L’armée de Terre se plaint de l’insuffisance des capacités d’aérolargage

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. aleksandar dit :

    On ne pourra pas tout avoir.
    Il faudra choisir entre les forces tactiques et le  » effecteurs connectés ».
    Sachant que les « effecteurs connectés » ne gagneront jamais une guerre.

    • wagdoox dit :

      les effecteurs connectés sont un multiplicateur de force là pour démultiplier le nombre de ACF qui seront peu nombreux.
      Rien ne dit qu’on ne pourra pas avoir les deux sachant qu’on peut developper l’un maintenant et le second dans 10 ans.

  2. PK dit :

    Exactement ce que je disais il y a deux jours…

    Il manque un point important : l’A400 ne remplacera jamais le Transall pour les poser d’assaut. On a là une perte importante tactique, extrêmement utilisée par les FS.

    • Castel dit :

      @ C’est ce que j’ai écris un peu plus bas; il me semble que la solution du C295, serait la meilleure alternative possible à l’heure actuelle, car , même si sa capacité d’emport, n’est que la moitié de celle d’un Transall, il peut se poser sur un terrain court et non préparé, et de plus, il est plutôt discret, donc, convenant assez bien pour ce genre d’opération, sans faire oublier le Transall, j’en conviens , mais qui sera de toute façon difficile à remplacer….
      Il est d’ailleurs à noter qu’à une certaine époque, une version modernisée avec, notamment des moteurs plus puissants avait été envisagée….
      Mais il semble que cela soit intervenu à une période ou aussi bien la France que l’Allemagne pensaient surtout aux économies budgétaires, et ou n’était pas encore confrontés au terrorisme islamique !!

    • Seb24 dit :

      Pourtant l’A400M fait du pose d’assaut sans problème.

    • Aymard de Ledonner dit :

      L’A400M est conçu pour pouvoir réaliser des poser d’assaut. C’est l’une des raisons qui explique la difficulté de mise au point de ses moteurs. Vous trouvez sur le net où on voit l’avion réaliser des manoeuvres très abruptes. Il peut même faire un looping….

  3. Lucy dit :

    « sachant que la France est un des rares pays au monde qui fasse encore de la mise à terre par la verticalité  »
    Quelqu’un pourrait-il clarifier? Je suppose que le général parle en ce qui concerne l’expérience opérationnelle, les seuls pays alors concernés sont la France, les E-U, la GB, Israel et la Russie. Si le général parle de parachutistes alors quasi toutes les armées en ont.

  4. Indicatif 93 dit :

    Bonjour, pourquoi n’est-il pas possible de larguer les para en OA par tranche arrière ? Surprenant !

  5. Pat 56 dit :

    L’armée de l’air pourrait un peu oublier son tropisme « pointu » (avion de chasse) pour renforcer les segments transport et hélicoptère lourd …

    • Souz'Air dit :

      Désolé de vous décevoir, mais depuis 20 ans, l’AA a souligné, par la voix notamment de plusieurs de ses chefs d’état-major, qu’on lui donne la possibilité d’acquérir davantage d’avions de transport et de ravitaillement, et ce plus tôt (il me semble même et sauf erreur que le GAA Lanata, au début de ses fonctions de CEMAA, soulignait le risque de rupture dans ces domaines et la nécessité opérationnelle de commander très vite 18 MRTT « Phénix »…actuellement, 15 de ces avions sont commandés, pour une livraison terminée entre 2025 et 2030…). Les restrictions budgétaires étant ce qu’elles sont, nous n’avons pas eu gain de cause.
      Je vous renvoie d’ailleurs à cette page : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_de_l'air_(France)#%C3%89quipements_navigants_principaux pour comparer l’évolution du nombre de chasseurs et celle du nombre d’avions de transport, qui vous démontrera je pense que nous avons, par ailleurs, renoncé aux « pointus ». Ce qui a aussi déplut a beaucoup de représentants de l’AT, du reste (eh oui, le CAS est quand même très sollicité par nos camarades au sol, et la rapidité de l’avion de combat est un atout majeur pour l’appui-feu dans les zones d’opérations comme les immensités africaines). Mais encore une fois, on ne peut pas être sur tous les fronts avec ce qui nous est accordé budgétairement.

