’étais né au mauvais moment : cela aurait-il fait de moi un héros ? Si on doit entretenir un souvenir, un seul, c’est de l’horreur de la guerre et de son rejet qu’il faut parler, et pour lequel il faut militer.

    Il faut pouvoir se défendre, car on a toujours pas le choix. C’est un mal nécessaire et rein d’autre.

  10. Yallingup dit :

    Les traditions, c’est bien…. Mais ce n’est pas ça qui fait gagner des guerres.

  11. Jean la Gaillarde dit :

    Au delà des traditions, moi je dirais tout simplement … l’histoire et rien que l’histoire !!!
    En effet, comment faire passer la tradition auprès de jeunes issus de l’immigration ? L’histoire.
    J’ai été instructeur en école de gendarmerie … Lorsque vous expliqué à de jeunes d’origines africaine, maghreb, malgache …. que la France est 5ème ou 6ème puissance mondiale parce que nous avons eu un empire coloniale et que c’est grâce à cet empire colonial, et donc aux populations de cet empire, qu’aujourd’hui nous sommes à notre place. Lorsque vous leur expliqué que c’est grâce aux colonies outre-mer si nous avons pu tenir notre rang d’un point de vue économique et que nous avons aujourd’hui une ZEE la plus importante. Alors, vous pouvez ensuite rebondir sur les traditions et faire adhérer à l’histoire et au roman national car, vous les avez ainsi intégrer, avec leur part, leur ancêtre, dans ce roman.
    Mais le problème c’est que ce que je viens de dire, c’est l’éducation nationale qui aurait dû faire ce travail …. Or, on a oublié, ou fait en sorte de le cacher pour ne faire ressortir que …. La France…. Mais la France, c’est un agglomérat de peuple qui ont oeuvré, certains ce sont séparés mais ils ont donné une part d’eux même, parfois sous la contrainte, et nous en sommes là !!!!! Grâce à tous !!!! Après, on oeuvre ensemble si on est d’accord avec le but à atteindre … c’est cela la France. Je peux vous assuré que lorsque vous faites prendre conscience à notre jeunesse issue de l’immigration tout cela …. Les traditions ensuite viennent naturellement. En plus au sein de l’armée française entre les tirailleurs, le régiment de marche du Tchad, les spahis, et l’histoire de France extrêmement riche, il est vraiment facile d’intégrer et de rebondir sur les traditions …. Mais encore faut-il ne rien gommer et accepter les faits … rien que les faits.

    • Logos dit :

      Instructeur en gendarmerie… Haaaaa ok. Je pige maintenant les joies de la lectures de Pv des Cob aux zortograffes voire aux expressions si gendarmentesques. Le pb n est pas tant le côté folklorique des Pv. Le pb est que des magistrats prennent pour argent comptant ce qui y est dit (tant bien que mal). Quoiqu il en soit, merci de cet éclairagement ^^

  12. Jojo67 dit :

    Les traditions c’est bien, car ça nourrit l’esprit de corps qui est nécessaire, mais ça peut aussi être un frein à l’évolution et même au bon sens en incitant au laisser-aller intellectuel. Par exemple la tradition de la « furia française », nous a coûté fort cher en 1914 (300 000 morts de début août au 31 décembre), avec le mythe de l’attaque à outrance qui supplée à tout et qui dispense de s’éclairer et de couvrir ses flancs. Les Japonais, qui avaient fait de leur supériorité morale supposée, un atout dans lequel ils croyaient, l’ont payé cher aussi lors de la guerre du Pacifique par des attaques « banzaï » stupides et vouées à l’échec. Les grosses coui… ça ne marche plus face à la puissance de feu et ce depuis la fin du XIX° siècle. Bref la seule tradition que je crois utile à une armée, c’est celle de la victoire! Ce qui exige de garder l’esprit en éveil, d’avoir des chefs qui réfléchissent au lieu de se prélasser, de se réformer sans cesse pour coller à la réalité de la guerre, de s’entraîner dur et de façon réaliste, et de ne pas refuser de voir ce qui se fait de bien chez les autres pour le copier. Les défaites glorieuses on s’en tape. La Nation ne nous paie pas pour ça!

