Un rapport du Sénat met en garde contre les effets possibles de la future réforme des retraites sur les Armées

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

26 contributions

  1. Thaurac ( mode désabusé) dit :

    Avant de toucher à la retraite des armées, voir celles des députés (nationaux , européens) du sénat, des élus ( conseillers régionaux et ceux qui auraient du disparaitront , les conseils généraux) bref, la gabegie est ailleurs!
    Retraités ou pensionnés algériens (façon corse) dont certains ont 120 ans voire plus…bref, du fric, si un mec un jour à des c…s, on peut en avoir, sans augmenter les impôts, voire en les diminuant, mais en taillant dans ce que tout le monde , même en sachant que c’était une gabegie, a toléré, par souci électoral, ou ne pas faire des vagues depuis des lustres.
    Bref, il faudrait un nettoyeur et son équipe ( députés) majoritaires, et s’en foutant de ne pas être réélus ni populaires, il n’y a pas d’autres façons!.

    • Albatros24 dit :

      Des nettoyeurs..à condition qu’ils fassent bien ce pour quoi ils ont été élus et non les intérêts de certaines minorités à haut patrimoine mobilier comme trop souvent.

  2. Militaire dit :

    Eh oui…27 ans de carriére dont 5 cumulés loin des miens en missions à l’étranger et 3 affectés à l’étranger. En outre 8 déménagements. Sans compter le nombre d’heures sup sur le terrain ou au bureau (non rémunérées) en France et les absences nombreuses dûes aux missions en France.
    Je ne me plains pas. Mais notre systéme de retraite prend cela en considération. Si nous retirons ces compensations, alors il faudra revoir tout le statut. Et les obligations qui vont avec. Un chantier de plus pour la DRHMD. En effet, le statut est un tout qui prévoit les compensations en regard des obligations. Ce n’est pas le droit commun qui s’applique mais bien des spécificités prévues statutairement que les deux parties s’engagent à respecter au moment de la signature du contrat d’engagement. Si la réforme des retraites nois oblige à supprimer les compensations, au motif de l’égalitarisme, alors ce même motif d’égalitarisme obligera l’état à payer chaque heure suo sur le terrain et à y payer des cotisations pour la retraite.
    Systéme moins souple et qui coûterait plus cher.

    • Jm dit :

      Pour mémoire, même si cela doit choquer, sachez qu’un texte de loi existe (loi européenne) qui précise le cadre du droit du travail des militaires le paiement des « heures sup », etc.
      La France, prompte à appliquer les lois européennes pour se réfugier derrière cette institution pour récupérer quelques deniers en arguant la célèbre phrase ; ce n’est pas nous, ce sont eux qui l’impose…. et malgré de multiples rappels et condamnations, n’applique toujours pas cette loi.
      C’est quand même étrange cette habitude d’appliquer des lois pour tout le monde, mais quand cela concerne quelques points susceptibles d’intéresser positivement les militaires, on n’en voit jamais la couleur ; intégration des primes, augmentation dans la fonction publique…..sauf les militaires….etc, etc

    • Albatros24 dit :

      Vous touchez du doigt un point qui va peut être permettre aux militaires de conserver leur statut qui arrange tout le monde mais surtout les politiques qui veulent pouvoir disposer de nouveaux serfs taillables et corvéables quasi à merci et sans droit de grève, quant aux heures supp non payées il suffit de voir le personnel hospitalier et de sécurité à qui on doit des millions d’Euros par exemple pour se rendre compte que ce n’est pas cela qui les retiendra.
      Macron et ses énarchistes devraient y réfléchir à deux fois…

  3. Plusdepognon dit :

    Une envolée de moineaux est à prévoir.
    La bataille de garder le savoir-faire et le « savoir-faire faire » a été perdu par le Royaume-Uni, suivrons nous le même naufrage ?