    • mich dit :

      Bonjour , vous pensez que l ‘on a trop d ‘avion de chasse ? Si l ‘armée française à son segment conventionnel en difficulté , c ‘est surtout à cause de dizaines d ‘années aux budget votés non respectés et le maintient malgré tout d ‘une force de dissuasion crédible .Vouloir opposer les trois armes est ridicule ,les trois ont essayé de tirer la couverture avec des demandes a peine réaliste dans un passé proche ,maintenant c ‘est à espérer que tout le monde a bien les pieds sur terre , à voir .Notre armée ne se réorganisera pas non plus avec les claquements de doigt de certains sur des claviers , ça c ‘est certains .

    • wagdoox dit :

      c’est pas du tout le probleme !
      l’A400M arrive avec 10 ans de retard (voir plus) c’est là le seul et véritable probleme.
      L’hélicoptère lourd est une impossibilité industrielle et logistique.
      L’ALAT a besoin de 12 hélicoptères lourds, c’est insuffisant pour justifier un programme domestique et insuffisant pour un achat sur étagère, le prix de la maintenance pour une si faible flotte serait important.
      D’ou l’idée de faire un achat avec les Allemands.

      • John dit :

        12 hélicoptères?
        En prenant en compte la formation, l’entraînement, la maintenance, il en reste 2 pour être mis en œuvre en temps de paix?
        C’est sûr que le nombre est insuffisant pour justifier un achat ou un programme. Par contre un programme européen existait… Mais je me demande du coup pour quelle raison ce programme a été conçu.

        • Wagdoox dit :

          Et encore je vous donne le haut de la fourchette, le nombre 9 a également tourné

      • Tapis Volant dit :

        Les besoins en h/l sont vraisemblablement supérieurs si l’on prend en compte l’indispo technique des appareils acquis, équivalents au moins à ce que l’on trouve dans l’Ejercito espagnole ou l’armée italienne (30 à 40 appareils). Sans oublier que ces h/c sont en mesure d’acheminer artillerie et unités motorisées de reco sur théâtre (fardiers, véhiocules blindés légers, 4×4…).
        Quant à l’impossibilité industrielle et technique, je dirais plus qu’il s’agit de priorités industrielles d’Airbus Helicopters, et partant de nos gouvernements, qui ont orienté les dotations vers Tigre et NH90 avec les surcoûts et décalages de livraisons que l’on connaît, avec un budget très contraint. Le porjet de biturbine lourd d’AH projeté il y a encore qques années montre qu’en d’autres circonstances (marché, programmes prioritaires), le constructeur aurait peut être poursuivi cette chimère jusqu’à réalisation d’un prototype …

  6. Vinz dit :

    Toujours à gémir, se lamenter, pleurnicher, chouiner, sangloter. Vivement la retraite et les problématiques de cannes à pêche – ou de golf.
    Quid des Casa alias « Transalito » acquis récemment ? C’est pas bien en transport tactique ?
    .
    « Le largage des parachutistes par les deux portes latérales attendra donc encore un peu. »
    .
    Oui, et c’est très bien. OSEF en fait. Y a des priorités opérationnelles bien plus importantes pour l’armée de Terre, comme les véhicules en carton de plus de 40 ans d’âge par ex.

    • Castel dit :

      @Vinz

      Les « Transalitos » auquel vous faites allusion sont des CN235, excellent avions, qui ont fait leurs preuves (ce sont les seuls à pouvoir atterrir sur vraiment plus court que le C160)
      Mais ,pour certaines missions tactiques avancées, il est quand même un peu « juste » en terme de capacité, et c’est pour cela qu’aujourd’hui le CN295 me semblerait plus adapté, même s’il lui faut à peu près une longueur de piste comparable pour atterrir ou décoller, ce qui reste un peu mieux que pour le C130

  7. Gandalf dit :

    Ils peuvent larguer les para par la rampe arriere ou sinon une porte sur le cote. Le probleme c’est de ne pas pouvoir utiliser les 2 portes sur le cote en meme temps, a cause du risque de collision des para. airbus est en train de travailler sur des deflecteurs pour resoudre le probleme. En plus ils viennent de commender 4 c130j de lockheed.
    Ils ferait mieux de se taire et ce concentrer a nous extirper dette perte de temps collossale au Sahel. Il est grand temps que ces etats africains assurent leur propre securite

  8. mich dit :

    Encore cette comparaison ridicule et sans queue ni tête entre A400M et transall , mais c ‘est vrai que c ‘est plutôt flou dans les besoins intra théâtre entre des casa qui joue un rôle pas prévu au départ etdes hélicos lourd dont même l ‘Espagne et l ‘ Italie peuvent se doter , mais ils n ‘ont pas une dissuasion à entretenir et pas la sécurité qui va avec ,quoiqu ‘on en dise .