  13. Edgar dit :

    Intéressante question. A l’heure de la mondialisation, de l’économisme généralisé, du matérialisme, du multilatéralisme, de la recherche de rentabilité, que valent, aux yeux des décideurs politiques, ces antiques traditions militaires, qui sentent bon l’unilatéralisme, le sacrifice gratuit, l’absence de calcul, le déficit, l’honneur, la nation, le conflit…?

  14. Plusdepognon dit :

    S’il y a bien une tradition bien ancrée et suivie dans la politique française, c’est l’esprit munichois.
    Nous aurons donc le déshonneur et la guerre, puisque se cacher derrière son petit doigt est l’attitude de nos responsables.
    Tels des apparatchiks soviétiques, ils souhaitent que la réalité se torde à leur vision étriquée du monde rognant toujours sur les libertés en prétextant que c’est pour le bien universel. Voulant tout contrôler, tout régenter en fonction d’intérêts particuliers qui n’ont rien à voir avec l’intérêt général, notre société s’enfonce dans une caricature grotesque d’elle-même.
    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/vignettes-crit-air-la-verite-scientifique-est-malmenee-au-profit-de-l-ecologie-politique-20190722

    Les gilets jaunes ne sont que le préambule. Ça va secouer…

    • Pascal (l'autre) dit :

      Ah l’écologie! La nouvelle religion du 21 ème siècle! Certes il faut nous remettre sérieusement en question car notre modèle actuel de « société de consommation » n’est plus viable même à moyen terme cependant nos « élites » dirigeantes (et pas que les politiques) toujours promptes à nous enfumer en nous faisant croire qu’elles ne font qu’œuvrer pour notre bonheur (en fait pour le leur) en nous culpabilisant voire nous accusant et pour cela n’hésitent pas à créer de nouvelles icônes comme Greta thunberg!!* Quel sinistre spectacle de voir tous ses politiques quasiment faire preuve d’allégeance devant elle!!

      * On nous la présente comme la passonaria de l’écologie et du climat et bien que ne mets pas en doute ses capacités intellectuelles je pose la question, qui est derrière elle ?

      • Robert dit :

        Pascal,
        L’écologie, c’est le respect de la création pour permettre à l’humain d’y vivre en paix avec le monde animal et végétal.
        L’écologisme, c’est diviser, opposer, pour diaboliser l’humain et diviniser le monde animal et végétal.
        Cette jeune fille autiste asperger est manipulée par un magnat suédois et sa famille, sa mère la suit en permanence et empêche de lui poser des questions gênantes. On utilise les enfants pour servir une cause dont ils sont les instruments.

      • Plusdepognon dit :

        @ Pascal (l’autre)
        Ça vaut ce que ça vaut:
        https://youtu.be/6Jujrmiyn18

  15. ScopeWizard dit :

    Par définition la culture est « évolutive » , la tradition est « monolithique » ……………

    Nonobstant , quelle qu’ en soit l’ importance , à quoi sert tout ce folklore si dans le même temps nous continuons à nous contenter d’ une armée eu rabais ?
    Ou il nous nous manque des bonshommes , ou nous n’ avons pas ou plus assez d’ installations , ou alors c’ est sur le plan qualitatif que ça ne suit pas amont comme aval hommes et matos étant concernés , ou nous manquons de quantités ce qui provoque pénuries et usure prématurée en plus d’ une limite de capacités , ou pire des moyens dont nous avons pourtant besoin continuent à nous faire défaut comme l’ hélicoptère lourd , ce qui nous contraint ou à nous équiper étranger comme on dit « sur étagère » ou à nous retrouver en situation de rupture capacitaire ………….

    Le maintien des « traditions » c’ est très bien , mais est-ce pour autant une priorité ?

    • Robert dit :

      Scope,
      Et la tradition culturelle?
      Qu’est ce que la culture sinon une transmission ?

      • ScopeWizard dit :

        @Robert

        Attention ; il ne vous aura pas échappé que par le biais de la « tradition » nous transmettons aussi beaucoup de conneries ……………

        Ne perdez jamais de vue que la plupart des Êtres Humains nés avant 1920 sont pratiquement déjà tous morts et que ceux de la génération 1910 le sont tous à part peut-être un ou deux qui restent encore ……….

        Ce que ça signifie ?