  4. Jean la Gaillarde dit :

    Moi c’est pas le fait que l’on remette en cause le système de retraite … En effet pourquoi pas … mais c’est le fait que l’on ne prenne pas en compte que le militaire n’est pas un fonctionnaire au service d’une corporation (territoriale, hospitalière, éducation….) le militaire est au service de la République. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’a pas droit de grève. Or ce service entraîne des devoirs (devoir d’obéissance, de réserve, et parfois d’abnégation jusqu’au sacrifice). C’est inscrit dans les contrats. Et ces devoirs, si ils ne sont pas compensés par des droits particuliers, j’ai bien peur que le métier ne soit plus attractif.
    En effet, les OPEX, les entrainements qui font que le militaire voit sa famille 100 jours par an, les risques particuliers, les conditions parfois très dégradées, la vie en caserne…… tout cela va faire que si les retraites sont calquées sur le privé, stricto sensu, et bien l’armée, la gendarmerie et la police vont avoir de plus en plus de mal à recruter. Voilà. Après sur les retraites de militaire, un militaire qui part avec ses 80 % de pension ne devrait pas pouvoir reprendre une activité. Or aujourd’hui, il peut. Moi, j’aurais mais 80% (40 amnuités) à 53 ans. Et bien aujourd’hui, je peux reprendre une activité derrière. Cela devrait être réformé. Pour ma part, trouvant cela pas normal, je resterai chez moi où je ferais du bénévolat !!!! Mais voilà une réforme à faire. Pareil pour les Officier. A partir d’un certains seuil de pension, on ne devrait pas pouvoir retravailler derrière. Or souvent, on revoie ces anciens officiers dans les assurances, dans des RH d’entreprises …. Alors qu’ils sont partis avec la pension au taquée.

    • Vroom dit :

      Déjà, si vous partez après 25 ans de service, vous ne pouvez pas cumuler PJI et emploi dans le public.
      Après , c’est votre façon de voir, que je ne partage pas.
      D’après vous, un sous-marinier (ou autres spés à risques qui doublent ou triplent les annuités) qui part à 35 ans, au taquet, ne mérite pas une seconde carrière ? elle va être longue la retraite !

      • Marty dit :

        Tout à fait d’a côté avec vous. Surtout que en fonction du grade et eu temps de service, cette pension ne suffit pas pour vivre à l’heure actuelle. En disant cela je pense aux familles de militaires qui, comme tout un chacun, ont des enfants un crédit maison, etc.
        Le niveau de vie degringolerai et pour éviter cela je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir une seconde carrière.!

  5. Lopez dit :

    Tout temps passé qq soit la durée le secteur d’activité devrait être comptabilisé pour la retraite. 10 ans d’armée viré en 1981 suite aux restriction budgétaire et en plus payer pour changement de caisse passage dans le privé qui m’a été annoncé presque à la limite et j’ai failli perdre 10 ans de travail lors de mon dossier de retraide. Une honte ce système.

  6. Breer dit :

    Petite info par ailleurs, les militaires toutes armes confondues, n’ont jamais compté leur heures, à la différence des fonctionnaires du privé, ex : pour un marin embarqué, quand il part en mer en mission 2 mois, c’est du non stop, pendant 2 mois et pas 35 h, (voir un peu plus) et on rentre à la maison le soir…. pareil évidemment pour tous les gars en opérations, missions, détachements, etc..

    La plupart des jeunes d’aujourd’hui, conditionnés par les habitudes apprises via l’éducation nationale, puis bien manipulés par le monde syndical (à gauche surtout) sont vite mécontent ou fatigués au regard des contraintes qu’exigent l’armée, c’est sans doute aussi ce qui fait que beaucoup partent après 2 ou 3 ans….

    • Albatros24 dit :

      Autres temps autres moeurs, nous évoluons heureusement…
      Les avantages sociaux sont toujours bons à prendre et dans certains pays d’Europe les militaires sont syndiqués.
      Si on exige d’un citoyen plus de devoirs que de droits et peu de compensations, et si sa s^péciialité lui prmet de gagner 2 à 3 fois plus dans le privé avec les 35 heures et sa famille tous les soirs…pourquoi diable voulez vous qu’il ne change pas de métier à moins d’être maso ou stupide ?
      C’est au Gvnt à mieux payer ses soldats et à leur donner plus de moyens, sinon il n’a qu’à re créer le service national avec quelques cadres d’active, cela lui coûtera bien moins cher au final.

    • miaou dit :

      Le mec qui travail 35h le fait pour une autre personne qui n’a généralement aucun problème de liquidité pour sa retraite à la fin. Le mec qui travail 35h a peut-être été réformé médicalement à l’entrée de l’armée. 35h dans certaines régions, c’est sans compté la pollution et les trajets de plus d’une heur, pour retrouver un logement social avec les dealers dans le hall du bâtiment; et c’est du non-stop. Vous pouvez toujours prendre des photos, noter les noms déposer des mains courantes et des plaintes sa change rien. A tout donner deux mois non-stop à bosser sans voir la lumière du jour, sa permet de souffler des cette atmosphère; 35h c’est l’esclavage du patronat par l’enfermement dans un quotidien sans perspectives. La salles des machines pendant 2 mois, c’est moins oppressant.