  9. Eric dit :

    Ce qui me surprend dans cette information, c’est que l’Armée de l’Air dispose aussi de 18 C-130 Hercules : 14 C-130H et sous peu 4 C-130J. Des appareils dont la réputation en termes de fiabilité et de capacité n’est plus à faire et depuis longtemps… On sait que les C-130H peuvent durer au moins dix ans de plus, et pourquoi ne pas acheter de 4 à 8 C-130J de plus ? Quand je lis que certains ici parlent du C-295 pour remplacer le Transall, j’ai juste envie de rire : c’est un bon avion, d’accord, mais comparé à l’Hercules, en termes de capacité et d’allonge, il ne fait pas le poids !

    • Castel dit :

      Eric
      Ce que vous dites n’est pas faux, mais n’oublions pas qu’il faut aujourd’hui raisonner en terme de complémentarité, avec l’A400M, or celui-ci étant capable de larguer une centaine de paras, ou une vingtaine de tonnes de fret, nous avons surtout besoin d’un avion pouvant larguer une cinquantaine d’hommes et 5 0u 6 t. de fret pour des opérations tactiques, et qui puisse si possible atterrir sur une distance plus courte que notre gros porteur, et même que le C130, lorsqu’il s’agit d’opérations tactiques avancées.

  10. Piliph dit :

    Et pourquoi pas des CASA C295? Il sait tout faire et pour pas cher, non?

  11. ben76500 dit :

    on pourrait acheter des c-27j spartan, c’est ni plus ni moins qu’un bébé c130 et ça fera très bien le boulot

    • Castel dit :

      @ben76500

      c’est effectivement une autre possibilité, mais n’oublions pas que nous sommes déjà équipés de C235, le 295 n’étant qu’une version rallongée de ce modèle ;
      Donc, il y a forcément un grand nombre de pièces en commun entre les deux appareils, ce qui facilitera la maintenance.
      D’autre part, pour un modèle entièrement nouveau, il faudra forcément mettre en place une nouvelle nomenclature, alors qu’avec le 295, un simple additif pourrait être suffisant…..

  12. Chimère dit :

    Y a pas de sous…..on va apprendre à s’en passer…..sauf que beaucoup de nos gars tombent à cause des IED. Quelle solution ?
    Quel avion? Hélico lourd ? Moi, je pencherai vers une augmentation du nombre de drones, volant et roulant en convois protégé. …ah ? On me dit dans l’oreillette qu’on n’a vraiment plus un rond ( et un personnel en surchauffe). Ça sent un peu le roussi !! ( Voir les affaires concernant les contrats de transport pour les militaires…)

  13. Lakolo dit :

    Un vrai sujet stratégique. La capacité d’action en premier, dans la profondeur et autant que possible en autonome (cf les politiques chamalow allemands).
    Le CASA n’est pas le transall.. faible CU et élongation.
    L’ A400M a été pensé par l’AA comme un avion de transport stratégique /opératif et non tactique. Il ne fera jamais ce que le Transall ou le C130 font.
    L’AA a fait effort sur le nucléaire.. FAS… et l’augmentation de ses PHENIX. et maintenant, sur le rafale st4. Les grands chefs de l’AA sont tous chasseurs… normal.
    Une solution, combler le trou capacitaire par plus de C130 J… mais il va falloir faire des choix…internes.
    Un vrai sujet interarmées.

  14. Observateur dit :

    La disponibilité des C130H est malheureusement calamiteuse depuis des années. Quand aux C130J, ils montent en puissance. Les Casa font très bien l’affaire lorsque le chargement n’est pas trop volumineux ou le personnel à larguer trop important (petit groupe de GCP par exemple). Pour le reste, les Transall de Niamey sont à pied d’oeuvre non-stop avec la dispo qui est la leur…
    Est-ce que les OAP à 200 pax et les largages de niveleuses de plus de 10T sont un besoin courant au Sahel ? Pas vraiment… Et combien de dizaines de pax largués par une porte en A400M ?
    Il faut rester pragmatique, on ne va pas refaire Tombouctou tous les dimanches, à moins que ce ne soit pour justifier l’existence de tous les régiments TAP…
    Commençons par mettre de l’ordre et de ka transparence dans les contrats avec les sociétés de transport en métropole et en OPEX (cf article précédent)…

    • RTS dit :

      Il est vrai que se largage de matériel TP a révélé de la rancoeur même au sein de l’EG…

  15. Polymères dit :

    Comme à chaque fois, dès que ça parle de l’A400M et du Transall on a droit au traditionnel lot de commentaires disant que l’A400M ne fait pas le job du Transall et qu’il faut penser à acheter autre chose pour y arriver.