        Que l’ Histoire est non seulement affaire de « vainqueurs » , tels que certains le pensent d’ idéologie , mais aussi et surtout de « témoins » si possible vivants et sains si ce n’ est de corps , au moins d’ esprit …………..
        Malgré nombre d’ écrits et de témoignages recueillis plus personne ne peut témoigner de ce que furent les temps anciens comme par exemple la II ème République de 1848 à 1852 ou ce que fut le Second Empire qui lui succéda jusqu’ en 1870 ………….

        C’ est une notion qui perso ne me quitte jamais , raison pour laquelle il m’ arrive très souvent de « relativiser » voire de remettre en cause ……………….

        • Robert dit :

          Scope,
          C’est le jeu de l’intelligence avec humilité de recevoir et de trier entre ce qui est bon et mauvais. Si, parce qu’on est moderne et savant, on commence par croire qu’on sait mieux que les autres, qu’on va réinventer l’humanité, comme un Jacques Attali le dit clairement, on promeut une pensée totalitaire qui rejette tout héritage qui la limite ou la contredit.
          Il y a beaucoup de ténèbres et d’erreurs dans ce que nous transmettons, mais justement, cette transmission a pour but de comprendre, au moins d’essayer, comment éviter de recommencer ces erreurs.
          Refuser l’équilibre entre foi et raison droite a poussé certains à diviniser la science, la nature ayant horreur du vide, à en faire une religion, qui a dérivé en scientisme, en racialisme, en eugénisme, faisant de la Raison un rationalisme qui n’est qu’une idéologie déconnectée de la réalité. Opposer ancien et moderne, monarchie et république, laïcité et religion, savoir et foi, a opposé, divisé, diminué, et n’a pas apporté le supplément d’une transmission soumise à la critique toujours en vue du bien commun.
          La « Tradition » en soi n’a pas de valeur intrinsèque, ce qu’elle peut nous transmettre peut en avoir et en a souvent, en bien ou en mal, mais tout est à prendre avant de discerner pour unir en rejetant ce qui n’a plus de place parce qu’anachronique ou dépassé. Dans une société progressiste ou une réalité prétend en chasser une autre, ou on croit s’affranchir de l’humble transmission avant de pouvoir enseigner à d’autres, ou on ne doit rien à personne, la tradition renvoie à tout ce qu’on rejette dont fait partie la piété filiale, nous sommes des débiteurs insolvables à nos parents, nos maîtres, et représente le « mal », l’enracinement. Le progressiste est hors sol, il est nomade de vocation, il se rie de tout et ne respecte rien d’autre que ce qui le sert.
          C’est ce principe de piété filiale qui fonde l’histoire de l’humanité quand elle a construit des cités, des systèmes de pensée fiables à mettre en oeuvre, des valeurs qui font grandir les êtres humains et les unissent.
          Et tout cela n’aurait jamais été possible sans transmission et humilité. Il ne faut pas s’attacher aux formes, et surtout pas en rester à ces seules formes, mais à l’esprit qui en découle et qui nous enseigne quelque chose.
          Les progressistes rejettent les rites anciens mais inventent d’autres rites, car l’être humain a besoin de rites.

          • ScopeWizard dit :

            @Robert

            Houla !

            J’ aime bien le haut-niveau , mais là ………..

            Il va me falloir un peu de temps pour tout assimiler , tout ceci est un peu trop pointu pour moi ; il y a beaucoup de choses que j’ ignore ou maîtrise insuffisamment , ce qui pour le moment m’ empêche de rédiger une réponse un tant soit peu à la hauteur ………..

            Bref , en un mot comme en cents , me voici largué de chez largué ! 🙁

            Ce sera donc pour plus tard …………

  16. Raymond75 dit :

    Je vais encore un rajouter un … En 2019, ce qu’il faudrait magnifier, c’est la défense commune de l’Europe ! Idée encore à ses débuts, mais qui progresse quoi que l’on dise.

    Défendre l’Europe, s’unir pour dissuader toute agression, c’est se défendre soi même. Et faire bien entrer dans les mœurs que malgré nos passés guerriers (pluriel car plusieurs pays) nous sommes totalement engagés dans la collaboration et la réconciliation.

    Considérer comme une tradition des batailles de la France contre nos voisins ou à l’occasion de conquêtes coloniales, qui appartiennent définitivement au passé, n’a plus aucun sens.

