CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Ce que prévoit le Haut-Commissaire à la réforme des retraites pour les militaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. Jean Valjean dit :

    Un point extrêmement important mais qui n’est pourtant pas mentionné dans l’article est la prise en compte de l’ensemble des primes des fonctionnaires (dont les militaires, cf. p 35 des préconisations du Haut-Commissaire) dans le calcul des cotisations, et donc de la retraite.

    Aujourd’hui, la retraite des militaires est calculée sur leur solde indiciaire uniquement. Demain elle le sera sur leur solde + leurs primes.

    Or ces primes représentent un peu moins de 40%, en moyenne, du revenu des militaires. Cotiser sur le revenu total (100%) et non plus sur la solde (60% du revenu total) revient donc à cotiser sur une base plus large de 67% (100/60 = 167%).

    Les militaires vont ainsi davantage cotiser (puisque l’intégralité du revenu, et plus seulement les 60% de solde) seront soumis aux cotisations ; et donc recevoir des pensions plus élevées lors de leurs retraites.

    À voir quels seront les effets des autres mesures proposées, et qui viendront s’ajouter à cet effet là.

    • Berrygone dit :

      Attention. A cette même page, il est mentionné :
      -Aujourd’hui : « Le calcul se fait à partir du salaire indiciaire hors primes détenu les 6 derniers mois. »
      -Après la réforme : « Le calcul se fait à partir du salaire, primes comprises,sur toute la carrière.Ces primes permettent d’accumuler des points supplémentaires. »
      En gros, je ne suis pas sûr que les militaires soient gagnants si le calcul se fait sur toute la carrière et non sur les 6 derniers mois. Faut sortir les machines à calculer.

    • radionucleide dit :

      « Aujourd’hui, la retraite des militaires est calculée sur leur solde indiciaire uniquement »
      c’est faux
      il a été mis en place en 2004, une retraite complémentaire (par point du type ARGIC) basée sur un forfait de 20% de la solde qui peut être touchée à 62 ans (Rafp)

    • ji_louis dit :

      Le calcul des points de retraite se faisant dorénavant sur l’ensemble de la carrière, le supplément que vous avez calculé se verra largement amputé en moyennant le revenu. En commençant troufion et en réussissant un concours de sous-officier ou d’officier en cours de carrière, le soldat verra sa retraite amputée d’environ un tiers par rapport à celui qui ente directement dans ces écoles (à cause de la période de simple soldat), ce qui n’est pas le cas actuellement. De toute manière, le calcul fait sur les 6 derniers mois était toujours le plus avantageux parce que fait sur la solde la plus élevée de la carrière, Bercy essayait de faire sauter ça depuis DSK!

      De plus, cotiser sur 100% du revenu amputera le pouvoir d’achat des militaires, qui n’est déjà pas mirobolant puisque très inférieur à celui des fonctionnaires civils de même catégorie (C, B, A ou A+). Comme la solde est indexée sur le point d’indice de la fonction publique, cela ne risque pas de s’arranger (les syndicats demandant une augmentation de sa valeur, Bercy répondant toujours « niet » ou « plus tard », et les améliorations ne s’appliquant pas toujours aux militaires comme cela s’est déjà vu).

      Autre point: La très grande majorité des militaires ne peuvent (et ne pourront toujours pas) prétendre à la retraite à jouissance immédiate. Ils auront donc des points de retraite basés sur une solde faible qui amputera le calcul lors de la retraite civile à 62 (ou 64) ans. Donc ce système transforme encore plus les militaires en pigeons. Les primes de risques devront être extrêmement élevées pour compenser ça (et SENTINELLE…).

  2. Ajm dit :

    Ce n’est pas parceque les primes seront intégrées dans la base de cotisation que les pensions des fonctionnaires seront plus élevées, même pour ceux qui ont un régime indemnitaire favorable . En effet, le système nouveau par point sera a priori calqué sur le régime de retraite complémentaire du privé où toutes les primes subissent un prélèvement pour cotisations. Actuellement, par exemple, pour un cadre du privé, le taux de remplacement ( brut à brut) se situe entre 40% et 60% pour une carrière complète, parfois moins pour une rémunération dépassant trois fois le plafond de la SC (3×40k). Le régime actuel des fonctionnaires n’intègre pas les primes ( sauf pour les policiers, gendarmes notamment) mais il peut grimper jusqu’à 80% du traitement de base , ce qui correspond pour un cadre supérieur recevant 40 ou 50% de primes à un taux de remplacement réel situé entre 40 et 50%, très proche de celui du privé en fait.