    Mais comme à chaque fois, je vais le redire, le problème actuel n’est pas de rechercher un nouveau Transall par ce que l’A400M n’y arrive pas.
    Le problème, c’est que le programme A400M a pris du retard de plusieurs années et que cela créer un manque d’avions par rapport au retrait des Transall qu’on ne peut plus faire durer éternellement.
    Quand on critique les incapacités tactiques de l’A400M, comprenez bien qu’on parle des appareils livrés dans des standards non définitifs et que ces manques là ne doivent pas être interprétés comme étant une chose définitive. Car les capacités tactiques de l’appareil arrivent petits à petits et en dehors du parachutage par deux portes et du ravitaillement des hélicos, tout le reste fonctionne bien et ne fait que passer les validations en vue d’intégrer l’ensemble des avions qui seront livrés ou qui seront rétrofités.
    Donc non, arrêtez de chercher toujours des autres avions par ce que vous ne comprenez pas que l’A400M n’est pas un programme terminé et que les avions livrés le sont dans des versions qui justement n’intègrent pas encore certaines capacités tactiques.
    Notre problème actuel c’est d’être dans le creux de la vague du renouvellement de la flotte d’avions de transport, celle ou on manque d’avions, celle ou les anciens rincés font presque plus que de la figuration en attendant de quitter le service, celle ou les A400M livrés ne sont pas encore pleinement pourvus de leurs capacités tactiques (et qu’ils passeront chez l’industriel pour être modifié, donc perte de disponibilité de la flotte), celle ou les C-130 vont également passer faire un tour de modernisation (donc d’indisponibilité) pour durer un peu plus. C’est ce trou capacitaire qui a déjà poussé à acquérir 4 C-130 aux américains pour une livraison rapide, cessons d’interpréter cela comme étant une solution pour pouvoir faire ce que l’A400M ne sera jamais capable de faire.

    Non l’A400M pourra faire ce que le Transall fait, il le fera même mieux. Il n’y a que ceux qui n’ont toujours pas compris que le Transall a été plus un désavantage qu’un avantage qui pensent que c’est ce genre d’avions qu’il fallait pour le remplacer.
    Car oui, c’est là l’un des problèmes à comprendre, le Transall a toujours été un avion « brouette », bon pour des paras a balancer en Allemagne de l’Est mais aucunement bon pour faire la logistique aérienne comme nous la connaissons aujourd’hui et depuis un moment. Si nous avons déjà acheté par le passé (même d’occasions) des C-130, c’était déjà pour combler un problème, aujourd’hui on certains semblent l’oublier, de la même manière qu’ils semblent oublier le pourquoi du comment on a été obliger de louer des Antonov, non pas par ce que ces avions sont ce qu’il nous faut, mais bien par ce que nous n’avions aucun avion capable de transporter loin de gros chargements.

    Faire croire également que le posé d’assaut serait la nécessité absolue à avoir et à préserver, que ce serait une capacité essentielle que le Transall fait dans son quotidien, que l’A400M ne pourra pas le faire, qu’il faut acheter un autre avion, c’est faire 3 erreurs.
    La première c’est de ne pas comprendre que le posé d’assaut n’est pas se poser au milieu de nulle part, un posé d’assaut c’est atterrir (même sur un aéroport international) faire débarquer les hommes et les véhicules, moteurs tournants, puis redécoller dans la foulée. Je constate que beaucoup confondent avec un posé sur un terrain sommaire.
    La deuxième erreur c’est de croire que l’A400M ne pourra pas le faire, non il le pourra, mais je pense comme je le répète depuis si longtemps, qu’il faudra du temps pour que certains le comprennent et cessent de « croire » en jugeant presque toujours, un seul fait ou l’A400M a creusé la boue, en oubliant tous les autres tests qui ont suivis ou il a passé cela sans succès, en oubliant qu’il le fait même en opération.
    La troisième erreur c’est celle de croire que cette capacité à se poser partout est essentielle, cruciale. Si cette capacité peut sembler si importante, c’est bien par ce qu’en France, nous manquions généralement d’hélicoptères et surtout d’hélicoptères lourds. Alors pour combler ce manque on a fait du Transall, une brouette avec qui on faisait tout, car nous n’avions pas le choix de faire autrement! Il n’y a que la France qui agit ainsi, il n’y a que la France qui pour le programme A400M voulait a ce point greffer cette condition, demandez vous bien pourquoi, demandez vous si ce qui est devenu si institutionnalisé avec le Transall ne serait pas en réalité un pansement plutôt qu’un besoin.