  17. Nobody dit :

    Pour moi, « Tradition » et « Mondialisation » ne peuvent aller ensemble.

  18. werf dit :

    Les traditions et l’esprit guerrier sans moyens et de vrais chefs pour se battre, c’est du vent, on a vu les résultats en 1914 et en 1940, une boucherie et une débâcle. Je ne parle même pas des guerres plus récentes, encore plus instructives…

  19. ScopeWizard dit :

    « On ne peut pas savoir où l’on va si on ne sait pas d’où l’on vient. »

    Après mûre réflexion , je pense qu’ à partir de ce qui s’ apparente à une citation en forme de sujet philosophique , les uns comme les autres nous nous sommes égarés dans un gros baratin ………..

    La vérité est que tous nous avons raison et tort à la fois .
    En bref , c’ est l’ histoire de la thèse , de l’ antithèse , de la synthèse .

    Je ne suis pas sûr que de ce fait les échanges en soient sortis forcément très enrichis ou très intéressants ……………

    • Jean la Gaillarde dit :

      Scope, on discutant comme nous le faisons sur ce blog, je peux vous assurer que l’on s’enrichit. On n’est pas toujours d’accord, mais cela nous donne des axes de réflexions, parfois des changements de cap dans nos idées … donc on s’enrichit. C’est par l’auto satisfaction de croire que l’on détient la vérité toute puissante qui fait que nous régressons. Lorsque l’on se confronte, sans haine et sans vouloir faire plier, nous progressons intellectuellement.

    • ScopeWizard dit :

      @Jean la Gaillarde

      Certes , je n’ en disconviens pas ; juste que par rapport à cette phrase/citation chacun a raison , chacun a tort , donc à partir de là chacun pouvant argumenter en faveur de son avis sur la question , il me paraît difficile d’ éviter un « ping pong » pouvant à la longue s’ avérer ennuyeux , raison pour laquelle j’ ai préféré laisser tomber toute cette « polémique » et à la place exprimer ce dont vous venez de prendre connaissance………….

      Mais bien-sûr concernant votre sentiment général , je le partage bien plus que je ne le réfute .

      Bon , le problème est qu’ ici il y a aussi beaucoup de donneurs de leçons qui ne prennent même pas la peine d’ y mettre l’ art et la manière ou même de simples et élémentaires formes , ce qui a le don d’ adoucir le truc et d’ assainir l’ intention qui prend ainsi une vraie tournure de « main tendue » plutôt que de « main dans la figure » …………… 😉

      Ensuite et non des moindres , nous trouvons la connerie genre haine ou « beaucoup mieux » si non affinités ………….c’ est quand-même moins bien et c’ est le plus souvent fort dommage …………

      Mais bon ; ainsi va le Monde ………… 🙂

    • Robert dit :

      Scope,
      Thèse, antithèse, synthèse, c’est hégélien.
      La dialectique: le sujet pose – le sujet nie– le sujet nie la négation
      La conscience passe donc par trois étapes :– la conscience cognitive– la conscience moralisante– la conscience phénoménologique, stade ultime.
      C’est donc le Concept, comme coeur de la philosophie, qui permet à l’esprit de se réaliser à travers le sujet et à travers l’histoire. La dialectique, c’est le concept qui se nie et fait avancer l’esprit dans sa complétion.

      La « vérité » d’Hegel, comme ceux qui se réclameront de lui, c’est qu’il n’existe pas de vérité. Son raisonnement est très fortement contestable. On peut enseigner aux journalistes à ne pas prendre position dans le sujet qu’ils abordent, mais il y a au départ un principe de réalité et des faits. On voit aujourd’hui à quel point partir du réel devient une exception dans le milieu journalistique, et politique, qui ont souvent été formés en école de journalisme avec la pensée d’Hegel.

      • ScopeWizard dit :

        @Robert

        Pareil ! Pas mieux ……….

        Y a de la révision et de l’ étude dans l’ air car je ne ferai certes pas l’ économie de la connaissance , donc je vais avoir du pain sur la planche ………….. il m’ attend ! 🙂

  20. Robinson dit :

    Certainement plus dangereux, mais sans doute aussi plus facile, d’être militaire en temps de guerre qu’en temps de paix.