  3. Polymères dit :

    En 10 ans il s’est passé tellement de choses que je me dis que les 10 prochaines années ce sera pareil, cette réforme « globale » n’est qu’un changement parmi d’autres.

  4. Toto dit :

    Euh ça craint un peu pour les bonifs des annuités ou j’ai mal compris ?

  5. Cazoar dit :

    Les militaires n’ont pas de régime spécial. Ils sont payés à coups de primes sur lesquelles ils sont imposés. Mais ces primes ne comptent pas pour le calcul de la retraite…Pour ma part, je pourrai partir avec une retraite complète à 47 ans avant réforme . Mais ne crions pas au scandale, ma retraite ne sera que 40% de ce que je gagne avec mes primes….pas 75% donc rien de scandaleux.
    La réforme va tout chambouler. Les salaires vont baisser (vous verrez) pour compenser la prise en compte des primes dans le régime des retraites. Mais il ne faut pas croire que les primes seront intégralement prises en compte dans les calculs de pensions, un coefficient minorant sera appliqué (mais pas pour vos impôts). Pas sûr de sortir gagnants de cette affaire.
    Le système par point fera que deux personnes ayant eu la même carrière, mais avec un nombre d’Opex différents, n’auront pas la même retraite.
    Les abattements avant 19.5 ans de carrière masquent mécaniquement un recul de l’âge de départ à la retraite des sous/off tant ils seront incitatifs.
    Là où le « trebuchet » choira, c’est sur le recul des officiers de 27 ans à 29.5 ans. Qui pourra se reconvertir à plus 50 ans, qui pourra se constituer une deuxième petite retraite dans le civil à cet âge ? Les officiers seront donc obligés de s’engager à vie (enfin jusqu’à leur limite d’âge). Et ça, ça va beaucoup faire réfléchir nos jeunes qui sont déjà bien moins enclins à pousser les portes du métier. L’armée de l’air sera la plus touchée par ce phénomène car elle va perdre beaucoup de ses personnels navigants aux limites d’âges inférieures à 57 ans, notamment Osc, qui seront les dindons de la farce. Heureusement pour eux, ça embauche fort et à plus hauts salaires dans le civil. Malheureusement pour le système, monsieur Delevoye a été mal conseillé.

    • Stéphane dit :

      Il y a plusieurs possibilités pour améliorer sa condition après un départ a la retraite. Osez un départ a l’étranger.
      j’ai quitté l’AA avec 28 ans de service et je suis depuis 2 ans et demi au Canada, et je peux vous assurer que là j’accumule…

  6. Fred83 dit :

    La PLI conservée ok. Mais alors qu elles sont les primes qui vont être retenues
    Si je saisi tous, uniquement celles assujetties à l’impôt …ok
    Mais alors les primes OPEX ou Les traitements OM-étranger qui ne sont pas imposables en France , pour les prendre en compte on les impose?
    De plus chaque bonifications a 2 versants , un pécuniaire (sur la solde ) l autre temporel qui se répercute sur la pension mais une opex c est campagne double ( 1jrs=3 jrs) alors que l isse c est X1,5 de la solde de base .
    Donc soit ils augmentent à mort les primes soit nous serons perdant
    Prochaine étape ultra importante la nprm

  7. Jm dit :

    Il n’y a pas quelqu’un qui peut nous expliquer tout ça simplement, svp?
    Merci

  8. Lassithi dit :

    C’est drôle, unifier des caisses excédentaire et déficitaire ne gêne personne.
    Par ailleurs, au delà du flou des annonces, l’allongement à peine masqué de l’âge légal, personne ne se dit, mais quelle sera la valeur du point au fil du temps ?
    Suivra t il l’inflation ou pas…
    Non camarades seront les mêmes dindons de la farce que les autres pour une réforme de plus imposée par Bruxelles.