    Il est vraiment temps de tourner la page Transall, n’en déplaise aux nostalgiques et à ceux qui pensent toujours que lorsqu’on change de logement, de voiture, il ne faut jamais voir plus gros que ce qu’on avait. L’A400M c’est l’avion devant combler tous les problèmes du Transall et devant nous éviter de dépendre d’avions comme les Antonov privés. Arrêtons donc de vouloir toujours chercher d’autres solutions qui reviennent à fuir la nature même de ce programme afin de reproduire les schémas du passé ou la solution à tous nos problèmes passent par un sosie du Transall et par l’achat d’avions stratégiques. En agissant ainsi, il est évident que l’A400M restera toujours à vos yeux, un avion « incapable ».
    Mais bon, je pense qu’on devra encore attendre 4-5 ans avant que certains ne comprennent leur mauvais jugement. Il y a 10 ans on entendait le même genre de discours avec le Tigre remplaçant la Gazelle, le VBCI remplaçant le 10P. Il y a 15 ans c’était le Rafale ou il n’y avait pas mieux que les français pour le descendre, le Leclerc pareil. Aujourd’hui on remplace la P4, on remplace le VAB et vous voyez exactement les même discours critiques envers leurs successeurs…
    C’était mieux avant? Mais avant qu’on ne connaisse mieux et dans 40 ans, le successeur de l’A400M subira le même sort, car dans 40 ans on aura largement oublié ses retards, ses couacs qui font notre actualité pour n’évoquer que ses avantages, un changement et une nostalgie et déjà pour le Rafale on commence par se préparer pour descendre tous les désavantages de son successeur…
    Bis repetita

    • PK dit :

      Blabla blabla… comme d’habitude. On a vraiment l’impression que vous êtes payé pour faire le porte-parole du politiquement correct

      « Non l’A400M pourra faire ce que le Transall fait, il le fera même mieux. » et ensuite oser dénigrer le poser d’assaut, ou comparer le poser d’assaut dans la verte avec le poser sur un aérodrome sommaire, faut oser !

      Et enfin, compenser le poser d’assaut par des hélicos… faudra m’expliquer comment faire quand l’allonge dépasse les 1000 bornes ! Enfin, les Américains ont la solution pour remplacer ces hélicos dans cette solution : un avion-hélico à 200 millions de dollars ! Bravo les économies !

      Bref, le poser d’assaut dans la verte ( la vraie vie, dans une zone où même un 4×4 a parfois du mal à passer, pas sur un tarmac en latérite africain, accessible même à un avion à réaction quand on y met du sien) ne se fera JAMAIS par un A-400M (ni même un C-130).

      Et c’est aussi une perte capacitaire MAJEURE !

      Personne ne dit que l’Atlas ne sera pas un bon avion de transport tactique. Mais en vouloir le faire l’alpha et l’oméga du TS est de la mauvaise foi absolue.

      • Polymères dit :

        Comme l’explique philrock en dessous, sachez de quoi vous parlez avant de vouloir donner des leçons.
        Apprenez donc à bien savoir ce qu’est le posé d’assaut, apprenez à comprendre que non, le Transall ne se pose pas n’importe ou et qu’il s’est toujours posés sur des terrains préalablement reconnus, balisés, même quand vous avez l’impression que c’est au milieu de nulle part comme si ce serait l’oeil du pilote qui choisirait ou se poser, comme si il se posera assurément, ça ne l’est pas.
        Un posé d’assaut, c’est ce que j’ai expliqué déjà avant que vous me répondiez, c’est dire votre incapacité à vouloir apprendre autre chose que ce que vous pensez savoir (croire n’est pas savoir).
        Il n’y a aucun politiquement correct dans ce que je dis, il y a juste des faits qui peuvent se heurter a vos erreurs d’analyses, si ce n’est de compréhension et qui vous énerves.