      Quand les parents démissionaires sont issus d’une culture anti-républicaine, il faut trouver normal que les enfants jouent les caïds et brandissent des drapeaux étranger le 14 juillet plutôt que de réviser leurs maths. L’éducation nationale ne fait que ce qu’elle peut avec la matière qu’on lui donne. Ce n’est pas son rôle que d’expliquer aux enfants comment être des citoyens, à la rigueur comment la citoyenneté fonctionne et quel sont les connaissance fondamental à maîtriser pour former une culture commune. Si l’éducation national prend des positions sur le quota horaire de cours des enfants c’est parce qu’il est important de respecter les rythmes physiologiques des enfants entre les temps d’apprentissage, de jeu et de repos. Si les parents transforme les périodes de jeu et repos en rébellion contre la république ce n’est pas la faute de l’éducation national.

      Peut-être que certains partent de l’armée quand ils acquièrent suffisamment de maturité pour comprendre l’inconsistance de l’encadrement renforcé par sa capacité à écraser les individus. L’état de droit ne s’applique pas; quand on rentre dans l’armée pour les valeurs de la France, c’est mal vécu. A ce régime là autant tenter sa chance avec les syndicats et le privé; vrais inventeurs des nos valeurs.

      Aujourd’hui les entreprises sont plus puissantes que les états, faire progresser la république, l’écologie et nos valeurs passe d’abord par les entreprises; on peut choisir le privé pour cette dimension; l’impact de l’état est souvent inférieurs aux initiatives d’ordre privé. Ne pas s’en rendre compte relève de la situation de dissonance cognitive caractérisé.

      Je suis cadre dans le privé, payé sur la base 37.5h (bac+8 + 10an xp) mais de toute façon depuis Jospin les heurs sup ne sont plus payés(et donc plus compté), et les contrats/conventions collectives indiquent que le travail doit être fait… exit les week-end et le retour tranquille à la maison. Si je peux prendre 10 minutes pour écrire maintenant, cela ne change pas mon temps de travail, cela le repousse juste un peu.

      Qu’est ce que 2 ou 3 ans dans une vie quand la formation requise pour avoir une expertise reconnu dans le privé (syndicat ou pas) est plutôt de l’ordre de 5 ans de formation + 2 à 5 ans d’expérience. L’armée forme tellement mal ses spécialistes qu’elle est obligé de recourir à des officiers sous contrat(et sous-off) : en gros il faut un bac+5… l’armée peine à fournir un équivalent (ne parlons pas des qualifications requise pour un médecin, l’armée en manque tellement). Les OsC sont là pour permettre aux croûtons de grimper les étages. Se faire traiter de m**** avec des ‘ferme ta g****’ à répétition lorsqu’on veux juste faire correctement le travail et que cela gêne les croûtons… le départ est logique, ce n’est même plus une question d’horaires, d’argents, de moyens ou de valeurs mais juste une question de dignité.
      Même comme contractuel civil, jamais dans cet anachronisme archaïque qu’on appel l’armée.

  7. vno dit :

    Vous voyez Jean moi à 37 ans et 17 ans de services, j’avais 69 annuités, donc 29 pas prise en compte selon la loi et mon logiciel de comptabilité m’indique que les oublis de revalorisation des pensions militaires me font perdre 300 euros par mois aujourd’hui. Vue le montant exagéré de 1580 euros de ma pension à 80%, j’ai du reprendre un travail dans le privé( faut payer le chauffage en hivers dans l’EST et je n’était pas assez riche pour rester à Toulon), je ne pouvais pas prétendre aux emplois réservés ou le cumul s’applique. Malgré le fait que l’on m’avais certifié un avancement rapide comme atomicien ( poste occupé pendant 13 ans) et le ramassage du maximum de points supplémentaire tous les ans, j’ai eu le même avancement que mes camarades moins bien nantis, Avancement bien moins rapide qu’une secrétaire militaire affectée chez un amiral.
    Vous imaginez bien que ces annuités et cette notation exagérée n’ont pas été gagnées au mess, mais à faire le travail de gens civils et militaires qui ne faisaient pas le leur. Après quelques années dans le civil, il a bien fallu que j’admettre à 45 ans que j’étais handicapé à vie, totalement usé, mais pas de bol seulement à 30%, et que jamais je ne retrouverai ma santé.