  9. Pierre dit :

    Et comment vont-ils comptabiliser ce qui a déjà été acquis d’ici au vote de la réforme ? (Bonifications pour OPEX, heures de vol, plongée s-marine, NBI…). En gros vont-ils faire la moyenne ancien/nouveau système à la date de l’entrée en vigueur de la réforme (2025?) ou vont ils appliquer le nouveau système de manière rétroactive ?

    • Jules52 dit :

      Bonjour,
      On peut conserver tout ce qui à été acquis jusqu’à la date de » bascule » et partir sur le nouveau système à partir de cette date.
      Ou faire comme cela va probablement se produire pour certains services publics,la réforme ne s’appliquera qu’aux nouveaux entrants.

    • ji_louis dit :

      Bercy a l’historique des émoluments de tous les agents publics, cela sert aussi, et entre autres choses, à valider les simulations financières pour les études prospectives sur la retraite. Ils vont donc être capable de reconstituer la valeur en points de retraites des cotisations passées de tous les militaires et décideront d’une date (au pif, le 1er janvier 2022) à partir de laquelle tous ceux qui partiront à la retraite le feront sous le nouveau régime de calcul.

  10. Raymond75 dit :

    La principale source d’inquiétude pour ce nouveau système de retraite, et cela pour l’ensemble des salariés, est que l’on cumule des points dont on ne connais pas la valeur, laquelle peut être ajustée à tout moment par les gouvernements successifs (et cela tout au long de la vie active) pour des raisons d’opportunité économique. Concrètement, à quelques années de votre retraite, vous aurez nnn points, mais vous ne saurez pas quel sera le montant prévisible de votre pension de retraite.

    Si le principe est bon (égalité des traitements sauf contraintes particulières telles les activités militaires), son application est porteuse d’injustices.

  11. guillaume83 dit :

    si j ai bien compris toutes les annuités acquises jusqu’ en 2025 seront dû
    Dès 2025 fin des annuités et bonification du 1/5 sauf cas particulier

  12. Killeroux dit :

    Quid des officiers en retraite à jouissance différée dont l’obtention de la retraite ne sera pas avant l’âge de limite de grade ? Surtout pour ceux dont l’age De la limite de grade va intervenir après 2025 ?

  13. adcfonfon dit :

    Bonjour, il suffit de regarder la baisse continuelle de la valeur du point RAFP pour comprendre ce qui nous attend (-15% en 15 ans)

  14. sgt moralés dit :

    Bien fol celui qui est capable de dire si la réforme sera gagnante ,neutre ou perdante pour les militaires,autant de cas ,autant de calculs différents.Pour ma part sur 26 ans de services j’ai perçu la solde à l’air 19 ans donc l’ intégration de celle-ci dans le calcul de la retraite aurait été bénéfique,mais j’ai passé 7 ans avec un faible niveau indiciaire ,stituation qui n’a pas eu d’impact sur ma retraite puisque j’ai pu bénéficier d’un article 5,alors qu’avec la réforme je ne serai pas arrivé à ce montant d’indice ;de plus je bénéficiais de 56 annuitées et je suis persuadé(peut être à tort) que dans mon cas la réforme aurait entrainé une baisse de niveau des revenus.

    • ekiM dit :

      L’objectif est de faire des économies. L’écrasante majorité sera donc perdante puisque les nouvelles modalités sont calculées de manière à ce qu’elle le soit.

      De toute façon, je ne connais pas même un trentenaire qui croit encore à cette farce que sont les retraites par répartition. Nous savons très bien que nous « cotisons » (pour ne pas dire « sommes spolié ») à fonds perdus.

  15. Plusdepognon dit :

    Le but du jeu, c’est que peu de monde aille jusqu’aux conditions pour avoir une pension.
    Et le but d’un système de points, c’est de faire varier la valeur du point pour faire baisser les retraites à verser.
    https://www.lesechos.fr/economie-france/dossiers/0301744716031/reforme-des-retraites-ce-que-veut-faire-macron-140500

    Ce n’est que le pied dans la porte. Il s’agit de faire en sorte de baisser les retraites et d’augmenter l’âge de départ et les réformes suivantes iront dans ce sens.