        Donc non, il n’y a aucune perte capacitaire quand vous parlez de posé d’assaut, gravez vous le dans le crâne après avoir compris ce que c’était vraiment.
        Quand à la capacité de se poser sur terrain sommairement préparé et reconnu, l’A400M a déjà montré maintes fois qu’ils le faisait et il n’y a que vous, uniquement vous et d’autres spécialistes d’internet qui voyea une « incapacité » et une perte de capacité.
        Voici quelques vidéos de l’A400M atterrissant sur des terrains sommairement préparés (sachant que, je le redis, le Transall atterrit également sur des terrains de ce genre et non au milieu de nulle part).
        1
        https://www.youtube.com/watch?v=s057cQthCGY
        2
        https://www.youtube.com/watch?v=wIxy6Gt3QUA
        3
        https://www.youtube.com/watch?v=PoEwwxsNwHQ
        Et ça ne sert à rien de faire comme si les précautions d’usages pour les premiers essais soient un « signe » montrant qu’il faut un truc de dingue impossible à faire pour les armées, le terrain sommaire de Madama prouve le contraire.
        4
        https://www.youtube.com/watch?v=h4hQb5GXgQk

        Mais je sais je suis de mauvaise foi que de contester votre pensée, assurément! Vous parlez de la « verte », mais avez vous réellement côtoyé cette « verte », la vraie vie? Un Transall se pose là ou un 4×4 a de mal à passer? Mais oui, bien entendu…
        Non un Transall se pose sur des pistes sommairement aménagées et qu’on utilise depuis un moment dans l’Afrique, elles sont connues et vous faîtes totalement erreur que de croire que le quotidien du Transall, que ses capacités, c’est d’atterrir ici et là en fonction des troupes au sol. Non quand les troupes au sol ne sont pas proches de ces pistes, aucun avion ne vient se poser au milieu de nulle part pour venir dépanner, dans ces conditions, c’est l’aérolargage qui se fait, l’objet même du sujet, si vous aviez fait de la « verte », vous le sauriez, moi je le sais pour l’avoir vécu. Alors oui, techniquement on peut créer une multitude de terrains sommaires, mais il faut qu’on y passe avant, ou des spécialistes viendront analyser le sol, ou on ira le nettoyer car ce n’est pas le pilote depuis le Transall qui va voir cela. Quant à vos avions à réacteurs, foutez donc du sable dans un réacteur pour voir. Mais bon je ne vais pas m’éterniser, car vous avez un gros travail d’apprentissage à faire avant de vouloir jouer au professeur.
        Prenez l’opération Serval, avez vous vu un seul Transall atterrir ailleurs que sur les aéroports? Avez vous vu un Transall atterrir au milieu des Ifoghas? Non du début à la fin, on allait « prendre » les pistes, on allait reconnaitre de vieilles pistes pour voir si on peut atterrir. Aujourd’hui encore on va reconnaitre d’anciennes pistes et ce sont autour d’elles qu’on s’établit. Il n’y a que Madama qui a été créer et encore, il y avait là aussi des restes…
        En dehors de cela pas un seul Transall n’est allé se poser dans la « verte » au milieu de nul part, cessez donc d’imaginer un modus operandi qui n’existe pas avec le Transall, je ne sais pas combien de temps vous vous imaginez que l’on va poser cet avion n’importe où, va falloir que vous fassiez une sérieuse mise à jour.

        Car au fond ce qui est énervant dans mon commentaire, c’est surtout que vous ne supportez pas qu’on ne critique pas l’A400mM comme vous le faîtes, mais si au moins vous seriez CRÉDIBLE avec votre argumentation!
        Personnes ne dit que l’Atlas ne sera pas un bon avion, par contre vous faîtes tout pour et vous prenez ceux qui n’en disent pas du mal qu’ils font du blabla politiquement correct…