    Mais je suis heureux l’amiral Rogel que j’ai beaucoup apprécié et quelques autres que j’ai moins appréciés vont toucher leur prime de responsabilité de 50000 euros annuel grâce un peu à moi et mes potes dont un certain nombre, mort en service ou pas. Pour nous remercier, il vont accepter de passer à 19 ans de service l’âge de droit à la retraite.

    J’attire ton attention Jean sur le fait que les 29 annuités mises à zéro représente quasiment les deux annuités supplémentaires pour services sous-marins que j’obtenais chaque année selon le principe des « bonifications spécifiques [bénéfices de campagne et bonifications pour services aériens ou sous-marins] qui compensent des risques aggravés et des sujétions fortes ».
    Pour résumer et faire simple, moi et mes camarades sous-officiers ou officiers sous contrat n’avons jamais été payés.

    Et certains sénateurs et députés manifestement mal informés croient toujours que les atomiciens ou d’autres pour lesquels le problème était similaire partaient dans le civil parce qu’il est plus attractif. On en avait juste marre d’être pris pour des cons et payés avec des chèques en bois et il arrive un moment ou on ne peux plus supporter de recevoir des ordres de gens qu’on fini par considérer comme des menteurs, des escrocs, des feignasses, voir des incapables dangereux alcoolisés qui ont bien profites de nous.

    • Leon dit :

      à lire votre bilan de carrière, on se demande bien pourquoi vous êtes resté 17 ans dans l’institution.

      • vno dit :

        Un parent ingénieur général, le sens du service et la sécurité des jeunes que je voyais arriver et qui n’étais pas prêt à prendre la relève…

  8. Ksl dit :

    La vision de ce sénateur est très seine, j’aime bien l’idée de reconnaissance. Lorsque je me suis engagé on parlait des 50.000 chars du pacte de Varsovie, j’étais prêt à en découdre, la moindre des choses que je pouvais faire pour la France était de risquer ma vie pour elle. Finalement je n’ai risqué ma vie que lors de deux opérations (les autres étaient moins risquées), dont le Kosovo. Dans cette opération nous avons été engagés contre nos amis serbes, je n’étais pas d’accord avec ça mais on obéit aux ordres ou on s’en va. En 30 ans j’ai fait beaucoup plus d’heures que celles que l’on me payait, notre éthique est ainsi. Aujourd’hui dans le civil, chaque projet est effectué en fonction des budgets alloués, si on a dépassé le volume alloué, le projet s’arrête, j’ai du mal à m’y faire, dans l’armée on bosse jusqu’au moment où la mission est accomplie. Je crois donc que les militaires ne volent pas leur retraire, ça compense un peu toutes les années pour lesquelles ils ne sont payés que pour une fraction des heures qu’ils font. Sans compter les déménagements, parfois dans des régions où on ne serait pas allés et les tensions que ça peu créer dans la famille.

  9. Jean la Gaillarde dit :

    Alors j’ai lu les commentaires suite à mon post …. j’ai réfléchi et … effectivement, il doit y avoir des cas précis ou même à 80% de la pension, celle-ci peut ne pas être importante. Donc, je serais alors pour un plafond de pension. Je dirais qu’un militaire qui part avec une pension de 2000 euros ou 25000 euros, ne devrait pas avoir le droit de reprendre une activité. Cela laissera de la place aux jeunes. Moi mes enfants ont eu toute les peines du monde pour trouver un boulot et je me vois mal, avec une pension qui s’élèvera entre 2200 et 2360 euros suivant le grade au moment de mon départ, prendre un boulot qu’un jeune pourrait effectuer. Je me mettrais dans le bénévolat si je m’ennuie ….. surtout que pas mal de gars dans mon cas sont même près à accepter 600 euros par mois, cela leur suffit, et le patron les appelle lorsqu’il en a besoin … ben oui, ils sont à la retraite mais je trouve que cela met la jeunesse dans une situation défavorable en matière de rapport de force … en effet, un jeune ne peut pas rivaliser avec un tel concept !!! c’est pour cela que je ne serais pas contre le fait de réglementer ce retour à l’emploi.

