L’Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis présente l’Aurochs, un robot-mule (très) prometteur

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Au vu de la distance que peut parcourir l’engin, ce sera héliporté ou bien dans les malles de la logistique de l’avant ?
    Avec une formation pour les réservistes du SSA ou des tringlots ?
    http://www.opex360.com/2019/07/06/opex-de-nouvelles-antennes-medicales-seront-bientot-utilisees-par-le-service-de-sante-des-armees/

    Le concept est séduisant, mais comme pour le « flyboard air », je ne vois qu’une utilisation de niche.
    Le concept de drones remplaçant l’humain dans la mission d’éclairage me parle beaucoup plus !

    • NRJ dit :

      Le drone n’est pas fait pour le combat terrestre. Le drone a en effet des failles inhérentes au concept de drone. D’abord car contrairement à un drone aérien qui bénéficie de la connexion satellitaire qui se propage dans le milieu homogène qu’est l’air, le drone terrestre se déplace dans des forêts et des des terrains variées et perd facilement sa connexion. Ensuite si le drone doit être attaqué, il y aura un temps de latence pour la connexion et donc pour la réponse au tir. Si ce n’est pas trop gênant pour un Reaper à 10 000 mètres d’altitude, il en est autrement pour un robot terrestre dans un milieu éventuellement urbain qui change très vite.

      Pour donner une idée les drones terrestres russes Uragan ont perdu à 17 reprises (de mémoire) la connexion avec leur opérateur dont 2 fois plus d’une heure et demi.

      • Pbdx dit :

        Pourquoi commenter sur les limites d’une drone alors qu’ici on parle d’un robot autonome ??? Son principal défaut est probablement aujourd’hui en effet dans son autonomie. Pour le reste, il est conçu pour fonctionner seul et discrètement, sans liaison avec quoi que ce soit.

      • aleksandar dit :

        C’était l’Uran-9
        L’Uragan BM-27 est un lance-roquettes multiple à 16 tubes de 220 mm .
        Concernant le drone terrestre je vois mal son utilité.
        Que cela soit avec les troupes au contact en milieu urbain ou rural.
        Peut être comme soutien logistique, a l’arrière des forces engagées, mais n’importe quel camion fera mieux en tonnage , maniabilité et vitesse.
        Utile peut être pour le transport des blessés entre la ligne de front et le point de triage du SSA, et pour les troupes aéroportés

  2. Plusdepognon dit :

    Un petit lien sur la différence entre les USA et nous:
    http://dutungstenedanslatete.blogspot.com/2019/03/start-up-de-defense-resister-la.html

  3. Jean la Gaillarde dit :

    alors je ne suis absolument pas spécialistes sur ce terrain donc, je m’interroge :
    Ce type de concept, ne pourrait-il pas permettre par exemple, l’alimentation en matériels, munition, carburant, des unités au contact, permettant ainsi, une continuité logistique tout en limitant les risques de pertes humaines. Le gros de la logistiques pouvant, ainsi être plus en arrière et en capacité de mieux se protéger ? C’est un exemple.

    • Plusdepognon dit :

      @ Jean la Gaillarde

      Le concept est séduisant. Cependant ces dernières décennies ont prouvé que la technologie permet de gagner les batailles, pas les guerres.
      Or l’utilité d’une armée, c’est de vaincre. Sinon, elle perd toute crédibilité (exemple: 2000 ans après personne ne se gausse de l’armée romaine, alors que tout le monde se moque de l’armée italienne de la seconde guerre mondiale).
      Mais ça fait de beaux films et permet à certains de faire de gros bénéfices.

      • Hermes dit :

        Pour le coup l’armée romaine était plus proche de l’armée Allemande de début de conflit que de l’armée Italienne…
        .
        Napoléon à écrasé l’Europe, et la France est moqué pour 1940 alors qu’elle avait la réputation d’être la plus puissante armée du monde…
        .
        L’ascendant technologique dans un conflit n’est pas tout, la stratégie reste au coeur du métier des armes.
        .
        La technologie, c’est offrir plus de possibilités pour répondre à une situation ou améliorer l’efficacité (Moins de moyens pour le même résultat, par exemple entre les bombes guidés et les tapis de bombe de la WW2 pour détruire une usine…)

  4. Plusdepognon dit :

    En tout cas, tous les articles sur Barkhane sont presque à charge. Les politiques n’ont pas de scrupules à charger la barque des militaires de leurs propres vicissitudes.
    http://www.lefigaro.fr/international/au-sahel-barkhane-peine-a-enrayer-l-extension-des-groupes-terroristes-20190714

    Que le Sahel soit le terrain d’essai des nouveaux matériels ne masquera pas que ce territoire sera surtout le tombeau des matériels des armées françaises héritées de la guerre froide.
    Il nous restera une « armée croupion », le fameux scénario « Z » de Bercy sous Sarko la menace sera une réalité. Pas sûr que les intérêts de la France n’aient été les guides de la politique sur ce coup- là.

    Il est où le G5 Sahel, seule porte de sortie à peu près honorable ?

  5. Antoine RC dit :

    Du coup si je comprend bien pour peu qu’on aie un terrain changeant (neige haute, dunes, sol bouleversé par les obus…) la reconnaissance photo ne fait plus le travail. Ou alors un recalage GPS/Inertiel intervient?

  6. John dit :

    Je crois que c’est allemand donc à en croire des spécialistes, c’est mauvais…

  7. Plusdepognon dit :

    Un peu hors sujet, mais la sncf a financé un exosquelette pour la maintenance dans ses ateliers.
    Plutôt que de partir de zéro avec des études qui coûtent les yeux de la tête, si quelqu’un de l’EMA lit ce commentaire:
    http://www.lefigaro.fr/societes/la-sncf-a-concu-un-exosquelette-pour-soulager-ses-agents-20190502

  8. Plusdepognon dit :

    La livraison en terrain dangereux (libre ou urbain)… Je veux bien, mais au vu de l’autonomie faudra bien les amener avec un moyen de transport jusqu’à la zone d’opération.
    https://operationnels.com/2018/05/28/israel-robotisation-des-vehicules-dintervention