        Et oui, je le dis une nouvelle fois, si dans nos forces, sur le domaine tactique (c’est à dire dans la gestion du théâtre d’opération), s’il y aurait des hélicoptères lourds, le brouettage du Transall serait bien différent et pas la peine d’aller exprès chercher le scénario longue distance pour que vous continuez à ne pas vouloir changer de point de vue par fierté et orgueil.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Bon.
        Alors je vais reprendre depuis le début.
        Concernant le poser d’assaut, c’est à dire la capacité à atterrir et décoler avec une grande pente pour rester le moins longtemps possible sous le feu ennemi, l’A400M n’a aucun avion à sa hauteur. Il fait mieux que le Transall qui était d’ailleurs un peu sous motorisé.
        Le jour où vous verrez un transall faire un looping comme ici:
        https://m.youtube.com/watch?v=nL_ZU6LZnAc
        ….
        L’A400M dispose d’une structure et d’une motorisation hors normes, précisément pour pouvoir arriver très vite (300km/h plus vite que le transall, excusez du peu) et faire un poser d’assaut très rapide.

        En ce qui concerne le poser sur les terrains sommaires, les différentes forces utilisatrices ont défini un besoin, de ce besoin a découlé des caractéristiques techniques qui ont été testées sur l’A400M par les anglais, les français, les allemands, qui tous ont été satisfaits. Eux pensent qu’il n’y a pas de perte capacitaire majeure. Vous devriez les prévenir les pauvres…..

  16. felipe dit :

    Il me semble que la dimension industrielle explique pas mal de choses : le barnum Airbus, le plan de charge Dassault qui, dès lors que les carnets de commande sont pleins, se préoccupe moins des besoins AA. Et Bercy est aussi dans cette dynamique, le besoin urgent du mrtt pour la mission nuc, le transport tactique passe de fait après l’a400. Et pour les hélicoptères, faut pas rêver, avec le ch47 etlech53, pas de place pour un projet européen fiable (200 ou 300 ex)

  17. Aymard de Ledonner dit :

    Un grand merci pour ce commentaire détaillé. Je partage votre avis concernant l’A400M.
    Par contre, si je suis d’accord pour regretter l’absence d’hélicoptères lourds, ce n’est pas non plus la solution ultime.
    Le CH47 a presque la même capacité d’emport que le CN295 c’est à dire qu’à part un quad on ne peut pas faire rentrer grand chose comme véhicule d’appuis. Pas sur que le PLFS puisse rentrer par exemple.
    Les hélicos sont aussi plus lents que les avions donc pour un poser d’assaut où la vitesse d’execution est un élément important, c’est aussi à prendre en considération.
    Donc un transall ou un C130 arrivera plus vite et avec des véhicules d’appui là ou le CH47 sera plus lent et avec moins d’appui.
    Par en terme de fiabilité et de cout d’entretien, entre l’avion et le CH47, ce n’est pas non plus la même chose.
    Mais je dévie.
    Le coeur de votre commentaire était d’insister sur les capacités de l’A400M et d’expliquer que l’arrivée de ses capacités se faisait par étapes.
    J’ajouterai que l’A400M va permettre de nouveaux modes d’action grace au transport d’hélicos et permettra aussi le poser d’assaut avec du soutien lourd avec l’aérotransport des véhicules Scorpion et notament le jaguar.

    • Polymères dit :

      En soit un hélicoptère est bien plus rapide pour débarquer du monde (et en embarquer) que ne pourrait l’être un avion en posé d’assaut (faut pas croire qu’un avion va plus vite en atterrissant, faisant débarquer, faisant sa manoeuvre et redécoller).
      Alors bien entendu le désavantage de l’hélicoptère est de ne pas pouvoir faire la manoeuvre avec des véhicules sauf sous élingue. Mais en soit, le posé d’assaut, en dehors d’une piste isolée, revêt d’un grand danger pour l’aéronef et tout ce qui se trouve embarqué. Croire qu’on va débarquer du lourd par un posé d’avions pour prendre un aéroport aux mains de l’ennemi n’est pas vraiment sérieux. On reste bien plus sur un parachutage avec des appuis aérien que sur un posé d’assaut dans ce genre de situations, sinon on est dans un scénario de cordon logistique (piste d’atterrissage) déjà sécurisé.
      L’hélicoptère lourd fait défaut dans notre armée, on a beau vouloir combler un peu le manque avec l’avion ou des hélicoptères moyens, il manque un moyen pour pouvoir se poser partout (ce que ne fait pas le Transall, n’est-ce pas PK?).
      Pour le prix c’est évident que ça peut sembler être un luxe quand on joue la restriction et la recherche d’économies comme on y a été habitué depuis plus de 20 ans, mais depuis 2 ans on est dans une autre phase, ou on amène des moyens en plus. Certes au début va falloir rattraper un peu les économies de bouts de chandelles et autres reports de programmes du passé, mais dans 4-5 ans, quand on va penser à la prochaine LPM, la question de capacités supplémentaires peut être à l’ordre du jour et l’hélico lourd est une option très sérieuse.