  10. Jean la Gaillarde dit :

    D’ailleurs, mon système permettrait aux militaires ayant une pension inférieure, et bien de pouvoir retrouver une activité afin de compléter, à hauteur de ce qu’il avait, avant de quitter l’institution, tout en évoluant par la suite, si les tâches qu’ils effectuent dans leur nouvel emploi font que le salaire doit augmenter. Voyez, une réforme permettant de compléter la pension avec un salaire qui amène, dans un premier temps, aux même niveau de salaire correspondant à ce qu’il avait dans l’institution militaire, puis une évolution normal de salaire au sein de son emploi. Je pense que cela pourrait correspondre à une forme d’égalité ou de rééquilbrage entre le public et le privé. Je connais bien le privé, mon père a été 45 ans dans la sidérurgie et à dû changer de travail 03 fois. Je comprend son discours lorsqu’il me dit, très calmement, que lorsque sa boite a fermé au bout de 20 ans, il n’a pas eu une demi pension !!!!!! Il a retrouvé un boulot, il a accepté de baisser son salaire et de regagner ces échelons pour retrouver un niveau sensiblement identique … moi je comprend ce discours et c’est pour cela que je suis d’accord sur le fait que notre système peut être réformé ….
    Mais vous savez, je suis gendarme et je ne comprend pas que l’armée n’est pas, par exemple, une prime ISSP (prime de risque) alors qu’elle effectue des patrouilles sentinnelles et, donc, qu’elle subit les mêmes risques su’un policier ou qu’un gendarme.
    Des réformes ….. il y en a à faire afin d’être le plus juste possible.

    • Cne caverne dit :

      Houla. Bonjour. Après 27 ans de service j’ai 1900€ de retraite net au mois. J’ai un autre travail, intermittent, qui me rapporte 1000 par mois, soit 3000 en tout. A la fin de la carrière militaire je touchais 4000, soit une perte sèche de 1000 par mois. C’est déjà donc compliqué pour continuer a élever la famille… Et vous voudriez empêcher le cumul ? Et comment je ferai ? J’arrive juste a partir en vacances, mais maintenant c’est camping, fini les balade au bout du monde. Non désolé, a moins de vivre seul , sans famille et sans besoin, c’est impossible. Où alors limiter le cumul, par exemple si je gagnais 10000 par mois, oui, ma foi. Ensuite prendre la place d’un jeune… Ok… Ça veut dire qu’après un certain âge il faut interdite le travail ? C’est une notion de survie, mon expérience fait que je ne prend pas la place d’un jeune, car il n’aurait pas mon expertise, mais même si c’était le cas, ben…. J’ai une famille a nourrir. Cordialement

      • Jean la Gaillarde dit :

        Et avec 3000 par mois, vous n’y arrivait pas !!!!!!! je rêve ….. Certains sur ce forum vont vous dire le reste !!!!!

        • Jean la Gaillarde dit :

          Je suis adjudant en gendarmerie, échelon maxi, je suis à 2900 par mois, mon épouse ne travaille pas et j’arrive à aider mes deux enfants qui eux, gagnent 1200 net par mois !!!!!! Lorsque je vois votre post, je comprend qu’une certaine frange de la population pète des câbles !!!!! Je tiens à vous signaler que je suis propriétaire !!!! incroyable hein ….. mais comment j’ai pu faire !!!!!!!!

  11. Cne caverne dit :

    Il y’a aussi ce dont on ne parle pas : par exemple comme militaire j’ai cotisé 26 ans, mais l’état ma prélevé aussi des cotisations sur mes primes de vols, qui représente 40% du salaire ! Or, comme par hasard, la retraite que je touche, n’est calculé que sur le salaire de base. Autrement dit, tout le reste, c’est cadeau a l’état. Alors, si privilégié que ça ?

  12. Jules52 dit :

    La bonification du 5è du temps ne s’applique pas qu’aux militaires ,elle s’applique aussi dans d’autres administrations et services publics.Pour les militaires elle compense toutes les sujétions liées au statut. (heures « sup » etc…….) et pour les autres elle compense quoi ??

  13. Plusdepognon dit :

    L’article de mon lien est plein de chiffres, mais le commentaire en dessous de « un sujet en or » est eclairant (je préviens « FP » est le diminutif de fonction publique):
    https://www.lepoint.fr/economie/retraites-pourquoi-il-va-falloir-rapidement-faire-des-economies-15-07-2019-2324645_28.php

    En 1993, michel Rocard disait que l’on aurait un problème avec le système de retraite par répartition en 2020. Depuis…