  18. philrock dit :

    PK
    Le posé d’assaut et l’utilisation de pistes tactiques (sommaires) sont bien deux choses différentes. le premier consiste à rester le moins longtemps sur la piste le temps du déchargement et le deuxième à avoir une capacité à utiliser des terrains sommairement préparés.
    Le terme de sommairement préparé ne veut pas dire n’importe quel champ avec n’importe quel état de surface et n’importe quelle résistance comme vous semblez le croire, même pour un Transall…
    Pour votre info les FS sont équipées de C-130H pour les posés d’assaut et il le fait très bien.
    Maintenant ayez la curiosité de regarder le train d’un A400 et vous verrez que cet avion sera tout à fait apte à utiliser des terrains sommaires avec une charge utile bien supérieure à celle du C160.
    Le Problème de l’armée de terre est que le seul avion actuellement capable d’aérolarguer leur matériel avec une masse pouvant aller jusqu’à 8 tonnes est bien le C-130H en attendant que l’A400 et le C-130J acquièrent la capacité de largage par éjection (le C160 a aussi cette capacité mais voit ces performances très vite dégradées dés qu’il fait un peu chaud et voit sa dispo fondre comme neige au soleil) et qu’actuellement la dispo du C-130H est catastrophique parce qu’il n’y a pas assez de budget pour lui.
    L’AA essaye bien de remonter la dispo du C-130H mais pour l’instant l’industriel n’est pas à la hauteur.
    Donc l’AdT envoie un signal fort pour que soit on remonte la dispo du C-130H soit on développe au plus vite les capacités d’aérolargage de l’A400.
    Une petite remarque pour les fans du Transall, c’était une merveilleuse cellule, très maniable avec des capacités tactiques très intéressantes mais malheureusement sous-motorisé et avec un rayon d’action trop faible. De plus ses capacités de transport ne sont plus adaptées aux nouveaux matériels dont s’équipe l’AdT avec des véhicules d’environ 30 tonnes et d’un gabarit trop important pour rentrer dans une soute de C160 ou de C-130 d’ailleurs. l’A400 lui le peut et en plus il va vite et il a une bonne allonge. En revanche sa capacité de largage de paras en OA par une seule porte est bien un Handicap parce que sur ce coup là il fait moins bien qu’un C160 ou un C-130 ( larguer 80 paras par une seule porte demande ou une zone immense ou de faire plusieurs passages et ça ce n’est pas admissible).

    • PK dit :

      Désolé mais on ne parle pas de la même chose.

      Je n’ai jamais dit que le poser d’assaut ou dans la verte se fait n’importe où, surtout sans reconnaissance préalable.

      Maintenant, je maintiens que le train spécifique du C160, ainsi que son poids, lui permet de se poser dans la verte là où l’A400M et le C130 ne peuvent le faire, notamment dans des terrains qui paraîtraient défoncés à n’importe qui à l’œil nu (d’où ma référence aux 4×4). J’ai bien parlé de TROUS dans la piste d’atterrissage, pas une piste plate en latérite…

      Je n’ai jamais dit non plus que le Transall était le Saint Graal et qu’il n’était pas à bout de souffle : il DOIT être remplacé. L’A400M sera sans doute un excellent avion quand il sera au point (ce qui est loin d’être le cas, mais parions que, contrairement au F-35, ses défauts soient seulement mineures et qu’ils trouveront une solution… cela semble prendre cette route : tant mieux !) et apportera une plus-valu dans bien des cas au Transall (et encore heureux, sinon à quoi sert d’acheter un avion d’un tel prix !). N’empêche qu’il ne se posera JAMAIS là où est capable de le faire à l’extrême un Transall, ce qui nous fait une perte capacitaire conséquente.

      Maintenant, je ne vais pas essayer de convaincre des gens qui déforment mes propos. Libre à vous tous de rester persuader qu’un A400M fait la même chose qu’un Transall.